Présentation des nouveaux

[Titre original et présentation anodine :la2: ]

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Présentation des nouveaux
  4. [titre original et présentation anodine :la2: ]
[Titre original et présentation anodine :la2: ]
Lelunele 28 juin 2020 à 23:22

Bonjour !

Lelune, 28 ans (aïe) toutes mes dents, vivant dans le Sud Est de la France.

Cela fait 2 ans que quelqu'un m'a glissé sournoisement à l'oreille que je pourrais être "surdouée", après une bonne phase de dénie d'un an il m'est maintenant de plus en plus difficile de ne pas constaté les similitudes entre profil à rayures et moi-même (le doute réside mais plus dans le sens où, je sais être neuroatypique maintenant je ne sais pas quelle "case" me décrirait le mieux).

Je cherche à passer le WAIS ... disons que les professionnels en question considèrent que je ne suis pas prête 😉

J'aime les chats (mes deux bébés <3), l'art (peinture, dessin, performance... tant que c'est créatif c'est intéressant, même la cuisine ou un site web ça peut être intéressant ! 😛 ) , la musique (si ça vous intéresse regardez la playlist youtube "Musiques à découvrir et redécouvrir" de "damoisellecolo" c'est la mienne), le vert, le violet, le bleu, bon les couleurs quoi 😄 , les paillettes, les arc en ciel, aurores boréales, la nature, l'eau, les animaux, le vent, l'humour absurde, les mangas, la série "the good place", les oiseaux, les êtres vivants et essayer de comprendre leur psyché, mon homme de ma vie 😍 (il fallait bien que je le cite quand même), découvrir, apprendre (malgré le fait que je retiens peu haha), les émotions, chanter et bouger mon corps mais quand je suis bien bien seule et que personne ne regarde ... je m'arrête là vous en avez assez je pense 😂

Vous avez vu qu'il y a un volcan avec de la lave bleu (j'ai appris ça hier juste wow), dans le même registre j'ai déjà vu un "cercle en ciel", les orages volcaniques sont juste magnifiques, il y a des plages bioluminescentes, les aurores boréales... Si vous avez d'autres infos du genre vous imaginez pas à quel point ça pourrait me procurer de bonheur 😀 (L'explication des phénomènes en question peut aussi être intéressante même si je l'avoue j'ai tendance à ne pas me renseigner par moi même pour garder ce côté magique).

J'aimerais ici :
- Voir jusqu'à quel point j'ai abruti mon esprit dans l'espoir de me fondre dans la masse (échec total au passage) ;
- Avoir les discussions enrichissantes qui manquent à mon quotidien ;
- Découvrir de nouvelles choses sur moi (j'ai l'impression que depuis que je consulte ce sujet je vais de découvertes en découvertes, dissociation, dyssynchronie social, hypersensibilité, faux self, dyspraxie, biais cognitives...)
- Me faire des amies ? 😬
- Peut être découvrir des astuces me permettant de mieux vivre mon quotidien (vive la procrastination, la rêverie, les étourdies et autres parce que l'éponge émotionnelle et mental est engourdie) ;
- Je ne sais pas ce qu'ici m'apporterais à cela mais j'ai comme quête assez absolue d'arriver à stabiliser mon couple (pas qu'il soit bancale, 7 ans d'amour pure <3) je crois qu'on a besoin tous les deux de lâcher prise, de se faire confiance et de s'autoriser à être nous mêmes... (Bon je dis ça ici parce que là où j'ai encore des doutes sur ma propre personne, l'homme de ma vie lui est vraiment l'être le plus intelligent que j'ai rencontré, il dépasse de loin la norme.. 😜 )

Je suis plutôt du genre bavarde et en plus j'aime parler de moi 😂 alors n'hésitez pas si vous avez des questions.

(Je précise, pas que je m'aime particulièrement même si je peux sembler égocentrique, si j'aime parlé de moi c'est plus parce que j'ai remarqué que ça ouvre des portes pour pas mal de monde, je n'ai pas honte de ma différence ou d'avoir une famille de psychopathe, trop de sujets sont tabous et on s'isole dans nos tourmentes, c'est ma façon à moi d'y remédier, mais j'adore aussi être à l'écoute des autres et de leurs vie ! ;) )

PS : Pour ceux qui connaissent en me penchant sur le MBTI et l'énnéagramme je serais INFP (avec un bon gros Si) 4w5 So/Sx 🙂

PSS : Flûte le ": la2 :" dans le titre c'était pour mettre un smiley : 😜

Juliette...le 29 juin 2020 à 06:43

Oh qu'elle est complète et appétissante ta présentation @Lelune! Tu veux pas être mon amiE? 😄 ( 😉 rassure-toi, je pense avoir aussi peu d'amiEs que toi). Bienvenue! 🙂

Merlinle 29 juin 2020 à 07:54

Bonne découverte et bienvenue :)

Lelunele 29 juin 2020 à 09:11

Merci :)

@Juliette... je ne sais pas quoi répond juste je suppose que "oui essayons donc ça" est une réponse correcte ? 😜

Aurelle 29 juin 2020 à 09:29

Merci Lelune pour la découverte du volcan Kawah Ijen ! 😉
Quant au "cercle en ciel", je reconnais que je suis (très) jaloux... (mais mon petit doigt, bavard, me dit que je ne vais pas être le seul)

Bienvenue à toi en ces lieux, et merci pour cette belle présentation ! 🙂

Lelunele 29 juin 2020 à 12:14

@Aurel Oh il faut pas être jaloux ! J'étais en Finlande en été, il se passe plein de trucs beaux dans le ciel là bas je suis sûre que si tu y vas tu verras aussi de super choses 🙂

Merci 😄

Lelunele 29 juin 2020 à 23:55

@Aurel, sur ton profil il est indiqué "N'hésitez surtout pas à me contacter pour toute question ! Ou toute idée nouvelle (fonctionnalité, évolution, ...), évidemment. 😉" => Je suis étonnée que sur notre profil il y est "Mes livres/mes films" mais c'est tout (jeux vidéos, séries, mangas, musiques, etc etc !) ^^

kiltle 30 juin 2020 à 10:19

Bienvenue

Lelunele 30 juin 2020 à 11:23

Merci 🙂

Amarle 02 juillet 2020 à 11:03

Bienvenue @Lelune 😉

Et il me semble que tous les arcs en ciel sont des cercles. Ils sont juste mal nommés 🤔

Lelunele 02 juillet 2020 à 14:06

@Amar Merci :)
Aprés une petite recherche il semble que oui en effet ils sont tous des cercles mais c'est plutôt rare de voir le cercle entier (et c'est jolie) : http://www.slate.fr/story/92363/double-rainbows

Il me semble d'ailleurs qu'il y a une langue où littéralement on dit "cercle en ciel" mais je n'arrive plus à retrouver laquelle ^^ (en italien Arcobaleno c'est chou x) mais "baleno" veut dire foudre/éclair en fait 😛 )

Lelunele 02 juillet 2020 à 20:40

@Paradoxchval Merci pour le bienvenu et merci pour ça c'est juste énorme !

Juliette...le 02 juillet 2020 à 20:58

Merci!

theiaphebele 03 juillet 2020 à 08:41

Bonjour Lelune, j'ai adoré ta présentation !
Quelques points en commun... Et très envie de faire ta connaissance 😀

Lelunele 03 juillet 2020 à 10:28

Merci ! ^^

Samsonle 03 juillet 2020 à 14:39

Bonjour @Lelune,
Merci pour la chouette présentation, et bienvenue ici. ?
Je t'aurais bien partagé la photo d'un petit ovni toulousain, mais je ne sais pas comment la poster? Si quelqu'un sait s'y prendre?

Lelunele 04 juillet 2020 à 12:22

Merci 🙂
Je n'ai pas réussi à mettre d'image mais si tu copie le lien de son URL ici on pourra la voir ^^

Aurelle 07 juillet 2020 à 17:10

@Paradoxchval, je ne dirai qu'une chose : whaouuuu !! 😮
Merci ! Jamais vu ce phénomène (ne serait-ce qu'en vidéo)... Ca a dû surprendre pas mal de monde...

@Samson, @Lelune, pour insérer une photo hébergée ailleurs, il convient d'écrire : [ img=URL_DE_LA_PHOTO ] (en retirant les espaces)
Une solution plus pratique arrivera bientôt, promis.

Samsonle 11 juillet 2020 à 01:13

Ok! Merci @Aurel!
@Lelune Je viens de poster les 4 photos ici pour tester la méthode de partage :
https://www.apie-people.com/forum/loisirs-passions-et-hobbies/sciences-et-techniques/deux-choses-interessantes-dans-le-ciel-de-juillet-43257

En voici une (maintenant que je suis en totale maîtrise (je viens de passer en Master 2 de partage de photos sur apie-people.com ... 😉 ) :

Abderianle 11 juillet 2020 à 15:34

Hello !

Ah, j'ai en effet quelques questions, puisque j'apprécie en poser (je ne sais pas si je suis poseur professionnel, mais ça cadre assez avec une pratique sociale conventionnelle et non "exhibitive") :
1°) Pourquoi seulement chercher des "amies" ? C'est une orthographe tout à fait sexiste ! Qui des mâles du monde ?
2°) A quoi reconnais-tu les symptômes d'échec à te fondre dans la masse ? N'as-tu pas les grasses propriétés du beurre au contact de la chaleur des corps et des esprits ?
3°) Prévois-tu pour un bon moment de procrastiner la réponse à ce présent message ?
4°) Quelle instabilité peut frapper un couple après ses noces de laine ? N'a-t-on pas besoin de bas chauds et doucereux à l'approche de l'hiver ? Surtout que, l'hiver, avec le réchauffement... Mieux vaut aller vers les noces de chêne, ça permettra de faire du bon mobilier. Utile quand des marmots crieront dans la chaumière.
5°) As-tu totalement perdu ta vie ou as-tu pensé à lire Kant et à traduire Heidegger en chinois ?
6°) Pourquoi des chats et non des chiens ?! Je relève là encore un argument anti-spéciste ciblé (je participe aussi à la police de la censure, oui)
7°) Dernière question, pour rester dans les clous sacrés de la Bible : qu'est-ce qui t'a plus dans la géniale série "The Good Place", que tu as sûrement dû écouter en VO, pour éviter de faire preuve de barbarie et de francofolie (ce qui serait cette fois du racisme linguistique, donc un crime hautement insupportable) ?

