Témoignages

La prison ...

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Témoignages
  4. La prison ...
La prison ...
p695le 18 avril 2020 à 14:57

Bonjour,

Je dois dire qu'en ce moment je vis très très mal le confinement qui nous est imposé. J'estime me retrouver assigné à résidence sans avoir commis le moindre crime, ni même le moindre délit.

En règle générale, je ne suis pas quelqu'un de sociable, mais par contre je suis épris de liberté et la coercition a sur moi un effet contre-productif.

De plus, en Belgique, l'équipe "dirigeante" peut difficilement être appelée un gouvernement suite au contexte politique un peu particulier ... Je ne lui reconnais d'ailleurs aucune légitimité ...

Tout ça pour dire ... que je commence à éprouver une haine profonde envers ce qui tient lieu de gouvernement et que j'ai du mal à canaliser mes envies de rébellion. Je deviens complètement dingue ! Ajoutez à cela l'ambiance dilettante et le climat de surveillance mutuelle nauséabonde et vous aurez tout ce qui me fait péter les plombs ... (en plus du fait qu'un bon nombre de "responsables" sont juste nuls et prennent des décisions en dépit du bon sens)

Est-ce que ça vous fait ça aussi ? Suis-je le seul à trouver que ça va beaucoup trop loin ?

PS : je précise que je respecte à la lettre les directives et les recommandations et que j'ai beaucoup de respect pour ceux qui mouillent la chemise pour que tout se passe bien, là n'est pas la question ...

Id41le 18 avril 2020 à 15:07

Si on a utilisé (en étant au maximum conscient) absolument tous les moyens en sa disposition. Quand il faut que cela pète, faut que ça pète... mais toujours se tourner vers un punching ball si possible. 😋

Parler à quelqu'un surtout et avant tout. (Tester la discussion et s'assurer avant de s'ouvrir. Comprendre pourquoi l'autre éventuellement nous trahit et essayer de pardonner.)

Mais tu peux aussi y aller à la rogue/killer si ta morale/justice est bonne. (Mais comparer plusieurs fois sa propre raison avec d'autre et beaucoup raisonner avant.) Qu'on se comprenne, je n'incite pas au meurtre, je dis seulement retenez votre violence au maximum et cherchez surtout à la dissoudre autrement que par la violence.

Faites de l'art ou du sport.

Juliette...le 18 avril 2020 à 15:53

Je ne pense pas qu'on puisse comparer notre petit confinement à l'emprisonnement. Tout au plus, ça peut donner un minuscule avant-goût à ceux qui ne pensent jamais à cette condition de prisonnier.
Sinon, oui, je trouve aussi que ça va loin, mais cela n'empêche pas certains de braver les interdictions et de continuer à mener quasiment une vie normale. Donc, logique que les gouvernements serrent la vis, c'est le nivellement par le bas. Et puis, bien sûr, le matériel nécessaire manquant, la "liberté conditionnelle" ne peut être de mise. Mais oui, c'est lourdingue, je suis d'accord 😒

Aurelle 18 avril 2020 à 17:16

Régulièrement à l'écoute de Classic 21, les dispositions prises en Belgique me semblent très similaires à celles prises en France, si je ne m'abuse ?
Je pose la question parce que notre regard sur les choses est nécessairement influencé par notre environnement immédiat.

Pour n'évoquer que le confinement, à titre personnel, je ne le trouve pas exagéré (il m'apparaît même hélas justifié, et, car c'est un point que tu abordes, légitime), d'autant qu'il n'est - à mes yeux en tout cas - pas si strict que cela.

Il est vrai que n'étant pas non plus par nature particulièrement porté sur les contacts sociaux, il ne m'indispose un peu égoïstement pas outre mesure.
En revanche, grand amateur de marche, j'ai parcouru approximativement 3 x 300 mètres depuis la mi-mars. Autant dire qu'à ce niveau, ça me pèse un peu. 😉

Au-delà de la possible expérience et du possible défi personnels consistant à voir combien de temps je peux tenir ainsi (chacun ses techniques pour tenir ^^), je songe sans cesse aux modèles mathématiques de transmission, à tout ce que l'on ignore au sujet de cette saloperie, et aux millions de personnes vulnérables.
Partant systématiquement du principe que je suis (ou peux devenir) un vecteur, ça calme chez moi toute velléité de sortie.

En fait, obligation ou non (et je crois que c'est en réalité la réelle question sous-jacente ?), je me confinerais au maximum de toute manière et, en tous les cas, refuserais tout contact avec certaines personnes a priori à risques (le problème étant qu'il est impossible de gérer les contacts indirects).

Du fait, si je prends l'exact contrepied (ce qui ne m'empêche pas de comprendre parfaitement ton approche, @p695) : je trouve que l'imposition du confinement a ceci de pratique qu'elle me rend les choses beaucoup plus simples vis-à-vis des autres, et professionnellement (tout en me rassurant pour les personnes fragiles, que je les connaisse ou non).
Je n'ai ainsi pas à justifier à tout bout de champ mes "non déplacements" (avec l'incompréhension et le jugement inévitables chez autrui).


