Témoignages

... et après on en fait quoi ?

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Témoignages
  4. ... et après on en fait quoi ?
... et après on en fait quoi ?
Annele 24 août 2019 à 01:37

Imaginez....( imaginez, hein : en vrai c'est peut être pour de faux)
Vous n'avez pas le temps d'aller chez un psy et vous avez un sens d'auto analyse assez développé, vous avez donc mis 20 ans à vous rendre compte que malgré un certain nombre d'amoureux transis potentiels, vous choisissez toujours le même profil : un peu comme votre père, en fait.. Oui, je sais, c'est d'une banalité, dans ces conditions ça commence à être dur d'imaginer avec moi... Bon, l'objet de l'analyse n'a pas tant d'importance.. On pourrait aussi imaginer que non, en fait il vous ressemblerait : beau, spirituel et délicat ? charmant, astucieux et joyeux ? créatif, imprévisible, curieux ? La part visible. Mais sous le décors, un tumulte, un boucan comme un drame originel en tout cas l'ossature actuelle de sa personnalité et un peu la votre..
Et alors ??
1- que faire de ces constatations (stériles) ?
2- Avez vous déjà vu un psy ?

ouestlebonheurle 24 août 2019 à 07:29

Pas le temps ?
Perso je me cherche un nouveau psy malgré ma "super" capacité d'autoanalyse ...(Fake news lol) Parce qu'on a beau passé son temps à se poser des questions, quand on est le sujet, on peut tourner en rond par rapport à quelqu'un d'extérieur ...
Un psy aide à trouver des causes, à poser les questions pour qu'on choisisse la réponse adéquate a notre personnalité et vie, à se rendre compte de nos contraintes militantes ...
Bref j'encourage à aller voir un psy si une difficulté handicapante perdure !

Merlinle 24 août 2019 à 08:09

On peut aussi aller voir un prêtre (de la religion qu'on veut), ou simplement quelqu'un doué pour l'écoute. La psy, c'est aussi un dogme auquel on n'est pas obligé d'adhérer. En ce qui me concerne, la normalisation sociale n'étant pas ma tasse de thé (et non, la psy n'est pas une science), je préfèrerais encore me confier à des inconnus sur Internet en cas de gros problème. Mais globalement, je me débrouille tout seul parce qu'après tout, personne ne me connaît mieux que moi-même ;)

Quant aux relations amoureuses, je ne pense pas avoir de "profil type", mais je cherche toujours donc je ne suis probablement pas un bon exemple...

Strangerquarkle 24 août 2019 à 09:36

@anne les psychologues que j'ai rencontrées m'ont toujours été d'une aide précieuse et étaient d'une grande humanité. Ce sont des personnes qui aiment les gens, ne te prive pas d'une belle connexion et puis sers toi de ta capacité d'analyse pour déceler un éventuel mauvais professionnel 😉 😋

ouestlebonheurle 24 août 2019 à 09:47

@Merlin je comprends ton point de vue mais juste trouver quelqu'un qui écoute c'est ne pas remettre non en balance tes croyances. Que ce soit sur internet, un prêtre ou un psy l'intérêt aussi c'est d'avoir un retour d'un avis contraire au sien ou un conseil. Pas obligé d'adhérer ou de suivre le conseil mais les mots sont là, et si tu ne t'étais jamais penché sur cette piste, moi j'ai remarqué que malgré moi j'y réfléchis et après je décide en me connaissant de la suite à donner.

@Strangerquark je te rejoins. On est loin des vieux clichés où tu t'allonges et tu parles pendant 1h et tu boucles pendant des années. Avec l'essor des TCC par exemple le but maintenant n'est pas de trouver la cause dans l'enfance (ok chouette on a trouvé ! (Ironie)) mais de voir comment adapter nos comportements pour guérir d'une blessure :)
D'où ma nouvelle recherche car je me sens tourner en rond ... Je cherche à changer, à me détacher de certaines peurs, à apprécier d'être moi (je ne m'aime clairement pas même si j'arrive maintenant à apprécier la vie la plupart du temps) ... Bon j'arrête là mon narcissisme 😱

Alienorle 24 août 2019 à 13:35

@Anne, si tu sens que tu es arrivée au point où tes réflexions partent en boucle infernale (je rebondis sur ton terme de constatations stériles), alors c'est qu'il devient nécessaire de les sortir de ta tête.