Ne me remercie pas de te faire travailler sur cette prochaine heure, et sache que toute réponse non-argumentée et inférieure à quatre ou cinq lignes sera considérée comme une insuffisance cérébrale et la manifestation d'une débilité métaphysique notoire.

Après, ce n'est pas un test, hein... ^^

Lelunele 11 juillet 2020 à 23:58

😂

1°) Sans m'attardé sur le fait que je recherche surtout quelqu'un qui puisse me comprendre entièrement (parler par exemple de cycle menstruel avec un homme est tout à fait possible, ça restera toujours différent), l'expérience m'a montrée (plus jeune je ne le pensais pas) que l'amitié homme/femme est impossible. En réalité c'est une façon simple, polie, et sans trop dévoiler ma psyché d'affirmer que je suis en quête d'une réelle amitié, rien de plus. Je pourrais préciser "homme homosexuel, femme hétérosexuelle, personne me trouvant désespérément moche à tel point qu'il serait impossible d'imaginer quoique se soit". Je trouve les relations déjà assez compliqué, pour en plus à voir à gérer cet élément supplémentaire. Là où je me fais assez confiance sur ce point (différencier amour d'amitié et amour d'amour), je n'ai à ce jour rencontrer personne qui pourrait me faire changer d'avis et blesser des hommes n'étant pas mon but...

2°) Il est assez difficile de répondre, alors je t'exposerais simplement la façon dont s'est déroulée mon année scolaire en exemple concret. J'ai pris comme enjeu d'essayer de m'intégrer à ma classe, je suis arrivée en essayant d'endosser un certain style vestimentaire, en réfléchissant à ma place dans la classe etc. J'ai fermé ma gueule toute la première semaine pour ne pas faire fuir. Je suis dans une classe de 16 personnes, naturellement les groupes se forment. La logique voudrait que ces groupes se fassent par 1) age 2) affinité. Malgré le fait que j'aime à peu prêt absolument tout, il semblerait que je ne réponde avec strictement aucune personne au critère n°2. Pour ce qui est du critère n°1 eh bien, je n'ai tout simplement pas compris ce qui s'est passé car j'ai vraiment essayé de me rapprocher des personnes (notons que, presque, tout le monde me semble assez sympathique) de mon âge, j'ai lors de la première semaine dialoguer avec ces personnes sur des sujets pouvant nous rapprocher (en couple depuis des années, achat d'une maison, expérience professionnel etc). Heureusement il y a quand même un groupe qui m'a plus ou moins accepté, dans ce groupe il y a deux femmes et un homme de 40 ans ainsi qu'une femme de 52 ans, tous se sont fait licenciés et sont en réorientation professionnel. J'ai 28 ans. Je ne sais pas si ça te répond, je trouve que c'est assez parlant...

3°) Je devrais, j'ai un mémoire à rendre... Lui je le procrastine un peu trop et venir te répondre est une bonne excuse actuellement. Cette question me donne cependant envie de le faire 😂 j'aime pas trop attendre les réponses des autres et donc part du principe que eux non plus, après on a tous une vie donc bon.

4°) C'est perso ;)

5°) Je voulais traduire 1984 (je l'avais en anglais) en français, j'ai lu un livre de Freud, et surement d'autres choses, cependant j'ai beaucoup perdu ma vie pour le moment. Il y a pas mal de choses qui m'ont poussée à l'inaction jusqu'à en faire mon fonctionnement principale, j'essaye maintenant de changer cela.

6°) J'aime tous les animaux seulement j'ai deux chats chez moi et donc développe plus particulièrement l'amour envers eux. J'aimerai adopté deux chiens aussi mais il y a pas mal de raisons qui font que ce n'est pas actuellement possible. Je suis typiquement le genre de personne si je m'écoute j'aurais un refuge à la maison, mais ayant conscience que pour leur bien être ce n'est pas une bonne idée je me contente de donner de l'amour (plus qu'ils n'en veulent) à mes deux petits bébés. Et si tu veux savoir pourquoi on a pris deux chats au début déjà parce qu'il y a aussi les goûts de mon conjoint qui rentre en compte (mais il aimerait beaucoup aussi avoir des chiens) tout simplement que nous étions en appartement et que les chats peuvent s'occuper lorsque nous travaillons hors le chien serait vraiment triste car il serait trop souvent seul. Mais il y a plein d'autres animaux que l'on pourrait adopter, le chat reste celui qui s'adapte le mieux à notre mode de vie pour le moment.

7°) Je l'ai regardé en alternant VF et VO (et, si je te suis, regarder toute la série en VO peut aussi être une forme de racisme linguistique, ou bien il faudrait la regarder 2 fois une VO et une VF). J'avoue aimer "poser mon cerveau" le soir quand je rentre du boulot et comme je suis pas bilingue :)
Cette série est drôle (et il m'est difficile de trouver des choses qui me font réellement rire, un rire sincère) mais elle est surtout optimiste, comme j'ai tendance à en manquer ça fait du bien. J'aime partir dans d'autres monde, d'autre vision du monde, et là j'ai été servie. Je suis attachée au personnage principale qui a raté sa vie mais qui en fait est une super personne, elle ne le savait juste pas. Maintenant c'est une série un peu culcul, un peu fleur bleu, ce n'est pas à prendre au sérieux, si on veut une série qui fait travailler les neurones Black Mirror ou Mind Hunter sont deux bonnes séries, c'est juste pas le même genre d'émotions et j'ai tendance à vouloir me diriger vers des émotions positives. Si tu t'attendais à une critique cinématographique avec analyse des musiques, de la mise en scène ou autre, c'est un domaine que je ne maîtrise pas spécialement, je me laisse porter par mes émotions et par le fait de pouvoir "vivre une autre vie" quand je regarde un film/une série/un animé.

Je n'ai pas besoin d'une personne sur un forum pour juger d' "une insuffisance cérébrale et la manifestation d'une débilité métaphysique notoire", ma neuropsychologue est suffisante. Et si tu trouves que je me trompe en envisageant la possibilité d'être zèbre, grand bien te fasse, moi-même je n'en suis pas convaincue ;)

Abderianle 12 juillet 2020 à 22:12

@Lelune

Ah, voilà une réponse détaillée. Bon, certes, l'introduction était un peu courte (un smiley... pff) et la conclusion presque péremptoire, mais le corps du message, en sept parties moins une, est très honnête et, il me faut l'avouer, cette personne ne parle pas si mal d'elle. Et savoir parler de soi, c'est déjà le début d'un grand talent.

Bref, ne me bornant pas aisément aux réponses qui me sont faites, et si tu n'as décidément pas renoncé à quelque procrastination de ton mémoire, alors qu'on est en été et que cela dénote un cruel manque d'organisation, et peut-être seulement une validation à la rentrée (n+... 3 ?!), voilà les quelques compléments que je puis faire :

1a°) "Cycle menstruel" comme concept philosophique de la différence définitive entre homme et femme ? Mh ? Que faire alors des codes religieux en la matière, qui sont pourtant phallocrates ? Que faire même de la plupart des femmes qui ne savent pas exactement ce qu'il se produit en elles et qui se bornent seulement à des thérapeutiques régulières de canalisation ou d'absorption, sans vraiment remonter aux causes premières ? Que faire de l'inéluctable cohabitation avec ce phénomène lorsque l'on est un mâle en âge d'être intéressé par l'altérité sexuelle ? Les expériences de ce monde "féminin" ne sont-elles pas aussi les expériences du monde masculin ? Et je pourrais même pousser la règle plus loin : les limites des femmes ne sont-elles pas les limites des hommes (et vice-versa, en la matière ou en d'autres) ? Et, ô, faut-il le dire, pour faire encore un peu Wittgenstein, les limites de ce phénomène ne sont-elles pas plutôt bornées par le langage que par la science ou la sensation ? Et puis, Casanova ne doit-il pas en savoir autant sur ces états que tout quidam ? Y a-t-il vraiment une intimité qui puisse être sexuellement divisive ?!

1b°) Grande question de savoir s'il peut y avoir de l'amitié... chaste entre sexes opposés. SI je voulais être provocant, je dirais que le libertinage est la forme la plus décomplexée d'amitié. Le problème reste donc la valeur que l'on pourrait bien mettre aux relations de proximité... en dehors des phases menstruelles. Mais comme on sait la chose éminemment culturelle, et comme il faut aussi respecter l'intimité psychique de @Lelune, nous en resterons là. Sauf si.

2a°) Y avait-il un style vestimentaire qui convenait à l'ensemble des groupes de ta classe ? Une sorte de... tenue commune tacite ?! Car n'est-ce pas sinon un parti pris, et potentiellement une division codifiée, si par hasard tu venais à commettre une faute dans le dress code ?

2b°) En quoi te taire aide-t-il vraiment à te rapprocher des gens ? Si je te dis "Bonjour" et que tu m'adresses avec les yeux un "Ta gueule", ce n'est pas forcément une situation commode pour le tout venant. Même pour un philosophe aguerri, d'ailleurs. Bon, même si cette oeillade rageuse veut dire "Repasse dans une semaine, quand je serai décidée à parler".
Je ne sais pas pourquoi, mais un homme initié aux arcanes du point 1a trouverait justement un raccourci évident. Mais il ne saurait le dire, car il deviendrait sexiste (comme @Lelune, qui enfonce le... clou).

