Vous avez dit... atypique ?

Pensée hégélienne vs pensée comtienne

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Vous avez dit... atypique ?
  4. Pensée hégélienne vs pensée comtienne
Pensée hégélienne vs pensée comtienne
Gloomycetolle 10 août 2022 à 18:48

La plupart des gens façonnent leur ego en fonction de leurs expériences et de leur travail. #Comte
Certains peuvent façonner leur ego en fonction de leur gentillesse. #Postmoderne

Je façonne mon ego en fonction de ma logique holistique. #Hégel

Et vous ?

Kumole 10 août 2022 à 18:53  •   84719

Moi j'ai plutôt une vision de l'ego proche de celle d'Eckhart Tolle.
Cela dit, c'est peu de dire que l'ego a le vent en poupe, quel que soit la définition qu'on lui donne. L'Individu devient l'échelon ultime, à l'aulne duquel on est censé mesurer le monde...

Tiens cela me rappelle que je devais faire un sujet sur ce thème, mais que j'arrive pas à me motiver, sentant les volées de bois verts qui m'attendraient au tournant.

Gloomycetolle 10 août 2022 à 18:58  •   84720

Intéressant.
C'est donc prendre sur soi... Cela se rapproche un peu de la gentillesse, non ?
(Il n'y a pas beaucoup de mysticisme dans la réalité, c'est pas un peu frustrant ?)

Kobayashile 10 août 2022 à 21:00  •   84724

Comprendre la nature de l'ego et son mode de fonctionnement est donc d'une importance vitale si l'on souhaite se libérer des causes intérieures du mal-être et de la souffrance (Mathieu Ricard, Bouddhiste)

Kumole 10 août 2022 à 22:14  •   84730

(Bon. Je m'excuse d'avance, il ne faut pas trop m'en demander, en général, et en plus là avec la chaleur, la fatigue, et un petit voyage à venir.)
(Je serais curieux de comprendre ce que tu entends par mysticisme. Si c'est un raccourci "facile" pour désigner tout ce qui serait spirituel ou ésotérique, tu serais surpris de savoir que l'ésotérisme -le vrai, pas l'horoscope de marie-claire ou la construction des pyramides par des extra-terrestres- repose sur des lois et des nombres tout ce qu'il y a de plus "rationnel". Pour préciser le contexte "mystique", pour moi le mysticisme est une posture, et une posture passive, de réception, et donc, forcément incomplète, pour une démarche qui se voudrait "spirituelle" (gros mot, encore, désolé), même si je comprends que beaucoup de gens s'en contentent -et oui, ça évite de réfléchir.)

Je dois confesser mon inculture totale de Comte. Et mon peu de connaissances sur Hegel. De mémoire, ce dernier est celui qui prône une posture qui va à l'essentiel, en évitant notamment de se "poser les questions qui ne servent à rien" ou "qui n'ont pas de réponse". Soit. Disons que ça doit être vachement pratique, et facile, d'évoluer dans un tel monde.

L'ego, selon Tholle, n'a rien à voir avec la gentillesse, ou accepter de prendre des choses dans la tronche (je ne sais pas sur quoi tu es tombé).

Si l'on part du principe que, chaque être humain est un univers entier à lui tout seul. Cela peut certes faire sourire, genre cosmogonie inversée platonicienne à deux balles. Mais il y a peut-être un semblant de sens à cela. Sauf erreur de ma part (je ne suis pas spécialiste en sciences physiques), en proportion, la distance entre un noyau atomique et le ou les électrons qui gravitent autour est plus grande que celle entre le soleil et l'étoile la plus proche (Proxima du Centaure, pour les intimes ?) (oui, cela veut dire aussi qu'il y a plein de beaucoup de vide en nous. Mais chut.).
Si l'on part du principe (peut-être un peu plus évident ?) qu'il y a un univers entier autour de nous (et plutôt vaste, aux dernières news, merci SpaceX).
Si l'on part du principe que notre conscience, en tant qu'individu du genre sapiens (çà, ça se discute), se limite à un point, un point précis sur lequel nous pouvons poser notre attention, faire un focus de type espace-temps.
Si l'on part du principe que ce focus doit donc se faire, quelque part dedans ou entre un truc vaste comme un univers entier (donc, intérieur, ou extérieur).
Comment se construire une identité avec cela ? Quelle forme donner, à notre être ?
"Heureusement", notre conscience aurait développé un petit programme (comme un programme informatique), pour l'aider à se construire une identité. Et, il faut l'avouer, c'est plutôt pratique.
Le fonctionnement du programme ? Super simple. En deux étapes.
1. Comparer.
2. Juger.
Qui suis-je ? Je suis, plutôt grand, ou pas spécialement, des cheveux de telle couleur, une peau de telle couleur... J'ai une appelation qui est untel ou unetelle, avec des noms qui me ressemblent, ou pas, ou peut-être un nom absolument unique... Je vis dans tel milieu, j'ai telle culture... etc... etc...

Bon, sur le principe, rien de méchant.
Sauf que, l'ego, il fonctionne pour quoi ? Quelle finalité ? Devenir plus fort ? Plus costaud, plus intelligent ? Que nenni. Gagner en assurance, en expérience, en confiance en soi ? Itou. L'ego, en "bon" programme, ne vise qu'à une seule chose. Fonctionner. Tourner. Plus il "capte" la conscience, ou l'attention, et plus il est content, parce que cela veut dire qu'il fonctionne "bien". On comprendra aisément qu'un ego qui vise à donner une super image à son hôte, complètement déconnecté de la réalité (mystique ou pas), ça donne du narcissisme, et le résultat est rarement heureux (coucou Donald). Mais à l'inverse, l'ego d'une personne qui passe son temps à se dévaloriser, à se trouver nulle, à l'ouest, pas assez si, ou trop ça, n'est pas un ego faible ou dysfonctionnel. Au contraire, il tourne à plein régime, et ça le rend content (avec, ce risque, dans les extrêmes, de provoquer la disparition volontaire de son hôte). De même, un ego qui construit l'identité d'une personne avec pour fond de commerce ses malheurs, ses maladies, et autres "fatalités", sera tout à fait fonctionnel (même si c'est moins sûr pour l'hôte autour, qui sera probablement attaché à ses souffrances, au point de ne souhaiter aucune amélioration, pour ne pas dire aucune guérison).

On va tenter d'éviter une dérive tarte-à-la-crème. C'est un peu un truc que l'on trouve dans le "new age", et autres modes alitées. Non, il ne s'agit pas de "combattre" l'ego, comme le chevalier blanc il sort son épée et son bouclier et s'en va taper sur la veuve et l'orphel... euh sur qui opprime la veuve et l'orphelin. Il s'agit "juste" (et c'est déjà pas si mal) de comprendre qu'on a ce mécanisme, et d'être conscient de quand, et comment il s'active. Tout simplement, pour prendre de la distance et ne pas lui laisser les rênes. Car, l'ego est quelque chose d'intrinsèque, qu'on a en soi, et dont on ne peut pas se débarrasser. Et tout simplement parce que notre être, univers ou pas, est quelque chose de vaste, riche, profond, complexe, qui dépasse allègrement le seuil de notre seule identité.

