Témoignages

Les jeux de rôles !

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Témoignages
  4. Les jeux de rôles !
Les jeux de rôles !
Nevromonle 25 octobre 2020 à 20:23

Suite à une idée engendrée par une question, voici un sujet pour parler de jeux de rôles et en papoter.

Les jeux de rôles (JDR), ce sont des jeux durant lesquels l'on interprète un ou des rôles : des person(n)a(ges).
L'image d'Épinal du jdr, c'est "Messiiiiie, c'est quand des gus jouent à Donjon et dragons avec des crayons à papier, des gommes, des fiches de personnage, d'énormes livres de règles pour savoir combien de points de vie son personnage perd quand il s'est cogné le gros orteil contre un caillou caché dans une motte de terre parce qu'il a donné un coup de pied dedans parce que Javotte l'écuyère a repoussé les avances de Bébert le Preux !

Il y a plein de façons de jouer aux jeux de rôles. Ils peuvent prendre dans des univers de type médiéval fantastique, science-fiction, fantastique, horreur...chacun de ces types d'univers pouvant être mélangé avec un ou plusieurs autres, et étant subdivisé et subdivisable en plusieurs catégories.

Mon dada à moi, c'est de mettre en pratique une manière très...autiste? de jouer : j'aime quand c'est DIFFICILE. Et j'aime quand c'est très immersif. Et explorer des pistes. Et stimulant intellectuellement parlant. Cela m'a conduit (pour les jdr dans lesquels il y a du combat) à créer des personnages étranges qui avaient une aptitude pas forcément très impressionnante ni offensive, ni classe. Mais j'ai adoré quand la personne qui arbitrait, tranchait, faisait appliquer les règles (la/le meneuse-conteuse/meneur-conteur)...me permettait de faire ma popote ! Je m'explique : je ne sais pas si vous connaissez le manga et l'anime Shaman king, mais j'aime vraiment pas mal (c'est l'un de mes préférés). Eh bien, je connais quelqu'un qui en a fait un jdr amateur, et c'était vraiment chouette pour moi, car le système était flexible.

J'ai créé un personnage qui était accompagné d'un esprit (ici, le fantôme d'une policière allemande, enjouée mais d'une époque récente donc selon ce système de jeu peu puissante comparée à des esprits de la Chine antique, par exemple). Mon personnage était lui taciturne et étrange, et se mettait, quand il était gêné, à creuser des trous avec un visage impassible avec une pelle qu'il trimballait partout. Cela a donné des situations vraiment drôles, d'autant plus parce que j'interprétais les deux, mon personnage et le fantôme, et que leur tempérament était vraiment différent ! Passer d'une tronche impassible et grognon à un visage hyper enjoué avec des étoiles dans les yeux, c'était difficile à faire sans rire (et c'est arrivé quelques fois x) ). Mais en plus de l'élément comique, j'ai utilisé le fait que mon personnage creuse...pour adopter des stratégies, disons, souterraines : il a ainsi déjà créé des pièges, et a adopté un style de combat assez indirect, pour compenser le fait qu'il n'ait pas beaucoup de puissance brute. L'astuce pour compenser une lacune, voilà ce qui me botte.

La capacité de son esprit, c'était, comme elle était devenue policière pour protéger (et servir?) les gens, de créer des boucliers et de les manipuler.
Ainsi, j'ai par exemple combiné leurs capacités en faisant des feintes : mon personnage étant sous-estimé comparé à mes coéquipiers (une vampire bien vénère et un futur empereur chinois - avec le fameux esprit antique très puissant - ), il en a joué. Une fois, je lui ai fait lancer une attaque en projetant un bouclier de face vers un ennemi, comme pour l'assommer avec. Mais c'était plutôt faible, et fut probablement pris comme une risible tentative ! Le bouclier s'est brisé en morceaux...morceaux qui étaient en fait plein de petits boucliers qui sont rentrés dans le sol, contrôlés à distance par mon personnage, qui a ensuite attaqué par surprise l'ennemi par en-dessous !

