Vous avez dit... atypique ?

Honte

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Vous avez dit... atypique ?
  4. Honte
Honte
Gwenouillele 03 août 2021 à 22:41

Hello à tous,

On parle beaucoup de l'amour, de la colère, de la déception ou de la tristesse, mais très rarement de la honte. Pour moi c'est un sentiment qui génère beaucoup de frustration. J'ai du mal à la gérer. Qu'en est-il pour vous ? Y a-t-il des situation où vous avez réellement eu honte ? Pourquoi ? Et comment avez-vous fait pour passer outre ?

Petidouakipule 03 août 2021 à 23:09   •  

La honte est un symptôme; souvent elle prends source d'une mauvaise confiance en soi qui elle même vient d'une douleur plus profonde... Je te comprends tout à fait, maintenant à ce jour je suis une sans-gêne totale, même si je peux ressentir beaucoup de sensibilité par rapport au comportement d'autrui.

j'ai passé mon adolescence à avoir honte de tout, même de mon propre existence. Je ne savais absolument pas comment la gérer, ni quoi en faire. Je ne comprenais pas ce que les gens pouvaient avoir contre moi. Quoi que je fasse, on me traitait comme de la merde.


Donne peut-être un exemple, une anecdote. Ça pourrait mieux illustrer ta demande de conseils.

Ambre31le 03 août 2021 à 23:19   •  

La honte ? oui, je vis avec depuis des dizaines d'années et en sortir est sans doute un des trucs les plus difficiles à faire.
Ma psy m'a apporté un point là-dessus que je trouve très intéressant. La honte est une manière d'avoir le contrôle sur une situation que l'on subit. Si on m'amène à faire quelque chose que je ne veux pas, le fait d'en avoir honte me donne le pouvoir de penser que j'y suis pour quelque chose. Je prends la culpabilité de l'autre pour au moins avoir ça, sinon, je suis tellement vulnérable et impuissante.
Et donc pour se défaire de la honte, en tout cas dans mon cas, il faut accepter cette vulnérabilité, cela va aussi avec me rendre compte que je sais me défendre. Pas facile, facile, mais quand on y arrive, on se sent tellement plus léger 🙂!

Petidouakipule 03 août 2021 à 23:21   •  

@Ambre31 je te rejoins totalement 🤘

Gwenouillele 04 août 2021 à 19:47   •  

@Ambre Intéréssant le point de vue de ta psy, je n'avais jamais vu les choses de cette façon là, mais si on arrive pas à acccepter le fait qu'on soit vulnérable, on fait quoi ?
Idem si c'est pour nous faire réaliser les limites, est-ce que ça veut dire que ce sentiment n'est pas normal et qu'il faille forcément s'en soustraire ? Est-ce que ça signifie que dans l'idéal on devrait tout savoir faire sans honte ? Et que du coup on peut tout faire ?

Ambre31le 04 août 2021 à 20:21   •  

Et bien je pense @Gwenouille que ressentir de la honte quand on a réellement fait soi-même quelque chose qui ne correspond pas à nos valeurs, règles ou repères, c'est adapté, mais ressentir de la honte quand on fait mal, parce qu'on est en train d'apprendre ou qu'on a été amené à faire un truc qu'on ne voulait pas, ça vaut le coup de résoudre ça. Et je pense vraiment que pour accepter d'être vulnérable, il faut d'abord ressentir qu'on a développé des forces, ailleurs. Je veux dire se rendre compte qu'effectivement, cette fois là, où dans ces circonstances-là on a été vulnérable, mais que par ailleurs, on a appris à se défendre à réagir, et qu'aujourd'hui on n'est plus ni dans cette situaiton là, ni cette personne là qui était vulnérable. Donc on accepte notre vulnérabilité en même temps que les forces en nous qui nous permettent de nous protéger.

Astile 05 août 2021 à 20:02   •  

@Gwenouille sujet intéressant. Et Ambre31 apporte pleins d'éléments pour lesquels je suis d'accord.
La honte est un sentiment complexe (et non pas une émotion) je pense, à la fois un mélange de jugement de soi, de colère envers soi et de sentiment de rejet. Alors, même si ce sont les autres qui nous jugent, rejettent, au final c'est nous qui permettons de nous laisser en position de victime. Alors que les autres, nous font un cadeau : ils nous permettent de nous rendre compte que nous nous jugeons, que nous nous rejettons, que nous avons de la colère envers nous. La projection sur les autres est toujours tellement plus facile que de se remettre en question. Mais attention, là encore, il n'est pas question de se juger. Il s'agit de prendre conscience de ce qui se passe pour nous et ce qui peut faire lien avec des blessures ou des angoisses (rejet, isolement) ou des jugements (croyances, exemple : "De toute façon, je suis nul(le) ou jamais assez..."). D'ailleurs, il s'avère que la vie(ou nous-même) nous mets toujours dans des situations pour nous donner raison (Si je suis nul, je vais me mettre inconsciemment dans une situation où je vais être en échec), mais ce n'est pas pour nous faire souffrir, c'est justement pour qu'on apprenne.
Alors oui, l'acceptation semble être la voie : accepter d'être faible, vulnérable (et il paraît que c'est une force mais pour ce coup, j'en ai pas encore fait l'expérience), choisir de ne plus se juger (ingrédient de la honte), de ne plus dépendre du regard des autres (et donc être capable de dire non ou de quitter des gens qui ne nous conviennent pas et donc être capable d'être avec soi seulement et le goûter, du coup ne plus subir l'angoisse du rejet (autre ingrédient de la honte) ou de l'isolement). Choisir de ne plus être une victime et vivre chaque expérience désagréable comme un cadeau pour dépasser ses peurs, blessures, angoisses (ou pour apprendre à se connaître et faire des choix).

