Entraide et conseils

Hypersensibilités sensorielles

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Entraide et conseils
  4. Hypersensibilités sensorielles
Hypersensibilités sensorielles
Mirobellele 25 janvier 2020 à 23:03

Salut à toutes et à tous,
Je remarque que nous sommes plusieurs à réagir aux odeurs et aux bruits à des niveaux différents. En ce qui me concerne, le stade est très avancé.
Il y a des moments, comme celui-ci, où j'ai des problèmes pour réfléchir normalement et cela me prend très longtemps pour écrire une simple phrase. Donc, je vais la faire courte et je vais partager avec vous, différents articles pour vous permettre de mieux cerner vos intolérances ou celles de gens que vous connaissez. J'espère qu'avec certaines de ces infos, vous pourrez améliorer votre situation.

Mirobellele 25 janvier 2020 à 23:11

http://www.ehs-mcs.org/fr/comprendre-electrosensibilite_4.html

Mirobellele 25 janvier 2020 à 23:14

Le lien de l'article suivant ne fonctionne plus apparemment. Le voici :

MCS, hypersensibilité aux bruits aussi   Dr Philippe TOURNESAC SI 51 Juillet 2016
Cette découverte toute récente pourrait permettre un meilleur suivi et diagnostic des personnes hypersensibles aux produits chimiques.
Les pathologies neurofonctionnelles regroupent des pathologies dont les symptômes ou facteurs déclenchants semblent très différents : spasmophilie, fibromyalgie, syndrome de fatigue chronique, trouble déficitaire de l'attention, hypersensibilité chimique multiple, électrohypersensibilité. Nous sommes nombreux à leur trouver de nombreux points communs et en particulier une hypersensibilité à l'environnement : odeurs, sons, personnes, couleurs... L'analyse détaillée des dossiers des patients que je rencontre chaque jour le démontre, c'est pourquoi nous les avons réunis dans un même Diplôme Universitaire Pathologies neurofonctionnelles, créé en 2003.
En 2000, le docteur Yunus, qui a donné son nom aux fameux points de diagnostic de la fibromyalgie, publiait un article appelé les syndromes d'hypersensibilité centrale : un concept unifié pour la fibromyalgie et différentes maladies similaires(1). Malheureusement, le corps médical a tendance à se focaliser sur le symptôme le plus apparent, douleur pour fibromyalgie, fatigue pour syndrome de fatigue chronique... L'analyse globale de ses patients démontre que si l'on réunit les symptômes secondaires à celui qui prédomine, on retrouve des tableaux cliniques assez similaires. Il n'est pas étonnant que ce soit des chercheurs italiens travaillant dans les domaines des sciences translationnelles et systémiques qui s'intéressent au lien entre ces différentes hypersensibilités et dans ce cas précis, à l'hypersensibilité aux odeurs et à celle au bruit(2).
Tout d'abord ils rappellent que : « L'hypersensibilité chimique multiple ou MCS (multiple chemical sensitivity) est une affection chronique caractérisée par des symptômes physiques et psychologiques variés liés à une exposition répétée à des concentrations non toxiques de substances chimiques odorantes. Les symptômes touchent plusieurs organes, en particulier le système nerveux central. En général, les patients se plaignent de maux de tête, d'irritabilité et de dysfonctions cognitives ; les systèmes musculo-squelettiques, respiratoires et digestifs sont également fréquemment impliqués » (3).
Miller et Prihoda (4) ont développé l'inventaire de sensibilité de l'exposition environnementale (EESI) et sa forme rapide (QEESI), qui sont considérés comme les outils les plus fiables pour la recherche sur des patients avec une plainte de la sensibilité chimique .»
Le QEESI est accessible et téléchargeable sur les sites des associations concernées par ces maladies : SOSMCS, association de patients : www.sosmcs.org, ARTS pour les thérapeutes : www.artsweb.eu.


« Plusieurs études effectuées ont montré des anomalies de distribution du flux sanguin et de l'activité cérébrale chez les patients atteints de MCS, surtout lors de stimulation par des substances odorantes(5,6,7). Les personnes souffrant de MCS réagissent aussi  singulièrement à des stimuli sensoriels, avec l'activation de régions du cerveau liées au traitement des informations émotionnelles et motivationnelles comme le noyau amygdalien et l'hippocampe(5,6,7,8).
Les mêmes circuits de cerveau sont impliqués dans le traitement des informations auditives. Le système limbique, dont font partie le noyau amygdalien et l'hippocampe, reçoit des informations en provenance du cortex auditif, les zones de l'audition au niveau du cortex cérébral. Les acouphènes (une fausse perception sonore) et l'hyperacousie (la perception d'un son, bien toléré par la majorité des auditeurs ,ressenti comme excessivement bruyant ou même insupportable) sont associés à des altérations des connexions neuronales à ce niveau (9,10). »

Même si en consultation on perçoit que cette hypersensibilité dépasse le champ des odeurs pour une personne souffrant de MCS, les enquêtes cliniques effectuées à partir de questionnaires n'ont pas établi de lien entre le MCS et l'hypersensibilité au bruit.
Pour établir le lien et le prouver, les auteurs ont utilisé une technique plus scientifique. Pour cela ils ont évalué la différence d'un réflexe auditif à une stimulation par le bruit. Les cils de l'oreille qui recueillent les sons pour les transmettre au cerveau ont une sensibilité qui varie en particulier en fonction de l'environnement auditif. Ceci nous permet de distinguer les sons dans des ambiances très feutrées ou dans des situations plus bruyantes comme au milieu d'un repas de famille. On stimule une oreille avec un son plus ou moins fort et on évalue la sensibilité des récepteurs sur l'autre oreille avec une technique d'otoémission acoustique provoquée (cette technique de mesure est traditionnellement utilisée chez les nourrissons pour détecter une surdité). On obtient avec cette technique un score de répression controlatérale.
Les auteurs ont comparé 18 sujets MCS indemnes de pathologies pouvant modifier l'oreille à 20 sujets témoins en respectant la répartition par âge et par sexe.
« La première constatation intéressante dans la présente étude est la réduction chez les sujets MCS de la capacité à réduire la sensibilité en cas de stimulation auditive controlatérale. Cette constatation suggère qu'il existe des altérations dans les voies de l'audition, en particulier dans le cerveau et que ce test pourrait contribuer à une évaluation objective des personnes souffrant de MCS. »
Ceci nous encourage à penser que le système neurologique a diminué ou perdu en partie sa capacité à s'adapter à son environnement. Quand on altère la capacité auditive, on altère aussi le processus d'intégration d'information extérieur, ce qui peut aussi être une explication même partielle des troubles cognitifs.

« La deuxième constatation de l'étude est que la capacité d'adaptation auditive est inversement corrélée à l'intensité de la maladie. Ceci est montré en comparant les scores du QEESI et le score de répression controlatérale. On pourrait dans ce cas avoir une évaluation de la gravité au début de la prise en charge et ensuite pour le suivi des patients. » Selon les auteurs, « la perturbation de la répression controlatérale entraîne des perturbations neurologiques à l'origine de beaucoup de symptômes bien connus chez les patients souffrant de MCS : cognitif, affectif et neuromusculaires. »
Ce déficit d'adaptation auditive mesurable pourrait exister au niveau des autres sens : vue, tact et douleurs, odorat, ce qui expliquerait tout ou partie des symptômes qui sont donc bien neurologiques.
La recherche thérapeutique doit continuer à travailler sur les causes de dysfonctionnement neurologique. De nouvelles études seront utiles pour évaluer ce test dans les différentes pathologies neurofonctionnelles.


http://www.santeintegrative.com/articles/mcs-hypersensibilite-aux-bruits-aussi

Anthony01le 26 janvier 2020 à 02:09

Pour "quantifier" la chose , moi par exemple je ne pense pas avoir ces hypersensibilités , il est vrai qu'une personne hypersensible à côté de moi entendra une voiture arriver avant moi , et mon ouïe est excellente, ou une lumière trop intense des néons , des déodorants/odeurs corporelles ect.. Cependant , une personne hypersensible peut aussi avoir des problèmes de surdité / baisse d'audition.

Mirobellele 26 janvier 2020 à 09:35

Salut @Anthony01

Tu dis :
Cependant , une personne hypersensible peut aussi avoir des problèmes de surdité / baisse d'audition.
Je dis :
Tu as tout à fait raison. On peut être hypersensible ou hyposensible. Je suis hyper au niveau de l'odorat et de l'ouie et hypo au niveau de la vision.

D'ailleurs, plus haut, je parle d'hypersensibilité aux odeurs, ce qui n'est pas juste. Les odeurs sont une indication. En réalité, ce sont les produits chimiques que l'on respire, que l'on mange, etc.

Anthony01le 26 janvier 2020 à 09:38

@Mirobelle avant je mettais du déo , mais maintenant que je n'en mets plus et que quand je respire mes collègues avec leurs parfums/déo , ça fait hyper chimique c'est sur , je me dis , mais qu'est-ce qu'on mets sur nous en réalité c'est juste horrible :D

Tangle 26 janvier 2020 à 09:50

Salut @Mirobelle,

Est-ce que ton problème d'hypersensibilités sensorielles (qui a l'air assez généralisé) ressemblerait à un syndrome de sensibilité centrale ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_de_sensibilit%C3%A9_centrale

http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2016-11-05/douleur-chronique-sensibilisation-centrale


Est-ce que ces problèmes sont apparus ou se sont exacerbés suite à un stress important ?

Mirobellele 26 janvier 2020 à 10:06

@Anthony01 rien que le mot déo me fait bondir 😨
Beaucoup d'entre eux ont des sels d'aluminium dans leur composition, même dans certains déos bios, on retrouve de la pierre d'alun.

Donc, je pourrais te sentir... les aisselles ! 😄

Anthony01le 26 janvier 2020 à 10:17

@Mirobelle Non du tout , je n'ai pas beaucoup d'odeurs corporelles , de + je ne mets plus rien sur ma peau à part un savon de marseille bio (biocoop) :D et pour le shampoo c'est de la farine de pois chiche , pour les déos , ils ont fini à la poubelle x)

Mirobellele 26 janvier 2020 à 10:48

Salut @Tang Je viens de lire le premier article, merci. 🙂
Apparemment le MCS fait partie des SSC. Es-tu concerné de près ou de loin par le SSC ?

Au départ, les choses paraissaient anodines, comme les problèmes étaient différents aussi, il était difficile de penser que cela pouvait venir d'une seule raison. Il y a quelques années, j'ai compris, en prenant ma santé en main, que cela durait depuis mon enfance et l'évolution s'est faite progressivement avec probablement des moments plus difficiles. Chez moi, les amalgames dentaires, particulièrement le mercure, ont joué un rôle très important dans l'anéantissement de mon organisme. Les médicaments ont évidemment aggravé la situation, par exemple, pour traiter le glaucome que j'ai à l'oeil gauche, on me donnait des collyres dans lesquels il y a du mercure, n'est-ce pas formidable ?
Et pour répondre à ta question Tang, oui, la mort de mon père a achevé mon organisme déjà affaibli.

Mirobellele 26 janvier 2020 à 10:54

😄 @Anthony01
Ton shampoing m'intéresse, tu peux m'en dire plus stp ? Merci.

Anthony01le 26 janvier 2020 à 11:17

@Mirobelle ça ne fonctionne pas avec tous les types de cheveux , ça créer des noeuds parfois , en fait j'achète ma farine de pois chiche à biocoop , j'ai un petit récipient qu'utilise pour le mixer avec un peu d'eau et je m'applique ça comme un shampoo en fait , gérer la quantité avec la longueur des cheveux , mais pas beaucoup ça suffit , et le résultat est immédiat on sent la texture des cheveux changer littéralement ! pour après shampoo j'utilise un peu de vinaigre coupé à l'eau en petite quantité , avant de rincer à nouveau (après le shampoo de farine) pour refermer les cheveux en gros :)

Mirobellele 26 janvier 2020 à 11:50

Ok @Anthony01 merci. 🙂
Je prends note pour le shampoing, par contre, le vinaigre ne me convient pas.

