Témoignages

Dire ou ne pas dire

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Témoignages
  4. Dire ou ne pas dire
Dire ou ne pas dire
Tao-mele 27 août 2019 à 22:38

Salut le petite communauté,

J'aimerai échanger autour du fait de dire ou ne pas dire sa différence, de donner son mode d'emploi :
- En parlez vous ?
- Si oui à qui ? Amis, famille, collègues / employeur...
- Si non pourquoi ?
- Qu'avez-vous pu expérimenter de significatif à ce niveau ? Pour vous mener à quelles conclusions ?

Tao-mele 27 août 2019 à 22:46   •  

De manière générale, je constate incompréhension voir agacement : "puisque tu es si intelligente que ça...", "tu es comme tu es", tout le monde est hypersensible mais l'exprime différemment, ça ne sert à rien de s'enfermer dans des cases, et à quoi ça va te servir ? le monde moderne est hostile pour tout le monde ... J'avais pourtant choisi des personnes proches, en lesquelles j'avais confiance. Je ne veux pas les rejeter pour autant, comme j'aurais pu le faire pas le passé en m'offusquant face au jugement.
Au final j'ai passé mon test WAIS VI sans en parler à personne, surtout que j'en attends encore le résultat.
Dernièrement je me dis qu'à trop partager mon intériorité j'en perds "mon centre", qu'à trop dire qui je suis et comment je fonctionne j'ouvre la porte à des échanges déstabilisants, qui me font douter et effondrent mon fragile et difficile travail d'ancrage. Je suis donc pour le moment pour cultiver mon jardin intérieur.
Le domaine professionnel, c'est autre chose, des étapes à justifier dans le CV... pas convaincue de pouvoir dire "heu je me suis égarée le temps de comprendre que j'étais neuro-atypique... mais maintenant j'suis d'la bombe, mais éternellement une buse en assertivité et leadership" 😄 😜

Merlinle 27 août 2019 à 22:49   •  

Pour moi c'est comme d'être très grand ou très petit : ça se voit, je ne ressens pas le besoin d'en parler ou d'expliquer quoi que ce soit. Les proches connaissent mes caractéristiques principales, c'est l'essentiel. Je me suis aperçu avec le temps que les personnes qui s'intéressent au sujet ou ont vu des informations là-dessus vont automatiquement me "classer" dans la catégorie "surdoué", mais ça ne m'embêterait pas plus que ça qu'ils ne le fassent pas.
Je crois que le fait d'avoir une forte personnalité et beaucoup de différences (ou "originalités") a amené les autres à m'accepter ou me rejeter, mais dans tous les cas à me respecter.

Tao-mele 27 août 2019 à 23:14   •  

@Merlin, merci pour ton retour. Ayant une personnalité plutôt discrète, trop selon certains, je cherche comment me dégager de cette tendance à la sur-adaptation développée depuis toute petite et qui m'a menée à un trop plein. La révolution a commencé, parfois un peu trop Rock'n'roll pour l'entourage 😄
Pour avoir lu d'autres messages de toi, j'ai l'impression que ta découverte s'est faite naturellement, sans heurts, est-ce bien cela ? "Maudit chanceux" comme dirait nos cousins québécois !

Siryackle 27 août 2019 à 23:17   •  

Ah ! Tiens ! Tu as changé ton âge @Merlin ! C'est pour éviter les jeunettes de t'approcher, Merlin l'enchanteur ?! 😄 😄 😉

@Tao-me, je te comprends. :)
J'ai à peu près le même cheminement que toi. J'en ai parlé à des proches et des moins proches...
Ma famille évidemment. J'en ai même été agréablement surpris de leur réaction !! (même pour le montant que ça allait me coûter !! :O 😄 ) -Famille proche hein ! Père, mère et soeur)
Des ami(e)s... certaines ça coinçait ! :s:s Du coup je me suis arrêté de vouloir en parler à d'autres...

Dans les réactions négatives, je constate : de l'indifférence -formelle (je ne préfère pas interpréter), de l'égo, beaucoup d'égo et... de jalousie ?! Et surtout beaucoup de préjugés sur cette... euh... (du mal à le dire :s ) "catégorie de personnalité".