Surderienle 06 août 2021 à 09:36   •  

@🤔

Je pense qu'on peut avoir honte et subir cette honte qui devient paralysante et porte à fuir...afin d'oublier cette honte.
Ou l'on peut ressentir cette honte et travailler dessus.

Tu me ferais honte de me faire honte.

Mais ce ne serait qu'un petit incident de parcours dans notre relation...

😉

Laurent...le 06 août 2021 à 13:23   •  

L'humour ! (Revoilà le clown qui pointe le bout de son nez...).
Par là j'entends l'auto dérision, arme redoutable pour désamorcer toute situation délicate !
Exemple concret : je suis mauvais au bowling, mon tour arrive, j'annonce un lancé formidable avec effet sur la boule (qui implique un Haka particulier), je prend note de la température du sol (très important pour la glisse), je demande à mes camarades de respirer moins fort (une forte respiration peut créer une perturbation atmosphérique qui dévierait sensiblement ma trajectoire), bref, j'en fais des caisses... Ainsi on rigole déjà de mon proche tir désastreux, si bien que peut importe le résultat, j'ai décidé moi même d'installer ce "climat de honte/d'incompétence" avant même de l'avoir provoqué. Alors de quoi rigolerons mes camarades, de mon arrogance, de mon tir, des deux ? Tout dépend du talent déployé pendant ma "mise en scène". Ou avant de tirer, tu peux demander à ton camarade le plus proche de reculer un peu, car la dernière fois que tu as tirer une boule, 3 personnes sont parties à l'hôpital, ... L'auto dérision ! Provoquer une situation embarrassante par l'esprit, et non par l'acte.
En ce qui concerne la confiance en soi...et si tu mettais sur papier des choses dont tu es fière d'avoir réalisé ? (Je ne l'ai jamais fait sur papier, mais je fais parfois cet exercice dans ma tête). Dans ma liste tu pourrais trouver : avoir tenu le rôle principal dans "l'opéra de la lune" à l'âge de 10ans devant + de 1000 spectateurs, l'ascension du mont blanc, ...etc... Et toi ?
Parfois je repense à ces choses, et même si ça ne fait pas de moi quelqu'un d'exceptionnel, je suis fière et content de l'avoir réalisé.
Mais je dirais qu'en fait, si, je suis qqun d'exceptionnel, comme tout le monde en fait, comme toi 😉

Après tout cela n'est que théorie, et une méthode si elle convient à telle personne, ne conviendra pas forcément à une autre, entendons le.

Je vais finir par une phrase bateau :
- "Larguez les ammares et hissez la grande voile !"
Ah non, c'est pas celle là,
L'échec est le meilleur chemin sur la voie de la réussite, acceptes de te donner la chance de réussir 😉 (oui je sais, plus facile à dire qu'à faire).
Et encore une de Audiard : bien heureux les fêlés d'esprit, car ils laissent passer la lumière...

paradoxle 06 août 2021 à 16:02   •  

@Laurent...
"bien heureux les fêlés, car ils laissent passer la lumière..." ce n'est pas d'Audiard. Et c'est pas évident de trouver qui c'est, en vrai. Certains prétendent que c'est de Groucho Marx, moi, j'avais entendu que c'était Jimi Hendrix. Donc, si Audiard la dit un jour, ce n'est pas de lui.

Quelqu'un a cherché sérieusement : "Malgré nos recherches dans les bases Frantext, Europresse, le Grand dictionnaire des citations françaises, le Dictionnaire de citations françaises, le Dictionnaire des citations du XXe siècle : 4000 paroles essentielles à la mémoire du siècle, le Dictionnaire (inattendu) des citations, etc. nous n'avons pas trouvé l'origine de cette citation."

J'ai encore cherché. "Blessed are the cracked for they let in the light". Est apparemment la citation originale mais personne n'est sûr de qui ça vient.

paradoxle 06 août 2021 à 16:07   •  

Sinon pour la honte, j'ai deux citations avec lesquelles j'aboutis à une conclusion.
"Le ridicule ne tue pas" et "Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort", donc le ridicule nous rend plus fort. Héhé !

Laurent...le 07 août 2021 à 15:03   •  

Faudrait renommer ce site wikipeople 😂
Merci pour l'éclaircissement 😉


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?