Témoignages

La différence et la famille

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Témoignages
  4. La différence et la famille
La différence et la famille
Lotusle 26 avril 2019 à 12:38

Bonjour, qui ne tente rien n'a rien!! donc je me lance, voilà je ne suis pas trop du genre à me retourner vers le passé (mais ma situation actuelle fait que je l'introspection est nécessaire) , mais voilà une chose en entrainant une autre.... J'ai eu une fulgurance suite à un autre échange 😂. La question qui m'est venue est : Comment avez-vous vécu votre différence avec vos parents ? j'espère que vous voudrez bien partager vos témoignages.... 🙂

Gwenouillele 26 avril 2019 à 22:19

Ma mere n'a jamais vu nos difference car elle est precoce et plane aussi...

Gargarinele 27 avril 2019 à 03:36

Mes parents ont tentés de "m'avaler" pour se reconnaître en moi et se définir dans le monde. Je ne l'ai compris qu'en le reproduisant sur mes enfants. J'ai pardonné à toutes les personnes concernées et ainsi brisé une vieille malédiction familiale. J'ai prêté serment de me souvenir comment ce simple pansement pouvait guérir le plus cruel des poisons. Une expérience.

Lotusle 27 avril 2019 à 09:53

@ Gargarine qu'entends tu par "ont tenté de m'avaler"? Ce que je me demandes c'est si cela vous a compliqué la vie pour grandir "normalement" (bien que ce mot pour moi ne veut rien dire...)

Gargarinele 27 avril 2019 à 10:40

Juste une métaphore déjà utilisée peut être.... mais c'est sûr que les doutes des parents n'aident pas les enfants. Mais on fait tous de notre mieux non?

Lotusle 27 avril 2019 à 13:17

J'ai bien compris que cétait une métaphore, mais en fait je beugg devant celle-ci 😵 donc je n'ai toujours pas compris ce que tu as voulu exprimer... 🙁 et qui me parait intéressant à comprendre 😉. Il parait qu'il n'y a pas de parents parfaits!! 😉

Gwenouillele 27 avril 2019 à 14:13

Oui, ca a complique notre vie (en tout cas a moi et mes soeurs). Resultat : tout ce que nous reussissions a faire etait toujours tres normal, meme si ca ne l'etait pas. Il n'y avait pas de reconnaissance de qui on etait vraiment. Ni de reconnaissance de nos difficultes ou de nos handicapes. Notre difference a rendu mon pere violent : il ne comprenait pas, il ne savait pas gerer les crises, car un enfant HP qui repond et qui a decide que non, faut le gerer. Maintenant imagine 4 enfants HP ensemble. Quand 1 se met a pleurer, c'est la crise de tout le foyer. Au final pour eviter de faire plonger la famille, il s'est retire de notre education, en qq sortes.
Ma mere s'est plus ou moins retrouvee tres seule a gerer 4 enfants HP a la maison en etant elle meme HP, avec son propre passe, sa propre histoire, et un deni de son histoire a elle ainsi que de la situation actuelle.
20 ans plus tard, ca va bcp mieux. Mais mes 3 soeurs sont encore sous AD, pour te donner une idee. Je mesure la chance que j'ai d'arriver a vivre avec "ca". Et en meme temps, si tu ne fais pas le choix de vivre, personne ne le fera a ta place.
On se rend compte avec du recul que les parents sont desarmes face a ce qui arrive. Y'a des HP plus simples a gerer, et d'autres avec qui la vie est un combat de tous les jours. J'aurais pas aime etre a la place de ma mere, et j'ai peur pour ma fille qui semble prendre le meme chemin. Quand je vois deja le caractere qu'elle a a 3 ans et demi, comment elle nous tient tete en nous claquant la porte au nez, cb elle affirme ses preferences, je flippe pour l'avenir.
Les rapports HP-autres personnes sont deja souvent complexes quand on est HP, donc HP-parents, je pense que c'est sensiblement pour tout le monde la meme. Difficile de ne pas ressentir de la colere vis a vis de son education, ou de ses parents. Parfois pour des bonnes raisons. Mais on oublie trop souvent qu'ils ont fait comme ils ont pu, avec les outils qu'ils avaient a disposition, et que la plus grande partie de cette colere provient a mon sens de la difference et de vouloir trouver un responsable sur qui tout decharger. Parfois ils sont vraiment responsables. Mais le fait de tout ressentir plus fort nous fait oublier que meme les gens non-HP ont des soucis avec leurs parents.

Gargarinele 27 avril 2019 à 14:21

Te souviens tu à ce que tu aspirais le plus étant enfant ? Ce n'était juste pas de la considération ? De la liberté ? Fais à autrui ce que tu voudrai qu'il te fasse, d'autant plus auprès de ceux qu'on aime non ?
Pour toi, LibertEchErie, je faisais allusion à Chronos et Zeus en version hellenistique. Le petit fils à brisé la malédiction.

Lotusle 27 avril 2019 à 15:22

Heu ce que je me souviens de "l'époque" c'est que je n'avais même pas conscience d'exister.... donc effectivement j'ai dû manquer de considération parmi tant d'autres choses... à Gwenouille (je découvre ma planète (HP ou autres noms, depuis peu et sans être certaine de vouloir vraiment creuser au fond des choses car l'étiquette m'importe peu, je cherche juste à comprendre un peu les bases de ma reconstruction) par contre ton témoignage me touche, effectivement ça n'a pas dû simple pour personne, et je me pose la question suivante est ce quelquechose d'héréditaire/génétique??
Même si on a tous plus ou moins (oui il y a quand même qui sont moins chargés que d'autres quand même!! 😮) nos casseroles, l'important c'est ce que l'on en fait... et Je vois que tu as l'air de plutôt bien t'en sortir 😉.
@ Gargarine, ma version de la maxime est "Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse", est ce la version originelle ou non, là n'est pas la question, mais j'ai toujours eu cette phrase dans ma tête et donc dans mon coeur. Pour moi un parent qui se pose des questions quant à s'il fait bien ou non avec ses enfants ou même éprouve mêmede la culpabilité et bien c'est en cela un BON parent (son rôle est loin d'être simple). Ayant grandi avec une mère qui vivait sur la planète égocentrisme (alors oui pour moi c'est un concept difficile à comprendre...) et un père égoiste, je te passe tous les détails, et bien tout cela pour te dire que je sais de quoi je parles.... Je n'ai pas de ressentiments envers eux car comme dit Gwenouille, ils ont fait comme ils ont pu.....avec leurs histoires et leurs problématiques... je me suis éduquée toute seule et en même temps, je ne peux que m'en féliciter car finalement ce qui ne tue pas te rends plus fort....
😉 🙂