(Désolé, je ne sais pas si c'est très clair, je passais en coup de vent pour autre chose...)

PS : Courage, @p695, ça ne durera pas éternellement... On pourra tôt ou tard de nouveau slamer et pogoter. 😉 🤘

Fropople 18 avril 2020 à 17:34

Certes le confinement est un peu/beaucoup/excessivement éprouvant, surtout pour les personnes n'étant pas de nature solitaire, mais je n'irai pas jusqu'à comparer cela à un emprisonnement.
Peut être trouverai ça d'avantage supportable @p695 si tu ne te considères pas comme subissant le confinement mais comme étant acteur de celui-ci. Choisir en son âme et conscience de minimiser au maximum ses interactions sociales afin de limiter la propagation de ce virus que l'on ne maîtrise pas, et donc du nombre de personnes qui risque d'en mourir.
Je ne pense pas que le confinement généralisé soit la meilleure des réponses ; dans un monde idéal, tout le monde pourrait être testé, et ne serait mis en quarantaine que les personnes infectés. Malheureusement nous en sommes bien loin et ce confinement me semble être la meilleur réponse réalisable ce qui m'aide à l'accepter.

Rothle 18 avril 2020 à 17:51

citation :
Je ne pense pas qu'on puisse comparer notre petit confinement à l'emprisonnement


tu as raison @Juliette, c'est plus de la torture, de la torture blanche pour être précis, que de l'emprisonnement.
Au moins dans une partie des cas et dans une certaine mesure.

Ceux qui se retrouvent privés de liberté sans avoir commis aucun crime ou délit (c'est dans ce sens là où ça n'est pas pour moi de l'emprisonnement).
Avec une contrainte qui est tant de nature réelle physique (répressive - cf contrôle d'autorisation etc - et biologique - le vilain virus qui flotte dans l'air) que virtuelle, psychologique (on ne peut pas prendre le risque d'être contaminé par un agent pathogène relativement mortel, comme on ne peut pas faire prendre le risque aux autres de les contaminer).
C'est là où vient le côté torture parce que dans les faits, au quotidien, la menace n'est pas tangible. Mais pour autant reste permanente.
Intervient aussi la façon dont chacun vit "le sens des interdits". Plus c'est intense, plus la frontière se décale vers la contrainte virtuelle / psychologique, et plus ça peut être vécu comme de la torture.
ça se résume beaucoup au sens que chacun peut donner à cette contrainte, et à sa manière propre de vivre cette contrainte au travers de ce sens.


@p695

pour ma part, et je ne suis sans doute pas représentatif, même ici, le confinement en tant que tel est '(ou a été) presque une partie de plaisir, de manière relative comme absolue.

Maintenant, un point (dans mon cas) a joué sans aucun doute:
j'ai eu près d'un mois 1/2 pour m'y préparer, peut-être plus.
Dans la mesure où, sans que je puisse vraiment en expliquer la raison, même si c'est un mode de fonctionnement que je sais récurrent chez moi j'ai mis en place une forme de veille attentionnelle sur le sujet COVID-19.
Quasiment à la seconde où j'en ai eu connaissance pour la première fois. Décembre ou janvier. Je me suis creusé la tête fin février à essayer de retrouver quand, j'ai fini par laisser tomber car c'était trop long. Même si je sais précisément d'où ça vient: de la première dépêche sur France Infos qui a reporté un cas de grippe ou maladie inconnue dans un marché de pêcheurs en Chine. J'ai tendance à penser que ça a été avant un jour début janvier où j'ai posté qc ici auquel je pense avoir repensé à ce moment-là à cause du contexte COVID-19 qui trottait dans ma tête. Mais c'est le seul repère temporel à peu près fiable que j'aie sur le début de la veille.
Dans ce genre de situation, tout ce qui me passe sous les yeux ou dans les oreilles sur le sujet est en quelque sorte analysé, comparé, intégré, digéré sans que ça soit vraiment conscient (au moins au départ), autant en termes de fond d'informations que de flux (aussi et surtout). Ce qui fait que dès qu'a été donne l'évo du nombre de malades déclarés en Chine, mon analyseur de flux a évalué la chose.
Le confinement à Wuhan, bien qu'exotique et pouvant presque paraître cocasse - si ce n'était dans un contexte dramatique- est devenu envisageable ici dès son annonce là-bas ou dès l''annonce de l'hôpital de 1000 lits (dès le plus ancien des 2 faits). Et probable pour moi dès le début février au pire.
C'en est presque absurde, parce que tout anticipant notre confinement et la suite comme quelque chose de quasi inéluctable vue les options qui s'offraient à nous, j'ai vécu cela comme quelque chose de "normal".
Donc le 16/03 j'étais pas surpris, même si ça venait un peu tard.
Bref (même s ça ne l'est pas), j'ai eu du temps pour m'y préparer et y trouver du sens.
Et heureusement parce que me connaissant je ne l'aurais pas bien vécu du tout. Sans doute dès le début du confinement.

