Vous avez dit... atypique ?

Amis APIE, vivons happy !

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Vous avez dit... atypique ?
  4. Amis apie, vivons happy !
Amis APIE, vivons happy !
Tomto32le 06 septembre 2021 à 23:21

Petite remise en question personnelle depuis plusieurs semaines, voire de longs mois en fait.

A mon âge , je possède des biens matériels, un boulot, des revenus, une stabilité, et il parrait que c'est enviable d'après mes anciens, mais je ne le vois pas de cet oeil. J'ai l'impression de passer à côté de ma vie. Cette sécurité m'oppresse, j'ai des envies d'ailleurs, en ce moment les offres d'emplois affluent, c'est alors que je me résonne en repensant à cette (infernale) sécurité, ce besoin de tout contrôler dans ma vie, d'être maître du jeu en quelques sortes : car c'est ce que m'apporte cette sécurité.

Me suivez-vous ?

C'est là que le cercle vicieux s'installe.

Je n'ai jamais été aussi heureux que depuis les vacances de cette année où tout était prévu quelques heures seulement à l'avance (voire au dernier moment), tout était indécis, pas de routine bref, j'ai enfin la pièce du puzzle qui me manquait pour, peut être, vivre heureux en vivant, tout simplement.

Est ce vraiment bon au fond de vivre au jour le jour toute sa vie ? Est ce tout simplement possible sur long terme ?

Il y aura sans doute autant d'avis que de membres, c'est ce que j'ai hâte de le découvrir ! 😄

Ambre31le 06 septembre 2021 à 23:38   •  

Et bien je dirais que comme plus ca va et moins j'arrive a me contraindre à faire quelque chose que je n'ai pas envie de faire, j'anticipe de moins en moins pour me laisser la liberté de choisir en fonction de mon ressenti du moment. Après ça peut empiéter sur la liberté des gens que je côtoie.

paradoxle 07 septembre 2021 à 00:05   •  

J'ai quitté travail,appart', amis et famille à 22 ans. Je n'ai que très rarement prévu ma vie au-delà de trois mois et encore, quand j'avais des projets bien précis. Pendant 28 ans. Au grès de mes envies, de mes rêves même, je pourrais dire. Je ne regrette vraiment pas grand chose même si tous mes fantasmes n'ont pas abouti. Beaucoup en collectif avec mon camion comme bulle de solitude. Je me suis confronté à plein de gens, plein de situations et en fait, dans ce chaos constructif, j'ai appris aussi ce que je ne voulais pas, ce que je ne voulais plus, expérience après expérience. Les envies s'affinent avec le temps. Je me suis bien assagi avec l'âge. N'empêche que je n'ai rien de prévu d'autre pourtant l'instant que de vivre un peu seul, faire le point, préparer un nouveau set de mon solo basse et j'ai deux bouquins à peine commencés en suspend total. Mais je ne mets pas de timing, on verra bien.
Je procrastine sur pas mal de truc d'ailleurs, il serait temps que je me remette un coup de pied aux fesses, tiens ! C'est ça qui fait avancé.

zozottele 07 septembre 2021 à 13:14   •  

Autant d'avis que de membres oui, c'est la force d'APIE !
Il y a quand même quelque chose qui rentre en jeu la dedans, c'est les enfants.
Je ne sais pas si tu en as @Tomto32, mais ça change forcément la donne.
On est obligé de voir à long terme quand on en a.
Dans chaque vie il y a des avantages et des inconvénients.A nous de savoir ce que l'on veut vraiment,au fond de nous même,et de trouver l'équilibre entre sécurité et aventure.
Mais je crois aussi que l'on a tendance à croire que l'herbe est toujours plus belle chez le voisin.Cest un truc qu'il faut arriver à se défaire je crois.
Les coups de pied aux fesses oui!
Pour avancer, comme pour pour aimer ce que l'on a déjà.

