Présentation des nouveaux

A ceux qui veulent discuter, et développer sur ses potentialités et ses trouble(s) associé(s) à son HP/THP

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Présentation des nouveaux
  4. A ceux qui veulent discuter, et développer sur ses potentialités et ses trouble(s) associé(s) à son hp/thp
A ceux qui veulent discuter, et développer sur ses potentialités et ses trouble(s) associé(s) à son HP/THP
ManoOonle 23 mai 2020 à 12:37

En ce jour de mer** où il pleut comme vache qui pisse, dans l'Ain, à Bourg en Bresse, et surtout parce que j'ai le souhait d'en connaître plus sur vous, sur toi, et sur votre quotidien avec la zébritude, et aussi, si vos avez quelques petits troubles associés (dys, TDAH, TAG, autisme, anxiété, dépression...), je voudrais juste savoir comment vous le vivez au jour le jour. 😉
Et si vous avez connu une phobie scolaire importante aussi... 😭

Bref, lâchez vous ! Je sais que toi aussi tu te sens seul(e), que tu te sens décalé(e) et que comme moi, tu veux juste parler de ce que tu ressens sur ce que les autres ne comprennent pas ou peu, ta façon de penser, et toutes tes expériences vécus, même si elles te semblent anodines, et que tu sais que seuls les gens comme toi, moi y compris, sans grande prétention hein ! Peuvent y accéder, y comprendre, et ce dire : « Bah moi aussi je suis comme toi ! Et toi tu ressens ça aussi ? »...
Bref, un partage de nos expériences et de nos émotions et nos passé ainsi que de nos troubles associés.

A toi de jouer ! 🤘

Juliette...le 23 mai 2020 à 12:52

🙂 Pour l'instant, je te souhaiterai simplement la bienvenue @ManoOon, d'autant que j'ai déjà pas mal, voire beaucoup, peut-être trop 😉 , parlé ici de ce qui a pu, énormément par le passé, et encore un peu maintenant quand-même, me pourrir la vie ou simplement me freiner dans mes élans... Mais non, tu n'es pas seule! 🙂

Fabricele 23 mai 2020 à 13:43

J'ai souvent le sentiment d'être prisonnier de moi même...prisonnier de la vie ...l'art et l'expression en général sont les seuls leurres que j'ai trouvé pour m'en échapper un peu je sens que je vais encore resservir...le voyage au bout de la nuit mais en tous cas j'ai su de suite pourquoi ce passage m'avait fait d'emblée grande impression : « Décidément nous n'adorons rien de plus divin que notre odeur. Tout notre malheur vient de ce qu'il nous faut demeurer Jean, Pierre ou Gaston coûte que coûte pendant toutes sortes d'années. Ce corps à nous, travesti de molécules agitées et banales, tout le temps se révolte contre cette farce atroce de durer. Elles veulent aller se perdre nos molécules, au plus vite, parmi l'univers ces mignonnes ! Elles souffrent d'être seulement « nous », cocus d'infini. On éclaterait si on avait du courage, on faille seulement d'un jour à l'autre. Notre torture chérie est enfermée là, atomique, dans notre peau même, avec notre orgueil. » L. F. Celine .
C'est une approche globale sur notre condition à tous mais la difficulté d'après moi s'en trouve accrue par un sentiment d'isolement que nous ressentons , l'autre auquel je me sur-adapte et dans lequel je ne me retrouve pas ...

Omphle 23 mai 2020 à 14:32

L'anamorphose du regard de l'autre, mon image, combien même pas idéalisée, n'est pas retrouvée mais, trouvée déformée. Déformation commune à une image projetée entre deux miroirs, singulière à ma rétine intellectuelle, surexposée.

ManoOonle 23 mai 2020 à 15:04

Quels bons auteurs vous êtes ?

ManoOonle 23 mai 2020 à 15:04

#vous êtes !