J'emploie le passé composé dans la parenthèse plus haut ( "ou a été"), parce que d'une je me suis projeté rapidement sur l'après confinement.
Et que, parce que j'ai été malade (plus de chances d'aller poser le pied sur Mars dans l'année que ça ne soit pas ça) l'absence de repères fiables quant à une éventuelle immunité acquise, et la durée de celle-ci a tendance à me crisper.
Je veux dire par là que si je suis immunisé, il n'y a strictement aucun raison qu'au-delà de 20j après la fin des symptômes je doive être confiné.
Plus qu'en terme de réel besoin de ne pas être confiné, je raisonne là en terme de contrainte indue.

Aurelle 18 avril 2020 à 18:04

citation :
Dans ce genre de situation, tout ce qui me passe sous les yeux ou dans les oreilles sur le sujet est en quelque sorte analysé, comparé, intégré, digéré sans que ça soit vraiment conscient (au moins au départ), autant en termes de fond d'informations que de flux (aussi et surtout).

A la recherche d'éléments saillants dans le bruit de fond... +1 😉

citation :
C'en est presque absurde, parce que tout anticipant notre confinement et la suite comme quelque chose de quasi inéluctable vue les options qui s'offraient à nous, j'ai vécu cela comme quelque chose de "normal".
Donc le 16/03 j'étais pas surpris, même si ça venait un peu tard.

Je ne trouve pas cela absurde. En tout cas, même sentiment.

L'avoir anticipé doit effectivement beaucoup jouer (pour l'acceptation ou pour la résignation)...
L'opinion a été préparée en amont (en tout cas par ici), mais l'exercice est délicat et ne touche pas tout le monde de la même manière.

Juliette...le 18 avril 2020 à 18:55

Ceux qui en souffrent le plus sont certainement les plus isolés; ceux qui le sont déjà habituellement et qui le sont d'autant plus depuis le confinement: les vieux, en EPADH ou pas, les prisonniers justement, les célibataires sans enfant, les séparés avec enfants à distance, les grands malades (coronavirus ou pas)... Ceux qui souffrent déjà d'un manque de l'autre bien sûr, pas ceux qui trépignent à longueur de temps en priant pour qu'un faux virus foute la panique et conduise à un confinement inutile mais jouissif 😉
Ma mère ne nous voit que quelques minutes, à la fenêtre le petit et moi. Et elle a régulièrement les larmes aux yeux tellement ça la démange de se faire crapouiller par son petit fils.
Bref, je pense être un peu plus en demande des autres que toi @Aurel mais, franchement, ça va, je ne me plains pas.

Rothle 18 avril 2020 à 18:59

citation :
@Aurel
le 18 avril 2020 à 18:04

A la recherche d'éléments saillants dans le bruit de fond... +1 ?'

l'aiguille dans la botte de foin du flux d'infos.

Ta réaction à ça m'intéresse parce que même si c'est quelque chose que j'ai rarement l'occasion d'évoquer, c'est la première fois que je vois quelqu'un qui de toute évidence semble ressentir ce crible plus ou moins de la même manière.

Cette façon de retirer des infos ( ou faire des liens ou des déductions a priori sortis de nulle part) d'un flot d'infos discordantes ou hétéroclites, voire d'un flux d'infos (du rythme, de la vitesse du flux) lui-même, c'est quelque chose que je vis de manière récurrente.
Soit volontairement, soit involontairement

Involontairement comme Wuhan là par exemple.
Dans l'absolu, pour diverses raisons, je vais faire attention à toute information, de quelque nature que ce soit, qui passe à ma portée.
Là par contre pourquoi je n'ai ce jour-là ( ce mois glissant-là en fait même) parmi des centaines ou milliers d'infos retenu que ça ou presque est un peu un mystère. Même si je peux imaginer maintenant que c'était possiblement lié à l'importance envisagée de l'impact ultérieur de l'info.
Mystère et même parfois source de grosse frustration parce que je ne sais pas d'où ça sort, donc je le sais, sans forcément y croire. Donc si j'en ai besoin, je ne vais pas forcément pour autant m'en servir.
Bref, je serais curieux de savoir quels mécanismes cognitifs se cachent derrière ce tamisage, comment ça fonctionne.


citation :
Je ne trouve pas cela absurde du tout.


absurde dans le sens où quelque chose d'absolument extra-ordinaire devient normal.
Et estimer qu'a fortiori des personnes bien plus informées, qualifiées, auront pris la mesure de la situation. Et malheureusement .... non 😜

Juliette...le 18 avril 2020 à 19:06

Il n'est pas dit qu'ils n'aient pas pris la mesure de la situation, ils n'ont pas réuni les outils susceptibles de répondre au mieux à cette situation. Pourquoi? Comment? 😶

Aurelle 18 avril 2020 à 19:10

@Juliette... , je ne trouve le confinement ni jouissif (il faudrait avoir une bonne dose de masochisme pour ça, et sacrément vouloir du mal à autrui), ni (hélas) inutile. Bien sûr qu'il peut occasionner d'immenses souffrances, immédiates comme à plus long terme, et que nous sommes très, très, très loin d'être égaux face à cette situation... Je ne comprends pas bien ?