Dans les réactions positives ou neutres, j'incite à lire des livres sur ce sujet pour mieux comprendre. :) Pour d'autres, même si ça ne pose pas trop de questions, j'imagine que ça ne surprend pas trop, vu l'extra-terrestre tel que j'étais perçu... 😄 Et une seule autre connaissait le sujet, vu que c'est elle qui m'a plus ou moins aiguillé vers cela, donc pas de surprise. :)

Après ce peu d'expérience, j'incite à quelques personnes qui me pose la question -par MP- d'en parler avec grande parcimonie et discernement !!
Vu les réactions égotiques, mieux vaut en parler le moins possible finalement. 😶

Je sais que beaucoup (?!) de personnes trouvent cela comme incongru, voire prétentieux ?! de "revendiquer" cet atypisme au près de nos yeux, (de notre coeur)...
M'enfin, moi comme Tao-me ont, ressentent ce besoin de comprendre, donc déjà d'identifier, afin de comprendre notre vie passée et présente afin de démêler les noeuds, éclairer les nombreuses zones d'ombres...
J'ai dit ! 😜

Strangerquarkle 27 août 2019 à 23:26   •  

Bonsoir @Tao-me, ton interrogation résonne tellement pour moi !

Comme toi je me suis "sur adaptée" et la révolution dont tu parles est tellement agréable ^^, ce lâcher prise, arrêter d'essayer d'être comme tout le monde, utiliser mon énergie pour des choses qui me plaisent ... C'est presque instinctif, et reposant.
Je pensais que je pourrais enfin affirmer ma différence mais je me rends compte que c'est impossible. Je ne veux pas être vue comme une bête de foire. Et puis je ne suis pas seulement HPI, je suis bien d'autre chose et toujours unique et différente quoi qu'il arrive !

Pour l'instant j'en ai parlé à mon cercle restreint (2 personnes) (mon seul cercle en fait 😂 ) et déjà des tensions se font sentir. Doutes, incompréhension, "tout le monde ressent ça" ah bah oui tout le monde s'est déjà senti différent, décalé, inadapté au moins une fois dans sa vie ...

Et puis il y a peut-être un stade que je n'ose pas encore franchir : j'ai peur de mettre l'autre mal à l'aise, le faire se sentir moins bien, moins intelligent. Je ne veux pas faire de peine.

Siryackle 27 août 2019 à 23:30   •  

Je comprends très bien ta dernière phrase, @Strangerquark !!
D'où le fait de s'abstenir à en parler...
Nous sommes d'abord des êtres humains, n'est-ce pas ?! 😉

Strangerquarkle 27 août 2019 à 23:33   •  

Jusqu'à preuve du contraire 😶

Pacaloule 27 août 2019 à 23:38   •  

J'évite d'en parler. J'en ai parlé à mon père et mes enfants. J'en avais parlé à mon ex compagne. Mon médecin le sait. En fait, je m'aperçois que les (très rares) personnes à qui j'ai envie d'en parler ou en parle, pour avancer par exemple dans la connaissance mutuelle, ou parce qu'ils me font eux-même des confidences, s'en doutent déjà et s'intéressent au sujet...Quant aux autres, eh bien je n'ai pas envie de partager cela avec eux. Ils me parlent et ils s'adressent au périscope que je tends à la surface, sans voir le sous-marin..
Je crois aussi que d'une certaine façon il est préférable de dépasser son côté HP. C'est ce que dit aussi @Strangerquark
Quant au monde professionnel, moins on te "calculera" je crois, mieux cela vaudra pour toi.
En revanche, ce qui me frustre, même si je suis habitué, c'est ce moment dans les conversations où, selon les sujets, je peux être amené à me taire parce que :
- je sais que j'ai raison parce que je sais de quoi je parle, or je ne veux pas le dire à la personne que j'ai en face de moi, parce que ça m'embarquerait dans des considérations personnelles sur mon parcours, mes expériences etc. que je préfère garder pour moi.
Je sais que je n'ai besoin que d'une seule personne avec qui rompre cette asymétrie...
C'est mon côté romantique.... 😍

Siryackle 27 août 2019 à 23:39   •  

Ho ! @Strangerquark Tu crois que nous serions des extra-terrestres qui s'ignorent ?! :O 😄 😜

Tao-mele 27 août 2019 à 23:52   •  

Serions-nous donc condamnés à l'humilité et la sagesse ? Interdit de gloire de notre vivant 😄
Une personne de mon entourage en parle très ouvertement, surtout pour justifier ses troubles de l'attention (peut-être aussi une hyperactivité), avocate spécialisée en droit du travail elle a réussi à obtenir un statut de travailleur handicapé. Je me demande comment elle parvient à se faire comprendre quand je me sens en plein syndrome de Cassandre pourtant face au même interlocuteur.
Dans les soignants le sujet intéresse mais rares sont les connaisseurs.