2c°) Comment sais-tu si tu es acceptée dans un groupe ?

3°) Ton mémoire doit vraiment être très ennuyeux, soit dans le fond, soit dans la forme, soit dans l'institution. Est-ce confidentiel ou peut-on en connaître la matière ? Je me souviens que, dans mes jeunes "ânnées", je prenais la chose de la manière la plus laconique possible, et du coup, comme ici, je n'étais pas sans faire un peu le trublion. Bon, le résultat n'est pas hilarant, parce qu'heureusement il apparaît ronflant, mais pour qui lit un mot sur deux, c'est déjà tout de suite plus léger (une méthode que je recommande et qui est en plus universelle, quand le but visé n'est pas celui de comprendre le texte en question (vous pouvez même vous exercez ici)).

6°) Ah, une propriétaire de chats qui prend des félins pour leur autonomie. On dirait un prof qui rêve d'une classe capable de travailler toute seule. Mh... ou un mémoire qui se rédige de lui-même ?! :p

7°) La positivité artistique est-elle réellement aussi contagieuse que la négativité cinématogaphique ? Dit autrement, The Good Place est-il vraiment plus bienfaiteur que les sombres peintures futurologiques de Black Mirror ?

- - -
Question bonus) Neuropsychologue ? C'est une profession qui aide à développer une certaine positivité, ça ?!

Réponse tacite à l'ouverture de ta conclusion (quel paradoxe !) : Je t'accorde pour l'heure un état de zèbre de Schrödinger. Mais bon... chuis pas neuro.

Lelunele 14 juillet 2020 à 09:39

1a°) "par exemple" il ne faut pas oublier des morceaux de phrases. Quand bien même tu te renseignes et tu sais plus de choses sur le sujet qu'une femme (car oui beaucoup n'ont que faire de comprendre leur propre fonctionnement) tu ne sauras jamais ce que ça fait d'avoir mal à ventre, à la poitrine, d'être fatiguée, de se mettre à pleurer parce que "c'est les hormones". Tout comme bien que je sois une femme n'ayant jamais eu d'enfant pour le moment, je ne pourrais estimer comprendre une femme qui a accouchée, même si plusieurs m'ont raconté en détails, je ne l'ai pas vécu. L'inverse est vrai aussi, quelle sensation ça fait de faire pipi debout ? C'est bête mais je me demande sérieusement, je n'aurais jamais de réponse. Tu peux me l'expliquer, si je t'explique ce que ça me fait de me faire tatouer ça ne changera pas que tu ne comprendras que le jour (si ce jour arrive un jour) où tu te feras tatouer. Rajoute à cela que chaque personne le ressens différemment et qu'entre mon ressenti du tatouage et celui de mon conjoint, on ne décrit pas la même chose. Ce n'est encore une fois qu'un exemple parmi tant d'autres. Cependant "sans m'attardé" puisqu'en effet ce n'est pas le point important, on peut le remettre en question, le voir sous différents angles, s'il fallait trouver quelqu'un ayant vécu tout ce que j'ai vécu, on est pas sorti de l'auberge, et puis serait-ce vraiment pertinent ? Avoir le reflet de soi-même n'est pas très enrichissant, se serait donc une bien pauvre amitié, serait-ce vraiment une amitié ? Mais honnêtement qu'est-ce que l'amitié ?

1b°) Je respect les personnes qui désirent libertiner ou polyamourer ou autre, c'est une vision différente et je suis tout à fait capable d'en discuter tant que cela n'impact pas ma liberté. Ma conception du couple est monogame, j'y ai réfléchi mais cela m'est naturellement comme ça et je ne vois pas de raison de changer puisque c'est comme ça que je suis bien. Cela signifie donc que pour l'amitié il faut quelque chose de purement "amitié" 🙂

2a°) Aucune idée, j'ai essayé, et si ma tenue (mais cela doit dépasser la tenue, le non verbal ça va bien au delà de la tenue) n'a pas accroché eh bien n'est ce pas le signe qu'on n'arrive pas à vivre dans le même monde ? J'ai trouvé qu'elles (oui qu'un seul homme en RH, étonnant n'est ce pas) avait des goûts vestimentaires différents les unes des autres, j'ai de mon côté mis les rares habits de marque que j'ai et un style plutôt "commun", peut être coloré puisque malgré tout je reste moi mais d'une façon coloré tout à fait socialement acceptable. Et puis les personnes qui m'ont accepté dans leur groupe n'ont eu que faire de ma tenue. Tout se passe lors de la première journée (pourquoi ? les gens sont si arrêtés qu'ils ne s'ouvrent qu'aux personnes avec qui ils accrochent au tout début ?).

2b°) Je pose trop de question pour les autres, d'une part ça les saoulent (ralentit le rythme du cours, ils s'en foutent de connaître les réponses, eux ce qu'ils veulent c'est rentré à la maison) d'autre part ils le prennent soit comme une forme de débiliter profonde (ptain elle comprend rien) soit comme une forme de narcissisme (ptain elle pense pas au fait que nous on s'en fou ?) en gros, même si je ne suis pas dans leur tête pour le savoir. Ainsi quand je dis "j'ai fermé ma gueule" c'est signe que je me suis comporté verbalement comme une personne dite "normal", une personne qui (mais pourquoi?) ne vient pas en cours pour apprendre.
Ce point n'a strictement aucun rapport avec le point 1a, d'autant plus que j'ai tendance à m'entendre beaucoup plus facilement avec les hommes (du fait notamment qu'ils me parlent par intérêt... c'est ennuyeux, je ne dis pas ça par sexisme ou autre je rêverais de personne qui me parlent pour me parler, seulement voilà je l'ai tristement constaté à chaque fois c'est toujours la même raison).

2c°) Et toi, comment tu sais ça ? Il y a une sorte d'entraide qui se crée, les personnes formant le groupe se parlent naturellement et s'échangent des informations qui n'ont pas spécialement de lien avec la raison initiale d'être du groupe, ou vont plus loin. Pour ce groupe je pense que ça a commencé quand l'une des personnes m'a dit "tu veux manger avec nous ?" puis par la suite "on va faire ça, tu veux venir?" (un théâtre forum à thème engagé, expérience enrichissante) et là où je ne peux plus avoir de doute c'était "je fête mon anniversaire, j'ai pris une bouteille de cidre et un gâteau mais j'ai pas envie de partager avec les autres, tu viens avec nous ?" ce qui signifie une exclusion claire de tous les autres groupes mais une inclusion claire de tous les membres de mon groupe actuel. Et il y a aussi le groupe WhatsApp, et le fait que quand il faut faire des groupes de travail en classe, on est ensemble.

3°) Le sujet de mon mémoire est "La gestion de la crise sanitaire du covid19 à [entreprise dans laquelle je suis]" (rappel que c'est un mémoire RH). Je ne connais pas vraiment l'ennui, je ne sais pas si c'est un sujet ennuyeux. J'espère qu'il sera au moins atypique pour les correcteurs car a priori je suis la seule à prendre un tel sujet (j'avais pris "la marque employeur" jusqu'à se que j'apprenne qu'on était trois à faire ça, le confinement m'arrange bien j'ai pu changé de sujet "exceptionnellement"). Je suis rarement laconique, plutôt l'inverse. Le problème réside dans le besoin de perfection lié à la peur de l'échec, je préfère tout échoué en sachant que je ne me suis pas donnée à fond, ça fait moins peur que d'échouer en s'étant donné à fond, disons que je n'aime vraiment pas le système éducatif / le principe de notes. On nous le dit d'ailleurs "il y a une grille parce qu'il en faut une mais dans la réalité personne ne s'en sert, ils vous mettent la note d'abord et distribuent les points dedans par la suite".

6°) Eh bien oui leur autonomie car ils n'ont pas besoin d'être sorti 3 fois par jours pour être heureux, ils ont besoin de minimum 30 minutes de jeux, de nourriture tous les matins tous les soirs, de changer la litière, d'eau fraîche, et en fonction de la personnalité du chat (et j'ai remarqué, de la période aussi, je ne sais pas pourquoi mais mes chats ont ce besoin périodiquement 😂 ) de plus ou moins de câlins/caresses. Du reste il y en a un qui ne supporte vraiment pas être seul, mais ça va puisqu'il y a l'autre avec. L'autre est vraiment tout l'inverse, elle apprécie grandement qu'on la laisse tranquille toute la journée et qu'on ne se croise que pour le repas (moment où elle demandera une flopée de caresses comme s'il fallait rattraper le temps perdu).

7°) En art il n'y a pas réellement de notion de bien et de mal, l'art étant l'expression des émotions peut être tout aussi fort par n'importe laquelle (peur, colère, joie, dégoût, tristesse, surprise). La question n'étant donc pas dans l'apport d'émotions d'une oeuvre mais dans le besoin que la personne a d'apport en émotion. J'exprime préféré un apport positif de par mon besoin de joie dans ce monde qui m'apporte assez largement à lui seul la peur ; la colère ; le dégoût et la tristesse (la surprise pouvant être aussi positive que négative je ne la classerais pas dans cette dichotomie).

Les dessins d'Egon Schiele sont pour moi l'évidence que l'art peut être autre chose que joie.