Berengerele 23 mai 2020 à 15:11

Bienvenue ! Au risque de décevoir, je ne tourne plus en boucle sur mon passé et mes problèmes, déjà abordés ici ou là. Je me dis simplement que je suis responsable de mon bonheur. J'arrive à vivre avec moi-même et en accord avec mes besoins, mes envies.
Quant à la pluie, j'aime beaucoup. Ici, on dit qu'il drache ! Le bonheur est à l'intérieur et ce n'est pas le temps qui va me le gâcher.

Omphle 23 mai 2020 à 15:35

Idem. J'ai tendance à apprécier la pluie. Ne me dites pas b(l)izzar...

Merlinle 23 mai 2020 à 21:36

Bonsoir. Vivant en Bretagne (où paradoxalement il fait souvent soleil), la pluie ne me dérange pas. Pas davantage que le fait d'être surdoué, au contraire. Je ne dis pas que le fait de trop réfléchir n'alimente pas mon côté anxieux, mais j'ai aussi appris à le maîtriser. Donc désolé, mais aucun problème majeur lié à la douance à signaler de mon côté. En revanche, je te souhaite la bienvenue parmi nous :)

kiltle 24 mai 2020 à 07:16

Bienvenue

S-APIE-NSle 24 mai 2020 à 10:23

Bonjour à tous ! Je suis nouveau sur le site, en espérant faire des rencontres enrichissantes !

Y a-t-il des personnes familières avec les concepts du MBTI ? Je suis curieux d'avoir votre avis sur les différents types de personnalités et leur compatibilité éventuelle. Pour ma part, je suis "classé" INFJ, ce qui me pose un véritable problème dans mes relations amoureuses : je sors de deux séparations consécutives avec des personnes qui n'arrivent pas à concevoir ou respecter mon besoin d'introversion (le terme exact est PN ;) mais je reste vigilant face à la catégorisation...).

Le débat est ouvert !

Merlinle 24 mai 2020 à 18:35

@S-APIE-NS Il ya un fil de discussion consacré au MBTI.
C'est ici :
https://www.apie-people.com/forum/communaute/surdoue-zebre-haut-potentiel-atypique/profil-mbti-15459

(et bienvenue :) )

MopMople 25 mai 2020 à 15:02

Bonjour ManoOon,

Je réponds après coups ! désolée ! parce que ton message me touche.
Oui, cela crée de l'angoisse souvent d'être comme nous sommes ! j'ai pris des années des cachets pour dormir tellement c'était fort pour moi !
Je crois que tu peux te soutenir beaucoup en t'offrant des séances de "médecine douce", que ce soit l'EFT, que ce soit l'hypnose, que ce soit l'acupuncture, que ce soit la sophrologie, que ce soit le shia zu, que ce soit le focussing, que ce soit la CNV....je n'ai pas tout en tête mais vraiment il n'y a que l'embarras du choix.
Il y a des tas de vidéos sur youtube pour découvrir des approches de plusieurs d'entre elles, cela peut t'aider à choisir.

Car, quoi qu'il arrive, quoi que tu vives, ce sera toujours un rapport de toi à toi-même et c'est dans ce rapport que tu évolueras.
S'accepter et s'aimer tel que l'on est constitue le fondement de tous ce qu'on peut apprécier de vivre.
C'est un chemin. Et le bonheur n'est pas d'atteindre un but, c'est de vivre le chemin pleinement.

Belle semaine à toi
MopMop

ManoOonle 27 mai 2020 à 10:00

Merci MopMop 😄

Bonjour à toi bonjour à tous.

Alors la sophrologie et tout le reste c'est impossible ! J'ai horreur de perdre le contrôle. De me laisser aller et de relâcher avec quelqu'un qui me fait respirer et me dire « imaginer un endroit où vous vous sentez bien, et faite de longues respirations... » ça ça me rend dingue. LE contrôle !! Je ne veux rien lâcher. Même si j'en ai besoin.

Alors la simple chose que j'ai trouvé c'est... NETFLIX ! Et les documentaire et la lecture du paléoproterozoïque, la copernicienne, Aristote qui s'est bien trompé sur ses recherches 😄
Et puis le reste, comme le Big Crunch... et tout ça.

