Entraide et conseils

Quel est le masculin de féminisme?

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Entraide et conseils
  4. Quel est le masculin de féminisme?
Quel est le masculin de féminisme?
Cameleazebrale 02 mars 2022 à 09:38

Bonjour, cette question pour débattre d'un sujet qui a été malmené sur ce site mais qui mérite qu'on s'y attarde un peut, non? De façon respectueuse et calme...
J'ai trouvé une definition au féminisme : "Doctrine qui préconise l'égalité homme femme et l'extension du rôle de la femme dans la société."
L'inverse de féminisme serait "Meninisme".
La misandrie signifie détester les hommes et la misogynie le sentiment d'hostilité à l'égard des femmes.
Le matchisme : idéologie de la suprématie du mâle.
Dans le langage courant malheureusement on voit les féministes traitées injustement de misandrie et les matcho acceptés communément comme la norme. On n'emploie jamais pour les hommes le terme de Menimiste. Il y en a pourtant beaucoup (au moins 30/100) il faudrait qu'ils soient valorisés plus tôt qu'ignorés et rabaissés. La tendance avait pris de l'ampleur dans les années 90-2000, mais j'ai l'impression que pour la nouvelle génération on recule sur place.
Quand les hommes seront du point de vue masculin respectés lorsqu'ils sont pour les femmes de vrais hommes?
Quand ils partagent la charge mentale, les tâches du quotidien, qu'ils sont des papa poules et qu'il affichent leur sensibilité?
Et quand les femmes qui veulent juste l'égalité seront-elles librent de s'exprimer sans être traité de castratrices?
Pour moi, c'est un point de vue personnel bien sûre mais le soucis majeur d'incompréhension de colère et de frustration c'est que le discourt est faussé si l'on n'emploie pas les bons terme et que l'on se voile la face sur les inégalités hommes/femme dans notre société alors qu'elles sont encore très forte.
Les femmes en France n'ont pas les mêmes libertés que les hommes. Elles n'ont pas non plus les mêmes droits. Elles sont victimes de violences quotidiennes physique et morale. La loi qui garantie ces égalités, en pratique n'est pas appliquée.
Cela personne ne peut le nier...
Mais sur ce site, messieurs vous êtes majoritairement Menimiste, (pas terrible ce terme il faudrait en trouver un autre plus fun) et c'est toujours un plaisir de débattre avec vous.

Laurent...le 02 mars 2022 à 13:59  •   75761

Hum....joker

paradoxle 02 mars 2022 à 15:38  •   75764

Au Québec, il y a un mouvement d'homme "égalitariste". Leurs textes sont intéressants.
Et il y a les masculinistes, une réaction frontale au féminisme, une ode à la virilité.

Menimiste, je ne connaissais pas. Moi, je me dis anti-sexiste, comme ça, y a pas de jaloux.

MaisEncorele 03 mars 2022 à 16:54  •   75871

🙂
Utiliser les bons termes est la condition indispensable pour se comprendre donc pour échanger de manière constructive... notre langue française est très riche et cela vaut pour toutes discussions.
Cependant mon sentiment, tant pour ce sujet que pour la plupart des autres liés à la société, est qu'à vouloir toujours plus clarifier les choses par la différenciation (pour ne pas dire la mise en cage ou case) nous perdons de vue des notions ou valeurs bien plus grandes... Ici par exemple, pourquoi vouloir "contrer" quelque chose plutôt que de vouloir le transformer ? Cela sera t-il plus efficace si les femmes se battent contre les hommes ou si tout le monde se mobilise pour créer des conditions de vie équitables et respectueuses pour toute forme de vie ? Nous perdons beaucoup de temps et d'énergie à passer par des conflits "aux idées courtes" alors que voir plus loin et plus grand est tellement plus sensé... Cela n'est pas facile, c'est vrai, cela demande de l'humilité et du courage, de l'altruisme et du dévouement. Mais cela serait tellement plus noble d'accepter d'évoluer plus vite vers la jouissance de ces richesses et complémentarités que sont nos différences et complexités plutôt que de rester accrochés à ce fonctionnement de domination de l'un ou de l'autre (car cela fonctionne dans les 2 sens) ...
Loin de moi l'idée d'être une castratrice de sujets et/ou de préoccupations, je souhaitais juste apporter mon sentiment et rapport personnel à ce sujet qui pour moi n'est pas traîté de la bonne manière dans notre société.
😉

