La communauté • Présentation des nouveaux

Présentation de moi
UnknownPlayerle 12 juin 2019 à 11:42

Bonjour à toutes et à tous,

Cela fait 11 297 jours que je suis né (ça fait 30ans sortez pas vos calculettes c'était pour être original), je vis et travaille sur Paris dans la finance, j'ai atterri dans ce milieu par hasard et ça ne me plait pas plus que ça mais je compose comme je peux depuis 7 ans pour y donner un sens (ce qui n'est pas simple voire impossible).

Après un long cheminement personnel jonché d'obstacles, j'ai aujourd'hui la force de me lancer et j'ai pris la décision de quitter ma zone de confort pour non plus survivre mais enfin vivre, je vais donc monter ma boite (dans le domaine du vin et de l'humain en bon hédoniste que je suis) dans un premier temps pour quelques années avant de partir sans retour, dans une optique de reconnexion à la nature profonde à l'instar de la vie de Diogène dont le parcours m'attire beaucoup plus que le dernier iPhone.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Diog%C3%A8ne_de_Sinope

En effet je crois que nul homme n'est plus riche que celui qui ne désire plus rien.

Nietzsche (ça fait toujours bien de citer Nietzsche) classait les êtres humains dans deux grandes catégories distinctes, les individus « affaiblis » qui faute de pouvoir pour parvenir seuls à la puissance, s'associent aux autres formes de vie pour dominer, renverser ou détruire les formes de vie les plus vigoureuses et d'autre part les individus « puissants » stimulés par le sentiment de leur singularité absolue et qui ne veut être confondu avec aucune autre.
Voilà d'ailleurs selon lui pourquoi il a en réalité plus de mal à s'imposer dans l'histoire que les individus faibles, qui peuvent s'appuyer sur les autres. Ces formes de vie plus intenses et plus rares, cherchant à se distinguer sont surtout précaires, parce qu'elles ont tendance à prendre des risques, à se mettre en péril si cela est l'occasion pour elles d'éprouver leur sentiment de puissance. Pour finir toujours selon lui, Elles ne cherchent pas à se conserver et sont donc susceptibles de disparaitre : la vie faible peut durer fût-ce sous la forme la moins intense qui soit ; la vie forte veut s'intensifier, fût-ce en risquant sa propre vie.

J'ai clairement la prétention de faire partie de la deuxième catégorie. J'ai pour projet de partir loin de tout et de vivre très simplement. La surveillance de masse, les lois de plus en plus liberticides pondues chaque matin m'angoissent profondément et vont à l'encontre de ma philosophie. Je suis profondément libertaire, voire anarchiste et surtout déterministe tout en étant hédoniste et nihiliste (ça fait beaucoup de « iste »), enfin « je suis »... La génétique et les évènements aléatoires que j'ai expérimenté via ma famille, mon entourage et le monde physique qui m'entoure ont fait de moi cette personne, je n'ai ni la sensation d'être quelqu'un de génial ni celle d'être quelqu'un de nul. Je suis déterministe « dur », je pense que nous ne décidons de rien et que nos décisions, nos actions, sont issues non pas de notre conscience mais plutôt de notre inconscient qui nous fait croire que nous décidons consciemment. Une série récente « West World » issue pour le coup d'un film des années 70' traite du sujet et s'avère être passionnante. Cette façon de voir les choses me sied d'autant plus qu'elle me permet de n'avoir aucun ressentiment ni admiration envers personne, je le vis très bien comme ça et je suis beaucoup plus apaisé depuis que j'ai adhéré à cette façon de voir le monde...
Plus les scientifiques étudient le sujet, moins la part de conscience est importante dans les différents tests, je vous invite pour plus d'infos sur le sujet à visionner ce reportage très instructif.



Après comme toujours, la seule chose que je sais, c'est que je ne suis sûr de rien, néanmoins j'ai l'impression d'avoir trouvé une raison logique à ce qui m'entoure grâce à cette « philosophie » et tant que ça me va après tout...

Je place tous les êtres vivants au même niveau et les contradictions humaines m'intéressent au plus haut point.