Strangerquarkle 27 août 2019 à 23:55   •  

@Siryack je ne crois en rien et je doute de tout ... en tout cas ça expliquerait bien des choses   😂

@Pacalou ces moments où tu sais que tu as raison mais tu ne peux pas l'expliquer parce que pour toi c'est évident et tu n'as aucune idée de ce que ton interlocuteur rate dans cette évidence. Donc tu ne dis rien et tu laisses les gens prendre des mauvaises décisions. Et si tu essayes tu t'emmêles les pinceaux, personne ne te suit ni se rappellera que tu avais eu raison avant les autres. C'est pas le syndrome de Cassandre ça ?

Pacaloule 28 août 2019 à 00:23   •  

@Strangerquark oui c'est bien le syndrôme de Cassandre que tu décris, mais ce n'est pas vraiment cela dont je parle. Imagine plutôt pour prendre une image que la conversation autour de toi tombe sur la Russie. Or toi tu y es allée, et tu sais qu'il se dit des choses partiellement justes mais aussi pas mal de contre vérités, mais tu ne tiens pas à rectifier parce que cela t'amènerait probablement à dire que tu y es allée, or tu n'y tiens pas. Donc tu préfères te taire.
C'est plutôt ça.

Pacaloule 28 août 2019 à 01:09   •  

@Siryack et @Strangerquark , parce que vous croyez que si vous dites à quelqu'un de typique que vous êtes HP, il va se mettre à vous admirer la bouche en coeur et mettre un genou à terre devant vous ? Alors vous préférez ne pas lui dire, pour ne pas qu'il se sente mal à l'aise ? C'est bien ça ?
Laissez moi rire !!! Bon, je vais être à dessein un peu provocateur et forcer le trait, parce que vous me semblez de taille à affronter cette révélation (humour) mais je crois que vous vous faites quelques illusions sur la bienveillance de la nature humaine  😈
Le premier réflexe d'une personne typiquement typique sera de mettre en place ses mécanismes de défense habituels, et de se dire que vous êtes un peu "space","différent(e)" et  "a-normal(e)" , "paumé(e)", au mieux, et au pire, une anomalie de la nature ou un freak...
Ce ne sera probablement pas de chercher à comprendre, de s'informer, de vous écouter avec bienveillance et empathie...de s'informer avec intérêt sur les méandres et les subtilités de votre fonctionnement...  
Bricks in the wall they are bricks in the wall they like  
Oh dites moi que l'expérience vous donne raison et que c'est moi qui ai tort, et j'en serai ravi pour vous croyez moi
😉
En fait, c'est tout à votre honneur : vous croyez cela, parce que c'est ainsi que vous, vous réagiriez.....
Vous chercheriez à comprendre, à écouter... Mais j'ai bien peur que les "gens", dans leur immense majorité, ne réagissent pas ainsi...
Ou alors, il faut vraiment que je déménage  😄

Loisele 28 août 2019 à 02:01   •  

J'ai côtoyé des génies. Ces personnes ont toujours été très humbles. Très discrètes. Mais reconnues dans leur milieu. Et c'est tout ce qui importe. La reconnaissance de ses pairs.

Strangerquarkle 28 août 2019 à 02:17   •  

@Pacalou 🙂
Je ne connais personne qui mettrait genou à terre face à une telle révélation (ou alors on est au 12e siècle et alors là j'ai vraiment raté un truc), non j'imagine plutôt une crise de larmes mystique suivie de la création immédiate d'un club de fanatiques qui prendraient en note toutes mes paroles puis les publieraient sous le titre "Parole divine" ou un truc du genre.

Je peux me tromper mais je crois qu'on dit la même chose, car si ton interlocuteur est mal à l'aise et est atteint dans son estime, il peut tout à fait réagir comme tu le dis et mettre en place des mécanismes de défense (et comme le déni est confortable quand on ne s'analyse pas !), mais il peut aussi réagir avec bienveillance, car les HPI sont comme les typiques, tous différents et l'ouverture d'esprit n'est pas réservée aux uns ou aux autres ? et puis il y a des tas de non HPI qui comprennent ce que c'est que d'être différents.

Ne va pas jusqu'à déménager ... un petit week-end pour commencer et après tu te décideras 😄

Strangerquarkle 28 août 2019 à 02:22   •  

Et concernant la Russie 🙂 je pense que je vois ce que tu veux dire. Des fois j'ai pas envie de me fatiguer à préciser/compléter/contredire parce qu'au fond je m'en f***.