Merci beaucoup pour ton message et belle journée à tous !! 🤘

Amarle 28 mai 2020 à 14:45

On peut parler de big crunch si tu veux 😬

T'en penses quoi ?

ManoOonle 28 mai 2020 à 18:24

Il est inévitable. Toute forme de vie, tel que les atomes, les étoiles et les être vivants (particules, plantes, animaux, être humain) qui a la base de la base, provient du fameux big bang il y a près de 14,5 m. années, ce fut un instant charnelle d'une explosion qui donna naissance à deux POTENTIELLES, origines de notre vie sur terre : les étoiles et les molécules (particules atomes, éther ect....)
Arès tu dois connaître la suite si tu parles du big crunch, qui aura lieu lui dans environ 100 milliards d'années.
L'extension de notre univers vas se « résorber », dirais-je, comme le big bang, mais à l'extrême opposé.
L'expansion de l'univers s'arrêtera dans environ 50 milliards d'années. Et de suite la fin de l'univers, où l'on observera (100 milliards d'années toujours), (on ne sera hélas plus de ce monde...mais...) que la matière organique de l'univers changera brutement de couleur. Rouge je crois...?? Aujourd'hui, plus elle est en expansion, plus la matière, qu'elle soit organique, cellulaire ou neutre, plus la matière sera bleu.
Je ne sais pas si on me comprend désolé 😂
Car je réfléchis en même temps là. Donc c'est possible que je me plante... 😵
Bref, pour moi, la vie, c'est déjà le big bang, les nébuleuses circulaires ou désorganisé ect....
Les premières apparitions de la vie : les matières organiques qui, par définition, naissent mangent se reproduise et enfin meure. Bref ça c'est la vie. Comme pour nous.

Alors théoriquement je crois que l'univers entier se détruira dans ce blog crunch. Car la galaxie est une forme de vie qui produit de la vie depuis toujours. Et comme c'est une forme de vie, elle va finir par se détruire.
Pour moi c'est logique.
La vie a commencé à exister il y'a plus de 20 milliards d'années d'après certain physicien-cosmologues.
Je pense que vu que le temps a débuté lors du big bang, je pense que ce n'est qu'hypothétique.

Après je ne connais pas tout sur l'univers et sa naissance ainsi que sa destruction, mais pour moi, elle se détruira, de n'importe quel manière quelconque. Après certains disent qu'il n'y a pas de limite de l'univers...Aristote. Copernic. Moi je pense qu'un jour, lorsqu'il n'existera que volcans et séismes ect... c'est déjà signe de fin de vie de notre planète, certainement cette de la Voie lactée et en particulier celles qui se rapprochent du soleil et que finalement, la vie a une fin.

Amarle 29 mai 2020 à 00:13

Intéressante ta réflexion @ManoOon

Moi j'ai ma petite théorie sur l'expansion accélérée de notre univers.

Je vais créer de ce pas un fil dédié histoire de ne pas être hors sujet ici.

MopMople 31 mai 2020 à 08:55

Bonjour MamoOoon,

Ok ! J'ai bien compris ce que tu m' as répondu alors je te suggère une approche qui correspond à ton fonctionnement. Ce sont les vidéos de Guilhem Cayzac qui est essénien et explique très clairement.
Cela permet de remettre à leurs places nos préoccupations, nos priorités.
Beau week-end à toi ?

