La communauté • Témoignages

"ooops" en société
"Ooops" en société
Abderianle 25 janvier 2019 à 17:23

Vu qu'on est souvent maladroit et pas toujours sincèrement à l'aise en compagnie de nos "semblables", qu'est-ce qui vous cause le plus grand embarras social ? Qu'est-ce qui vous gêne le plus en société, ou en présence de gens ? Un truc que vous n'arrivez toujours pas à faire naturellement, ou "instinctivement"... bref, un truc de neurotypique qui serait franchement en-dehors de vos compétences ou de votre "nature" (rrrhhha !).

Kalimaliciale 25 janvier 2019 à 17:53

Je n'arrive pas à soutenir le regard de quelqu'un de manière générale lorsque je parle, due au manque de confiance en moi. Je n'aime pas me sentir envahie dans mon espace par des inconnus, de ce fait je suis en mode : sourire poli, observation intensive du comportement, dévisager les traits de l'individu, évaluer le caractère et j'attends l'ouverture avant de tâter le terrain comme on dit.
Si l'eau n'est pas trop froide alors je rentre directe dans le tas, sinon je reste en retrait et je rumine, tout étant cinglante à voix basse quand je suis entourée de cons.
Le plus grand embarras social pour moi c'est de me retrouver avec des "petits jeunes" dirons-nous, c'est par exemple quand je prends le bus et qu'il y a une concentration de collégiens et de lycéens qui braillent, qui se la pètent et qu'à coté de ça, du haut de mes trente ans je me sens aussi imbécile qu'eux parce que j'ai une tronche de jeunette aussi et en même temps j'ai ma maturité "d'adulte" qui fait que je ne comprends pas leur façon d'être. Du coup je sais pas où me foutre. J'arrive pas à m'y faire, j'ai envie partir en courant à chaque fois, même si au fond, il n'y a pas de raisons.

patrickle 25 janvier 2019 à 18:13

je suis toujours ma à l'aise quand les gens me regardent bizarrement quand je fais l'hélicobite sur la grand place de Bruxelles.

Plus sérieusement. ca ne pose pas de problème d'être avec des gens. je sais qu'il y aura immanquablement de grands silences quand je parle avec des gens ou des moments où je me retrouverai seule avec personne avec qui parler. il y a bien un petit peu de gêne mais en réalité ca ne me dérange pas du tout et c'est très vite oublié. quand c'est une soirée un peu débridée, j'aime bien faire le con tout seul. (à l'unif, dans les soirée étudiante on pogotait à 4 ou 5 sur Britney Spears mais on prenait toute la piste de dance). comme je l'ai déjà dit, j'aime bien faire les marchés. j'aime bien aller sur une terrasse de café ou d'un restau et regarder les gens passer. j'aime autant aller dans des cafés de 'prolo' que des lieux un peu plus chic.
le regard des gens, en réalité je m'en fous un petit peu.
par contre, je n'aime pas être 'coincé' par une foule comme dans une public compact à un concert. ne pas savoir se dégager, co(en plus que je suis un peu plus que la moyenne, je vois pas grand chose.
pour les jeunes, je suis de la philosophie 'il faut que la jeunesse se passe'. ils sont chiant et font des conneries, c'est pas très grave. Après tout, j'ai été con avant eux.

Pacaloule 25 janvier 2019 à 18:33

Ben, la question est intéressante. Si on reste juste au niveau des conventions sociales, grosso modo je surfe sur la vague sans problème mais faut pas que ça dure longtemps. Ensuite, ca devient difficile pour moi lorsqu'il faut que je me force mais il y a des circonstances de la vie sociale où c'est nécessaire. C'est comme ça. Alors j'ai appris à "lâcher un peu de vapeur" pour ne pas garder la pression. Là où ça devient très compliqué pour moi, c'est si je me trouve dans une situation à fort enjeu émotionnel où précisément je ne peux pas le faire...

myselfle 25 janvier 2019 à 20:12

... Bonjour, coucou ou salut... Dans le cas de personne on va dire que tu connais mais pas tellement ou d'une différence d'âge ou de où tu connais, déjà je sais pas lequel choisir donc c'est pas naturel et on a même pas commencé à parler. Après quand je sais, ça va, le médecin j'y dis bonjour, mes amis ma famille ce que je veux.... Mais le reste...

Le bonne année... Pas toujours facile quand il est vraiment que par convention sociale.

La femme enceinte... Félicitations... Euh c'était pas la partie la plus compliquée...

J'ai vite fait de ne pas regarder l'autre aussi en parlant si le sujet est lourd. En plus, ça fait mal aux yeux... Et puis alors selon j'ai l'impression de voir tous les mouvements et puis je peux prendre des décharges de l'émotion de l'autre d'un coup... Je sais pas comment décrire.

Je peux ne pas savoir quoi dire. Et donc je dis rien. Donc au mieux j'ai l'air réservée... Mais je me suis déjà demandé si on me trouvait pas hautaine ou fière.

Et tous ces trucs là ne sont évidemment pas des atouts pour un entretien d'embauche.