Pour ceux que le sujet intéresse, je recommande le bouquin "Nouvelle terre" du dit Tolle, Eckhart. Pas ses vidéos (hélas new-agesques). Pas des résumés. Pas d'autres trucs de lui. Celui-là. Et non, je n'ai pas de commission dessus. Et oui, le monsieur explique les choses beaucoup mieux que moi.

Désolé pour le pavé (et la probable divergeance).

zozottele 11 août 2022 à 00:03  •   84735

Pas de divergence @kumo,et le pavé passe bien !
Pour moi, bien personnellement, je pense que l'on peut choisir de laisser tomber son égo,de comprendre que c'est du flan,et qu'il nous fait plus de mal que de bien.
L'ego est un poids auquel on peut se débarrasser.
Encore une fois, c'est mon avis,et je ne sais pas si ça se rapproche de Hegel,de Comte,ou d'autres.

Gloomycetolle 11 août 2022 à 12:05  •   84748

Oui, je comprends.
C'est très intéressant tout ça.
On canalise/minimise très vite son ego de manière à ce qu'il n'entre pas en conflit avec celui des autres (le principal problème philosophique de notre société)...
(L'ego est-il relativement plus masculin ? Ou celui des femmes est-il plus adapté à la société ?)
L'adaptation est-elle une question de pragmatisme ?

(Il n'y a pas de performance sans ego ?)

zozottele 11 août 2022 à 12:28  •   84750

citation :
On canalise/minimise très vite son ego de manière à ce qu'il n'entre pas en conflit avec celui des autres.


Pour moi, c'est surtout pour moi que je "canalise" mon égo.Ce n'est pas le canaliser d'ailleurs, c'est plutôt le jeter loin de moi.
C'est pénible un égo, ça cherche tout le temps l'approbation des autres, ça se demande tout le temps ce qu'on pense de nous, on est jamais tranquille avec lui!
Non non c'est bien pour moi que je m'en suis débarrassé,et ça va bien mieux depuis.

Plus les hommes ou les femmes je ne sais pas ?
Peut être les hommes quand même.
Mais il faut toujours se méfier des apparences !😄

Et il n'y a pas de performances sans ego ?
Si, sauf qu'au moins,ces performances sont pour nous mêmes et celles de nos proches.
Et pas pour avoir une belle image,ce qui change tout.

Kobayashile 11 août 2022 à 22:21  •   84764

Aie, je vais devoir tenter un ajustement a propos de l'égo.
D'abord, l'égo est tout simplement un gros morceau de vous. On ne peut les surprimer sans que cela supprime votre existance. Alors, non, on ne peut réduire l'égo.
La solution trouvée depuis fort longtemp et régulièrement remise au goût du jour est plutôt de le sublimer, la fameuse transformation du petit égo en grand égo, du petit soi en grand Soi.
La difficulté est de trouver le bon moyen, propre à chacun.

Les grands penseurs sont de ce point de vue intéressant, car on peut dire qu'ils transcendent leurs égos. Ils peuvent constituer un modèle utile à suivre si cela me correspond.

zozottele 11 août 2022 à 23:12  •   84769

Ou alors tu transcendes ton égo toi même ?😋
Koba ne te vexes pas,et justement, devient ce libre penseur.

Gloomycetolle 12 août 2022 à 12:58  •   84784

@zozotte
Super intéressant !
Transcender la transcandence !?
Et cela correspond à quoi pour toi ? Ne pas être soi-même ? Comment te conçois-tu alors ?
Matrix ? Une simulation de soi-même ?
Etre en dehors de son corps ?

(Explication de la NDE = transcender sa transcendance ?
Un hégélianisme intuitif proche du néant qui se substitue au comtisme ?)

Kobayashile 12 août 2022 à 21:12  •   84812

@zozotte, oui, quelque soit le moyen, cela reste vis-à-vis de soi-même et personne d'autre.
C'est une difficulté dans notre société où nous apprenons à toujours avoir une puissance dirigeante quelque part. Le libre arbitre reste une gageure.

zozottele 13 août 2022 à 00:14  •   84822

citation :
C'est une difficulté dans notre société où nous apprenons à toujours avoir une puissance dirigeante quelque part.

Oui,et maintenant qu'on a compris ça, apprenons à désapprendre désormais, ou à apprendre par nous même, enfin.

citation :
Transcender la transcandence !?Et cela correspond à quoi pour toi ? Ne pas être soi-même ? Comment te conçois-tu alors ?Matrix ? Une simulation de soi-même ?Etre en dehors de son corps ?



Si, c'est plutôt être soi même, plus que jamais.Pas une simulation de soi même, mais bien le contraire.Arrêter la simulation,et prendre enfin les commandes.
Pour revenir à l'ego,on peut utiliser plusieurs termes.Le transcender,le dépasser,ou alors, j'aime bien,le faire exploser.
Mais l'idée est bien la,s'en débarrasser,une bonne fois pour toute.
Et si on doit parler de Matrix,je dirais que se débarrasser de son égo, c'est sortir de la matrice,sortir des idées préconçues et préfabriqués dans lesquelles nous vivions jusqu'alors.
Se rendre compte que cet égo pesait lourd chez nous.C'est comme si on s'enlevaient des menottes que l'on ne sentaient même plus.
Ça ne se fait pas du jour au lendemain, mais ça se fait,quoi qu'on en dise.🙂

Shamaelle 13 août 2022 à 18:50  •   84839

Coucou tout le monde ! J'adore ce débat ! 😄

Je (mon ego) vous prie de m'excuser pour la longue dissertation très scolaire sur l'ego, le moi et le développement de l'être humain, mais là... les pensées tourbillonnent !😵

En quoi l'ego est-il important pour l'être humain en général ?

I) Ego n'est pas un gros mot

Je vous cite un extrait de Je pense mieux - Vivre avec un cerveau bouillonnant, c'est possible !, de Petitcollin (la suite de Je pense trop).

"Pour commencer, ego n'est pas un gros mot. L'ego est un mot tiré du pronom personnel latin "moi, je". Il désigne généralement la représentation et la conscience que l'on a de soi-même. Il est tantôt considéré comme le fondement de la personnalité (notamment en psychologie) ou comme une entrave à notre développement personnel (notamment en spiritualité). Certains le confondent avec le faux-self. En général, c'estt un mot qui a mauvaise presse, qu'on prononce avec une moue de dégoût, qu'on n'utilise que pour vous reprocher d'en avoir un, alors qu'en ce qui vous concerne, vous souffrez déjà d'un déficit carabiné. Stop ! L'ego, c'est le coeur de notre identité, de notre unicité, de notre humanité. On pourrait dire que notre ego, c'est l'équivalent psychologique de nos empreintes digitales. C'est ce qui nous différencie les une des autres et c'est la partie la plus tendre et la plus fragile de nous. Quelle maltraitance on lui inflige en la dénigrant !
Moi, je suis la personne la plus importante pour moi. C'est comme ça. Je peux le nier ou l'accepter, mais en aucun cas changer cet état de fait. Donc, vous aussi, vous êtes la personne la plus importante pour vous. C'est une vérité biologique basique incontournable, même si elle vous dérange beaucoup. Vous seul pouvez prendre soin de vous, de votre santé, de votre bien-être, de votre développement personnel. Si je nie cette réalité biologique, je deviens, comme le dit si joliment Jacques Salomé, un "soi-niant" et je m'occupe alors des "soi-niés". Dans ce cas, le burn-out m'attend tranquillement au tournant pour m'apprendre ce qu'il en coûte de ne pas m'écouter. Si j'accepte cet état de fait, je peux en tenir compte et faire en sorte que mon ego, bien nourri, rassuré, tout paisible, se tienne tranquille dans mes interactions , au lieu de crier famine. Votre santé physique et mentale vous appartient. C'est votre responsabilité d'en prendre soin."