Cela me fait doucement rire par exemple que les végan se targuent de protéger la vie animale ou même leur exploitation par l'homme alors que la culture du soja détruit la biodiversité et massacre la forêt amazonienne (je considère que les arbres sont des êtres vivants, ils n'ont peut-être pas la même notion du temps mais ils réagissent et s'adaptent à leur environnement)

https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/eco-consommation-culture-soja-impact-environnement-4162/

(C'est qu'un exemple parmi d'autres hein, j'ai rien contre les végan ni contre personne d'ailleurs, c'est juste cette espèce d'hypocrisie ambiante et souvent inconscient avec laquelle j'ai du mal)

En outre, je suis également passionné d'astronomie, de physique des particules et de physique quantique, de musique, de littérature de psychologie et de tout sujet qui me pousse à me poser des questions d'une façon générale. La philosophie qui me passionne tout autant, c'est d'ailleurs une façon de rester enfant et de continuer à nous poser des questions tout au long de notre existence. Nul n'est moins intéressant selon moi que les personnes qui sont bourrés de certitudes.

La littérature tient une place très importante dans ma vie également, j'ai lu tard mais j'ai quand même lu pas mal depuis que j'ai découvert des auteurs tels que Dostoïevski, Nietzche, Spinoza, Houellebecq (avant ses livres post Goncourt), Boris Cyrulnik (Psychiatre que j'aime beaucoup), Rousseau, Schopenhauer, Stephen Hawking, Aurélien Barreau, Einstein, Bohr, Michel Onfray (un de mes philosophes favoris), Asimov, Orwell, Huxley et tant d'autres... L'idée même qu'il me reste tant d'oeuvres à découvrir m'enchante, ma soif de connaissance étant sans limite.

J'ai moi-même commencé à écrire, notamment un roman dystopique mais mon côté « touche à tout » me pose aussi quelques soucis, je suis le genre de personne qui commence tout et qui ne finit rien mais après tout pourquoi finir ? L'essentiel est selon moi l'instant présent et finir, publier un ouvrage pour en tirer une satisfaction de mon égo ne m'attire plus des masses. On verra ce qu'il adviendra.

Sinon je suis aussi très touché par la musique classique, des compositeurs tels que Beethoven, Liszt, Chopin ou encore Mozart m'impressionnent par leur créativité et la beauté de leurs oeuvres. (Je crois que j'ai un souci avec la sonate au clair de lune numéro 14 de Beethoven, j'ai dû l'écouter environ 1325 fois ce mois-ci, surtout le 3ème mouvement, c'est d'ailleurs ces compositeurs qui m'ont donné envie de m'y mettre et je joue aujourd'hui du piano pour mon plus grand plaisir depuis environ 1 an.

Franchement regardez ça et j'imagine que vous connaitrez le même « souci » :)



Bon voilà, c'est surement un peu long et un peu what the fuck, j'en suis désolé mais ça vous permet de cerner un peu le bordel dans ma tête, n'est-ce pas là le but d'une présentation ?

Bonne journée à tout le monde, je vous souhaite d'être le plus heureux possible. Profitez de l'instant, de la vie, on aura bien assez de temps pour se faire chier quand on sera bouffés par les vers :)

TomPhallosle 12 juin 2019 à 12:06

Bonbon jour, en chanté :)

Gwenouillele 12 juin 2019 à 12:37

Bienvenue et longue vie à toi :) Chanteuse lyrique semi-professionnelle :) Pour le coup, bien que j'affectionne tout particulièrement Mozart, Beethov, Liszt et Chopin, je kiff grave aussi Fauré, Schubert et Poulenc. Schubert pour sa discrétion, son humilité, bien que son talent soit immense (mention spéciale pour certains lied et surtout sa symphonie inachevée, que j'ai dû écouter au moins 1325 fois :) Poulenc, pour sa notion harmonique très particulière, sa vision avant-gardiste et ses textes engagés (je kiff particulièrement certaines de ses mélodies : Il vole, Le violon + son concerto pour deux piano :D + Les mamelles de Tirésias pour le texte. Et même parce que c'est franchement trippant harmoniquement et techniquement parlant à chanter). Et Fauré, pour sa ligne mélodique, sa poésie et sa douceur. Pour ne pas dire l'espoir ? J'adore ses Quartet avec piano. Je viens de découvrir récemment son 1er concerto pour violon, et j'en suis franchement amoureuse. Mais j'adore aussi nombre de ses lieds : Les berceaux, Automne, Nell, Mandoline.
Beethov, j'adore sa sonate Waldstein et à l'époque, c'est un des morceaux que j'ai à tout prix essayé de jouer.

