Témoignages

Impolitesse

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Témoignages
  4. Impolitesse
Impolitesse
ouestlebonheurle 06 septembre 2019 à 11:26

Ce matin, un collègue a ramené des crêpes pour son dernier jour, trop gentil, et elles étaient très bonnes mais je n'ai pas pu m'empêcher de lui dire (devant tout le monde) qu'elles étaient quand même épaisses. Je sais bien que cela ne l'a aucunement vexé car il est toujours positif et avide de critique constructif.
Mais j'ai relaté l'histoire à mon chef qui lui est tout autre, et m'a envoyé boulé en me disant qu'il m'aurait rembarré si je lui avais dit ça ... J'ai eu beau me justifier, je pense qu'il n'a pas compris que à lui je ne l'aurais pas dit ;)
me sentant donc mal dans ma tête (encore une fois j'ai une bourde sociale), je m'excuse auprès de mon collègue qui me rassure qu'il ne l'avait absolument mal pris ...
Par contre, je me dis que maintenant encore une fois les autres me prennent pour une malpolie pas possible 😱

et vous, quand vos pensées veulent sortir toutes seules, ça vous joue des tours ?

ouestlebonheurle 06 septembre 2019 à 11:30

en fait en y réfléchissant, j'aurais juste dû lui dire après la dégustation ;)

Merlinle 06 septembre 2019 à 11:47

J'évite personnellement les critiques publiques lorsqu'elles ne sont pas indispensables. Dans un tel cas, je l'aurais probablement signalé à la personne... mais en privé. Il y a parfois une ligne très ténue entre une critique et un sentiment d'humiliation publique, j'essaie de faire attention à cela.

ouestlebonheurle 06 septembre 2019 à 12:04

oui c'est mon problème, je fais attention mais par moment je fais des bourdes :( j'y travaille j'y travaille. lui l'a clairement pas mal pris. donc j'avais vu juste. mais je dois faire gaffe aux "autres"

InconvenientTruthle 06 septembre 2019 à 12:12

Des tours... oui très souvent... surtout quand les gens se "contentent" de reprendre les mots que tu emploies, les détournent afin que cela "colle" à leur propre système de pensées en faisant fi de "ta" manière de pensée ou bien de ton intention première.

D'ailleurs, tu emploies un terme qui m'agace particulièrement (pas toi hein ?! Le terme...) : "se justifier". Combien de fois ai-je repris quelqu'un qui "déformait" ma pensée et me disait ensuite que si je le reprenais, c'était pour me "justifier". Euh... non. J'explique. Je précise. Tout simplement pour qu'on soit bien d'accord de ce dont on parle, et qu'on ne me prête justement pas de pensées ou d'intentions qui ne sont pas les miennes, voire qu'on me prête des pensées parce que ça apporte de l'eau à leur moulin, qu'elles soient "véridiques" ou non.
Projection de leur propre mauvaise foi peut-être... Quand j'ai "tort" ou que je fais quelque chose de travers, je le reconnais, que ce soit parce que je m'en rends compte tout seul ou par une démonstration pertinente que l'on me ferait... Mais comme il est très difficile de ne pas céder à la mauvaise foi, j'ai tendance à penser que certaines personnes n'imaginent pas un instant qu'on puisse essayer de ne pas l'être. Donc au final, on croit que "toi" aussi tu le seras, comme ils le sont. Et en général, c'est game over à partir de ce moment... Il faut donc frapper le premier et "accuser" l'autre en premier d'être de mauvaise foi : arrive alors sur son grand cheval blanc l'excuse ultime "mais arrête de te justifier"... (annexe associée : "arrête de te justifier, parce que tu as de toute façon tort (pardon, "j'ai décidé que tu avais tort") donc ne sois pas de mauvaise foi..." [et là vous avez le droit de penser : ah, pas de mauvaise foi comme tu es en train de l'être, par exemple ? 😉]

Il y a quelques temps, j'ai eu une conversation téléphonique avec quelqu'un qui m'est cher, qui m'a balancé tout un tas d'horreurs. Quand elle a été en difficulté pour expliquer quelque chose, elle m'a "gentiment" prévenu qu'elle allait raccrocher, par souci de "politesse".
La situation était assez cocasse : balancer des horreurs 10 min avant comme si tu disais "passe-moi le sel" pour ensuite "s'inquiéter" de l'impolitesse qu'elle me ferait en me raccrochant au nez... c'est finalement assez "symptomatique".

