Témoignages

la puce à l'oreille

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Témoignages
  4. La puce à l'oreille
la puce à l'oreille
zozottele 26 avril 2021 à 10:07

Coucou tous!
Voila sur le forum on constate un truc,nous sommes tous différents.
Oui,mais dans nos différences,on trouve quand même une similitude,qui tourne autour de quelques mots: Douance,HP,philo cognitifs,zèbres,surdoué,hyper ou hypo quelque chose etc etc....
Et,au fond,nous nous sentons donc tous différents les uns des autres,et nous avons des fois l'impression d'être des extraterrestres,jusqu'à ce que l'on découvre que non,tout est normal finalement,nous sommes juste,encore une fois,différents!
Et,je me pose donc cette question,au fond,comment on s'en ai rendu compte,comment nous nous sommes dis "c'est bizarre,c'est moi ou ce sont les autres qui ont un problème?"
Ça peut être une multitude de choses c'est vrai,ça peut être juste des ressentis.
Mais quand même,en cherchant bien,il doit bien y avoir des exemples concrets,qui nous on fait dire "mais c'est bizarre ça quand même !"
Qu'est ce qui nous a mis la puce à l'oreille ?
Pour moi,concrètement,ça a commencé a l'école donc,ou je me demandai pourquoi les autres avaient du mal a faire des exercices qui me paraissaient simple.
Ensuite ça à été en famille ou avec des amis,où je me disait "oula mais c'est moi ou ça ne vole vraiment pas haut la?"
Et puis ça s'est atténué dans le milieu professionnel.Je suis issu du monde de l'apprentissage,et a chaque stage différend que j'effectuais,on me disait "c'est bien tu écoute bien les consignes,c'est rare ça !"
Alors moi je pensais ben c'est normal non d'écouter les consignes il doit dire ca par politesse !
Et ensuite a mon boulot,on est une petite boite,et je suis un peu le couteau suisse,je fait tous les postes.
Je n'ai pas eu de mal a jongler entre tous,et même finalement,je devenait vite meilleur que ceux qui me formaient a chaque poste.
Et on me disait "mais comment ca se fait que tu sache faire ca ou ça,tu as appris ou?"
Et je répondais "je ne sais pas,j'écoute juste les consignes!",et je je ne comprenais pas pourquoi on me regardait bizarrement.
Et pour finir,quand a mon tour je formais quelqu'un,je ne comprenais pas pourquoi il ne se rappelait pas mes consignes.
Enfin voila aujourd'hui je comprend,et ca fait du bien.
Mais j'aimerai savoir,vous,qu'est ce qui vous a mis la puce à l'oreille ?

Salmale 26 avril 2021 à 10:23   •  

Salut @zozotte,
Il est vraiment drôle ton récit ! Drôle et touchant... Quelle humilité de résumer tes capacités à une simple aptitude à suivre les consignes...

Pour moi qui suis prof, je m'en suis aperçue en 2011 lors de l'arrivée d'un nouvel élève en 2nde. Rebelle, frondeur, provocateur... il contestait toutes les consignes, discutait tout, en butte avec le lycée. Tous les profs le détestaient et le qualifiaient d'arrogant. Il se clashait avec tout le monde. Un vrai chat sauvage. Je me suis dit, le pauvre il n'a pas l'air bien, je vais essayer de l'aider. Je prenais le temps de discuter avec lui, de le comprendre, j'essayais de le pacifier.
Une nuit j'ai fait un rêve très étrange. J'ai rêvé que j'étais lui, et qu'il était moi, tant notre communication était forte.
Quelques temps après sa mère me dit: "Il a 140 de QI, pour lui l'école a toujours été une souffrance. Heureusement que vous êtes là..." Oo x)
Du coup j'ai fait des recherches et c'est ainsi que j'ai découvert l'univers de la douance....

Sakurale 26 avril 2021 à 12:23   •  

Pour moi c'est venu de fil en aiguille .... j'ai d'abord entendu parler de l'hypersensibilité, et en parlant de cette découverte a une amie , elle m'a dit qu'a elle , ça lui faisait penser aux HP ...j'ai répondu "aux quoi ??? " 😂 elle m'a dit qu'elle déjà abordé le sujet avec moi , en utilisant le mot "surdoué " que je connaissais, mais comme je ne m'y reconnaissais pas , c'est passé aux oubliettes ...et elle m'a envoyé un lien , et la ça mna mis la puce a l'oreille 😉

Sinon oui, je me suis souvent dis " mais c'est moi qui suis bizarre ou c'est les autres " parceque j'étais deroutée devant certaines attitudes , certaines incompréhensions...comme toi @zozotte . Mais je ne liais pas ça a la douance puisque je ne savais pas ce que c'était.