Magda72le 03 mars 2022 à 18:20  •   75879

@Cameleazebra et @MaisEncore ("Utiliser les bons termes est la condition indispensable pour se comprendre donc pour échanger de manière constructive"), voici un sujet qui me touche car mon Papa (né en 1923 et ayant fait des études universitaires dans l´économie, photographe amateur mais gagnant de l´argent avec cela, en plus de son taf, féru de "beach volley" jusqu´à au moins 65 ans) était un Papa poule, jouant au ballon avec ses enfants et petits-enfants, leur préparant sa fameuse purée de pommes de terre et d´autres plats "Papa".

En plus de cela, ma génitrice le maltraitait, le battait parfois, griffait etc. (Elle ne battait pas ses enfants qu´elle haissait pourtant).

Donc un jour je me suis rendue compte que je minimise la violence par les hommes car je n´y crois pas, je crois dans la violence inverse. Mais les chiffres sont là, je constate.

Donc @Cameleazebra a raison, à mon avis, à vouloir déf(inir - endre?) "l´homme ordinaire / normal" si je comprends bien.

Mais c´est un sujet vaste et compliqué, bon courage à qui essaye de démêler, au fond d´un machisme historique indéniable.

Au demeurant, mon Papa m´a donné confiance en moi et un gout d´indépendance, merci Papa chéri. D´ailleurs, quand j´y pense, malgré qu´il s´occupait des enfants, jamais il ne les prenait dans ses bras ni ne disait qu´il les aime car cela ne se faisait tout simplement pas à cette époque. Faire des calins, c´était plutot la grand-mère qui s´en occupait. 😍

Hatsale 03 mars 2022 à 19:51  •   75882

Il y a de belles personnes partout, peu importent leur genre et leur sexe.
Cependant...
Si vous voulez voir ce thema d'Arte
Ça peut intéresser certaines personnes ici et de belles questions sont ouvertes et déposées dans ce reportage.

Siryack7le 04 mars 2022 à 12:00  •   75934

Super ton doc, @Hatsa ! 👍 Je suis justement en ce moment-même en pleine réflexion sur les genres, le féminisme, le poids de l'histoire sur les comportements genrés, les constructions/représentations culturelles...etc...

Et aussi en intenses échanges intellectuels avec @Melanoe à propos de ça. 😉

Melanoele 04 mars 2022 à 13:14  •   75941

C'est ça ! On donne des noisettes à nos hamsters respectifs ! Merci @Siryack7

Ozle 08 mars 2022 à 08:51  •   76325

féminisme : nom masculin
voila, cqfd😄

mais plutot que les termes "meminisme" ou "feminisme" qui imposent déjà à la base une séparation des genres, donc l'impossibilité d'une harmonie ou d'une égalité, en créant eux memes cette guerre de sexe, pourquoi ne pas simplement dire "humanisme".

c'est comme ceux/celles qui vont manifester mordicus avec une pancarte "all blacks matter"; c'est auto-générateur de clivage, et très égocentré je trouve. avoir une pancarte "all lives matter" me parait moins spéciste.

Kouignamanle 08 mars 2022 à 09:09  •   76326

Moi je pense que la traduction chetienne portait des valeurs egalitaires et complémentaires et que nos adversaires ont concontocté la théorie du genre et autre hyper féminisme pour mettre tout ça à bas.

Kouignamanle 08 mars 2022 à 09:09  •   76327

Tradition pardon

Kouignamanle 08 mars 2022 à 09:10  •   76328

Les valeurs sont totalement inversées, noyées dans le divertissement

Kouignamanle 08 mars 2022 à 09:11  •   76329

dont le sens signifie regarder ailleurs CQFD

Ozle 08 mars 2022 à 11:35  •   76343

*all blacks matter - il fallait lire "black lives matter" dsl

@Kouignaman : tu dis "nos adversaires ont concontocté la théorie du genre"
qui sont TES adversaires? je n'ai pas d'adversaire perso

Galateele 08 mars 2022 à 13:38  •   76350

Hello à vous tous 🙂

Je me contenterai, sur les quelques minutes accordées à ma coupure, d'une réflexion générale.