Oups sinon quand il n'y a que toi qui te retient de rire parce que tu vois un comique de situation... Et selon je pense que ça peut passer pour foutage de gueule alors que c'est juste la coïncidence de 2 choses... Enfin ya pas de méchanceté derrière..
Voilà voilà

Mapy84le 25 janvier 2019 à 20:56

bonsoir les jeunes,

bon promis, je ne copie personne hein qu'on soit d'accord
En société, il m'est hyper difficile de me sentir comme un poisson dans l'eau.
Pas simple non plus de regarder mes interlocuteurs dans les yeux......... d'Olivier.
Et avoir un échange avec les autres, alors là je rame rame rame. Je me dis dans ma tête, "allez cherche un truc à dire, tu n'es pas plus bête qu'un autres, c'est pourtant pas compliqué tout de même" ............ bah si c'est hyper compliqué je trouve
Du coup, tenter une conversation basique ET regarder mon interlocuteur en même temps, bah ce n'est pas tous les jours que cela arrive.

Même parmi mes collègues de travail que je connais pourtant depuis forrrrrrrrrrrrrrrrt longtemps, je ne trouve pas ma place. Les sujets qui les intéressent me laissent de marbre.

Peur de déranger ou d'arriver comme un cheveu sur la soupe

Et même ici, là, maintenant, je m'imagine que vous me lisez et que vous pensez que mes lignes sont du grand n'importe quoi.


🙁

Abderianle 25 janvier 2019 à 21:08

Pas du tout, même chose ici. Et c'est un plaisir aussi d'avoir Kalimalicia, elle poste 90% de ce que j'aurais pu écrire, mais de façon compréhensible (même pour moi).
Tiens la pire c'est à la cantine. Trouver un truc à dire, gérer la gestuelle de la sustentation, éviter d'en mettre partout, limiter le bruit de la mastication, comprendre quand quelqu'un dénigre, et arriver à savoir qui je dois écouter quand deux personnes se lancent à pérorer en même temps...
Si la société était un terrain de rugby, je resterais volontiers accroché au poteau.

@myself : et t'as oublié les gens qui sont (gravement) malades. Jamais jamais su quoi dire. Ou quand ils ont des petits bobos ou qu'ils te racontent leur dernier achat. Ou quand un groupe de filles parle de trucs de filles (là tu te dis qu'un bon bouquin sur la question te permettrait au moins d'avoir le vocabulaire technique...)
(je demanderai la prochaine fois à patrick, il a l'air de s'y connaître)

@Pacalou : As-tu une situation récente ou récurrente dans laquelle tu es submergé par un fort enjeu émotionnel ?

@patrick : "ptdr" par ta pratique publique fièrement revendiquée ! T'es sûr que tu sors pas d'un Institut ? 😉
Sinon, contrairement à toi, je déteste aller dans un café, surtout si je suis le premier. L'interaction avec le "garçon de café" me met toujours dans des états impossibles, ou même le choix de la table. Bah oui, forcément, Sartre a mis le doigt dessus (doigt de suie ?) mais tous ces gens qui n'ont pas dépassé cette réification... ah, ma détresse est infinie !

Kalimaliciale 25 janvier 2019 à 22:36

Et je suis bien contente qu'on me comprenne, t'imagines pas xD
Soit dit en passant je suis aussi très mauvaise pour consoler les gens, quand il s'agit de devoir consoler je n'arrive pas à faire sortir d'empathie, j'ai plutôt tendance à me mettre en retrait, à être crispée et mal à l'aise parce que je ne sais pas comment faire et c'est limite si je me sens gênée en fait. Pourtant à contrario je suis une très bonne oreille, un bon soutien aussi, je suis même la première à vouloir aider.
Je ne suis pas encore parvenue à comprendre pas ce mécanisme que j'ai donc ceux qui sont dans le même cas (même plus ou moins) je veux bien vos points de vue sur le sujet.

@Mapy84, en même temps c'est compliqué aussi de se sentir en phase avec les sujets de convesations dit "habituels" ou "normaux" (je met les guillemets parce que j'ai pas trouvé le terme juste mais je voulais faire passe l'ordre d'idée) XD

Aluminele 25 janvier 2019 à 22:57

@Abderian je suis comme toi, la réification me crispe... Quand je croise le regard d'un "technicien de surface", d'un agent d'accueil, secrétaire téléphonique, serveur... Est-ce un humain ? Comment s'attend il à me voir me comporter ?
Généralement je m'embrouille dans mes phrases, je ne les finis pas et la communication échoue, ce qui me laisse souvent avec un non-choix dans le résultat de l'échange.
Sinon il paraît que j'ai l'air hyper hautaine dans la vie alors qu'en vrai j'admire la plupart des gens que je rencontre... Ça ne facilite pas le contact (: d'un côté je suis intimidée, de l'autre la personne est en mode défensif ou agressif... Ça tourne court la plupart du temps !

Fanny-146le 25 janvier 2019 à 23:18

Je vous rejoins sur un certain nombre de points. Y a même une situation à moitié sociale qui m'a longtemps totalement paralysée, mais vivant à nouveau seule, je suis bien obligée d'y sacrifier : les coups de fil à passer. Déjà que je pige pas tout des mots des autres (ils emploient n'importe quel synonyme et n'importe quelle tournure de phrase comme si c'était vraiment équivalent), que je pige qu'à moitié le langage non-verbal, alors quand on m'enlève la moitié à laquelle j'ai accès... c'est presque plus de la communication. Même le côté juste utilitaire de prendre un rendez-vous devient à peine réalisable.