Nevromonle 26 avril 2021 à 13:05   •  

La puce à l'oreille, ça gratte le gros labrador à appendice caudal enthousiaste et négligeamment fouetteur que je suis ! x)

Personnellement, ce qui m'a gratouillé(e), c'est le fait de réaliser très vite certaines choses. D'avoir parfois une espèce de recul, de lucidité ou de regard décalé. Je crois me souvenir que j'ai eu ça en maternelle, en me demandant vraiment ce que je faisais là, confusément à quoi ça servait, quel était le sens de mes journées, en me disant que c'était comme chez ma nounou mais avec un côté plus travaux manuels et des chiffres et lettres.
Je me suis en primaire mise à tester les adultes pour vérifier si je pouvais avoir confiance en eux. A me rendre compte du pouvoir que je pouvais avoir sur eux, notamment en leur "faisant du charme" (surtout aux femmes, en fait, dont j'obtenais des faveurs juste en disant "Bonjour, merci, au-revoir").
Je me suis sentie très seule et perdue en arrivant au collège, et c'est à la fin de ce dernier que j'ai commencé à me dire que ça aurait une fin, tout ça : j'allais pouvoir partir de chez mes parents et pouvoir faire un peu ce que je voulais. Mais j'ai sous-estimé leur emprise.
J'ai longtemps eu l'impression que je ne pouvais pas décider de ma vie, et que mes idées, pensées puis émotions ne seraient jamais vraiment écoutées par les autres. Qu'elles resteraient niées, moquées, cachées. C'est quelque chose qui est en train de changer.

zozottele 26 avril 2021 à 13:22   •  

@Nevromon c'est quelque chose qui est en train de changer ?
cest vraiment top et ça me fait plaisir,tu es sur les bon rails je crois,ne change rien !
@Salma merci pour l'humilité ,ça me touche Je crois que cette humilité elle m'aura valu pas mal d'incompréhension,mais finalement,je suis content quand même !
@Sakura en fait moi non plus au début je n'ai pas découvert la douance par ces incompréhensions.
C'est ma femme qui a mit le doight dessus,en faisant des recherches pour mon fils qui avait trois ans.
Bien sur je ne la croyais pas,alors elle me disait "ben t'as qu'un lire tu verras!"
Alors j'ai lu,et j'ai du m'assoir !
C'était toute ma vie qui défilait sous mes yeux!
Et de la,j'étais partis pour presque deux ans d'introspection intense!
Jusqu'à donc aujourd'hui,vous demander vos témoignages à vous aussi !😄

paradoxle 26 avril 2021 à 13:55   •  

Moi, ce sont des vidéos youtube à 50 balais.
Plus malin que la plupart des gens, ça c'était flagrant depuis toujours. Pour tout apprentissage, pareil, j'écoutais ou je regardais faire. Et je ne trouvais pas que j'étais particulièrement doué, c'était les autres qui n'étaient pas malins. Ou fainéants du cerveaux. Pour moi, c'est pas qu'ils étaient bêtes mais qu'ils ne faisaient pas l'effort. "Ben, réfléchis cinq minutes !" Ça marchait moyen.
Je ne me suis jamais posé la question d'un surquelque chose. C'est mon éducation dans une famille nombreuse délurée, entourée de livres d'éveil et de découverte, de communication débridée (euphémisme), de musiques variées, etc, qui m'avaient donné ces capacités. Ma mère, qui s'était extirpée de son milieu popu qu'elle exècrait à tout fait pour qu'on deviennent "quelqu'un". D'où pour moi, l'importance de l'éducation dans tous les domaines.
Ça ne venait donc pas de moi mais de mon entourage. "Les gens sont cons, c'est comme ça".
Ça y est, les souvenirs d'école remonte. À partir de la 4° : "Pourrait tellement mieux faire s'il se donnait la peine", "gâche ses talents", etc. Mais je pouvais répondre à n'importe quelle question de culture générale.
Le coup du couteau suisse, ça me parle. Pendant ma formation de constructeur-machiniste (théâtre), j'étais surnommé "le p'tit bonhomme magique."
Bref, tant que personne ne te mets le truc sous le nez, pas facile de deviner. Merci youtube.

