Entraide et conseils

on veut me faire changer de metier :(

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Entraide et conseils
  4. On veut me faire changer de metier :(
on veut me faire changer de metier :(
woodyle 07 septembre 2019 à 20:20

bonjour,
Je vais poster quelques ressentis que je vais décomposer en 2 ou 3 posts, désolé pour ce flood.
Et attention, je vais un peu vous raconter ma vie trépidante et déprimante.

Cela fait 1 mois environ que je consulte et où la piste de la "douance" a été évoqué (avec un test de qi simplifié pour avoir une base quand même) et qui se confirme semaine après semaine.

Depuis que j'ai parlé de cette "douance" à quelques personnes de ma famille, la seule solution qu'ils veulent que je mette en place est un changement de profession.
Mon metier, aussi mal vu soit-il (formateur poid-lourds), me plait car le cadre est sympa, l'echange avec les eleves est sympa (et ils me le rendent bien) et la paie est correcte.
Limite c'est peut-etre la seule chose que j'ai réussit (sans forcer parce qu'il faut avouer que j'ai rien foutu et j'ai mener une lutte sans merci contre le sommeil, a tel point que le dernier diplome necessaire, je l'ai passé en candidat libre) car je suis arrivé dans cette branche sans le bac mais en ayant passé tous les examens nécessaires
pour pouvoir exercer cette profession trèèèès reglementée (il faut 3 diplomes pour faire ce metier avec un taux de rèussite d'environ 40%).
J'ai meme l'impression que la psy m'emmène sur ce terrain. mais mardi je vais la recadrer.

Du coup dans ce post, je me demande si vous aussi on a tenter de "détruire" votre réussite (c'est comme ca que je le perçois, même si mon métier n'est pas des plus valorisant aux yeux de ceux qui ne le connaissent pas) ?
Pourquoi vouloir me ranger absolument dans la case du intello-chercheur ?
Mais finalement, en sachant que dans ce métier il y a 90% de branquignoles, même si il m'apporte quelque chose que je ne saurais définir, n'ont-ils pas raison, et pire, ce metier ne contribuerait-il pas à developper mon masque ?
Comment faire comprendre aux gens les 2 premières reflexions tout en ayant cette derniere interogation en tête ?
Enfin, je ne sais même pas si il y a vraiment une quesiton dans mon post mais un petit débat m'interesserait.

(et desole pour les fautes, j'ai maintenant une pression supplementaire, celle de l'hortaugraf)

Merlinle 07 septembre 2019 à 20:56   •  

La société et les gens en général adorent les cases, ce n'est donc pas surprenant de faire face à ce type de réactions. Il y a aussi un mythe de la "réussite" qui fait qu'on considère que tel ou tel métier serait plus valorisant qu'un autre, et ces mêmes gens n'arrivent pas à comprendre qu'on préfère un métier à leurs yeux moins valorisant. Pour tout ça, il y a un mot anglais qui s'applique parfaitement : bullshit.
Il n'est jamais évident de trouver une profession qui nous amène à la fois une stabilité financière et une satisfaction personnelle. Quand on la trouve, ben il faut la garder. Quels que soient les avis de ceux qui ne pensent pas plus loin que le bout de leurs cases. Confronté à ça, j'aurais tendance à dire "fuck you", plus ou moins gentiment en fonction de la proximité de l'interlocuteur et de l'intensité de son insistance ;)

(just my 2€ cents)

InconvenientTruthle 08 septembre 2019 à 15:30   •  

Je partage l'avis de @Merlin.

Ton boulot te plaît-il ?
Ce qu'il t'apporte dépasse-t-il très largement ce que ça te "coûte" ?