(à noter que je ne parle pas spécialement de The Good Place / Black Mirror mais que je te fais par d'une réflexion)

Cependant il y a autre chose, il m'apparaît plus simple de faire des créations à émotions négatives, de ce fait une oeuvre qui arrive à communiquer un réel bonheur a mon admiration. Il m'a semblé que cela peut dépendre de l'artiste (et je ne me suis pas trop penchée sur l'enneagramme mais cela m'a appris qu'il y a des personnes pour qui le bonheur est bien plus naturel, comme d'après ce que j'ai compris l'enneatype 7). Là où le spleen est un concept qui me semblait en fait comme une évidence dans ce sens où il m'apparaît naturel d'exprimer ses souffrances par l'art, il me semble à l'inverse quasiment impossible de transmettre la joie par l'art sans que tout à coup cela devienne âpre et faux.

J'ai maintenant une envie de trouver des oeuvres positives dont l'émotion me parle. Mais tout cela peut aussi être dût au fait que j'ai passé beaucoup de temps à m'enrichir d'art "sombre" ce qui fait qu'évidemment j'ai plus de connaissances dans cette vision pessimiste du monde.

Question bonus : Comme toutes les professions, tous dépend ce qu'on en fait.

😂 Honnêtement le zèbre existe t il vraiment ou n'est il que le fruit d'un marketing ? Quand je recherche la différence entre personne à haut potentiel, personne à bas potentiel et personne à potentiel dit "normal" je me retrouve fasse à bien peu d'informations. Par contre le genre de questions comme "suis-je surdoué ?" oh là tu as de quoi faire en livres, articles, conférences... Peu sont ceux qui passeront le test et se vanteront sur les toits "j'ai 70 de Qi !!". Petite mention pour Philippe Katerine qui a dit avoir fait un test dont le résultat fût 63 de Qi, cette personne ne me semble pas bête pour autant, il a une vie plutôt riche, c'est un personnage qui m'est sympathique, et certainement bien plus que tous ceux qui se pavaneront avec une étiquette à rayure noires et blanches, drôle de coïncidence que l'on peut faire là avec un code barre produit de consommation.

Oh oui il y a un test et il mesure des choses. Pourquoi fait on un lien entre ces choses et l'intelligence ? D'avis qu'une personne réussissant à être heureuse ici bas fait preuve de bien plus d'intelligence que tout autre être, aussi faible son Qi puisse-t-il être.

C'est que l'ego des Hommes est énorme, on va même mesurer "l'intelligence" des animaux, et pourtant une gazelle n'a pas besoin d'un haut Qi pour courir.

Je vais partir dans quelque chose de spirituel mais dans ma conception du monde nous sommes un, les pierres et les arbres ont en ce sens peut être plus "d'intelligence" (difficile de faire autre chose que des suppositions puisqu'ils ne communiquent pas, pas comme nous du moins), l'Homme lui passe son temps à ne pas accepter les incertitudes et tout simplement le fait qu'il ne peut avoir conscience de ce qui le dépasse.

Par dessous tout, il serait grand temps d'accepter qu'on est tous unique, tous différents, tous semblables. Quand on en aura t on fini avec la stigmatisation entraînant discriminations et ségrégations et toutes ces dérives (après la grossophobie, l'âgisme, pour vous servir messieurs dames la ségrégation intellectuelle).

Je sais qu'on a peur de l'inconnu et qu'on a besoin de ce sentiment de faire partie de quelque chose, mais les personnes n'en ont telle pas marre de voir le même schéma qui se répète ? M'enfin c'est le principe de l'histoire, on vit dans une boucle ou dans une sorte de spiral on répète en se renouvelant, en pensant qu'on apprend sans apprendre car on reste humain. Ce genre de pensée fait perdre espoir.

Bon tu me feras développer si tu en as envie, c'est déjà bien assez long.

Lelunele 14 juillet 2020 à 09:41

@Samson au fait merci pour le partage ! Je sais pas trop quoi en pensée du coup je savais pas trop quoi te répondre, disons que ça fait réfléchir 😉

Abderianle 14 juillet 2020 à 21:46

@Lelune, tu fais partie des personnes qui auront bientôt le record de mots envoyés à mon adresse. Bon, en général, la durée moyenne de la correspondance est de... oh, 2,5 peut-être ? Donc tu risques de t'autodétruire après une ultime réponse ; j'imagine qu'il me faut alors bien choisir mes questions !

A-1°) Je suis d'accord avec toi : personne ne peut ressentir ce qu'autrui ressent comme il le ressent, sauf empathie particulière, et tu es allée au point que j'entendais prouver, à savoir que tous les bouleversement intérieurs sont incommunicables. Beauvoir dans son premier tome autobiographique criait son envie de tout transcrire pour y déverser son être, mais, inéluctablement, et malgré toutes les rhétoriques, il est difficile pour quiconque, de quelque sexe qu'il/elle soit, de se faire entendre. Nous sommes un peu tous des entités solipsistes plutôt que des monades (tiens, dans la dernière saison de The Good Place, ils abordent la question solipsiste... ah, ça fait plaisir de voir de bonnes séries ! :p (j'eusse d'ailleurs aimé que tu relevasses ce point, mais bon, je m'en charge ; ne me remercie point)). Untel va sur la lune, ou... sur le Lelune, untel parle d'amour et l'autre se trouve peu ou mal aimé, et pourtant chacun peut être sincère dans sa réalité. Mais voilà, on a le cuir épais et l'âme bien gauche !
La question très philosophique de savoir ce que ça fait de "faire pipi debout" est une de ces sensations gommées par l'habitude. Au fond, on perd aussi soi-même beaucoup de vigilance dans les actes du quotidien. C'est Delerm je crois qui parlais de la première gorgée de bière ; je dirais que, s'il me fallait décrire cette sensation, il me faudrait en réalité faire attention à ce à quoi je ne fais plus attention. Par extension, bien sûr, toutes les choses du sexe soulèvent beaucoup d'interrogations, mais si je devais là encore, par maladresse, platoniser, je ferais remarquer qu'être simplement dans le processus de pensée de quelqu'un serait une expérience formidable d'extraterritorialité (psychique), et que même des conjoints fort unis peuvent s'entendre, s'anticiper et se comprendre, mais non point se vivre de l'intérieur, comme dans une sorte de film SF où l'on prendrait possession d'un corps. Tiens, comme dans la saison... 6, je crois, des "100" (Netflix, encore et toujours...).

Tu as cependant tort de penser que c'est un préliminaire trivial, car je te pose la question : toi qui confessais adorer parler de toi, pourquoi, sachant cela, et trouvant tout ton être irréductiblement ineffable, endurer l'entreprise courageuse de réaliser l'impossible ? Est-ce par... égotisme ? Ou pour réellement espérer "ébranler" l'autre (je devrais dire "branler" à la Montaigne, mais on va me faire le reproche d'être un petit cochon, donc j'accepte l'écart de sens avec le mot moderne) ?

A-2°) As-tu pour amis des gens significativement différents ? Est-ce seulement un point qui est volontairement recherché par les individus ? Si l'on prend en exemple ton année scolaire, c'est surtout par affinités que les invidivus se regroupent. S'ils n'agissent que selon ce schéma, comme une sorte d'ESS (un comportement optimal, cf. Le Gène Égoïste), comment finiraient-ils avec des gens si éloignés ? Et si cela était vrai, cela voudrait dire que l'on conserverait les amis qui se distinguent le plus de nous à travers le temps, et non ceux qui restent sur une trajectoire voisine. Et cela serait alors aussi vrai de l'amour, que tu plaçais dans le voisinage de l'amitié : est-il vrai qu'il ne faut sortir qu'avec des individus proches de notre vécu, dans l'espoir de pouvoir partager ce que l'on est ?

B°) Sur l'importance des vêtements cela me rappelle ce personnage chassé d'un banquet car mal habillé, et, décidé à y revenir selon les critères attendus, et désormais accepté, prompt à faire manger ses vêtements, puisqu'on ne l'a visiblement accepté que pour eux, et non pour lui-même. Crois-tu que par-delà ces apparences les gens peuvent juger ou intuitionner du caractère ou de l'environnement mental d'une personne ? Et le cas échéant, penses-tu être doté de ce... don ? Ou de cette ressource peut-être mieux partagée que la raison ?

C°) Je suis navré que les hommes te parlent par intérêt. Peut-être faut-il leur reconnaître cependant la qualité de transcender les basses questions d'un univers mental commun ! 😄

D°) Être intégré à un groupe ne m'est je crois jamais arrivé, je serais donc largement en peine de dire ce qui se produit... lorsque ça se produit. J'imagine que ce doit être une belle expérience, mais c'est comme voler, je laisse ça aux êtres dotés des facultés ad hoc.
Mais du coup, lorsque les gens t'intègrent à leur groupe, gardes-tu la liberté de les refuser, éventuellement, ou suis-tu toujours ceux qui t'acceptent ?

E°) La binarité de l'échec que tu soulèves accepte aussi une troisième voie : s'adonner à fond et réussir. Et tu peux même faire l'impasse sur le but de l'entreprise. Après tout, pourquoi vouloir réussir ? Réussir suppose triompher des difficultés, mais la peur hausse justement ces difficultés, donc c'est un cercle vicieux, n'est-ce pas ?

F°) Quelles sont tes oeuvres positives préférées, en ce cas ? Et t'efforces-tu de créer des choses positives, ou tiens-tu l'art pour cathartique ? As-tu, en somme, rêvé d'un joyeux massacre après avoir vu Freddy ou envisagé sérieusement une taille athlétique après des études anatomiques de Lucian Freud ?

G°) Si les gens sont moyennement disposés au spleen plus qu'à la joie, comment fait-on pour être un manager efficace ? Du genre "Oh, Boris, t'as pas l'air bien aujourd'hui... Bah, t'inquiète, t'es un humain, c'est pour ça !". Schopenhauer soulignait plutôt la "pendularité" des hommes, qui oscillent de la joie à la tristesse, car seul le contraste permet de savoir où l'on se trouve.