Et tant que nous y sommes, ma soeur m'a donné une recette pour réaliser un masque capillaire (bio). A appliquer sur les cheveux secs. Laisser poser un moment, rincer avant de laver avec le shampoing. Je n'ai pas encore testé.
Une cuillère à soupe de jus d'aloe vera, une cuillère à soupe d'huile de ricin et une cuillère à soupe de miel. Evidemment, selon la touffe, adapter les proportions ! 😄

Anthony01le 26 janvier 2020 à 12:24

@Mirobelle avec plaisir :) le vinaigre faut vraiment en toute petite quantité , le miel / oeuf dans les cheveux ça marche en masque oui :)

Tangle 26 janvier 2020 à 13:56

@Mirobelle,

Je n'ai pas vraiment été concerné par ce SSC de manière importante. Mais oui j'ai pu être touché par de la fatigue chronique ou par le SCI dans le passé. C'est totalement psychosomatique et finalement assez répandu.
Souvent les gens ne comprennent pas le médecin qui leur dit qu'ils n'ont "rien", alors que les douleurs sont bien réelles...

Voici un extrait du deuxième article que j'ai posté:

« Des chercheurs font valoir que le terme « syndrome de sensibilité centrale » devrait remplacer d'autres termes, qui ne devraient plus être utilisés, tels que « syndrome somatique fonctionnel », « syndrome médicalement inexpliqué », « trouble somatoforme », « douleur psychogène » et « somatisation » parce qu'il est plus précis et exact (Yunus, Seminars in arthritis and rheumatism, 2008). »

J'ai également déjà rencontré une personne MSC, et j'ai remarqué qu'elle se disait aussi sensible à certains aliments, elle avait souvent des migraines, maux de ventre, enrhumée (en bref son système immunitaire était faible)...Elle me disait qu'elle avait tourné en rond des années avant de comprendre que ces maux venaient du MSC, de ses intolérances, etc...sauf qu'en creusant un peu j'ai remarqué que cette personne n'était pas en paix avec son passé, elle se plaignait souvent de sa situation, enfin clairement elle était dépressive (même si elle ne s'en rendait pas compte).

Attention je ne dis pas que ces troubles sont imaginaires, ils sont effectivement bien réels. Cependant, je pense que nombre de ces personnes ont connu des "traumatismes".
Ce terrain anxieux contribue au développement de ce SSC, et à cause de leur hypersensibilité importante, elles doivent constamment tout contrôler (ce qu'elles mangent, les ondes, les produits chimiques, etc...) pour éviter les désagréments.
Résultat, ce besoin de contrôle permanent apporte du stress supplémentaire qui contribue au cercle vicieux.
Évidemment que ce contrôle est parfois nécessaire pour ne pas empirer la situation, mais cela n'agit malheureusement que sur les symptômes (et encore...)...c'est donc sans fin.

En tout cas ton parcours de vie indique bien que tu as été confrontée à des sources de stress, qu'elles soient physiques (médicaments) ou psychologiques (deuil, erreur d'opération comme j'ai pu le lire sur un autre post 🙁 ), ce qui contribue forcément grandement à ce SSC.

Je pense qu'il faut guérir des maux de l'âme pour guérir ceux du corps, dans tous les cas une approche holistique est toujours nécessaire pour une rémission complète.

Je ne te connais pas suffisamment @Mirobelle pour émettre quoi que ce soit concernant ton cas, ce sont juste mes idées sur le sujet (de manière générale).

Et est-ce que tu vois des thérapeutes ?

Carolle 26 janvier 2020 à 21:16

merci pour les infos. Je vis de l'anxiété à cause de mes hypersensibilités sensorielles très développées. J'ai fait un test chez un spécialiste des autistes cette semaine, pour évaluer mon degré de souffrance 😵 et pas de bol je suis entre 9 et 12, tous mes sens sont concernés.

en sachant qu'une personne normale est à 3,5, une hypersensible ( sensorielles) à 4 ou 5 , la moyenne pour un autiste asperger à 6 ( qui sont particulièrement concernés par ce problème).

J'ai lu aussi que les personnes aveugles développaient ces particularités sensorielles propres aux autistes.

Je me renseigne pour l'instant pour m'apporter du confort au niveau sensoriel:

-couette lestée
- vêtements lestés que je vais fabriquer car très chers
- ballon pour m'asseoir pour les balancements ( proprioception), je n'ai jamais supporté d'être assise sur une chaise
-aménager une pièce pour le repos, la détente et le silence dans la maison

....je cherche encore, à défaut d'être née lynx et de pouvoir vivre dans la forêt 🙄

Il faut savoir aussi que de s'octroyer des moments sensoriels appréciés, au lieu d'en rajouter à la surcharge permet de vider la coupe pleine avant d'arriver en état de crise 😉

Mirobelle, je discuterais de ceci avec plaisir avec toi un de ces 4, on est pas si loin géographiquement l'une de l'autre 😉

Carolle 26 janvier 2020 à 21:25

@Tang, je crois qu'il faut éviter les jugements, on ne comprend pas toujours ce qu'impliquent les particularités des uns et des autres.

Aussi, certaines personnes non traumatisées et peu sensibles aux difficultés de l'autre , n'ont selon moi aucune raison de se targuer d'être fort.

Sur une vie, vient toujours un moment où l'on est confronté à ses propres faiblesses, et cette leçon, celle de la vie est valable pour tout le monde.

Souvent on n'aime pas assister à la souffrance de l'autre car cela nous bouscule dans notre aspiration sécuritaire et sans secousse.

La sensibilité , pour moi, est ce qu'il existe de plus précieux, car cela remet en doute notre sentiment de permanence au sujet de la vie.

Tangle 26 janvier 2020 à 23:19

@Carol,

citation :
@Tang, je crois qu'il faut éviter les jugements, on ne comprend pas toujours ce qu'impliquent les particularités des uns et des autres.


Qu'est-ce que tu insinues ? A quel moment je juge ? On a encore le droit de donner son avis, non ?

Ça devient une habitude sur ce forum de toujours devoir se justifier pour n'importe quoi...je pensais pourtant avoir pris suffisamment de précaution dans mon message...

Mirobellele 27 janvier 2020 à 01:20

@Tant
Tu dis :
Je n'ai pas vraiment été concerné par ce SSC de manière importante. Mais oui j'ai pu être touché par de la fatigue chronique ou par le SCI dans le passé. C'est totalement psychosomatique et finalement assez répandu.

Je dis :
Alors si c'est du passé, c'est cool. 🙂

Répandu, cela me paraît logique vu que nous sommes tous confrontés, plus ou moins, aux mêmes toxiques et encore une fois avec des réactions différentes à leur contact.
Cependant, la fatigue chronique et le SCI ne sont pas toujours psychosomatiques, loin de là. Par exemple, ils peuvent être causés par une dysbiose intestinale.
Les antibiotiques sont bien connus pour déséquilibrer les microbiotes et quand on sait que le système immunitaire se trouve à environ 70 % dans les intestins, on peut imaginer tous les problèmes qui peuvent survenir.
Les vaccins et autres médicaments composés de mercure, d'aluminium contribuent également à l'affaiblissement. L'évaporation du mercure des amalgames dentaires passe par le nerf olfactif pour aller se loger de préférence dans les corps gras comme le cerveau. Il est une des causes du MCS.

Tu dis :
Souvent les gens ne comprennent pas le médecin qui leur dit qu'ils n'ont "rien", alors que les douleurs sont bien réelles...

Je dis :
C'est peut-être le médecin qui est ignorant aussi. Encore un exemple, :
Je vais encore parler des métaux lourds. Même quand l'organisme est au top, il ne pourra pas éliminer tous les toxiques. Les métaux lourds s'installent confortablement et ne se voient pas dans le résultat d'une analyse de sang. Il faut faire une chélation et analyser les selles et l'urine (et les cheveux).
Peu de médecins proposent cet examen.

Tu dis :
Voici un extrait du deuxième article que j'ai posté:

« Des chercheurs font valoir que le terme « syndrome de sensibilité centrale » devrait remplacer d'autres termes, qui ne devraient plus être utilisés, tels que « syndrome somatique fonctionnel », « syndrome médicalement inexpliqué », « trouble somatoforme », « douleur psychogène » et « somatisation » parce qu'il est plus précis et exact (Yunus, Seminars in arthritis and rheumatism, 2008). »

Je dis :
Puisque tu as pris la peine de mettre le lien, je suis allée lire l'article dans son entièreté mais je vais devoir le relire.

Tu dis :
J'ai également déjà rencontré une personne MSC, et j'ai remarqué qu'elle se disait aussi sensible à certains aliments, elle avait souvent des migraines, maux de ventre, enrhumée (en bref son système immunitaire était faible)...Elle me disait qu'elle avait tourné en rond des années avant de comprendre que ces maux venaient du MSC, de ses intolérances, etc...sauf qu'en creusant un peu j'ai remarqué que cette personne n'était pas en paix avec son passé, elle se plaignait souvent de sa situation, enfin clairement elle était dépressive (même si elle ne s'en rendait pas compte).

Je dis :
Il y a un lien entre le mauvais fonctionnement des intestins et la dépression mais je suis incapable d'expliquer.

Tu dis :
Attention je ne dis pas que ces troubles sont imaginaires, ils sont effectivement bien réels. Cependant, je pense que nombre de ces personnes ont connu des "traumatismes".
Ce terrain anxieux contribue au développement de ce SSC, et à cause de leur hypersensibilité importante, elles doivent constamment tout contrôler (ce qu'elles mangent, les ondes, les produits chimiques, etc...) pour éviter les désagréments.
Résultat, ce besoin de contrôle permanent apporte du stress supplémentaire qui contribue au cercle vicieux.
Évidemment que ce contrôle est parfois nécessaire pour ne pas empirer la situation, mais cela n'agit malheureusement que sur les symptômes (et encore...)...c'est donc sans fin.

Je dis :
Il est déjà possible d'apporter certaines modifications à son domicile et ne plus devoir y penser. Par exemple, virer la technologie sans fil et autres appareils néfastes. Il y a évidemment d'autres améliorations que l'on peut apporter au niveau des ondes mais c'est un début.

J'ai changé ma façon de cuisiner puisque je réagis à la vitro de façon violente. Au lieu de rester tout près, je lance la cuisson d'un plat, je me retourne vivement et pars en courant. Ensuite, je me propulse avec mes béquilles, pour faire une culbute. Et enfin, je retombe sur le sol en criant kawazakiiii ! 😄

On vire un maximum de produits chimiques, on en garde peu et on les choisit d'origine bio ou naturelle. On peut les fabriquer aussi.

On peut améliorer sa santé en modifiant son alimentation (Bio ou locale). On évite les aliments transformés, le sucre, etc.
Des thérapeutes et médecins "alternatifs" conseillent de supprimer le gluten et la caséine. après quelques semaines, les patients ont vu leur état de santé s'améliorer.

Boire de l'eau peu minéralisée.

Renforcer ses organes émonctoires grâce à des plantes.
Renforcer son système immunitaire naturellement.
Prendre des antioxydants.
Combler ses manques de vitamines et minéraux.

Déposer ses amalgames dentaires dans de bonnes conditions chez un dentiste holistique de préférence. C'est ce que j'ai fait mais j'ai déconné, je suis allée trop vite.

Chélater les métaux lourds doucement et naturellement.

Donc, il y a des choses à faire Tang. perso, je ne baisse pas les bras, j'ai envie de m'en sortir. Alors je cherche, je trouve, j'essaie, certaines choses fonctionnent, d'autres pas.
J'en parle autour de moi et ici maintenant. Cela permet d'échanger des infos, d'apprendre des autres aussi.

Et pour les autres points, je te répondrai ultérieurement.
Bonne nuit.

Maverickle 27 janvier 2020 à 09:14

@Anthony01, bonjour,

Ta technique de shampooing m'intéresse aussi. Tu a écrit "ça ne fonctionne pas avec tous les types de cheveux", mais peux-tu préciser ? ou fournir un lien vers des pages qui expliquent les indications et contre-indications ?