Nevromonle 26 avril 2021 à 14:50   •  

@zozotte : Oui, je commence à me rendre compte que je peux être écoutée et respectée. Il s'agit en partie de sélectionner à qui je m'ouvre, en fait.

Sakurale 26 avril 2021 à 14:59   •  

Le petit bonhomme magique, c'est top ce surnom, j'adore ^^

En effet les vidéos sur YouTube, même si il y a a boire et a manger , ça permet quand même de réaliser certaines choses .... mais comme me l'a dit la psy ce matin quand j'ai passé le test, c'est fait pour qu'un maximum de personnes se reconnaissent dans les descriptions, elle a rajouté que ce qu'ils disent est vrai, mais par exemple, que l'hypersensibilité concerne 20%de la population, donc 1 personne sur 5, il y a donc déjà une grande chance de s'y reconnaître, pour la pensée en arborescence, elle m'a dit que c'est le cas de la majorité des femmes de fonctionner comme ça, on est multitaches par la force des choses... donc oui, on se reconnaît facilement dans les descriptions des HP ... mais il n'y a que 2 a 3 % de personnes concernées.

Je pense que si on est un minimum humble ( n'est ce pas @zozotte ^^) , on arrive a faire la part des choses, un HP aura je pense tendance a se mettre en doute ....et si en doutant des différentes caractéristiques, on en retrouve quand même beaucoup, alors c est qu'il y a des chances qu'on le soit .

paradoxle 26 avril 2021 à 15:12   •  

@Sakura oui, tout à fait d'accord. C'est pas en voyant deux vidéos que j'étais sûr de moi, ce n'était que la puce à l'oreille, j'ai passé trois mois à potasser le sujet, à vérifier les biais cognitifs pour voir si c'était pas un film que je me faisais. Mais quand toutes ces vidéos, ces lectures, me racontent ma vie, parlent de moi comme si elles me connaissaient par coeur, quand toutes les caractéristiques décrites sont mes traits de caractères les plus prégnants et quand je suis arrvié ici et qu'on me dit "arrête de te poser la question, c'est bon", alors je me suis fait une raison.

Sakurale 26 avril 2021 à 15:30   •  

@paradox , oui voilà, tu ne t'es pas arrêté à une vidéo, tu as étudié le truc a fond avant de t'autoriser a y croire. C'est un cheminement par lequel on passe tous j'ai l'impression ^^

Terencele 26 avril 2021 à 18:36   •  

Histoire de nuancer, et accessoirement de jouer les rabat-joie, l'arborescence et le "multitasking" sont deux notions bien distinctes qui ne renvoient absolument pas aux mêmes phénomènes. Il semble en outre que la plupart des études récentes sur le sujet convergent vers l'idée que le cerveau ne serait pas en mesure de mobiliser efficacement des ressources cognitives sur plusieurs tâches simultanées et que le fait de le contraindre sur ce mode conduirait non seulement à des résultats médiocres pour chacune d'elle mais aussi à la dégradation progressive des dites ressources. Et comme souvent, le sexe ne fait rien à l'affaire, hommes et femmes sont logés à la même enseigne.

Sakurale 26 avril 2021 à 20:46   •  

ce que tu dis est intéressant , je n'ai pas lu d'études là dessusdonc je ne te contredirai pas. Et ça me semble logique qu,effectuer plusieurs taches à la fois ne peut pas donner un aussi bon résultat que si on se concentre sur une seule.
Par contre , si effectivement à la base il n'y a pas de différence entre les sexes ; je pense que l'éducation, l'adaptation, fait que la majorité des femmes développe une aptitude aux taches multiples simultanées . Par obligation sûrement ... mais les faits sont là, chose encore plus visible depuis la crise sanitaire, les femmes gerent tout en même temps , boulot, enfants, devoirs , repas, ménage .... là où beaucoup d,hommes ont le loisir de pouvoir se concentrer sur leur travail . évidement ces taches peuvent être partagée où alternées, mais dans les faits, ce sont encore les femmes en majorité qui subissent cela. Donc, c'est sûrememnt à cause de cel que leur cerveau est plus adapté aux mltitâches.