Je te suis tout à fait sur tes réflexions concernant le QI ! Dommage qu'elles se trouvent encloses dans un long post, car la tendance des gens étant à la dépression et à la fainéantise, je doute que beaucoup en arrive à ces lignes-là. Bref, je plussoie quand même. Ah, et tiens, un smiley pour capter l'attention : 👍

En revanche, utiliser le mot "intelligence" pour le monde naturel est compliqué, car si l'intelligence est la capacité à résoudre des problèmes, soit, un arbre ou du moins ses gènes peuvent via la sélection favoriser des réponses adaptées, mais si l'intelligence est la faculté abstraite de réfléchir sur le monde, ce qui suppose une conscience étendue et une mémoire proportionnée, cela devient beaucoup plus compliqué. On peut estimer que l'homme a le paradigme de l'intelligence, mais ce n'est pas le seul moteur pour survivre. Heureusement, vu que même dans notre espèce on trouve sans peine des gens qui en sont dépourvus, et qui visiblement s'en sortent assez bien. Si je voulais citer Josef Schovanec, je mentionnerais par exemple... les politiciens.
Si l'on en croit la psychologie ordinaire, y compris animale, les situations inédites sont sources de stress, donc techniquement les individus sont plus portés vers la réitération que l'originalité. Courir nu en ville causerait sûrement beaucoup de situations inédites et très délicates, et c'est sur ce sentiment de "honte" que certains Grecs fondaient la civilisation (sorte de pré-surmoi). De même, es-tu certaine de ne point t'enfermer dans des cycles et des habitudes ? Recrées-tu ta vie, tes définitions et tes espoirs à chaque nouvelle aurore ?

Samsonle 14 juillet 2020 à 23:29

@Lelune
En effet!^^
J'ai aperçu cette boule lumineuse à travers ma fenêtre, c'était super beau, j'ai pas pu la lâcher du regard, du coup j'ai voulu la filmer. Mais manque de bol, je n'avais plus assez de place pour ajouter une nouvelle vidéo sur mon téléphone. J'ai donc capturé ces photos.
Il ne s'agissait que d'un point au début. Durant 20 secondes l'intensité lumineuse et le diamètre ont été croissants. Alors que la lumière gagnait la "queue" de la boule une excroissance vers le bas s'est formée, puis est remontée vers la boule, avant que l'ensemble ne disparaisse en s'effaçant littéralement (un peu à la manière des démons dans la série Charmed 😂 c'est l'image qui me vient). Le tout n'a duré qu'une trentaine de secondes, vu que j'ai pris la première photo à 14h55 et 36 secondes_alors que la petite boule avait déjà pris plus d'ampleur, et la dernière (lorsque l'intensité lumineuse est à son maximum) à 14h55 et 56 secondes. Voilà pour les précisions faute de n'avoir pu filmer le spectacle. ;)

Lelunele 15 juillet 2020 à 03:13

Bon bientôt l'écriture d'un livre, je me demande si le site a une limitation de mot 😂

@Abderian tu as dit "Ne me remercie pas de te faire travailler sur cette prochaine heure" et je te remercie car si ton premier message m'a agacé (de par l'utilisation constante de mots compliqués) en lien avec justement le sujet de notre discussion ici point A-1°) 2éme paragraphe et tout ce qui est ineffable, car utiliser des mots qui sortent de l'utilisation courante peut rendre la communication plus compliquée justement qu'elle ne l'est déjà, même si quand un mot a un sens clair c'est normal d'avoir envie de l'utiliser [j'ai en tête le mot "dichotomie" que j'utilise beaucoup depuis que j'ai découvert le MBTI] plutôt que d'avoir à l'expliquer, j'ai de mon côté plutôt gardé en tête le sens des mots que leur nom et ai un langage plutôt (il me semble mais on me l'a dit aussi) simple. Et donc toutes ces tournures de phrases, ça fait arrogant ;) MAIS malgré ça je suis venue ici dans l'espoir d'avoir des échanges enrichissants et c'est très plaisant de pouvoir discuter en ayant un sentiment qu'on se comprend plus ou moins, à savoir que sur tout ton précédent message il me semble qu'on est sur la même longueur d'onde (et je ne sais pas si ça se sent mais je me "relâche" un peu dans ma façon de m'exprimer, sans "peur" d'utiliser des mots compliqués et en fait un certain "bon si ma phrase part dans tous les sens, qu'il n'y a pas de point là où il faut, pas grave il comprendra quand même", et c'est assez plaisant, bien que de par mon fonctionnement je n'ai justement pas énormément de lexique).

(ça se voit que je m'excuse d'avoir porter des préjugés à ton style d'écriture ? Mais tu dois le savoir, que d'écrire comme ça ça peut donner cet effet, en fait je pense que c'est tout à fait volontaire car tu as dit toi même faire le trublion)

C'est une phrase que je dis souvent (pour exprimer le sujet en question point A-1°) "Entre Ce que je pense, Ce que je veux dire, Ce que je crois dire, Ce que je dis, Ce que vous avez envie d'entendre, Ce que vous entendez, Ce que vous comprenez... il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même..." elle est assez connue et fait sens.

Tout ça pour dire, je ne pense pas m'autodétruire, après j'ai le pseudonyme de zèbre de Schrödinger et deux chats à la maison, cela doit être une compagnie contagieuse (est ce que je dois préciser que c'est de l'humour ou c'est clair ? 😂 ).

A-1°) Pour tout ce qui est sensations gommées par l'habitude je t'invite à regarder la méthode Vitoz, un vieux truc dont j'ai l'écho de par ma mère, le bonheur résiderait dans l'attention aux petites choses, et l'exercice étant par exemple d'avoir conscience de la sensation de la poignée à chaque fois qu'on ouvre une porte. On m'a bercé avec ce concept si je puis dire, à tel point que j'ai une sensation des choses plus conscience que beaucoup, cependant j'avoue ne pas forcément être en capacité de décrire ce que ça fait de faire pipi.

"se vivre de l'intérieur" c'est exactement ce que j'aimerais, mais (pour le conjoint tout du moins) mon désir est en fait réciproque, que les deux parties puissent se ressentir tout en ressentant l'autre.

Je n'ai pas regardé "100" si tu en parles c'est que tu estimes cette série je suppose ?

Je ne pense par l'égotisme (peut être que je me mens ?) ni pour "réellement espérer "ébranler" l'autre" loin de moi la prétention de ce genre de pensées, le concept est pour moi dans la réciprocité (comme dit plus haut) plus je définirais plus, il me semble, l'autre fera de même. Parfois cela fonctionne, des personnes s'ouvrent à moi sur des choses qui sont tabous "avec les autres", mais en réalité je suis bien moins éloquente quant à mon propre self IRL, cela demande une certaine confiance que je n'ai pas (et oui, j'ai conscience que c'est se mentir que de penser que l'internet est digne de confiance sur de tels sujets, mais bon il semblerait qu'à un moment on a tous besoin d'interaction humaines et qu'internet, comme pour beaucoup d'introvertis, est un bon compromis pour moi pour le moment). Pour le moment il est certain que tu ne m'as pas dit grand chose, la discussion est plus porté sur ma vision, mais regardes si tu avais sût répondre j'ai presque cru que tu expliquerais la sensation de faire pipi debout (ce qui provoqua un malaise, puis de la curiosité puis de la déception puisque finalement toujours pas de réponse 😂 mais je préfère ainsi, on laissera ces aspects, qui sont délicats pour moi, de côtés, de par justement le fait que je sois une femme, et toi un homme).

A-2°) Je n'ai pas d'amis, enfin peut être je ne sais pas, c'est quoi l'amitié ? Dans tous les cas il me semble que la réponse à ta question réside dans le juste milieu entre différences et similitudes on dit des choses comme "les opposés s'attirent" mais aussi "qui se ressemble s'assemble" et tout dépend ce que l'on recherche. Personnellement je recherche un enrichissement tout en ayant un minimum de compréhension et avec un point important qui est que si la personne est un *** (comprendre il y a certaines valeurs, comme, tu l'auras compris, le bien être animal, auxquelles il ne faut pas toucher, on peut en discuter mais quelqu'un qui maltraite volontairement et consciemment un être vivant est un *** :) ). Maintenant beaucoup d'autres individus que moi existent et beaucoup ne semblent pas rechercher l'enrichissement, et donc apprécient rester en terre connue, je dirais que nous n'avons juste pas les mêmes limites (pas que les miennes soient plus vastes ou non, je n'en sais rien, elles sont juste différentes).

"il ne faut sortir qu'avec des individus proches de notre vécu, dans l'espoir de pouvoir partager ce que l'on est" en fait je ne pense pas qu'il faut, on le fait naturellement, malgré notre impression de maîtriser toutes ces situations (cf ta conclusion sur la réitération "enfermer dans des cycles et des habitudes").