LibertEchEriele 27 avril 2019 à 15:41

Je suis d'accord avec vous. Par contre, c'est marrant, mais moi "ce qui ne te tue pas te rend plus fort", ça je ne le ressens pas comme ça du tout. J'ai plutôt l'impression que toutes les épreuves que j'ai eues à subir dans la vie ont eu l'effet d'une massue qui venait enfoncer, régulièrement et copieusement mon moral, l'espoir quoi, ce que je considère être la plus grande force.
Moi je louerais plutôt chez moi cette faculté hallucinante, peut-être décuplée, à rebondir comme on dit. A saisir le moindre mot d'amour susurré, la moindre parcelle de respect, le plus petit coin de sourire qui s'offrent à moi, quand c'est du vrai, du pur, de la bonne 😉
En bref, je crois être gâtée au niveau amour de la vie et compréhension de l'autre, du coup, apte à repartir pour un tour (mais des fois avec des pannes totales et très très très longues, genre décennies 🙂).
Les coups pris peuvent, éventuellement, affiner ma vision de mon environnement, à la longue, peut-être, m'aider à moins reprendre certains risques... Mais donner de la force, ça, en ce qui me concerne, non.

Gargarinele 27 avril 2019 à 19:00

C'est triste d'entendre ça venant d'une personne avec un si joli pseudo.

Justine18le 27 avril 2019 à 19:03

C'est vraiment intéressant vos témoignages... Personne ne sort indemne de son enfance je crois.
Pour ma part, je pense que mon père est HP, il ne s'est jamais occupé de nous. Et moi et mon petit frère le sommes également (du coup ma soeur était la préférée).
J'ai 2 enfants sur 2 deux qui le sont. Mais pas du tout de la même façon. Mon grand est extrêmement sensible et docile. Il ne se met jamais en confrontation, est toujours d'humeur égale etc... Le second c'est autre chose. Et là je comprends comme ça a pu être dur pour ma mère. Mais ça n'empêche qu'elle avait les moyens de le voir, et qu'elle n'a rien vu. Et ça, ça passe mal quand je vois le chantier qu'est ma vie.
J'espère juste réussir à faire mieux pour mes loupiots (bien que je sais que rien ne sera parfait c'est certain).

LibertEchEriele 27 avril 2019 à 19:24

De qui parles-tu Gargarine?

Gargarinele 27 avril 2019 à 19:26

Liberté chérie...

LibertEchEriele 27 avril 2019 à 19:46

Je ne vois rien de triste dans ce que j'ai dit. L'amour me donne de la force, les claques m'en prennent.
L'important, c'est de trouver de l'amour et, pour ça, je me débrouille pas trop mal. Donc, ce n'est pas triste 🙂

Lotusle 27 avril 2019 à 19:53

@ LibertEchErie, en te lisant en fait j'ai l'impression que l'on pense la même chose mais qu'on ne l'exprime pas de la même façon. J'utilise cette expression MAINTENANT avec le recul, car évidemment vu mon parcours de vie très "riche" en expériences de vie, je peux te dire que lorsque je les ai vécues je ne parlais pas de cette manière positive, je devais dire "Mais purée qu'est ce que j'ai fait pour mériter autant de souffrances"! Et c'est là ou je te rejoins aussi c'est cette fameuse capacité hallucinante 😉 à rebondir qui m'a fait que maintenant j'ai le recul et une telle envie de vivre les belles choses à fond, que j'ai ce discours optimiste (sans doute l'âge de raison ou de sagesse!! 😜 😂) ou une autre légende à la c...du même acabit) Si on arrive à changer notre regard sur la vie et ses vicissitudes, non seulement on sait encore plus savourer les petits bonheurs simples qu'elle nous offre, et en plus cela nous permet de relativiser les choses "moins sympa". 😉 🙂 et de repousser nos barrières... Perso, l'humour est "l'arme" qui m'a sauvé à l'époque et si bien qu'aujourd'hui c'est devenu une hygiène de vie et je peux rire de tout ou presque (mais pas avec n'importe qui, car j'estime qu'il faut savoir respecter les limites de la sensibilité de l'autre) je ris bien souvent toute seule, je tourne beaucoup les choses en auto dérision c'est ma manière de les prendre moins à coeurs, sans doute.... La souffrance est partout donc quand on peut la voir avec des lunettes psychédéliques positives, on ménage son coeur.... enfin c'est ma façon de fonctionner 🙂

LibertEchEriele 27 avril 2019 à 19:55

Je pense comme toi Lotus 🙂

Lotusle 27 avril 2019 à 20:13

heu tout pareil?? 😄 😉 🙂

Clochettele 27 avril 2019 à 20:20

De mon côté très mal... et c'est encore le cas. Ma mère n'a pas les capacités pour me comprendre et mon père l'a fait mais a utilisé la chose contre moi... du coup tous les maux de ma famille me sont attribués et je suis leur fusible. Je m'en prends régulièrement plein la tronche et tout le monde trouve ça normal. Ma soeur vrillée est la perfection et je suis une ratée. Avant je me demandais comment m'améliorer et j'ai essayé de leur plaire pendant 30 ans sans succès. Et en ayant de violents épisodes dépressifs. Mais maintenant c'est terminé, je pense que je finirai par couper les ponts pour ne pas qu'ils bousillent ma fille (la malédiction continue...). Je me sens enfin libre et ce sera totalement le cas quand je les aurai envoyés bouler.

Lotusle 27 avril 2019 à 20:38

Clochette 😮 et bien si j'avais compris tout cela à ton âge, j'aurais économisé sur ma santé..... Il est vrai que c'est une chose de virer les personnes toxiques de son entourage mais lorsque celles-ci font partie de notre famille proche c'est plus difficile.... Si je peux me permettre restes toi même et éloignes toi de la toxicité (pour toi mais oui pour ta fille également, ça te soulageras et ça aidera ta fille dans son développement personnel) 😉 Bon courage 😉 🙂

Clochettele 27 avril 2019 à 22:00

@Lotus je remercie mon psy qui a tout décortiqué et qui m'a libérée. Bien sûr que tu peux te permettre ! Tu as raison, et à cause d'eux j'ai subi des hommes toxiques car je pensais le mériter. Je viens d'une famille méditerranéenne et pour moi c'est difficile encore de passer le cap du coupage de ponts. Mais le scénario se dessine. Sans les détester je ne ressens plus d'affection pour eux. Ils m'indiffèrent de plus en plus (je ne souffre plus et je leur rends leur comportement de base-désolée si je choque certains).