Siryackle 28 août 2019 à 06:46   •  

😄 😄
@Pacalou, je pense que tu as compris complètement à côté de la plaque !! 😄 (ou alors tu as réagi que sur une petite partie de ce que j'ai pu dire...)
C'est justement parce que la bienveillance de la nature humaine n'est pas... hum... forcément au rendez-vous, que je préconise d'en parler avec parcimonie.
En fait tu me fais dire l'exacte contraire de ce que je voulais dire -un contresens.
Sans doute, je me suis mal exprimé (Ah ! L'oral, tellement plus simple... 😭 )
Je constate que la plupart des réactions des personnes à qui j'en ai parlé était plutôt neutres tout au plus. En quelque sorte, j'ai pu lire un regard de "compréhension" -au vue de mon "atypisme" légendaire reconnu... 😄 Et en expliquant un peu ce qu'implique l'HPI, je décentre un peu l'a priori sur "l'intelligence". Les personnes -rares et relativement bien choisies- a qui j'en ai parlé comprennent un peu.
Celles qui sont foncièrement compréhensives et veulent s'informer sont soit des proches (famille proche), soit des personnes déjà reconnues par moi pour leur grande ouverture d'esprit et curiosité (HPI ou pas).

Mais une réaction en particulier m'a fait bien comprendre les enjeux égotiques que ça pouvait amener... Jalousie, comparaison, doute de cette soi-disant intelligence,...etc...etc... D'où je préfère en parler avec parcimonie et bon choix des personnes. (en fait maintenant je n'en parle plus, là n'est pas l'essentiel pour moi).
Je ne fais pas grand cas de "l'intelligence", depuis le temps qu'on me dit que j'ai une certaine intelligence, j'ai finis par y croire. Mais je relativise beaucoup cette notion d'intelligence : de laquelle parle-t'on ? Laquelle est pour moi la plus importante ?! Je parlerai plutôt ici "d'intelligence du coeur", qui implique en fait certaines valeurs : curiosité, ouverture d'esprit, non-jugement, entraide...

Et comme le dit @Strangerquark, :"les HPI sont comme les typiques, tous différents et l'ouverture d'esprit n'est pas réservée aux uns ou aux autres ? et puis il y a des tas de non HPI qui comprennent ce que c'est que d'être différents." Cela, je le retrouve un peu dans mon entourage.

Ai-je été plus clair ?

Merlinle 28 août 2019 à 08:05   •  

@Siryack je n'ai pas changé l'âge affiché sur mon profil. La bonne réponse pour moi dans la case "âge" est "sans".
Quand je me suis inscrit, il n'y avait pas la possibilité de ne pas remplir la case "âge", donc j'ai fait comme d'habitude dans un cas pareil : j'ai pris le plus vieux possible afin que tous puissent comprendre que ce n'est pas mon âge réel. Je fais partie des gens qui ont compris que l'âge, au même titre que le genre ou l'orientation sexuelle, fait partie des discriminations et c'est sans doute la moins combattue. Comme pour le reste, je n'entre pas dans cette case-là.

@Tao-me ça ne veut pas pour autant dire que je n'ai pas été confronté à la bêtise crasse et à l'intolérance. Mais comme je suis très rock'n'roll, justement, j'ai fait en sorte d'afficher mes différences et de les faire accepter dans tous mes entourages (amical, professionnel, affectif...). Ca m'a donné une réputation de "margi" la plupart du temps, mais comme je me fous royalement de l'opinon "des gens", j'ai quand même pu avancer malgré certaines manifestations d'hostilité.

Siryackle 28 août 2019 à 08:45   •  

Ah ! ok @Merlin. Désolé pour cette remarque désobligeante... :s :-/
Il m'avait semblé que tu avais changé d'âge. 😶

Merlinle 28 août 2019 à 08:54   •  

@Siryack no offence ;)  A ma connaissance il n'y a pas de moyen de modifier son âge ou de l'enlever.

InconvenientTruthle 28 août 2019 à 09:24   •  

@Merlin
"j'ai fait en sorte d'afficher mes différences et de les faire accepter"
Comment t'y es-tu pris pour les "faire accepter" ?
Est-ce une mauvaise "lecture" de tes propos que de dire que tu as affiché tes différences d'une manière qui, malgré les "manifestations d'hostilité", n'a laissé aucune "prise" aux autres (comme le confirmerait ton "je me fous royalement de l'opinon "des gens"" que tu as dû aussi "afficher" je présume), au point qu'ils ont dû "accepter" comme tu dis ?