Si "oui", alors je ne vois pas pourquoi tu devrais changer de métier. Le plus important n'est-il pas que tu sois heureux dans ton travail ? On ne demande pas aux autres d'être heureux à notre place dans notre travail...
Alors oui, peut-être que "formateur poids lourds", ça vend sur le papier moins de rêve qu'astronaute, neuro-chirurgien... dans l'imaginaire collectif. Mais comme je le dis souvent : et ensuite ? Je doute que le fait que ça les fasse rêver ou non change grand chose à ton trip dans ton métier, non ?

Donc, il me vient une autre question : ces gens te disent-ils cela seulement parce que tu as dit le mot "douance", donc comme l'a expliqué Merlin, douance = réussite = métier qui vend du rêve dans le monde "normal", ou bien y a-t-il autre chose ?
Pour préciser : l'hypothèse qui me vient en tête pour qu'un psy te propose cela serait qu'il a pu croire déceler dans tes propos une forme de mal être dans ton travail, ou de "mauvaise adaptation" à ce travail ? Ou alors le psy n'est pas très "compétent"... parce que se faire payer pour se voir proposer les choses que les gens lambda proposent, je reste un peu circonspect quant à la tactique menée...

woodyle 08 septembre 2019 à 16:58   •  

merci pour vos avis.
Effectivement, j'ai envie de leur dire "phoque" parce que globalement je m'y sens bien, même si il y a des jours sans, il y a plus de jours avec. et toussa, mais j'ose pas...

il est vrai pour te répondre @InconvenientTruth que c'est intervenu quasiment dans la foulée de l'annonce de la "douance".

la psy est plutôt sur une autre approche je pense car ce n'est qu'au bout de 4 ou 5 rdv qu'on en a parlé, je pense qu'elle est plutot sur la démarche de me faire rencontrer des gens plus "appropriés" car dans les premières scéances elle a mis en avant le fait que je n'ai pas su m'entourer des bonnes personnes (entendont bonne par des gens qui pensent de la même façon que moi, plus dans la compréhension que dans le savoir) et que cela est un frein à mon ouverture.

enfin, je n'ai pas l'intention de changer (du moins ce n'est pas ma priorité, peut-être que je changerais mais après avoir résolu mes tracas dans la tête et seulement après). mais savoir si vous aussi vous avez eut ce genre de remarque autour de vous, ca me permet de me sentir moins seul...

InconvenientTruthle 08 septembre 2019 à 17:21   •  

J'entends ce que tu dis et je pense comprendre la démarche dans laquelle elle semble être.

Tu parles d'ouverture. Penses-tu que ton métier t'empêcher "d'évoluer" même si tu t'y sens bien ?
Je pense que tu peux rencontrer des gens plus proches de ta manière de penser en dehors de ton travail, surtout si tu aimes ce que tu fais. Bien qu'on y passe beaucoup de temps, on n'y est pas tout le temps non plus.
Donc si tu aimes ce que tu fais, que ça se passe "bien", je présume qu'il serait plus "judicieux" de viser des rencontres de ces "fameuses" "bonnes" personnes en dehors de ton travail.

Après, il est difficile d'avoir un avis "précis" car on ne te connaît pas, on ne connaît pas ta psy. Je présume que tu lui as délivré plus d'infos, même en 4 ou 5 rdv.

Pour répondre à ta question, on m'a souvent fait remarquer que je n'étais peut-être pas adapté à mon "métier" d'enseignant si je me plaignais tant, alors qu'il ne s'agissait en fait pas de jérémiades (l'enfant qui fait un caprice), mais d'une réelle interrogation, conduisant à une frustration, quant à l'utilité de ce qu'on fait.
Souvent d'ailleurs, les gens confondent "enseigner" et "être titulaire d'un concours de l'Education nationale et exercer dans un établissement scolaire". Je dirai que ce n'est pas enseigner dont je me plaignais... Encore fallait-il "pouvoir" "enseigner" pour dire si j'étais "fait" ou non pour ce "métier"...
Je pense que le problème est parfois un peu plus large que le "métier" en tant que tel. En ce qui me concerne, les problèmes rencontrés avaient plus trait à l'efficacité (dans le sens, arrêter de marcher sur la tête) au niveau d'exigence, à la sincérité et à la réalité de ce qu'on fait. Je pense que ces problèmes se posent bien au-delà de "l'enseignement" en tant que tel...