A travers l'ensemble de vos interventions, on comprend bien que la question du féminisme pris dans sa seule terminologie est inopérante à rendre compte de l'universalisme auquel il tend.

Et c'est là toute la difficulté de l'universalisme en ce qu'il propose de tendre vers un modèle de société idéal. Par exemple, la DDHC de 1789 n'opère aucune distinction suivant le genre masculin ou féminin lui préférant la terminologie d'Homme : l'emploi de la majuscule renvoie moins au genre que l'Homme pris en tant qu'espèce humaine (je préfère cette formulation à celle du genre humain, me refusant, dans cette même logique, à tout spécisme).

Cependant, ce modèle universaliste, s'il n'a pas vocation à rendre compte des spécificités que sont celles notamment du genre n'a pas également pour but de se prononcer sur la question des cultures d'un point de vue civilisationnel.

Je n'ai pas encore visionné la vidéo d'@Hatsa que je pressens être particulièrement éclairante : le féminisme s'inscrit davantage dans la doctrine féministe consistant interroger les inégalités du point de vue de la critique sociale.

Or, il existe autant de sociétés qu'il existe de cultures. Et il ne saurait exister, d'un point de vue anthropologique (et non sociologique) de sous-cultures en ce sens que leur diversité fait que toute civilisation - par essence non définie du point de vue des genres - "contribue au patrimoine commun de l'Humanité".

Aussi, plus généralement, toutes les questions traitant de l'égalité ne sauraient être analysées sans que l'on se pose aussi la question de leur enracinement au sein même des sociétés et donc à la lumière des spécificités culturelles.

Et c'est parce toute culture ne saurait être essentialisée au point de nier leur richesse qu'il convient pour tendre vers cet idéal universaliste - qui s'apparenterait en réalité à un relativisme universel à la Descola dans son approche des cultures - de pouvoir être capable de nommer et définir ces particularismes.

Encore faut-il que l'on se dote d'une terminologie adaptée et comprise en dehors de toute opposition en ce que le fait de "Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde" et reviendrait in fine à nier notre humanité.

On comprendra donc que l'usage d'une terminologie impropre à rendre compte d'un idéal universaliste mais propre, au contraire, à ériger les spécificités en les opposant sous couvert d'universalisme ne contribuerait pas à l'idéal auquel l'on est supposé tendre. 😉

Je rejoins donc les propos de @Oz et @Cameleazebra qui se complètent plus qu'ils ne s'opposent 😉

Merlinle 08 mars 2022 à 14:15  •   76351

Les valeurs "égalitaires et complémentaires" du christianisme, c'est l'homme au boulot (ou à la guerre) et la femme aux fourneaux à s'occuper des mioches... Les 3 religions du Livre (judaïsme, christianisme, islam) ont ça en commun dans leur dogme, de placer la femme dans une position de soumission. Si les versions les plus modernes de ces religions s'essaient à un certain égalitarisme, c'est parce qu'elles n'ont plus une position indiscutable de pouvoir et qu'elles doivent s'adapter un peu, du moins en façade, sous peine de perdre leurs ouailles.
C'est la séparation entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux qui a permis aux mouvements d'émancipation féminins de se développer. Maintenant, on peut toujours réécrire l'histoire ;)

Hatsale 08 mars 2022 à 21:06  •   76371

Si vous voulez quelques lectures intéressantes, vous pouvez aussi piocher ici

Siryack7le 12 mars 2022 à 04:28  •   76784

Si féminisme il y a, c'est donc qu'il y a patriarcat !