B°) (sympa cette petite histoire, elle me dit vaguement quelque chose) "Crois-tu que par-delà ces apparences les gens peuvent juger ou intuitionner du caractère ou de l'environnement mental d'une personne ?" Je ne sais pas ce qui se passe dans la tête des autres (cf début du message :P d'autant plus qu'ici on parle d'inconscient il me semble). Quant à moi fichtre non, sinon je comprendrais surement mieux ce genre d'interactions sociales qui me dépassent largement... Mais il est possible que d'autre l'ait oui.
J'exprime ce point par cette petite anecdote. Je ne suis pas moi-même ok sur mon statut mais si tenté que le zèbre soit véridique (disons c'est une possibilité, comme l'inverse, qu'il faut prendre en compte). Le seul homme de ma classe, qui est donc dans "mon groupe de classe" est de lui même venu s'asseoir à côté de moi dès le premier jour de classe. Par la suite nous discutions et il m'a évoqué que son fils est zèbre (ceci étant un non dit de ses propres rayures évidement) avec l'ajout de cette phrase "ce n'est pas pour rien que tu es venue t'asseoir à côté de moi au début de l'année (je l'ai repris en lui expliquant, car je m'en souviens, que c'est lui qui s'est assis à côté de moi 😂 ) ici j'expose deux choses, cet individu est très arrogant, il a exprimé que lui avais en fait "ce don" d'après moi. Et je ne sais pas comment tout cela se fait mais c'est "bien connu" (comment dire "on le sait tous", sans aucunes justification, tellement nulle cette expression) que si tu as deux personnes atypiques dans la même classe il y a de forte chance qu'elles se retrouvent ensemble (pas à tous les coups, il y a des personnes qui même similaires sur certains points ne peuvent pas se voir en face) en tout cas pas mal de personnes m'ont exprimée cela, il paraît qu'on se "met" naturellement avec des personnes qui ont "approximativement" le même Qi (si tenté que le Qi existe déjà..) que nous.

C°) Rien à répondre de particulier, c'est flatteur que les hommes soient intéressés, c'est toujours mieux que de n'avoir personne qui me parle, juste que j'ai pu remarqué que l'amitié semble finalement impossible (on notera l'ironie avec l'anecdote du dessus, il n'est pas intéressé il me semble, j'ai l'age de son fils, mais là encore l'amitié semble impossible, quand il n'y a pas cette "égalité" mais bien une volonté de sa part de développer une sorte de rôle paternel, "je suis le sauveur de ces dames").

D°) (oh tu vois tu parles de toi, le dénoter pourrait provoquer un malaise, ce n'est pas le but, je suis juste honnête sur mon système de communication) Je te rassure je ne suis qu'à moitié intégré à ce groupe, ils ont créé un autre groupe WhatsApps sans moi... J'ai pas compris, comme pour tout ce qui est social. Du coup je ne peux pas vraiment te faire par d'une "belle expérience". Je ne voulais pas être dans ce groupe à l'origine, je l'ai mal pris à titre personnel puis finalement j'ai accepté car j'avais besoin de ce groupe pour accomplir mon année scolaire correctement (transmission d'information). Il y a par contre une année (seconde au lycée) où j'ai fait parti d'un vrai groupe (là oui c'était plaisant), je sais que c'était différent parce que c'est genre si tu n'es pas là eh bien ils s'en rendent compte, ils proposeront d'eux même de récupérer les devoirs pour toi (voir ils ne te demanderont pas et le feront d'office naturellement, là où dans les groupes "semi-intégré" il faut toujours s'assurer que cela soit bien fait) ce genre de choses. Le moment où quand l'enseignant dit "vous faite des groupes de 3" et qu'il y a déjà deux personnes qui te font de grand signe "hey hey on se met ensemble hein!". Dans ce groupe là je vivais comme libre oui, parce que j'étais partie prenante des décisions. Cela dit je ne devais pas être si intégré que ça puisque cela n'a duré que le temps de l'année scolaire, l'année d'après changement d'école et plus personne ne prend des nouvelles, voilà.

E°) Oui, je pensais l'avoir dit et en fait non, cela m'est arrivée : s'adonner à fond et réussir. Et on m'a dit d'arrêter car en me donnant à fond j'ai usé mon corps, et puis la peur était assez difficile à gérer, beaucoup trop forte, ce fut un énorme enjeu pour moi mais bon maintenant je sais que je peux "y'a plus qu'à".
Pourquoi vouloir réussir : si tu poses ce genre de question on peut partir loin (comme si c'était pas déjà fait, mais disons, partir sur beaucoup d'autres questions), pourquoi vouloir tout simplement ? Y a t il un sens et un but à tout ?
"Réussir suppose triompher des difficultés, mais la peur hausse justement ces difficultés, donc c'est un cercle vicieux, n'est-ce pas ?" Tient un désaccord, il me semble que plus on réussit moins on a peur, ce qui hausse les difficultés c'est la volonté humaine que de toujours aller plus loin, plus haut, et ça c'est plutôt un moteur positif, rechercher la meilleur version de soi-même.

F°) Je n'oserais dire si les artistes désiraient procurer des émotions positives, mais qui me procure à moi de bonnes émotions il y a les musiques : "Green Grass Of Tunnel" de Múm, "Alice" de Pogo, le groupe Ska P en général. En peinture l'impressionnisme est un mouvement qui a pas mal de tableaux avec de bonnes énergies (je n'ai pas vraiment de nom en tête, je sais qu'à la mairie de Toulouse j'en ai vue des sympas). Il y a le deviant art d'Apofiss en dessin virtuel (plein de chats). Niveau tatouage (type aquarelle surtout, pour ce qui est du bonheur) Ondrash fait des choses vraiment pas mal. Oh et bien sur les vidéos de Thomas Blanchard, sur la même lignée que Ruslan Khasanov "Over your skin". On pourrait résumer le visuel que je trouve positif par "quelque chose de colorer" mais c'est plus compliqué que cela, par exemple je ne trouve pas vraiment que Pollock ou Kandinsky fassent ressentir de la joie, ce n'est pas non plus une question d'abstrait ou réalisme, Armelle Bastide D'Izard (premier nom trouver en faisant une recherche google, je ne connais pas plus que ça) semble faire des tableaux abstraits pas mal joyeux.
Sinon j'ai en tête un photographe mais je n'arrive pas à retrouver son nom, si jamais je le dirais.
Il y a aussi les sculptures de Giuseppe Penone, mais j'avoue ce n'est pas du 100% positif, j'avais envie de placer ce nom car je l'aime bien (et au passage, Joseph Beuys, hop comme ça c'est fait!).
Et puis tout ce qui est humour, c'est de l'art aussi, la cantatrice chauve j'adore, mais on peut aussi simplement parler de Florence Foresti.
Sinon il y a ce poème d'Emily Dickinson (qui n'est clairement pas "optimiste" mais qui m'a fait beaucoup de bien, comme si, on s'était comprise, et puis c'est tellement beau) :

"One need not be a Chamber - to be Haunted -
One need not be a House -
The Brain has Corridors - surpassing
Material Place -

Far safer, of a midnight meeting
External Ghost
Than unarmed, one's a'self encounter -
In lonesome Place
[...]"

J'ai pas vraiment dit "favorites" en fait c'est un choix trop difficile (comprendre impossible), mais bon c'est ça qui me vient en tête là tout de suite.

J'ai essayé de faire du positif, déjà que quand je fais du négatif c'est moche alors bon, mais là on touche à ce besoin de perfection qui me rend particulièrement nulle en tout, puisque je ne fais rien. Cela dit oui, sans art je ne sais pas trop comment j'aurais fait, c'est indispensable à ma survit, et au delà de ça je le vois aussi comme un moyen supplémentaire de communiquer avec l'autre (une émotion/un ressenti aussi ineffable soit-elle/il peut-elle/il être communiqué/e par l'art ?). J'ai par exemple un dessin qui exprime un mal être si profond, que n'importe qui doit être mal à l'aise en le regardant (je veux dire je n'ai pas fait un sondage mais la réaction normal étant "heu t'es folle" c'est plutôt "bon signe" mais bon ça date de cette période de complaisance dans la tristesse, c'est du passé).

G°) Le "manager efficace" (c'est un bien grand mot) apparaît être une personne qui a de l'empathie mais qui sait aussi remettre les gens en place si besoin. En fait je pourrais dire plein de choses (j'ai des cours dessus, si tu veux des outils je peux développer, ou tout simplement copié/collé une partie de mon mémoire comme "la communication dans l'incertitude") mais ça sonnerait comme "bonjour je t'apprend un truc hypocrite qu'on essai de m'apprendre à l'école". J'aime bien cette idée de "pendularité" des hommes, mais il y en a qui sont un peu restés bloqués en l'air non ?

Un long post qui plus est sur une présentation, peu d'intérêt pour qui passe ici de se taper toute la conversation. Je suis d'ailleurs étonnée de ne pas voir plus de sujets "dans ce style questionnement du monde" mais je n'ai pas le temps de fouiller le forum encore (et oui ce fameux mémoire il avance tout de même). Merci quand même pour le pouce attireur d'attention.

Il faudrait définir l'intelligence, d'après les définitions du Larousse ça ne colle pas (il est toujours compris "mentale" "personne" "être humain" ) par essence cela ne rimerait pas avec le monde naturel.
Par contre la première définition de google (même si la source est super fiable du coup) "Faculté de connaître, de comprendre ; qualité de l'esprit qui comprend et s'adapte facilement." peut matcher avec le monde naturel en mon sens (notons que la définition "d'esprit" elle aussi est bien floue).

Et puis dans tous les cas comment pouvons nous estimer de la conscience ou de la mémoire des arbres et des rochers ? Pour le moment la science ne prouve rien cependant elle va de plus en plus dans ma direction plutôt que de la réfuter. Je fût positivement étonnée quand ma collègue de travail me ramena son science et vie pour me montrer l'article "on a une preuve, les plantes prennent des décisions".

"Es-tu certaine de ne point t'enfermer dans des cycles et des habitudes ? Recrées-tu ta vie, tes définitions et tes espoirs à chaque nouvelle aurore ?" Je crois que j'ai un peu répondu plus haut, je suis humaine, comme tout le monde, et je reproduis les schémas avec quelques améliorations, à ma pauvre échelle je lutte contre la boucle qui m'a semblé imposée par la nature. Ma mère est du genre à conseiller les constellations familiales pour que tout cela s'arrange, car nos problématiques seraient en fait la répétitions de celles de nos aïeux. Je n'ai pas d'avis sur la question (je ne les connais pas, ne connais pas leurs vies, difficile de savoir si quelque chose se reproduit) mais il est une question que de ne pas perdre espoir, sinon on est fichu. Et puis j'aime bien le concept de réincarnation (il est rassurant n'est ce pas) avec l'idée qu'à chaque vie on s'améliore un tout petit peu plus, m'enfin dans ce cas il y a des personnes on se demande à combien de vie elles en sont ? (autant positivement que négativement pour le coup).