Consoler, effectivement, c'est très difficile. Je suis incapable de présenter des condoléances, aussi. Sans doute parce que je ne crois ni aux mots de consolation, ni aux mots de condoléances. "T'inquiète pas, ça va aller mieux." La phrase bateau qui m'agace au plus haut point, j'ai juste envie de répondre : "t'es devin ?" Alors comme ça me console pas, je peux pas la dire à quelqu'un en me disant que ça va consoler l'autre en face (même si ça marche peut-être sur les normo-pensants, je sais pas...)

Abderianle 25 janvier 2019 à 23:34

Ah c'est fou comme je découvre qu'il y a de nombreux handicapés dans le monde et que l'on pourrait de concert revendiquer des droits élargis.

Paradoxalement, je vote @Kalimalicia aussi pour ses difficultés à être empathique et pour ses élans sincères à écouter battre le coeur d'une mécanique étrangère.
Idem pour @Alumine, j'ai été pendant... pfff, toute ma vie en fait un être qui est passé pour supérieur, méprisant, hautain, et, pendant longtemps, j'ai aussi admiré les autres. Maintenant que, mh, j'ai peut-être un peu plus confiance, ou que je suis trop vieux pour franchement me coltiner encore des questions sur l'autre-qui-me-zyeute, je n'admire plus personne et... je dois toujours passer pour plastronneur. 😄
Et @Fanny-146, c'est vrai, j'avais totalement oublié ça, mais combien d'heures j'ai passé à me torturer et à procrastiner la question du téléphone ! Les entretiens téléphoniques par exemple, j'abhorre ce truc au plus au point. Le grand problème ? Savoir quand parler. En général, j'arrive à savoir quand je lasse quelqu'un (en général je compte trois ou quatre secondes (du coup j'parle vite ^^)), mais au téléphone, le silence de l'autre est très difficile à analyser, et dire "heu vous êtes toujours là ?" ou "dites-moi si vous n'avez pas compris quelque chose, hein..." (avec un air qui essaie d'être gentil mais qui ne se voit pas), c'est rompre beaucoup de codes en matière de tolérance dialogique. Mais bon, même le répondeur me trouble... :roll:
Ado, j'angoissais même d'aller acheter du pain à la boulangerie, faute de savoir exactement quelle question poser, et comment obtenir une baguette pas trop cuite, et toutes les actions afférentes. Et comme je n'y connais rien, jamais mis les pieds dans une boucherie. ^^
(J'aurais été bien à Muddleland peut-être, comme chez Adam Hargreaves 🙂)

myselfle 26 janvier 2019 à 08:43

La boulangerie gamine +1. Je n'ai jamais été dans une boucherie non plus... Ni au rayon découpe des supermarchés ni en France ni encore moins en Allemagne quand j'y ai vécu. Demander un truc à un serveur, à une vendeuse... J'ai remarqué quand même que c'est facile les jours où je me sens bien, facile de passer outre tous les questionnements, très difficile dans le cas contraire et quand je suis fatiguée.
Tout pareil pour le téléphone... Je crois que de ne pas avoir le repère des réactions de la personne, de ne pas pouvoir voir, ça me complique la vie... Soit pour savoir si ça coince, si je l'emm*rde, si c'est autre choses, les mimiques du visages. Le son ne dit pas tout. Il dit d'ailleurs sûrement pas à l'autre que je suis en train de bugger... Je repousse les appels hors amis et famille,... Parfois quand il sonne je peux me sentir un poil agressé d'ailleurs...

Pixle 26 janvier 2019 à 09:38

Ben pareil le bouton "citer" serait top..

Gène massive quand je dois râler ou dire que quelque chose ne va pas, ou revenir car un produit est périmé.. me plaindre.
Puis rentrer dans les boutiques (je me soigne) mais si y'a personne.. ça me mets mal à l'aise, si y'a trop de monde c'est encore pire.. merci le commerce en ligne^^

Quand on me regarde méchamment.. ou avec mépris, je boue à l'intérieur mais dehors je suis juste hyper mal, et le pire c'est que je sais ce que je devrais dire, mais j'ai peur que ça dégénère, de tomber sur des violents, bref.. en général.. je garde tout ça, et l'abcès fini par percer tout seul.

La rue me faisait très peur, mais je me soigne aussi, et ça va mieux. Ce sentiment d'insécurité. De jugement. Je voulais être invisible, et en fait je le suis la plupart du temps! :) Un peu d'agora n'a jamais tué personne !

Pixle 26 janvier 2019 à 09:38

Ben pareil le bouton "citer" serait top..

Gène massive quand je dois râler ou dire que quelque chose ne va pas, ou revenir car un produit est périmé.. me plaindre.
Puis rentrer dans les boutiques (je me soigne) mais si y'a personne.. ça me mets mal à l'aise, si y'a trop de monde c'est encore pire.. merci le commerce en ligne^^

Quand on me regarde méchamment.. ou avec mépris, je boue à l'intérieur mais dehors je suis juste hyper mal, et le pire c'est que je sais ce que je devrais dire, mais j'ai peur que ça dégénère, de tomber sur des violents, bref.. en général.. je garde tout ça, et l'abcès fini par percer tout seul.

La rue me faisait très peur, mais je me soigne aussi, et ça va mieux. Ce sentiment d'insécurité. De jugement. Je voulais être invisible, et en fait je le suis la plupart du temps! :) Un peu d'agora n'a jamais tué personne !