Patunetale 07 septembre 2021 à 13:21   •  

Ah le @Tomto32 ! Enfin des nouvelles de toi ! Lol
voici un été qui t'a semblé fructueux et intense, génial
je ne te donnerai pas de réponses malgré ma sagesse légendaire de vieille HPi (lol) mais j'ai envie de te dire qu'il n'y a pas de "bon" moyen de vivre sa vie en particulier, si tu es plus "heureux" sans prévoir, eh bien ne prévois pas, si certaines choses s'arrangent mieux d'être prévues pour toi prévois-les.... tout est possible ! Vis quoi ... 😉

Clivele 07 septembre 2021 à 14:03   •  

Bah, je vais arriver, une fois n'est pas coutume, comme le pavé dans la mare (ce qui, cela dit, reflète bien mon niveau en natation).

Mais, la "dictature" du bonheur, bah, what da f*ck ?
Il y a une injonction assez folle dans notre société. C'est le devoir d'être heureux. C'est une obligation. Un objectif, total. Ca tombe bien, ça colle avec l'autre objectif sociétal : être productif. Si tu n'es pas heureux(se), c'est que tu ne fais pas ce qu'il faut (injonction "productive") ou tu n'as pas ce qu'il faut (injonction consumériste).

Pour moi le bonheur ne se calcule pas, ne se programme pas. J'appelle cela un "incident heureux", ou un "accident heureux". Ca arrive, et voilà. Mais, chercher le bonheur, ça reste le meilleur moyen de ne pas le trouver.

Anyway, je ne dis pas non plus qu'il faut être malheureux, et le crier sur tous les toits, et se complaire dedans. Il y a des profils de gens comme ça, qui n'existent que par ce qui ne va pas chez eux ou en eux, et qui n'existent que par l'énumération exhaustive et répétitive de ce qui n'est, au fond, qu'un état de fait.

Donc, se réaliser soi, réaliser ses désirs profonds (et je parle de trucs qui inspire notre âme, notre esprit, notre particularité, rien de sexuel là-dedans, je dis ça pour les vils faquins ou les prudes de services, oui oui je vous vois là planqués derrière vos écrans), même si ça ne colle pas au projet que la société, les autres, notre entourage souhaite à notre place. Tant que c'est en respect, et bienveillance, de soi et des autres.

Après où la réflexion est tout de suite moins simple, c'est qu'on a aussi souvent des profils à avoir besoin de, repères, sécurité, habitudes, rituels. Quelque chose qui nous rassure face au chaos et à l'imprévisibilité du monde. Encore plus pour certains aspies, notamment avec des traits autistiques. Pour les autres, c'est en sortant de sa zone de confort, qu'on apprend le mieux à se connaître, soi.

paradoxle 07 septembre 2021 à 14:27   •  

Je sens qu'il va être riche ce fil, ce début n'augure que du bon.

"Les sirènes typiques ont peut-être bien chanté en lui les louanges de la juste mesure et de la raison gardée, mais c'est son désir d'écrire son propre récit, de tracer sa propre route, qui fut le plus fort.
Il n'y a d'autorité que du sujet en ce qui concerne son propre récit, et cette autorité est fonction de l'autorisation qu'il se donne à lui-même. Assumer jusqu'au bout son désir et qui l'on est, être à l'écoute de son intuition profonde, de sa boussole intérieure, de ses émotions, envers et contre tous les récits, familiaux, sociaux, c'est embrasser la solitude fondamentale de l'auteur, celle qui autorise à fonder son propre récit, de "source sûre". Car la source la plus sûre de tout récit subjectif, c'est, en effet, le sujet lui-même".

C'est mon passage préféré du chapître "Sortir du cadre : ni dieu ni maître", de Les surdoués et les autres, de Carlos Tinoco et consors.

Allez, qui d'autre nous raconte le récit qu'il s'est écrit ?

Sinon @Tomto32 , à la question "est-ce possible sur le long terme de vivre au jour le jour le jour ?", j'ai juste envie de dire "tu verras bien !".