MopMop

ManoOonle 01 juin 2020 à 05:40

Merci MopMop !
Très généreux 😄

J'irai voir sur YouTube

AnnaKunderale 02 juin 2020 à 00:50

Bonjour,
Heuu alors je reprends le sujet du post initial 😂

Oui j'ai eu pas mal de troubles dans le passé. La personnalité dans l'ensemble et l'environnement jouent aussi un rôle forcément, pas que le HPI.
Sentiment de décalage constant, culpabilisation de ne pas savoir mieux socialiser avec les autres, tandis que ma soeur par exemple a pleins d'amis (je tire la conclusion que c'est moi qui doit être globalement défaillante).
Pendant une grosse partie de l'enfance j'ai trouvé le rôle moyennement satisfaisant de meilleure de la classe (valorisant auprès des adultes, mais en m'effaçant le plus possible pour pas que les élèves me traitent "d'intello" ou "fayote"), jusqu'à "perdre un boulon" au lycée. Anorexie mentale, puis phobie scolaire et sociale, dépression de plusieurs années (tandis que d'anciens camarades démarraient la course à la carrière dans de glorieuses grandes écoles en France et à l'étranger, je me sentais mal quand je devais sortir de mon appart).
Bon depuis, côté études/professionnel/relationnel, tout va bien. J'ai juste pris une voie plus sinueuse et longue. Je fais attention à moi (un minimum).
Pour l'hypersensibilité, j'essaie de prendre du recul par rapport aux émotions et de les prendre pour ce qu'elles sont, des sortes de phénomènes météorologiques, on sait qu'on va traverser des orages régulièrement mais ça fait partie de "la nature".

J'espère que tu t'es reconnue dans 1 ou 2 éléments @ManoOon, ou d'autres personnes histoire de se sentir moins uniques avec nos aléas XD

Rudeusle 04 juin 2020 à 18:00

Depression et anxiété hum.

Maverickle 15 juin 2020 à 09:16

Bonjour @ManoOon

De mon côté, pas de phobie scolaire, au contraire une trop bonne intégration dans le moule, parce que je lisais énormément et nageais dans les concepts enseignés en cours comme un poisson dans l'eau. Les difficultés se sont présentées en fin de collège, au lycée, en fac, là où il aurait fallu savoir travailler et pas seulement exploiter la couche superficielle de la culture amassée en lisant.

Après, j'ai suivi une route un peu trop classique, un peu trop tracée à l'avance. Avec le recul, ça a fait le lit de plusieurs motifs d'anxiété cachés sous le tapis, ça m'a fait vivre plusieurs dépressions dont certaines larvées et souterraines, ça m'a conduit à subir du harcèlement au travail (était-il ciblé ou systémique et moi juste plus sensible, difficile à dire) ... jusqu'à ce que tout explose récemment, et que je reparte à ma propre recherche.

Moi aussi, je n'arrive pas à aller vers les techniques qui invitent à "lâcher prise". Je me visualise pendu par les mains à une corniche, avec des "amis" qui m'invitent à déserrer les mains et me laisser tomber dans le vide ... L'angoisse absolue ... Comme tu l'écris, "perdre le contrôle" est hors de question. Et en même temps, c'est le coeur de mon problème. Pour mon cas, je recherche la compagne en qui j'aurais tellement confiance pleine et entière, absolue, que je pourrais justement m'abandonner totalement sans crainte d'être "dévoré", que je pourrai perdre tout contrôle avec la certitude d'être encore là et intègre le lendemain.

La route est encore longue et tortueuse (et pour aller où ? on s'en fout, en fait), mais grâce à ces petits chemins de traverse découverts sur APIE et sur d'autres forums, je côtoie des personnalités intéressantes. C'est un peu plus facile à vivre depuis que je sais que ma condition intérieure est peu ou prou partagée et peut faire le sujet d'un dialogue qui ne s'interrompt pas après 3 phrases. Mais ça ne rend pas le sujet plus rigolo, et le dialogue n'est pas aussi réparateur que je pourrais l'espérer. Mais au moins, je me sens moins seul. Et c'est déjà énorme.

J'espère que tu trouveras toi aussi un peu de cette sorte de réconfort par ici.

PS: @ManoOon, @MopMop, Youtube, Netflix, c'est certainement très sympa, mais je vous conseille (si tant est que vous le puissiez) d'aller plutôt dehors à la rencontre du "vrai monde". Allez admirer en direct ces agencements d'atomes extraordinaires, avant que le Big Crunch ne les annihile !