Je rejoins @Merlin, un psy va te demander un travail peut-être supplémentaire car ils sont comme un miroir pour toi dans le jeu de conversation mais avec leur prisme. Il faudra donc en trouver un ou une qui t'écoute suffisamment pour comprendre ton modèle, t'apprivoiser dans tes singularités éventuelles (surtout si tu ne cherches pas à adhérer à la norme et à atteindre la paix sociale) mais qui est suffisamment neutre pour te renvoyer à tes propres biais. Et un psy n'est pas censé conseiller... C'est toi qui parle et il peut réagir à ce que tu dis par des questions ou des remarques.

En défaisant des trucs, on s'ouvre de nouvelles portes. Surtout dans nos relations aux autres. Après c'est un vaste sujet, et donc un travail de longue haleine.

InconvenientTruthle 24 août 2019 à 14:24

La question "couillonne" (comme le prix, pour les amateurs de Laurent Gerra, si je ne me trompe pas...) : @Anne, pourquoi dis-tu qu'elles sont stériles ?

Un psy...
Pour mon cas, je n'étais pas convaincu. J'ai essayé. Je ne suis toujours pas convaincu. Et pourtant celui que j'ai rencontré est très ouvert, très professionnel.
Par contre, cela ne me concerne que moi. J'ai questionné des gens à propos de leurs thérapies et certains sont très contents car cela les a vraiment aidés. Maintenant, je répéterai : si tu n'essayes pas, tu es sûre que tu ne sauras pas si ça peut aider... Bon, après, il faut avoir le temps... et l'argent...

En général, ma meilleure "thérapie" est d'expliquer comment je pense/ressens aux autres... Et pour rebondir sur les mots d'@Alienor, c'est effectivement "un travail de longue haleine".
Apparemment, j'explique mal. C'est con pour un prof... 😱
Heureusement que j'ai arrêté ! 😄

En ce qui me concerne, ce qui me semble compliquer les choses dans mes tentatives d'explication, c'est que ce n'est pas une équation à un miroir, mais à plusieurs : mise en abîme de miroirs par mes soins, comme les boucles d'oreilles de la vache qui rit, qui porte des boucles d'oreilles vache qui rit, qui porte ... bon bref, vous aurez compris le truc.
Cascade, enfilade de miroirs dans lesquels je me vois moi-même et dans lesquels l'autre peut se voir aussi... On a l'impression d'être plus que deux à la fin ! 😄

ouestlebonheurle 24 août 2019 à 14:42

"C'est toi qui parle et il peut réagir à ce que tu dis par des questions ou des remarques."
Oui @Alenior tu as raison, un psy ne donne pas de conseils à proprement parler

InconvenientTruthle 24 août 2019 à 14:56

En ce qui me concerne, je crois que c'est justement cela qui ne m'apportait pas "beaucoup", ou plutôt "pas autant que ça aurait pu" devrais-je dire.
J'aurais préféré qu'il me donne son avis de praticien, mais aussi intellectuel, au lieu de se "limiter" à des questions, mais bon cela pose ensuite des problèmes "déontologiques" ou de "principe", en fonction de la "branche" dont ils sont issus.
Non pas pour prendre son avis pour argent comptant et désigner ma vie en fonction, mais les questions sont assez vite "limitées". Dans le sens où comme le disait @Merlin, "je me débrouille tout seul parce qu'après tout, personne ne me connaît mieux que moi-même", et donc, il a une vision limitée par ce que tu en dis, donc au final, si tu te questionnes déjà avec une intensité et une profondeur très importantes, cela devient difficile pour le psy de poser des questions qui repoussent ta propre "réflexion".
Si on ajoute le fait que tu peux être habituée à te remettre en question pour évoluer, tu lui coupes aussi assez vite l'herbe sous le pied en ce qui concerne des questions, remarques qui sont censées "t'ouvrir les yeux", dans le sens "nouvel éclairage".

Parfois bonne pioche, et c'est une question que tu ne t'es pas posée mais ça me m'est pas arrivé souvent. Les moments où cela a été le plus productif ont été lorsqu'on a parlé de son boulot de psy ou bien qu'il s'est un peu plus "mouillé" "personnellement".