Voilà certaines des raisons pour lesquelles j'aime les jeux de rôles. N'hésitez pas à raconter vos anecdotes, à poser vos questions... :)

Enfantducosmosle 28 octobre 2020 à 02:01   •  

J'ai des centaines d'heures de jeu derrière moi (Bloodlust, d&d 3.5, l'appel de chtulhu, berlin vxiii, shadowrun, Hellywood, Hollow earth expedition, Maléfices, Crimes...) Je jouais avec des potes trois soirs par semaine! J'ai commencé à masteriser pathfinder depuis deux ans au rythme d'une fois par moi avec d'autres potes que j'ai initié au jeu de rôle. Comme premier mastering, j'ai tenté un full open world avec comme amorce une petite intrigue à Pointesable. Pour l'instant, ils sont chaque fois motivés.

Nevromonle 29 octobre 2020 à 19:28   •  

C'est chouette !
Que recherches-tu, en jeu, @Enfantducosmos? Comment définirais-tu ton style et pourquoi tes joueuses/eurs reviennent (si tu le sais)?

Invocation @Abderian : tu voulais que je parle jeux de rôles !

Enfantducosmosle 29 octobre 2020 à 22:02   •  

Mon style n'est pas narratif mais logique et probable. Je ne prévois pas de scénario mais je peuple les lieux de dynamiques qui existent indépendamment des joueurs mais qui vont interagir avec eux. S'ils décident de ne rien faire et bien ils n'ont seront que des spectateurs et ils peuvent partir à tout moment, pour par exemple, se lancer dans la piraterie, ils n'ont qu'à me dire où ils vont et ce qu'ils font, ils sont totalement libre.

Quant à l'univers, il est extrêmement riche (plus d'un millier de page publiées par la maison officielle: Paizo) résumés dans un wikipédia entièrement dévoué à ce dernier et ou tout le livre des règles est accessible en dehors des séances à leur bon grès avec la restriction unique de ne pas trop se renseigner sur les lieux et évènement que leur personnage n'a aucune raison logique de connaître.

Ils ont le choix entre une petite 20 aine de classe de base et quelques races, des centaines d'objets magiques, des centaines de sorts, ils croisent plus de 250 monstres différents (dans le premier tome sur 5 que j'ai en ma possession). Lors des combats, j'ai une gamme de produit qui me permet de les représenter (figurines en cartons dessinées officielles inclues) par divers environnement (dongeon, forêt, ville, tavernes, rivières...). A ce moment là, je passe en mode Dungeon crawler car les environnement sont quadrillés et le système est prévu pour jouer avec (déplacement, zone de sort etc calculés en nombre de case).

Quant au succès (une vingtaine de séances de huit heures chacune ou la fatigue est l'élément qui fait cesser), il est basé sur quelques ingrédiants:

1. Une bande pote et leur bonne ambiance, ils se connaissait tous avant et s'appréciait déjà (essentiel et sine qua non)
2. La fréquence, trop souvent, tuerait l'envie.
3. La variété et les possibilités quasi infinies qui fait que la répétition et rare.
4. L'élément Rpg et level up des persos.
5. La tranche horaire du dimanche 11h-19h.
6. L'ambiance potache de pote, facon, sous les douches après l'entrainement de foot. Je suis assez cool avec la concentration parce qu'on est là pour rigoler et dans du médiéval fantastique, t'es pas obligé d'être trop focus sur l'histoire. Dans si on doit faire es blagues et causer, pas de souci mais pas trop longtemps, parce qu'on est quand même là pour jouer, mais sans forcer.

Nevromonle 30 octobre 2020 à 08:12   •  

C'est chouette, cette liberté-là !
Et c'est quel jeu, celui dont tu parles là?
Est-ce que tu as des problématiques et des buts à travers les événements de l'univers?
Comment prépares-tu les parties (si tu les prépares)?

Enfantducosmosle 31 octobre 2020 à 14:29   •  

Pathfinder pour le jeu. (d&d version 3.5 à la virgule près).

La problématique et le but est une sorte de cause lointaine pour ne pas les diriger trop dans une guerre ou un antagonisme enfermant. Ils ne le savent pas mais ce sont les petits protégés de la déesse de la chance dans l'univers de Golarion, ses avatars sont venus les aider ponctuellement mais ils ne se sont pas posé trop de questions sur le pourquoi du comment. Le plot général c'est une opposition entre les divers dieux qui avancent leur champions et dans les principes qu'ils incarnent sont antagonistes (mal-bien, liberté dictature, destruction préservation etc...). Mon groupe de joueur incarnant la providence bénéfique mais basée sur leur libre arbitre, la providence, aidés par leur déesse Desna.