Terencele 07 septembre 2021 à 18:32   •  

Je te fais grâce du couplet sur ces biens qu'on collectionne et qui finissent par nous posséder et sur l'idée que notre besoin de sécurité marche main dans la main avec la peur de la perdre mais il y a malgré tout quelque chose d'essentiel derrière ces vérités d'évidence, c'est que la plus grande protection c'est le plus grand dénuement, plus on cesse de s'attacher à la sécurité matérielle, moins on a peur et force est de constater que là où il y a moins de peur, il y a plus de joie, ou d'amour, mais c'est la même chose, comme ces ballons qui remontent spontanément à la surface quand on cesse de vouloir les maintenir sous l'eau.

Juliette...le 07 septembre 2021 à 18:57   •  

Je suis comme allergique aux choses qui doivent se répéter incessamment. Par exemple, en partie grâce à toi Tom, et surtout à @Ambre31, et aux chansonnettes que nous avons poussées ensemble, je me suis enfin décidée à rejoindre une chorale. Un peu stressée, certes, de me dire que je vais chanter devant des inconnus mais, nous chanterons ensemble alors, pas si stressée que ça. Non, ce qui m'embête le plus, c'est de m'inscrire dans un truc qui va me demander d'être là, au même endroit, chaque semaine à la même heure. Ca me fait presque paniquer cette idée de devoir être régulière. Alors, j'espère que le plaisir sera tel que le temps me semblera long entre deux séances...
Mais, en effet, se sentir bien là où on est, à sa place, ne nécessite pas de richesse matérielle. Et, se laisser guider par ses envies, c'est vrai, c'est un vrai luxe.

Erlenmeyerle 09 septembre 2021 à 13:06   •  

"(infernale) sécurité, besoin de tout contrôler" : ça me parle !
Le truc je pense c'est qu'on ne peut pas savoir, évaluer une situation sans la vivre.
Personnellement, j'ai effectué un petit changement récemment dans ma vie. Ce n'était pas une réussite mais je ne regrette pas car je n'aurais jamais su que ce n'était pas ma voie si je n'avais pas essayé. Pour la sécurité : j'avais prévu un retour en arrière possible.
Tu as un revenu (donc des économies ?), des biens, une famille. Tu peux sans doute te lancer, vivre au jour le jour à temps plein, en sachant que tu pourras toujours rebondir si besoin.

Tomto32le 10 septembre 2021 à 22:43   •  

@paradox ce que tu dis au sujet de s'accepter afin de se sentir bien, je pense en effet qu'une des clefs pour se complaire dans sa vie est là! Ca se fait petit à petit, depuis le début de cette remise en question à l'automne dernier. Aujourd'hui, je m'assume davantage, et me sens déjà beaucoup mieux : plus de rire, de taquineries autour de moi à toute heure de la journée, de blagues. Donc belle remarque!

@zozotte obligé de voir loin devant et aussi d'avoir une routine pour qu'ils se développent avec des repères stables, c'est ça? Mais au fond, est ce vraiment une routine ennuyante que celle d'élever ses progénitures, de les voir grandir et évoluer ? Combien d'enfants as tu? Et comment te sens tu dans cette vie ?
Il y a un autre sujet qui s'y rapproche, c'est comment réussir à vivre en couple lorsqu'on est HP? Mais il doit y avoir déjà un topic là-dessus ça me parle.

@Patuneta un plaisir de voir que tu te retrouves dans ce forum au point de venir y faire un tour ! J'ai mis un moment avant de poster ce fil en me disant comme toi justement : "vis! Au pire tu feras choux blanc et c'est pa grave ahahah " 😉

@Clive bien la dissertation synthétique sur le bonheur 😄 par contre, ce n'est, pour moi, pas un but, mais un résultat. Un résultat car le mode de vie qui nous correspond pleinement nous y tourne automatiquement. Une obligation de l'atteindre? Non, mais si tu ne fais pas les choses par plaisir, tu ne risques pas d'être heureux dans ta ve (vision générale avec le "tu"). Je pense en effet que nos fonctionnement nous contraignent à établir des rituels, presque des tocs en fait, afin de se sentir bien. Par exemple, qui comme moi range toujours ses surligneurs dans l'ordre des couleurs froides vers les couleurs chaudes (ou vice-versa? Si je ne le fais pas, ça me bloque par exemple et je focalise dessus, alors autant le faire d'entrée 😬 )?