Maverickle 27 janvier 2020 à 09:16

@Mirobelle

Le lien d'origine de l'article "MCS, hypersensibilité aux bruits aussi | Dr Philippe TOURNESAC | SI 51 Juillet 2016" est mort, car le nom de site n'a pas été renouvelé le 21 décembre dernier. C'est hébergé chez OVH, ça sent l'abonnement pas reconduit.
[edit]En fait, je crois que le monsieur Philippe TOURNESAC a créé un nouveau site : www.institutdemedecineintegrative.com et a laissé tombé l'ancien.[/edit]

Ce lien-ci fonctionne :

https://www.theraneo.com/nys-article-1089-hypersensibilite-chimique-multiple-mcs-et-hypersensibilite-aux-bruits.html

Je n'ai pas exploré les 405 articles écrits ou collectés par la dame, pour dire si son site mérite d'être ajouté aux favoris ou pas.

Tangle 27 janvier 2020 à 10:28

Merci @Mirobelle pour ta réponse 🙂

citation :
Répandu, cela me paraît logique vu que nous sommes tous confrontés, plus ou moins, aux mêmes toxiques et encore une fois avec des réactions différentes à leur contact.
Cependant, la fatigue chronique et le SCI ne sont pas toujours psychosomatiques, loin de là. Par exemple, ils peuvent être causés par une dysbiose intestinale.
Les antibiotiques sont bien connus pour déséquilibrer les microbiotes et quand on sait que le système immunitaire se trouve à environ 70 % dans les intestins, on peut imaginer tous les problèmes qui peuvent survenir.
Les vaccins et autres médicaments composés de mercure, d'aluminium contribuent également à l'affaiblissement. L'évaporation du mercure des amalgames dentaires passe par le nerf olfactif pour aller se loger de préférence dans les corps gras comme le cerveau. Il est une des causes du MCS.


Je suis entièrement d'accord avec toi concernant ces toxiques...Ma grand mère avait eu ce problème à cause des antibiotiques, cependant elle a réussi à s'en remettre ensuite (avec des plantes je crois).
Mais concernant les toxiques en général, ce sont des causes qui participent à la maladie, mais ce ne sont pas des causes suffisantes. Sinon on serait bien plus nombreux à être touchés par cela.

Il y a (sauf énorme intoxication) la plupart du temps également des causes psychologiques (dépression, inhibition de l'action, anxiété, etc...) qui sont propices au développement et à la persistance de la maladie.

Le problème serait bien cette dysbiose intestinale, mais celle-ci n'est que la conséquence d'autres dysfonctionnements. En soignant ton alimentation ça ne règle qu'une partie du problème. On parle toujours de ce que notre organisme ingère (produits chimiques, alimentation, etc..) mais on ne parle pas assez de la façon dont il fonctionne. C'est comme si pour évacuer la fumée tu ouvres toujours plus de fenêtres, donc ça soulage évidemment, mais cela n'éteint pas l'incendie.

L'inhibition de l'action par exemple peut entraîner un ralentissement du fonctionnement du système digestif (car celui-ci n'est pas utile à la résolution du stress dans l'immédiat). Le problème c'est que plus cet état devient chronique, plus cela empire, et plus cela affecte l'état émotionnel, c'est donc un cercle vicieux sans fin...

Fibromalgie, SCI, on sait maintenant que c'est lié au SSC, et ce sont des douleurs nociplastiques, on parle de « Déconnexion corps-cerveau »
Voici un lien sur le sujet :
http://www.lecofer.org/item-cours-1-11.php


Dans le cas de douleurs chroniques persistantes sans lésions apparentes et donc d'hypersensibilité, on parle bien de maladie bio psycho sociale. Il faut donc, pour s'en sortir, consulter plusieurs thérapeutes pour agir sur le corps et l'esprit.

citation :
Donc, il y a des choses à faire Tang. perso, je ne baisse pas les bras, j'ai envie de m'en sortir.


Oui, c'est vraiment courageux de ta part Mirobelle ! Je te le souhaite vraiment, you deserve it 😉

A+

Anthony01le 27 janvier 2020 à 12:51

@Maverick les cheveux longs peuvent s'emmêler , moi ça va je les ai semi-frisés mais pas en mode jackson five non plus :D , pas de contre indication que je note , j'ai vu la recette sur le net et vu que c'est simple et que ça m'a séduit ... hier j'ai adoré refaire le shampoo , la différence est énorme

Etoilele 27 janvier 2020 à 13:12

Je me permets de donner mon avis sur les shampoings naturels (j'espère que tu m'en voudras pas @Mirobelle car ça dépasse un peu du sujet de base).

Je ne suis pas fan de la farine de pois chiche car c'est trop chiant à rinçer et étant pas mal limitée en eau, je privilégie ce qui se rince facilement tout en nettoyant les cheveux et le cuir chevelu. Après avoir fait des tas d'expériences (oeufs, rhassoul, miel, pois chiches, savon marseille olive, ortie, romarin, bicarbonate... j'en oublie sûrement), j'ai fini par garder LE produit et la méthode qui sortait complètement du lot : le bicarbonate. J'en mélange une CAS dans 250ml d'eau et je lave mes cheveux avec environ 1/3 de ce mélange.
Les avantages : ça se rince très vite et très bien, ça lave super bien (mieux qu'un shampoing classique où mes cheveux étaient bon à être relavés au bout de 3 jours alors que là ils tiennent facile 15 jours) et je passe les avantages économiques et écologiques.
Ensuite, sur cheveux mouillés, je mets l'équivalent d'un grain de maïs (donc vraiment très peu) d'un mélange d'huile de ricin, d'huile de jojoba, huile de coco et huile essentielle d'eucalyptus préparé à l'avance et conservé dans une bouteille à l'abri de la lumière.

Après ça, une fois secs, mes cheveux sont brillants et doux.

Voilà, je ne prétends pas avoir LA solution Universelle, mais juste partager avec ceux que ça intéresse MA solution adoptée depuis presque 5 ans maintenant, juste au cas où vous auriez envie de tester de nouvelles choses.

Maverickle 27 janvier 2020 à 14:35

@Anthony01 et @Etoile, merci pour les retours.

@Etoile, je suis juste bluffé 😶 /perplexe 🤔 quand tu écris "là ils tiennent facile 15 jours".
15 jours sans les laver ? Tu n'habites pas en ville, alors ?! Je n'imagine pas des cheveux rester "propres" aussi longtemps en milieu urbain ...

Anthony01le 27 janvier 2020 à 14:41

Pour les cheveux courts , le pois chiche ça prends 2 secondes à préparer , ça se rince aussi rapidement perso

Etoilele 27 janvier 2020 à 15:13

@Maverick, si si au début (la 1ere année) je vivais dans une ville. Plus maintenant.
La différence avec les shampoings du commerce est énorme. Et je pèse mes mots, quand je dis "ils tiennent facile 15 jours", en général c'est plus.
Comme si les industriels voulaient que nous lavions plus souvent nos cheveux en mettant des produits qui fassent qu'ils graissent très vite. Naaannn complotiste va ! ça se saurait si les industries faisaient passer leur intérêts avant les notres 😄

Eiramle 27 janvier 2020 à 15:28

Je me permets un petit HS shampoing, rapidement, désolée d'avance @Mirobelle... Il y a aussi le fait que plus on les lave plus ils regraissent... A une époque, je tenais 1 mois sans laver (au bicarbonate et rincage à l'eau vinaigrée), mais avec un shampoing sec à la maïzena au milieu du mois.
Y a-t-il un topic sur ce sujet où nous pourrions échanger ce genre de recettes ?

Etoilele 27 janvier 2020 à 15:33

Aaahhh voilà ! @Eiram j'ai pas osée dire 1 mois de peur de choquer 😄 mais ça m'est arrivé aussi.

Eiramle 27 janvier 2020 à 16:03

😉

Mirobellele 27 janvier 2020 à 20:31

Bonsoir à tous, Je ne suis pas en état pour vous répondre personnellement pour le moment. En attendant, je vous remercie déjà pour vos retours.

Mirobellele 27 janvier 2020 à 20:35

@Etoile et @Eiram
Je vous en prie. Vous pouvez franchement poster ce que vous voulez. Tout ce qui fait du bien est à partager. J'aime bien les discussions qui en amènent d'autres. Sans oublier que d'habitude, c'est moi qui dévie du sujet. 😄

Etoilele 27 janvier 2020 à 20:38

Gros câlin @Mirobelle

Mirobellele 27 janvier 2020 à 20:42

Trop mignonne @Etoile 😍

Maverickle 28 janvier 2020 à 11:53

@Mirobelle, ne t'occupe pas de nous répondre, prends soin de toi

Maverickle 28 janvier 2020 à 12:23

Pour revenir au coeur du sujet lancé par @Mirobelle, cette notion d'hyper- ou d'hypo-sensibilité sensorielles me turlupine depuis un mois que je me suis découvert potentiel HPI.

A première vue, j'avais tendance à penser que je ne suis pas concerné. Les descriptions parlent notamment de bruits insupportables, de souffrance, pour ce qui est des sons. Rien dans mes expériences ne correspond.

Idem pour les odeurs, je dirais que ça ne me pose pas de problème. Au contraire, un peu comme @Mirobelle qui écrit "je parle d'hypersensibilité aux odeurs, ce qui n'est pas juste. Les odeurs sont une indication.", j'ai depuis longtemps considéré les odeurs comme une information sur mon environnement. Je crois cependant que c'est chez moi un peu une "posture intellectuelle", une rationalisation, une façon de me démarquer plus ou moins volontairement des personnes qui se bouchent le nez au moindre pet en y rajoutant moult simagrées.

Pourtant, à y réfléchir, certains bruits comme certaines odeurs produisent chez moi une "préoccupation inhabituelle".

Il m'est arrivé de ne pas arriver à dormir à cause d'un son que j'interprétais comme une fuite d'eau. Tant que je n'ai pas eu trouvé la source, et refermé un robinet effectivement mal fermé qui fuyait un peu, je n'ai pas pu me coucher. J'entends aussi avec force les grésillements quasi inaudibles des appareils électriques, et plus d'une fois ma "tension" intérieure est retombée après avoir mieux branché ou débranché un chargeur de téléphone ou une lampe de chevet, ou vraiment éteint un interrupteur mural avec variateur. Alors que les bruits "ordinaires" et "normaux" produits périodiquement, par mon frigo par exemple, ne me gênent pas.

Pour les odeurs, ce sont surtout les parfums qui me mettent en tension. D'abord, ceux que ma mémoire associe avec des événements majeurs : Chaque fois que je croise une personne avec le même parfum que ma "première fois", j'ai les souvenirs qui remontent. Ensuite, ceux qui sont trop forts, trop envahissants, trop concentrés. Je n'ai jamais été mal à l'aise dans le métro au milieu de dizaines d'odeurs ténues mélangées, alors qu'il m'est arrivé d'être perturbé en pleine rue piétonnière à l'air libre par une personne détectable à 20 m (50 ?) pour s'être aspergée du flacon entier (c'est l'impression que ça me donne, et dans ces circonstances je ne trouve jamais qu'elle sente "bon" 🥴 ). Dans les galeries marchandes, je fais un détour devant les boutiques de parfum, le remugle qui s'en échappe m'est franchement désagréable (aux périodes des fêtes, quand il "faut" offrir un parfum, j'arrive à me forcer, mais j'y vais à reculons). Alors que j'ai visité des usines ou des parfumeries traditionnelles dans le Midi, ça s'est toujours très bien passé.

Bref, je m'interroge : est-ce une forme d'hyper-sensibilité ? ou suis-je tout bêtement "normalement" sensible aux sons et odeurs extrêmes ?

Mirobellele 28 janvier 2020 à 14:34

Salut @Tang

Tu dis:
En tout cas ton parcours de vie indique bien que tu as été confrontée à des sources de stress, qu'elles soient physiques (médicaments) ou psychologiques (deuil, erreur d'opération comme j'ai pu le lire sur un autre post ?? ), ce qui contribue forcément grandement à ce SSC.

Je dis :
Je ne sais pas trop comment te répondre. Trop de choses me viennent en tête et je tente de faire un résumé.
Tout d'abord, j'ai eu la chance de grandir dans une famille aimante et ça, ça n'a pas de prix. Je crois que c'est une bonne base pour "affronter" la vie.