Juliette...le 18 avril 2020 à 19:15

C'était une feinte @Aurel. Un bruit qui courrait sur un virus ravageur. Toi, ou moi, quelqu'un qui saurait que ce n'est qu'un bruit, celui qui l'aurait lancé par exemple, profiterait d'un confinement tout en sachant qu'il n'y a aucun virus qui circule 😉

Juliette...le 18 avril 2020 à 19:28

Bon, bref, une feinte à ne pas faire en ce moment quoi...

Juliette...le 18 avril 2020 à 19:32

Mais, je ne serais pas étonnée que, dans quelques temps, il y ait la blinde de fake news annonçant un virus, ou autre péril, juste histoire de se reconfiner. C'est con ce que je dis ou quoi?

Rothle 18 avril 2020 à 19:52

@Juliette

moi j'ai entendu ou vu des trucs qui montraient que la mesure de la situation n'était prise. Ce n'était pas qu'un problème de choix de discours, d'outils pas à dispo ou même d'anticipation pas effectuée.

Juliette...le 18 avril 2020 à 19:57

Comment serait-ce possible???

Rothle 18 avril 2020 à 19:59

citation :

Juliette...
le 18 avril 2020 à 19:32
Mais, je ne serais pas étonnée que, dans quelques temps, il y ait la blinde de fake news annonçant un virus, ou autre péril, juste histoire de se reconfiner. C'est con ce que je dis ou quoi?


pour l'instant l'idée est plutôt qu'il n'y ait pas besoin de fake news pour devoir être amenés à prendre des mesures (ciblées ?) de reconfinement ultérieur.
Ce serait je crois le premier virus sur les dernières pandémies qui n'aurait pas le droit une seconde vague.
Mais dans un sens il est tellement bizarre (contagieux en phase d'incubation contrairement à ses cousins Sars et Mers, pourcentage des asymptomatiques - quoique c'est vrai que je n'ai pas spécialement de base de comparaison sur ça -, diversité des symptômes, réinfection ou réactivation) par certains côtés que pourquoi pas.

Rothle 18 avril 2020 à 20:01

citation :
Juliette...
le 18 avril 2020 à 19:57
Comment serait-ce possible???


1/ est-ce ironique ? (question sérieuse je ne sais pas comment prendre ton propos)

2/ (lié au 1/) qu'entends-tu précisément par là ?

Juliette...le 18 avril 2020 à 20:04

Punaise, je ne suis pas comprise! Je parle de feinte, un peu machiavélique certes (mais ce n'est que de la blague de ma part) que feraient des gens, juste pour le plaisir d'être confinés. Il n'y avait RIEN de plus dans ce que j'ai dit.
Et oui, apparemment, en REALITE, nous avons des chances d'être amenés à le recroiser, le coronavirus.

Juliette...le 18 avril 2020 à 20:06

Non, ma question était posée en toute innocence. Serait-ce possible d'être gouvernés par de tels imbéciles, ou de tels tueurs de masse?

Rothle 18 avril 2020 à 21:13

citation :
Juliette...
le 18 avril 2020 à 20:04
Punaise, je ne suis pas comprise! Je parle de feinte, un peu machiavélique certes (mais ce n'est que de la blague de ma part) que feraient des gens, juste pour le plaisir d'être confinés. Il n'y avait RIEN de plus dans ce que j'ai dit.


ça , qui était dans ton message de 18h55 je l'avais compris pour ma part tel que tu voulais l'exprimer.
j'avais saisi la partie ironique sur ceux qui trépignent (même si j'imagine qu'il doit malheureusement y avoir de grands malades de la sorte, comme il y a des pyromanes)

par contre

citation :
Juliette...
le 18 avril 2020 à 19:15
C'était une feinte @Aurel. Un bruit qui courrait sur un virus ravageur. Toi, ou moi, quelqu'un qui saurait que ce n'est qu'un bruit, celui qui l'aurait lancé par exemple, profiterait d'un confinement tout en sachant qu'il n'y a aucun virus qui circule ?