La préparation est simple, j'essaye de palier à leur frustration de joueur en essayant de deviner les manques scénaristiques précédents. Je leur demande en fin de séance ce qu'il voudrait faire la prochaine séance et je conçois les lieux qu'ils décident de rejoindre... PAr exemple, la séance prochaine, ils vont arriver à la capitale du nirmathas pour traverser le lac encarthan pour aller à la fête de la bière (et oui!, malheureusement) qui à lieu dans le royaume de Druma. Ils ont choisis ce long périple, libre ment et ce sont débrouiller pour franchir les montagnes de l'esprit et s'acheter des chevaux pour aller plus vite dans le Nirmathas. Donc moi, j'ai une mini encyclopédie sur ces royaumes (2 à 3 pages chacun) et j'ai les grand axes du royaume: philosophie, mode de subsistances, structure de la société, personnage importants, histoires récentes et lointaines, géopolitique, mentalité, religion...). J'ai aussi un plan que j'ai trouvé sur le net, gratuitement mis à disposition par la maison d'édition. Ca c'est pour le cadre.

Ensuite, les événements qui les concernent mais intégrés dans la plausibilité de la région: ils ont connu des voyages, des intrigues dans pointesable, une mini enquête, puis la dernière séance: un gros donjon ou ça bafouille c-à-d ou la baffe précède la fouille. En discutant avec eux, ils avaient un peu envie e se poser dans cette capitale de royaume, du coup je prévois une enquête légère mais pleine d'action: un secte de LAmashtu déesse d'alignement mauvaise de la folie des monstres et des cauchemars se tapi à quelque part dans la capitale et le maire souhaite la démanteler sans mouiller les autochtones pour ne pas créer des tensions durables. Ils se verront prêter une maison en déserrance comme base et qui sera aussi leur récompense en cas de réussite. Comme ça ils auront la possibilité d'avoir un pied à terre dans une ville stratégiquement placée dans les échanges commerciaux a cause de la présence de ce gigantesque lac (~ Mer d'Aral). A partir de cette maison ils auront le choix de faire ce qu'ils veulent, lancer une guilde de mercenaire, s'établir comme ambassadeurs, faire de la piraterie, contacter la pathfinder society pour l'exploration, poursuivre des motifs personnels (famille, passé, rancunes, recherche...)

Nevromonle 31 octobre 2020 à 16:06   •  

Ça a l'air cool d'être sur ta table !
Par contre, Pathfinder, j'ai connu une campagne qui m'a pas mal échaudé : le meneur voulait coller très strictement aux règles. Lorsque j'ai voulu charger avec mon bouclier et une fois arrivé au contact, le lever pour cogner la tête de mon adversaire et le faire tomber par terre tête la première, on a passé véridiquement 1h30 en points de règles...tout ça pour que j'abandonne mon action, qui me tenait à coeur, car elle illustrait le style de combat de mon personnage, chevalier peu conventionnel et un peu bourrin sur les bords.
Est-ce que ça te frustre, si tes joueurs ne relient pas les points entre eux alors que tu leur fournis des indices de compréhension de l'univers du jeu? Parce que moi, si...mais je pense qu'il faudrait peut-être que je montre l'exemple via des pnj, et ménage aux joueurs des temps pour débattre et analyser les combats et situations délicates dont ils viennent d'échapper.

Enfantducosmosle 31 octobre 2020 à 19:03   •  

Pour ton exemple: c'est simplement un jet de BMO contre le DMD de L'adversaire avec bousculade.

Non, ca me frustre pas trop, tant qu'ils sont motivés, moi j'aime animer l'univers. Je suis juste un peu déçu qu'il n'est rien trouvé de mieux à faire de leur liberté que d'aller à la fête de la bière... Sinon, non c'est leur histoire, leurs choix mais c'est mon univers. Ils s'occupent de leur personnages et moi je m'occupe du reste. Je suis juste le chef machiniste de l'univers hors personnage avec droit de censure (assez cool) sur la plausibilité de leur choix (la paladine par exemple).

Nevromonle 31 octobre 2020 à 22:41   •  

Pif paf pouf, et voilà ! Est-ce que ça t'a pris moins d'1h30 pour cette réponse? 😄

Ok ! J'essaie de faire sentir à mes personnages joueurs (PJ, les personnages incarnés par des joueuses ou joueurs je l'écris si d'autres personnes nous lisent en sous-marin) que le monde fonctionne mais ne tourne pas autour d'eux. Je tente de les encourager à se créer ou faire une place dans l'ordre des choses plutôt que de leur en attribuer une d'emblée. 🤔
Tu veux dire que tu as interdit une paladine? Est-ce à cause des jeux de mots de table que ce nom peut occasionner?