@Loise
"Et c'est tout ce qui importe. La reconnaissance de ses pairs."
Peux-tu développer cette idée ? Et toi, es-tu reconnue par tes "pairs" ? Te limites-tu au domaine "professionnel" ?
Personnellement, si j'avais dû m'arrêter à cela, je serais déjà mort et enterré...


@Pacalou
"Le premier réflexe d'une personne typiquement typique sera de mettre en place ses mécanismes de défense habituels, et de se dire que vous êtes un peu "space","différent(e)" et "a-normal(e)" , "paumé(e)", au mieux,"
Petite question : "limiterais"-tu cela aux personnes typiquement typiques ? Parce que sincèrement, cela fait un mois et demi que je rencontre des personnes "atypiques" (50aine en chair et en os, et plus sur le forum) et je vois chez certains d'entre eux exactement les mêmes stratégies de défense que les "typiques" emploient. Peut-être n'est-ce que la manifestation, comme l'ont abordé @Siryack et @Strangerquark, de l'humanité qui nous lie à peu près tous, même si ce n'est pas forcément le "côté" le plus intéressant...
En tout cas, c'est assez particulier d'entendre des gens vous expliquer qu'ils en ont marre d'être exclus par les autres, qu'ils viennent ici parce qu'ils vont forcément s'entendre avec tout le monde, comme on est tous atypiques, pour ensuite vous exclure à votre tour parce que vous ne pensez pas de la même manière ou parce que vous avez touché un point sensible...


@Pacalou
"En fait, c'est tout à votre honneur : vous croyez cela, parce que c'est ainsi que vous, vous réagiriez.....
Vous chercheriez à comprendre, à écouter... Mais j'ai bien peur que les "gens", dans leur immense majorité, ne réagissent pas ainsi... "
Statistiquement, j'irai dans ton sens... mais je dois aussi rebondir sur
@Strangerquark
"les HPI sont comme les typiques, tous différents et l'ouverture d'esprit n'est pas réservée aux uns ou aux autres ? et puis il y a des tas de non HPI qui comprennent ce que c'est que d'être différents."
Une des personnes avec qui j'ai pas mal discuté dans ma vie n'était pas "atypique", n'était pas un "génie" et pourtant a réagi, accepté nos différences avec bien plus "d'intelligence" que certains "génies" rencontrés pendant mes études, ou que certains atypiques rencontrés dernièrement.


@Strangerquark
Ahhhhhh, le syndrome de Cassandre... Ou quand tu sens que ça ne va pas le faire, que tu le dis, et qu'on te répond que tu n'es qu'un p**** de pessimiste... Combien d'élèves a-t-on envoyé au casse-pipe la bouche en coeur en conseil de classe, le sourire aux lèvres tous satisfaits du travail accompli, enfin soit disant ? Sauf un... le rabat-joie pessimiste, soit disant... je vous laisse deviner quel prof c'était... Le pire, c'est qu'il ne s'agissait pas de dire "tu vas réussir" ou "tu vas échouer", car ça ne dépendait pas vraiment de nous, mais de faire preuve de réalisme afin de préparer au mieux la suite, au lieu de verser dans l'optimisme béat et naïf (un peu comme s'il fallait qu'ils continuent à croire au père Noël)... au point d'ailleurs que je trouve que cette forme d'un soit disant "optimisme" est une "insulte" au "vrai" optimisme.

Sans même parler d'avoir raison ou tort, on dirait parfois que pour certaines personnes, la simple évocation, voire prise en compte, d'une possibilité qui ne serait pas "positive", jette comme le mauvais oeil sur les possibilités positives...
Apparemment, la méthode Coué marche tout le temps pour ces gens : "ça va le faire", "ça va le faire", "ça va le faire", "ça va le faire"...
"Et merde, ça ne l'a pas fait"...

@Tao-me
Je reprendrai les mots de @Merlin : "Pour moi c'est comme d'être très grand ou très petit : ça se voit".
En général, selon moi, ça se "sent" sinon je vois mal comment expliquer certains comportements de rejet alors que tu n'as pas eu une seule discussion avec certains. Mais on peut étendre cela à "tout" je crois, atypique ou non.