Sakurale 26 avril 2021 à 20:52   •  

ah...et quand ma psy a comparé pensée en aborescence et multitâche; c'était pour expliquer pourquoi il était si facile pour une femme de se reconnaître dans les vidéos, les livres qu,on peut trouver sur la douance.

cf la BD de Emma sur la charge mentale .... alors, ce n'est peut être pas de la pensée en arborescence proprement dit, mais le fonctionnement est très similaire !
https://emmaclit.com/2017/05/09/repartition-des-taches-hommes-femmes/

Ambre31le 26 avril 2021 à 23:35   •  

Ben, moi, c'est assez terrible, mais je ne me souviens pas ce qui m'a amenée à faire ce test. Et ce n'était qu'il y a 8 ans. Je me souviens bien pourquoi j'ai fait l'autre, celui sur la dyspraxie, mais pourquoi j'ai fait celui là dans le même mois... trou noir !

zozottele 27 avril 2021 à 07:19   •  

@Terence ne t'inquiètes pas,il n'y a pas de Rabat joie😀
Et le but n'est pas de faire une course à celui qui sera le plus HP ou le plus différent ou autre.
Mais juste de comparer nos expériences,de savoir comment on est arrives à se demander"mais pourquoi je ne ressens pas la même chose moi?"
@Ambre31 un trou noir ?
C'est vrai qu'en ce moment tu vis un passage difficile, c'est peut être lié.
Ça reviendra, quand tu auras tout demelee !
@paradox,a 50 balais, ça a du être un choc aussi non?

Terencele 27 avril 2021 à 11:17   •  

Je ne m'inquiète pas. Je n'ai fait aucune allusion de cet ordre.

paradoxle 27 avril 2021 à 14:41   •  

@zozotte un choc ? pas vraiment, un soulagement au début d'avoir enfin compris un truc important, essentiel de mon fonctionnement et de pas être seul avec ces problématiques et ces questionnements. Une évidence tout à coup qui va me permettre d'avancer dans ma connaissance. C'est petit à petit que ça se complique. Qu'est-ce que je fais avec ça maintenant ? Et plein d'autres questionnements en chaîne qui vont mettre du temps à se résoudre.
Surtout que ça arrive à un moment de ma vie déjà pleine de remises en question, de recul, d'à-quoi-bon, et autres joyeusetés. Du coup, intégrer ça à ce maelstrom peut, d'un côté m'aider, de l'autre complique le démelement de tous cet embrouillamini.

Cri-crile 27 avril 2021 à 19:29   •  

Après une longue errance thérapeutique et d'auto-analyse, le rapport avec "l'autre" devenant de plus en plus diffcile, il ne me restait plus que trois pistes : le trouble bipolaire, l'autisme de haut niveau et le haut potentiel intellectuel. Me dirigeant vers un psychiatre (ne croyant pas à la dernière) pour tenter de me faire diagnostiquer ce que j'interprétais alors comme un trouble psychique et n'y trouvant hélas aucune réponse pertinente (psychiatre de mes deux aussi🙄), j'ai décidé très rapidement de passer les tests chez une psychologue formée à l'outil et au profil afin de valider/invalider ce que ma femme et ma pharmacienne (HPI elle-même) disaient de moi.

Je n'y ai jamais cru, même lorsque que j'épluchai tout ce qui existe de disponible sur la question entre la prise de rdv et la passation (six putains de longs mois). Me reconnaissant, puis non, puis oui, puis encore non, la torture mentale cessa seulement le jour où ma psy me remit le bilan. Ce fut un choc très violent, dont je suis en grande partie remis aujourd'hui, même si je ne comprends toujours pas ce que ça veut vraiment dire. Il restera toujours du travail et je trainerais à vie cette cyclothymie bien casse-grelots et ce manque de confiance en moi, conscient de toute l'étendue de ce que je ne sais pas.

Mais maintenant, je sais au moins cela sur moi et peux enfin ajuster les bons curseurs. Et ça marche !

Juliette...le 27 avril 2021 à 19:37   •  

Et tu m'as remis en tête @Cri-cri l'idée que, peut-être, ça serait bien (mieux, exhausteur d'épanouissement) d'obtenir ce petit papier probatoire... Ou pas... 🤔

Cri-crile 27 avril 2021 à 19:50   •  

@Juliette...

Ça ne sert à rien d'autre qu'à ça Juliette: être sûr pour faire au mieux pour aller mieux. Ça ne se "rate" pas, ne se "réussit" pas.

Et puis, bien plus qu'un papier probatoire, c'est une cartographie de ton fonctionnement cognitif, qui te permet de mieux te connaître et d'agir en conséquence.

On fait ça pour soi, pas pour les autres.