Concrètement, dans la petite crèche où je travaille, les normo-pensants se font rares... les métiers de la petite enfance attirent des gens très altruistes, qui se dévouent corps et âme à la cause des enfants... et qui bien trop souvent oublient de prendre soin d'eux (manque de sommeil, cumul d'heures supplémentaires, surinvestissement au travail dans des tâches pas forcément demandées...). Et voilà le résultat : des egos qui crient famine, prenant conscience bien trop tard de la nécessité de prendre soin de soi, qui finissent par être contraints de le faire, mais de façon très chaotique compte tenu de l'état de confusion dans lequel ces personnes se sont laissées engouffrer... Je peux vous assurer que travailler avec des personnes hypersensibles dans cet état peut être une véritable horreur.😱

Je ne sais pas si c'est une horreur de travailler avec moi quand je suis dans cet état (eh oui je ne me voilerai pas la face, cela m'est arrivé, je plaide coupable!😅), mais je sais que dans cette situation, je finis par travailler en effectuant le strict minimum, ce qui peut donner l'impression que je n'éprouve plus d'intérêt pour ce que je fais... On me le reproche, du coup cet ego déjà dévalorisé est encore plus affaibli par la culpabilité...du coup j'en fais encore moins...et le cercle vicieux s'installe. (Si cela vous rappelle une situation que vous vivez actuellement, au travail, ou dans la famille, ou ailleurs, foncez vous faire aider, vous vous êtes placé vous même dans une situation où vous êtes victimes de harcèlement!)

II) La construction de l'ego dans le développement de l'enfant

Je vais ici prendre ma posture d'éducateur de jeunes enfants.

L'enfant ne va prendre conscience de lui-même en tant qu'individu que progressivement. Au début, il est totalement dépendant de son entourage pour satisfaire ses besoins, qu'ils soient vitaux ou de découverte du monde. Il ne peut donc se voir que comme une partie de ce monde qui l'entoure. Il ne peut alors pas non plus reconnaître un individu à part entière dans l'adulte qui prend soin de lui, ni dans un autre enfant mis en sa présence... Cela peut amener par exemple l'enfant à faire des expériences avec l'autre comme s'il était un objet (« Tiens, c'est curieux cet être devant moi ! Il a une drôle de tête... Oh ! ça fait du bruit quand je tire les cheveux ! Est-ce que ça fait du bruit aussi si je mords ? Ca a peut-être bon goût...Eh ! mais pourquoi cet adulte intervient ? J'étais bien, moi dans mon expérimentation ! »). Si ses besoins ne sont pas suffisamment satisfaits, il va réagir de manière « égoïste », mais pas du tout dans un sens négatif ! N'ayant pas encore les repères spatio-temporels que nous avons, nous adultes, son tout petit ego en développement s'impatiente vite s'il ne peut manger ou dormir au bon moment, ou jouer avec tel ou tel objet avec lequel l'autre enfant joue si bien... (Prenez toujours des jouets identiques avec des tout-petits, ça évitera beaucoup de conflits inutiles et les petits egos seront charmants !)

Avec le développement progressif du langage, vient un beau jour la possibilité de se désigner soi-même par les mots « Moi », « Je ». Cette capacité est l'aboutissement d'un très long cheminement vers la conscience de soi-même. Cheminement qui s'accompagne souvent d'un sacré besoin de s'affirmer... comme une crise d'adolescence, mais à l'âge de 2 ans et demi ! Les parents oublient souvent par la suite à quel point c'était dur... Pourtant, c'est avec cette prise de conscience du « Je » que le « tu », donc la reconnaissance de l'autre, peut apparaître. Les jeux avec les autres seront beaucoup plus développés par exemple. Les relations aux autres, le respect des règles, la patience... pourront alors se mettre en place de façon plus construites qu'auparavant. Mais à la condition que l'enfant ait bien reçu l'attention qu'il réclamait dans ses premières années de vie, que son ego ait été bien nourri...

En ce sens, l'ego est un élément indispensable de l'être humain et de son évolution psychique. De mon point de vue, connaissant le monde des adultes depuis un moment, je considère que les adultes sont...des enfants comme les autres ! (Nous avons bien ri avec mes formateurs quand je leur ai balancé cette expression un jour où je repassais les voir, mais aucun ne m'a contredit...Peut-être y arriverez-vous ?😉)

III) Ego et développement de l'humanité

Je vais ici tenter de sortir de la vision étroite du petit individu perdu dans la société occidentale actuelle.

1)Un peu de sociologie

A partir de données sociologiques (Emile Durkheim entre autres), on comprend que dans les sociétés traditionnelles, surtout les chasseurs-cueilleurs, l'individu n'est pas reconnu en tant que tel. Il n'est qu'un membre de la communauté dont il fait partie. Toute comportement déviant est fortement stigmatisé. Diverses pratiques d'initation de part le monde (entailles sur le front dans je ne sais plus quelle ethnie, flagellation du dos dans une autre...) permettent de marquer à vie l'individu, et de montrer ainsi, symboliquement, la supériorité du groupe par rapport à toute aspiration individuelle. On peut notamment constater que les chasseurs-cueilleurs pratiquent exactement les mêmes activités, avec cependant quelques distinctions (entre les hommes et les femmes, entre les aînés et les cadets).

A la révolution néolitique, avec la sédentarisation, le développement de la culture et l'élevage, de la forge, du tissage... La multitude de tâches nouvelles, et impossibles à réaliser toutes ensemble par un homme seul, amène les individus à se spécialiser. Dès lors, être un individu doué d'une compétence spécifique n'est plus réprimé, mais au contraire valorisé. C'est à partir de là que l'individu en tant que tel va être de plus en plus reconnu au cours de l'histoire (un beau pic est atteint avec la notion de citoyen dans l'antiquité, avec quand même des gros bémos comme l'esclavage...), et ce jusqu'à notre époque, où nous arrivons à une hyperspécialisation des individus. On peut y voir une source de l'individualisme très marqué. Est-ce un problème en soi ? La satisfaction de l'ego est-elle nuisible sachant que l'individu est indispensable au fonctionnement de la société ? A mon sens, l'ego est nuisible :
- lorsqu'il ne prend plus en compte que lui-même et qu'il ne voit plus l'autre en face de lui comme un être individuel (ego) en tant que tel, avec ses propres besoins...et qui apportent leur propre contribution à la société ;
- lorsqu'il ne voit plus que les autres en face de lui avec leurs propres besoin et qu'il ne se prend plus lui-même en compte.