Enfantducosmosle 01 novembre 2020 à 21:32   •  

Part de ce qu'ils sont. 😉

Non, la paladine doit avoir un code moral (loyal bon) proche de sa divinité pour avoir leurs pouvoirs de classe. Donc je suis obligé d'embêter plus.

https://www.pathfinder-fr.org/Wiki/Golarion.Nirmathas.ashx

Nevromonle 02 novembre 2020 à 08:17   •  

Oui, c'est ce que j'essaie de faire, mais ils n'expérimentent pas beaucoup. D'ailleurs, à ce sujet, comment encourages-tu l'inventivité et les combinaisons, en combat ou autres?

J'aurais jugé que les paladins peuvent l'être à partir du moment où ils sont loyaux tout court, tiens. 🤔
Mais est-ce que Loyal bon, cela veut dire que la personne fait le bien "objectivement", ou qu'elle fait ce qu'elle est persuadée d'être le bien?

(ce Wiki, je connaissais un peu mais ouah, on dirait un guide touristique et d'histoire, c'est super bien fait. Et tiens, j'ai joué un nain druide adepte de magie d'eau bourrelier en Varisie ! )

Laurent...le 02 novembre 2020 à 09:40   •  

"Sortez le périscope !"
Toujours un plaisir de lire des passionnés. A cette lecture me vient une question/proposition : est-il possible/réalisable d'organiser une partie via WhatsApp ou autre appli ? Pour nous faire découvrir cet univers fantastique
"Immersion"

Merlinle 02 novembre 2020 à 10:29   •  

Oui, c'est possible. Après avoir beaucoup joué à AD&D, j'ai pendant de nombreuses années pratiqué le roleplay "freeform" sur Second Life. Le principe est qu'il n'y a pas vraiment de maître de jeu (MJ) actif, seulement une personne (ou un groupe) qui crée l'environnement, le background, l'univers dans lequel les joueurs évoluent et les règles de base (ce que peuvent ou ne peuvent pas faire les personnages). C'est aussi le référent ultime en cas de super-conflit mais c'est rare. Dans le jeu, certains personnages atteignent des positions de responsabilité (maîtres de guildes, chefs de clan, etc..) mais le MJ désigne aussi une poignée de référents (qui sont aussi des joueurs) qui peuvent arbitrer les conflits entre joueurs (OOC, out of character). En général, ce sont les joueurs dont le personnage est en responsabilité qui ont ces rôles-clé OOC, mais pas obligatoirement.
Le MJ et ses aides lancent aussi périodiquement des "plots", des histoires dont les joueurs peuvent (ou pas) s'emparer avec aventures à la clé

Pour la manière de jouer, je compare ça à une improvisation théâtrale partagée. En respectant les règles et la vraisemblance dans le monde fréquenté, chacun est libre de construire l'histoire comme il le souhaite, avec les autres. Les référents (et en recours ultime le MJ) veillant à ce qu'il n'y ait pas de cas de grosbillisme (une affection courante chez les rôlistes, surtout débutants) et que tous les personnages et actions de jeu restent dans le cadre prédéfini de l'univers dans lequel ils évoluent.

Donc pas de dés, pas de rencontres aléatoires, juste un monde où chacun peut être qui il souhaite et interagir avec les autres joueurs. On s'éloigne bien sûr des RP classiques où les joueurs sont ensemble contre tous les monstres et PNJ (personnnages non joueurs) inventés par le MJ, mais avec une bonne base de joueurs (une cinquantaine en tout, mais au moins 4 ou 5 actifs en simultané parce que c'est du 24/7 avec des gens du monde entier), ça crée des clans, des cultures différentes (fées, nains, loup-garous...), et l'action n'a plus vraiment besoin de monstres aléatoires... et on se rend compte alors que la baston n'est qu'un comportement accessoire, que beaucoup de scènes sont non violentes et parfois même... très paisibles. Par exemple, mon personnage de magicien (étonnant, non?) était aussi tenancier de taverne et une partie de mon RP consistait à faire saliver les autres joueurs en leur décrivant la cuisson des plats virtuels que leurs personnages pouvaient consommer sur place... Ou à débarquer subrepticement dans un petit rassemblement autour d'un feu de camp et commencer à raconter des histoires en les illustrant avec des "tours de magie" avec les flammes et la fumée.