était resté un peu obscur. jusqu'à ce que je me dise que tu vous mettais en situation hypothétique d'être de ceux qui trépignaient

edit: la tournure de ma phrase est ....pas terrible.
tout ça pour dire que tu y réexpliquais en détaillant, la partie "trépignent (etc...)" du message de 18h55

Rothle 18 avril 2020 à 21:58

citation :
Juliette...
le 18 avril 2020 à 20:06
Non, ma question était posée en toute innocence. Serait-ce possible d'être gouvernés par de tels imbéciles, ou de tels tueurs de masse?


On n'est pas gouvernés par des imbéciles ni des tueurs de masses.


Seulement d'une ils ne sont peut-être pas aussi intelligents qu'on veut le croire ou qu'ils veulent le faire croire.

De deux ils sont peut-être mal conseillés, entourés, pas aussi à jour sur les données qu'il le faudrait ou qu'il l'aurait fallu.

De trois ils ont des arbitrages à faire entre économie et santé et malheureusement, en premier lieu c'est (même s'ils en défendraient) l'économie qui a primé (peut-être à cause du point 2, mais pas que).
Avec en toile de fond des français qu'on dit rétifs aux contraintes, un pays qui s'était agité pendant 18 mois, et un choix de gouvernance politique depuis le début du mandat surtout axée sur le comptable ( avec un président ancien ministre de l'éco, et banquier d'affaires, ça n'a en fait rien de forcément très étonnant. just a fact. pas un jugement politique ou perso).
Je savais pour le 3. D'avance. Pour notre président comme pour d'autres chefs d'états ou de gouvernements qui se sont fait encore plus tirer l'oreille pour accepter de fragiliser l'éco pour permettre de gagner du temps niveau santé (pour ralentir, comme pour trouver des solutions de soins et de sortie, qu'on n'avait pas faute d''expérience et de réflexions - et à aussi ne pas vouloir trop regarder ce qui se faisait ailleurs --) et s'en sortir le moins mal possible niveau comptable (humain). Je n'ai pas de mérite parce que c'était une forme de logique. Et si prévisible que même un Disney (!!!!) avait évoqué un tel cas de figure il y a 5 ans.

De 4: c'est une situation de crise, exceptionnelle. La gérer n'est pas forcément la partie où ils expriment le mieux leur talent.

Juliette...le 18 avril 2020 à 22:19

@Roth, mon "comment serait-ce possible?" n'interrogeait que ton "moi j'ai entendu ou vu des trucs qui montraient que la mesure de la situation n'était prise."

Juliette...le 18 avril 2020 à 22:25

Mais oui, il est possible que ce virus ait été "sous-estimé" au départ. Il n'y a qu'à voir la surprise des épidémiologistes eux-mêmes.

catiminile 18 avril 2020 à 22:45

Je ne vis pas ce confinement comme un mode de vie imposé car je me sens actrice à part entière du non-engorgement des hôpitaux. Le temps que ces derniers désemplissent et je m'octroierai quelques libertés.
A bientôt 69 ans, je sais que mon confinement durera jusqu'à la fin de l'année si ce n'est jusqu'à l'élaboration d'un hypothétique vaccin (rien n'a été trouvé contre le Sras co V de 2002-2003 ).
J'essaie de repenser ma vie future pour donner sens à mon existence et élabore des listes d'activités concevables sans sortir. Dans quelques temps, les tests sérologiques seront performants et les proches, pour quelques mois, immunisés, pourront m'approcher.
J'ai dit quelque part que j'aurais pu naître "sur les trottoirs de Manille". Je mesure encore plus ma chance aujourd'hui. Nous avons tous une épée de Damoclès au-dessus de nous, peut-être s'est-elle un peu rapprochée ces dernières semaines. Nous oublions trop facilement combien la vie est fragile et ne savons pas toujours nous réjouir de tout ce qui nous entoure. C'est sans doute le moment d'apprendre à savourer l'instant.

franchle 18 avril 2020 à 23:17

Whaouh, ça cause ici. Je vais devenir accro à ce site. 😨
Je n'ai pas tout lu, je réponds à p695

@p695
Juste pour me situer, je suis pas du genre mouton et suis toujours à dégainer contre les gouvernements. N'empêche...
À la question des mesures prises par les gouvernements, il faut savoir qu'ils se fient aux conseils de scientifiques et que ces mêmes scientifiques ont été débordés, surpris, par la vitesse de la propagation (Science4all ou Monsieur Phi sur youtube).
Et le virus est réellement en train de tuer beaucoup de gens dans le monde, le confinement est une (des) solution(s).

Et tu n'es pas en prison, il y a toujours moyen de sortir pour faire les trucs autorisés (je sais, moi aussi ça m'a toujours fait chier de ne faire que ce qui est autorisé mais la situation, apparemment, l'exige). Là où je suis, on est cinq et parfois, rarement, des potes passent pour faire de la musique et faire des lives youtube. On a beaucoup de chance par rapport aux autres, j'en suis bien conscient. Et un pote de pote vient bientôt quelques jours parce qu'il pète les plombs chez sa mère. N'empêche que ça me gène, m'ennuie, voire m'énerve, je trouve ça limite inconscient. Si chez nous, le virus se promène sans nous rendre malade, il peut repartir infecter des personnes à risque. Donc, prudence.