Pour ma part, la question "dire ou pas" ne s'est pas vraiment posée. Je dis ce que j'ai à dire, je fais ce que j'ai à faire. Pas n'importe comment non plus, car il ne s'agit d'être soi, d'écraser les gens de ce qu'on est sans se poser la question de savoir si ça les "blesse". Parfois, je me tais, parfois je l'ouvre (bon là, certains vont peut-être se dire : "parfois ?! Euuuuh.... au moins "souvent" mon petit Inconvenient Truth" 😄 😜 ). Disons que j'ai la sensation que de dire "HP" ou "surdoué" véhicule nécessairement une idée de "supériorité/infériorité" et au final, y a-t-il besoin de DIRE "je suis ci" ou "je suis ça" pour interagir avec les gens et essayer de leur expliquer mon fonctionnement ? Je ne pense pas.
De même, une fois que j'aurais dit "je suis HP", cela a-t-il fait avancer le schmilblick avec les gens qui ne comprennent pas ? Des différents témoignages que j'ai pu lire sur le forum, et même si je vais caricaturer, soit les gens n'ont pas mal réagi (et je poserai donc la question : si vous aviez expliquer votre différence sans DIRE cette phrase "je suis HP", cela aurait-il beaucoup changé les choses selon vous ?), soit les gens ont mal réagi, parce qu'ils ne comprenaient pas votre différence de fonctionnement et maintenant, certains vont en plus se dire que vous vous la pétez avec votre "haut potentiel", comme si eux n'en avaient pas de potentiel ?

Cela me fait penser aux mots de quelqu'un ici qui disait ne pas aimer le terme "diagnostique" quand il était employé pour la détection du haut potentiel. Je pense comprendre ses réserves.
Bien qu'il ne s'agisse pas de sombrer dans l'autre extrême, à savoir TAIRE (dans le sens, par opposition à dire) cette différence (quoique, si on EST, taisons-nous cette différence même si on ne la "nomme" pas ?), le fait de dire "je suis HP" ou "je suis surdoué", n'est-ce pas parfois utilisé pour véhiculer l'idée "ah tu vois, ce n'est pas de "ma faute" ", exactement comme ce n'est pas de notre "faute" d'être enrhumé, comme s'il fallait se "dédouaner", se "déculpabiliser" de fonctionner différemment ? Et le dire, associé à l'idée de diagnostique, ne véhicule-t-il pas non plus cette idée de "maladie" chez l'interlocuteur, maladie dans le sens "comportement pas "conforme" à la "norme" " ?


Bon, allez... j'arrête le pavé sur une dernière question.
Au fond, ta question, @Tao-me, est-ce "Dire ou ne pas dire" ou bien est-ce "être ou ne pas être aux yeux des autres" ? Je demande car je ne suis pas sûr d'avoir saisi une chose en fait : quand tu dis "ne pas dire", veux-tu signifier que tu continues à être toi sans "dire", ou bien le fait de ne pas dire implique-t-il aussi de ne pas vraiment être toi, c'est-à-dire de taire le "nom" mais aussi de taire en quelque sorte qui tu es ?

Merlinle 28 août 2019 à 09:36   •  

@InconvenientTruth : j'ai appris dès la maternelle à me protéger de l'hostilité de la foule et à être moi-même quoi que les autres en disent. Mais en parallèle j'ai aussi appris à donner aux institutions (éducation nationale, entreprises...) au moins le minimum de ce qu'elles attendaient, ce qui me rendait "inattaquable" dans mes originalités. Sur le plan professionnel, par exemple, ben j'ai juste imposé mon style parce que mes compétences étaient indiscutables. Sur le plan amical, c'est plus simple : ceux qui ne m'acceptent pas peuvent aller se faire voir ailleurs :)

InconvenientTruthle 28 août 2019 à 09:38   •  

On a donc des trajectoires assez similaires sur certains points que tu évoques.
Merci pour ta réponse @Merlin.

Tao-mele 28 août 2019 à 11:51   •  

C'est drôle car l'échange s'est orienté sur l'intelligence, alors que bien d'autres aspects définissent nos différences de fonctionnement.
Reformulons : donnez-vous votre mode d'emploi pour fluidifier / gérer vos relations ? Parlons de nous, plutôt que des "autres".
Par exemple au travail le bruit me gêne beaucoup, je ne peux pas faire semblant ça me rend exécrable... expliqué ça passe un peu mieux.