Gwenouillele 27 avril 2019 à 22:34

Eh bien Clochette j'hallucine toujours devant ton histoire :s
Pour revenir sur ce qui a ete dit plus haut, oui je pense que c'est genetique en partie meme si ca ne s'exprime pas de la meme maniere chez tout le monde, mais les chiens ne font pas des chats, ma mere l'a ete, mon pere jamais teste, ma gm l'a ete avant elle et tres probablement mon arriere grand pere car ma mere me parle toujours de lui avec des etoiles dans les yeux.
Apres je ne pense pas qu'il suffit de se faire du soucis pour ses enfants pour etre un bon parents. On peut se faire du soucis ou culpabiliser tout en etant un alcoolique notoir. Malheureusement, l'enfer est souvent pave de bonnes intentions. Encore faut-il que la personne qui se fait du soucis ait regle ses propres pb : comment peux-tu t'occuper et etre mentalement disponible pour tes enfants si toi-meme tu ne sors pas la tete du trou ? Intuitivement nos enfants sont des eponges de ce qu'on renvoie, c'est encore plus vrai avec les HP. Et meme si on pense ne pas leur communiquer nos angoisses, ils se serviront sans demander la permission. C'est un peu comme quand on lit/ecrit un livre. Il y a ce que l'auteur a voulu faire passer, puis il y a le veritable message qui passe, bien malgre lui, qui n'est pas forcement identique au message originel. Et quand bien meme on penserait avoir bien fait, 2 enfants hp peuvent avoir une telle difference au niveau des besoins que donner la meme education a chaque membre d'une fratrie peut etre percu par l'enfant comme violent.
Faut pas en oublie qu'avant d'etre hp, une personne a une personnalite propre et que le cote HP s'ajoute a cette personnalite.
Tout ca pour conclure que c'est complique d'etre un bon parent :s meme en essayant de bien faire on peut royalement se planter. Et meme en faisant bien, on peut se prendre de grosses claques. Moi j'ai peur que plus tard ma fille vive tres mal son adolescence. J'ai ete traumatisee par l'ambiance a la maison et les crises cocasses...
Ce que je disais au dessus, c'etait aussi pour rebondir sur l'histoire de Clochette qui -comme tu l'as tres bien exprime :) ^^- n'etait pas du tout comme sa soeur. C'est dommage qu'il doive y avoir un bon vs un mauvais. Je suis persuadee que ta soeur n'est pas si parfaite que ca. Parce que y'a ce qu'on montre, et ce qu'on est. Et que techniquement parlant, c'est dur d'etre parfait XD Mais oui elle comble peut-etre tt les attentes de tes parents. Mais en un sens, c'est sacrement triste, non ? Je me demande si elle doit pas ressentir une pression importante a ce niveau la :S avec l'interdiction de decevoir pour surtout coler a l'image que vos parents ont d'elle.
Y'a des etudes tres interessantes a ce sujet, sur la maniere dont tu percois tes enfants... :/

Fanny-146le 28 avril 2019 à 00:30

Je pourrais écrire des tomes et des tomes sur le sujet... La métaphore de Gargarine m'a pas mal parlé.
Pour faire bref, je suis au milieu d'une fratrie de 3. Mère très probablement HP, mais empêchée de faire des études parce qu'il fallait aller travailler pour nourrir son neveu. Trois enfants, donc, chez moi, tous les trois ayant fait leurs études sans souci. Je ne pense pas que mon frère et ma soeur aient été testés, mais s'ils ne sont pas HP, ils n'en sont pas loin.
Des trois, j'ai toujours été la plus "obéissante", voulant faire plaisir à ma mère, en tout. Etre bonne élève, aider à la maison... Mais elle n'était jamais satisfaite, tandis que mon frère et ma soeur, qui étaient bien moins dociles et serviables semblaient être préférés. Ca s'est confirmé au moment des études : mon frère n'a fait "qu'un BTS", parce qu'il voulait vivre de la musique, mais mes parents l'ont obligé à avoir un diplôme de l'enseignement supérieur. Il a pas mal profité d'eux : alors qu'il bossait et pouvait s'assumer, il a souvent fait le choix de la facilité, refusant de passer certains concours qui lui auraient ouvert davantage de portes, et il est resté vivre très longtemps chez papa / maman. Bien sûr, et même si je l'ai envisagé, je n'ai pas "osé" faire aussi le choix de la musique comme métier... Etudes de lettres, et à la fin de mon année de maîtrise (j'avais 22 ans, études sans accroc, il me restait un an d'études avant de passer les concours de l'enseignement, et j'avais un p'tit boulot qui me permettait au moins de payer mes bouquins et quelques autres trucs), ma mère me dit qu'ils vont peut-être arrêter de financer mes études, parce qu'avec mon frère à la maison (26 ans et gagnant déjà correctement sa vie, tout en ne payant aucun loyer, ne contribuant en rien aux dépenses du foyer), ils ne peuvent plus financer...
L'année précédente, j'avais envisagé de faire autre chose que l'enseignement. Je n'aurais pas perdu d'années d'études, juste choisi un bac + 4 différent, et la réponse a été niet : "ce que tu veux faire, ça ne se fait pas dans le Nord, on peut pas financer, donc tu restes ici". 2 ans plus tard, ma soeur partait tranquillement faire ses études à Marseille, tout financé par les parents, y compris le pot-de-vin à la concierge pour lui avoir l'appartement qu'elle voulait...
Ca fait chi** d'avoir toujours choisi le plus petit logement possible, le moins cher, d'avoir pris un job étudiant, etc, pour au final, être toujours passée après les autres. Ma mère est allée jusqu'à me reprocher d'être devenue autonome (bah oui, effectivement, je n'ai jamais compté sur eux pour trouver une chambre étudiante, faire mes démarches, inscriptions, etc, mais je croyais que c'était le but des parents : permettre à leurs enfants de voler de leurs propres ailes...)

