Entraide et conseils

l'injustice

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Entraide et conseils
  4. L'injustice
l'injustice
Etre_enfinle 12 janvier 2021 à 16:39

Hello.

Dans nombre d'ouvrage sur les HP, il apparait que l'injustice est un pilier de la douance.

Je n'ai pas eu une enfance houppy, et lutte quotidiennement contre mes traumatismes.

Je me considérais bizarre dans ma façon de penser et d'être à cause de ces traumatismes (ce qui est surement réel) mais ces lectures m'amène à reconstruire le puzzle autrement.
C'était déjà bien le bordel dans ma tête, là c'est le grand huit. Enfin passons.

La question où je voulais arriver est celle-ci : Comment ne plus être meurtri par les injustices liés à mon passé ?
Par projection comment canaliser la colère, la haine qui m'étreignent ?

Merci à vous pour votre écoute et vos témoignages.

elsbzhle 12 janvier 2021 à 18:36   •  

Je n'ai pas de réponse miracle à cette très bonne question. Un élément important en revanche (clin d'oeil : Nighteyes aidant Fitz à placer une petite pierre sur l'échiquier 😉) c'est qu'il n'est pas constructif de rester bloqué sur des questions du genre "pourquoi en arrivons-nous là ?". Ce qui est constructif c'est prendre la situation telle qu'elle est, regarder à l'horizon ce qu'on espère atteindre (ce dont on rêve...) et chercher le moyen de se faufiler entre les obstacles, les escalader, les faire disparaître en leur riant au nez...

Attention je ne dis pas qu'il ne faut pas chercher à comprendre les raisons d'être de la situation présente !!! C'est important pour se construire, savoir où on en est, ce qu'on ne veut pas reproduire, etc. Mais il ne faut pas rester bloqué sur ces interrogations tournées vers le passé.

Nevromonle 12 janvier 2021 à 19:31   •  

La souffrance signifie qu'un besoin n'est pas rempli. Comment, pourquoi?
Et surtout, comment le remplir mieux, plus, la prochaine fois, concrètement, désormais?

Bouhhle 12 janvier 2021 à 19:40   •  

@Etre_enfin
La première question, dépasser les traumatismes, est extrèment vaste et les réponses sont variées. Peut-être en auras-tu quelqu'unes ici qui t'aideront. Ou pas. Mais tu emploies quand même le mot "meurtri", si cela t'est insupportable, un médecin peut-être une bonne béquille pour t'aider à te libérer, ça peut-être un long trajet. Ceci dit, les témoignages ou astuces sont toujours bon à prendre.

Tu écris : "Je me considérais bizarre dans ma façon de penser et d'être à cause de ces traumatismes (ce qui est surement réel)".

Ne serais-ce pas à cause de ta façon de penser et d'être que tu réagis ainsi à tes traumatismes ?

Moi aussi, ces lectures m'amènent à re-construire le puzzle et la remarque que je viens de faire en fait parti. L'idée c'est de déconstruire certaines croyances (telle ta citation plus haut) pour re-construire. (c'est Carlos Tinoco qui m'a ouvert les yeux, après, je fais à ma sauce, riche et épicée).


Deuxième question, canaliser : La créativité. Par définition, mettre dans le réel quelque chose sorti du néant. Les idées qui se concrétisent subliment un certain mal-être. Sortir de son crâne ne serait-ce qu'un peu de ce fourmillement pour en faire quelque chose. Que tu peux ensuite comtempler, écouter, lire, profiter du chouette bricolage que tu viens d'inventer, faire profiter la théorie que tu as pondu, même absurde, partager avec les autres. On m'a souvent fait la remarque : "comment un mec aussi sympa et détendu peut faire de la musique aussi violente", réponse : "Mais c'est parce que je fais de la musique violente (qui ne manque pas de feeling), que je suis calmé ".

Il m'est arrivé de passer un après- midi à exploser des bouteilles de bière, posées sur un support à bonne hauteur, les unes après les autres, à coup de bâton d'un geste appris dans les films de nijia. C'était aussi extrèmement libérateur. Et une partie de la soirèe à ramasser les morceaux. Ça calme.

Je cède la parole à ceux qui auraient des plans méditations, tout ça, je sais que aide beaucoup de gens. Ou autre méthode rigolote.