Et sincèrement, pour moi, ça ne sert qu'à ça, puisque mes valeurs, du moins celles auxquelles j'accorde vraiment de l'importance ne se situent pas là mais dans des choses bien plus difficiles à cultiver, comme la bienveillance, l'honnêteté, la sincérité ou l'intégrité.🙂

Juliette...le 27 avril 2021 à 19:54   •  

L'entièreté, le creusage, le perfectionnement, l'amour.🙂

Sakurale 27 avril 2021 à 23:42   •  

Pour moi ce petit bout de papier va me servir à ne plus être dans le doute , à avancer ensuite peut être plus facilement. Au départ, je me disais , à quoi bon le passer ? Puis un peu comme cricri, c'est un jour j'y crois, un jour je ne crois pas....et les jours où on n,y crois pas, ben c'est plus difficile de se faire confiance. Donc effectivement, c'est surtout pour soi qu'on le fait .

zozottele 28 avril 2021 à 06:48   •  

@paradox à la fin des fins,ce maelstrom ne peux que t'aider je crois.
On ne peut pas se connaître vraiment si on ne sais pas tout ça.
Ça nous fait passer par une étape difficile,mais obligatoire finalement.
Le p'tit bout de papier ?
Oui,je me suis beaucoup demandé si il me le fallait,et puis j'en ai conclu que non.
Moi aussi je n'y croyais pas du tout,puis un peu,puis non,puis un peu.
Mais j'en ai conclu ça,que je suis ce que je suis, j'ai des capacités,je ne sais pas si elle rentre dans le cadre HP ou non, mais je n'ai plus besoin de le savoir.
Je me fait confiance,et c'est tout ce qui compte.Je n'ai donc pas besoin d'un psy ou d'un bilan, aussi bon soit il.
Après @Juliette... Si tu es bien dans ta peau,je pense que tu peut te passer du bout de papier.Mais si tu te pose beaucoup de questions, alors peut-être que ça peut t'aider.
Je ne sais pas, mais l'important je crois dans tous les cas, c'est de ne pas rester les fesses entre deux chaises !
Si on avance sans bilan tant mieux,sinon on le fait pour avancer,chacun voit midi a sa porte

Juliette...le 28 avril 2021 à 07:50   •  

@zozotte, si mon père avait cessé de me prendre pour une conne, je n'aurais absolument plus aucun besoin de passer ce test. Si je le faisais, ça serait uniquement pour lui mettre dans la figure (pour rester polie 😡 ) 😉

Nevromonle 28 avril 2021 à 08:24   •  

J'ai le même fonctionnement avec mes parents, le côté revanchard, sans doute. Mais derrière, c'est le besoin que l'autre admette qu'il avait tort, et apporte réparation des préjudices infligés en s'excusant, je pense.

Juliette...le 28 avril 2021 à 08:39   •  

Ben oui @Nevromon, rien de revanchard là-dedans, je pense simplement qu'il est grand temps, après tout le mal qu'il a fait à plein de monde, qu'on lui mette le nez sur sa connerie (fermeture d'esprit, a priori nombreux et débiles, sentiment de supériorité...) à lui. Et notamment àmon égard, s'il veut continuer à nous voir, mon fils et moi. Mais il est tellement "bête" qu'il ne sait pas discerner une réelle intelligence (qui n'a rien à prouver justement), d'un certain brio dont certains lui font le spectacle (à force d'un travail acharné). Bref, je suis un peu remontée contre lui en ce moment. Quoi? Ca se sent? 😄

Ambre31le 28 avril 2021 à 08:44   •  

@Juliette... Si tu crois que ce bout de papier peut t'aider a résoudre des choses avec ton père, j'ai envie de te dire n'hésites pas. Mais seulement si ca les résoud pour toi, sans attendre un retour de sa part, me semble-t-il.

Nevromonle 28 avril 2021 à 10:52   •  

Oui, ça se sent que tu es remontée contre lui. Dans une veine un peu différente, mon beau-père a passé des années à m'insulter d'handicapée (monsieur a pourtant été prof et a travaillé "dans le social", selon ses dires. Je croyais pourtant que le mépris et la discrimination n'aidaient pas trop dans le métier : o ), et j'ai découvert plus tard, bien plus tard, ma dyspraxie. Je ne le lui ai pas dit, parce que je sais que je n'ai rien à attendre de cet homme, et encore moins des excuses.