voir la vidéo

et

voir la vidéo


Super intéressant ton lien @Hasta ! 👍

Cameleazebrale 12 mars 2022 à 20:26  •   76822

Très intéressant vos réflexions. Et merci pour tous ces liens passionnants. @Siryack7, un homme qui parle aux hommes c'est sans doute la meilleure façon de faire bouger les choses. En parallèle au mouvement féministe. Un homme qui parle de virilité toxique, d'écofeminisme qui dit qu'un homme conscient est un homme augmenté, c'est chargé d'espoir... Merci pour ce post, drôle et profond

Siryack7le 13 mars 2022 à 09:14  •   76858

Oui ! @Cameleazebra ! Il y a aussi de la résistance au patriarcat et au modèle machiste ambiant généralisé -je parle du monde- parmi les hommes. 😉

paradoxle 13 mars 2022 à 22:33  •   76938

Une présentation du livre La paix des sexes de Tristane Banon. Par un homme blanc cis-genre et valide. (Mon émission littéraire préférée).
Ça n'a pas peur d'écorner le féminisme 2.0 et les dérives de certains courants.
voir la vidéo


Sinon je suis d'accord avec @Galatee que ces questions sont un peu biaisées parce qu'il n'y a pas un féminisme mais un nombre impressionnant de courants. Et qu'un certain néo-féminisme n'est vraiment pas malin.
Et d'accord avec @Merlin (et Élisabeth Badinter) que toutes les avancées pour le droit des femmes ont été faites contre la religion.

paradoxle 14 mars 2022 à 00:10  •   76956

J'ai aussi trouvé ça qui je crois a sa place ici, une approche scientifique sur l'écriture incluive, intéressant.
voir la vidéo

Timide01le 14 mars 2022 à 09:03  •   76965

@paradox Interessant oui. Petite question en passant. Quel impact sur la poéie et donc sur la rime ?

Siryack7le 14 mars 2022 à 09:07  •   76967

@paradox,
"toutes les avancées pour le droit des femmes ont été faites contre la religion."

Vraiment ?! Et les suffragetttes anglaises au début du XXième siècle ?!

paradoxle 14 mars 2022 à 14:02  •   76981

@Siryack7 Ah ouais, bonne remarque.

Laurent...le 14 mars 2022 à 20:11  •   77002

Celle là est pas mal non plus sur l'écriture inclusive 😜
voir la vidéo

Succubettele 18 mars 2022 à 18:16  •   77339

Il n'y aura jamais eu autant de séparation, clivage, rejets que dans ces volontés à vouloir tout décortiquer sans cesse, chacun son club, sa case, sa revendication...ça me fiche mal au crâne...limite quand je vais aux chiottes publiques je ne sais plus où aller! même pour pisser faut avoir un genre alors que moi aussi je peux pisser debout! (oui un pisse-debout^^)...

A lutter "contre" on se focalise sur ce que l'on ne veut pas/plus non? ça n'en finira jamais...

Ras le bol de cette hargne, blessures non guéries, ressassement , la roue du Hamster...

Et si l'on faisait déjà la paix en soi?

Je n'ai pas dit que c'était facile, mais si l'on commençait par soi?

Aimes tu ta part féminine et ta part masculine? Parce que si c'est la cas, la lutte n'existe pas...

Cameleazebrale 19 mars 2022 à 09:38  •   77392

La lutte n'existerait pas si on est en paix avec sa part féminin/masculin. Oui, elle n'existe pas en soi. Mais une fois confronté au monde extérieur?
En France comment oublier les inégalités, les regards déplacés, les relations toxiques, les feminicides .. et si on regarde dans le monde, comment arriver à oublier la violence faite aux femmes, comment fermer les yeux sur l'excision?
Il y a un grand combat a faire contre ces violences, on a besoin d'une prise de conscience, des hommes et des femmes. Alors oui, cela doit commencer en soi, mais ce n'est que le début du chemin.

paradoxle 19 mars 2022 à 13:33  •   77409

un peu de féminisme radical ? (commencez à 1:20, en intro elle parle de sa chaîne))
voir la vidéo

Siryack7le 20 mars 2022 à 18:34  •   77529

Allez ! Un peu de légerté... 😜

voir la vidéo

voir la vidéo

Marina Rollman... 😂
voir la vidéo

voir la vidéo

voir la vidéo

voir la vidéo

voir la vidéo


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?