Lelunele 15 juillet 2020 à 03:14

Vous avez dit "synthétique", vous avez sonné à la bonne porte ! 😂

Lelunele 15 juillet 2020 à 11:04

@Samson ça devait être vraiment très jolie !

Abderianle 15 juillet 2020 à 15:24

@Lelune, je réponds juste à cette première partie avant de vaquer aux obligations quotidiennes, et ferai la suite... mh, ce soir je pense :

"@Abderian tu as dit "Ne me remercie pas de te faire travailler sur cette prochaine heure" et je te remercie car si ton premier message m'a agacé (de par l'utilisation constante de mots compliqués) en lien avec justement le sujet de notre discussion ici point A-1°) 2éme paragraphe et tout ce qui est ineffable, car utiliser des mots qui sortent de l'utilisation courante peut rendre la communication plus compliquée justement qu'elle ne l'est déjà, même si quand un mot a un sens clair c'est normal d'avoir envie de l'utiliser [j'ai en tête le mot "dichotomie" que j'utilise beaucoup depuis que j'ai découvert le MBTI] plutôt que d'avoir à l'expliquer, j'ai de mon côté plutôt gardé en tête le sens des mots que leur nom et ai un langage plutôt (il me semble mais on me l'a dit aussi) simple. Et donc toutes ces tournures de phrases, ça fait arrogant ;) MAIS malgré ça je suis venue ici dans l'espoir d'avoir des échanges enrichissants et c'est très plaisant de pouvoir discuter en ayant un sentiment qu'on se comprend plus ou moins, à savoir que sur tout ton précédent message il me semble qu'on est sur la même longueur d'onde (et je ne sais pas si ça se sent mais je me "relâche" un peu dans ma façon de m'exprimer, sans "peur" d'utiliser des mots compliqués et en fait un certain "bon si ma phrase part dans tous les sens, qu'il n'y a pas de point là où il faut, pas grave il comprendra quand même", et c'est assez plaisant, bien que de par mon fonctionnement je n'ai justement pas énormément de lexique).

(ça se voit que je m'excuse d'avoir porter des préjugés à ton style d'écriture ? Mais tu dois le savoir, que d'écrire comme ça ça peut donner cet effet, en fait je pense que c'est tout à fait volontaire car tu as dit toi même faire le trublion)"


Hey, merci pour ta sincérité ! C'est amusant que tu soulignes l'arrogance de mon style, car, tu vois, on ne me l'avait jamais dit... ! Ah, non, je plaisante. Tu parles ! C'est même un sacré handicap, mais je ne parle en réalité pas très différemment de ma manière d'écrire. Des neurotypiques diraient que je suis "chiant", et peut-être quelqu'un de peu d'humour mais avec assez de culture me trouverait "byzantin", et pourtant je reste fondamentalement un emmerdeur sans épithète. Il y a longtemps, lorsque je sévissais ici, je faisais plein de remarques à mon endroit, mais c'est là autant par tournure d'esprit que par une sorte d'avertissement. Tu demanderas peut-être à @Merlin, qui a survécu ici aux ruines du temps, du Temps Primal, ce qu'il en pense, mais je ne peux me dépêtrer de ce que je suis, parce que, contrairement à vous, et à toi peut-être, je suis incapable de mesurer l'impact psychologique d'une phrase, ou plus exactement des mots qui la constituent. Je suis toujours heureux et soulagé de voir que, parfois, quelques individus prennent le temps, par compassion ou intérêt, de me lire, et parfois même de me répondre, voire, plus rarement cependant, de m'écouter, mais qu'y puis-je ? Je dirais que la principale substance de ma verve est mon humour, mais il est acroamatique. Qui prétend avoir écrit des "lol" dans la marge en lisant Platon paraît sûrement pédant, mais ce qui me fait rire me constitue, et mon âme se dilate à l'aune de tous ces soubresauts du diaphragme, et je ne connais absolument aucun jeu plus jouissif, plus humain et plus complet que le langage, et si j'avais eu le temps et les vertus, j'aurais bien mâtiné mon français de mille emprunts et xénismes. Mais peut-être par mansuétude (là tu vois, c'est un élément d'humour... 😛 ), je me dispense de trop surcharger mes textes d'illisibles références. Cependant, tranquillise-toi : jadis, c'était pire. On va dire que j'arrive probablement aux premiers niveaux de la communication efficace. C'est diablement désespérant, car je suis sincèrement intéressé par les gens, plus que mes outrages verbaux ou ma prose dyspepsique peuvent le laisser penser. Reste que, comme ce vieux qu'on laisse seul à l'EHPAD, comme ce malheureux corps qu'on laisse sur une chaise dans un coin, comme cet enfant à qui on ne parle pas faute d'avoir une langue commune, je me réjouis toujours de ce que l'on ose quand même parfois me faire un signe, surtout quand ce n'est pas pour dire que j'ai l'air d'un con. Comme Helmut Fritz.
Et de conclure sur ce point : il est vrai que tu peux nous trouver une vague de résonance commune, et si la forme ne t'enlise pas, c'est que ton esprit a plus de liberté que beaucoup d'enragés pragmatiques (c'est une des fonctions du langage que je dois peu maîtriser). Il ne faut pas connaître tout ce que je connais pour me comprendre, car j'ose croire que "l'intuition" suffit bien, mais j'ai dans mes termes des nuances qui ont forcément peu de portée en-dehors. D'un mot, un exemple : heu... tiens, j'ai mis plus haut "dyspepsique", et on pourrait me dire "Ah, quel crétin pédant ! Pourquoi n'as-tu pas mis "indigeste" ?!" et je dirais "Oh, mais indigeste et dyspepsique sont des parasynonymes, et non des synonymes complets ; Saussure disait qu'un mot existe par les distinctions qu'il entretient avec les autres et...". Et mon interlocuteur est déjà parti. Aussi, pour faire simple, qu'importe ce qu'il faut entendre, tant que résonne assez de poésie et de créativité. Mais bon, n'est-ce pas le pacte de tout lecteur ?!


Addendum : Je n'ai bien sûr pas dit cela par égotisme ou narcissisme, mais parce que c'est en effet un préliminaire indispensable à qui peut s'éprendre de nausée en voyant ce que je poste. Quel n'est pas mon soulagement de voir que je suis battu en longueur... et en qualité ? 😛 👍

Abderianle 15 juillet 2020 à 22:57

Bien, round 2. Un peu comme quand on attaque une grosse côte de boeuf... Ah, pour faire transition, voyez, dans le monde courant, ou si par exemple je croisais @Lelune, comme ça, en classe ou ailleurs, et si je lui disais, "Ah, Lelune, t'es une bien grosse côte de boeuf !", on penserait bien d'autres choses que les vastes richesses rhétoriques et conceptuelles qu'elle pourrait présenter. Et de renvoyer à son constat que tous les mâles du monde en veulent toujours au sexe des "faibles".
C'est à déplorer, mais j'ai toujours trouvé que la psychologie était une horrible tare dans l'herméneutique. Qu'on me dise que c'est un bien, et j'aurais l'air sceptique. D'ailleurs, Lelune, pourquoi as-tu fait RH, toi qui sembles peu à l'aise avec les implicites sociaux et qui pourtant devras les manier quotidiennement ?
Pour en revenir à ce que je disais... Oh, bien sûr, manger une côte de zèbre de Schrödinger n'est certainement pas un plat très fréquent, et je ne vais pas feindre un déplaisir, mais il faut quand même avouer que les métaphores dans la vie réelle et sociale sont très limitées, particulièrement lorsque l'ego des individus est en jeu. En RH, pas de fonction poétique, par exemple.
Il faut croire que chacun se prend, décidément, trop sérieusement.
Bref, sur ceux, lançons-nous sur la ratatouille.
(T'as vu là aussi je fais de l'humour... 😇 )

A-1°) Mh, une méthode intéressante mais j'ai quand même une observation : si tu passes ton temps à jouir de toutes tes petites perceptions, comme dirait Leibniz, tu as peu de disponibilité pour des plaisirs plus grands. Si demain je me dis, au hasard : "Jouissance des premiers étirements. Jouissance du premier pipi. Jouissance de l'ouverture du frigo. Jouissance de l'étalage du beurre sur une tartine pourtant jamais tout à fait proportionnée ni d'épaisseur constante. Jouissance à étaler uniformément le beurre malgré la physique granuleuse de la tranche de pain. Jouissance à parvenir à maintenir le support assez stable pour ne pas se retrouver à manger une tranche de pain (fait maison, je précise) en petits quarts. Jouissance à..."
Ah ! En prêtant attention aux détails, on risque aussi de relever les déplaisirs qui s'y glissent. Celui qui jouit de sortir les poubelles quand celles-ci ont été colonisées par de gros vers grouillants est ou bien un entomophage délicat, ou bien un réel fervent de la puissance naturelle, ou un miraculé domestique.
J'imagine que "si tu regardes longtemps la poignée de porte, la poignée de porte te regarde aussi", pour paraphraser Nietzsche. Mais les poignées de la poubelle ? N'est-ce pas déjà arbitraire de choisir les petites perceptions qui seraient a priori plaisantes ? Surtout qu'il faudra de toute façon les remotiver, leur insuffler une joie qu'on n'y trouve pas spontanément. La première fois que j'ai joui à l'idée d'en saisir une, c'est quand j'ai eu la taille requise, et mon cerveau n'a pas conservé ce moment en mémoire, ou du moins de manière accessible. Te souviens-tu de tous tes premiers émois, du premier moment où tu as eu un chat, du moment où tu as mangé une côte de boeuf, du moment où tu as vu chaque épisode de The Good Place ? Au fond, le stock de jouissances serait ensuite si imposant qu'à moins d'être un sac charnel continuellement dopé à la sérotonine, et socialement inconvenant, je vois mal comment le reste de la vie pourrait se dérouler.
Imagine-toi en classe : "Attends Arthur, tais-toi, je profite du moment où je prends mon stylo..."
Sans en revenir au cliché susmentionné, je te garantie que le pervers ne sera pas dans l'oeil de l'observateur !