Enfantducosmosle 03 novembre 2020 à 11:06   •  

Pendant la première phase du confinement, j'avais fait quelques parties avec ce groupe via Roll20 qui est une appli faite pour le jeu de rôle (visuelle, feuille de persos, plan de donjon, jet de dès lié à la feuille etc...) et sonore via discord.

Loyal bon consiste à suivre loyalement les préceptes "dans le fond" bon de sa divinité, loyalement et strictement pour la paladine, ce qui peut manquer de nuance et de résultats bénéfique parfois.

Merlinle 03 novembre 2020 à 11:25   •  

Concernant les alignements (loyal-->chaotique et bon-->mauvais), c'est parfois difficile à apprécier du fait des variations culturelles possibles. Par exemple, une culture peut considérer qu'il est "bon" (du côté du bien) de massacrer toutes les sorcières parce qu'elles sont une incarnation du mal selon la religion du lieu.
J'avais tenté de donner à ces alignements une base plus universelle en utilisant deux échelles.
Pour l'alignement social (loyal/chaotique), j'utilise plutôt un indicateur qui va de la liberté individuelle à l'ordre social. Plus une personne est individualiste, plus cela correspondrait au "chaotique", et plus elle serait partisane de l'ordre et de la sécurité et plus cela serait "loyal".
Pour l'alignement éthique (bon/mauvais) j'avais pris un rapport allant de l'égoïsme à la bienveillance, ce qui donne une indication du caractère de la personne.

Just my 2 copper pieces ;)

Maele 03 novembre 2020 à 11:34   •  

Ouaip c'est ce manque de nuance qui me chiffonne parfois quand le MJ te dit "Tu peux pas faire ça t'es chaotique" 😒 😒 on peut sauver une petite fille en danger parcequ'on a un intérêt pas très net à le faire ( gagner de l'argent en récompense, draguer sa mère) 😄 😄

Enfantducosmosle 03 novembre 2020 à 15:40   •  

Titre perso c'est la motivation et pas l'acte. Le Mj qui te dit ça, il est un peu psycho fermé.

Est bonne tout personne qui est motivée par de bon principes quelques soient. les conséquences ou les autres éclairages. Parce que lui pense faire le bien pour de bonne raisons.

Merlinle 03 novembre 2020 à 15:46   •  

@Mae de toutes manières, un bon MJ ne devrait jamais dire ça. Quand un joueur fait prendre à son personnage des comportements qui sont contraires à son alignement déclaré, il suffit d'avertir le joueur que s'il poursuit dans cette voie, cela risque de modifier l'alignement de son personnage (après tout, un personnage aussi peut évoluer au cours de sa vie) :)

Nevromonle 03 novembre 2020 à 17:54   •  

Donc selon vous, un personnage peut faire quelque chose de "cruel" tout en étant d'alignement Loyal bon. C'est super intéressant ! Alors les grands "méchants" des campagnes peuvent être Loyaux bons !
Ça me rappelle une phrase, entendue, je crois, dans Breaking bad, qui évoquait l'idée que personne ne pense être le "méchant", voire que c'est l'inverse.
Oooouh, les considérations éthiques et les possibilités !

On peut dire que HITLER ÉTAIT LOYAL BON ALORS §§ 😂

Merlinle 03 novembre 2020 à 18:15   •  

@Nevromon je crois qu'il faut qu'il y ait une logique dans le comportement du personnage. Si les événements in game le justifient, il peut changer son comportement tout comme un humain le ferait dans des circonstances analogues.

Et oui, je crois aussi que la "bonté" telle qu'elle est généralement définie (lutte bien-mal) ne définit pas une éthique comportementale mais correspond à des choix dictés par l'environnement social, culturel, spirituel, de la personne. Les inquisiteurs étaient pour la plupart, j'en suis persuadé, convaincus d'agir pour le "bien". De même que les prêtres mésoaméricains qui arrachaient des coeurs pour s'assurer que le soleil se lèverait le lendemain.