Au final, ma mère qui trouvait si injuste d'avoir été pénalisée par rapport à sa soeur, et reprochait sans arrêt à ma grand-mère de n'aimer que les aînés, a en grande partie reproduit le schéma avec mon frère.
J'étais celle qui lui ressemblait sans doute le plus en termes de caractère, elle m'a détestée et brisée pour cela, sous couvert d'amour, mais ce n'était que de la domination, de la possession.

J'ai coupé les ponts avec ma famille il y a 12 ans, je crois, parce que ma mère ne supportait pas que je vive avec une femme. Là aussi, hypocrisie à mort : après que le destin lui a "forcé la main", elle a fini par m'accueillir en couple, pendant 2 ou 3 ans, mais jamais de façon bienveillante. J'ai arrêté d'aller les voir quand, pour la 4ème fois, mon ex et moi avons été invitées le lendemain de Noël et du Jour de l'An, parce que le réveillon et le jour-même, c'était pour mon frère, homophobe notoire...
Mais je suis juste partie, sans faire d'éclats, pour ne plus revenir. 12 ans après, son emprise est toujours aussi forte... Je reste une enfant qui voudrait faire plaisir à tout le monde sans y parvenir, et du coup, je vais de déception en déception, la principale étant de toujours me décevoir moi-même.

Une autre anecdote qui m'est souvent revenue en tête depuis que j'ai été testée : quand j'étais en CE2, l'instit me demande de prévenir ma mère qu'elle veut la voir, un soir après l'école. Je transmets le message, et ma mère dit : "J'espère que c'est pas pour te faire sauter une classe, parce que c'est hors de question". Je pense que dans ma tête de gosse de 8 ans, je me suis dit qu'elle ne croyait pas que j'en sois capable. En tous cas, ça a contribué à me couper les ailes : ne pas me faire remarquer... ni en mal... ni en bien. (Bon, finalement, l'instit ne proposait pas un saut de classe, elle voulait juste l'accord pour que j'intègre un cours double l'année suivante. Je ne sais pas si ça a été proposé à un autre moment de ma scolarité, pour que ma mère réagisse aussi vivement quand je lui ai dit que l'instit voulait la voir)

Gargarinele 28 avril 2019 à 09:52

***Je reste une enfant qui voudrait faire plaisir à tout le monde sans y parvenir, et du coup, je vais de déception en déception, la principale étant de toujours me décevoir moi-même***
Merci pour ça. Ces mots ont été moi pendant tellement d'années. Merci du pansement :)

LibertEchEriele 28 avril 2019 à 10:06

Ouais, c'est chaud! J'ai pas du tout envie de déballer aujourd'hui mais mon père m'a fait la misère et tu vois Fanny, je suis celle qui lui ressemble le plus...
Au final, j'ai l'impression qu'on peut retrouver plein de trucs en commun dans nos parcours à tous. L'humain est, en la matière, assez prévisible malheureusement. Mais comme tu en parlais dans un autre fil Gargarine, la "malédiction" peut s'arrêter. En tous cas, il y a quand-même certains "yeux" plus ouverts que d'autres, et qui veillent 🙂

LibertEchEriele 28 avril 2019 à 10:07

Fanny, puisses-tu trouver le déclic qui te donne envie de te faire plaisir à toi 😍

Fanny-146le 28 avril 2019 à 10:13

Je crois que la malédiction va s'arrêter de mon côté de la famille : aucun de nous trois, pour autant que je sache, n'a eu d'enfants. C'est pas si simple du côté de mon cousin, qui a épousé une femme qui avait un peu le même comportement. Il semblerait qu'elle ait fait des dégâts similaires sur au moins une de mes petites cousines.

Quant à me faire plaisir à moi, il faudrait déjà que je trouve ce que j'aime, et c'est toujours pas le cas...

Lotusle 28 avril 2019 à 10:28

"La peur n'évites pas le danger"... au contraire (loi d'attraction) donc pour moi quand on a les yeux bien ouverts et de grandes capacité et bien à nous de travailler sur nous pour couper cette "malédiction" qui n'est en fait là que pour que pour être brisée. Pas envie de déballer (Mais Etre les parents de ses parents, c'est lourdingue aussi) ni de faire des échelles de souffrances.... je ne suis pas donneuse de leçon non plus, j'essaye de par mon parcours d'éclairer la voie de ceux qui veulent sortir de l'obscurité, libre à chacun de comprendre et de prendre ce qu'il veut... uniquement dans un esprit de bienveillance altruiste. Namaste. J'espère ne pas avoir ouvert ici une boite de pandore pour certains... 😨 Merci en tout cas de vos témoignages touchant et de partager vos réflexions, c'est ainsi que l'on avance... 🙂

Fanny-146le 28 avril 2019 à 10:40

Je ne te trouve pas du tout donneuse de leçons, @Lotus : tu as demandé si certains voulaient partager leur expérience, tu as partagé la tienne, je trouve que tout s'est passé dans le respect. Et en ce qui me concerne, la boite est ouverte depuis un moment, c'est juste qu'il continue à en sortir des choses. Ca doit être un mix entre la boite de pandore et le sac de Mary Poppins...

Gargarinele 28 avril 2019 à 10:45

On sait tous au fond de nous pourquoi nous nous sommes inscrits sur ce site. Pour avoir le courage de regarder au fond de la boîte (je reste dans la parabole dsl) se redresser et enfin voir au loin. Et c'est beau.

Lotusle 28 avril 2019 à 10:49

@ Fanny-146 merci pour ton message, je ne pensais pas que mon premier post susciterais l'émulation 😮....

Gargarinele 28 avril 2019 à 10:53

Hé hé née d'une fleur de lotus...

Lotusle 28 avril 2019 à 10:56

@ Gargarine, bien vu 😉 c'est tout à fait cela 😉 🙂

Gwenouillele 28 avril 2019 à 13:39

Fanny, ton temoignage me fait douloureusement echo :( Meme si j'ai fait le choix de ne pas couper les ponts.
Je suis la 3e (sur 4) de la fratrie. Quand on a decouvert qu'il fallait qu'on soit teste j'avais 18 ans. On venait de me proposer une place a l'hopital psychiatrique. Eh bien ma mere a soutenu le 1ere pour qu'elle se fasse d'abord tester. Puis la 4e. Je me suis payee mes test moi-meme au final, car moi on n'avait pas besoin de me tester, on le savait deja, visiblement...