Par le passé je m'offusquais facilement de l'incompréhension et du jugement des autres, quitte à couper la relation définitivement, les joies de la susceptibilité inconsciente ou reniée !
Aujourd'hui j'accepte davantage la confrontation et le désaccord, mais cela me demande de prendre grand soin de mon ancrage et de cultiver mon intériorité pour qu'ils restent alignés. J'ai aujourd'hui moins d'énergie et je ne veux plus la griller à m'offusquer, la gestion émotionnelle et la souplesse s'imposent à moi. Identifier ma limite et savoir dire stop est encore difficile pour moi, mais je vois que je progresse.
Du coup sur ce site, pour moi il est plus intéressant d'aller piocher dans des témoignages que de recevoir analyses et conseils sur mon fonctionnement, chacun son cheminement dans son unicité... 😀

J'ai dernièrement pris conscience de mon niveau d'intolérance face aux autres, alors que j'ai toujours pensé que c'était les autres qui l'étaient avec moi. L'effet boomerang m'a drôlement fait grandir et apaisée. C'est l'exigence de mon idéalisme qui m'a exclue. Je m'engage donc à travailler sur mes attentes et mon niveau d'exigence, à la baisse, pour me foutre la paix et me reconnecter "au monde des vivants" ! Je n'ai plus envie de vivre à côté de la vie en m'indignant de tout et en me désolant de mon impuissance, ça ferait d'ailleurs fuir n'importe qui ! Je me dis aussi que je vis dans une époque avec ses caractéristiques, que je peux faire de mon mieux mais qu'il faut aussi faire avec.
Comme on ne peut pas changer les autres, on ne peut que travailler sa posture.

Mon frère me disait un jour "On dirait que tu t'empêches de voir les bons côtés des gens", quelle pertinence ! Je ne vous cache pas que je ne l'ai pas bien pris sur le moment.

En bref, je suis pour ne pas dire, mais pour fixer ses limites habillement pour poser les bases d'une relation saine et durable.

J'avoue cependant qu'en ce moment je suis mise devant le constat que je suis une zappeuse amicale, le besoin d'évolution impliquerait-il de butiner les amitiés ? Pourtant je déteste les "profiteurs"... Voilà encore un autre sujet !!! 😄

Strangerquarkle 28 août 2019 à 12:23   •  

Au final plutôt que dire "je suis haut potentiel", ce qui véhicule des clichés et ne dit pas grand chose de soi, il faudrait dire "je suis sensible au bruit", "j'ai un point de vue différent mais je ne sais pas comment l'expliquer, je ne comprends pas ce que tu ne vois pas", "j'ai besoin d'être dans ma bulle", "j'adore apprendre des trucs", "j'ai tendance à réfléchir vite et à me sentir en décalage", "je m'ennuie facilement, j'ai besoin d'être stimulée". Ou n'importe quoi qui soit proche de la réalité et qui permette d'éviter un malentendu dans les rapports aux autres (impression de froideur, de distance ...). Donner une info précise et réelle sur soi adaptée à la situation concrète du moment.

Merlinle 28 août 2019 à 12:26   •  

Je pars du principe qu'un individu est un être unique, avec plus ou moins de facettes. Ainsi, j'aurai certains points communs avec une personne, d'autres points communs avec une autre... J'essaie de cultiver ces points communs dans les relations sans me focaliser forcément sur les oppositions. C'est une démarche volontaire que je souhaite bienveillante, même si certains traits "d'opposition" font que je vais éviter beaucoup de gens (exemple : je n'ai même pas envie de discuter 30 secondes avec un facho affiché même si on avait des goûts communs dans d'autres domaines).

Le surdon, là-dedans, c'est une case parmi d'autres, une facette que je peux partager avec certains mais qui ne constitue qu'une partie du tout que constitue ma personnalité, de la même manière que "cheveux longs", "rockeur", "écrivain", "qui aime les animaux" peuvent aussi être des étiquettes que l'on va utiliser pour tenter de me définir.

Du coup, les limites dont tu parles, @Tao-me , sont celles des barrières que j'ai érigées autour de moi pour ne pas laisser les autres me pourrir la vie. C'est moi qui décide quand je les ouvre, et si on essaie de passer en force, j'arrive assez bien à esquiver ou à rejeter. Ca m'aide aussi à compartimenter. Je peux discuter de la pluie et du beau temps avec un voisin, de l'histoire du village avec un autre, de l'arrivée des premiers humains sur le continent américain avec une connaissance ou de la nature du temps et de la réalité avec une autre. Ca me permet de m'enrichir dans les intérêts communs sans forcément avoir à me tenir sur la défensive ou avoir des rapports conflictuels du fait de ma nature complexe et de mes opinions tranchées dans de nombreux domaines ;)

Tao-mele 28 août 2019 à 12:32   •  

@Strangerquark, bien vu rester précis et concret, sans pour autant s'excuser. Simplicité !
Un entrainement aussi pour nous qui avons une vision globale, perso je me perds souvent dans des explications compliquées qui n'arrangent rien 😄