Pixle 26 janvier 2019 à 09:40

le téléphone !!! Baahhh ! et les répondeurs, mais je crois qu'il y a pas mal de gens qui n'aiment pas ça.
Bizarrement quand je dois téléphoner pour le boulot, ou pour aider quelqu'un d'autre ça va mieux.. mais quand même j'ai toujours une petite bouffée de chaleur (pas agréable j'entends) quand je compose le numéro..

Justine18le 26 janvier 2019 à 10:05

Vos réponses à tous mes parlent beaucoup! Mon problème majeur, c'est que je ne reconnais pas les gens...dans une même soirée, je peux retourner vers la même personne et me présenter à nouveau, et il suffit que ce que nous avons échangé ne m'ait absolument pas intéressée, et là...je n'arrive même pas à la replacer!
Par contre, je n'ai jamais eu peur des autres, ni dans la rue, ni en petit comité.
Ah et le téléphone Pix, c'est vraiment l'enfer ce truc :)

Kalimaliciale 26 janvier 2019 à 12:21

Le téléphone... C'est quand même drôle ce machin parce que les smartphones c'est génial, d'ailleurs le concept même d'une connexion est géniale je trouve , les derniers téléphones de Red à capacité holographique c'est super, mais appeller quelqu'un c'est la croix et la bannière.
Pour quelle raison faisons nous tous(tes) une fixation là dessus? Bonne question. Mais je vous rejoins, téléphoner m'angoisse et décrocher mon téléphone me fait chier, je me sens comme agressée dans ma bulle de confort. XD

myselfle 26 janvier 2019 à 13:10

est-ce le moment d'ouvrir un sujet "c'est quoi le souci avec le téléphone?" ?" 😉 😄

Mapy84le 26 janvier 2019 à 13:36

@Kalimalicia
"en même temps c'est compliqué aussi de se sentir en phase avec les sujets de convesations dit "habituels" ou "normaux" (je met les guillemets parce que j'ai pas trouvé le terme juste mais je voulais faire passe l'ordre d'idée) XD"
les sujets de conversation dit "habituels" peuvent s'apparenter à de la petite conversation banale, parler en fait pour ne rien dire. Quel intérêt finalement ? je n'en vois aucun. Même pas celui de "briser la glace"
+ 1 aussi pour ce qui est du téléphone, je suis hyper mal à l'aise même avec des personnes que je connais et lorsqu'il s'agit de prendre ne serait ce qu'un simple rendez-vous chez le coiffeur, il m'en faut du temps et du temps pour me mettre en "condition" et décrocher ce satané bigophone.
Concentration max pour tenter d'être le plus naturelle possible ........... heu je doute que cela fonctionne

Au travail, idem que @Pix, je suis moins dans la réflexion lorsque je réponds au téléphone. Un peu comme si ce n'était pas moi qui faisais l'action.

@myself : je repousse également les appels à ma famille, aux amies............ me suis souvent demandée pourquoi cette attitude.
Je ressens de la peur lorsque le téléphone sonne, un certain malaise

@Fanny-146 ; je te rejoins vis à vis des personnes qui viennent de subir un deuil. A tel point que pour moi, cette petite phrase "Comment ca va ?" est juste pas possible. C'est un non sens en fait, comment peut on penser qu'une personne qui traverse un deuil puisse aller bien ?
A tel point qu'un jour, alors qu'une amie venait de perdre son mari dans un accident ........... je la croise et lui dit "Je te demande pas comment tu vas, tout simplement parce que je connais la réponse" ............ elle m'a regardée et m'a dit "ah ben au moins, enfin quelqu'un qui me comprend et qui m'épargne ce genre de questions auxquelles je n'aime pas répondre"

La rue, oui aussi, me fait peur. Impression d'être une intrus, même le fait de me déplacer est limite "gauche"
Sortir de sa bulle n'est pas simple.

patrickle 26 janvier 2019 à 17:24

oh là, vous pourriez arrêter d'écrire pendant que je dors, que je regarde la télé ou que je vais manger un bout dehors siouplait.

donc :

- consoler les gens, ben oui avec des grands blanc, ca le fait pas (le grand blanc, la conversation pas la personne qui est triste). c'est dommage pour la personne qui est triste. (mais bon, je se sais que c'est pas mon fort)

- le téléphone : autant au boulot, je l'emploie beaucoup, ca permet de résoudre les problèmes rapidement (parce que l'email, je considère que c'est une plaie). mais dans la vie privée, très peu et très court et j'ai parfois (souvent) du mal à l'employer, surtout quand c'est pour du sérieux (un coup de fil entre ma femme et sa mère pour arranger le reprise des gamins c'est environ 45 minutes, le même entre moi et mon père c'es plutôt 45 secondes)

- les contacts au boulot : au début, j'étais aussi très froid, très peu sur et assez trouillard de le faire. Suite à une formation il y a une dizaine d'année, je me suis rendu que c'était une compétence que je devais développer. et donc je me suis mis (le bonjour, la question sur le week-end, la petite blague social (le ca va comme un lundi), le sourire,...) bon c'était artificiel au début mais maintenant, je suis vu comme quelqu'un d'assez social, j'y prend d'ailleurs plaisir. bon je suis parfois à côté de la plaque mais c'est pas grave parce que dans l'ensemble ca passe. par contre, je reste totalement étanche aux rumeurs et ragots, alors que c'est intéressant (pour le boulot, en réalité je m'en fous) mais j'y travaille.