Et puis tu as toujours la possibilité de papoter ici (c'est juste histoire de te remonter le moral, t'as le nombre de réactions de réaction ici).
Courage, tu vas certainement trouver un truc super à faire qui te fera passer le temps et avancer dans tes envies. 😜

Rothle 19 avril 2020 à 00:30

citation :
Juliette...
le 18 avril 2020 à 22:19
@Roth, mon "comment serait-ce possible?" n'interrogeait que ton "moi j'ai entendu ou vu des trucs qui montraient que la mesure de la situation n'était prise."


ah oui, donc j'ai répondu au deuxième "Serait-ce possible" mais pas au premier :)

Tu as eu une partie de la réponse sous un autre angle par ailleurs, alors que je n'avais pas vu encore ce dernier message de 22h19.

Mais pour compléter:
- j'avais des attentes depuis février sur ce qui pouvait et ou devait être fait.
- on me la raconte pas. (toujours). Pas sur les interventions télévisées des 12 et 16/03/2020 de note président en tout cas. Peut-être à cause du premier point, peut-être parce que j'avais (ou alors il joue super bien le rôle de la personne qui n'est pas aware) malgré un manque évident d'infos à dispo comparé à lui une vision plus juste et précise de la situation alors et à venir.
- parce que les propos d'untel ou une telle depuis janvier jusqu'à il y a peu étaient soit absents, soit incohérents ou incomplets, compte-tenu de ce qui était connu du (grand) public par ailleurs, pour peu qu'il soit un minimum (et vraiment un minimum suffisait) attentif.
- peut-être aussi parce que j'arrive parfois à voir des infos / indices (sens large pour les 2) là où il n'y a rien a priori - pourtant il y avait bien qc- ou là où l'ultra-majorité ne verrait rien. A mettre en lien avec l'idée de tamisage, criblage, recoupement évoquée plus haut avec Aurel. Et je décantais tout ça depuis presque 2 mois quand ça a atteint l'Italie (enfin quand on en a parlé le 20/02), donc depuis un moment.

Note que je ne parle pas de choses qui auraient été cachées ou pas.
Mon propos n'a rien à voir avec une quelconque théorie du complot.

p695le 19 avril 2020 à 23:56

Merci pour vos réponses/réactions !

Pour moi, le vrai désagrément vient de l'incertitude, de la gestion de la crise et de l'infantilisation de la population (si je veux être précis, c'est mon infantilisation qui m'énerve, les autres c'est pas de mon ressors).

Je pense que le confinement "bête et méchant" pouvait être une approche correcte en début de crise, le temps de mettre en place un truc intelligent. Force est de constater que ça se prolonge et qu'il n'y a rien d'intelligent de mis en place, ni même de suggéré. On utilise pas toute la capacité de testing disponible (pour moi une idiotie coupable) et on la cible mal (vu le temps d'incubation, si tu as un cas déclaré dans une maison de repos, tu t'amuses pas à tester tous les résidents : tu les considères tous comme infectés et 2-3 semaines plus tard tu testes). On bidouille les stats ("super, regardez, on a vachement moins d'hospitalisations ! ... C'est peut-être dû au fait qu'on transfère plus les vieux de leur home vers l'hôpital ?"), on communique mal (oui, on a le taux de décès par habitant le plus pourri du monde ... Ça fait des semaines qu'on le voit venir et c'est seulement maintenant qu'on commence à expliquer pourquoi et on songe à "changer le mode de calcul" ...), on gère comme des ploucs (on a suffisamment de stocks de médicaments pour tenir quelques mois, pas d'inquiétude ... Mais par contre on met pas la logistique en place pour que ces stocks arrivent aux hôpitaux ... Moche ...), ...

Niveau infantilisation, mon gros problème, c'est que je connais les règles, que je les applique (depuis le début j'ai adressé physiquement la parole à 4 personnes en dehors de mon ménage : le boulanger et 3 caissier/ères), mais que je n'ai pas la possibilité de choisir. Ça me fait chier qu'un policier me dise que je dois m'éloigner d'une dame parce que je suis à moins de 1,5m (c'était ma copine et 20 minutes plus tôt j'étais à une distance nettement plus proche ...). Ça m'énerve qu'un vigile ne veuille pas que ma copine et moi entrions dans le même magasin chacun avec un caddie (dis, true de Baal, ça t'a pas effleuré qu'on était arrivés à 2 voitures car moi je faisais les courses pour mon père à risque et que je filais direct les poser devant sa porte après ?). Je suis assez grand pour faire en sorte de minimiser les risques. (et ça m'énerve d'autant plus qu'on m'emme*de quand je suis OK et que je vois des idiots n'avoir aucun problème en organisant un BBQ entre potes fumeurs de beuh ...)