Tao-mele 28 août 2019 à 12:43   •  

@Merlin, merci pour ton éclairage inspirant.
Cette histoire de mode d'emploi me semble finalement une histoire intérieure, une fois clarifié en soi la fluidité devient alors possible.
Plus au clair avec soi-même, et avec moins d'attentes, nous sommes probablement moins malmenés par nos émotions ; et à même de communiquer avec plus de rondeur, pour poser nos limites sans même que cela ne soit perçu comme tel.
J'en rêve 😄 😄 😄

Strangerquarkle 28 août 2019 à 12:51   •  

@Tao-me, moi je dis : prenons soin de nos typiques préférés, ne les noyons pas sous notre obscure logorrhée et ne préjugeons pas de ce qu'il se passe dans leur tête (même si on peut conjecturer à l'infini), et nous aurons de l'amour en retour 😍 Non je ne parle pas de ma vie de couple (si).

Pacaloule 28 août 2019 à 12:59   •  

@Strangerquark 😄 😄 😉
@InconvenientTruth , mais oui bien sûr l'intolérance est la chose du monde la mieux partagée etc etc...
J'ai essayé dans mon post précédent de mettre en lumière "quelque chose" qui me parait important, de façon je l'avoue légèrement grinçante (et je vous remercie de ne pas m'en avoir trop tenu rigueur dans votre grande sagesse) par rapport à la question initiale de @Tao-me. Ce "quelque chose" appelle nuances, précisions, explications, réserves et contre-exemples, (je pourrais moi-même en alimenter très largement l'antithèse croyez moi) et j'en souhaiterais même la réfutation, non sur le plan des idées mais de l'expérience sensible, la tienne, la sienne, mais ce "quelque chose" que j'ai abruptement essayé de décrire, a pour moi valeur de vécu, et j'en retrouve les échos dans le post de @Merlin par exemple, où celui-ci parle de "l'hostilité de la foule" que l'on ressent dès la maternelle.
Bon, en attendant, je vais faire mes cartons, je vais déménager une petite semaine. Pour la destination, j'hésite entre la Russie et le 12ème siècle, mais je ne suis pas sûr qu'on y enferme pas les divergents et qu'on y brûle pas les sorcières de manière encore moins figurée qu'ici et maintenant, dans nos sociétés actuelles

Tao-mele 28 août 2019 à 13:03   •  

@Strangerquark, 😄, tout à fait d'accord, merci. Et intéressant la p'tite recette de couple 😍
Cet échange me ramène aux Accords toltèques ! Je ferais bien de les relire 😉
J'ai le sentiment que nous sommes dans l'obligation de développer une Grande conscience de nous-même, d'observer nos interactions sociales comme une pièce de théâtre dans laquelle nous serions un des acteurs. Même si ça ne semble pas très spontané j'imagine que l'on finit pas automatiser cela.

stavrole 10 septembre 2019 à 04:54   •  

Un réel plaisir à lire vos échanges (ça me rappelle du vécu).
Les personnes à qui je pourrai annoncer mon HP, le savent déjà implicitement. Donc inutile de l'annoncer. Sinon on s'expose à des réactions décevantes, du genre "HP c'est associé à des psychopathologies" (vécu!).
Les personnes qui ne te conaissent pas vont au mieux te voir encore plus comme decalé d'où de plus grandes difficultés de communications. Au pire ces personnes te verront comme un prétentieux qui voudrait établir un rapport de force ou rechercher une reconnaissance pour laquelle tu n'as aucun mérite.
Enfin il y a les gens dont le métier est la psychologie humaine (psy, médecins), tu peux voir leur fierté d'avoir mobiliser leur connaissance et trouver un diagnostic maintenant évident (genre eurêka )
Donc il n'y a lieu de se prévaloir de cette personnalité auprès des autres selon ces raisons.
My two cents.

emanule 10 septembre 2019 à 19:43   •  

Oui je suis bien d'accord.
Ca ne sert a rien d'en parler.
D'ailleurs dire quoi ?
Salut je suis hp!
C'est sur ca aide pas a créer des liens
😄
L'important c'est de bien se connaître,pour être bien dans sa peau.
Après le reste suivra!

Berengerele 10 septembre 2019 à 19:54   •  

Mes enfants sont au courant mais sinon.....chut!!!!! Je n'ai pas à dire mes caractéristiques, je me contente d'être qui je suis!


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?