Cette opération ratée date de 1885, non je déconne, c'était en 1985. Depuis, je me suis fait une raison. C'était moins difficile car j'étais déjà capée. J'en avais parlé car je voulais juste apporter une précision au message de @Maverick.

Par contre, 11 ans plus tard, j'ai commencé à perdre la vue et là, effectivement, je me suis tapé une belle dépression. Que vais-je devenir ? Comment faire ceci ou cela ? A quoi sers-je ?
C'est vrai qu'au début, on pense qu'il n'y a aucune issue. Mais avec le temps, on apprend d'autres habitudes, on s'adapte à la situation et on voit les choses autrement. Et puis, quand on n'a pas le choix, on se fait à l'idée Johnny. 😉

Alors, peut-être que cela a joué mais j'avais déjà des problèmes avant ces deux événements et ce qui a vraiment tout foutu en l'air, c'est un soin dentaire (fin 2002, début 2003) : dévitalisation d'une dent, plombage de celle-ci et pour couronner le tout, une couronne en métal aussi.

Je te colle un extrait de : "Les chroniques de Mirobelle ou comment faire pour ne pas péter les plombs". (Ce texte est toujours en cours et loin d'être corrigé)

"Quelques années plus tard, me revoilà chez une autre ophtalmo. Dans la salle d'attente, elle m'avait appelé Monsieur. Je lui avais répondu : "Ca c'était avant mon opération". Evidemment, elle n'a pas rigolé. C'est normal en même temps, elle fait un métier sérieux donc il faut être sérieux aussi si on veut la prendre au sérieux. Ou alors, elle n'a pas capté.
C'est tout le problème de ma vie, à force de déconner, on ne pense pas que je suis sérieuse et que je souffre vraiment.
Après tous les examens possibles et inimaginables et après que tout le service soit passé me voir, elle m'a informé avec un manque de psychologie manifeste que j'avais des cellules dans l'oeil qui ne fonctionnaient pas bien et qu'il fallait que j'apprenne le braille car dans trois mois, j'allais devenir complètement aveugle. J'aurais dû lui demander à quelle heure mais je vous avoue que sur le coup, je suis restée sans voix. Cela vous étonne !
Moi et ma grande gueule pleine de plombs (4 en fait).
ok, j'arrête de plomber l'ambiance et je continue.
Sur le rapport médical envoyé à mon doc, il est noté le nom de ma maladie : "rétinite pigmentaire". Et quand ce n'est pas psychologique, c'est héréditaire, c'est tellement plus simple ainsi. Par la suite, j'apprendrais quand même que ce n'est pas qu'héréditaire.
J'ai eu l'occasion de connaître beaucoup de miros.
J'ai remarqué que ceux atteints d'une RP avaient systématiquement un ou plusieurs membres de leur famille atteint(s) aussi.
J'ai beau chercher dans ma famille proche et moins proche, il n'y en a pas. Donc l'hérédité... A mon avis, la cause est ailleurs.
Je m'interroge encore aujourd'hui sur les compétences et le bon sens de cette ophtalmo. C'est sûr que nous, les non-voyants manquons de bon sens... visuel.
Il a fallu tout le service pour connaître mon problème alors que la RP est une des maladies les plus courantes qui provoquent la cécité ou alors, ce n'était pas ça mais il fallait donner un nom quand même pour sauver les apparences... Et réduire les non-voyants à du braille prouve qu'elle s'est trompé de métier.

Après une dépression de rigueur, je me remets petit à petit et décide de croquer la vie à pleine dents !
Je suis sûre que c'est un dentiste qui a inventé cette expression à la con.
Ca vous donne l'impression que j'ai une dent contre les dentistes, c'est vrai mais pas contre tous, on ne peut pas fer d'amalgames.
Certains d'entre eux ont cariement foutu ma vie en l'air.
J'alu beaucoup sur le sujet.

Un jour, je dois fer soigner une dent et la dentiste lui pose une couronne en métal. C'est nickel chrome !
J'apprendrais bien plus tard que sous une couronne, on pose la plupart du temps un joli alliage, un plomb quoi.
Ce qui devait arriver, arriva.
Ces nouveaux métaux en bouche avec les anciens tout mignons de mon enfance joviale vont provoquer un électro-galvanisme.
Autrement dit, ça va chier !

Jadis, en 2003, c'est l'été, il fait beau, les oiseaux chantent et les arbres poussent, une superbe journée qui s'annonce. Avec une de mes soeurs, nous conduisons ses filles et leur copine dans un endroit verdoyant où elles pourront profiter d'une piscine en plein air blablabla.
Durant le trajet, je fais plusieurs petits malaises insignifiants jusqu'à ce que j'en fasse un beau. J'ai de plus en plus de mal à respirer, je me tétanise. On finit par s'arrêter et appeler une ambulance. Je suis dans un état proche de l'Ohio. En fait, c'est simple, j'ai l'impression que je vais mourir.
En attendant qu'elle se pointe, on se met toutes à pleurer, même la copine qui me voyait pour la première fois, l'effet de groupe sans doute...
Donc, j'ai fait une crise de tétanie, la première d'une longue série.
La cause est psychologique bien sûr. Euh, comment dire...

Alors, on me donne des espèces de calmants à prendre quand cela arrive. Ah pour me calmer, ça me calme. Vous avez certainement déjà vu dans un film ou l'autre un passage où le héros se réveille après avoir été drogué. Il n'arrive pas à bouger, sa vue est trouble, les voix des personnes qui l'entourent sont incompréhensibles, il est perdu et confus. Alors mon choix s'est porté sur la crise de tétanie car elle durait moins longtemps que l'effet du médicament et une fois terminée, j'avais l'esprit bien clair.
Bon, c'est vrai qu'après une belle crise, vous êtes vidés mais, comme je dis toujours, on ne peut pas tout avoir.

Le temps passe et les crises restent, alors on les attaque avec des anti-dépresseurs et là ma vie change.
Après le petit déj, je retourne me coucher sur le canapé telle une sirène sur son rocher.
Je finis par m'endormir en écoutant la télé et je fais des rêves incroyables dans lesquels apparaissent les animateurs...
Lorsqu'on me téléphone, je décroche machinalement et je réponds avec une voix d'outre-tombe car je suis dans un état similaire à celui des calmants. Vers midi, je ne sais par quel miracle, je me lève et vais manger. Et puis, je retourne m'étaler sur le canapé telle une sirène...
Je parviens à écouter quelques news, ce qui me remonte tout de suite le moral. Puis, je me rendors complètement apaisée. J'entends le générique de Derrick et puis je sombre à nouveau jusqu'au soir. Je me lève tant bien que mal pour aller manger afin de retrouver mon canapé où je m'endors un peu avant d'aller vraiment dormir dans mon lit.
La bonne nouvelle, eh oui, il y en a une même si c'est difficile à croire, pendants cette période soporifique, je n'ai pas fait de crises de tétanie.
Reconnaissez que c'est génial. Ok, je n'ai pas fait de balades non plus, ni de sorties, ni de ..."

J'ai eu des crises de tétanie jusqu'en 2016 et certains jours, j'en faisais plusieurs. Mais les emmerdes ne s'arrêtent pas là...

Tu dis :
Je pense qu'il faut guérir des maux de l'âme pour guérir ceux du corps, dans tous les cas une approche holistique est toujours nécessaire pour une rémission complète.

Je dis :
Toutes les pistes doivent être explorées, c'est sûr.

Tu dis :
Je ne te connais pas suffisamment @Mirobelle pour émettre quoi que ce soit concernant ton cas, ce sont juste mes idées sur le sujet (de manière générale).

Je dis :
Tu as raison de partager tes idées, c'est le but d'un forum. On en apprend tous les jours et de tous en plus.
Mais j'espère que tu ne retiendras pas de moi que mon état de santé. 🙂

Tu dis :
Et est-ce que tu vois des thérapeutes ?

Je dis :
L'année dernière, j'ai consulté un médecin qui connait les maladies environnementales. Le traitement homéopathique n'a pas marché du tout, au contraire, mais il n'a rien proposé pour le remplacer.
Sinon, je vais chez une dentiste holistique et je regrette de ne pas être allée chez elle pour la dépose des amalgames. Elle comprend mieux ce que je vis étant donné qu'elle-même est électro-hypersensible. Dans sa salle d'attente, elle a collé plusieurs affiches sur lesquelles elle demande aux patients d'éteindre leur smartphone. Donc, c'est cool ! Enfin...

Mirobellele 28 janvier 2020 à 15:10

Salut @Carol

Tu dis :
merci pour les infos.

Je dis :
Avec plaisir mais pour le moment, je n'ai pas mis grand chose. 🙁

Tu dis :
Je vis de l'anxiété à cause de mes hypersensibilités sensorielles très développées. J'ai fait un test chez un spécialiste des autistes cette semaine, pour évaluer mon degré de souffrance ? et pas de bol je suis entre 9 et 12, tous mes sens sont concernés.

Je dis :
Je suis désolée de l'apprendre.
Est-ce que tu es en hypersensibilité pour tous ?
Que fais-tu pour t'aider contre l'anxiété ?
J'avais lu dans un de tes posts que tu étais en manque de fer (je ne me souviens plus du problème exact), comme moi d'ailleurs. Je sais qu'il intervient au niveau de l'anxiété aussi, mais j'imagine que tu le sais déjà.

Tu dis :
en sachant qu'une personne normale est à 3,5, une hypersensible ( sensorielles) à 4 ou 5 , la moyenne pour un autiste asperger à 6 ( qui sont particulièrement concernés par ce problème).

Je dis :
Est-ce qu'on te donne une solution, un traitement ?

Tu dis :
J'ai lu aussi que les personnes aveugles développaient ces particularités sensorielles propres aux autistes.

Je dis :
Ok merci, je l'ignorais. Cependant, mes hypersensibilités ont commencé avant que je ne perde la vue.

Tu dis :
Je me renseigne pour l'instant pour m'apporter du confort au niveau sensoriel:

-couette lestée
- vêtements lestés que je vais fabriquer car très chers
- ballon pour m'asseoir pour les balancements ( proprioception), je n'ai jamais supporté d'être assise sur une chaise
-aménager une pièce pour le repos, la détente et le silence dans la maison

....je cherche encore, à défaut d'être née lynx et de pouvoir vivre dans la forêt ?

Je dis :
Effectivement, pour se protéger, il faut un sacré budget.
Tiens-moi au courant à propos des vêtements stp, cela pourrait m'intéresser.
Connais-tu aussi la peinture au carbone ? mais encore une fois, ce n'est pas donné.

Tu dis :
Il faut savoir aussi que de s'octroyer des moments sensoriels appréciés, au lieu d'en rajouter à la surcharge permet de vider la coupe pleine avant d'arriver en état de crise ?

Je dis :
🙂 Tu as tout à fait raison Carol.

Tu dis :
Mirobelle, je discuterais de ceci avec plaisir avec toi un de ces 4, on est pas si loin géographiquement l'une de l'autre ?

Je dis :
Avec grand plaisir Carol. Quand il fera meilleur, ce sera possible pour moi.

Mirobellele 28 janvier 2020 à 15:25

@Maverick
🙂 Merci pour le nouveau lien. J'avoue que je n'ai pas cherché...

Tangle 28 janvier 2020 à 23:12

@Mirobelle

Merci pour ta réponse 🙂

Héréditaire ou pas héréditaire de toute façon ce n'est pas le problème.
Cette excuse ne marche plus (sauf maladies très spécifiques)...elle est surtout utilisée pour justifier son "irresponsabilité" concernant le développement de la maladie (qui dépend de facteurs physiques, psychiques, environnementaux).

Il y a donc bien eu une succession d'événements négatifs. Et c'est dommage que les thérapeutes ont simplement donné des antidépresseurs pour endormir les crises de tétanies sans chercher plus loin...(bon remarque faut bien engraisser l'industrie pharmaceutique)

Quand je parlais de thérapeutes, je parlais aussi de psychologues, psychiatre, etc...

Mirobellele 29 janvier 2020 à 12:14

Salut @Tang

Tu dis :
Merci @Mirobelle pour ta réponse ??

Je dis :
Je t'en prie @Tang et merci à toi aussi pour ces échanges.