Mais bon... les psys sont comme tout le monde. Ce sont des êtres humains, avec leurs qualités et leurs travers. Et comme avec les gens avec qui on peut être amis, ou non, je présume qu'il faut chercher pour trouver le plus adapté à son fonctionnement.

Pacaloule 24 août 2019 à 19:17

@Anne, nous vivons tous avec des visions tronquées et imparfaites de l'amour, je crois, qui est un mystère, non réductible non plus à la psychologie, même si elle peut nous aider à prendre conscience d'un certain nombre de choses.
Mais je ne crois pas vraiment qu'on va voir un psy pour « prendre conscience ». On va voir un psy au sujet de ce que tu « imagines »? pour autre chose
La suite en mp si tu veux

Siryackle 25 août 2019 à 03:35

Tiens ! On a fait appel à moi spirale incontournable ?! 😄 ( @InconvenientTruth , n'est-ce pas de spirale dont tu parles en fait ?! "comme les boucles d'oreilles de la vache qui rit, qui porte des boucles d'oreilles vache qui rit, qui porte ... " 😵 ) 😜

Trêve de plaisanterie, psy ou pas psy ?! Peu importe je dirais bien, puisque travail personnel sur moi-même est toujours possible de faire !
"constatations (stériles)" : effectivement stériles si on n'y fait rien !
Ceci dit, tel que formulé par toi @Anne, cet effet de miroir, n'aurait elle aucune fonction que de refléter de "stériles constatations" ?! Je ne le crois pas. Là est sans doute quelque chose à y rechercher, approfondir... Et si pas ou peu possible, alors oui ! un(e) psy pourrait être utile.

Perso, non, pas de suivi de psy pour ma part. Mais j'y compte bien dans un proche avenir. Auparavant moults psychiatres, mais sans grand résultat...

Tout de même, intuitivement, je te dirais bien de travailler sur ce qui t'ait renvoyé ! Ce n'est pas un hasard si ça se reproduit...

Gwenouillele 26 août 2019 à 21:49

Bah en fait tu ne fais rien des constatations. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai cessé d'aller voir le psy, car en parler ne changera pas ta condition et qu'on peut en parler des heures sans que ça ne résolve le problème, puisqu'on ne peut pas changer qui on est, tout au plus notre vision de nous-mêmes. Mais au final faut bien vivre avec soi... (comprendre : et toutes les merdes qui vont avec).

Serenale 27 août 2019 à 00:02

Alors moi, voilà ! J ai eu essayé un psy très conventionnel costard cravate sérieux austère ..... merdique. J ai changé ; qd je vais voir mon psy actuel ( qui me suit depuis fort longtemps) , autant dire qu il en profite pour faire sa pause café ou casse croûte. Il est très à l aise, en mode décontracté. Parfois il me lâche des bribes d infos sur sa vie privée ( ce qui n est pas rien pour un psy... ) . Parfois on débat d un sujet qu il conclut en faisant un gros doigt ...il a BcP d humour. Il ne manque pas de me recadrer qd il le faut... et il me connaît tellement bien qu il sait qd je bascule vers le côté obscur. C est lui qui a mené la thérapie de groupe qd j ai fait de la phobie sociale. Ses exercices sur l exposition en public et sur le regard m ont beaucoup apportée. Je le trouve efficace me concernant. Je n aurais pas pu m en sortir toute seule. Ma souffrance est souvent disproportionnée par rapport aux facteurs déclencheurs . Il m aide à relativiser. En terme de psy, il faut trouver chaussure à son pied... Moi, j ai trouvé... Mon psy, c est une botte de cow-boy, pointue devant, armée d un éperon à l arrière ; un bon coup dans le derrière de temps en temps et je file droit ...jusqu'au jour où ça repart en cacahuètes .
..

Siryackle 27 août 2019 à 00:33

😄 😄
@Serena, expression prosaïque mais sincère !! 😄 😉

Serenale 27 août 2019 à 00:36

Et encore @Siryack tu n as pas vu le nouveau débat que j ai lancé  😄 😉 🙂

Siryackle 27 août 2019 à 00:54

Vu. 😉

slyxxle 27 août 2019 à 19:46

Les psy n'ont à mon sens qu'un seul rôle : nous permettre de trouver nous même des clés pour avancer.