Preludele 12 janvier 2021 à 20:07   •  

En plus d'être meurtrie comme tu le dis, je suis complètement bloquée sur mes traumatismes.
Chaque soir, quand je suis obligée de cesser d'agir pour tenter de dormir, je reprends le même travail :
- Est-ce que j'aurais pu agir pour les éviter ? Non.
- Est-ce que je suis coupable ? Non.

Alors oui, ils sont parfaitement injustes.
Il n'y a donc pas de compréhension à en avoir. Il n'y a donc pas à se tordre le cerveau pour y trouver une raison.
Et surtout... S'ils sont injustes, ils ne méritent nullement qu'en plus, je gâche le reste de ma vie pour eux (les traumatismes et les personnes coupables de ces traumatismes).
Souffrir, avoir de la colère pour eux, ne les punira pas eux. Mais bien toi (moi).

Juliette...le 12 janvier 2021 à 20:39   •  

Se dégager, au plus vite, de toute situation présente présentant les mêmes mécanismes. En ce moment, qu'est-ce qui m'est insupportable? Qui? Je mets le paquet pour que, d'une manière ou d'une autre, cela cesse. En se concoctant un bel environnement au présent, je n'ai pas de raison de repenser sans cesse le passé. J'agis en mettant tout en oeuvre pour que je ne me sente pas victime là maintenant. C'est le seul truc qui est certain, on a toujours le choix, ou de "s'enliser" comme "ancienne victime" et donc, forcément, se sentir encore en position de faiblesse et attirer les ennuis à soi et ainsi de suite... Ou décider qu'il n'est pas question que l'on ressente à nouveau un jour ne serait-ce que le tout début du commencement d'une situation qui ressemblerait fort à ces anciens traumatismes.
Je précise que c'est ce que je ressens très fort en ce moment mais que, peut-être, voire sûrement, il y aura à nouveau des moments où j'oublierai ça, histoire de me refaire une petite plongée dans la mélasse. C'est si bon 😄 😉

Bouhhle 12 janvier 2021 à 21:16   •  

@Prelude @Juliette... 👍

Qui d'autres ?

Sebunkenle 18 janvier 2021 à 17:28   •  

@Etre_enfin

Salut.

Je me demandais. Vie tu encore ces injustices dans le présent. Ou te hantent telle encore dans la vrai vie. Sous forme de réminiscence liées à des scènes dans le présent qui te rappellent ces problèmes du passé. Tout en étant consciente que ce ne sont que des réminiscences. Ou alors voix tu encore avec le filtre de ce traumatisme qui te fera voir certains moments de ta vie à travers ce prisme ? Un peu comme un biais cognitif.
Ou peut être tout ça la fois ?

Etre_enfinle 11 mars 2021 à 12:03   •  

Merci à vous tous pour vos réponses. L'injustice que je vis est formement liée à l'actualité (c'est pour cela que je n'ai pas répondu plus tôt). Bien que victime, je suis considérée comme coupable et rejeté. au mieux on minore ce que j'ai vécu. Je ne parviens pas à dépasser cette douleur. Elle s'est répendue tellement profondement en moi que je ne parviens plus ni à la canaliser, ni à la maitriser. Elle obsurcie ma vie. Je craque.

Nevromonle 11 mars 2021 à 12:08   •  

En quoi, comment est-ce lié à l'actualité?

Etre_enfinle 11 mars 2021 à 12:31   •  

#meTooInceste. Comme dans beaucoup de famille la victime devient la coupable -> injustice

Nevromonle 11 mars 2021 à 14:25   •  

Le fait de dire que la victime l'a quelque part "cherché"?

Etre_enfinle 11 mars 2021 à 14:53   •  

@Nevromon, oui mais pas que.
Les injonctions à se taire.
Le non respect des conséquences psychologiques et les volontés constantes à minimiser les faits.
Les remarques récurrentes style :
'Tu ne fait rien pour s'en sortir'.
'Faut pas penser comme ça'.
'Tu es folle'
'Tu es si susceptible, tu prends tout mal et de façon si disproportionné'
Tout ce qui, en temps normal, est déjà si compliqué quand tu es HP.