Tu dis :
Je suis entièrement d'accord avec toi concernant ces toxiques...Ma grand mère avait eu ce problème à cause des antibiotiques, cependant elle a réussi à s'en remettre ensuite (avec des plantes je crois).

Je dis :
C'est cool pour ta grand-mère. Je ne doute pas qu'on se remette d'une dysbiose. Cela dit, beaucoup de gens ont des candidoses chroniques.
J'avais pris cet exemple pour dire que les fatigue chronique et les SCI ne sont pas toujours psychosomatiques.

Tu dis :
Mais concernant les toxiques en général, ce sont des causes qui participent à la maladie, mais ce ne sont pas des causes suffisantes. Sinon on serait bien plus nombreux à être touchés par cela.

Je dis :
Encore une fois, nous ne réagissons pas tous de la même manière. Nous sommes pourtant de plus en plus touchés par notre environnement. Heureusement, les problèmes ne sont pas handicapants chez la plupart des gens. Par contre, si on se donne la peine d'observer, on se rend compte qu'il y a de plus en plus de gens, même chez les jeunes, qui souffrent d'allergies, de diabète, de fatigue, de problèmes digestifs, de ballonnements, de petites pertes de mémoire qui n'ont l'air de rien, de dépression, d'insomnie, de migraine, de maladies auto-immunes, etc. Et la liste n'est pas exhaustive.

Mais chez d'autres dont je pense faire partie, ce sont des causes suffisantes. Voici un extrait d'un article et son lien :

"Le mercure se fond dans le système nerveux
À température ambiante, ce métal liquide (Hg 0) dégage des vapeurs quasi imperceptibles qui, inhalées, pénètrent aisément les cellules, puis vont s'accumuler dans le système nerveux. Chez la femme enceinte, il traverse le placenta et gagne le foetus et son cerveau en premier. De nombreuses études convergent pour alerter contre les risques d'une exposition aux premiers âges de la vie, pouvant engendrer un autisme et des troubles de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), puis favorisant toute la vie la survenue de troubles immunitaires, cardiovasculaires, pulmonaires, oculaires, d'insuffisance rénale, de diabète et de maladies neurodégénératives (Alzheimer et Parkinson tout particulièrement).
Les deux principales sources d'empoisonnement sont le port d'amalgames dentaires et la consommation de certains aliments pollués. Dans l'alimentation, le mercure est présent sous forme de méthylmercure. Aliments les plus pollués en mercure : Moules (1 500 µg/kg), Huîtres (800), Rognons (270), Foie (150) ...
Pour les gros poissons carnassiers sauvages (bar commun, dorade, espadon, esturgeon, raie, requin, thon rouge), la DHTP actuelle est de 1,6 µg/kg pc/semaine !"

http://www.medecine-integree.com/alimentation-et-metaux-lourds/

Et le lien pour des témoignages sur les effets du mercure des amalgames dentaires :

https://www.non-au-mercure-dentaire.org/_fichiers/temoignages_patients_drmelet.pdf

Tu dis :
Il y a (sauf énorme intoxication) la plupart du temps également des causes psychologiques (dépression, inhibition de l'action, anxiété, etc...) qui sont propices au développement et à la persistance de la maladie.

Je dis :
Je suis d'accord avec toi, tout est possible, un cas n'est pas l'autre.
Cependant les toxiques peuvent aussi provoquer des dépressions, de l'anxiété, etc. Ce que je veux dire, c'est que si l'on soigne avec des saletés d'antidépresseurs et autres anxiolytiques alors que la source du problème est ailleurs, on risque de perdre son temps mais surtout on risque d'aggraver la situation en laissant le poison agir.
Et si on ne tient pas compte des éventuelles carences, on peut aussi passer à côté.
C'est ainsi qu'on voit des gens être en dépression pendant de longues années malgré le suivi chez un thérapeute et la prise de ces médocs.

Tu dis :
Le problème serait bien cette dysbiose intestinale, mais celle-ci n'est que la conséquence d'autres dysfonctionnements. En soignant ton alimentation ça ne règle qu'une partie du problème. On parle toujours de ce que notre organisme ingère (produits chimiques, alimentation, etc..) mais on ne parle pas assez de la façon dont il fonctionne. C'est comme si pour évacuer la fumée tu ouvres toujours plus de fenêtres, donc ça soulage évidemment, mais cela n'éteint pas l'incendie.

Je dis :
Il n'y a pas que l'alimentation qu'il faut modifier évidemment. D'ailleurs, je ne parlais pas que de ça. Mais j'ai l'impression que les gens ne se rendent pas toujours bien compte de l'importance de celle-ci.

La discussion avec toi Tang est intéressante mais me demande beaucoup trop d'énergie... Excuse-moi si je ne réponds pas régulièrement à tes posts.
Merci pour les liens, je vais lire et relire.

Tu dis :
Oui, c'est vraiment courageux de ta part Mirobelle ! Je te le souhaite vraiment, you deserve it ??

Je dis :
Merci Tang, cela me touche. 🙂

Mirobellele 29 janvier 2020 à 12:23

Salut @Etoile

Tu dis :
Ensuite, sur cheveux mouillés, je mets l'équivalent d'un grain de maïs (donc vraiment très peu) d'un mélange d'huile de ricin, d'huile de jojoba, huile de coco et huile essentielle d'eucalyptus préparé à l'avance et conservé dans une bouteille à l'abri de la lumière.

Je dis :
Déjà merci pour la recette. J'ai plusieurs questions Etoile.
Est-ce que l'odeur est forte ? Et quand les cheveux sont secs, sentent-ils cette préparation ?
Aussi, quelle est la quantité pour chaque composant ?
Merci.

Etoilele 29 janvier 2020 à 12:29

@Mirobelle. L'odeur n'est pas forte mais on sent quand même un peu l'eucalyptus. Tu peux aussi bien faire cette préparation sans huile essentielle, sachant que si j'en mets c'est juste pour l'odeur 😋
Après, une fois sec, je trouve pas que ça sente grand chose... faudrait que tu sentes mes cheveux pour savoir. Ca tombe bien je les ai lavés hier. Je fais comment ? Tu crois que par mail tu sentirais quelque chose ? 😂 😉
Les quantités c'est simple à retenir, c'est 1/3 de chaque huile.
Au plaisir Belle Miro 🙂

Mirobellele 29 janvier 2020 à 12:33

Salut @Maverick

Tu dis :
@Mirobelle, ne t'occupe pas de nous répondre, prends soin de toi

Je dis :
🙂 Merci Maverick, cela me touche aussi.

Répondre est la moindre des choses, par respect pour chacun.
Et pour une fois que je peux polluer un fil, je ne vais pas me gêner ! 😜

Mirobellele 29 janvier 2020 à 12:37

😄 @Etoile

Trop rapide ! Merci.
A bientôt.

Etoilele 29 janvier 2020 à 12:39

@Mirobelle J'ai rajouté un tit plus à ma réponse 😋

Mirobellele 29 janvier 2020 à 13:38

😂 @Etoile

Tu dis :
Après, une fois sec, je trouve pas que ça sente grand chose... faudrait que tu sentes mes cheveux pour savoir. Ca tombe bien je les ai lavés hier. Je fais comment ? Tu crois que par mail tu sentirais quelque chose ? ? ?

Je dis :
Malgré mon nez de Jean-Baptiste Grenouille je n'arrive pas à sentir tes cheveux. 😭
Par contre, je sens comme une odeur de Maroilles... 😜 😂

Etoilele 29 janvier 2020 à 13:41

😂 😂

Tangle 29 janvier 2020 à 14:15

@Mirobelle

citation :
C'est cool pour ta grand-mère. Je ne doute pas qu'on se remette d'une dysbiose. Cela dit, beaucoup de gens ont des candidoses chroniques.
J'avais pris cet exemple pour dire que les fatigue chronique et les SCI ne sont pas toujours psychosomatiques.

Encore une fois, nous ne réagissons pas tous de la même manière. Nous sommes pourtant de plus en plus touchés par notre environnement. Heureusement, les problèmes ne sont pas handicapants chez la plupart des gens. Par contre, si on se donne la peine d'observer, on se rend compte qu'il y a de plus en plus de gens, même chez les jeunes, qui souffrent d'allergies, de diabète, de fatigue, de problèmes digestifs, de ballonnements, de petites pertes de mémoire qui n'ont l'air de rien, de dépression, d'insomnie, de migraine, de maladies auto-immunes, etc. Et la liste n'est pas exhaustive.
"Le mercure se fond dans le système nerveux
À température ambiante, ce métal liquide (Hg 0) dégage des vapeurs quasi imperceptibles qui, inhalées, pénètrent aisément les cellules, puis vont s'accumuler dans le système nerveux. Chez la femme enceinte, il traverse le placenta et gagne le foetus et son cerveau en premier. De nombreuses études convergent pour alerter contre les risques d'une exposition aux premiers âges de la vie, pouvant engendrer un autisme et des troubles de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), puis favorisant toute la vie la survenue de troubles immunitaires, cardiovasculaires, pulmonaires, oculaires, d'insuffisance rénale, de diabète et de maladies neurodégénératives (Alzheimer et Parkinson tout particulièrement).
Les deux principales sources d'empoisonnement sont le port d'amalgames dentaires et la consommation de certains aliments pollués. Dans l'alimentation, le mercure est présent sous forme de méthylmercure. Aliments les plus pollués en mercure : Moules (1 500 µg/kg), Huîtres (800), Rognons (270), Foie (150) ...
Pour les gros poissons carnassiers sauvages (bar commun, dorade, espadon, esturgeon, raie, requin, thon rouge), la DHTP actuelle est de 1,6 µg/kg pc/semaine !"


Clairement, il faut faire attention à ces toxiques, je suis complètement d'accord. Mais ce que j'essaye de dire, c'est que l'alimentation n'est qu'une brique parmi d'autres, et je suis d'accord avec ce qui est dit dans ces articles, cependant cela reste de la théorie puisque cela ne prend pas en compte tous les autres facteurs qui agissent sur notre corps. Il faut remettre les choses dans leur contexte, donc oui ce sont des facteurs qui favorisent certaines pathologies, mais à moins de tomber dans des excès énormes, ce n'est pas suffisant pour tout expliquer (et heureusement).

Tu dis que nous ne réagissons pas tous de la même manière. Mais la question est pourquoi ne nous réagissons pas tous de la même manière ? Parce que le corps humain est très complexe. Si ton alimentation est optimale mais que les problèmes persistent c'est qu'il faut chercher ailleurs.
Notre corps produit des millions de réactions chimiques, qui peuvent modifier l'expression de nos gènes, qui peuvent favoriser la maladie ou la rémission.

Je n'ai pas de preuves pour étayer cela, mais j'ai remarqué que les personnes touchés par ces maladies auto-immunes (qui sont finalement de l'auto-destruction) ne sont pas simplement victimes d'événements extérieurs ou pollution, il y a aussi des causes psychologiques. Le problème c'est que souvent ces causes ne sont connues «consciemment» par la personne malade. Elle subit sa vie en quelque sorte.

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/26054-Attention-stress-responsable-developpement-maladies-auto-immunes

http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2011-05-17/fatigue-chronique-fibromyalgie-hypersensibilite-chimique-abus-physique-enfance


Pour que le corps se mette à dysfonctionner de manière grave, il a forcément plusieurs causes diverses réunies. Ou alors peut-être que parfois il y a surtout une seule cause "principale" très intense par rapport aux autres causes (par exemple combien de personnes tombent subitement malades suite au décès d'un proche ? Si ce n'est pas la preuve de la puissance du cerveau sur notre corps...) ?

Par exemple, tu parlais des allergies, me concernant j'avais parfois certaines intolérances alimentaires...et bien j'ai remarqué que celles-ci pouvaient être intenses si j'étais stressé psychologiquement. Au contraire, si j'étais « anormalement » détendu, et dans un environnement différent, en essayant de vraiment lâcher prise (lors d'un voyage par exemple), là je pouvais manger n'importe quoi...et je n'avais pas de problème...pourquoi ? Parce qu'être moins stressé, avoir des relations sociales gratifiantes, profiter de la vie influe énormément sur le système immunitaire, et certainement beaucoup plus que ce que tu manges.