Ils sont là pour nous amener à réfléchir sur nous même ou nos comportement, prendre du recul, ou nous aider à trouver nous même le courage de surmonter telle ou telle difficulté. Parfois pour ce faire ils utilisent différentes techniques, mais l'objectif reste toujours le même : permettre au patient de trouver ses propres solutions. Si l'on attend autre chose d'une thérapie, on ne peut être que déçu ou piétiner. Il faut donc être prêt pour cela, prêt à en chier, à creuser, à tâtonner, en étant aiguillé par un tiers pour finalement se trouver soi même. Ce tiers peut tout à fait être autre chose qu'un psy, voir même une philosophie, ou une religion (bien que personnellement, je ne sois pas fan du tout de celles-ci que je trouve emplies hypocrisie et de non sens). L'important est de pouvoir avancer à un moment où nous semblons ne pas y parvenir par nous même. On pourrait voir ça comme une béquille à utiliser à un moment où on se casse la gueule. La béquille nous aide à retrouver l'équilibre, à nous remettre droit, mais ce n'est pas elle qui nous fait marcher. Seul nous en avons le pouvoir. Ensuite, quand l'équilibre est retrouvé, nous n'avons plus besoin de la béquille.

Et pour ce travail rien n'est plus important que trouver la bonne personne ! Cela peut prendre du temps, mais peu importe, avoir un bon feeling et une confiance dans ce tiers est à mon sens un des éléments les plus importants.

Et je crois que si on en vient à se poser la question, c'est qu'il faut essayer de trouver ce tiers. Même si finalement cela n'aboutit à rien. Mais déjà tenter une première approche, et voir comment on se sent et si on a envie de continuer ou non dans cette voie me semble intéressant.

Juliette...le 27 août 2019 à 20:32

Un psy n'est efficace que s'il respecte "la trame" de son patient. Si ce n'est pas le cas, un cachet peut parfois se révéler mieux approprié.
Tout, absolument tout, je pense, peut faire avancer.
Pour moi, seuls les déclics comptent.
Et, qu'est-ce qu'un déclic? Prrr de bouche 😄 aucune idée!
Ce doit sûrement être une configuration, faite d'éléments divers et disparates qui, à mon humble avis, demande, autant que faire se peut, quelques efforts réguliers de prrrr justement.
Pour moi, l'essentiel se passe dans l'exercice régulier du "j'envoie balader". A chaque jour suffit sa peine, on schlurpe une petite chose à la fois, tranquillement. Tout en visionnant bien là où on veut aller (oui, ça par contre, il vaut mieux en avoir une petite idée)
Je sais, ça paraît complètement fantaisiste, vous devez me prendre pour une cinglée. Borf, j'ai l'habitude. Mais je suis sérieuse!
Accepter quelques défaillances de soi-même, refuser catégoriquement quelques défaillances d'autrui, on mélange...
Mais, c'est vrai, pour ça, il faut déjà kiffer suffisamment quelque-chose, au point d'être prêt à mettre le paquet si on sent que ce quelque-chose peut nous passer sous le nez...
Oui, un bon psy, c'est énorme parfois.
Mais nécessaire n'est pas forcément suffisant 😉

Juliette...le 27 août 2019 à 20:39

Le prrrr voulant signifier, grosso modo: j'accepte, je kiffe même de ne pas être aux commandes de tout. Mais je sais que je ne donne aucune clé pour arriver au prrrrr...

Annele 30 août 2019 à 20:03

@ouestlebonheur, @Strangequark , @slyxx : la difficulté de se confier à quelqu'un dont on n'est pas sûre de l'alignement. Ce qui voudrait dire : faire plusieurs séances pour "tester" le psy. En changer, plusieurs fois..

@Merlin : se débrouiller seul... j'ai besoin d'un miroir -au minimum. J'ai besoin d'échanges - même chiants / de découvertes. Confronter les limites de ma pensée à la diversité du monde, des mondes.

@Alienor : le temps. Au Sénégal, on me disait: "Vous avez l'heure. Nous on a le temps". :) Je n'ai ni l'un ni l'autre.