Je voulais terminer tout ça par :

2) Un peu de spiritualité

mais il va falloir que je laisse encore tourbillonner mes pensées pendant encore un moment, c'est un peu trop confus pour l'instant...🥴 La suite au prochain numéro ! En attendant il faut que j'aille voir Compte et Hegel...

zozottele 13 août 2022 à 23:46  •   84843

Merci pour ton développement @Shamael!
J'avais lu le livre de petitcollin, c'était le premier que j'avais lu quand j'ai découvert la douance et je l'avais bien aimé.
Aussi ton parcours est saisissant et merci de partager ton expérience.
Pour l'ego donc, petitcollin dis "Si j'accepte cet état de fait, je peux en tenir compte et faire en sorte que mon ego, bien nourri, rassuré, tout paisible, se tienne tranquille dans mes interactions , au lieu de crier famine."

Mais n'est ce pas être l'esclave de son égo ?

Bon après peut être qu'on joue sur les mots, parce que je suis d'accord avec ton développement.
Mais je garde l'idée qu'il faut jeter son égo par la fenêtre, qu'il soit bon ou mauvais.
Le "je" n'est pas notre égo.
Le "je", c'est notre corps,notre esprit et notre âme si l'on veut.
Nous pouvons dire "je" quand nous sommes en phase avec nous mêmes,quand nos actions sont en adéquation avec nos ressentis,nos besoins,et nos envies.
Et je crois que l'égo n'a pas sa place la dedans, qu'il nous met des bâtons dans les roues,en nous empêchant de nous voir clairement.
L'ego nous cache notre vrai "je".

paradoxle 14 août 2022 à 10:50  •   84846

Ce n'eest pas la première fois que sur une discussion sur l'ego, j'ai l'impression qu'il y en a plusieurs. Que l'ego de la psycho n'est pas le même que celui de la philo ni celui de la spiritualité. J'ai toujours eu l'impression que les désaccord à ce propos vient du fait qu'il existe plusieurs définitions et que personne ne n'utilise pas de la même façon.

Sinon, on m'a souvent dit que j'avais un problème d'ego. - Hein quoi ? Les gens qu'ont un problème d'ego, c'est les gens qui ont un ego démesuré, qui se prennent pas pour de la merde. Tu me vois comme ça ? - Nan, toi c'est le contraire ! - Ah bon, moi j'appelle ça de l'humilité. - Mais il y a une différence entre humilité et dépréciation. - Ah bon ?

zozottele 14 août 2022 à 15:29  •   84848

Oui il y a une différence entre humilité et dépréciation,Spinoza l'explique très bien 😉
Mais les deux ne sont pas forcément bénéfique pour nous.
Il faut savoir ce que l'on vaut, ni trop,ni pas assez.
Et je suis d'accord,je crois qu'on a tous une définition différente de l'ego,je trouve néanmoins le débat passionnant !

zozottele 15 août 2022 à 12:48  •   84858

Aussi,@Shamael, je reviens vers toi car j'espère ne pas t'avoir fait croire que je remettrai tout ce que tu disais en cause.
Ce n'est pas ça bien sur,je me laisse vite emporter par les débats quand ils m'intéresse,mais les gens passent toujours avant le débat.
Et tu es un gens que j'apprécie, alors j'espère que tu ne t'es pas senti heurté !
Voila ce n'est pas de l'ego je crois, mais je me trompe peut être !😀

Kobayashile 15 août 2022 à 21:53  •   84882

@zozotte, voyons la compassion, très intéressante et peu développée dans nos sociétés 😉

zozottele 15 août 2022 à 23:16  •   84890

Oui,pas assez développée,et pourtant, c'est tout ce qui nous manque pour nous en sortir !
Bon j'arrête le HS, à moins que la compassion soit de l'ego ?🤔😀

Gloomycetolle 15 août 2022 à 23:22  •   84891

Est-ce qu'il vous arrive facilement de discerner les egos des gens ?

Pour ma part je vois l'ego comme "un cadre conceptuel expliquant le monde avec lequel notre moi est à l'aise" (avant je pensais que c'était une simple construction sociale qui s'ajoutait à notre conscience).
Parfois il peut être à côté de la réalité, parfois cette aisance peut être entravante pour les autres et parfois il développe des mondes fantastiques.
Ce que je suis étonné, c'est que l'ego sert aussi à la réflexion et au travail...
Et il semblerait que la somme des egos (confrontés) crée la réalité de ce que nous perçevons, (serait-ce juste ?)

zozottele 16 août 2022 à 00:39  •   84894

Et il semblerait que la somme des egos (confrontés) crée la réalité de ce que nous perçevons,

@Gloomycetol c'est de Hegel ça ?
Parce que tu sais, c'est une pure coïncidence, mais j'ai commencé à le lire avant la création de ce fil.
La phénoménologie de l'esprit, je continue de lire selon ma liste d'attente, c'était son tour.
Et plus j'avance, moins ça me plait.Je continue car il paraît que l'on comprend la vrai profondeur à la fin, quand tout à été exposé.
Alors j'attends avant de porter un jugement.
Mais pour ce qui est de l'ego qui sert à la réflexion et au travail,je suis d'accord sur le fond.Mais apporte t'il un vraiment bon travail ?
J'en suis moins sur.
Ça me fait penser à la course au premier homme sur la lune,en pleine guerre froide.
Kennedy a dit,on ira sur la lune lors de cette décennie.
Son égo,de lui et de son peuple,lui a donné des ailes pour accomplir des miracles.
Personne n'y croyait,et puis en 1969,des hommes étaient sur la lune.
A première vu, l'ego a fait accomplir de belles choses.
Mais en y regardant de plus près,il y a eu des morts pendant ces grandes avancées technologiques.
Des morts qui auraient put être évités si le temps n'avaient pas joué un rôle trop important.
On aurait été sur la lune aussi,mais après les années 1960.
Et ça aurait été peut être les Russes les premiers, on ne le saura pas.
L'ego a fait courir un risque à cause d'une course folle pour savoir qui serait le premier.
Alors je me dis ça, quelle est la priorité numéro un de l'humanité ?
Être le premier,le plus fort, être celui qui a inventé ceci ou cela ?
Ou vivre en parfaite harmonie avec son prochain,loin de toutes compétitions ?
Est ce possible avec un égo,je ne le crois pas.
L'ego peut nous faire accomplir des prouesses,mais sont elles vraiment salvatrices pour l'humanité ?
Je n'en pas suis sur, et c'est mon avis bien sûr.
Après,a la question "Est-ce qu'il vous arrive facilement de discerner les egos des gens ?"
Je crois que oui,
On appelle ça l'hypersensibilité non?
L'ego,mais aussi le bon,les forces enfouis au fond des gens, c'est un tout.
Enfin voila pour mon avis,place aux votres !

Gloomycetolle 16 août 2022 à 02:03  •   84896

citation :
Et il semblerait que la somme des egos (confrontés) crée la réalité de ce que nous perçevons

Non, ce n'est pas de Hegel, c'est plutôt Sartrien (voire Kantien éventuellement) approximativement. (On trouvera plus précis encore...)

On a rejeté Hegel car la rationalité de son temps était élitiste.
L'idéalisme a pris le dessus un temps pour s'émanciper ensuite avec une rationalité collective (comtienne).

Hegel est trop rigide comparé à l'empirisme actuel.
Hegel veut développer la pensée en entier pour la coller au réel, alors que nous la développons par parties.

(Hegel qui a initié la pensée moderne est central pour la philosophie hortodoxe actuelle et apparaît donc souvent, d'où la coïncidence.)