Pour qui est-on poli au final ?
Est-on "poli" dans un vrai souci de respecter l'autre ou bien est-on poli car on souhaite "préserver" notre image "sociale", celle qui "respecte" les codes sociaux communément admis ? Au quel cas, on serait donc poli d'abord pour soi-même avant d'être poli pour les autres...

Je distinguerai la "fausse" politesse (où tu dis l'inverse de ce que tu penses pour ne pas dégrader ton image sociétale, ce qui semble s'avérer "nécessaire" parfois dans certains cas...) et la vraie "politesse" (le respect associé à de la sincérité). J'aimerais privilégier la seconde. Mais dans un échange, on est au moins deux... Respecter cela implique d'être capable (et de vouloir...) d'écouter, de réfléchir et d'aller au-delà d'une réaction émotionnelle parfois disproportionnée, et quand bien même serait-elle proportionnée, "d'accepter" qu'on puisse penser différemment de nous.
Pour moi, ce qui compte, c'est de respecter la différence de point de vue et de ne pas faire "mal" volontairement : "pense ce que tu veux tant que ça ne nuit pas aux autres"...
Donc si ton collègue ne l'a pas mal pris, c'est que tu as dû lui dire d'une manière suffisamment respectueuse "pour lui". En ce qui concerne ton chef, peut-être n'est-il pas ouvert à la "critique" comme l'est ton collègue, ou il considère que ça n'aurait pas encore été suffisamment "arrondi" dans son "référentiel"... Et après tout, tout dépend dans quel esprit tu dis ci ou ça, et surtout dans quel esprit on le reçoit. Après tout, tu ferais la même remarque à 100 personnes, toi, tu n'aurais pas changé mais le destinataire, oui... et la situation changerait en fonction de ça. Ensuite, la manière dont tu dis les choses jouera peut-être selon moi plutôt sur la proportion de réactions négatives/positives à tes dires.

Si ton collègue aime bien qu'on lui donne des retours afin de tester ou d'améliorer ce qu'il cuisine, alors je ne vois pas où serait le souci, tant que c'est fait de manière courtoise.
Si ton chef faisait des crêpes, peut-être qu'il ne voudrait pas qu'on lui fasse de "commentaires"... Juste un "merci d'avoir fait un truc pour nous" et basta...

Je ne sais donc pas si tu as fait une "bourde". Je trouve que la situation que tu décris est très révélatrice et montre à quel point ça dépend du "ressenti" des gens... et donc à quel point cela est variable, malgré le fait que le facteur déclencheur soit inchangé : avec ton collègue pas de soucis ; avec ton chef, rembarrage..
Je trouve aussi que trop souvent on place ce genre de "problèmes" dans une optique "celui qui a raison vs celui qui a tort"... Mais face à un même événement, on ne réagit pas de la même manière et je ne pense pas qu'une émotion soit une question d'avoir tort ou raison.
Certains le prendraient bien, d'autres mal : tant qu'on s'explique et que c'est clair ensuite pour tout le monde, que les intentions de chacun sont claires pour tout le monde...

NabouNaboule 06 septembre 2019 à 12:48

@ouestlebonheur Pour moi ta remarque publique ou non est constructive, ton chef t'aurais rembarrée peux être par rapport a son statut ( ce n'est qu'une éventualité ) , il a une image a tenir, on ne fait pas de remarque même constructive a son "Chef".

Je rejoins inconvenientTruth sur la légitimité de se demander si "la politesse" est bien applicable/appliquée/a appliquer sous certaines conditions quand on voit où cela mène entre certains collègues dans les bureau.