Chounoursle 30 juin 2020 à 04:14

(cette lettre est très longue, je n'ai pas pu faire mieux. Si vous trouvez ça trop long aussi, je vais vous faire un résumé en bas de la page)

Bonjour à tous, je débarque sur ce forum et j'avoue que, malgré une véritable envie de communiquer, je suis un peu perdu. Ça va aller, je vais trouver mes repères. Et sortir un peu de ma zone de confort ne me fera pas de tort. J'ai une confession à faire d'emblée. Je n'ai pas passé de test de QI. Je suis donc techniquement dans l'incertitude concernant ma zébritude. Et ce n'est qu'il y a 2 semaines que j'ai pris la peine de m'informer sur cette condition dont j'ignorais pratiquement tout. Je me permets quand même de prendre la plume et d'exposer mon cas . Je vais essayer de faire court mais c'est pas gagné.
Je n'avais jamais entendu le terme Haut Potentiel avant 2018. Je l'ai appris en 2 occasions différentes de la bouche de personnes HP. La première, après avoir fait sa connaissance et instantanément sympathisé avec elle, m'a dit qu'elle était certaine que j'étais HP. Je lui ai demandé de m'expliquer le concept mais dès qu'elle est parlé de surdoué, j'ai directement rejeté l'idée. Ce qui est logique finalement, si j'étais un génie ça se saurait. En puis il y a eu une deuxième personne. J'ai encore ignoré cette histoire mais ça commençait à me trotter dans la tête, même si ça n'était pas pleinement conscient. Cette même personne est venue un jour chez moi et, cette fois,
elle m'a fait visionner des vidéos sur le sujet des zèbres. Je n'ai vu qu'une toute petite partie de la vidéo qui reprenait les grandes caractéristiques des zèbres. Il y avait des similitudes mais je ne ne prenais pas trop ça au sérieux. En tout cas, je me disais que ces caractéristiques étaient en fait répandues dans toute la population et que, si je prends par exemple l'hypersensibilté, c'est d'une banalité flagrante. Je rentre maintenant dans le côté sombre de l'histoire. Je suis un alcoolique, abstinent depuis près de 8 mois maintenant et ça faisait une quinzaine d'années que j'étais dedans. Avec bien sûr la dépression profonde qui accompagne le tout. J'ai néanmoins réussi à me sortir de ce désastre, je ne sais toujours pas comment j'ai pu trouver la force nécessaire vu mon état de santé morbide à tous les niveaux. Je m'en suis donc sorti mais après plusieurs mois d'abstinence, la dépression était toujours bien présente. C'était même pire qu'avant car on m'avait tellement raconté que mon alcoolisme était la cause de tout mes problèmes etc etc. Mais j'étais toujours bloqué au même endroit, en bonne santé physique cette fois. Je ne quittait plus ma chambre, j'ai arrêté de répondre au téléphone. Et j'étais en thérapie depuis très longtemps sans qu'il y ait la moindre évolution positive. Jusqu'au jour où j'ai décidé de reprendre la marche à pied. Je me suis forcé à me décoller de mon lit et là il s'est passé un truc. J'ai enfin pris la décision de regarder en détail les différentes possibilités de sauvetage que j'avais à ma disposition. Mon cerveau fonctionnait encore après tant d'années d'errance.
D'aussi que je me souviens, je me suis toujours senti différent des autres mais je pensais juste que j'étais un grand émotif timide et sans intérêt. C'était une tare et je me dissimulait du mieux que je pouvais. Scoop, une bonne partie de mes émotions transparaissaient sans retenue dans mon comportement. Ça gênait un peu les gens donc au final peu de personnes m'en parlaient et je me cachais du mieux que je pouvais. Oui, ça s'appelle faire l'autruche mais j'y trouvais mon compte. Du moins je le pensais.