Kobayashile 16 août 2022 à 21:36  •   84926

@zozotte, oui, la compassion est l'expression de l'égo, ça se travaille 😉

zozottele 17 août 2022 à 08:51  •   84954

Mince,il va falloir que je jette ma compassion par la fenêtre alors !

Shamaelle 17 août 2022 à 14:49  •   84965

Coucou,

@paradox, merci pour ta précision, j'y pensais justement, en effet les différences de définitions peuvent sacrément jouer... On ne sors pas du sujet mais... On n'a clairement pas les mêmes références et c'est ce qui est enrichissant. Pour ma part je découvre Hegel grâce à ce débat. Quand à Compte... S'agit-il bien d'Auguste Compte et de son positivisme, et qui utilise le mot "sociologie" avant Durckheim ? (Le mot "compte" veut tellement dire de choses que ça ne facilite pas les recherches.😂 )

@zozotte, il n'y a aucun souci, je ne me suis pas senti heurté du tout, en fait après mon pavé je me posais moi aussi la question (si je t'avais heurté). Compte tenu de la bienveillance des gens qui sont ici, n'hésites pas à t'exprimer librement. 🙂 Une des caractéristiques des surefficients selon Petitcollin est qu'ils peuvent se remettre en question beaucoup trop facilement pour des sujets de la vie courante, mais qu'ils sont des vrais têtes de mule concernant le domaine des valeurs (qui comprend la vision que l'on a de l'ego). Mais c'est justement ce qui rend le débat enrichissant et cela n'empêche pas dans l'absolu d'éventuelles remises en question.
Du coup bien entendu j'en rajoute !
Pour répondre à ta question :

citation :
Pour l'ego donc, petitcollin dis "Si j'accepte cet état de fait, je peux en tenir compte et faire en sorte que mon ego, bien nourri, rassuré, tout paisible, se tienne tranquille dans mes interactions , au lieu de crier famine."

Mais n'est ce pas être l'esclave de son égo ?

Est-on esclave de son corps quand on est contraint de manger ? quand on dois boire ? faire du sport ? dormir ? Est-on esclave de son enveloppe corps-âme quand on est contraint d'apprendre, de découvrir, pour pouvoir s'insérer dans le monde ?
Alors... Est-on esclave de son ego quand on en tient compte ???
Pour moi, j'ai une réponse précisément dans la longue citation de Petitcollin que j'ai fait dans ma tirade... Et oui, l'ego sert au travail et à tout ce qu'on peut faire dans la vie ! que ce soit en mal ou en bien.
Avec toutes ces réflexions je vais peut-être commencer à y voir plus clair pour la fin de ma dissertation... encore un peu de bouillonnement dans la tête et ça ira (c'est dingue je le ressens carrément ce cerveau qui bouillonne,😵 comme un muscle en séance de muscu...).

zozottele 17 août 2022 à 19:03  •   84975

@Shamael,merci de ton retour,et c'est noté alors 😉
Et tu marque un point sur etre esclave de son corps quand on a faim !
Je fais ma tête de mule,je pense que moins on a de maîtres, mieux c'est.😄
Sinon j'ai un peu avancé avec Hegel, c'est encore long, mais finalement il parle bien, comme en parle @glommycetol,de sortir de son corps.
Enfin ce n'est pas nous qui sortons de notre corps, c'est notre conscience.
Notre conscience qui sort d'elle même, pour essayer de s'élever.
Ce faisant,elle se découvre elle même.
Notre conscience sort d'elle même,se découvre elle-même.
S'en suit encore un long cheminement vers sa pleine compréhension.
Elle se retrouve face à elle même,que doit elle faire à ce niveau ?
La suite au prochain épisode, c'est long !

Kobayashile 17 août 2022 à 21:15  •   84984

Humm, si nous poussons au bout la négation de l'égo, je pense que nous arrivons tout droit au nihilisme, terreau de destructeurs avérés de la société et de l'espèce humaine jusqu'au suicide.

Démonstration s'il en était que l'égo est une partie intégrant de tous les êtres humains, et que de le nier renvoit tout simplement à sa disparition et à sa propre mort.

La question première serait déjà : pourquoi cette envie de vouloir supprimer son égo ?

Au moins 3000 ans de réflexions et d'expériences, si ce n'est de compréhension mènent à ces constats, philosophes ou pas.
A noter que le narcissisme mène à la même chose, mais avec plus de considérations d'ensemble et en plus de temps.

zozottele 17 août 2022 à 23:41  •   84996

Je ne sais pas il va falloir qu'on se mette d'accord sur une définition alors !😄
Narcissisme oui c'est de l'ego, dépréciation de soi, c'est un manque d'égo c'est ça ?
L'ambition, c'est dans l'ego ou non?
Soucieux de l'image que l'on renvoie?
Fierté oui, humilité, oui ou non?
Compassion donc, dans la mesure où notre compassion peut être lié à un retour de l'autre,oui?
Compassion sans attente de retour de l'autre ?
On a quoi encore ?
Estime de soi (et c'est la qu'on est peut être en désaccord) oui ou non?
Je ne sais pas si j'ai fait le tour la.
Pour moi,je souhaite donc détruire la fierté,la dépréciation de soi,le soucis de l'image que je renvoi,et l'ambition.
Je les ais déjà détruites d'ailleurs, enfin c'est mon avis subjectif quoi.
Après l'estime de moi j'en ai,ben oui mince.
Trop je ne pense pas,pas assez je ne pense pas non plus.
Ou se situe l'ego la dedans alors,ou place t'on le curseur ?
Compassion, pour moi, c'est sans attente de retour de l'autre,parce que ma compassion, l'autre ne me l'a pas demandé,et je ne lui demande rien non plus.Je compatis, après on en fait bien ce qu'on veut, l'un comme l'autre.
Je ne pense donc pas tomber dans le nihilisme, parce que je crois en la vie,je crois à l'amour de mes proches et en l'amour que j'ai pour eux.
Je ne tombe pas dans le nihilisme en ayant détruit ma fierté,mon soucis de l'image que je renvoi,et mon ambition.
Je crois surtout en la vie, c'est tout le contraire.
Donc, détruire son égo, pour moi c'est tout ça.Mais il le semble que vous mettez autre chose dans cette égo, l'estime de soi.
Ça je ne le détruit pas non,et je tombe donc en accord avec vous.

Est ce qu'on s'y retrouve la?😄

EDIT: si, j'ai une ambition, que je tiens à garder,celle d'être heureux,et de rendre mes proches heureux.
Je ne sais pas si c'est de l'ego ça, mais je le garde !😉

Juliette.le 18 août 2022 à 00:14  •   84998

Pour moi, mais, sans références exactes à l'appui, l'ego est l'ennemi du réel, de la vérité. Il passe son temps à vouloir se comparer, se nourrit du qu'en diras-t-on et de lubies, et attend avec impatience la fête des voisins pour se repaitre du malheur des autres... Nous avons tout intérêt à ce que notre conscience parle un peu plus fort, non? (Enfin, j'espère utiliser les termes appropriés...)

zozottele 18 août 2022 à 00:17  •   84999

@Juliette.
👍
Tu as du du ratée mon edit mince, j'y tiens 😉

Juliette.le 18 août 2022 à 08:10  •   85004

Merci @zozotte :) Bon, j'ai un peu oublié de vous donner ma théorie concernant l'ego selon Comte et Hegel mais là, il faut que j'y aille, on verra ça plus tard.... ou pas. 😄 😉

Merlinle 18 août 2022 à 09:06  •   85005

/mode contradiction on

J'ai comme l'impression que "l'ego" n'est qu'une construction culturelle qui ne correspond qu'à la définition mouvante de chaque personne qui en parle... ;)

Donc si quelqu'un peut me donner une définition de l'ego qui puisse se baser non pas sur la psy ou la philo mais sur la (neuro)science, je suis preneur !

