Vous avez dit... atypique ?

Il y a-t-il d'autres portugais sans faire des différences sur les autres pays

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Vous avez dit... atypique ?
  4. Il y a-t-il d'autres portugais sans faire des différences sur les autres pays
Il y a-t-il d'autres portugais sans faire des différences sur les autres pays
Portugaisle 06 avril 2019 à 21:04

On pourra discuter de une histoire d'un pays

LibertEchEriele 06 avril 2019 à 21:16   •  

Je ne suis pas portugaise. Mais, du temps où je baroudais pas mal en stop, on avait été vachement bien accueillis avec mon cousin et passé une nuit dans les locaux de l'amicale des portugais de Cahors après un énorme barbecue. Super souvenir! 🙂 Bienvenue!

Portugaisle 06 avril 2019 à 21:32   •  

@LibertEcherie ça fait plazir de savoir que mon peuple est apprécié dans le général, et si ta jamais été la bas, ensaie de aller ça veu le coup et pour des personnes atypique comme nous on se retrouve très facilement, je trouve que on se sent moins jugés

LibertEchEriele 06 avril 2019 à 22:07   •  

J'irais avec plaisir! Et oui, à Cahors, ils nous ont invités à venir et puis, une fois là-bas, on était comme faisant partie de l'amicale, ni des bêtes curieuses, ni trop questionnés ni rien, juste parmi eux, comme si on avait toujours été là 🙂

Portugaisle 06 avril 2019 à 22:47   •  

@LibertEchErie ta une bonne vision de mon pays, on est et pas jugement on apprécié et on se fait apprécier.

Abderianle 07 avril 2019 à 23:07   •  

Mas ça doit aussi pouvoir être vrai de quelques camarades russes, de chinois dévoreurs de cultures étrangères ou de Papous profondément anthropophiles. En fait, avant d'être portugais, c'est peut-être l'histoire d'être quelque chose comme des Hommes (heu... Femmes aussi, m'enfin, version Diogène, citoyen-du-monde-et-tout-l'toutim).

Portugaisle 08 avril 2019 à 04:32   •  

@Abderian slt. Je suis d'accord avec toi, et je de considère pas kelke soit être human dans le monde, mais ma référence de cette demande, premier c pour pouvoir voir si j'avais des compatriotes pour pouvoir attirer d-autres à venir, e dans le cas de difficultés de la langue ensaier trouver une solution. C ça un peu mon idée, voir si on trouves d'autres pour pouvoir agrandir vers mon pays et peut-être avoir des contacts pour des échanges.
Loin de là vouloir ignorer n'importe le pays où l'humain
Pour te dire que mon exemple de filosofie de vie c Nelson Mandela, pour moi le politicien du siècle et le plus humain
Mais je me excuse si il a eu mauvaise explication de ma part

LibertEchEriele 08 avril 2019 à 11:38   •  

Ouais bon après, on sait aussi qu'il y en a plein qui se réclameraient d'une citoyenneté mondiale et qui seraient incapables d'ouvrir leur porte à qui que ce soit.. Bref, bien sûr pas de communautarisme débridé, quoi que, si ça crée de la bonne humeur tout en s'abstenant de montrer les autres du doigt? Et si, réellement, les portugais étaient, globalement, plus chaleureux? Bref, moi je peux comprendre.. Surtout que je ne me suis encore jamais trouvée à la place d'un "exilé"

LibertEchEriele 08 avril 2019 à 11:39   •  

Mais je suppose qu'Abderian enfonçait le clou tout en humour, comme il sait si bien le faire 🙂

Portugaisle 08 avril 2019 à 16:52   •  

Je pense qui a un problème de compréhension de toutes les parts au milieu de tt ça

LibertEchEriele 08 avril 2019 à 18:31   •  

Non, ne t'inquiète pas, on rigole, on se marre, y'a vraiment rien d'autre à chercher dans nos propos 😄

Abderianle 30 avril 2019 à 00:41   •  

@LibertEchErie
Non, j'enfonçais l'humour avec un clou.
T_T

(après, on peut effectivement tenir l'humanité pour une grande fraternité, mais il n'y a pas d'obligation légale de tous les faire crécher chez soi ; quiconque ouvre toujours la porte à son frère finit par devoir agrandir sa maison... *sur ses propres deniers*, forcément. Donc l'humanisme mondial s'arrête simplement là où commencent les finances)

Gargarinele 30 avril 2019 à 07:39   •  

Croix et deniers... digne d'un titre de film.