Bref, il y a 2 semaines j'ai eu des doutes sur ma santé mentale, à raison, et je me suis mis à explorer certaines pistes. J'ai d'abord étudié les personnalité évitante. Ça collait bien avec mes années d'alcool où je limitais mes contacts sociaux au strict minimum mais ça ne tenais pas la route avec mon enfance. J'ai toujours eu des amitiés, pas toujours très profondes (de ma faute d'ailleurs car je ne pouvais pas risquer de m'exposer) mais je n'étais pas isolé du tout. Je me suis bien intégré à l'école. J'ai quand même pris la peine de regarder quelques vidéos sur les surdoués, plus pour confirmer que ça ne me concernait en rien. Assez rapidement, des indices se sont accumulés. J'ai voulu en avoir le coeur net et j'ai continué à visionner des vidéos. J'ai fait ça pendant 10h non stop. J'ai pas mangé et j'ai pas dormi. Je n'aurais pas pu me détacher de l'écran. Je passais d'une vidéo à l'autre et, après avoir digéré une (petite) partie des informations, j'ai pu expliquer, donner un sens à cette vie, un sens que j'étais loin de soupçonner et qui a éclairé d'une lumière crue ma vie jusqu'à présent. Après cette épiphanie, je me suis enfin endormi sereinement en me disant que si je comprends mon mode de fonctionnement je pourrai enfin guérir. Mais le lendemain, c'était à nouveau le doute qui m'a pris au réveil. Après tout, mon raisonnement était faux dans ses fondements. Il est facile d'expliquer ma vie par le prisme de la surdouance. Il y a toujours moyen de relier des points et croire qu'il forme un ensemble cohérent. J'avais raison de douter, il suffisait de prendre une autre grille de lecture et j'étais à nouveau simplement l'alcoolique dépressif qui non seulement a tellement fait de mal et de conneries et qui en plus aurait la prétention de se croire surdoué. Je ne pensais pas être capable de déployer autant d'ego mal placé. Quelques jours bien nécessaires se sont écoulés et je pense avoir maintenant une vision plus équilibrée de la situation. En tout cas je suis assez content de mon zen face à l'incertitude. Deux choses sont vraies :je ne peux pas me fier a un autodiagnostic d'un côté et de l'autre les coïncidences sont tout de même trop nombreuses pour que ce soit réellement juste une série de coïncidences sans aucun liens entre elles. Je ne vais pas rentrer dans les détails maintenant des choses qui me correspondent ont non, ce serait fastidieux. J'ai déjà beaucoup de mal à finir ce texte. Si tu me lis encore maintenant , tu possèdes un courage qui frise la folie. Mais c'est sympa. Je vais enfin en venir à la conclusion, qui est simple : si je pars de l'hypothèse que je ne suis pas zèbre, alors qu'est-ce que je peux bien être ? Ça me fait peur car les enjeux sont très élevés pour moi. Sans vouloir être trop dramatique, c'est une question de vie ou, non pas de mort physique, mais de renoncement à toutes possibilités de guérison. Voilà où j'en suis à l'heure actuelle, j'ai besoin de vous et de vos connaissances pour me dire s'il existe une autre possibilité que la douance pour expliquer ma vie. Je suis prêt à tout faire pour connaître la vérité, peu importe laquelle. J'ai contacté un centre spécialisé dans la question mais je sais que le test de QI est indispensable pour qu'il fasse leur diagnostic. Je ne suis pas du tout d'accord avec cette idée que ce test soit une mesure quantitative de l'intelligence. Il y a trop de facteurs qui rentrent dans le résultat. Perso, je ne saurais pas le passer sans ressentir une pression énorme. Je suis très sensible, ça j'en suis sûr, donc je peux oublier toute forme de self-control et de capacité de concentration. Peut être que ce stress me serait bénéfique mais je ne peux pas prendre le risque de perdre mes moyens, fausser le résultat et finir sans avenir parce qu'un test dit que je ne suis pas ce que je ressens fortement en moi. En me renseignant, j'ai appris que le test de QI n'était pas construit pour évaluer les personnes atypiques. Est-ce vrai ? Donc, le test est fiable si on a un résultat d'au moins 130. Il n'y a pas de faux positifs mais il y a des faux négatifs. Tout le monde est noté a minima, le QI mesuré est une valeur minimale. C'est le maximum que l'on a pu réussir à atteindre dans les conditions du test. Il est évident que le vrai potentiel est supérieur et on ne pourra jamais dire de combien est la marge d'erreur. Vous avez compris que je ne suis pas chaud pour le passer ce fameux test. Mais en même temps je ne peux pas rester dans le doute. C'est trop important pour la suite de ma vie. À tous les points de vue.