/mode contradiction off

zozottele 18 août 2022 à 09:24  •   85006

C'est pas un mode contradiction, c'est un mode @Merlin!😉

Merlinle 18 août 2022 à 09:33  •   85007

@zozotte toutes ces divisions de l'âme-esprit humain me font penser au concept multiple des anciens Egyptiens, qui séparaient une personne en (au moins) 8 composantes (dont l'ombre !). Pour nous, ça n'a aucun sens mais pour eux, c'était une évidence. Quand je vois la manière dont les psy-machins décortiquent l'esprit, je me dis qu'ils font exactement la même chose et que cela ne nous semble sensé que parce que cela correspond à notre culture occidentale actuelle...

paradoxle 18 août 2022 à 14:18  •   85019

Sur Wikipédia, on peut lire ça :

Philosophie
Selon Vincent Carraud, « Le moi n'est pas une donnée première et intemporelle, mais résulte du doute porté à son point extrême -- c'est pourquoi l'Antiquité et le Moyen Âge l'ont ignoré ».

Descartes au xviie siècle exprime sa certitude quant à l'existence d'un sujet pensant à travers le Cogito ergo sum.

Husserl emploie le terme ego transcendantal pour désigner le « moi sujet » qui anime la conscience.

Mais l'ego peut également être défini comme le moi en tant qu'objet de la conscience ; ainsi selon Sartre, « l'ego n'est pas le propriétaire de la conscience, il en est l'objet ».

Selon André Comte-Sponville, l'ego « est moins ce que je suis que ce que je crois être, moins le je que le me (par exemple quand on dit « je me connais », « je me sens triste »...) ».


Et suivent les définition religieuse, new-age, psychanalytique, etc, etc. Je vais m'en tenir à la philo. Du coup, quand on parle d'ego, faut préciser lequel.

MaisEncorele 18 août 2022 à 16:40  •   85023

Que cet étalage d'ego(s) est ravissant et stimulant 😜! Ne sortez pas les dents, c'est véritablement de l'humour-amour fraternel de ma part.
Du coup cela me donne envie d'exposer le mien, aussi et une fois de plus 🙂... Rapidement...

Si nous prenons l'ego comme l'outil (ou support) qu'utilise l'homme pour aborder et structurer son rapport au monde, sa conscience donc, il est logique que celui-ci se "fixe" sur les repères culturels résultant de sa construction mentale au fil du temps. Ce qui donne ces différentes approches et définitions.
La question de départ de @Gloomycetol visait à observer l'utilisation que nous en faisons personnellement, si j'ai bien compris (?). Élans pragmatiques, mystiques etc... ils sont explorations individuelles par des chemins différents mais avec une même intention de départ : qui suis-je et quoi en faire ? Observations de ce que nous sommes et de notre environnement, articulation & transformation, de là chacun part sur sa construction personnelle et son positionnement individuel dans le groupe.

Et si les questions existentielles et spirituelles nous animent encore aujourd'hui, n'est-ce pas justement parce que nous ne savons pas "d'où" nous vient cette faculté neuro-logique qui caractérise notre espèce par cette "matière" si singulière ? Est-ce "une mécanique" évolutive ou "un capteur" pour lequel nous devons juste trouver les codes de déchiffrage ? Est-il influençable ou non ? etc... etc...
Dis-je de grosses bêtises ?

Pour rester dans ce qui a été posté ici, je reprends un extrait de l'article proposé par Merlin car je le trouve... "sympathique" ou possiblement "généraliste" 😋... (l'article 😄😉) : " La conservation du souffle de vie (ânkh) est cependant conditionnée par le respect, la vie durant, des principes de la Maât (Vérité-Justice-Ordre) et par la maîtrise efficace de la magie-Heka. Cette dernière est à la fois une puissance intérieure et un savoir livresque qui permettent aux humains de s'assimiler aux dieux. "

zozottele 18 août 2022 à 18:32  •   85025

Et avec tout ça,on a pas le droit d'avoir sa propre définition de l'égo ?😛

Gloomycetolle 18 août 2022 à 21:01  •   85036

Les modes de pensées (de chacun) sont intéressants... (C'est là que je veux en venir.)

Arriverions nous à une synthèse de tous ? (J'en doute.)

Shamaelle 18 août 2022 à 21:06  •   85037

Yo 🙂

Si chacun a sa propre définition d'un concept tel que l'ego, c'est comme si chacun avait sa propre langue...dans ce cas on ne comprend plus personne. 😂 @Merlin merci pour ta remarque sur les conceptions différentes de l'être humain. Je ne vais pas sortir la mienne tout de suite, elle ressemble un peu à celle des égyptiens je trouve.😅 Ceci dit cela me semble nettement plus possible de pouvoir se comprendre en ayant des visions globales différentes de l'être humain qu'en ayant des définitions précises différentes de l'ego. En effet, de part nos expériences d'être humain sur terre, le terrain d'entente sur le terme "humain" me semble assez spacieux. Par contre, quand il s'agit de traiter de parties imperceptibles par les sens (âme, esprit, ego, etc.), là c'est évidemment une autre histoire. Cela n'exclut pas d'avoir des visions différentes mais une définition commune au moins aux individus partageant une même langue (ici le français) me semble indispensable. Mon oncle peut parfois se prendre la tête avec son épouse chinoise car elle lui dit de lui donner le "bol" alors que lui appelle ça...un saladier !😂

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais pour ma part, en relisant toute la conversation je ne vois que très peu de définitions de l'ego énumérées, mais plutôt des qualités (aspects, manières d'être) de l'ego. Je fais exprès d'utiliser le mot "qualité" (voir Robert et Larousse) dans un sens bien précis pour dérouter ceux qui pensent ne voir que des "défauts" dans l'ego. (nyark-nyark !*rire sadique😇)

Alors pour ce qui est d'une définition de l'ego je me permet simplement d'ouvrir les dictionnaires Robert et Larousse. Qu'en pensez-vous ? Pour ma part je ne me sens aucunement gêné par ces définitions (sauf celle du "langage courant" qui à mon sens ne montre qu'une seule partie de l'ego, mais qui peut désorienter beaucoup de gens).

Pour te répondre zozotte, quand tu dis :

citation :
Je fais ma tête de mule,je pense que moins on a de maîtres, mieux c'est.?


J'en déduis que tu cherche à être libre ? Dans ce cas, je recommande la lecture de l'artice suivant : Stratégie de la motivation, par Olivier Lafay. D'aucuns le trouveront intéressant dans son ensemble, mais comme il est très long, je précise que la partie de l'article qui concerne directement la question est : Complément à la partie II - Le mythe de la liberté. Le rapport qui y est fait entre la notion "d'être de plus en plus libre" et soi-même (et l'ego aussi du même coup) me semble également pertinent...