Et qu'en ai t'il dans le boulot ? Le prend t'il mal si on remet en question l'une de ses idées dans un but commun et constructif ?

Car le vrai problème n'est pas la crêpe mais ton boulot et comment toi tu t'y sens.

En attendant, Pour résoudre ce problème, vous devrez allonger votre pâte pour la rendre un peu plus liquide. Pour cela ajouter par petite quantités de l'eau ou de la bière. N'ajouter jamais de lait sous peine de rendre vos crêpes collantes et élastiques.

InconvenientTruthle 06 septembre 2019 à 12:58

😄

ouestlebonheurle 06 septembre 2019 à 13:06

j'ai eu du mal à suivre le fil de tes pensées au début car je ne comprends pas que quelqu'un puisse reprendre tes paroles et te dire ensuite que tu te justifies ??? on se justifie quand on donne des éléments non factuels. On met de l'émotion dans la réponse.
Je sais que je me suis justifiée auprès de mon chef car je me suis posée la question de la pertinence de ma remarque et que sa réaction n'a fait que accentuer mes doutes. J'ai justifié car j'ai indiqué que j'avais dit aussi que c'était bon, patati patata. Une vraie ligne de défense SANS justification, c'est le factuel sans avis/émotion. "Oui tu le prendrais peut être mal si cela avait été toi mais ce n'est pas à toi que je l'ai dit et mon collègue n'était pas gêné de ma remarque". Point à la ligne. Mais ça c'est dur à faire quand tu ressens une émotion négative en même temps :(

je vais manger, je finirais plus tard @InconvenientTruth

ouestlebonheurle 06 septembre 2019 à 13:10

@NabouNabou mon chef m'a rembarrée en me disant que c'est déjà bien d'avoir amené des crepes et si pas contente, j'avais qu'à les faire ... sur ce point il a à 1/2 raison je fais les mêmes remarques quand le chéri me dit que je fais mal. Mais là c'était pas mal vu que certains aiment épaisses ... dans mon esprit à moi c'est surtout que elles sont épaisses quand même lol mais ce n'est pas mal ce qu'il a fait, l'objectif est atteint !
et en général il ne prend pas mal ce qu'on dit dans le boulot, mais c'est clair qu'il a son avis tranché, j'y suis habituée étant moi même pareille 😜
En attendant, qq'un à table à répondu la même chose que toi, faut mettre plus de lait ;)

NabouNaboule 06 septembre 2019 à 13:13

Ces histoires de crêpes m'ont données faim ! Bon Ap

emanule 06 septembre 2019 à 13:27

Ouestlebonheur pour moi le problème ce n'est pas de savoir si tu as été impolies ou pas ,ton collègue ne s'est pas vexé tu avais donc vu juste.
Le problème s'est plutôt d'en avoir parlé à ton chef après.
Tu n'avais pas besoin de son avis je pense,surtout si tu sais qu'il est "renfrogné" 🙂
Dans des histoires comme ca,tu peux avoir 50 avis différents,ne t'encombre pas des pensées de tout le monde.
D'autant que tes collègues doivent connaître ton "coté cash",ils ne doivent pas être si surpris que ca!
Sois bien avec toi même,ton collègue n'était pas vexé,c'est tout ce qui compte !

Strangerquarkle 06 septembre 2019 à 22:05

Coucou @ouestlebonheur, pour ma part je crois que tout le monde fait ce genre de réflexion à un moment ou à un autre. Certains ne vont même pas se rendre compte que leur réflexion pourrait être déplacée, blessante, malpolie ou que sais-je encore, d'autres vont ressasser l'évènement, se remettre en question, faire des liens profonds avec leurs propres choix de vie etc.