Sakurale 28 avril 2021 à 10:55   •  

L'ideal serait de réussir a se construire en laissant derrière nous ces personnes toxiques . Évidemment c'est compliqué quand il s'agit d'un proche , d'autant plus un parent. Mais aller jusqu'a couper les ponts peut être salutaire si on ne réussit pas a ignorer leurs remarques.

Nevromonle 28 avril 2021 à 10:58   •  

J'ai pour ma part tenté de vraiment m'expliquer avec lui, quitte à m'énerver pour me donner (enfin) une chance de me faire entendre. Ce fut peine perdue. Maintenant, j'attends qu'il ne soit plus de ce monde. J'ai fait ce que je pouvais.

Terencele 28 avril 2021 à 19:04   •  

Ton père me fait un peu penser à celui de quelqu'un que je côtoie régulièrement Juliette et j'ai bien peur qu'il n'y ait pas grand-chose à espérer de ce côté-là. Tu serais championne du monde d'échecs il te rappellerait que ce n'est pas un vrai sport. Montre-lui les conclusions d'un bilan psychométrique, il te fera remarquer que c'est à la portée de n'importe quel macaque d'empiler des cubes. Rien n'est plus difficile que de devoir renoncer à ce qu'on n'a jamais eu. Est-ce que c'est nécessaire ? Je ne sais pas, à chacun de voir, c'est peut-être dans cette tension qu'on se rapproche de soi, qu'on finit par s'appartenir. Ce qu'un homme ne vous donne pas quand vous avez six ans, il y a fort à parier qu'il continuera de vous le refuser 30 plus tard. À la décharge de ceux qui sont dans cette incapacité foncière d'aider à grandir, il faut être solide pour nourrir l'estime d'autrui, si on est soi-même en miettes, c'est peine perdue.

"Ça ne change pas un homme, un homme ça vieillit." (Johnny Hallyday). J'aime les références un peu pointues quand je viens d'enfoncer des portes ouvertes.

Juliette...le 28 avril 2021 à 19:14   •  

🙂 Oui, au fond je crois que je le sais. Merci pour la piqûre de rappel @Terence, et pour l'humour. Et je partage aussi ta tolérance vis à vis des parents.