@Terence carrément la peur de perdre, tout simplement. Ou de se perdre. C'est relatif à la sécurité encore une fois.
En fait, ta réflexion peut amener à un autre sujet : celui de la peur de l'avenir, des angoisses. Quand on y pense, la vie ne tien qu'à un fil : on peut tout perdre du jour au lendemain : un accident de voiture, une perte d'emploi, ou autre. Du coup je suis en train de lire Le pouvoir du moment présent d'Eckhart Tolle pour apprendre à savourer l'Instant.
En me relisant, j'ai l'impression d'être limite hors sujet, en m'étant attarder sur un mot en particulier ( [...et sur l'idée que notre besoin de sécurité marche main dans la main avec la peur de la] "perdre" ). Mais en fait non, ça permettra peut être de rebondir sur autre chose 🙂

@Juliette... Je te souhaite de vraiment y être heureuse, et que ce bonheur fasse disparraitre la contrainte de la fréquence des séances de chant! Je note en revanche que tu vies à l'inverse d' @Ambre31 qui ne semble plus supporter les contraintes calendaires. C'est bien ça Ambre? Si j'ai bien suivi, je comprends tout à fait ce que tu ressens, j'aurais dû m'inscrire à un club d'échec en septembre, mais je n'irai sans doute jamais, car la routine est l'objet de mon principal dégoût : besoin de nouveautés sans cesse, l'ennui au travail, ça me suffit amplement, bien qu'un nouveau challenge se mette en place (avec le contrôle de travail de collègues preque 2 fois plus âgés que moi, et je crois qu'ils n'aiment pas ça 😵 ), ALLELUIA!!! 😀
Enfin bref Juliette, fais attention à ne pas chopper un urticaire en chantant 😜

@Erlenmeyer plein de petites choses aboutissent à de grandes choses! Donc as-tu fait machine arrière ? As tu d'autres projets de changements? (Il parait que la vie sourit surtout aux audacieux(ses) )

Merci à toutes et tous pour vos superbes réponses! Et excuser mon délais de retour si ample cette semaine était chargée à bloc! Et puis si j'oubli de répondre à un point qui vous semble important, relancez-moi dessus : je suis juste nul en synthèse 😇

Ambre31le 10 septembre 2021 à 23:04   •  

Oui @Tomto32, c'est quelque chose ça. Ne plus vouloir/pouvoir agir en me contraignant, comme une décision intérieure (un peu indépendante de ma raison🙂 mais apparemment bien plus forte) de me recentrer sur mes élans de vie.

Au passage bravo pour ce qui ressemble bien à une jolie promotion. Mais ma petite voix me dit de te dire "garde toi bien de porter la responsabilité des autres 🙂, ou de t'éloigner de tes propres envies" 🙂 !

zozottele 11 septembre 2021 à 08:32   •  

"obligé de voir loin devant et aussi d'avoir une routine pour qu'ils se développent avec des repères stables, c'est ça?"

Oui, c'est tout à fait ça,voir loin pour qu'ils puissent se développer.

"Mais au fond, est ce vraiment une routine ennuyante que celle d'élever ses progénitures, de les voir grandir et évoluer ?"