les cafés, les restos, les magasins oui au départ je me suis forcé aussi au début à ces contact mais comme cela fait partie d'un plaisir plus global, ca passe crème. (par contre, je suis beaucoup plus froid dans une grand surface).

allez pas croire que je suis parfait (moi je le sais et ca me suffit :) ) : j'ai compris il y a peu que si je bloquais systématiquement tous les voyages à l'étranger (hors France et hors Pays-Bas), c'est parce que j'ai une peur bleue de me retrouver dans un pays où je ne connais pas le système et pas la langue

Sanjurole 26 janvier 2019 à 18:58

Pas grand chose.. Le téléphone ouais ça me gave mais c'est physique ça me chauffe l'oreille..
Sinon ben je sais pas mais bien souvent les gens ont un problème avec eux-mêmes et pas avec nous donc bon, si je peux aider j'aide sinon tant pis.
Beaucoup de chose chez eux me dérange mais moi je ne ressens pas de situation où je me sens mal à l'aise..
Je cherche je cherche...
Non.. toujours rien à cirer de savoir si je gène quelqu'un ou si ce que je fais est bien ou pas, je le fais parce que je dois le faire et si je le fais pas c'est que je ne devais pas le faire point barre.

Belialle 26 janvier 2019 à 20:55

J'ai l'impression d'être passé par la plupart des situations que je lis ici, puis j'ai eu une période super ostentatoire ou je me montrais délibérément extraverti, bruyant et caractériel, pour casser brutalement ce côté gêné/renfermé, et même si c'était toujours pas super au fond (mais ça il n'y que moi qui pouvait le savoir) ça a tout de même finit par m'apprendre à m'assumer de manière naturelle. Aujourd'hui je rejoins Sanjuro dans ce que j'appelle le baléco**llisme. Après la plupart des gens sont chiants et inintéressants à fréquenter mais ça on ne peut rien y faire.

Abderianle 26 janvier 2019 à 21:06

Très honnêtement, je ne suis pas persuadé qu'une partie des problèmes évoqués soient liés à une crainte de mal faire ou d'être jugé. Je crois qu'il faudrait plutôt le voir comme... une inadaptation structurelle qui fait que l'on est forcément mal à l'aise dans l'enchaînement des procédures, et la nécessité, pour simplement supporter l'expérience, de se conformer aux protocoles. Je ne tiens pas, à titre personnel, certains de mes handicaps passés pour des névroses, mais pour une conscience aiguë d'une intellectualisation de tâches qui devraient être spontanées. Alors avec les humiliations et l'amour-propre vexé, on finit bien sûr soit par s'éloigner de la société soit par se préoccuper vraiment des attentes, mais j'imagine que ce n'est que le bourgeonnement d'un état infantile qui note déjà précocément que certaines procédures doivent être menées selon des codes qui ne sont pas évidents, et qui malgré nos efforts, ne sont pas forcément assimilables. D'où une attention constante, mais plus à l'endroit de la situation que des gens eux-mêmes, peut-être.
Qu'en pensez-vous ?
Pour le dire simplement, je suis obligé de prêter attention aux circonstances sociales comme on apprend à faire ses lacets. Ce n'est pas tellement parce que je me soucie de ce que mes lacets vont penser de moi que pour avoir la quiétude de marcher en paix. C'est donc peut-être bien moins de l'altruisme qu'un égoïsme patent (associé à un dysfonctionnement conscient, donc).

Belialle 27 janvier 2019 à 00:25

Bon je comprend mieux. Alors je peux donner un exemple, c'est quand je parle avec des gens et qu'avant qu'ils aient fini de parler je vois déjà ou ils veulent en venir, ici ça me parait pas du tout naturel voire frustrant de le laisser finir. Et quand je gaffe et que je l'interrompt du coup je passe pour un prétentieux.

patrickle 27 janvier 2019 à 19:30

Bélial : c'est terrible ce que tu décris et c'est effectivement très mal vu. je me concentre pour pas le faire mais de temps en temps, j'y arrive pas, alros j'essaye de relancer la personne, en sachant déjà ce qu'elle va dire

LibertEchEriele 27 janvier 2019 à 21:27

Ouais, et pi quand on est pressé, un peu énervé, c'est encore plus terrible. Moi j'ai l'impression de me voir trépigner comme une gamine qui a pas ce qu'elle veut. Euh, j'espère qu'en réalité je trépigne pas

patrickle 27 janvier 2019 à 21:39

je pense aussi qui faut pas trop se tracasser du regard des autres, la plupart s'en foutent, ou comprenne qu'on est un peu différent mais cela les tracasse pas plus que ca. et puis, si on fait un truc ou une remarque un peu décalé, ils ne réfléchissent pas des heures dessus comme on peut parfois le faire.