Bref, je ne connais rien au vin ni à Nietzsche, même si j'écris énormément, mais probablement pas assez bien pour quelqu'un qui affectionne la grande littérature. L'absence de règles à plutôt tendance à m'angoisser. En revanche, la musique classique, je connais un peu :) Avant le chant j'ai fait 8 ans de piano ^^

TomPhallosle 12 juin 2019 à 12:49

T'inquiètes gwenouille, je prend nietzsche, le pinard et la nanarchie :)

UnknownPlayerle 12 juin 2019 à 13:44

Merci pour votre accueil et pour la foule de nouveaux morceaux que je vais pouvoir découvrir grâce à toi Gwenouille :)

Ps: j'aime aussi bcp Schubert, je l'avais juste oublié comme bcp d'autres ^^

Pacaloule 13 juin 2019 à 08:56

Hello, ta présentation attire ma sympathie également. Je prends aussi un peu de Nietzsche, de littérature, de psychologie et de drapeau noir, et salue ta démarche entrepreunariale. Et pour bien commencer la journée, je vous propose la Symphonie n°5 de Malher (le morceau de la Mort à Venise, tu vois sûrement ce que je veux dire @Gwenouille ), et Scheherazade de Rimsky Korsakov, trop beau...

UnknownPlayerle 13 juin 2019 à 10:30

Merci :)

Je note et je vais écouter ça aujourd'hui :)

Gwenouillele 13 juin 2019 à 12:25

Arf, je vais dire un gros blasphème pour tous les mélomanes : je n'affectionne pas trop Malher. Un peu trop atonal pour moi ^^ Et j'aime pas trop sa pâte sonore. La seule que je supporte un peu c'est la 3e me semble, et surtout parce que c'est un remix de frère-jacques ! XD

Voila, bon ça je vais me coucher avant de me faire atomiser XD lol

Pacaloule 13 juin 2019 à 12:36

Ah oui, ok, euh...ben je n'ai rien à dire lol
A part qu'en parlant de Frère Jacques, je crois que tu mets tout le monde d'accord. De la BOMBE 😄 😄

UnknownPlayerle 14 juin 2019 à 10:19

Merci encore pour le partage mais j'avoue que mon impression est la même que lorsque t'attend un drop pendant 10 minutes et qu'il vient jamais ^^

C'est clairement magnifique mais il manque selon moi un peu de poivre et d'épices la dedans :) (Dans Malher)

Pacaloule 14 juin 2019 à 11:48

ben je dois dire après l'avoir réécouté (ça faisait un bail) que je partage ton impression, au final...j'ai été un peu petit déçu...comme quoi...j'aurais mieux fait de l'écouter avant, pour remettre à jour mon ressenti...et merci du retour...

Autre chose :
L'intervention hier de Gwenouille m'a fait réfléchir sur la question suivante: comme Gwenouille s'y connait bien mieux que moi sans nul doute en musique classique, est-ce que son jugement est plus pertinent ?
Ou, en d'autres termes, est-ce que la beauté est objective ? et objectivable ?
Il semble qu'il existe des correspondances (couleurs, accords, harmonies, nombre d'or, Phi...) à ce sujet.
Je ne suis pas en train de dire que la beauté est réductible à des vérités mathématiques...c'est aussi une affaire de goûts, de sensibilité...mais les goûts, aussi, ça s'affine, ça s'éduque...
Qu'en pensez-vous, ô sagaces et clairvoyants lecteurs ?