Je fais 2 concerts par an et ils m'ont sucré celui que je prépare et attends depuis des mois. Je fais un boulot qui ne me plaît pas (bon, ça c'est en train de se régler) et j'ai besoin de vacances, je ne sais même pas si je pourrai emmener ma fille à la plage (vous avez déjà essayé de gérer un fille de 6 ans, en tant que papa solo, en télétravaillant tous les jours sur des sujets complexes (car pour le moment il faut pas que l'infra informatique se gaufre), en devant en prime gérer la logistique, la bouffe, la scolarité, ... dans un appartement sans extérieur ? Avec en prime, quand tu vas chercher des masques (pour encore faire un effort supplémentaire de réduction des risques) des remarques du genre "quoi, un masque enfant ? Mais il faut pas qu'elle sorte !" ... Et quoi, je te l'amène pendant que je remplis le frigo, conna**e ???)

Bref, je suis remonté à bloc !

Après, je suis un king de l'organisation, tout est géré au quart de poil, j'ai mis en place plein de choses pour que ce soit plus supportable, mais à un moment je fatigue de trimer pour compenser l'incompétence des autres !

(pour ceux qui se demanderaient, en plus du reste ça fait 1 mois que j'ai mal au dos et que mon ostéopathe peut pas me recevoir, du coup je dors très peu, augmentant en plus ma vision négative de tout ...)

franchle 20 avril 2020 à 00:29

Whouf !!
J'avoue que ta situation est pas terrible. Ma petite phrase pour te remonter le moral a dû faire flop.
Pour les connards qui t'emmerdent, j'avoue qu'il y a des fois où c'est pas supportable mais là, à part respirer bien fort et tenter de faire abstraction, je vois pas bien. J'ai mis du temps mais j'ai appris ça. Les connards sont partout, faut vivre avec.

Et sinon, moi aussi j'ai des problèmes de dos et j'ai du mal à dormir, ça aide pas à être de bonne humeur. Et moi aussi mon ostéo-acupunctrice et mon kiné, ce sera pour plus tard.
Du coup j'ai essayé les séances d'hypnose (pour dormir et contre la douleur) sur le net et à force, j'avoue qu'il y a du mieux.
(dans les émogis y a pas le signe de Satan, des métalleux, mais le coeur y est).

Juliette...le 20 avril 2020 à 03:10

Je compatis @p695 et te comprends. Moi aussi je galère un peu avec mon fils de six ans en hlm sans jardin. Et moi aussi j'ai l'impression que ça aurait pu être mieux géré. Mais le fait est qu'on en est là. Allez, on serre les dents. Ah non, pas ça! Ben, oui alors :hypnose, relaxation, respiration longue, méditation...

Berengerele 20 avril 2020 à 08:47

Je suis confinée depuis janvier puisque j'ai eu un accident qui m'a immobilisée juste avant le confinement. Pas facile pour une hyperactive ! Pas facile non plus de ne plus voir mes enfants, mes collègues, mes amis, mes étudiants ! C'était difficile les premières semaines d'être dans une solitude de tous les instants et de vivre dans une ambiance anxiogène. Je me suis éloignée des réseaux sociaux, j'ai multiplié les échanges par skype et Whatsapps pour rester en lien. Trop éprise de liberté, je sors, je vais me balader, retrouvant l'un ou l'autre ami, l'air de rien, sur le chemin, en maintenant la fameuse distanciation. Je savoure aussi mes heures de lecture, d'écriture, mes heures musicales, mes heures de télétravail. Je mesure ma chance de vivre en ville mais proche de certains coins verts, d'avoir une maison et un jardin. Je me suis mise à la marche à pieds et à la photographie. Je pense que nous avons tous, en nous, des capacités de rebondir.

Cameleazebrale 20 avril 2020 à 17:32

@p695 salut, alors j'ai une technique étant seule avec mes enfants, je fais de la visio (entre la tablette et mon tel) avec eux le temps de faire le plein de courses une fois par semaine! Bon ils faut qu'ils soient assez grand quand même (7 et 9 pour moi). Pour l'ostheo je comprend aussi, alors je te passe mon truc : vidéos de Pilate sur YouTube! Le pilate renforce tes muscles profond, cela permet de tenir en attendant et de calmer les douleurs grâce aux étirements... à tester! En plus cela t'aidera, cela détend! Attention au début, cela parait tou doux comme sport mais le lendemain tu le sent passer! Bon courage en tout cas!