(Note sur l'implicite, histoire d'être sûr : oui bien sûr, notre société trop réductrice saisit très mal les différents types de plaisir, et ramène ça à une seule forme de libido, ce qui est en effet en creux le sens de ma critique et de mes fleurs narratives)
(Note terminale : je n'ai pas parlé de la théorie des désirs chez Spinoza, car j'ai fait court)

A-1b°) Qu'espères-tu apprendre en "vivant de l'intérieur" ton conjoint, ton chat ou quiconque ? Quelles curiosités t'animent avant tout, car je suppose que ce n'est pas seulement l'usage pratique de la litière (pour les chats, hein, même si je ne peux être sûr à 100% pour le premier spécimen). N'avons-nous pas des personnalités déjà suffisamment riches pour avoir à désirer les ressentis d'autrui ? Et une trop grande sensibilité ne serait-elle pas une tare dans notre développement individuel ?

A-1c°) Oui, les 100 est une série officiellement plutôt "ado" mais extrêmement intéressante sur le plan politique, au sens large du terme, notamment en ce qui concerne les choix à faire pour soi et ses amis, la notion de "bien" et de "bien commun", et aussi comment, pour ainsi dire, ménager les susceptibilités et "manager" une équipe de survivalistes quand tout est à faire. Si tu as du temps et un mémoire à reporter, je te la conseille.

A-1d°) Faire pipi debout, le paradigme de l'expérience Abderian ? Ah, c'est tenter de vivre de l'intérieur la banale miction d'un rat de laboratoire, alors ! 😋 Il me faudrait donner je suppose des détails anatomiques qui paraîtraient sûrement étonnants ici, en particulier sur une forme de page personnelle de Lelune, où, si un journaliste venait à résumer l'histoire (en n'ayant lu que le centième de l'ensemble), ses gros titres diraient "Lelune veut faire pipi debout". Si tu y tiens et si la chose le mérite, je n'ai grande difficulté à disserter sur ce point, mais d'aucuns diraient que si c'est là la pierre de touche d'une relation interpersonnelle, la vieille expression qui touche à ce sujet verserait forcément dans la paillardise. D'où mon introduction, en partie, et cette question en creux : y a-t-il une indépassable interrogation psychologique sur les relations inter-sexes ?! Peut-être faudrait-il sur Internet aussi exiger le "sexe anonyme", et charge à quiconque de deviner si untel est d'un bord, d'un autre ou d'un tiers continent. Ce serait d'ailleurs amusant. As-tu une écriture féminine, ai-je des propos dignes de Rutebeuf (il jouait aussi de son patronyme, le coquin) ? Blâmons @Aurel de rester dans des schémas classiques et de sexualiser les partenaires de discussion ! 😋
Mais, plus sérieusement, puisque tu es en RH, avez-vous des cours ou des pratiques variables selon la composition des équipes ?


A-2°) Si un imbécile comme tu dis pris sur le fait de troubler le bien-être animal tombe sous ton regard tranchant, que feras-tu ? Ne voudras-tu pas le convertir, le civiliser ? Lui ôteras-tu le chef et les bras, pour t'assurer d'aucune récidive ? Et s'il venait à comprendre ton point de vue, ne pourrait-il devenir par repentance ton ami ? C'est là le principe que tu connais peut-être de l'existentialisme : les actes peuvent nous définir, et il n'y a peut-être des imbéciles que dans une situation donnée. Mais comment être sûr qu'ils le seront dans celles futures ?
A ce titre-là, tous les amis ne sont-ils pas des repentis de quelque chose ? Et ne peut-on estimer que chacun pourrait le devenir, moyennant une éducation à des valeurs communes ? Est-ce si impossible, comme, par exemple, le socialisme ?! 😱

B°) Que tu sois zèbre ou non, tiens-tu l'état pour une vertu, un don, une qualité ou un point qui légitime en effet l'arrogance, ou bien tout au contraire une tare, une aberration, ou la promesse douloureuse de maintes difficultés, y compris pour rejoindre WhatsApp ?

D°) Tu as des groupes qui sont de circonstance, mais de là en effet à avoir des groupes d'amis... Pffiou. Ceux qui arrivent à se retrouver le soir avec bières et pizzas me semblent avoir un Umwelt très éloigné du mien. Intéressante définition que celle de ta liberté dans le groupe ! Mais dis-moi, as-tu jamais osé demandé aux gens pourquoi ils ne t'intégraient pas ? Pour le WhatsApp par ex. ou pour d'autres choses ? Et dans le cas contraire, pourquoi ?

E°) Plus on réussit moins on a peur ? Oui, mais plus on a peur plus les choses semblent difficiles, et il devient donc plus difficile de combattre ses angoisses. De même, dans une vision pessimiste, comme tu pourrais l'indiquer, plus on triomphe plus les difficultés sont importantes, donc plus l'angoisse peut survenir. En somme : plus on agit moins on risque de réussir.
Une démonstration Shadok ou une réalité empirique ?! 😜

F-1°) D'accord avec toi sur le peu d'enthousiasme que peuvent livrer Pollock ou Kandinsky. De tous les arts, tu as cité la musique en premier : pourquoi celle-ci semble te procurer le plus évidemment quelque émotion positive ?
Tiens, as-tu jamais lu les poèmes de Walt Whitman, toi qui sembles maîtriser l'anglais ?

F-2°) L'art doit-il exprimer avant tout des émotions ou des idées ? Car s'il doit communiquer des émotions, quel besoin de perfection, si l'émotion reste de toute façon individuelle ? Et quelle perfection peux-tu trouver si l'émotion reste de toute façon frustre et passagère ? N'y a-t-il pas un hiatus (une dichotomie, comme tu t'y plais ! 😛) entre une oeuvre "éternelle" et l'émoi d'un instant ? Et comment être sûr que ce que tu juges laid aujourd'hui ne t'apparaîtra comme plus pertinent ou plus agréable quelques mois plus tard ?
Oh, l'art serait-il alors l'expression d'une guerre contre soi-même ?!

G°) Des pendules bloqués ? Peut-être comme Aragon le disait, "des heures arrêtées au cadran de la montre". Peut-être manquaient-ils d'énergie, d'amour-propre ou de réflexions pour continuer d'avancer ? Cependant, dans le système d'une entreprise, les objectifs de la structure priment sur ceux des individus, donc on retrouve un hiatus qui pose question : soit les individus coïncident naturellement, soit il faut les y forcer, contraindre, ou "faire appéter", pour en revenir à Spinoza. Ce qui suppose une torsion. J'ai toujours regardé le management avec un peu d'écoeurement, car il n'est pas une ressource humaine mais une application de grilles violentes avec des méthodes qui se voudraient douces. Tous ceux de ce pôle qui assuraient les recrutements et que j'ai rencontrés dans les structures privés... ah, je te laisse imaginer ce qu'ils ont pu penser de moi !
S'il y a des pendules cassés, je pense en trouver beaucoup dans ton département. J'espère que toi, comme disait Galilée, tu continueras de tourner !


Nul autre que moi ne te lira ? Je ne serais pas si catégorique. En plus, on a lettré nos paragraphes, donc les mémorialistes et les scientistes verront d'un bon oeil ce doux catalogue et cette joyeuse structure. Tiens, pour fêter ça, je récidive sémiotiquement : 🙂

I°) Bien, quelles intelligences serais-tu prête à reconnaître à tes chats ?
Si tu connais celles de Gardner par exemple, tu noteras que celles propres à caractériser le monde animal ou végétal sont assez délicates à assigner.

K°) Si tu crois en la réincarnation (ce qui convient à ton propos contre les imbéciles), as-tu toujours en tête l'idée que tes chats ont pu être des hommes, des asticots ou des axolotls ? Et l'état animal serait-il un état dégradé de la condition de l'homme, comme l'imaginaient beaucoup de théoriciens occidentaux des siècles passés (au nom par exemple du fait qu'un chat mâle ne saurait même pas faire pipi debout) ?

Lelunele 16 juillet 2020 à 09:32

@Abderian j'ai lu et te répondrais quand je le pourrais, l'obligation d'accomplir mon mémoire étant de plus en plus présente (première date demain, mais ce n'est que pour le retour amenant très certainement à des corrections car, encore et toujours, "sois plus pro") je vais tout de même essayer d'obtenir mon diplôme 🥴

Abderianle 16 juillet 2020 à 15:24

Aucun problème, et bon courage pour ton travail !

Samsonle 16 juillet 2020 à 18:25

@Lelune,
Oui, sur le moment j'ai été fasciné. Il m'a fallu plus d'une année avant de partager ces photos qui me questionnent toujours. (intimement je pense avoir saisi ce dont il s'agissait, m'enfin.. la Beauté se passe souvent de mots : on la voit ou pas.) C'est en ce sens que je te rejoins sur le "disons que ça fait réfléchir ?". Je suis heureux que tu aies apprécié les photos.
Bon courage pour ton diplôme.


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?