Gwenouillele 14 juin 2019 à 12:37

La beauté d'une oeuvre ets clairement subjective. Même si on parle de couleur harmonique et que, par ex, Messiaen associait des couleurs à ses harmonies, il n'en reste pas moi que personne ne peut dire que le bleu est plus beau que le orange :) Pour te dire d'ailleurs, la première fois que j'ai écouté du Messian, j'ai cru qu'on avait jeté un chat sur le piano. Je me suis tapé un fou rire d'une journée en me demandant comment on pouvait aimer écouter "ça". Il faut du temps à l'oreille pour discerner parfois une certaine logique harmonique, et surtout, il faut l'éduquer. Il n'en reste pas moins que maintenant, après 10 ans, même si je comprends les enchaînements harmoniques de Messiaen, et les trouve moins désordonné, je trouve toujours ça aussi infecte à écouter.

Inversement parlant, ma perception a énormément évoluée sur Mozart, sur Bach et sur tous les grands romantiques. L'habitude de certaines harmonies doit y jouer pour beaucoup car certains morceaux que je trouvais "géniaux" me paraissent aujourd'hui "facile" ou "tombant sous le sens", je n'y trouve plus l'excitation du début. A l'inverse, certains que le trouvais trop lourds sont beaucoup plus appréciables dans le sens où je trouve les enchainements harmoniques plus osés. Mention spéciale à Mozart que j'ai vraiment appris à apprécier à travers la pratique. Comme disait mon prof, on pourrait se construire une voix entière juste sur des Mozart, tellement on peut le bosser à tous les niveaux. Et pour avoir fait de l'écriture (comme de la compo, mais il s'agit plutôt là d'en étudier les 10000 règles, on te donne une ligne de basse ou de mélodie et tu dois écrire les harmonies. Le tout sans piano bien sûr), on ne comprend qu'à ce moment là le génie de Bach ou de Mozart. Comment avec peu, avec les moyens de l'époques et les connaissances de l'époques, ils ont pu écrire. On se rend compte bien souvent que ces grands compositeurs sont très avant gardistes.
Mon oreille s'est aussi perfectionnée : y'a 10 ans, j'écoutais Maria Callas avec des étoiles dans les yeux (ajd encore, je vous rassure), et de même pour les choristes. Aujourd'hui, j'entends le choeur des choristes baisser au fil de la musique. J'entends de quelle manière les chanteurs vont placer leur voix. J'entends ce qui ne va pas dans les mauvaises versions d'orchestre, mais pour ça il faut connaitre déjà les codes du styles. J'entends aussi toutes les fausses notes des grands chanteurs, ou du moins beaucoup plus qu'avant. J'entends la ligne qu'ils donnent à leur souffle ou comment ils vont aborder les passages techniques. Je peux même parfois prédire à l'avance où ils vont se planter.
C'est assez destabilisant, car on se rend compte alors que tous les grands chanteurs se plantent et font des erreurs qui passent inaperçues aux yeux du public. Donc ça a un côté rassurant. Ca démystifie l"opéra. Et c'est assez désagréable aussi car il me suffit d'entendre une fois une mélodie pour la retenir toute la nuit, ou pour me mettre à la chanter avec le nom des notes -_- ou alors j'ai du mal à apprécier beaucoup de musiques que je trouve "pauvres". Déformation pro... Fin c'est compliqué d'écouter une musique où tu entends que c'est faux toutes les 10 secondes :s

Pacaloule 14 juin 2019 à 13:08

Oui...la beauté d'une oeuvre est subjective...mais les lois qui ordonnent et composent cette beauté ne sont-elles pas objectives ? Ca n'a pas de sens de se demander laquelle de ces deux couleurs est la plus belle, le gris ou le marron, mais chacun peut voir que les deux couleurs ne vont pas bien ensemble - idem pour les accords, les harmonies, non ?
Oui, je suis d'accord sur l'éducation du goût (c'est pour cela que j'essaie d'amener mes enfants au restau de temps en temps...).
Oui, plus on maîtrise un art, et plus on est à même d'apprécier le génie des meilleurs. Sûrement parce qu'on apprécie davantage la beauté et la subtilité des créations / réalisations, mais aussi qu'on en mesure mieux la difficulté... N'est-ce pas vrai aussi dans d'autres domaines de la vie, par exemple le sport, etc ?
En fait, je me dis que, comme souvent, on ne voit des choses que ce que l'on a déjà dans l'oeil...
C'est ce qui nous permet d'apprécier finalement le talent d'un artiste, d'un sportif non ? ou même d'autres choses, comme par exemple, des qualités chez des gens... si ça ne fait pas résonance avec ce qu'on porte déjà en soi, ça peut même être "inaudible"..
C'est là où parfois l'art moderne me laisse songeur : quand on a besoin d'un "medium" pour comprendre, c'est qu'il y a quelque chose de faussé non ? Et Messiaen, il y a certes des gens qui comprennent son oeuvre, mais y en a-t-il qui l'apprécient ?
Bon, désolé, ça part dans tous les sens
😄