C'est d'ailleurs pour ça que je préfère utiliser une échelle éthique allant de l'égoïsme à la bienveillance, au moins on s'y retrouve :)

(Et non, je ne tomberai pas dans le piège du point Godwin :P)

Nevromonle 04 novembre 2020 à 00:12   •  

Je vois !
Cela dit, je n'utilise jamais de système d'alignement, je trouve cela un peu trop restrictif et enfermant. Par exemple : l'une de "mes" joueuses incarnait un gamin tout joyeux, assez positif, mais également pragmatique et ayant grandi à la campagne (avec un côté solide et décidé, là). Ils ont aidé une oursonne à accoucher, utilisant ses dernières forces. Le petit, ils l'ont embarqué pour le protéger, malgré la galère qui s'annonçait (c'est nu, aveugle et sans dents, à la naissance, ai-je appris en préparant la partie). Ils étaient en plein combat et en ont rééchappé difficilement, notamment à cause du handicap engendré par le fait de protéger l'ourson, tenu par un personnage qui incante sa magie en faisant des katas (donc là, il galérait). Ils ont un moment de répit, le combat se termine. On demande au gamin de s'occuper de l'ourson, alors que les deux autres personnages, adultes, discutaient de la situation.
Eh ben vous savez quoi? Se disant que l'ourson allait les gêner pour apporter leur missive, et les mettre en danger, le gamin s'en est occupé, oui...en allant le noyer.

Laurent...le 04 novembre 2020 à 14:16   •  

C'est complètement fou ce monde des "rôliste"... j'adore, continuez à nous le faire découvrir. Merci

Enfantducosmosle 08 novembre 2020 à 23:26   •  

Ils sont arrivés aujourd'hui à Tamran. Ils ont discuté avec les sages qui y représentent l'authorité de manière libre, à la facon des nirmathiens, non coercitive. Ils leur ont confié la mission contre remunération (la maison d'un des deux qui sont morts de facon suspecte). Ils ont soupé dans la grande taverne proche des docks et qui accueille la plupart des gens de passage dans la capitale, y ont pris un bain et se sont couchés. Le lendemain, ils doivent retourner auprès de ces sages, dans un grand bâtiment qui sert de landgemeinde à la facon suisse et où les gens sont amenés à s'exprimer librement sur des affaires cruciales du pays. Ils seront alors renseigné plus en détail sur ces deux cas qui semblent cacher quelque chose de non trivial (les deux se sont suicidés après avoir été extrêmement troublés par des cauchemards perturbants, envoyés par un prêtre de Lamashtu (déesse des horreurs, des cauchemards et des naissances monstrueuses) qui se terre dans la capital et qui est lui même un enfant bâtard et difforme dont le ressentîment a poussé dans les bras de cette mauvaise déesse).

Nevromonle 25 novembre 2020 à 10:29   •  

Et ça n'a pas posé problème, moralement, ou nerveusement, aux personnages, d'emménager dans la maison d'une personne décédée dans de pareilles circonstances?
Encore Lamashtu !

Enfantducosmosle 25 novembre 2020 à 14:23   •  

J'avoue pas avoir penser à ça, mais connaîssant le "pragmatisme" de certains de mes joueurs, je me suis dit que... Et puis c'est bon monde méd fan, donc la mort les suicides, la douleur, c'est monnaie courante pour des aventuriers...

Nevromonle 25 novembre 2020 à 19:45   •  

D'accord !
Niveau suicide, dans mon jdr med-fan actuel, il y en a qu'ils n'ont pas vu venir. Je recherche beaucoup le "réalisme". Ainsi, un PNJ (personnage non-joueur) avait un frère dont il était très proche. Ce frère est tombé malade, justement d'une maladie que dans leur famille, on haïssait. La famille ayant un statut de notables (agriculteurs au niveau de vie correct et brasseurs), le premier personnage s'est retrouvé tiraillé entre le fait de sauver les apparences, et continuer à aimer et osutenir son frère, mais désormais en secret. Lorsque les PJ (personnages joueurs) sont venus lui raconter la mort de son frère malade, mort arrivée dans d'horribles circonstances, j'ai décrit ceci dans ses états émotionnels et réactions successifs : 1) Il était choqué. 2) Hors de lui. 3) Abattu. 4) Perdu. 6) Silencieux. 7) Étrangement calme, presque apaisé.
Que s'est-il passé quand ils ont quitté sa chaumière, d'après-vous?

Enfantducosmosle 26 novembre 2020 à 22:24   •  

Il s'est pendu.


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?