Ha non,ce n'est pas ennuyant du tout,bien au contraire.Les élever et les voirs grandir c'est beau, enrichissant et même salvateur.
Enfin je dis "les",mais je n'en ai qu'un,pour te répondre.
Quand nous n'avons pas d'enfants on nous dis "c'est pour quand",et quand on en a un,on nous dis "faut faire le deuxième".
Conclusion,ne pas faire de plan de vie en écoutant les autres !😀
Sinon, comment je me sens dans cette vie?
Apaisé et serein je crois.
Jai un petit cocon familial, j'ai un travail ou je ne m'ennuie pas car je ne fais jamais la même tache,et j'y suis respecté.
Tout ça n'a pas de prix je crois,et le bonheur,je le prend dans les petites choses du quotidien.
Pour moi,il est sous notre nez,et apparaît bêtement quand nous arrêtons de le chercher.
Quand nous ne nous demandons plus ce qui est le mieux pour nous, parce que nous comprenons que la vie, il faut la savourer à chaque instant.
Peu importe de vivre une vie d'aventure ou non,quand tu es bien dans tes baskets,tu le sais,et tu savoure.
Et à te lire,tu n'es pas si mal non?🙂

Tomto32le 11 septembre 2021 à 11:35   •  

@Ambre31 merci! 😄

C'est maintenant que je me rends compte à quel point je suis chiant et pinailleur dans le travail (hummm que là-bas? 🙄 😬 😵 )

Il y a une collègue, qui est mon amie avant tout, et notamment depuis avant qu'elle ne soit venue me rejoindre dans l'entreprise (je vais l'appeler S.), et S. est sans aucun doute elle aussi rayée (une enseignante soupçonne son fils d'être zèbre, les chiens ne font pas des chats, je lui en parlais déjà pour elle bien avant qu'elle apprenne ce soupçon sur son gamin... Mais une erreur est toujours possible. Enfin ça parrait tellement évident quand on est sensibilisé sur le sujet que... bref), mais alors avec toutes mes remarques et annotations, son émotionnel grimpe et S. à envie de pleurer presque à chaque fois, c'est vraiment difficile de se réguler soi-même pour s'adapter aux autres, d'autant plus qu'elle avoue ne pas aimer être contrôlé par un "petit jeune" (revient encore le sujet de la remise en question, le doute permanent, ici sur la capacité à transmettre un message de bienveillance malgré les remarques [rien que ce terme est à mon sens péjoratif, d'entrée 😬 ] afin qu'elles prises en compte sur le long terme).

Il ne faudra pas oublier de remercier ta petite voix pour ces conseils précieux 😉


@zozotte vivre sa vie sans se laisser influencer je comprends ça ahahah!

" [et quand on en a un,on nous dis "faut faire le deuxième"] " Ca doit être dur de subir cet "assaut", car vous mêmes ne vous êtes (peut être) pas projetés dans la conception d'un deuxième, et de se sentir "contraint" (je mesure le poids de mes mots, d'où les guillemets qui les enlacent) de se conformer aux attentes de la famille ou des amis?

Pour tout te dire, ce fil fait l'objet d'une remise en question au mois d'octobre/novembre l'année dernière : migraines à gogo, stress, pas aimable envers mon entourrage, je pense que tout cela traduisait un mal-être profond. Mêlés avec d'autres problèmes plus persos, l'ensemble m'a fait remettre en question mon mode de vie.
Car avant tout n'était que corvée, aucun plaisir nulle part, même mes passions faisaient me sentir corvéable.
A mes débuts en tant qu'arbitre de foot, un observateur m'a dit "Thomas, calmes toi et prends le temps de vivre", c'était le 03/11/2016, je n'ai jamais oublié ces mots. Ils sont même devenus un crédo.
Aujourd'hui j'essaye de baser ma vie sur la notion de "plaisir", car quitte à "être" autant "être bien". Donc franchement oui aujourd'hui moralement ça va, je pense avoir trouvé un équilibre, mais j'essaye toujours d'augmenter cette dose de bien être (en tâtonnant, un peu comme disait @Erlenmeyer ), d'où la question sur vivre sa vie au jour le jour, est ce possible sur le long terme, et quels en sont les bénéfices ressentis par d'autres comme nous qui ont déjà adopté ce mode de vie 😉


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?