Une fois, elle avait organise un week-end avec toute la famille dans un chalet, je m'en souviendrai toute ma vie. Un des pires moments de mon existence. On a fait une partie de mini golf, et comme chaque fois, tout le monde a fini par me tomber dessus parce que je ne jouais pas assez serieusement. A savoir, je suis une quille quand il s'agit de viser. Que j'attende 3 seconde ou 30 c'est pareil. Seulement ils se sont mis dans le crane que je faisais expres de mal jouer. Bon, j'avoue : au bout d'un moment ca me gave de faire des jeux ou je suis toujours derniere et ou on passe son temps a me charier sur combien je suis nulle. Mon pere m'a engueule ainsi que tous les autres. J'ai fini tt la partie en comptant chaque fois jusqu'a 10 pour donner l'impression que je me concentrais. Des disputes ont fini par eclater le soir. Ma premiere soeur m'a mis sur le dos toutes les difficultes de son mariage en disant que c'etait de ma faute si ca allait mal dans son couple car mon beau-frere avait pas du tout apprecie la partie de mini golf. Bref, j'ai fini par me casser du chalet et ne pas revenir.
Apres une heure et demi ma mere est venue me retrouver et m'a dit : "je sais que je t'en demande bcp, et que tu portes beaucoup, mais je n'ai pas le choix." Parce que j'etais celle de la famille qui allait le mieux. Je les ai tous hais du plus profond de mon coeur.
Et ca a toujours ete ma place dans la famille. Et a chaque reunion de famille on me fout a cette place de merde. C'est pas grave, on peut m'envoyer tout ce qu'on veut dans la gueule, car j'encaisse...

Ma mere ne rigole jamais avec moi. Elle rigole avec toutes mes soeurs, mais jamais avec moi. J'essaie toujours a ce jour de comprendre pourquoi.

Gargarinele 28 avril 2019 à 13:59

Parce que elle se voit en toi. Tu es une personne de confiance pour elle. Toute parole ou tout acte que tu effectuera envers elle seront perçus comme un jugement. Fait lui un gros bisou. Comme ça. Tu n'es plus que l'enfant. Elle n'est plus que la mère.

Gwenouillele 28 avril 2019 à 15:17

Je ne peux pas l'embrasser -_-

Clochettele 28 avril 2019 à 15:29

@Gewenouille et @Fanny-146.... alors là.. désolée je me sens moins seule ! Je suis le souffre-douleur de ma famille car chez nous on préfère les aînés. Je suis la cadette et ma fille a le malheur d'être 5 mois plus jeune que mon neveu... du coup, je suis aussi celle qui s'en prend plein la tronche.. et ils commencent avec elle. Gwenouille ta réunion de famille aurait pu être une des miennes. Je compatis c'est horrible. Essayer de leur plaire alors que c'est inutile. J'ai coupé en pensées; pour moi ils n'existent déjà plus. Fanny ma soeur est restée chez mes parents parce qu'elle a choisi une voie sans débouché. Comme ça elle a pu s'en plaindre et jouer à la victime.  Moi j'ai toujours bossé à côté mais non je suis toujours la ratée de service. Je pense que les gens ne changent pas ... si on leur explique on passe encore plus pour une tarée alors moi je ne veux même plus essayer. Quand j'étais petite, ma soeur allait parfois chez ma grand-mère et elle lui donnait des sous pour moi. Cette pourriture les gardait et quand je disais à mes parents que c'était injuste ils cautionnaient. Système de racket mafieux, des exemples comme ça j'en ai des centaines :(.

Gwenouillele 28 avril 2019 à 18:06

J'ai de la chance d'avoir une mere qui essaie quand meme de bien faire. Depuis elle s'est bcp remise en question, meme si on a le droit des fois a des phrases chelou. Je pense que vu le coup de gueule que j'ai passe a Paques, elle va avoir une petite discussion avec la petite derniere, qui s'est permis de faire des reflexions sur moi devant tout le monde, sans raison apparente. La 2nde n'est carrement pas venue, finalement elle avait le bon plan. Mais j'en ai aussi marre qu'on prenne chaque fois leur parti car de toute facon elles, c'est pire. On a tous nos difficultes et j'ai les miennes aussi et les gens pensent que c'est facile parce qu'on sourit, qu'on se bat tous les jours. Aucune de mes soeurs ne realise que j'ai un rythme de dingue. Je fais 60 heures par semaine, j'etais a la limite du burn out en fevrier. J'ai meme eu une semaine de 75h... Et quand j'ai ose en parle, je me suis pris un "moi aussi si je compte tous les aller-retour en voiture ca me fait 60h". Ou un "tes soeurs aussi travaillent bcp". Ok, jusqu'a preuve du contraire, elles ne cumulent pas deux emplois, et leur mec fait le menage, la lessive, etc... Et deux d'entre elles n'ont en plus pas d'enfant. Donc ca me soule qu'on minimise a chaque fois tous mes efforts comme si je foutais rien...

Clochettele 28 avril 2019 à 21:12

Je comprends tout à fait ! Moi je suis seule avec ma fille, mais ma soeur s'arrange pour monopoliser toute l'aide disponible de mes parents alors qu'elle a un mec ... je suis épuisée parce que j'ai cumulé deux pneumonies avec côte cassée à chaque fois et un boulot à 80%... mais tout le monde s'en fout. Ils sont centrés sur eux-mêmes et certainement que notre différence leur fait peur. Je pense que ma soeur jalouse la facilité que j'ai eue dans mes études par exemple. Et qu'elle le traduit par une certaine agressivité. Avant ça me faisait du mal qu'elle ne m'aime pas. Maintenant je me dis qu'elle doit être sacrément malheureuse pour être aussi méchante.

Gwenouillele 29 avril 2019 à 21:39

Clochette, Calin <3

Bentole 02 mai 2019 à 23:09

Ce qui me semble transpirer tout au long de ce fil, c'est un décalage entre le besoin naturel de considération et de gratification, et le milieu vers lequel on se tourne pour obtenir ces gratifications.
De plus le cercle familial est un lieu où les conflits sont exacerbés.

La piste à suivre c'est d'être notre propre source de gratification. Facile à dire, je sais, surtout quand on sait qu'être HP entraîne souvent un manque de confiance et d'estime de soi. Mais c'est dans cette direction qu'il faut avancer.

