Presse, conférences et émissions

Ce qui distingue les femmes HPI

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Presse, conférences et émissions
  4. Ce qui distingue les femmes hpi
Ce qui distingue les femmes HPI
MAReadle 25 mars 2022 à 22:15

https://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2022/03/44007-ce-qui-distingue-les-femmes-a-haut-potentiel-intellectuel/

Kobayashile 27 mars 2022 à 12:24  •   78002

Merci, très intéressant !
Concillier HPI/HPE reste un challenge dans un monde de compétition. Ca concerne aussi les hommes...😉

Tethysle 27 mars 2022 à 15:30  •   78012

Bonjour @MARead et merci pour ce lien ! 🙂

N'ayant pris connaissance de ce fil que ce jour et faute d'avoir pu effectuer une recherche plus approfondie sur les diverses études sur lesquelles s'appuierait cet article, je vous propose un lien dont je vous reproduis un extrait ci-dessous :

https://overthe130.wordpress.com/2020/01/14/difference-entre-les-femmes-surdouees-et-les-hommes-surdoues/

"Les femmes surdouées présenteraient donc une hyper-excitabilité sensorielle et émotionnelle plus élevée comparativement aux hommes surdoués, et ces derniers présenteraient une hyper-excitabilité intellectuelle et psychomotrice plus importante que les premières.

Néanmoins (!), l'étude précise que ces résultats sont parfaitement cohérents avec les résultats d'études sur la socialisation genrée, qui ont démontré que l'on socialise différemment les filles et les garçons.

Par exemple, on encourage (ou tolère plus facilement) les comportements remuants, exploratoires, mobilisants le corps chez les garçons, quand on encourage les filles à demeurer immobiles et à se (pré)occuper des autres et de leurs bien-être, encourageant ainsi l'introspection (et donc la connaissance et l'expression des émotions).

Cela mène a de meilleurs performances chez les filles et femmes en expression et gestion des émotions, en relations sociales (en général), en des comportements quotidien, et des croyances (par exemple, en général une plus faible estime de soi chez les filles et femmes, une moins grande confiance en leur capacités) différents de ce que l'on peut trouver chez les garçons.

La ou les différences entre hommes et femmes surdoué·es ainsi démontrées, semblent bien plus être la conséquence de procédés de socialisation différenciés selon les genres, que celle de la douance elle-même."

Kumole 27 mars 2022 à 16:47  •   78017

+1 avec @DéesseNymphe sur la construction sociale du genre.

@Kobayashi,
A ceci près que, dans notre représentation culturelle du "genre", le "pack" (hpe/hpi/aspi/apie/autre) sera à 50% un facteur discriminant chez le mâle sapiens.
Il le sera à 90% chez la femelle sapiens, qui, bien malgré elle, a déjà un facteur discriminant au regard de notre société.

[hors-sujet]
Pour rappel, quelques facteurs discriminants en vrac, en bref, liste non-exhaustive, liste en desordre, tous droits réservés, toute ressemblance avec des êtres existants ou ayant déjà existé, etc. etc.
- le sexe féminin (et, de même voire encore plus ceux qui ne naissent pas avec un sexe biologiquement "évident", et ça concerne environ une naissance sur mille),
- le genre (dans le cas expressément où il ne correspond pas au sexe biologique),
- la sexualité (autre qu'hétéro cys)
- la couleur de peau (autre que blanc alpha),
- la sillhouette,
- le nom de famille,
- un handicap visible,
- un handicap invisible,
- un élément du package cité plus haut,
- etc.
[/hors-sujet]


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?