@InconvenientTruth : "stériles" parce que les mettre en terre ne fera rien germer. Pas telles quelles en tout cas. J'ai besoin de conseils. D'explications des fonctionnements psychologiques, des mécanismes de construction et déconstruction de façades. Fondations, murs porteurs, ornements, trompe l'oeil... comment les différencier?

@Pacalou : bonne question : doit-on, peut-on disséquer l'amour ? Magie, alchimie... pourquoi analyser et pas vivre l'amour, simplement ?

@Siryack : ben.. dans ce miroir est un autre moi. Tu veux dire que j'aurai des tendances hermaphrodites??
Finalement, c'est un peu mon questionnement qui sûrement n'est pas clair vu que je suis loin d'être transparente, à savoir à quel moment ça pose problème ? Les rapports amoureux naissent-ils forcément de la parfaite connexion de 2 névroses ? J'ai fini par comprendre qu'il fallait que je sois attentive à tous les détails dans le miroir, surtout les négatifs qui m'indiquent un point de crispation. Mais est ce si important, il y a tant d'autres belles choses à voir..

@Gwenouille : la seule chose que l'on modifie c'est le regard que l'on pose sur soi même. Le reste c'est la compréhension ou la tentative de compréhension. La faire adhérer à son système de pensée.

@Serena : t'as trouvé un genre de coach en quelque sorte.. ;)

@Juliette : oui. Un déclic. Un truc qui te remet en mouvement. En effet, difficile à définir..."prrr de bouche", pas mal.

@tous : Désolée pour le délai de réponse. Juste aprés mon message, je me suis mise au second oeuvre dans ma maison laissée en plan depuis 2 ans, depuis que je me suis séparée du père de ma fille. Quelque chose est en train de se passer en moi.

FlowMayle 30 août 2019 à 22:32

Testée plusieurs psy, coach et méthodes. Les thérapies qui ont été les plus efficaces étaient les coach, plus suggestives et directives. j'ai un besoin d'avancer de régler les questions qui viennent et qu'on m'aide à approfondir les questionnements. Je me passais toujours la même boucle, la même vision sur mon enfance, les relations familiales, les évènements traumatisants. Je pensais tout connaître mais c'est les pistes de réflexions, ou le changement d'angle conseillé par psy/coach qui m'ont permis de résoudre ou de comprendre. La confiance dans le thérapeute a été décisif, je ne me serai pas laissé aller aussi loin.
Le choix est donc important à chaque fois je me suis fié à mon intuition, quant à la voix, les premières impressions, le site internet...

Pour la relation amoureuse je me reconnais dans ce que tu décris. Toujours le même profil, pour combler, retrouver.... se conforter dans ce qu'on ressent comme familier, même si c'est toxique... Je ne sais pas encore si je l'ai surmontée mais, des changements ont opérés quand j'ai compris pourquoi, je reproduisais les même schéma. Dispo pour en discuter en MP!

djnetle 02 septembre 2019 à 22:59

Je vois beaucoup de personnes qui parlent de psy, mais est-ce des psy 'classiques', ou bien des psy 'spécialisés' ?

J'en profite pour mettre ce lien qui recense les psy spécialisés par département:
http://surdoues.e-monsite.com/pages/psychologues-et-psychotherapeutes-competents-dans-la-prise-en-charge-des-personnes-a-haut-potentiel.html

Annele 03 septembre 2019 à 22:16

@djnet bonne remarque.... Ca fait quelques explications en moins !!!

Annele 08 septembre 2019 à 02:30

Mmmm... pour clore mon questionnement, j'ai compris que le miroir renvoie sa propre faille et qu'il faut y travailler. Plutôt que d'aller chez un psy que je tenterai d'analyser, je suis allée chez une étiothérapeute praticienne en fasciapulsologie. Séance de 2h. Première partie en étiothérapie :j'ai été complètement bluffée, elle a mis pile le doigt en 10 s chrono sur un blocage qui a eut plusieurs répercussions que jusqu'alors je ne m'expliquai pas. 2ième partie en fasciapulsologie, je lui avais parlé de blocages de cervicales récurant. Elle m'a débloqué la machoire et libérée de tensions. Je suis sortie très apaisée et cette sérénité continue quelques jours après...

Gwenouillele 09 septembre 2019 à 21:21

@djnet des psy doués, tout simplement, peu importe la catégorie tant qu'il te convient !


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?