En psycho sérieuse on sait que les difficultés que l'on rencontre avec les autres, ne sont que l'expression des difficultés que l'on vit avec soi même.
C'est un éternel retour sur soi-même qu'il faut opérer, avec bienveillance toujours.
Nous ne sommes en rien responsable de la façon dont les autres sont affectés par ce que nous sommes, nous sommes uniquement responsable de la façon dont nous prenons les choses, et cela peut se transformer avec la bonne méthode.

Du coup il ne faut pas tomber dans le piège du jugement ou du regard que porte qui que ce soit sur nous.
C 'est avant tout en s'aimant pleinement et en s'autorisant à être pleinement ce que l'on est, sans attendre aucune forme de validation de qui que ce soit, que nos rapports avec les autres s'apaisent.

Devenir son propre parent et toujours prendre soin de l'enfant qui est en nous,
pas évident dans un monde qui vit de l'infantilisation de ses sujets.

Gargarinele 02 mai 2019 à 23:15

Je te dirais bien scrogneugneu mais bon on ne se connais pas encore assez. Bien venu à toi en tout k.

Abderianle 02 mai 2019 à 23:25

Cela n'a pas forcément à voir, mais je constate que beaucoup d'adultes qui adoptent un mode de vue différent de leurs parents ont souvent des relations compliquées. Après, reste à voir si c'est l'oeuf ou la poule, mais l'idée d'assumer être soi, en général, ça conduit à s'épanouir... dans un entre-soi. Dommage que la faculté parentale de compréhension de sa progéniture est souvent limitée par un désir plus ou moins inconscient de reproduction existentielle et de mimétisme tacite.
Mais même en le sachant, peut-on éviter le "mémétisme" ?

Gargarinele 03 mai 2019 à 00:10

Le memetisme.... Décidément tu es en forme. As tu déjà essayé les oeufs à la coq ?

Etoilele 03 mai 2019 à 09:44

Je plussoie @Bento et je confirme tes propos.
Je me reconnais dans beaucoup de témoignages ici, ma vie m'a toujours paru plus qu'injuste (à commencer par mes parents).
Mais j'ai fini par comprendre que d'attendre que quelqu'un d'extérieur à moi remplisse le vide en moi, comble mes besoins, ne ferait que de me rendre déçue encore et encore.
Depuis que j'ai appris à me détacher, à ne plus rien attendre de personne (dans le fond et dans la forme) je ne suis plus déçue et tout est devenu beaucoup plus léger.
Je ne dis pas que c'est facile, je dis juste que quand on y arrive (au bout d'un moment de toute façon on n'a plus trop le choix) c'est libérateur.

Gargarinele 03 mai 2019 à 09:58

Ben pourquoi tu es ici alors si tu n'attends plus rien de personne ?

Etoilele 03 mai 2019 à 10:16

C'est plus pour le partage que pour demander de l'aide.
Je ne mélange pas les 2. Ce n'est pas parce que je n'attends rien d'une personne que je n'ai pas envie de partager des instants, des expériences, des compréhensions ou observations.

Etoilele 03 mai 2019 à 10:17

Il y a tout un tas de choses que j'ai compris et que je ne peux garder pour moi. C'est comme ça. Le partage quoi !

Etoilele 03 mai 2019 à 10:20

Et si je retourne ton commentaire, cela veut dire que tu attends des choses des gens avec qui tu communique. Je me trompe ou tu es souvent déçu ?

Gargarinele 03 mai 2019 à 10:20

Parfois. Mais cela ne vient que de moi. Je ne voudrais pas être ce bon sauvage tout seul dans sa forêt, sûr de lui et de son avenir. Non, je préfère être humain. Avec tout ce qui va avec. Avec conscience, on peut choisir. Ça change tout.

Etoilele 03 mai 2019 à 10:23

Exact !
Attente = déception

Etoilele 03 mai 2019 à 10:25

Je pense que ça n'enlève rien à l'humanité, c'est juste un moyen d'arrêter de nourrir ses souffrances. Je parle personnellement

Gargarinele 03 mai 2019 à 10:25

Parfois de la peine. Parfois de la joie. Parfois de l'espoir. Parfois le gouffre. En fait c'est presque rigolo. Comment apprécier la plénitude si on ne connaît pas la souffrance ? Comment savourer la gentillesse tant qu'on a pas connu la méchanceté ? Etc...
J'essaye de me comparer à une balance. Ne pas trop pencher ni à droite ni à gauche. Le juste milieu est mon but.

Lotusle 03 mai 2019 à 10:36

@ Bento c'est très juste, tu as l'air d'avoir bien creusé la question 😉, peux tu nous en dire plus quand à la bonne méthode (bien compris que ce qui convient à l'un ne convient pas à l'autre 😉) mais si tu connais un ou des outils, ce serait sympa de partager, ça peut aider beaucoup de monde et notamment moi qui travaille toujours sur le sujet.... @ Etoile "Depuis que j'ai appris à me détacher, à ne plus rien attendre de personne (dans le fond et dans la forme) je ne suis plus déçue et tout est devenu beaucoup plus léger." là aussi comment y est tu parvenue? outils? c'est un long travail sur soi mais comme tu le dis si bien c'est le chemin qui mène à la Liberté, alors entre alléger ses souffrances ou même s'en libérer et continuer à se prendre les mêmes murs encore et encore et bien, perso j'ai choisi, j'ai encore du boulot 😉 🙂.

Etoilele 03 mai 2019 à 10:50

Comme tu l'as dit : un long "travail sur moi". De la pure introspection.
Les outils, très peu. Juste des témoignages, comme ici. Qui m'ont montré que je pouvais faire autrement que jusqu'à il y a quelques temps. Et j'ai creusé, creusé, creusé, jusqu'à tomber sur le Trésor. C'est évidemment une métaphore mais qui me parle beaucoup.
Peut être je peux te conseiller les travaux almichiques de Patrick Burensteinas. Il y a quelques vidéos sur youtube, où il donne quelques clés. Je l'ai découvert, entre autres, au bon milieu de ma longue période d'introspection. J'ai même regretté, si je peux le dire ainsi, de ne pas être tombé sur lui plus tôt. Il explique les choses clairement, très bon pédagogue pour ma part.

Lotusle 03 mai 2019 à 11:30

@ Etoile Merci j'irais jeter un oeil 😉 si tu as eu des lectures? Et tu trouveras le trésor qui dort en toi... 😉 🙂

Bentole 03 mai 2019 à 13:18

@Etoile
"Il y a tout un tas de choses que j'ai compris et que je ne peux garder pour moi. C'est comme ça. Le partage quoi !"