Alors qu'au fond, personne ne s'est rendu compte de rien, ou alors n'a pas été jusqu'à en déduire quoi que ce soit sur la personne qui a eu le mot en question, et de toute façon ne s'en souvient plus. N'oublie pas que la majorité des gens ne pensent pas autant que toi 🙂

Perso je ne dis jamais rien de négatif à personne. Ca me demande beaucoup de contrôle et ça me fatigue, mais ça m'évite de ressasser un non-évènement jusqu'à des années plus tard. Je ne suis absolument pas sûre que ma façon de faire sois la bonne 🙂

Juliette...le 07 septembre 2019 à 08:23

Moi, moins je connais la personne, moins je me permets de remarques. Les collègues, pareil. Au contraire, j'aime mettre en avant les initiatives heureuses, les efforts de partage...
J'adore manger, surtout à la pause du boulot. Si quelqu'un a pris le temps, l'énergie de nous faire un truc maison, même si je suis déçue en le mangeant (ce qui est rare à 10h du matin là où ça fait trop de bien de manger un truc autre que ma banane habituelle ou gâteau indus), je remercie, parfois à base de grandes envolées enthousiastes, je peux même flatter, oui oui, en rajouter sur le caractère délicieux du mets, tant j'admire le geste, tant j'ai envie de l'encourager, et puis, c'est vrai aussi, tant j'aime faire plaisir à l'autre.
Certains pourraient dire que là, je ne suis pas totalement franche. Je ne le pense pas. C'est ma manière d'être, je ne pourrais faire une remarque négative à quelqu'un qui donne beaucoup. Et puis, je ne suis pas trop difficile niveau papilles, même si bien sûr je me régale de manières différentes ici ou là..
Après, si quelqu'un me demande mon avis sur un truc précis, en vue de s'améliorer, là c'est différent.

Juliette...le 07 septembre 2019 à 08:25

La limite de cette façon d'être et de faire, je la connais bien, c'est évidemment d'avoir du mal à dire non, de peur de blesser la personne. Et là-dessus, j'ai encore du boulot et je suis bien consciente de l'urgente nécessité de me parfaire

Merlinle 07 septembre 2019 à 10:09

Quand je travaillais encore dans un bureau "avec des gens", j'avais trouvé un truc : je mettais en avant mon côté rockeur qui n'hésite pas à manier l'ironie et n'a pas sa langue dans sa poche. Du coup, sur le mode ironie, tout passe, ou presque, parce que lorsqu'on est à peu près bien intégré, les gens prennent les choses comme ils en ont envie plutôt que de la façon dont c'est dit.

D'un autre côté, mes collègues savaient bien qu'il ne fallait pas me demander mon avis si on n'était pas prêt à l'entendre. Exemple d'un tel dialogue :
Collègue : - qu'est-ce que tu penses de ma nouvelle robe ? (un truc à fleurs hideux)
Moi (avec un sourire en coin) : - J'adore ce que tu a fait avec les rideaux de ta salle de bains.

Dans le même ordre d'idées, j'avais mis des barrières pour qu'on n'empiète pas sur mon espace et n'hésitais pas à les rappeler. Exemple :
Collègue, venant à mon bureau alors que j'étais à fond dans un truc important demandant toute ma concentration : - Tu peux me rendre un service ?
Moi, continuant à bosser : - Non.

Je vous assure que cela ne m'avait pas mis au ban du groupe. J'ai été délégué du personnel pendant un temps, et plus tard j'ai été dans la hiérarchie et apprécié de mes "subordonnés" (j'aime pas le terme). J'ai juste imposé mon caractère, ma personnalité, mon look. Sans avoir besoin d'être méchant, juste en montrant que j'avais une bonne dose d'ironie et que je ne me laissais pas marcher sur les pieds tout en étant prêt à aider les autres quand il le fallait vraiment.

ouestlebonheurle 07 septembre 2019 à 19:44

C'est marrant comme juste un fait peut être vu comme négatif. Bien sûr que j'ai remercié, bien sûr que j'ai dit qu'elles était ultra bonnes et il était fier de nous dire qu'il avait passé 45min à touiller pour 0 grumeaux. Mais la réalité est qu'elles étaient épaisses. J'ai même rajouté que j'avais aussi du mal à en faire des fines que c'était compliqué.

