Vous avez dit... atypique ?

tentative de comparaison

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Vous avez dit... atypique ?
  4. Tentative de comparaison
tentative de comparaison
elsbzhle 12 janvier 2021 à 22:59

Je vous livre un bout d'une conversation (un bout que j'ai écrit moi, sans ça j'aurais eu la politesse de demander à l'auteur, ou, plus probablement, je me serais abstenue - d'ailleurs s'il se trouvait sur ce forum ce sera une façon de le découvrir et ça me fera sourire)

Et voilà, deux lignes de texte et déjà la parenthèse prend plus des trois quarts de la place 🙄 😂

Enfin bref, je serais curieuse d'avoir votre ressenti sur cette comparaison qui m'est venue spontanément. Le sujet de départ était l'impression de supériorité que nous pouvons donner aux "neurotypiques" (cette étiquette ne me plaît pas plus qu'une autre mais sa sonorité m'amuse, c'est toujours ça de pris)

"je passe tellement de temps, d'énergie ! à essayer de m'adapter, comprendre les règles de communication, savoir quand je peux me permettre de dire le truc décalé qui me fait sourire et quand ça va me faire passer pour encore plus extra-terrestre... Que c'est un vrai soulagement quand je peux, enfin, si rarement, avoir un vrai échange personnel. Y compris sur des sujets (qui me semblent) très banals, disons, avoir une discussion sur l'animal qu'on aimerait être. Un peu comme si j'étais daltonienne avec des gens qui parlent de couleurs en permanence, qui me demandent de participer aux conversations de façon pertinente, et qui me reprocheraient en plus de préférer parler sons et musique avec un autre daltonien, sous prétexte qu'eux se sentiraient moins à l'aise et donc rabaissés par notre conversation !"

Nevromonle 13 janvier 2021 à 14:02   •  

Comparaison me semblant plutôt fondée. Ne pas arriver, pouvoir, vouloir, ou trop peu de l'une ou de toutes ces options, cela peut être douloureux. Trouver, et se retrouver au moins de temps en temps avec des personnes qui rencontrent des points de vue et surtout, façons d'être que nous n'avons pas trouvés auparavant peut être libérateur, profondément apaisant...

Bouhhle 13 janvier 2021 à 16:48   •  

Je vois très bien de quoi tu parles.
Pourtant, dans certains contextes, avec les 'normo' , il est possible de les sortir de leur cadre et de les emmener vers un truc plus personnel. Et tu n'es plus jugé supérieur, une certaine complicité, même furtive, s'est instaurée. Et le regard change.
Et je crois que je suis jugé plus souvent perché que supérieur, je préfère.

La comparaison avec les couleurs, ça tue.

Nevromonle 13 janvier 2021 à 18:36   •  

Mais c'est fatigant, le fait que "eux" semblent avoir besoin de conditions me semblant assez spécifiques pour se livrer, la plupart du temps. Échapper de façon commune à la mort en fait partie, pour l'avoir vécu.

elsbzhle 13 janvier 2021 à 22:06   •  

Euh oui, s'il faut que j'échappe à la mort en compagnie de quelqu'un pour espérer communiquer de façon satisfaisante, je ne suis pas sûre d'être si motivée que ça...
Ne m'en veux pas, l'humour est une de mes "armes" favorites pour trouver du positif au quotidien et surtout dédramatiser tout et n'importe quoi, en commençant par le pire.

Je pense passer aussi bien plus souvent pour perchée, étrange... cinglée, que pour supérieure. Jusqu'à ce que je parle de HP, d'atypisme, d'hypersensibilité, etc, et là clairement je n'ai pas trouvé de façon correcte d'expliquer parce que même des gens très proches se sont sentis agressés et rabaissés - au moins, étant proches, ils me l'ont exprimé.

La psy qui m'a "testée" me disait qu'il y a statistiquement plus de gens à haut potentiel en Bretagne que la moyenne nationale, ce qui expliquerait que je me sente globalement assez bien ici...