LibertEchEriele 27 janvier 2019 à 21:51

Oui, globalement je le pense aussi. Mais y'a quand-même des grands moments de solitude ou de réflexion intense pour savoir comment faire passer au mieux ce qu'on a envie de dire, sans fâcher, sans brusquer

Sanjurole 27 janvier 2019 à 22:27

Très juste @patrick

Stickle 16 mars 2019 à 09:32

Je me mets toujours en retrait, attendant un sujet qui m'intéresse.
J'observe le comportement des gens.
J'arrive assez bien à cibler les personnes intéressantes du point de vue des échanges.
Comme dit précédemment, me retrouver dans les transports en commun est tout simplement invivable.
Donc je préfère me taper des kilomètres à pied.
Le manque de confiance en soi fait que je ne lance pas trop de conversation, sauf si je sens bien les personnes, peur du jugement.
J'essaie souvent l'humour pour me faire accepter mais ce n'est pas forcément la meilleure chose car la plupart de comprennent pas mes jeux de mots.
C'est marrant, mais je viens de lire ce fil et pas plus tard qu'hier mon fils est rentré de Panam, nous sommes allé boire un verre dans un pub, et là grosse discussion sur la physique moléculaire jusqu'à 1h 30 du mat, les gens nous regardaient comme des extraterrestres.
Plus tôt dans l'après midi après le taf, j'aime bien aller prendre un café et là aussi je tombe sur un monsieur de 73 ans formidable encore 1h30 de discussion, une personne très sympathique et très intéressante, on a abordé des sujets formidables, idem le regard des autres très incommodants.

Etoilele 16 mars 2019 à 11:20

Pour témoigner à mon tour (car j'ai l'impression d'avoir ma place ici mais ça ne m'empêche pas de vivre un vrai combat interieur avant de commenter), je dois dire que ça dépend de 2 choses, d'abord de ce je perçois de mon interlocuteur et/ou de mon état/forme émotionnel/physique. Je peux être super à l'aise comme je peux être totalement fermée.
J'ai peur de déranger, d'être de trop, qu'on m'accepte par convention mais qu'en réalité on préfèrerait me voir ailleurs.
Le pire c'est à l'écrit, les forums ou les textos/mails. Je préfère avoir les gens en face comme ça je sais à quoi m'en tenir (si ma présence est bienvenue ou non). Autant dire qu'avec vous je fais de gros efforts pour dépasser mes peurs.
Quoi qu'il en soit, de manière globale, je m'isole beaucoup car les relations avec les gens m'épuisent (pas forcément négativement), je perçois trop de choses chez les autres que j'aimerai de pas ressentir (ça les regarde eux après tout, pas moi).
Je m'imagine souvent vivre dans une grotte, dans les montagnes, sans voisin, autonome sur tous les plans pour ne pas avoir à demander quoi que ce soit à qui que ce soit.
Je le vis pas mal, je suis habituée, 42 ans que ça dure. Je le vis mieux que de devoir cotoyer des gens (à quelques rares exceptions près, j'imagine que ça doit être des zèbres).

Pixle 17 mars 2019 à 17:36

@Etoile ; Ta phrase "Pour témoigner à mon tour (car j'ai l'impression d'avoir ma place ici mais ça ne m'empêche pas de vivre un vrai combat interieur avant de commenter), je dois dire que ça dépend de 2 choses, d'abord de ce je perçois de mon interlocuteur et/ou de mon état/forme émotionnel/physique. Je peux être super à l'aise comme je peux être totalement fermée.
J'ai peur de déranger, d'être de trop, qu'on m'accepte par convention mais qu'en réalité on préfèrerait me voir ailleurs." Me parle à 10000%

Bon en plus on en a parlé des peurs, et elles s'affrontent. C'est vrai que c'est compliqué de ressentir tout, voire plus. Je crois notre cerveau maléable, et je travaille dur pour essayer sincèrement de me détendre du slibard avec le regard d'autrui, les peurs, et autres trucs qui me stressent à mort. Et ça commence à fonctionner.. donc happy happy. Mais encore beauuuucoup de travail pour les relations sociales !

Hier, enfin cette nuit, enfin ce matin (rentrée 5h du mat aïeuuu) super teuf pour l'anniversaire d'une amie, ça n'a pas loupé, sans le vouloir, j'ai scanné, senti, les invités. J'en connaissais pas mal, mais pas tous, et j'ai su, de suite que 2 nanas m'avaient prises en grippe dès le départ. Ce qui arrive souvent vu que je suis pas mal déjantée dès lors que je suis heureuse et entourée de gens que j'aime, donc pas de retenue, je suis moi même, mais les nouvelles (nouveaux) n'avaient jamais eu affaire au phénomène.. Et ça a été immédiatement, regards réprobateurs et j'entendais leurs pensées à la limite du crachat "elle fait vraiment son intéressante celle là, en plus elle est vulgaire, elle parle comme un camioneur.. " bref, et bien je ne leur ai pas parlé plus que le bonjour et aurevoir :) Done !

A une époque j'aurais voulu leur faire changer d'avis, leur prouver qu'elles avaient tords, ben naaaan c'est fini (comme Capri) elle louperont le show à chaque fois ^^ et comme je dirais très pertinamment à chaque fin de petites microvictoires pour moi.. à ses "dames" : Prout.

Etoilele 17 mars 2019 à 17:57

😂

patrickle 17 mars 2019 à 21:42

ah effectivement, choquer en soirée est un truc qui m'est arrivé de faire. autant si c'est une personne que j'aime bien je ferai attention, autant quand je ne la sens pas, je pourrai m'amuser à forcer le trait rien que pour l'emmerder (avec le temps, je le fais moins souvent).
par contre, il y a eu une certaine période où pour faire comme tout le monde, j'avais tendance à un peu critique ce genre de personne. maintenant, j'ai arrêté ce principe et c'est mieux : une personne différente, soit elle m'amuse sincèrement (parfois elle me passionne) ou au pire elle soit m'indiffère (mais sans aucune arrière pensée). les personnes qui comme ca parce qu'elle sont heureuse sont plutôt dans la première catégorie 🙂
pour les gens qui ne m'aiment pas ou n'aiment pas mon comportement, ben... il ne m'aiment pas, c'est pour eux que c'est dommage 😄