Concernant les douleurs nociplastiques, comme je disais plus haut, dans ce cas on parle de « Déconnexion corps-cerveau ». Donc forcément cela demande du temps pour prendre conscience de tout cela...

citation :
Je suis d'accord avec toi, tout est possible, un cas n'est pas l'autre.
Cependant les toxiques peuvent aussi provoquer des dépressions, de l'anxiété, etc. Ce que je veux dire, c'est que si l'on soigne avec des saletés d'antidépresseurs et autres anxiolytiques alors que la source du problème est ailleurs, on risque de perdre son temps mais surtout on risque d'aggraver la situation en laissant le poison agir.
Et si on ne tient pas compte des éventuelles carences, on peut aussi passer à côté.
C'est ainsi qu'on voit des gens être en dépression pendant de longues années malgré le suivi chez un thérapeute et la prise de ces médocs.


Clairement, je suis entièrement d'accord avec toi concernant ces saletés de l'industrie pharmaceutiques (bon ça peut être utile, mais à court terme). Un cas n'est pas l'autre mais jusqu'à preuve du contraire nous sommes tous humain, nous possédons (presque) tous en nous cette capacité à se régénérer.

Concernant les carences, c'est quelque chose de risible, parce que si on analyse tout dans les détails on pourrait constater que presque tout le monde a au moins une carence...et est-ce que cela suffit à tomber dans la maladie, heureusement que non. A la base nous sommes des animaux, le corps s'adapte en fonction de ce que nous avons à disposition. Finalement ruminer constamment à propos de cela contribue surtout à maintenir un niveau de stress psychologique élevé.

citation :
Il n'y a pas que l'alimentation qu'il faut modifier évidemment. D'ailleurs, je ne parlais pas que de ça. Mais j'ai l'impression que les gens ne se rendent pas toujours bien compte de l'importance de celle-ci.


Évidemment, je fais moi-même très attention à l'alimentation, mais encore une fois, c'est juste une brique parmi d'autres.

Une personne qui bouffe Mac Do 3 fois par semaine, mais qui est en paix avec son passé, a de bonnes relations sociales, et qui s'éclate dans sa vie sera en meilleure santé qu'une autre personne qui fait hyper attention à ce qu'elle mange, qui a des carences affectives, qui s'ennuie, et qui donc finalement subit sa vie.

citation :
La discussion avec toi Tang est intéressante mais me demande beaucoup trop d'énergie... Excuse-moi si je ne réponds pas régulièrement à tes posts.
Merci pour les liens, je vais lire et relire.


Il n'y a pas de soucis Mirobelle, tu n'as pas à te justifier.

citation :
Merci Tang, cela me touche.


Merci à toi Mirobelle 🙂

Maverickle 29 janvier 2020 à 15:47

@Mirobelle

J'ai honte 😨 mais tu m'as fait rire 😄 avec le récit de tes malheurs !

Ce ne sont pas tes malheurs qui me font rire, non, au contraire ça me désole et me désespère de lire comment des membres du corps médical peuvent être autant à côté de la plaque (de tartre) et manquer de la bienveillance élémentaire qu'on croit pouvoir attendre d'une personne qui a prêté (et pas encore rendu) le Serment d'Hippocrate.

Non, c'est ton style, cet humour noir grinçant basé sur des jeux de mots ou des références, ça me donne l'impression d'entrevoir la puissance de ton esprit et ta lucidité (avec ou sans RP) sur ta situation. Et je ne peux m'empêcher de penser au gâchis que tu sois obligée de cramer cette puissance juste pour assurer ta survie, alors que tu devrais pouvoir la déployer au service des autres, si les autres étaient plus subtils et vraiment efficacement à ton service face à tes soucis (et je me mets parmi les autres, hein, je ne suis pas plus malin que tout le monde 😒).
Après, je ne sais pas ce que tu fais aujourd'hui, en fait peut-être que tu as dépassé tout ça grâce à ta force de caractère, et que tu es @Mirobelle sur APIE, mais Daredevilette dans la vraie vie et que tu sauves des vies toutes les nuits. Ca serait cool ... 😍

A part ça, maintenant que je comprends mieux la portée de tes difficultés, je vais remballer mes interrogations grotesques sur ma "normo-acousie" et arrêter de polluer ce fil.

Bises @Mirobelle, si je passe des vacances dans le nord, je m'arrangerai pour passer par Namur ...

Mirobellele 29 janvier 2020 à 17:37

@Maverick

Tu dis :
Il m'est arrivé de ne pas arriver à dormir à cause d'un son que j'interprétais comme une fuite d'eau. Tant que je n'ai pas eu trouvé la source, et refermé un robinet effectivement mal fermé qui fuyait un peu, je n'ai pas pu me coucher. J'entends aussi avec force les grésillements quasi inaudibles des appareils électriques, et plus d'une fois ma "tension" intérieure est retombée après avoir mieux branché ou débranché un chargeur de téléphone ou une lampe de chevet, ou vraiment éteint un interrupteur mural avec variateur. Alors que les bruits "ordinaires" et "normaux" produits périodiquement, par mon frigo par exemple, ne me gênent pas.

Je dis :
Oui, cela ne m'étonne pas puisque même au niveau du son, nous réagissons différemment. Et un son qui te fera de l'effet, ne m'en fera peut-être pas et vice et versa, dixit Les Inconnus.
Peux-tu m'en dire plus sur ta tension intérieure stp ?

Tu dis :
Pour les odeurs, ce sont surtout les parfums qui me mettent en tension. D'abord, ceux que ma mémoire associe avec des événements majeurs : Chaque fois que je croise une personne avec le même parfum que ma "première fois", j'ai les souvenirs qui remontent.

Je dis :
Cela n'a rien à voir avec toi mais cela me fait penser à cette technique qui consiste à traiter les patients souffrant d'Alzheimer. Des parfums ou des odeurs sont utilisés pour stimuler leur mémoire.

Tu dis :
Ensuite, ceux qui sont trop forts, trop envahissants, trop concentrés. Je n'ai jamais été mal à l'aise dans le métro au milieu de dizaines d'odeurs ténues mélangées, alors qu'il m'est arrivé d'être perturbé en pleine rue piétonnière à l'air libre par une personne détectable à 20 m (50 ?) pour s'être aspergée du flacon entier (c'est l'impression que ça me donne,
et dans ces circonstances je ne trouve jamais qu'elle sente "bon" ? ). Dans les galeries marchandes, je fais un détour devant les boutiques de parfum, le remugle qui s'en échappe m'est franchement désagréable (aux périodes des fêtes, quand il "faut" offrir un parfum, j'arrive à me forcer, mais j'y vais à reculons). Alors que j'ai visité des usines ou des parfumeries traditionnelles dans le Midi, ça s'est toujours très bien passé.

Je dis :
Je te comprends parfaitement.
En dehors des produits chimiques hautement toxiques qui peuvent déclencher un MCS du jour au lendemain, d'après mes lectures, j'ai remarqué que les parfums étaient souvent les premiers produits à être cités.
Chez moi, cela a commencé par un parfum qui me donnait des migraines. Je supportais à l'aise tous les autres, d'ailleurs, j'en portais aussi. Et par la suite, ce sont d'autres parfums et autres produits qui m'ont dérangé dans un premier temps et qui m'ont rendu malade progressivement.
Cela a évolué gentiment sur de longues années. Cela ne veut pas dire que tu vas subir la même chose hein ? Rassure-toi.
La différence entre nous, enfin, il y en a plusieurs, mais celle que je veux souligner, est que tu peux mettre un nom sur ce problème.

Tu dis :
Bref, je m'interroge : est-ce une forme d'hyper-sensibilité ? ou suis-je tout bêtement "normalement" sensible aux sons et odeurs extrêmes ?

Je dis :
Attends, attends, ouvre la bouche ! 😜
J'ai déjà un peu répondu mais en même temps, cela ne prouve rien. 🙂

Mirobellele 29 janvier 2020 à 22:24

Bonsoir @Tang

Tu dis :
Merci pour ta réponse ??

Je dis :
Merci pour la tienne aussi. 😜

Tu dis :
Héréditaire ou pas héréditaire de toute façon ce n'est pas le problème.
Cette excuse ne marche plus (sauf maladies très spécifiques)...elle est surtout utilisée pour justifier son "irresponsabilité" concernant le développement de la maladie (qui dépend de facteurs physiques, psychiques, environnementaux).

Je dis :
Cela datait du siècle dernier. On pouvait encore trouver cette excuse. Depuis on met tout sur le côté psychologique quand on ne sait pas.

Tu dis :
Il y a donc bien eu une succession d'événements négatifs. Et c'est dommage que les thérapeutes ont simplement donné des antidépresseurs pour endormir les crises de tétanies sans chercher plus loin...(bon remarque faut bien engraisser l'industrie pharmaceutique)

Je dis :
Oui, mais on peut se remettre d'une épreuve. Ce n'est pas parce qu'on est capé, qu'on est en dépression.
Plusieurs médecins ont essayé de me le faire croire car ils étaient démunis et tellement pas curieux. Une urgentiste m'a dit un jour, vous avez deux handicaps, c'est normal que vous soyez en dépression. C'est vraiment n'importe quoi !
Tu dis toi-même que notre organisme peut se régénérer, puisqu'il peut le faire, c'est à tous les niveaux, non ?

Pour les crises de tétanie, j'ai vu qu'elles pouvaient être causées par le mercure. On a constaté également qu'il y avait une carence en magnésium.

Tu dis :
Quand je parlais de thérapeutes, je parlais aussi de psychologues, psychiatre, etc...

Je dis :
Oui, j'ai vu un psy il y a quelques années. Il a confirmé que je n'étais pas en dépression.
Je pense que si l'on ne se ment pas à soi-même, on peut très bien se connaître et par conséquent, savoir ce qu'il nous faut. 🙂

Mirobellele 30 janvier 2020 à 23:20

😍 😂
Bonsoir @Maverick et merci pour ton message 🙂

Tu dis :
J'ai honte ?? mais tu m'as fait rire ?? avec le récit de tes malheurs !

Je dis :
Cool, c'est le but aussi, tu ne dois surtout pas avoir honte. On est pas toujours obligé de sortir les violons...
Et encore, ce n'est qu'un bref aperçu.
Il y a quelques années mon petit frère m'avait dit que ce serait bien de partager mon histoire. Informer et peut-être ainsi, aider d'autres personnes qui seraient dans la même situation (symptômes étranges et errance médicale.
Alors, j'ai commencé à écrire mais je suis loin d'avoir terminé.

Tu dis :
Ce ne sont pas tes malheurs qui me font rire, non, au contraire ça me désole et me désespère de lire comment des membres du corps médical peuvent être autant à côté de la plaque (de tartre) et manquer de la bienveillance élémentaire qu'on croit pouvoir attendre d'une personne qui a prêté (et pas encore rendu) le Serment d'Hippocrate.

Je dis :
😄 Excellent !
Bah, les médecins sont humains avant tout finalement, donc on ne devrait pas s'étonner.

Tu dis :
Non, c'est ton style, cet humour noir grinçant basé sur des jeux de mots ou des références, ça me donne l'impression d'entrevoir la puissance de ton esprit et ta lucidité (avec ou sans RP) sur ta situation. Et je ne peux m'empêcher de penser au gâchis que tu sois obligée de cramer cette puissance juste pour assurer ta survie, alors que tu devrais pouvoir la déployer au service des autres, si les autres étaient plus subtils et vraiment efficacement à ton service face à tes soucis (et je me mets parmi les autres, hein, je ne suis pas plus malin que tout le monde ??).
Après, je ne sais pas ce que tu fais aujourd'hui, en fait peut-être que tu as dépassé tout ça grâce à ta force de caractère, et que tu es @Mirobelle sur APIE, mais Daredevilette dans la vraie vie et que tu sauves des vies toutes les nuits. Ca serait cool ... ??

Je dis :
Je ne sais pas quoi dire Maverick. Déjà, merci à toi d'avoir lu et compris ma façon spéciale de m'exprimer. C'est cool !
Ton message me va droit au coeur.
Je ne vais plus péter les plombs, je vais me la péter tout court si cela continue 😜
Je suis tout simplement une femme au foyer, mais pas comme celles de landru, je ne suis pas cramée à ce point-là. Cela dit, ça fait du bien d'imaginer quelques secondes être une héroïne. 😋

Tu dis :
A part ça, maintenant que je comprends mieux la portée de tes difficultés, je vais remballer mes interrogations grotesques sur ma "normo-acousie" et arrêter de polluer ce fil.