TomPhallosle 14 juin 2019 à 15:04

Pour l'harmonie musicale j'y travaille encore. Mais pour l'harmonie visuelle, je trouve cette théorie intéressante

L'architecture ou l'art antique s'y réfèrent. Pas surprenant quand on utilise un compas en même temps ;)

Gwenouillele 15 juin 2019 à 17:36

Pacalou je suis d'accord avec toi pour cette histoire de Médium. D'ailleurs ça m'évoque un autre domaine : l'écriture. Nombre de fois, il m'est arrivé de froncer les sourcils en me demandant ce que racontait l'auteur. Et lorsqu'on fait remonter en commentaire qu'on a du mal à comprendre, celui-ci t'explique par A+B ce qui se passe. Je n'ai qu'une envie, répondre "très bien, la prochaine fois ou quand tu seras édité, pense à mettre ton num de tel en bas du texte comme ça une fois le livre fini, on pourra t'appeler pour te demander ce que tu voulais dire XD Ce qui est réellement absurde, on est d'accord.
Et idem pour cette histoire d'oeil, on ne peut voir et percevoir que ce qui nous fait écho, je suis bien d'accord. Et si y'a une chose que je ne regrette pas dans ma vie, c'est d'être capable de voir au moins au delà dans un domaine de manière assez poussée. Je n'ai rien du génie même si d'après les autres j'ai certaines facilités assez agaçantes. Mais je n'ai pas l'oreille absolue, et j'ai énormément bossé pour développer cette facilité à l'extrême. Et encore maintenant, pour moi il y a tellement de "vrais" musiciens, de "grands" musiciens, que parfois j'ai du mal à me sentir légitime... Alors qu'on a passé la soirée d'hier par ex à me demander où est-ce que je chantais, et que même les gens du milieu pensent que j'ai terminé le conservatoire en cursus pro (je n'ai même pas terminé le cursus amateur en vrai). On m'a même demandé pourquoi je ne retentais pas le conservatoire national. Pour donner un ordre d'idée du niveau, il prennent max 5 personnes environ en conservatoire national chaque année et il n'y en a que 2 en France, un à Lyon et un à Paris (à Paris, pour une soprane, si t'as plus de 21 ans c'est déjà mort).
Donc je ne dois pas passer pour une débutante. Mais malgré tout, je me sens très "petite" par rapport à la grandeur et au génie de certains musiciens qui vraiment sont nés pour ça...

LibertEchEriele 15 juin 2019 à 18:41

Bienvenue au fait UnknownPlayer!

Pacaloule 15 juin 2019 à 19:22

Yes Gwenouille !
c'est une loi de l'excellence relative je suppose...plus on touche dans un domaine, plus on fait naturellement profil bas.
Et, oui, sentir par soi-même à quel point certains artistes sont géniaux, c'est déjà super !

UnknownPlayerle 17 juin 2019 à 21:11

Bonjour tout le monde,

Je suis désolé, même si je surveillais vos réponses de loin j'étais en long weekend et j'ai préféré attendre pour répondre plutôt que de répondre trop vite sachant que la beauté est un sujet qui m'intéresse beaucoup.

Je te rejoins Pascalou, d'une certaine façon, chacun voit le monde à "sa façon" avec son propre prisme, c'est en cela que la beauté est "subjective" puisque chacun avec son histoire et sa génétique trans-générationnelle va "ressentir" quelque chose de différent en regardant un tableau ou en écoutant une musique.