Pour le moment, je n'ai eu aucune parole contradictoire à part la mienne qui n'a aucune valeur . J'espère en trouver ici, ça m'ouvrirait peut-être les yeux sur des interprétations que je ne perçois pas maintenant.

Merci de m'avoir lu, j'espère qu'il y aura des retours


Résumé : je ne sais pas si je suis zèbre. J'ai de fortes présomptions que oui mais je doute. Je dois connaître la réponse car c'est une question cruciale pour la fin de ma vie. Soit j'avance soit je reste planté là. Je n'ai aucune confiance dans le test de QI. Mes raisons sont expliquées ci-dessus. Comment faire pour savoir sans passer le test de QI ? N'est ce pas très réducteur de se baser principalement sur le test de QI pour déterminer la surdouance ? Je ne pense pas que mon intelligence soit l'enjeu principal en ce qui me concerne. Pour être honnête et si je me regarde sans trop de biais, j'ai au minimum une intelligence bonne. J'ai réussi des études difficiles. Ça ne suffit pas mais je n'ai pas besoin d'être rassuré sur ce point. Par contre j'ai besoin d'être rassuré sur mon avenir et là l'enjeu est de taille considérable. La différence entre être zèbre et ne pas l'être est énorme.

Juliette...le 30 juin 2020 à 06:55

@Chounours, ta présentation est très touchante. Mais je ne pourrai t'aider parce-que je ne suis pas testée non plus. Et l'urgence que je ressentais il y a un an ou deux s'est estompée. Je comprends l'enjeu pour toi, mais, si tu étais moins pressé, tu pourrais avoir l'occasion de te rendre compte que tu recèles de toutes façon une diversité de richesses qui, quoi qu'il en soit, te donne la possibilité de t'accepter pleinement. Bienvenue en tous cas!

Merlinle 30 juin 2020 à 07:11

@Chounours chez les surdoués, il y a quelques ayatollahs du test. On peut très bien les ignorer, la douance existait avant les tests. Etant un opposant déclaré à tout ce qui est psy-quelque-chose, je peux témoigner qu'il est possible d'être surdoué sans passer par la case "validation par le comité central de la Mensa" (no offence à ceux qui sont inscrits à la Mensa, c'est une caricature).

Je rejoins un peu @Juliette dans son analyse : ce qui importe, c'est de se connaître soi et d'assumer qui l'on est (et ce que l'on est), et on n'a pas forcément besoin d'étiquettes pour y arriver.

Bon courage, en tout cas !

(et bienvenue) :)

Chounoursle 30 juin 2020 à 07:18

Merci @Juliette et @Merlin, c'est rassurant de savoir qu'il est possible de vivre de manière épanouie tout en restant dans le doute. Tout ça est très récent pour moi et mon impatience est difficilement contrôlable pour l'instant. Mais le changement est déjà bien installé de toute façon et je suis plus à l'écoute de mes besoins qu'avant quand je faisais tout pour être dans la norme, au point de me perdre dans des refoulements sans fins et surtout extrêmement nocifs pour moi. Je ne cherche pas à me prouver une soi-disant intelligence différente, je suis relativement lucide sur mes capacités et mes limites intellectuelles . J'ai vraiment besoin de pouvoir mettre un mot sur mon mal-être pour mieux le maîtriser. J'ai l'impression probablement fausse que je ne serai pas entendu et pris en considération si je ne suis pas officiellement reconnu zèbre. Je dois encore travailler mon sentiment d'insécurité, ça c'est sûr.