C'est un énorme plaisir d'échanger avec vous sur le sujet !😄 C'est à la fois intéressant, passionnant, et...à péter de rire !😂

Kobayashile 18 août 2022 à 22:08  •   85040

@zozotte, mettons-nous d'accord sur notre désaccord 😜
Je substitue le "détruire" par un "transformer", comme au rugby.
Le truc magique de l'égo est qu'il est présent dans tous les cas. Prenons le manque d'estime de soi. Il se peut que cela cache en fait une énorme déception de l'égo, qui dans son immense narcissisme pousse au bout le manque d'estime exprimé par les autres pour se l'appliquer à soi-même. Et là, aïe, on a un fort foli noeud extrêmement voire impossible à défaire 😱

La source de pareille chose réside fort probablement dans un vécu de l'enfance.

paradoxle 18 août 2022 à 22:57  •   85049

Allez, je vais m'amuser un peu. Puisqu'on parle de notre vie intérieure. J'ai une chanson que j'avais faite en collage de phrases du chapitre "Le vif du sujet" de La méthode - L'humanité de l'humanité d'Edgar Morin.


"Tout être humain porte en lui le cosmos.

Tout individu demeure un mystère insondable et nous demeurons un mystère à nous même.
Toute aventure humaine oscille entre harmonie et cacophonie.
Tout individu est un, irréductible.
Et tout individu est en même temps double, multiple, innombrable et divers.
Un visage est un théâtre où jouent de multiples acteurs, d'innombrables personnalités.
D'abord le moi et le je, qui permet de dialoguer avec soi-même. La solitude est un tête-à-tête entre soi et soi.
Il y a le moi et le nous puisque les autres nous habitent et que nous habitons les autres.
Nous sommes habités par nos ancêtres, étrange lignée de progénitures.
Nous avons intégré les systèmes de pensée, les comportements, les mimiques de nos parents.
Nous portons en nous tous les âges.
Nous portons tous en nous la présence plus ou moins caché de l'autre sexe.
Nous jouons des rôles différents en famille, au travail, en amour ou entre ami.es.
Il demeure en nous un grouillement de personnalités imaginaires dans nos fantasmes : personnalités démentes, érotomanes insensé.es, sauveurs de l'humanité...

Au fond de nos gouffres intérieurs se côtoie tout ce qui menaçait l'homme des cavernes : la faim, la soif, les fantômes, nos démons.

Nous sommes tous des dualités internes, pluralité d'inconscients, multiplicité d'instances psychiques, pluralité mentale séparée en compartiments, personnalités virtuelles, infinité de personnages chimériques, existence multiple dans l'imaginaire.
Chacun contient en lui des galaxies de rêves et de fantasmes, des élans inassouvis, des éclairs de lucidité, des égarements débiles, des déferlements de haine, des immensités d'indifférence glacée, des embrasements d'astres en feu, des orages démentiels.

Chacun porte en lui une solitude incroyable, une pluralité inouïe, un cosmos."


Les égyptiens s'étaient arrêtés à 8 composantes, je crois bien qu'on en a décourvert d'autres depuis.

zozottele 18 août 2022 à 23:37  •   85052

@tous,
Je suis d'accord avec vous sur nos désaccords,et c'est bon de se marrer.
Shamael tu m'envois un lien qui m'a l'air fort intéressant.Je pourrais t'en envoyer d'autres forts intéressants aussi.
On parle beaucoup sur le forum de cette recherche de liberté, dans plusieurs fils.
Et c'est comme l'égo,voir encore pire !😄
Des milliers d'avis différents, qui sont tous bon à prendre.
La liberté est elle un leure,est elle subjective ou objective ?
A chacun de décider,de se penser libre ou non,et les fameux grands penseurs, qu'ils soient occidentaux, Egyptiens,ou peu importe, nous donne leurs avis.
A nous d'en faire ce que l'on veut.
Mais discuter avec vous sur ce forum est un plaisir qui n'a pas de prix, c'est tout ce qui compte au final.
Mais donc,non,nous n'arriverons pas à synthétiser des milliers d'années d'histoire de réflexion, même avec un Larousse à notre portée.😀
C'est ce qui fait le sel de la vie,et c'est une chance.

Gloomycetolle 19 août 2022 à 00:06  •   85054

Petite digression au passage :

"La meilleure façon d'être gentil, c'est de s'insulter soi-même." ??? 😂
=> Formater son ego au lieu de se laisser formater...

(A dire vrai, non parce qu'on s'écrase. Quoique ?)

MaisEncorele 19 août 2022 à 23:53  •   85092

citation :
Dis-je de grosses bêtises ?
C'était une vrai question... 🥴

zozottele 19 août 2022 à 23:57  •   85093

Une vrai réponse @MaisEncore:

Ce que l'on pense n'est jamais une grosse bêtise,peu importe ce que l'on te dit.

Meleorle 27 août 2022 à 14:03  •   85414

Evangelion traite bien selon moi la problématique de l'égo, si on veut trop le supprimmer en fait on devient comme Shinji. Et pour un HP cela peut l'entrainer à s'auto-détruire car il va avoir peur de ses qualités, ayant peur d'avoir de l'égo s'il se sent trop intelligent, donc il peut rejeter ses qualités intelectuelles, rejeter l'élitisme par peur de l'égo dans le sens ne s'intéresser pas trop aux trucs trop intellos par peur de l'égo et par vertu morale de pas trop vouloir étre performant, par peur de vouloir se sentir plus malin que la moyenne. Cela entraine chez un HP la négation de son vrai soi, du faux-self, la non estime de soi, le manque d'assurrance, sociale, la fragilisation par rapport aux gens très surs d'eux et cela aboutit à de l'isolement social hyper extrème comme c'est mon cas. Donc il est vital pour moi de réhabiliter l'égo dans le sens neutre de soi, car je dois casser ce processus d'auto-destruction que j'ai mis en place l'essentiel de ma vie, en voulant étre gentil car c'est censé étre mal d'avoir de l'égo. Et donc plus on se rabaisse mieux c'est, plus on nie ses qualités et les exploite pas mieux c'est dans le processus mental que ça provoque, c'est ce que j'apelle l'effet Shinji. Mais c'est aussi bien décrit par les spécialistes des HPs.

MaisEncorele 27 août 2022 à 15:55  •   85416

Merci @zozotte pour cette délicate manière de dire que "oui" 😂... 😉
Merci @Meleor d'ouvrir sur cette autre vue, elle me permet de me sentir moins seule et d'orienter un axe de recherches personnelles 🙂 ...

paradoxle 27 août 2022 à 16:46  •   85418

@Meleor moi aussi ça me touche ce que tu dis. Même si c'est pas aussi violent chez moi.