Julienle 01 mai 2019 à 10:50   •  

"Pourquoi êtes-vous venu à Lisbonne ?" me demanda un groupe de lycéens.
- "Pour Fernando Pessoa, et son livre de l'intranquilité."

A Lisbonne, il y a la plus vieille librairie du monde... Une ambiance de ville d'écrivains, Pessoa traîne à chaque coin de rue... Il y a la lumière du soleil brésilien, tamisé par une mélancolie calme... Alger, Paris, Vienne, un peu mélangées...Lisbonne, je t'ai tant aimée !

Gargarinele 01 mai 2019 à 11:36   •  

Lisbonne, là où viennent mourir les chevaux du ciel.

Julienle 01 mai 2019 à 18:04   •  

Ermm... référence ?

Gargarinele 01 mai 2019 à 18:19   •  

Wikipedia. Ist bon est une très vieille ville. Pour Ptol elle a été construite en même temps que isten bul. Mais c'est lui qui le dit. Il avait tendance à être un peu...hermétique.

Julienle 06 mai 2019 à 16:09   •  

@ Portugais

Au fait Portugais, on parlait de ça sur une autre discussion, mais je fais le lien ici : est-ce que tu trouves que les français usent beaucoup du "second degré" ? Y a-t-il une traduction exacte du terme "second degré" en portugais ?

Portugaisle 06 mai 2019 à 18:48   •  

@julien bjr Julien, non je connais cette expression on portugais, on dit souvent mais on français on le dit aussi. "c pour rir"

Gargarinele 06 mai 2019 à 18:59   •  

excellent ! "c pour rir"

autreMondele 06 mai 2019 à 19:02   •  

La parole d'un portugais, c'est béton, oui je sais je parle que de fou d'aise (Aucun idée de nombres de degrés) 😬

Portugaisle 06 mai 2019 à 19:07   •  

Chez nous dans les blagues il a pas de degré, mais ça peu être une blague pourri

Julienle 08 mai 2019 à 15:08   •  

@Portugais @Gargarine @Abderian @Gwenouille

J'me suis un peu baladé car cette histoire de second degré me semble avoir une importance particulière en France. Un article qui caresse de loin le sujet :

CERTAINS PAYS PEU ADEPTES DU SECOND DEGRÉ

AUX ÉTATS-UNIS : ÉVITER L'IRONIE AUTANT QUE POSSIBLE
L'ironie n'est pas souvent bien comprise aux États-Unis, les Américains étant a priori prêts à croire ce qu'on leur dit. Ils sont en revanche très amateurs de clichés (le french lover, le mexicain avec son sombrero...).

EN CHINE, UNE FORME D'HUMOUR PROPRE AUX JEUNES CHINOIS
Sur le site du Huffington Post, on retrouve quelques indications sur une forme d'humour chinois relativement méconnue : celle des jeunes générations. Si l'ironie et toute forme de second degré ne sont pas en vogue en Chine, les jeunes Chinois ont su en revanche développer - sur le net notamment - un sens de l'humour très personnel jouant sur les homophones, les jeux de mots, les caractères ancestraux,
les métaphores, les chiffres symboliques.

JAPON : UN HUMOUR UNIVERSEL ET PREMIER DEGRÉ
Les Japonais privilégient des formes relativement simples d'humour, étant très réceptifs aux comiques de répétition ou de situation classique, comme le gag de la peau de banane par exemple. L'humour est davantage pratiqué par les hommes que par les femmes, pour impressionner ces dernières justement. L'autodérision fonctionne également bien au Japon, mais la forme la plus médiatisée d'humour s'appelle le Manzai, et désigne des duos d'humoristes mettant en scène des quiproquos entre leurs deux personnages.