Je dis :
J'espère que tu plaisantes maverick. Sinon, reviens !
D'abord, tu ne pollues pas du tout. Tes interrogations sont légitimes. Ce fil est là pour tout le monde, sinon, ce n'est pas drôle.

Tu dis :
Bises @Mirobelle, si je passe des vacances dans le nord, je m'arrangerai pour passer par Namur ...

Je dis :
Bises à toi aussi et ce serait cool en effet. 🙂

Mirobellele 08 mars 2020 à 11:37

http://ehs-action.org/hygiene-de-vie-2/

doremile 08 mars 2020 à 16:27

Et les acouphènes dans tout ca ? 🤔

Mirobellele 08 mars 2020 à 17:12

@doremi
Oui, j'en ai aussi mais c'est tellement dérisoire à côté du reste...
Avec de la lithothérapie, j'arrive à les gérer. (améthyste ou oeil de faucon, par exemple)

doremile 08 mars 2020 à 17:29

Je comprends, pas évident de savoir tout gérer et d'entrer aussi et peut-être bien souvent dans l'habituation afin de co-habiter avec toutes ses sensibilités...

Mirobellele 08 mars 2020 à 17:41

C'est sûr @doremi
Et toi, as-tu des acouphènes ?

doremile 08 mars 2020 à 18:09

Oui j'en ai (sifflements)

doremile 08 mars 2020 à 18:12

En meme temps il y a plusieurs millions de personnes (1a 3) qui en ont, serait ce un symptôme exclusif du surdoué ? 🤔

Mirobellele 08 mars 2020 à 19:26

Ok @doremi et j'imagine que ce n'est pas fasila supporter. 😜
As-tu un truc ou un traitement ou attends-tu que cela passe ?

doremile 08 mars 2020 à 19:32

Rien a part l'habitution 😋

doremile 08 mars 2020 à 20:37

Sympa le jeu de mot fa si la 😋 do re mi ?

doremile 13 mars 2020 à 16:53

Et l'hypersensibilité à la météo ca compte aussi ? 🤔

Alex57le 14 mars 2020 à 11:48

Je m'excuse d'avance si une réponse a déjà été donné aux questionnements ci-après, j'ai lu les messages un peu en transversale, j'ai du mal avec la lecture sur écrans à vrai dire, d'autant plus que l'on retient moins bien. Bref 😇

Nous avons un petit peu abordé le sujet avec ma (nouvelle) psy, elle même zebre (bonne surprise puisqu'elle ne l'indique nulle part, elle me l'avait dit au téléphone et confirmé lors de la consultation... bref je m'égare). Nous avons repris point par point les caractéristiques principales du zèbre et nous en sommes venu à l'hypersensibilité sensorielle.

J'ai eu un peu de mal à lui répondre, étant donné que c'est quelque chose que l'on vit tous les jours, comment jauger son propre malaise ? Je suis myope, donc évidemment que la lumière me fait mal yeux, qu'une activité prolongé sur les écrans fatigue ma vision. De même pour les odeurs, les sons... à quel moment cela devient plus que les autres ?

Mirobellele 16 mars 2020 à 11:38

salut @doremi
Je ne sais pas si cela compte ou pas.
Par contre, depuis plus d'un an maintenant, selon la météo, mon corps réagit fortement à la luminosité ou à son absence.
Du coup, je me suis intéressée à la luminothérapie qui a l'air de régler pas mal de problèmes, sauf que dans mon cas, c'est déconseillé.

Merlinle 16 mars 2020 à 11:47

@Mirobelle ne serait-ce pas lié à ton rythme circadien ? La lumière (ou son absence) semble l'influencer fortement. https://fr.wikipedia.org/wiki/Rythme_circadien

Mirobellele 16 mars 2020 à 12:16

salut @Alex57
Quelques pistes pour t'aider :
Un programme avec synthèse vocale selon le système. J'utilise NVDA sous Windows.
Avant NVDA, quand je pouvais encore lire sur mon écran, contre l'éblouissement, j'avais inversé les couleurs en sélectionnant le jaune pour les caractères sur fond noir. J'avais également augmenté la taille de la police.

Quand j'étais gosse, on m'avait diagnostiqué une myopie mais aucun verre correcteur n'était jamais arrivé à la corriger...
Est-ce que chez toi, la correction est satisfaisante (si tu en as une bien sûr) ?

Pour tenter de répondre à ta question : "à quel moment cela devient plus que les autres ?"
Quand cela commence à te gêner, te faire souffrir, t'empoisonner la vie, t'handicaper, etc.
Quand les choses évoluent.

Si tu veux plus d'infos, je peux te les donner en vocal, cela t'évitera de fatiguer tes yeux. 🙂

Mirobellele 16 mars 2020 à 12:25

salut @Merlin merci pour le lien, je vais y jeter un oeil. Il me semble avoir lu que la luminothérapie pouvait également jouer sur ce point.

Alex57le 16 mars 2020 à 19:11

Salut @Mirobelle
Je peux lire sur écran, encore ça va, je trouve juste que ce n'est pas le plus confortable. Mais sinon ça va je supporte. Par contre, lorsque que j'étais encore dans mes cours de programmation, j'optais pour le noir en fond et du gris pour le texte (et d'autres couleurs pour identifier les différentes balises), pour le coup c'était nécessaire, ça fatiguait moins ma vue. Sinon sur mon PC perso j'ai un filtre (un programme) anti lumière bleue, et je m'y suis fait relativement vite.
Du coup, j'ai aussi des verres correcteurs anti lumière bleue et je pleure moins, j'ai moins souvent mal au crâne après une journée de boulot. La fatigue visuelle me donnait des migraines, mais je ne sais pas si c'est du seulement à la myopie ou à une hypersensibilité à la lumière.

Handicapant je ne sais pas, cependant, certaines intonations de voix ou voix tout court me percent les tympans, et je ne supporte pas la TV trop fort ou les gens qui parlent fort, certains sons également, souvent dans les aigües en fait (mais cela me semble "normal").
En parlant de son, je me souviens d'un test d'audition fait en primaire, j'avais dit à la dame que j'entendais le son des deux oreilles... elle a écrit "faux" sur sa feuille (je l'avais lu à l'envers). Apparemment ce n'était pas possible...

Je pense que tu réponds à ma question, je vais y faire plus attention. 😉

Kundunle 24 avril 2020 à 11:50

Salut tout le monde,

Je me reconnais très bien dans ce sujet et je te remercie Mirobelle d'avoir posté ces infos intéressantes.

Je suis HPI (non diagnostiqué) et je bénéficie (pour moi ce premier état n'est pas un handicap) d'un odorat hyper-sensible qui me permet de jouir littéralement de bonne odeurs au printemps et de toutes sortes de parfums dans un tas d'autres situations, ce qui est parfois assez transcendant, mais un plaisir éminemment fugace. La contrepartie, c'est que je ne je suis très fortement incommodé par les odeurs de synthèse (les détergents pour sols de supermarché et les shampoings H&S, quelle horreur ! Je me demande comment les gens peuvent mettre ça chez eux ou sur leur gueule !) et les odeurs sales type pisse de chat, égouts se révèlent démultipliées aussi...

A coté de ça, j'entends à peu près correctement en temps normal, mais je suis régulièrement victime d'éclipses auditives. Par exemple on me parle et subitement le son se dégrade pendant quelques secondes, devient comme flou et atténué, ne me laissant que la possibilité de tenter de deviner ce qu'a voulu me dire mon interlocuteur ou de lui faire répéter. Les conversations à plus de 3 personnes sont extrêmement difficiles et épuisantes pour moi, surtout dans des lieux avec bruit de fond regroupant du monde comme les restaurants ou bars avec un fond musical. Je passe mon temps et mon énergie à essayer de distinguer l'information dont je ne perçois que la moitié... c'est dur et ce genre de sorties n'on du coup rien d'un moment de plaisir et de détente !

Mais depuis une dizaine d'années, je suis en plus victime de problèmes de douleurs chroniques au niveau de l'estomac et derrière dans le dos. Je ne supporte plus la position assise qui provoque une hyper stimulation de l'acidité gastrique et une inflammation de l'estomac, et tous mes symptômes sont majorés par le stress. Du coup je suis quasi tout le temps en inflammation et il y a tout un tas d'aliments irritants que je ne peux plus avaler : piment, gingembre, chocolat, alcool, café etc. La douleur est permanente, me réveille souvent la nuit. Elle se révèle désocialisante et ces symptômes sont un véritable enfer pour moi au quotidien. J'ai fait pas mal d'examens, et au niveau de toutes les imageries, par caméra endoscopique ou IRM, il n'y a rien : que dalle ! Je crois qu'on peut dire que je colle bien à ce tableau de syndrome de sensibilité centrale que tu évoques Mirobelle !

Mon apport au sujet, qui pourra en intéresser certains, c'est que j'ai aussi régulièrement vécu, durant plusieurs années, une forte fatigue chronique, un rétrécissement du champ de vision, une hypersensibilité à l'humidité, au froid, un fort brouillard mental certains jours et des douleurs neuropathiques de type "coup de poignard", des décharges électriques dans le thorax et dans les membres et des envies de sucré absolument impérieuses. Après de nombreuses consultations infructueuses, une médecin un peu plus futée que les autres (d'expérience, 9 médecins sur 10 sont vraiment inaptes face à ces tableaux symptomatiques complexes) m'a orienté sur la piste de la maladie de Lyme. J'ai fait 2 tests différents qui sont revenus négatifs, mais un des rares médecins spécialiste des infections froides m'a testé pour d'autres bactéries responsables de ce qu'on appelle des "infections à bas bruit" ou "infections froides". Ce sont des infections rampantes qui ne provoquent pas de symptômes aigus, pour lesquelles aucun marqueur ne crève le plafond lors des analyses de sang, mais qui sont responsables de toutes sortes de symptômes chroniques. Je suis ressorti positif à la bactérie Chlamydia Pneumoniae (à ne pas confondre avec Chlamydia Trachomatis qui est un genre de MST très connue), cette bactérie affichant des symptômes assez similaires à la maladie de Lyme. Après avoir fait 2 ans et demi de traitement avec des plantes ayurvédiques, tous les symptômes évoqués au début de ce paragraphe ont disparu. En me documentant au sujet de cette bactérie, j'ai découvert qu'elle était en fait assez répandue (elle se propage notamment par voie aérienne, comme un rhume), mais que la plupart des gens ont un système immunitaire qui en vient à bout et y sont immunisés. Seuls 10 à 15% de la population développeraient des symptômes chroniques, et les hauts potentiels, dont le cerveau tourne plus vite et se révèle plus gourmand en glucose pourraient être plus touchés que le reste de la population, cette bactérie raffolant des sucres qui favorisent sa multiplication et pour lesquels elle provoque des envies impérieuses. Cette dernière théorie est néanmoins toute personnelle.

Aussi, Chlamydia Pneumoniae tout comme Borrelia (Maladie de Lyme) ont la capacité de s'attaquer à certains organes et au système nerveux central, en s'attaquant à la gaine de myéline qui enrobe et protège les nerfs et les neurones des agressions extérieures et peuvent aussi attaquer le cerveau car elles ont la capacité de passer la barrière hémato encéphalique. Ceci expliquerait l'apparition d'une hypersensibilité chez certains sujets, et pourrait impliquer la responsabilité des infections froides dans les maladies neurodégénératives. Au cours de mes recherches, je suis notamment tombé sur une étude portant sur l'examen du cerveau de patients Alzheimer décédés, dont 80% se seraient révélés porteurs d'une infection froide. Mais de mon expérience, quand on parle de Chlamydia Pneumoniae à la plupart des médecins, ceux-ci vous répondent "Ah oui, mais c'est bénin ça...". A titre personnel, mes lectures m'ont donné l'intuition qu'il existe sans doute une forte proportion d'infections froides en phase chronique au sein de la population, qui ne sont pas recherchées, donc pas détectées ni traitées, et qui seraient responsables d'un éventail très large de maladies chroniques et de neurodégénératives. Aussi, un dépistage systématique des infections à bas bruit dans la population, au même titre que les campagnes de vaccination, pourrait être la source de progrès substantiels en termes de santé publique. Le coeur du problème néanmoins, c'est que la plupart des praticiens de santé ne sont pas formés sur le sujet et semblent en majorité ignorants sur ces questions. Pire, ceux qui y travaillent et qui s'efforcent de soigner les patients à coups de longues cures d'antibiotiques (en raison du défaut de diagnostic, les infections froides sont régulièrement implantées de longue date et très coriaces a éradiquer) sont parfois victimes d'intimidation de la part de collègues et de l'ordre des médecins, comme ce fut le cas pour le médecin qui m'a diagnostiqué.