NabouNaboule 14 avril 2019 à 20:00

Comme beaucoup d'entre nous j'ai le regard fuyant lors d'une conversation au boulot parfois même avec mes proches , je suis obligé de faire semblant de surfer sur le net avec mon smartphone dans s'est métro ou de jouer a un jeux qui le fais chier pour éviter de croiser des regards, si j'ai le malheur d'avoir le nez qui coule bien sans mouchoir dans les transports la c'est le drame je reniffle discrètement mais ça suffit pas toujours alors j'attend loooonguement la prochaine station en angoissant la tête penchée en arrière faisant mine de regarder un truc vers le haut pour enfin sortir renifler un bon goût et chopper un autre wagon, les repas du midi sont pour moi hépiques..je les ai toujours fuits sauf en ce moment où j'essaye de m'integrer dans un nouveau taf et si a certains moments personne ne parle et que je sens des regards portés sur moi j'ai juste envie de me téléporter..ou alors je dis une grosse connerie qui marche une fois sur 2..dernièrement j'ai même sorti mon tél et joué ouvertement devant toute l' équipe avec les responsables a table pour me calmer sans même décrocher un mot comme un gamin.. mais personne ne m'en veux a parement vu que je sais parler et poser des questions et me rendre utile uniquement quand on parle boulot et j'oubliais si je me retrouve face a une fille qui me plaît au boulot là c'est le drame lol je me mette a boire plusieurs fois dans une tasse de café vide en pleine réunion et a me balancer sur ma chaise en évitant son regard . 😭

Pixle 16 avril 2019 à 15:17

Aaah la gène quand on sait qu'un truc sur nous va déconner, genre la morve au nez, ou la marque de transpi, la goutte de sueur (de stress) qui va couler sur le front ou la jupe qui remonte à cause de l'électricité statique. bref, on est trop mal.. on se dit "merde les gens vont me prendre pour une grado" etc..
Je l'ai vécu plusieurs fois, et d'autres situations du même type.. mais aujourd'hui ça va mieux, à force de me dire (et d'observer) que finalement ça arrive à tout le monde, que les gens ne regardent pas forcément, ou ne s'en rappeleront pas 5 secondes après, et qu'on s'en bat les... ! C'est mieux, et moins stressant de vivre avec les autres.
Et puis je me dit que c'est totalement débile de se sentir gêné en permanence ! Bien sûr il faut faire attention aux autres, j'essaie toujours de ne pas être sur le chemin d'une poussette en arrivée, ou d'aider si quelqu'un est en galère, ou de devancer quelque chose (obstacle, difficultés) dans la rue ou les transports, mais j'essaie de ne pas le faire en étant "mal" ou "gênée". C'est comme ça, ce qui arrive arrive, et ce n'est pas à chaque fois à moi de me sentir coupable. Et surtout comme dirai l'autre dans "les visiteurs " quand le sieur se prend sa piqûre dans les fesses et dit "J'en ai marre qu'on me reluque le cul !!!" : et Valérie Lemercier de lui répondre "Mais enfin Hub, personne ne r'gade ! " 😂 😂

Fanny-146le 16 avril 2019 à 15:34

Ton message résonne fortement en moi Pix. Combien de fois j'ai envié les gens qui sont capables de se vautrer lamentablement au milieu de plein de gens, et de se relever en en riant sincèrement (pas juste pour cacher leur gêne), ou qui ont une faculté d'oubli importante, et sont capables d'oublier qu'ils ont dit une énormité, fait une gaffe, etc.
Je pense que deux choses me (nous ?) desservent : la mémoire, et le souci de l'autre. Certains oublient vraiment leurs gaffes, et ça les libère du coup des souvenirs douloureux pour l'amour-propre. D'autres se foutent tellement des autres que leur réaction leur est totalement égale. Mais quand on est soucieux des autres, même dans le côté positif (on pourrait multiplier les exemples similaires à ceux que tu donnes), je pense qu'on le fait en ayant en tête le bien-être de l'autre et / ou sa sécurité (combien de fois j'ai pesté contre des gens qui s'arrêtent net, pile en arrivant en haut d'un escalator pour sortir leur téléphone ou une clope, créant une bousculade dangereuse derrière eux, sans en avoir rien à faire). Du coup, l'enjeu est plus important que simplement l'amour-propre, et les gens qui s'en foutent nous paraissent d'autant plus égoïstes, et on a d'autant moins envie de leur ressembler en agissant comme eux, même ponctuellement, par inattention, distraction...

Pixle 16 avril 2019 à 16:50

Oui c'est ça, mais j'aimerais être plus j'menbatslescouilles des autres. Mais j'ai aussi compris que je ne me referais. Donc je dois juste réussir à ne pas me rendre malade pour des trucs.. minuscules !
Faire tout le temps attention aux autres, à ne pas gêner etc, finalement on se ruine un peu la vie, et surtout on se colle un stress phénoménal.
Toujours anticiper, voir partout, ou presque, éviter, devancer.. tout ça c'est instinctif, mais je tends à le transformer, et ça fonctionne, mais ça prend du temps et du travail intense, en dedans de soi :)

Fanny-146le 16 avril 2019 à 16:58

Va falloir que j'essaie, alors ! ............................ Dès que j'aurai réussi à me persuader que je ne peux pas changer le monde !