Je me retrouve dans ton commentaire, et merci, cela faisait longtemps que l'on ne m'avait pas plussoyé ;)


@Lotus
"mais si tu connais un ou des outils"

De fait il y a plusieurs "outils", mais cela dépend de là où chacun part comme tu l'as précisé, c'est tout le travail d'un thérapeute sérieux, du coup je ne peux pas m'aventurer la dedans par internet, mais je peux te donner des pistes sérieuses qu'il te faut tester toi même en fonction des besoins que tu ressens.

D'abord il faut garder l'objectif en tête, contre vents et marées, "devenir ce que l'on est" comme le disait Nietzsche.

Ensuite la tradition conseil de revenir au corps, de l'écouter et d'apprendre à lui faire confiance plus que dans le mental.
Par exemple, dans une situation avec quelqu'un on ressent un malaise, c'est souvent que l'autre tente de rentrer dans notre tête pour y imposer ce qu'il pense, sans bienveillance et acceptation de notre différence de point de vue. C'est une violence psychique très courante.
De fait il faut apprendre à ressentir ces sensations qui nous avertissent qu'en face y'a pas d'altérité, et je vous préviens cela m'arrive très souvent, et à force on fait le tri dans nos relations pour privilégier les relations bienveillantes avec de l'altérité, pas de temps à perdre avec les autres.
Face à peu d'altérité on sous estime souvent l'utilité d'un "Ok, je m'en bat les couilles/ovaires !".
La méditation bien comprise entraîne à cela.

Ensuite un outils qui pour moi est très précieux, c'est le travail de Marshall Rosenberg sur la Communication Non Violente,
tout être humain devrait avoir accès à cela, du coup cadeau : (on en reparle aprés ?)
voir la vidéo

Lotusle 04 mai 2019 à 11:04

@ Bento Merci beaucoup pour ce cadeau 🙂 avec plaisir d'en reparlé après... 😉 Il faut juste que je me trouve le temps de visionner les 3 heures!! en ce moment c'est un peu chaud 😬 mais quand on veut, on peut ;) c'est un des outils dont j'ai beaucoup entendu parlé mais que je n'ai pas creusé... 🙁.

Bentole 04 mai 2019 à 18:06

@Lotus : Ça me fait plaisir.

Bagayagale 17 juillet 2019 à 02:49

Mère PN,père HP,soeur PN et demi grand frère de 17 ans mon aînée schizophrene.
J'ai essayé de me buter deux fois. Maintenant la mort fait partie de la vie. Comme un phare,me promettant enfin la paix.
Ça ce sont mes forces descendantes.
Heureusement c'est ma curiosité qui me rend vivante et le motive à le rester.
Et mes quatre amies mes trois soeurs qui m'ont sauvées. Elles ont tissé le goût de la vie en moi. Les moments où je suis réunie avec elles sont de loins les moments les plus agréables au monde.
J'en oublie la douleur d'être née dans un sac de vipères....
J'aimerais comme toi briser la malédiction qui court sur plusieurs générations de toxiques.
Le saint pardon Judéo-chrétien.
Mais je n'y arrive pas.
J'ai pardonné de mes 15 à 29 ans, et j'ai porté, accordé et coordonné la Famille.
Pas un seul ne l'a remarqué,tous ont continué à m'user jusqu'à la corde.
Et se servir de moi comme d'un bouc émissaire. Big up Benjamin Malaussene.
Je n'ai plus de famille. Je les laisse s'entretuer. Ils sont morts pour moi. Et je me sens un peu mieux. Mais je n'ai pas le choix. C'est eux ,ou moi. Et je galère déjà avec ma propre famille. Alors don't stop me now!

mcardboardle 19 juillet 2019 à 18:44

Bonjour @Lotus, mes proches m'ont tous et toujours fait sentir à quel point j'étais différente d'eux. Certains avaient pris l'habitude de m'affubler d'un surnom animalier, peu valorisant. J'ai du lutter avec patience pour imposer mes choix de vie. Rien ne vaut un peu d'éloignement pour gagner en autonomie et se libérer de la pression familiale.

LibertEchEriele 19 juillet 2019 à 19:29

Oh que oui! Puis, pourquoi pas, revenir tranquillement, de temps en temps, quand on a dessiné les contours de sa réelle personne. Pour insuffler un peu d'Amour à ceux qui nous ont, quand-même, tant bien que mal, accompagnés sur les bords de notre existence...

Siryackle 19 juillet 2019 à 21:20

Ah tiens ! Je n'avais pas vu ce sujet (y'en a tellement...)
Juste démarche @mcardboard. 😉
Mais tout le monde n'en est pas capable -comme moi. :)

Je viens de lire TOUS les posts... J'en ai larme à l'oeil. 😶
Je ne cesse de m'épater de la similitude des expériences ici... Vraiment j'en ai larme à l'oeil... Touchant et si parlant ! 😭 😂
Chacun de vous, j'aimerai vous prendre dans les bras, avec toute la compassion et la compréhension possible que je puisse avoir. 😭 😶
@Lotus, @Gwenouille, @Gargarine, @LibertEchErie, @Clochette, @Fanny-146, @Bagayaga... Non je n'ai pas oublié les autres. Vous me semblez avoir dépassé ce stade de souffrance aliénante. Je loue votre sagesse. :) @Bento, @Etoile, @Gargarine, @mcardboard... J'espère que je n'oublies personne.
Vraiment je suis touché ! Au plus profonds de mon âme. :-/

Euh... passé ma très grande sensibilité... 😄 Désolé, je me sens tellement... euh... "solidaire" ?! compréhensif ?! si proche de vous. 😶

Euh.. sans doute aussi parce que ce sujet est un sujet sensible pour moi, que je ne suis pas intervenu ?!
MA famille, ma première aliénation...

@Lotus, comme je te comprends !
Aussi, l'humour, la dérision, l'auto-dérision... Ca peut être si libérateur !! J'ai acquis cette capacité depuis peu (moins de 10 ans ?!)