Hinenaole 27 août 2022 à 22:17  •   85437

Salut. 🙂

Pop-corn time! 🙂

Je pense que je vais tout lire de ce fil avant de répondre.
Je ne me reconnais ni dans Comte ni dans le postmodern.
Quant à l'holistique, une part d'esprit dit oui, une part dit non.
A cette seconde, je ne sais pas.
Et puis, il y a la dimension spirituelle aussi.
Avec dieu, je ne serais pas celui que je suis.
Sans dieu, je ne serais pas celui que je suis...
Sachant que mon égo (mot non-dégueulasse, comme le dit @Shamael) s'est construit à travers quelqu'un.
Sans cette personne, je ne serais pas ce que je suis.
Avec cette personne, je ne serais pas ce que je suis... aussi.
Ouais, ça y est, vous commencer à comprendre pourquoi il me faut encore lire un peu,
et becter quelques popcorns tout en réfléchissants sur vos échanges. (enrichissants)


(Oui, mais, mais, mais... comment peut-on construire son égo à travers quelqu'un? 🤔
Ce quelqu'un méritait-il vraiment d'être modèle?
Etait-ce une personne parfaite, sans faille? Bonne à être recopiée?
Dézo, j'comprends pas!...

Non, ce quelqu'un a été un modèle abcent. Un vide.
Ce quelqu'un a toutefois fait virer tôt ma nature.
C'est une personne qui m'a imprégné de sa Foi sans faire de moi un croyant, paradoxalement.
Perdu(e)? Pop-corn aussi?
Ça tombe bien, asseyons-nous. J'en ai pour deux...)



A plus tard...

zozottele 27 août 2022 à 22:53  •   85442

@Meleor ton point de vue est percutant bien sur.
Et entendons nous bien,je n'ai pas la même définition de l'égo.
Je l'ai dis plus haut,il faut savoir s'aimer soi même, et savoir se valoriser.
Mettons nous donc d'accord la dessus,il y a,si l'on veut,une bonne part de l'ego qu'il faut savoir garder,et une mauvaise qu'il faut savoir neutraliser.
Je ne sais pas si l'on tombe d'accord la dessus alors ?

@MaisEncore,non,je voulais dire non 😛

@Hinenao pour Nieztche (je repars sur la philo occidental désolé),il faut arriver à se trouver soi même.
Se construire à travers quelqu'un ça peu aider oui,au début.
Mais il faut arriver à dépasser ce stade.
Nietzsche utilise l'image d'une statue.
On se fait de ceux que l'on idolâtre,ou adore,une statue.
Et en faisant cela, nous passons à côté de nous même,de nos propres forces.
Et Nietzsche conclue la dessus,on finis toujours écrasés par une statue.

MaisEncorele 28 août 2022 à 14:06  •   85460

Détends-toi @zozotte, 😍, je crois qu'il ne s'agit pas ici de remettre en question la définition de chacun mais de rebondir sur la digression de @Gloomycetol :

citation :
"La meilleure façon d'être gentil, c'est de s'insulter soi-même." ??? ?=> Formater son ego au lieu de se laisser formater...
(A dire vrai, non parce qu'on s'écrase. Quoique ?)


Ou l'influence de l'environnement, les pouvoirs qui se jouent dans nos danses -parfois macabres- entre egos, du rapport à l'autre et de l'impact qu'il a sur nous... nous retrouvons ici l'immuable soumission / domination...

Oui chacun peut travailler ou formater son ego lorsque l'on parle de l'outil que l'on se forge mais il ne faut pas négliger les influences qui vont le structurer et s'imposer à lui dès la naissance (je reste volontairement sur l'aspect social et la conscience communément admise comme "la maîtrise des choses").
Dans l'action / réaction, il y a la volonté perso mais aussi l'appréhension (le fait de saisir, pas la crainte ; ou la notion portée par Kant -acte par lequel la conscience se représente le divers des perceptions- pour les plus joueurs) de tout ce qui n'est pas de notre fait et sur lequel nous n'avons pas toujours une main possible. Oui, on peut dire que la première influe considérablement sur la seconde, que l'ego que l'on choisi de façonner permettra de se positionner au mieux vis-à-vis de "l'extérieur" mais ce serait aller un peu vite et oublier les formatages passés ainsi que les nouveaux qui nous assaillent tous les jours. Si la vie était simple partie de pétanque ou question d'ajustement isostatique (😋) ce serait facile... sauf qu'il y a des *forces* que l'on ne peut maîtriser et qui se créent tous les jours (nous sommes bien ici entre individus lambda et non entre yogis -ou autres- confirmés n'est-ce pas...).
L'action se découpe déjà en 2 parties : la volonté pure du "si je veux, je peux" + la volonté d'agir sur *ce que je suis* que je ne connais et maîtrise pas entièrement (n'en déplaise à ceux qui pensent déjà tout savoir). Et la seconde est affaire d'observation et d'adaptation, ce qui n'est pas rien pour ces êtres sociaux que nous sommes !

Il y a des schémas structurants difficiles à transformer... Plusieurs fils abordent des méthodes et/ou des états d'esprits plus ou moins pragmatiques, des techniques comportementales aux disciplines donnant accès à des mécanismes observables et modulables. Mais ce n'est pas "si facile" d'intervenir sur la condition individu / collectif. Personne n'a ni les mêmes chaînes ni le même rapport au monde. Parler du haut de la marche "je peux agir sur ce dont je suis conscient" ou de celle "je veux agir sur un/des mécanisme intégré malgré moi"... (vous noterez s'il vous plaît que je ne mets pas de référentiel donc pas de hiérarchie dans la hauteur de ces marches)(comme je ne dis pas qu'il y a qu'un seul escalier)(d'accord, j'arrête... 😂)

J'en reviens donc au rapport à l'environnement (ou à "l'autre" si préféré) et à ce qui pour moi reste le caillou dans la chaussure, le grain de sable dans l'engrenage, ce qui est difficile mais qui mérite et justifie de mettre les mains dans le cambouis... : la réflexion à fournir sur "à quoi et à qui je permets d'avoir un pouvoir sur moi ?" (puisque pouvoir il y a et il y aura).
De là peut découler une perseption-définition-transformation personnelle et individuelle... 🙂

Gloomycetolle 28 août 2022 à 16:21  •   85467

(Discussion très intéressante... en tout cas pour ce que je saisis.)

Hinenaole 28 août 2022 à 18:13  •   85474

Ajout:
@MaisEncore a dit:
citation :
Détends-toi @-zozotte, ?, je crois qu'il ne s'agit pas ici de remettre en question la définition de chacun mais de... etc, etc.

Zozotte a dit:
citation :
@-Hinenao pour Nieztche (je repars sur la philo occidental désolé),il faut arriver à se trouver soi même.Se construire à travers quelqu'un ça peu aider oui,au début.Mais il faut arriver à dépasser ce stade.Nietzsche utilise l'image d'une statue.

Il y a eu un petit prolongement en MP sur cette histoire de statue toute nietzschienne entre @zozotte et moi.
Je lui ai expliqué à quel point cela ne pouvait pas correspondre à mon cas, notamment.
Mais que tout le monde se rassure, cela n'a pas froissé l'échange. 👍


A plus tard.

zozottele 28 août 2022 à 23:59  •   85483

Ben oui,on est pas des sauvages !

MaisEncorele 29 août 2022 à 00:23  •   85484

[ D'où mon "😍 " et cela s'adressait plus au retour donné aux propos/sujet de Meleor, comme développé ensuite... 😉 ]

Hinenaole 29 août 2022 à 11:07  •   85491

[ En fait, c'est bien de se faire des clarifications les uns les autres, c'est un peu comme s'envoyer des smilies "😍", mais avec des mots. 😉 ]


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?