Folavrille 30 avril 2021 à 09:23   •  

Sujet très intéressant, merci @zozotte d'avoir ouvert ce fil.
Pour ma part, je n'ai jamais eu d'indication à l'école, à part les "peut mieux faire" constants, je m'ennuyais pas mal, mais je suivais. Les sciences n'étaient pas mon fort. En anglais, je faisais les exercices des leçons d'après pour le plaisir. Je m'étais inscrite au CNED pour apprendre une langue en plus.
Je suis née dans une famille assez extra-ordinaire au départ (j'ai compris aujourd'hui que mon père était HP), on était un peu des extra terrestres dans la petite ville de province où nous avions atterri.
En grandissant, je trouvais que je n'étais pas comme les autres, j'aspirais à davantage sans savoir vraiment quoi. Ce qui me semblait le plus différent des autres, c'est que je captais les gens, donc j'arrivais toujours à m'adapter. En amour, contrairement aux copines, je n'aimais pas les petites histoires qui me semblaient médiocres. Mais j'avais mon petit groupe d'amis. Camouflage?
Jeune adulte, j'ai compris que mon esprit était plus rapide, que j'avais une sorte de bon sens sur le pratique, le beau, l'harmonieux, l'efficace, le percutant.
J'ai toujours senti que certaines personnes ne m'aimaient pas, ça me faisait souffrir, et j'ai mis du temps à comprendre qu'il y avait une certaine jalousie. Je ne comprenais pas de quoi, vu que j'avais toujours peur de déplaire, et que je me sentais dépendante du regard des autres. Tout en étant très indépendante et assez forte finalement - paradoxe. Je m'attachais à des significations qui semblaient ridicules aux autres (choix de mots, gestes, attitudes, comportements qui voulaient dire beaucoup pour moi, voire tout!). J'étais constamment ballottée entre me dire "je vole plus haut que ça" et "je délire avec mes conneries".
Arrivée à 30 ans, j'ai eu la chance d'avoir une boss super, qui m'a laissée bosser en autonomie et qui n'était pas avare de compliments (c'était une écossaise pourtant 😉), ce qui fait que j'ai tout donné à ce poste là. Jusque là, j'avais été surtout à l'étranger, ce qui, a posteriori, facilite sûrement les choses vu qu'on est déjà dans un environnement riche et différent.
Après ça, j'ai bossé toute seule donc je n'ai pas eu à "subir" des collègues lourdingues ou autres boss autoritaires.
Ensuite j'ai eu mes enfants, et là encore, la "bonne" chose à faire me semblait évidente, je trouvais que beaucoup de parents n'écoutaient rien de leurs enfants, qui sont des personnes avant tout. Un gamin qui renverse un verre et se fait engueuler ? Ca me donne envie de chialer et de hurler en même temps. Injustice, bêtise... Je voyais les enjeux cachés, parfois je me disais : "qu'on me foute la paix, je ne veux rien voir ni rien savoir!"
Puis les enfants grandissent et on fréquente les parents des autres gamins. Tout le monde est content, ça fait bande de potes "hollywood chewing gum" (euh... pour ceux qui ont connu ces pubs là 😉 ). Et moi je me dis "qu'est ce que je fous là" ? Ma culture générale vaut 10 fois la leur. Les gens me semblent médiocres dans leur vie, sans aspiration, étriqués, fermés, peureux, voire petits même. Je me dis, c'est ça la province (pourtant j'ai grandi là!). Je me fous des baffes en même temps "non mais pour qui tu te prends?". Surtout que n'empêche, ils ont tous leur place, ils mènent leur vie peinard, ils avancent, pendant que moi je suis constamment en train de bouger les pieds pour pas que le sable se creuse autour.
Et puis j'ai 45 ans, je suis séparée, et je retrouve de l'air ! Je peux enfin faire comme bon me semble. Je vois une "coach" pour un genre de bilan de compétences. Elle comprend rien. Je ne sais pas m'expliquer. On est au bord de l'engueulade 😄
J'ai quelques relations amoureuses, c'est la catastrophe. Je m'investis à fond, je donne tout, mais je m'ennuie à mourir, je ne trouve rien de stimulant, pas de partage intellectuel. Et je ne comprends pas qu'ils ne voient pas que je suis différente. Je voudrais un gars plein d'allant, de peps, d'idées. Ce n'est pas le cas. Je mets ça encore une fois sur le compte de la petite province.
Niveau pro je commence à patiner sérieusement toute seule, mes occupations ne sont pas suffisantes, je tourne en rond, je ne vois pas grand monde.
Les alternances "bonheur intense/déprime" sont de plus en plus fréquentes.
J'en arrive à ce début d'année. Je commence à me dire que j'ai un sérieux problème. Je n'arrive plus à gérer. Je voudrais quelque chose que je ne trouve pas, et je ne suis même pas sûre de savoir le définir. Est-ce que c'est une puce à l'oreille ? Une tique plutôt, ça me suce le sang et je me vois dépérir.
Je décide d'aller voir une hypnothérapeuthe - je me vois mal aller voir une psy, je n'ai pas de problème vraiment, hein cocotte?
A peine arrivée, elle me pose quelques questions, et me dit : "euh.. vous ne vous êtes jamais demandé si vous n'étiez pas HP?", je hausse les épaules, "et alors? moi les étiquettes..". Je pense à ma fille qui a passé des tests.
Je rentre chez moi, je file sur l'ordi et je vois ma vie, décrite en tous points, dans les moindres détails, tout, absolument tout me parle, je suis tout ça, les bruits trop forts, la procrastination pour cause de perfectionnisme, la clairvoyance enfin expliquée etc etc etc.
Oula-upe Barbatruc : voilà ma vie qui vient de se retourner comme une crêpe. J'en ai chialé pendant deux heures.
Je ne sais pas encore ce que je vais faire de ça, mais je suis maintenant tellement sereine!!! J'ai compris, enfin.

Pardon, pardon pour ce pavé ! J'étais partie pour répondre brièvement, mais je me suis laissée emporter.
Peut-être un effet salvateur à se refaire le film sous une lumière différente...

Sakurale 30 avril 2021 à 10:25   •  

@Folavril , ton histoire me parle énormément ! Tous ces paradoxes ... chercher l'approbation en permanence, mais pourtant être forte et indépendante ! Depuis toujours.... me gérer toute seule niveau école depuis le primaire, alors que ma mère aidait mes petits frères, partir seule en Italie a 18 ans alors que personne ne s'y attendait , gérer ma vie , les hauts et les bas en allant toujours de l'avant...

Le fait de se retrouver avec les nouveaux amis , parents des amis de nos enfants ... et se demander ce qu'on fait avec eux car nous n'avons rien commun , et se dire que quand même ce sont des gens biens , gentils ...