Quant aux errements, erreurs, incompréhensions... des parents. J'aime à citer cette assertion de Freud (je sais qu'il y a un paquet d'entre vous qui n'aime pas Freud, n'empêche !) : quand il rencontrait des parents à propos de l'éducation qu'ils donnaient à leurs enfants... simplement il leur disait : "peu importe l'éducation que vous leur donnez, ils vous le reprocheront !".
Alors, parents, relativisez l'éducation que vous donnez : vous serez toujours imparfaits parce que trop humains ! 😜 :)

Oui ! La famille est le premier conditionnement reçu socialement....

J'en sais quelque chose ! Et là, malgré ma pudeur, mes souffrances, ma "première aliénation"... je vais livrer quelques bribes... puisque ici semble important la sincérité du coeur. :)
Mes parents... n'ont jamais compris ce que je puis être.
Sans doute tel qu'il me perçoive : malade, psychotique, dépressif, inadapté socialement, fragile... une sorte de pitié finalement (mais toujours avec des intentions sincères de parents, "l'enfer est pavé de bonnes intentions"). Mais ils m'aiment.
J'ai arrêté finalement de batailler avec eux quant à essayer de leur expliquer quoi que ce soit sur mon développement... sur leurs responsabilités... (il ont fait des putains de bourbes éducationnels ! )...
A l'âge adulte, j'ai essayé de comprendre ce qu'ils étaient eux, en tant qu'être humain. J'ai compris d'où ils venaient, culturellement, existentiellement...
J'ai compris leur limitation quant à leur génération, leur "capital" culturel... Et encore, ils ont "évolué" au fil du temps !

Bref ! Ce n'est pas simple la famille. 😶
Je n'ai connu que très peu de familles "harmonieuses"... et encore ce n'était que ma perception.

Wouah ! je me suis grave livré là ! 😭
Très certainement grâce à vous tous et toutes, à votre bienveillance, à votre non-jugement ?!, à vos témoignages sincères... :)

D'habitude, les rares occasions que je me livre... je finis par le regretter amèrement après coup. D'autant plus là, sur une place publique !! Arf ! déjà je le regrette. 😶

Clochettele 19 juillet 2019 à 22:00

@Siryack : non ici on ne te juge pas, parce qu'on se ressemble et qu'on vit des choses similaires :)

Sophiale 19 juillet 2019 à 22:06

Plop. Rencontre des gens comme toi. Ça fait du bien. Au moral. A l'ego. A l'espoir.

Siryackle 20 juillet 2019 à 05:03

Merci à vous Clochette et Sophia. :)

LibertEchEriele 20 juillet 2019 à 08:03

Ouais, lourd ce fil, du pur pus de plomb!
Bagayaga, je n'avais même pas lu ton témoignage avant de réagir au post de Mcardboard, désolée! Mais il faut être prêt pour retourner vers son, ses parents quand ils nous ont fait tant de mal.
J'ai accueilli mon père quand il était super dépressif et à la rue dans tous les domaines. D'ailleurs, il l'est encore et finira peut-être ses jours dans cet état...
Je ne vais pas dire que je n'ai pas réfléchi du tout avant de le faire mais ça s'est quand-même fait naturellement. Et puis, je venais de mettre au monde mon garçon. Donc, rien ni personne n'aurait été assez fort ni tordu pour que je le laisse nous faire le moindre mal. Bref, il s'est présenté là la configuration idéale.
Oui, on est capables de se comprendre nous tous, oui, on se prend déjà dans les bras mentalement (vous le sentez pas ce gros câlin qu'on se fait ici?) oui, on peut passer à autre-chose ensemble 🙂

Bagayagale 20 juillet 2019 à 09:03

Ça me met du baume au coeur. ^^Merci toi...

Siryackle 20 juillet 2019 à 10:44

:)

Sophiale 20 juillet 2019 à 11:26

😀

mcardboardle 20 juillet 2019 à 23:09

@Siryack, moi aussi je te fais un hug, ainsi qu'à tous les autres. Ce n'est effectivement pas facile de se livrer sur des sujets aussi intimes. Bravo pour vos témoignages. La véritable famille est celle qu'on se construit soi-même.

Bagayagale 21 juillet 2019 à 03:05

Bien dit. Personne ne garderait un champignon aux orteils...

Etoilele 30 juillet 2019 à 13:56

Ce n'est pas parce qu'on a pris un certain recul sur nos souffrances qu'on les a dépassé pour autant. Les blessures sont toujours là c'est la manière de vivre avec qui évolue.

Cocoxle 30 juillet 2019 à 18:52

Bingo pour @Bento, ce que tu dit est très juste.
Bien vivre sa différence, c'est avant tout la comprendre.

J'ai toujours bien vécu ma surefficience car tout petit mes parents ne cessait de clamer à tout va : "ah oui, mais pour lui c'est normal, il a des facilités" sans pour autant savoir de quoi il retournait.
Mais cette phrase toute simple à fait grandir en moi une CONFIANCE inébranlable.
Et c'est ici que tout commence. C'est le chemin vers l'assurance, on prend conscience que les autres sont différents voire "inférieurs" (le mot est fort volontairement) et surtout qu'il ne peuvent pas comprendre.
Le risque bien sûr est de sombré dans l'arrogance, devenir un "je sais tout" ou un "j'ai toujours raison".
Pour moi, ce sont les rencontres qui m'ont sauvé : un prof érudit qui en savait beaucoup plus que moi, un camarade devenu un rival, et enfin ce monde qui m'entoure.

Au final JE SUIS MA SEULE LIMITE.

Mais pour les parents, très tôt je les ai considéré comme "obsolètes". Aujourd'hui, mes relations avec eux, sont amicales mais c'est tout....L'échange est difficiles car on n'est pas sur la même longueur d'onde. Je le sais donc souvent je me tais pour ne pas froisser.

Maintenant je vous parlerais de mes 2 enfants (8 et 14 ans), tous les 2 surefficients qui pour l'instant le vivent très bien.
Je leur ai dit très tôt qu'il avait la chance (ou pas) d'avoir un système nerveux différent des autres. Il va beaucoup plus vite.
A eux de voir ce qu'ils veulent en faire.
Je leur donne en exemple.
Si mon cerveau va plus vite, je peux : apprendre plus vite, comprendre plus vite, avoir plus de réflexes en sport, être plus créatif, plus imaginatif, plus rêveur, plus empathique....etc

Mais si je ne fais RIEN, je ne serais RIEN. Ils ont un potentiel. A eux de faire leur choix....

NabouNaboule 30 juillet 2019 à 19:01

voir la vidéo


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?