Presse, conférences et émissions

George Orwell, Aldous Huxley : "1984" ou "Le meilleur des mondes" ?

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Presse, conférences et émissions
  4. George orwell, aldous huxley : "1984" ou "le meilleur des mondes" ?
George Orwell, Aldous Huxley : "1984" ou "Le meilleur des mondes" ?
MAReadle 14 novembre 2020 à 02:23

Orwell and Huxley

Id41le 14 novembre 2020 à 06:06   •  

Les likes gérés par une IA formatée sont un bon instrument de censure. (On crée un phénomène de masse sur des sujets spécifiquement mis en avant par les moteurs de recherche.) D'abord on met en avant, ensuite on like...

Vive la pensée unique !
Suivre c'est penser.

Clivele 14 novembre 2020 à 08:58   •  

Lelunele 14 novembre 2020 à 11:12   •  

Intéressant 🙂

Paradoxchvalle 14 novembre 2020 à 12:24   •  

Quand on a les moyens pourquoi ce priver d'une solution qui peut faciliter la fin, un bon mix des 2 conviendra. Depuis que ces bouquins sont sortis les futurs maîtres du monde on surement eu des inspirations à les lires, relires et trouver quelques belles améliorations.
Je vais regarder la vidéo (et je me dit que c'est toujours ceux qui devraient regarder qui le font pas), même si c'est pas bon pour ma sérénité.

Nevromonle 27 novembre 2020 à 09:05   •  

Pourquoi les opposer, en effet? Ils ont tous les deux "raison", je trouve.

Heirrynnle 30 décembre 2020 à 09:51   •  

Il sont juste complémentaires dans leur vision du monde

Amarle 30 décembre 2020 à 14:46   •  

Les histoires de ces 2 livres sont complémentaires c'est vrai, mais ce que montre ce documentaire est surtout les histoires et les personnalités diamétralement opposées de Huxley et Orwell.
Ils sont si différents et finalement si visionnaires sur un sujet d'une éternelle actualité : comment asservir les peuples ?

Bouhhle 30 décembre 2020 à 18:01   •  

Ça fait un petit moment que les dystopies nous annoncent le monde tel qu'il advient. Ces deux visionnaires ont eu tous les deux raisons, ce reportage le fait bien remarquer. Mais le côté "ça vient bientôt chez nous, les chinois sont les pires" m'énerve un peu. Le techno-monde est partout. La loi 'sécurité globale' en est la preuve flagrante, ce n'est que la première partie d'un plan en trois étapes. La polémique sur le floutage des flics n'est que la partie médiatisée pour faire oublier le reste. Un amendement, et le reste de la loi passe. Classique. La surveillance de masse est bel et bien partie. Macron, en bon VRP du techno-monde, ne va pas décevoir ces commenditaires.

Bouhhle 30 décembre 2020 à 18:07   •  

Pour mieux connaître la mouvance anti-industrielle : les éditions de l'Encyclopédie des Nuisances.

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ditions_de_l%27Encyclop%C3%A9die_des_Nuisances

Heirrynnle 31 décembre 2020 à 08:04   •  

Ta une belle approche du sujets Bouhh

Bouhhle 31 décembre 2020 à 13:17   •  

@Heirrynn
merci, ouais, je sais. Autant je peux gloser sur plein de sujets sans forcément croire à mes théories, autant sur celui-là, le capitalisme mettant en place un régime autoritaire pour écraser les contestations et éviter le crash, pour maintenir l'ordre et continuer à s'enrichir sur le dos de la population mondiale et préserver leurs intérets sans plus rien préserver d'autre, je suis incollable. Et quand ça ne suffit plus, une bonne guerre...
Le dernier exemple flagrant c'est le printemps arabe totalement squizzé par Daech, quand l'Arabie Saoudite et le Qatar ont lâcher les chiens (le Qatar, entre autre exemple, a libéré 4000 prisonniers islamistes (Pierre Conesa) ). Ils n'ont pas fait dans le détail ni dans la subtilité. Ça montre jusqu'où le capitalisme a peur des revendications sociales quand elles prennent de l'ampleur.
La première guerre mondiale a éclaté dans un contexte de misère et de révolte. La France envoyait au front les gens des régions les plus touchées par le chômage de masse aux côtés des colonisés (Magred et Afrique Noire) (300 000 bretons morts au front).
Hitler a, entre autre, été financé par les gros de la finance et de l'industrie (Morgan, Ford, Thysen, ... ). Et c'est encore Ford qui a armé Franco (chars et aviation) contre l'autogestion généralisée qui prouvait que ça peut marcher (Orwell, tiens donc).
Pour l'instant, leur travail est d'éviter la guerre, je veux dire, tant que le contrôle des masses et la coercission, les lois répressives, etc, seront efficaces, ils éviterons.
Et avec les progrès techniques, l'efficacité devient vraiment redoutable. Un grand chef des services secrets français a démissionné, il y a quelques années déjà, parce que surveiller tout le monde (l'accès à toutes les communications des gens) était contraire aux principes républicains). D'aprés lui, nous sommes passés de la présomption d'innocence à la présomption de culpabilité de tout le monde.
Et puis, Staline, Goebbles ou la stasi rigoleraient bien s'il pouvaient nous voir de l'au-delà, les gens achètent eux-même leurs micros, leurs caméras et leurs pisteurs, ça s'appelle un ordi ou un téléphone portable.
Et ils ne s'en cachent pas, le coup de la loi sécurité globale comme premier stade d'un faisceau de lois répressives d'un plan en trois actes, ça se lit dans Le Monde.
Et je vous conseille le thinkerview de Langlois et (je sais plus), ces flics démissionnaires qui préviennent que le lâchage des chiens de garde dans les manifs et autres occupations ne fait que commencer. Sans parler de la militarisation de la société.

Ça c'est le côté Orwel, voire K.Dick. Je vous passe le côté transhumisme et les lois françaises sur la bioéthique, ou la puissance des boites pharmaceutiques et la répression des excentricités. C'est le côté Huxley qui est déjà bien dépassé.

Un truc totalement éloquent sur ces sujets, c'est le discours de Macron au Sénat américain il y a quelques années : informatique, pharmacie, armement, agro-alimentaire. Les nouveaux piliers du complexe militaro-industriel.

Et à propos de K.Dick, tiens. Dans l'intro d'un de ces bouquins (faudrait que je cherche lequel mais mes livres sont encore dans des cartons), il nous donne une petite note d'espoir en affirmant qu'il y aura toujours des jeunes qui crèveront les pneus des bus qui nous amènerons dans les camps. C'est déjà ça.

Beppele 08 février 2021 à 22:44   •  

La note d'espoir "cachée" dans l'ouvrage "1984", comme fait remarquer Thomas Pynchon, est la "postfaction" imaginaire, qui se situerait dans un temps encore plus loin dans le futur, où un auteur inconnu expliquerait le fonctionnement de la novlangue de façon transparente et factuelle, comme un présage d'une nouvelle époque où il serait à nouveau possible affirmer des faits historiques, plutot que des mensonges ; et où la terrible situation décrite dans le roman aurait pris fin, en pouvant être évoquée comme si elle appartenait à un passé.


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?