De tout temps c'est ce qui me semble compliqué. Tu exprimes un fait et ce n'est pas forcément approprié ... Alors oui je suis connue comme la fille qui dit tout ce qu'elle pense et je leur demande de bien me dire si un jour ça va pas mais est ce le problème de ma position pour certains pour qui ça bloque ... Mon chef lui n'hésite pas à me dire ce qu'il pense. Alors oui son opinion je m'en fous mais cela met quand même en abyme le fait qu'au boulot ou socialement on ne dit pas tout ce qu'on veut même si c'est une réalité ...

Juliette...le 07 septembre 2019 à 20:23

@ouestlebonheur, est-ce que tu espérais, en en parlant à ton chef, ouvrir la discussion sur certains de tes comportements, ou tout au moins sur cette propension à ne pas savoir ne pas dire ce que tu penses? Et être mieux comprise? Ou cherchais-tu, peut-être, juste à voir sa réaction pour savoir à quoi t'en tenir avec lui?
Oui, certains chefs demandent à être "mieux traités" que les autres. Mais je dirais que ça dépend quand-même des personnes. Et puis, tous les collègues ne prennent pas non plus les choses de la même façon.

emanule 07 septembre 2019 à 21:42

"Alors oui son opinion je m'en fous mais cela met quand même en abyme le fait qu'au boulot ou socialement on ne dit pas tout ce qu'on veut même si c'est une réalité ..."
Tout est dis dans cette phrase ouestlebonheur.
Tu t'en fout de son opinion,mais on ne peux pas dire tout ce qu'on veux.
De la,il te reste 2 options.
Sois tu continue de dire ce que tu ressens,en restant toi meme,
Sois tu essaye de tourner 7 fois ta langue dans ta bouche avant de donner ton avis personnel.
Je pense que la première option te convient le mieux,ne te soucis pas de ce que pense les autres.
Comme tu dis,ils te connaissent,et savent a quoi s'en tenir!
Tout le monde y trouve son compte
😄
Si tu choisis la deuxième option,tu vas finir par te rendre malade,en gardant tout en toi.
Enfin c'est comme ça que je vois le truc.
Le "bien vivre en société" est un sujet inépuisable!

Foggedle 16 septembre 2019 à 12:33

Bonjour à tous et toutes,

Je ne comprends pas @ouestlebonheur ce n'est pourtant pas la chandeleur ! Qu'est ce qui à pris à ton collègue de ramener des crêpes sur son lieu de travail 😂 😂et qui maintenant te vaut ce sentiment de mal le vivre (enfin c'est l'impression que j'ai en te lisant, je m'excuse ou plutôt excuse moi si je me trompe) pas le fait d'avoir mangé des crêpes mais de ta réflexion philosophique sur l'épaisseur de celles-ci (attention l'expression épais ou épaisse ne doit être utilisé au Quebec que dans la bonne situation car là contrairement à la France tu aurait déclenché un incident bien plus grave )
Je suis aussi très franc, brut de décoffrage comme disent les maçons 😂
Par contre tout comme @Merlin j'utilise énormément l'ironie ( côté Rockeur, décalé) et d'ailleurs la citation des rideaux de la grand mère aurait été tout à fait mon style 😀
Ceux-ci dit je fais aussi des bourdes socialement non acceptées (j'ai beau avoir déchiffré le code, malgré tout il persiste encore des bugs sociales)
Après je ne vois rien de méchant dans ce que tu as dit, normal je suis pas le collègue concerné 😀 (humour)
Je comfirme ce que dit @NabouNabou pour l'ajout d'eau dans la pâtes à crêpes (j'étais pâtissier, un de mes anciens métiers)