Samditle 20 avril 2020 à 17:47

Bonjour à tous,
Ce confinement, j'ai presque honte de l'avouer : je le vis comme une très grande chance, personnellement, tout en ayant bien présent à l'esprit que d'autres personnes, les soignants par exemple, vivent un stress permanent pour beaucoup d'entre eux. Mais je n'ai pas choisi la situation actuelle, et cette période me permet de me détendre comme jamais auparavant. C'est incroyable le fond d'hystérie présent dans une entreprise ; je n'avais pas réalisé à quel point j'étais fatigué de la bêtise et de la médiocrité de mes collègues. Que de plaintes, de frustrations, de faux-semblants, de mesquinerie et de mauvaise foi, tant du côté direction que salariés ! Je trouve donc dans le confinement un repos salutaire.

Juliette...le 20 avril 2020 à 18:04

😄 Tu m'étonnes @Samdit! Le malaise, ça va être d'y retourner 😨

Samditle 20 avril 2020 à 20:01

C'est vrai @Juliette... mais ce qui est pris est pris ! Et puis, au fond, je les aime bien mes collègues : il y a juste que je vois en eux un potentiel qu'eux-mêmes visiblement ne voient pas, en tout cas qu'ils ne veulent pas voir, et j'aurais tellement envie qu'ils deviennent cette meilleure version d'eux-mêmes !

franchle 20 avril 2020 à 20:11

@Samdit
Ce n'est pas impossible de susciter ça chez eux mais il faut du temps, de l'énergie et de la subtilité. Ça s'est fait.

Juliette...le 20 avril 2020 à 20:20

Ah, je suis d'accord @Samdit. Enfin, pour certains. Je veux dire, pour d'autres, j'ai plus de mal à me projeter (pour eux). Mais ceux qui me permettent, m'invitent même, d'une façon ou d'une autre, à la discussion grande ouverte, parce-qu'ils s'interrogent quand-même, quant à certaines libertés que je peux prendre, certaines ambiances et discussions qui me sont impossibles et que je zappe allègrement, ou dans lesquelles, si vraiment je n'ai réussi à m'extraire, j'affiche,au mieux, un désintérêt total, au pire, (et en même temps il est bon, parfois, de se mettre à nu) ma singularité, en prenant soin de ne jamais dépasser les limites du flirt avec le "déraisonnable" de leur entendement. Enfin, je me lâche mais pas trop mais ça fait quand-même beaucoup pour eux 😉 >Bref, suite à ces ouvertures, certaines (y'a que des instits meufs) s'ouvrent comme elles ne l'ont jamais fait avec une collègue en trente ans de carrière (je le sais, je le sens, ne me demande pas pourquoi 😶 ). Et là, c'est bon! Je donne tout, j'essaie d'aider au maximum, je cherche des solutions à tout ce qui entrave leur bien-être, leur épanouissement. Et, parfois, alors que j'avais fait connaissance, la première fois, avec une personne qui me semblait extrémiste, en me disant que j'allais morfler, je finis par me retrouver à côté de quelqu'un qui me ressemble beaucoup dans le fond, mais qui n'a simplement pas les mêmes propensions à changer, à extrapoler... Bon, bref, on était sur le confinement ici je crois... 😄

Samditle 20 avril 2020 à 20:20

Saluf @franch ! Un miracle est toujours possible effectivement. Maintenant, c'est quand même très rare ;) Même avec mes enfants, je suis étonné, malgré que j'ai toujours essayé de les pousser au meilleur d'eux-mêmes, de voir qu'ils penchent facilement pour la médiocrité : je ne parle pas d' avoir des résultats scolaires mirobolants, je parle de s'honorer en tant qu'être humain, en exploitant ses possibilités d'intelligence et de sensibilité pour vivre aussi profondément, aussi intensément que possible, et y trouver une jouissance à la mesure de cette exigence (car c'est très exigeant, il faut être capable de se remettre en cause à fond, en permanence, ne pas rejeter la faute sur autrui, assumer au contraire la pleine responsabilité de sa vie pour réaliser pleinement ses possibilités)

Samditle 20 avril 2020 à 20:32

Oui @Juliette... on était sur le confinement, et justement c'est l'occasion, ce confinement, de prendre un peu de recul ! C'est vraiment comme ça que je le vis : j'avoue que tout le bruit autour, comment dire ? Je me sens très loin de toute cette agitation : je suis plutôt serein. Comme me l'a dit quelqu'un en situation délicate parce qu'il n'a pas de boulot : « je ne suis pas stressé, parce que sinon, non seulement je n'aurais pas de boulot mais en plus je serais stressé ! »

Juliette...le 20 avril 2020 à 20:50

Yes! Effectivement @Samdit, une discussion sur le confinement mène, légitimement, à toutes sortes de discussions, bien sûr. Moi aussi je suis plutôt sereine, peut-être aussi parce-que je sais que j'assure (je fais tout pour que le confinement porte ses fruits).

Samditle 21 avril 2020 à 01:20

@Juliette... quels sont ces fruits que tu vises pour le confinement ?

Juliette...le 21 avril 2020 à 11:12

J'aime tous les fruits confits @Samdit 😉

Juliette...le 21 avril 2020 à 11:13

C'était bien ça ta question?


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?