Pour en savoir plus sur ce sujet, article PDF : https://www.docteur-michel-lallement.com/app/download/5812321135/article+infections+froides.pdf

Si jamais vous avez ce type de symptômes et que vous souhaiteriez consulter, pour ne pas perdre de temps avec des médecins non qualifiés, vous pouvez obtenir les coordonnées d'un médecin formé en vous adressant à des associations comme Chronimed, France Lyme ou Lyme sans frontières.

Mirobellele 27 avril 2020 à 11:21

Merci pour ton témoignage et cette nouvelle piste à explorer @Kundun. Je suis ravie d'apprendre que ton état s'est amélioré. 🙂
Je ne connaissais pas, je vais m'y intéresser de près.

doremile 07 juin 2020 à 12:40

Avec la venue de la 5G en septembre, après Gaspar et Linky, je me pose cette question de l'hypersensibilité sensorielle aux ondes ? Qu'en est-il à votre avis ?

Mirobellele 15 juin 2020 à 22:11

salut @doremi
Je ne comprends pas le sens de ta question. Je suis un peu en-doremie. 😉

doremile 16 juin 2020 à 09:37

Hello Mirobelle, sympa le word game 😉 c'etait pour savoir si l'hypersensibilité sensorielle aux ondes electromagnetiques et au ondes wifi est possible

Gwenouillele 23 juin 2020 à 21:28

Ici aussi hypersensibilité au toucher, olfactive et auditive. La période de confinement a par ailleurs été particulièrement éprouvante pour ça, je m'explique...

On ne pouvait pas aller au supermarché et ils n'avaient plus mon deo, j'ai du changer de parfum... Impossible de bosser, l'odeur me rendait malade... J'en suis rendue à me laver à l'eau 2 jours sur 3... Je ne supporte pas toutes les odeurs fortes alors le savon de marseille... Puis entre l'eau qui a trop de chlore qui me décapait la peau, à m'en gratter jusqu'au sang, et le parfum, je me demande si je vais pas finir par essayer de trouver un savon surgras sans parfum...
Le coronavirus nous a aussi obligé à nous laver les mains 2 fois par heure... Impossible de travailler tant l'odeur du savon au boulot me shootait... :s Mal de crâne assuré :s Et je ne supporte pas l'odeur de l'alcool ni le toucher du gel hydro alcoolique... Bref, dur dur...

Pour le bruit, me souviens d'une remarque de mon prof de chant "c'est bon, on a passé l'âge où on se retourne à chaque fois que qqn entre dans la pièce" :x Certaines nuits je ne peux pas dormir à cause du bruit des moustiques, de la ventilation deux pièces plus loin, d'un chien qui aboie à 500 m, je suis en hypervigilance toute la nuit. Pour vous donner une idée, en plein sommeil, je me réveille tout à coup en sursaut, probablement une présence sentie. Mon mari était dans la chambre debout à côté de moi, il était venu chercher qqch et me regardait dormir... C'est dire si j'ai le sommeil léger... ;(
J'ai apparemment transmis cette particularité à ma fille qui se bouche les oreilles à l'école, et ferme systématiquement toutes les portes quand y'a l'aspirateur ou le lave-linge qui tourne, elle fait même la différence entre moteur électrique et moteur à essence dans les voitures sans rien y connaitre, puisqu'elle à 4 ans et demi. Son dossier a été accepté pour un suivi et passation de bilans chez la psychomotricienne ^^ Espérons qu'elle l'aide :)

Mirobellele 17 juillet 2020 à 21:31

Salut @Gwenouille

Voici le lien pour un savon de Marseille, je l'utilise avec plaisir sachant que je ne supporte pratiquement plus rien. Son odeur est tellement discrète qu'il pourrait te convenir :
https://www.webecologie.com/nettoyant-technique-ecologique/10968-savon-de-marseille-ecologique-3380380065460.html

Est-ce que la psychomotricienne a pu aider ta fille ?

doremile 23 juillet 2020 à 12:48

Hello Mirobelle, Hello Gwenouille,
Un savon (pain) surgras sans parfum c'est ce que je prends aussi, l'hypersensibilité à la météo (pression atmosphérique) est-elle possible ?

Maele 27 juillet 2020 à 18:41

Dans ma famille c'est le SED qui créerait les hyper et hyposensibilités
Chez moi ça se traduit par une hyperaccousie une hypersensibilité tactile et une hyposensibilite à la douleur

L'hyperaccousie c'est surtout avec des sons aigus, les "bip bip" me rendent dingo!

L'hypersensibilité tactile chez moi va jusqu'à un stress énorme au chaud et au froid, la peau des pêches me fait grincer des dents, les poignées de main m'envoient des décharges électriques... j'ai eu des boulots où on me forçait à serrer les mains toute la journée aux nouveaux venus j'en aurais pleuré...

L'hyposensibilité à la douleur est très embêtante pour être crue par les médecins... par exemple je me suis cassé un genou , trois médecins ne m'ont pas crue et j'ai mis dix jours à avoir le droit à une radiographie qui a confirmé la fracture

Edole 28 août 2020 à 15:15

[Avertissement : vos témoignages m'ayant fait monter les larmes aux yeux deux ou trois fois, je vais déconner un peu, parce que je ne suis pas venu ici pour souffrir, ok ?]

Comme beaucoup d'entre-vous, je souffre d'hypersensibilités sensorielles depuis ma plus tendre enfance, mais ce n'est que depuis très récemment que j'ose en parler autour de moi (mon entourage a déjà suffisamment de raisons de me prendre pour un détraqué, pas la peine en plus de leur dire que j'entend des choses qu'ils ne perçoivent pas : on ne sait jamais quand les bûchers reviendront à la mode).
Mes sens sont d'habitude un peu plus développés que la moyenne mais, parfois, ils deviennent vraiment... trop puissants.
Je ne comprend toujours pas ce qui déclenche ces "super-sens", mais ils semblent souvent apparaître et disparaître au réveil. Une crise un peu forte s'est déclenchée récemment, me coupant de ma créativité (que je n'ai toujours pas récupérée trois jours plus tard). J'ai essayé de faire la sieste pour rendormir le sens en question... ça a semblé fonctionner, sans que je ne sache pourquoi, mais c'est revenu le surlendemain. D'autres fois, ces sens sur-développés se déclenchent en plein jour, je crois lorsqu'un de mes sens est surchargé (chez le coiffeur, à une fête, à l'heure de pointe en ville, etc).

Parfois, c'est mon ouïe. Je me suis déjà retrouvé à pleurer au fond de la cave parce que ma soeur, à l'étage, avait décidé de passer l'aspirateur dans un de mes "mauvais jours" (oui, je sais, c'est pas sexy de dire ça sur un site de rencontre, mais il y a prescription). En été, je me réveille en sursaut tant que je n'ai pas éliminé tous ces µ@%&§ de moustiques (je les repère un à un au son et, comme ils s'immobilisent dès que j'allume, ils ne font pas long feu), parce que sinon je me fous des baffes à moi-même, dans mon sommeil, en essayant de me défendre. Je sais reconnaître la plupart des insectes au son qu'ils font en volant (j'arrive par exemple à distinguer les guêpes, les mouches et les abeilles, les grosses mouches bleues, les bourdons et les charançons, etc). Je sais reconnaître le son des voitures de mes proches (le bruit du moteur et le son des cailloux de l'allée en fonction du poids du véhicule, je suppose) et je reconnais la plupart des gens au bruit de leurs pas, de leurs vêtements et de leur respiration, mais je sursaute aux portes qui claquent, je serre les dents aux bruits des couverts, je frissonne aux grincements de mon propre corps.

D'autres jours, c'est ma vue. Je suis myope, alors ça parait d'autant plus bizarre. Mais parfois, mon champ de vision semble s'élargir sur les côtés (ce qui rend les lunettes inconfortables) et je perçois des mouvements infimes sans le vouloir. Les couleurs me semblent alors plus vives, les choses plus détaillées et, comme un junkie, je me perd dans la contemplation des nervures d'une feuille ou dans la diffusion de la lumière dans la poussière qui vole. Si ce sens augmente trop, je risque de me prendre un "coup de jour" et de finir avec une sympathique migraine oculaire.

Il y a aussi ma peau. Je frémis très souvent sans savoir pourquoi, avec un long frisson qui me parcoure l'échine alors qu'il n'y a, à priori, aucun motif. Un courant d'air imperceptible, peut-être. J'ai une sensation de dégoût au contact de certaines matières et d'autres me provoquent une sensation de quasi orgasme. En fonction de l'intensité de ce "super-sens", je peux avoir des blagues : j'ai une fois trouvé presque jouissif de m'éclater le petit orteil contre une caisse, ce qui m'a fait me tordre de rire en visualisant le petit lapin du métro de Paris (non, je ne suis pas masochiste ^^).

Mon nez, enfin, semble être un héritage génétique : mon père est doué d'un super-odorat constant, de même que ma soeur. Pour ma part, je ne remarque rien d'exceptionnel, le plus souvent... mais lorsque mon nez s'éveille, il semble surpasser les leurs. En temps normal, je ne peux évidemment pas me rendre dans une parfumerie sans me sentir pris à la gorge (les gens ne s'imaginent pas à quel point ils comptent pour moi, si je leur offre du parfum : fais-moi un gros câlin, j'ai quand même dû affronter un dragon pour toi !). Affronter la pollution de la ville est une véritable torture.
J'ai pris la mauvaise habitude de renifler tout ce que je vais porter à ma bouche (et je connais l'odeur du lait tout juste tiré du pis, celui stérilisé, celui qui sera tourné dans deux jours, celui qui sera tourné le lendemain, celui qui est déjà suret, celui qui est tourné, celui qui est tourné mais pourrait faire du fromage, etc). J'ai ainsi pu mémoriser une vertigineuse quantité d'odeurs et - heureusement, car je vis à la campagne - je parviens à ne pas en être (trop) dégoûté. Par exemple : je sais reconnaître si une fouine est passée par là récemment, je reconnais l'odeur de nombreux animaux et/ou de leurs excréments (à distance), je peux définir quelle sera la texture de différentes terres et boues à l'odeur qui s'en dégage , je reconnais l'odeur d'antibiotiques dans certains aliments...

La madeleine de Proust est ainsi mon quotidien : quel plaisir douceâtre que d'être sans cesse plongé dans des souvenirs d'enfance au moindre souffle de vent tiède, au battement lointain d'un vol de canard, à l'odeur de la mousse des bois, aux reflets rougeâtres du soleil dans le brouillard matinal ! Le pendant négatif étant, bien entendu, d'être sans cesse plongé dans une rêverie plus ou moins longue.
En somme, la nature n'est pas si cruelle avec moi : elle offre toujours quelques avantages en compensation des inconvénients subis. À moins que ces quelques inconvénients ne soient, finalement, qu'un prix à payer pour avoir des super-pouvoirs ?
Inconvénients qu'il me reste, dès lors, à apprivoiser.

C'est ça, en fait : nos sens ne sont pas détraqués, nous sommes des X-men !
'Faut que je commande un costume avec des épaulettes. En soie et en satin.

Gwenouillele 30 août 2020 à 18:43

@doremi je suppose que tout est possible ! moi je suis hypersensible aux variations de luminosité, donc pk pas à la pression atmosphérique, après tout les poissons le sont bien à la pression marine...

Samsonle 30 août 2020 à 19:46

@Edo
Intéressant! :) 👍


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?