Gwenouillele 16 septembre 2019 à 12:59

@ouestlebonheur Je travaille sur une plateforme logistique énorme, et bon, parfois ils n'ont pas le temps de répartir certains trucs. Ce jour-là, on avait pu récupérer plein de plantes pour chez nous mais il y en avait tellement qu'on en a foutu partout dans tout le bureau (une dizaine au minimum) !!!
Et là, y'a mon N+2 (Responsable admin) et un des responsables vente régional (RVR) qui se pointent dans le bureau. Hauts placés quand même parce qu'ils ont 3000 salariés sous eux, tu vois le genre... :3 Et là le RVR sort "c'est la savane ici", et moi qui répond du tac-au-tac : "non, la savane c'est pas vert. C'est la jungle !" en mode hypra sérieux.
Mon N+2 s'est tapé une barre et s'est trop foutu de la gueule du RVR. Je suis devenue rouge comme une pivoine en me rendant compte de ce que je venais de dire, et à qui, et je me suis de ce fait excusée immédiatement. Ce qui a fait encore plus rire mon N+2, en mode : "et elle s'excuse en plus !"
Fort heureusement, je crois avec du recul que cet incident m'a plutôt fait gagner des points auprès du RVR qui du coup est tout gentil avec moi quand il me demande des trucs maintenant 😂

J'en ai plein des comme ça, par ex alors que je venais tout juste d'arriver dans ce boulot, après environ 2 semaines, je commence enfin à y voir plus clair. Faut savoir qu'on est à des postes très polyvalent et que je jongle avec une vingtaine, voir plus, de logiciels. Et donc en sortant en pause avec mes collègues de l'époque, je dis pour plaisanter "bon ben voilà, maintenant vous pouvez tomber malade" (sous-entendu, je vais enfin servir à qqch et je vais pouvoir commencer faire qq trucs utiles). Réaction de ma collègue outrée : "ah ben merci, c'est sympa ! En 5 ans, je n'ai jamais eu une absence pour maladie !" Et l'autre collègue qui rajouter "Eh oui, faut faire attention à ce qu'on dit parfois."
Ce jour-là j'aurais mieux fait de fermer ma gueule... XD

ouestlebonheurle 16 septembre 2019 à 13:31

@Fogged ah ah ah l'incident est clos, et j'ai fini de digérer cette "bourde" qui n'en était pas une, sauf pour mon chef 🤔

@Gwenouille, non mais trop ! on s'en fiche de la position, ta 1ère remarque était une bonne blague ! et tu pouvais te la permettre vu ce qu'il a dit à voix haute 😜 et pour celles de tes collègues, sérieusement en info, ca sort souvent, faut être con pour le prendre pour soi, et sortir "ah ben merci, c'est sympa ! En 5 ans, je n'ai jamais eu une absence pour maladie !" ... et l'autre qui en rajoute ... lèche bottes ! ce jour là tu aurais mieux fait de comprendre que ce ne sont des personnes à éviter 😛
oui facile de dire pour les autres, mais quand ca nous arrive, dur dur de prendre le recul nécessaire 😱

Gwenouillele 16 septembre 2019 à 19:59

Dur dur d'éviter les gens quand ce sont deux des 4 nana du service ( 2 + ma boss + moi hahahahhaa)

ouestlebonheurle 16 septembre 2019 à 20:26

J'espère que maintenant ça va mieux et qu'ils comprennent bien les limites de ce qui peut être dit .. souvent les c.ns essaient d'impressionner les nouveaux pour marquer leur territoire 😡

emanule 16 septembre 2019 à 21:03

Oui les c.. Qui marquent leur territoires,c'est un classique malheureusement !
Le meilleur remède est de les "zapper",pour ne pas remettre de pièces dans leur machines!

Gwenouillele 17 septembre 2019 à 20:58

HAha depuis une des deux est partie à la retraite, donc la seconde ferme sa g.eule. Elle était super amie avec la nouvelle qui a remplacé l'ancienne, mais comme on est en réduction de service, et que c'est l'une des deux qui va devoir partir, elles sont en guerre froide. Qui disait : "diviser pour mieux reigner" ? C'est exactement ça XD

ouestlebonheurle 17 septembre 2019 à 21:54

😛 😂


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?