AU BRÉSIL : ÉVITER LES SUJETS TABOUS
Le Brésil n'apprécie que moyennement l'humour anglais par exemple, jugé trop absurde et désorientant. Les Brésiliens privilégient donc un humour plus terre-à-terre, jouant sur les clichés associés aux différentes cultures et notamment les clichés sur les Portugais (équivalents des Belges pour les Français et réciproquement).

En revanche il est recommandé d'éviter certains sujets grivois afin de respecter la morale catholique (sauf entre hommes, en général) de même que certains sujets sociétaux comme le viol, comme l'a appris à ses dépens l'humoriste brésilien Rafinha Bastos.

HUMOUR THÉRAPEUTIQUE EN AFRIQUE DU SUD
La Dépêche a accordé à l'humour en Afrique du Sud un article intéressant soulignant les effets thérapeutiques du sens de l'humour dans ce pays. Plus de vingt ans après l'Apartheid, la question raciale demeure un sujet extrêmement sensible en Afrique du Sud.

Un humour qui permet finalement à une population déchirée par une Histoire difficile de se retrouver et de mieux se comprendre. C'est pourquoi certains jeunes humoristes tels que Trevor Noah s'emparent de ce sujet tabou afin d'offrir un exutoire à ce public multiethnique. Un humour qui permet finalement à une population déchirée par une Histoire difficile de se retrouver et de mieux se comprendre.

AUSTRALIE : EN RÉACTION À LA RUDESSE DE L'ENVIRONNEMENT
L'Australie présente un environnement souvent hostile et une Histoire empreinte de rudesse - ancêtres bagnards, faune relativement hostile et flore parfois envahissante.

Les Australiens privilégient donc un humour cynique et ont développé un grand sens de la dérision, mettant régulièrement en scène les difficultés de leur quotidien - un serpent suspendu à la charpente de l'open space ou un faux pied dépassant du coffre de la voiture.

L'HUMOUR BRITISH : ENTRE HUMOUR NOIR ET TENDANCE À L'ABSURDE
L'humour anglais se caractérise souvent par sa noirceur et sa tendance à côtoyer l'absurde. Le sens de l'humour anglais est théorisé peu à peu comme l'expression de notre double nature, valeur précieuse de l'éducation anglaise, proche de l'autodérision et de l'attitude du pince-sans-rire.

Lewis Carroll (entre autres) fait ensuite émerger une nouvelle forme d'humour, le « nonsense », qui désigne l'art de développer des raisonnements dénués de sens sous une apparence logique. Si l'humour français est plus dans la raillerie, l'humour anglais quant à lui se tourne davantage vers l'autodérision.

Gwenouillele 08 mai 2019 à 20:35   •  

Oui j'avais lu un article aussi sur ca, disant que la langue francaise avait enormement d'implicit par rapport a d'autres langues !

Julienle 08 mai 2019 à 21:06   •  

@Gwenouille
Juste en ce moment, un journaliste, Pascal Praud, vient se justifier car hier dans son émission il a ironisé sur le réchauffement climatique ; hors, beaucoup de téléspectateurs ont interprété cela au premier degré, et là il vient de dire, qu'il faisait du second degré, c'est à dire : que non seulement, il n'ironisait pas sur le réchauffement climatique, mais qu'au final il critiquait les gens qui ironisent à ce sujet. Hors j'ai vu l'extrait : dans mes tripes, il n'était pas au second degré. Il a retourné sa veste. Mais on ne peut le prouver ! Ni lui, ni moi !

Ce second degré fout un bordel monstre, et surtout, c'est une couverture bien pratique, pour se sortir d'un faux pas ! "Ah mais nan, tu m'as pas compris : c'était du second degré !"

NabouNaboule 08 mai 2019 à 21:12   •  

C'est très flippant ce que tu dis la j'ai pensé direct a la politique

Gwenouillele 08 mai 2019 à 22:30   •  

Ouep, bah moi je prends tout au premier degre comme ca c'est regle XD Et l'autre il se fout de notre gueule, on descend pas qqn comme il l'a fait au second degre. Lui, sa connerie aussi est au second degre...


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?