Bouhhle 14 janvier 2021 à 02:17   •  

@Nevromon c'est fatiguant, je te le fais pas dire. Je parlais de gens où tu trouves que ça vaut le coup, sinon c'est même un gouffre à énergie, c'est sûr.

Bouhhle 14 janvier 2021 à 03:02   •  

T'inquiète pour l'humour, j'avais souri en me disant "ah, bonne humour ça. Et je ris aussi de tout, l'humour détend les tensions. Pire c'est, plus on est tendu, plus on a besoin de rigoler. Et l'humour noir est un jeu délectable.

C'est vrai que moi je le sais depuis un an et je ne l'ai dit qu'à quatre personnes. À une ex (fallait que je le dise à quelqu'un) qui ne fut pas surprise, son fils vient d'être reconnu HP et les bouquins qu'elle a lu lui on fait penser à moi. À un ami qui a mis la question sur le tapis en parlant d'un pote commun. À une nouvelle amie avec qui je papote bien, "ah ouais ? ma fille est HP ausi, et mon ex aussi (elle est en plein syndrome de l'imposteur). Une connaissance bipolaire un soir bourré. Je l'ai parfois écouté me raconter ses problèmes et on s'entend bien, elle me devait bien ça. Ah si j'ai dit ça un un type dans un bistrot qui se présentait en disant qu'il était asperger, entre à s'excuser d'avance et vantard. Ni une ni deux, moi les vantards j'ai du mal, "et moi surdoué, c'est pas un cadeau non plus." Du coup on a parlé des nouvelles découvertes archéologiques sur Jésus et la secte des esséniens, c'était super.
Sinon je ne vois toujours pas comment je pourrais dire ça à mes potes et encore moins à ma famille. Ça viendra peut-être un jour. Par contre, je n'hésite pas à dire, et ce n'est pas nouveau, 'bah, je suis comme ça, moi tu sais, en décrivant une caractéristique ou une façon de faire, avec mes mots. Une étiquette enferme et les termes pour surdoué(es) ne sont jamais descriptifs de ce qu'ils renferment.

Je me souviens avoir commencé par toutes les caractéristiques quand j'en ai parlé à mon ex, en expliquant que j'avais trouvé la case dans laquelle les psys pourraient me mettre. Les gens comprendraient peut-être mieux en décrivant quelque chose qu'ils reconnaîtraient chez toi, et qui n'a rien à voir avec l'intellect. Le mot HP est venu à la fin. Je n'ai pas passé de test, de toutes façons. Ça aussi, ça viendra peut-être un jour.

Nevromonle 14 janvier 2021 à 08:30   •  

Oui. Tu listes de situations, tes caractéristiques, tes émotions et réactions, et cela "t'humanises" et donne des outils pour mieux te comprendre et se mettre à ta place, puis tu finis par l'appellation du diagnostic dans laquelle toi, tu te reconnais, pourrais être reconnu, ou as officiellement été placé. Mais cela requiert du temps. Cela dit, je pense que si j'étais dans ton cas, je n'essaierais de toute façon même pas d'en parler avec des gens qui ne veulent pas prendre un moment de cette nature !

elsbzhle 14 janvier 2021 à 13:20   •  

C'est important de pouvoir en parler à quelques personnes bien choisies. J'ai mis longtemps à hésiter à en parler à ma chef, et j'ai fini par me décider parce que nous avons à travailler avec des gamins HP, donc je trouvais important qu'elle sache à quel point je pouvais comprendre les problématiques particulières. Sa réponse ? "Vous étiez la seule à ne pas le savoir" ! J'ai trouvé ça à la fois chouette et inquiétant, au secours ma coquille d'escargot est transparente, que vais-je devenir ?
Ma mère a eu une réaction beaucoup moins positive... Mais pas surprenante.
Je ne suis pas à l'aise avec les mots mais c'est vrai que c'est plus facile de passer par les caractéristiques sans mentionner d'étiquette...


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?