Un décalage permanent .

Le truc aujourd'hui, c'est de se demander ce que l'on veut faire de ça. Je me pose régulièrement la question par rapport a mon conjoint , ou ce décalage est énorme.... mais si je suis tombée amoureuse , c'est pour d'autres qualités, sa gentillesse, son côté zen, sa simplicité, l'attention qu'il me porte .... je me dis que la stimulation intellectuelle, je la trouverai ailleurs. J'en parlais sur un autre post , je ne peux pas trouver tout ce dont j'ai besoin dans une seule personne , alors avec tel ami , j'ai certains sujets de prédilection, avec tel autre d'autres sujets ... et puis je vous ai vous maintenant ^^

Salmale 30 avril 2021 à 12:33   •  

@Folavril
Ton témoignage me parle tellement. Mais tellement !!! J'aurais pu l'écrire moi même. Rien à ajouter.
Sauf que pour ma part j'ai eu la puce à l'oreille en 2011 et depuis j'ai fait du chemin en termes de réalisation de mon potentiel, mais, MAIS.... le truc étonnant c'est que j'ai cette conviction intérieure que le peu que j'ai accompli n'est pas grand chose par rapport à ce que j'aurais pu développer. Toujours ce sentiment de ne pas être à la hauteur de l'altitude qui pourrait ou devrait être la mienne. Manque de confiance en moi, peur de me planter, culpabilité, complexe de l'imposteur....
La puce à l'oreille c'est une chose, mais si seulement on pouvait sauter aussi haut qu'elles proportionnellement !

Heirrynnle 30 avril 2021 à 14:07   •  

Pour tout dire depuis l'enfance de nombreux troubles on obstrué ma sociabilité. Maternelle =calvaire , je me cacher de mes semblables qui me fesait terriblement peur au point de couper tout contact possible. E primaire bha c'était naze et les autre me fesait toujours autant de mal , bien que j'aime apprendre. J'étais plus amis avec les prof et les adultes les autre gosses je comprenais pas . Pas de collège pour moi , les problèmes familiaux on cassé ma scolarité , je me retrouve au lycée sans être passé par le collège , une bonne moyenne malgré que je fasse aucun effort. La déprime a enfermé dans sa bulle le peut de chose qui me lier au mondes . Jour du cap céramiste d'art je suis en procès pour régler les affaires familiales donc pas de Cap .Bref voici un court très court résumé de ceux qui ma très vite permis de comprendre que le monde et moi sa fesait deux . Que j'étais pas dans la normes que le mondes fonctionne comme ça et moi pas du tout .J'ai toujours vue ma différence sans jamais pouvoir la nommer , et voilà que un matin d'été il y as environ 4 ans mon frère m'envoie une conférence de Monique de Kermadec .Ou pour la première fois de ma vie quelqu'un décrivait avec exactitude se qui me ressemblait. Voila j'ai fait court mais bon il y as tellement a dire

Folavrille 30 avril 2021 à 18:06   •  

@Heirrynn C'est bien tu as fait déjà un grand pas en mettant un mot sur ta différence, j'imagine que depuis, tu as bien avancé.
@Salma comme je te comprends! Je pense m'être déjà résignée dans un coin de ma tête à constater que je ne pourrai jamais faire tout ce que je voudrais, et qui me semble pourtant possible.
Oui, une altitude qui plane depuis toujours dans un coin de notre tête, comme un niveau imaginaire à atteindre.
Alors qu'en fait le niveau reste toujours éloigné de la même distance. Plus on fait bien, plus il monte. Ergo...

Folavrille 30 avril 2021 à 18:11   •  

Je me permets de faire tout de suite un commentaire sur "Plus on fait bien" 😄 certes, peu français 😱
Evidemment, on dit : "Mieux on fait".
😄

Heirrynnle 30 avril 2021 à 18:40   •  

Bha a vrai dire je me suis renseigner , puis j`ai appris a faire avec mon mental envahissant .Je n`ai pas encore etait diagnostiquer , ou etiquetter . Des mots pour moi plein de barbaries .Je m`accepte bien comme je suis , j`ai put grace a ma decouverte , mettre le doits sur ceux qui me fesait souffrir et ecarter de ma vie les vampire qui me pourrissait le moral . Donc oui j`ai avancer avec mes moyen , c`est pas toujour facile .Mais j`espere encore evoluer pour du mieux , merci Madame de Kermadec .🙂


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?