Aujourd'hui, dans ma douance + cela, je me suis perdue.
Je cherche une issue.
Par quel bout prendre tous ces éléments pour remettre du sens dans ma vie ?
Comment dépasser ce stade de victimisation et entrer dans celui de la vie ?
Parce que là, je le vois bien, je me noie.

Sakurale 11 mars 2021 à 17:23   •  

@Etre_enfin , il y a peut être pres de chez toi un espace de dialogue , pour ma part , j'ai eu accès a l'association Steredenn de Dinan ou j'ai trouvé une grande écoute et un lieu où je pouvais parler sans être jugée, sans avoir à me justifier, sans avoir à expliquer ....j'étais comprise, et crue ! Jamais remise en cause , jamais accusée. Et ça...ben ça fait beaucoup !

L'appareil judiciaire, policier .... font malheureusement plus de dégâts qu autre chose....on commence a parler de tout ça dans les médias, les réseaux sociaux.... mais c'est encore loin de suivre dans la réalité des victimes.

Alors voilà, moi , je te crois. Tu n'as rien fait pour que cela t'arrive , c'est l'autre le coupable. Ainsi que tout ceux qui te demandent de te taire , ceux qui minimisent , ceux qui te disent de passer a autre chose. Si tu veux en parler, parles en ! Si tu veux pleurer , fait le .... si tu es bouleversée quand tu vois un film, un reportage ... c'est normal ! Tu es légitime dans ce que tu ressens . Et si tu es HP, alors c'est encore plus difficile à gérer.

Donc pour moi, la première étape, c'est peut être de te défaire de toutes ces personnes toxiques autour de toi . Et de pouvoir en parler librement si tu le souhaites , a quelqu'un qui t'écoutera et acceptera d'accueillir ton histoire . Soit dans un espace dédié à ça comme je l'ai fait , soit à un(e) ami(e) , ou même ici si c'est plus simple pour toi de parler à des personnes que tu ne connais pas , si tu le souhaites tu peux me parler en privé.

Il y a des solutions pour avancer... mais a condition d'être bien entouré, et a ton rythme , marche après marche.

Je t'envoie plein de courage , et si tu as besoin, n'hesites pas a venir me parler.

Nevromonle 11 mars 2021 à 17:58   •  

Et j'ajoute mon "éternel conseil" : contacte un Centre Médico-Psychologique, expose-leur ta situation.

Etre_enfinle 11 mars 2021 à 18:56   •  

Merci @Sakura pour ton message reconfortant.
Dans mon coin j'ai rien trouvé comme groupe de parole.
J'ai pour le moment comme espace vraiment libérateur mon rendez-vous hebdomadaire avec ma psy. Je n'hésiterais pas à me rapprocher de toi pour parler Merci.

@Nevromon ai testé le CMP, je n'en garde pas un bon souvenir. J'ai eu un super cours de Français quand j'ai expliqué en 1998 (Affaire Marc Dutroux) que la médiatisation de la pédocriminalité m'avait fracass. Pour lui, je faisais un amalgame qui n'avait pas lieu d'être parce que moi c'était d'inceste que j'étais victime.
Voili, voilou.

Sakurale 11 mars 2021 à 20:20   •  

vraiment pas pro ce psy du CMP ....l'importany c'est d'écouter, et si cela te touchait il n'avait pas à te faire la leçon ..... grrrr ça m'énerve ce genre de personne, ils sont la pour aider et finalement ils font plus de mal que de bien .
La thérapeute que je voyais à l'espace femme etait super....elle avait elle même une histoire difficile et du coup , elle comprenait . elle savait de quoi on parlait.

Nevromonle 11 mars 2021 à 21:46   •  

Ouaip', malheureusement, on peut tomber sur des donneurs de leçons (surtout des hommes d'un certain âge, d'ailleurs, je trouve. Bref. )...
Forums ou associations ayant un site? :/