N'avez vous jamais remarqué que vous avez des gouts qui sont similaires à ceux de vos amis, que la plupart du temps, lorsque vous leur faites découvrir quelque chose que vous aimez, souvent ils aiment aussi ? Que lorsque la situation inverse se présente, vous aimez aussi ?

Je pense que cette constatation que j'ai faite moi même s'explique par le fait que la structure de notre cerveau, l'architecture de notre cerveau et surtout, la façon dont on l'utilise, le nombre de connexions synaptiques dans telle ou telle zone fait que l'on va bien s'entendre avec certains (qui vont activer des zones similaires et qui ont une façon de voir le monde plus proche de la notre etc etc..(c'est beaucoup plus complexe que ça bien-sur, un grand nombre de variables ici mais je schématise volontairement)) ce qui serait plutôt logique puisque le but premier de l'être humain, c'est la survie. La meilleure façon de survivre étant de se joindre à un groupe et autant que faire se peut, un groupe de gens qui nous ressemblent puisque nous cherchons également le bienêtre).

Les recherches sur le nombre d'or sont parallèlement extrêmement intéressantes et nous permettent de réaliser qu'en effet, sans aucun événement extérieur, sans les sentiments tels que la colère, la peur ou la tristesse, stockées dans la zone de l'hippocampe (zone du cerveau qui gère la mémoire et la navigation spatiale) qui travaille de concert avec l'amygdale (zone qui gère la peur et nous permet de réagir inconsciemment plus rapidement que consciemment en cas de danger), sans tout ça donc, je pense que nous trouverions tous que telle chose est "belle" et que telle chose est "moche", tout le monde serait d'accord.

Mais nous ne sommes évidemment pas dans ce cas de figure et ce sont de multiples facteurs qui rentrent en compte mais j'aime les résumer en 2 grandes familles :

- La génétique (façonnée par les événements aléatoires qu'ont vécu vos ancêtres)
- Les événements aléatoires qui nous sont arrivé et dont on se souvient, les joies, les traumas etc (c'est ce qui explique selon moi le coté madeleine de Proust chez l'être humain, c'est dans ce cas non l'objet que l'on trouve beau mais sa signification et les sentiments qu'il nous procure)

Pour conclure, je crois que la beauté est objective et subjective à la fois, objective via le nombre d'or et subjective via le fait que le monde interagi avec votre cerveau et que vous interagissez avec le monde, ainsi à l'instar de n'importe quoi d'autre, nos gouts évoluent, mais un grand fan de Tchaïkovski aura du mal à apprécier le nouvel album de Jul, les connexions nécessaires de son cerveau n'étant pas suffisamment sollicités pour qu'il puisse en tirer autant de plaisir qu'un ado qui écoute ça à longueur de journée. Je ferais même un petit raccourci osé avec, à court terme, le fait que plus on écoute une merde à la radio, plus on la trouve potable au bout de quelques écoutes, le cerveau se façonne et interagi avec le monde tout comme le monde interagi avec lui, tout interagi avec tout d'ailleurs...

Une fois qu'on voit les choses comme ça, plus vraiment de place à la magie mais bon, je préfère voir le monde tel qu'il est plutôt qu'avec un voile magique, c'est aussi ma façon de voir le monde, avec mon propre prisme déterministe façonné par les événements aléatoires qui me sont arrivés ainsi que par ma génétique trans-générationelle :)

Désolé si c'est un peu le bordel, je peux préciser tout ce que vous voulez si besoin. (merde je voulais pas torcher ma réponse mais j'ai l'impression qu'elle est quand même torchée :D )

Gwenouillele 17 juin 2019 à 21:30

Pour moi le nombre d'or n'est pas la beauté, mais une proportion. Il peut très bien y avoir des choses avec le nombre d'or dedans qui sont affreusement laides, car le beauté n'est pas le nombre d'or, mais ce qu'on fait du nombre d'or...

TomPhallosle 17 juin 2019 à 22:12

Je suis bien d'accord avec vous que l'harmonie brute d'un message n'est que l'emballage de sa signification profonde. La forme et le fond. Enfin, dans un discours construit.


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?