FlyCharliele 30 juin 2020 à 07:40

Et l'insécurité est la quand même. Même avec le test. Enfin pour certain d'entre nous.

Sois le bienvenu, savoir qui l'on est et quels mots mettre derrière un mal-être est une étape importante pour toi.
Zèbre, HP, finalement c'est se reconnaître et assumer qui l'on est qui nous fait avancer. Tu es sur le chemin de la découverte, prends le temps dont tu as besoin. Bon courage !

Chounoursle 30 juin 2020 à 08:04

Merci @FlyCharlie. J'arrive à exprimer plus facilement mes sentiments depuis que j'ai eu la "révélation". Je le sens avec ma famille et mes amis proches. Même si je préfère nettement l'écrit à l'oral, le fait de finalement parvenir à se comprendre mieux c'est la porte ouverte vers une parole libérée et un bien-être probablement aussi. Dommage d'avoir attendu mes 41 balais pour enfin prendre conscience de ma situation. Enfin je ne suis pas tellement tracassé par le temps perdu mais plutôt impatient de voir ce que l'avenir me réserve. Il va y avoir des changements dans ma vie. Je ne peux plus ignorer mes sentiments. J'ai trop subi ma vie, maintenant je vais prendre les choses en main

Maverickle 30 juin 2020 à 20:23

Bonjour @Chounours,

Je pourrais écrire "Bienvenue au club" mais ce serait ironique et tu m'en voudrais (zut, je l'ai écrit 😱 ).

Par bien des côtés, j'aurais pu écrire ton texte il y a 6 mois. Même ton addiction, que tu as le courage de ne pas cacher, s'apparente à certains de mes soucis.
Personnellement, je suis aussi mal à l'aise avec les dénominations prétentieuses. Ma préférence va à "Philo-cognitif" qui me ressemble et ne porte pas de jugement de valeur potentiel. Mais depuis quelques mois, j'assume un zèbre discret dans ma tenue vestimentaire, comme signe de reconnaissance pour celles et ceux qui seraient "initiés".

Au sujet de passer les tests ou pas : J'ai fait le choix de les passer, pour m'éviter l'angoisse de ne pas savoir. Mensa ? Check ! QI ? Check !
@Juliette... et @Merlin ont raison que tu pourrais t'en passer, si tu étais déjà à un stade où tu es suffisamment bien dans ta tête pour que ça n'ait plus d'importance. Mais sinon, à mon humble avis, vu ce que tu décris, il est préférable que tu le fasses.

Et mon conseil pour ne pas "fausser les résultats", prends ça comme un jeu, sans enjeu : Il n'y a pas de "bonne réponse", pas de niveau à atteindre, ce n'est pas un concours ... Tu écris "je suis assez content de mon zen face à l'incertitude", eh bien si tu peux mets-toi dans le même état de zénitude, et laisse-toi porter. Force-toi à sourire en début de session, écoute les consignes, applique-les "bêtement" et tu arriveras à la fin du test sans t'en être rendu compte.

Après, ça vaut ce que ça vaut. Le QI, un vrai test d'intelligence ? La question est ouverte. Je dirais personnellement : "On s'en fout". Dis-toi surtout que personne n'a rien de mieux à t'offrir, c'est le moins mauvais des outils disponibles, et il est quand même bien pratique pour se positionner par rapport au reste de la population. Ce qui permet de se considérer comme un individu dans un continuum plutôt qu'un isolat totalement à part. Tu es un être humain, et selon ce thermomètre foireux, tu es ... par ici ... au milieu des autres ... pas loin d'autres qui te ressemblent avec cet outil.

Quant aux solutions que ça va t'apporter ? Avec seulement 6 mois de recul, à la fois pas grand chose, et beaucoup. Pas de baguette magique, mais une étiquette qui permet de se raccrocher et rapprocher de "semblables". Il fera un peu moins froid à l'intérieur, et pourquoi pas par l'extérieur aussi ? 😍

Il y aura d'autres occasions d'échanger. Bonne soirée. 😄


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?