Etre_enfinle 15 mars 2021 à 10:32   •  

@Nevromon 😉

katiale 19 mars 2021 à 11:00   •  

Bonjour, je me permets de répondre à la discussion que tu as lancé , je ne sais pas si c'est toujours d'actualité pour toi. Ce que j'ai appris de mon expérience, ton expérience fait foi, toi et toi seule peut l'éclairer autrement, le regard de l'autre ne doit pas te forcer à relativiser ou minimiser. Quelque soit ton expérience,j'en ai une vague idée, la souffrance est réelle, l'injustice n'est même pas à l'oeuvre lorsqu'il s'agit d'une atteinte à la personne, c'est au delà . Le constat est fait et effectivement ensuite on vit avec ou plutôt le but (selon moi) c'est d'apprendre à vivre sans. Je parle de ce que j'ai expérimenté, selon moi l'objectif est effectivement de vivre (et pas survivre) sans qu'il y ait de résonnance au présent. Alors comment on fait ? on accepte (oui l'inacceptable ) surtout on accepte de ne plus être cet individu, d'être différent et d'avoir fait le choix de l'être, l'idée est de ne même plus se dire je suis comme ça parce .... L'idée est de penser j'ai choisi d'être comme ça sans parce que ; c'est un peu tordu : j'ai pas choisi à la base !!! Oui c'est vrai. L'idée serait de ne même pas avoir la sensation de devoir se protéger, juste de vivre parce que (attention poncif) c'est la seule manière de rétablir l'équilibre (donc un peu de justice) il faut se faire justice soi-même en dépassant l'idée de réparation . Je ne sais pas si je suis claire, le fait de s'appuyer sur un élément et de réagir lui donne de la force et on peut (j'ai testé ça demande un peu de boulot, hein!) ne plus réagir . Ca n'enlève rien au traumatisme, et ne transforme pas la "merde" en bonbon mais au moins tu ne te définis pas en fonction de ça. Et c'est bien d'en parler avec des personnes qui ont traverser les mêmes souffrances et qui peuvent donner des pistes à suivre pour aller de l'autre côté. Je ne sais pas si cela t'aide ou pas. J'ai longtemps cru que j'étais comme j'étais à cause des évènements de la vie, j'ai décidé de changer car je pense que cela m'a conduite à la répétition de ces mêmes expériences.
Cela reprend l'idée de vivre au présent, de se réinventer chaque jour, il y a pleins de références sur le net, Tolle, Cyrulnik notamment et l'EFT aide aussi il y a une thérapeute S. Frachon qui propose des capsules gratuites (pour la position de victime). Ah et je rebondis sur la position de victime : euh oui, ça fait parti du constat et ce n'est pas simple de s'en dégager.
La colère est une énergie saine, tu peux l'utiliser comme carburant pour le mouvement, la haine malheureusement elle intoxique : quand je la ressens je me dis "Non Katia, tu me mérites pas de vivre cette haine" et je mets des pansements d'amour pour moi-même, ça oui c'est valide. Ok, c'est super Bisounours tout ça, mais ça marche pour moi ! En tout cas, courage c'est un chemin et ce que j'ai compris aussi c'est que le fait d'être HP ça aide vraiment à avancer plus vite et en sécurité malgré les trubulences. J'espère que c'est bon pour toi ce message.

Etre_enfinle 22 mars 2021 à 11:56   •  

Merci @katia pour ta réponse.

Je comprends le sens de ton message, et effectivement l'objectif est bien de vivre et non de survivre.

Je n'en suis pas à ce stade, dépasser l'idée de réparation heurte ma notion de justice. Ce que je vois c'est que j'ai été banni de ma famille et mon incestueur lui continu d'y régner en maitre, alors que c'est une ordure qui c'est servi de moi comme d'un vulgaire sextoy.

Moi je suis au RSA et lui est rédacteur en chef.

J'ai navigué dans 34 boites différentes et lui est dans la même depuis 1990 (job obtenu par piston familiale).

C'est tellement illogique !!

J'ai parfois le sentiment que renoncé à ce sentiment de justice serait m'ôter mon intégrité et mes valeurs.

Ce deuil là, je ne sais pas comment le faire sans m'effondrer, ce serait renoncer à mes valeurs et ne plus être moi en sorte.

Nevromonle 22 mars 2021 à 12:23   •  

Je pense qu'il ne vaut mieux pas renoncer à nos valeurs : c'est l'une des dernières choses qui nous restent, quand on a perdu beaucoup.

eCRiSTaLiSle 23 mars 2021 à 13:03   •  

Malheureusement pour nous, l'injustice est une réalité quotidienne.
Il y a des monstres, des manipulateurs, des violents. Tout n'est pas rose.
Passe à autre chose, tu ne peux rien y faire et pardonne. C'est le meilleur conseil que je peux te donner.


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?