woodyle 08 septembre 2019 à 18:12   •  

tu as bien cerné la situation. les seules choses qui me frustre dans cette branche, ce sont les inspecteurs avec leur façon de faire à des annèes lumières de la sécurité routière, les confréres qui, comme tu le dis "sont titulaire du diplome leur autorisant à enseigner la conduite de vehicule à moteur" et l'impossibilité d'un point de vue temps de pouvoir ajouter des ateliers sensibilation comme montrer à un motard qu'un camion ne le voit pas dans ses retros.

le metier en lui même me permet de m'ouvrir via les élèves, même si dans le tas y'a de tout (y compris des fruits pourris), l'échange avec eux, même si il est encadré par le programme de formation, m'aide à m'ouvrir et c'est bien en dehors qu'il faudrait que je m'ouvre...

Gwenouillele 09 septembre 2019 à 21:17   •  

J'ai voulu être chanteuse lyrique professionnelle. Ma mère a d'abord essayé de me convaincre de continuer mon second cursus à côté et de mener les deux de front, ce que j'ai refusé. J'ai littéralement saboté mes partiels pour me permettre de ne pas faire demi-tour, avec ou contre mon gré. Je ne me suis tout simplement pas présentée aux examens de fin d'année. Puis j'ai commencé le conservatoire. En tout et pour tout, j'ai eu un prof qui m'a dit que je n'étais pas faite pour ça et un second prof qui m'a dit que si je tentais le conservatoire de Lyon, je ne serai pas prise. Une autre prof qui m'a fait comprendre que la finalité de la musique, c'était de jouer devant autrui et que si on en n'était pas capable, il ne servait à rien de faire de la musique. Au final, j'aurai réussi à entrer au conservatoire de Lyon malgré tous les prognostiques. Puis a Lyon je suis tombée sur un prof vraiment narcissique. Pervers ? J'en sais rien, mais en tout cas il m'a détruite. Il m'a dit que si je tentais le CNSM, je le louperai. Je l'ai tenté, j'ai même eu le premier tour, ce qui était loin d'être simple comme on était 130 pour 2 places. J'ai aussi eu une soeur qui m'a dit que moi, quand on m'écoutait, on ne ressentait rien, alors que quand elle écoutait les choristes, y'avait des émotions. Et si jusque là je n'avais pas compris qu'il fallait abandonner : en 10 ans, mes parents sont venus m'écouter 2 fois et mes 3 soeurs ne sont jamais venues à aucun de mes concerts.
Voilà.
Et maintenant : j'ai repris le conservatoire l'année dernière même si je suis en pause cette année. J'ai un professeur qui croit vraiment en moi, qui m'a dit que j'avais un Stradivarius dans la voix. J'ai des choristes qui viennent à tous mes concerts sans exception, j'ai deux musiciennes avec qui je fais régulièrement des projets. On a rempli une cathédrale à Noël dernier, et on s'est fait 450€ en participation libre (ce qui est énorme pour un concert gratuit ^^). J'ai plein d'inconnus qui viennent me voir à la fin des concerts pour me féliciter. Et les deux plus beaux cadeaux : 7 ou 8 personnes pleuraient à la fin du concert de mai, et une pianiste russe (qui passe à la TV russe en direct, directrice artistique d'un théâtre et compositrice, qui fait aussi des musiques de film) m'a contactée pour qu'on monte un programme ensemble, programme pour lequel on a répété la semaine dernière.

Voila. N'abandonne pas tes rêves, seul toi est susceptible de savoir ce dont tu es capable ou non. Parfois, ça prend juste du temps ^^ Ne laisse pas les autres décider à ta place : ils risqueraient de se tromper.


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?