Gwenouillele 16 avril 2019 à 18:46

Personnellement demander un numero de telephone on meme une personne de mon boulot sur fb, je sais pas faire et je n'ose meme pas. Idem pour rencontrer des personnes en dehors du boulot :S Je me sens mal a l'aise, je ne sais meme pas si je dois aller leur dire bjr ou comment je dois reagir. En fait j'aime pas quand on me voit dans un autre role que celui que j'ai au boulot, cad dans ma vie privee, car je fais moins attention qu'au boulot et ca me met tres mal a l'aise...

Fanny-146le 16 avril 2019 à 20:06

Encore une fois, je me retrouve beaucoup dans ce que tu écris, @Gwenouille. Est-ce que tu as des explications, des hypothèses sur ce décalage important entre le contexte professionnel et le contexte privé ? Tu dis que tu fais "moins attention", c'est-à-dire ?

NabouNaboule 16 avril 2019 à 20:14

Ce matin je n'ai pas réussi à choper l'ascenseur de mon taf avant une personne quelques mètres derrière qui a réussie à monter et j'ai pu étudier sous toutes ses coutures une rayure sur la porte et comme si cela ne suffisait pas cette personne montait au dernier étage comme moi 😡

LibertEchEriele 16 avril 2019 à 20:43

🙂 En tous cas tu es drôle quand tu le racontes

Gwenouillele 16 avril 2019 à 21:13

@Fanny-146 En fait quand je suis dehors dans le contexte du boulot, cela me demande une concentration optimale. Pour moi c'est enorme car je suis qqn souvent perdue dans un nul part brumeux ou dans mon propre monde. Il m'arrive frequemment par ex de ne pas realiser que qqn se trouve a cote de moi et vient de me dire bonjour. Il m'arrive meme de sursauter en realisant que la personne est la. Et ca fait rire tout le monde car tout le monde voit cette personne sauf moi. Donc quand je suis au boulot j'essaie d'eviter ca, et c'est tres complique car comme j'aime bien mon boulot, je peux avoir paradoxalement a ce que je viens de dire, des moments de concentration tres intense sur un sujet. L'idee c'est de faire attention aux autres, et a ce que je dis, mais genre tout le temps. D'ailleurs mon N+2 m'a fait remarquer un jour "Gwenaelle, sans filtre", car quand je ne fais pas gaffe, je parle sans filtre.
La comme ca ca fait sourire mais au quotidien c'est juste la grosse merde a gerer. C'est comme si je disais tout ce que je pense sans faire attention a a qui je le dis, et ou je le dis. Et y'a des choses qui ne se disent pas. Donc ca cree des situations cocasses.
Y'a aussi le fait que je coupe la parole. Y'a aussi le fait que parfois je suis trop concentree alors je vais faire bcp d'actes manques comme recuperer la ligne de tel alors que la personne qui a le tel qui sonne est a son bureau. Y'a aussi des fois ou je vais repondre alors que je suis pas celle a qui on parlait, mais je reponds automatiquement et ca donne l'impression que j'interviens dans une conversation privee. Ben tout ca j'essaie de le minimiser au boulot.
Alors que dans la vie de tous les jours bah je ne peux pas me reguler comme ca du matin au soir, deja parce que je suis epuisee l'aprem donc forcement je suis moins attentive. Aussi parce que ca me genere une telle frustration que le soir je decompense. Puis y'a des attitudes que je vais avoir au boulot que je ne vais pas du tout avoir chez moi. Chez moi je suis bcp plus maniaque. J'ai ma place attitree, mon bol, mes affaires, et je n'aime pas qu'on y touche. Au boulot j'essaie de faire en sorte d'en avoir rien a faire alors que j'en ai pas rien a faire :s
Au boulot ils sentent deja la difference. Je suis isolee malgre moi. Pour autant, meme si on m'invite pas en pause tout ca, je pense qu'on m'apprecie assez professionnellement parlant. Mais telle que je suis chez moi, je suis vraiment trop en decallage. Par ex au boulot je suis tres methodique etc, alors que chez moi je suis bordelique. Par ex mes collegues de boulot vont rincer un bol avant de le mettre dans le lave vaisselle, ce que je trouve absolument inutile (et absurde). Et elles vont dire que les gens sont sales s'ils ne font pas ca. Bref. S'ils voyaient mon appart et ma maniere de vivre, je serais carrement exclue.
Il peut m'arriver dans ma vie reelle de prendre des detours de chemin inutiles juste parce que j'aime pas le changement (oui, a ce point XD !) et d'avoir des comportements totalement absurdes pour les autres. On me l'a dit souvent, qu'on ne comprennait pas mes choix, qu'on arrivait pas a me cerner. Pour ma part, je suis au claire avec moi meme, je sais que je suis differente. Neanmoins meme si je sais que certaines collegues seraient tolerantes, d'autres ne le seraient pas. Et finalement c'est pas tant la difference qui me blesse, c'est plutot les reflexions que certains vont se permettre. Et quand je vois deja les commentaires qui circulent dans le bureau quand une personne mange un peu trop... Bref, j'ai meme pas envie d'avoir a me justifier face a des gens qui de toute facon ne comprendraient pas (pour la plupart), ou meme, qui comprendraient avec leurs propres limites. De toute facon ca ne les empechera pas de penser que je suis folle, mais la difference sera pour moi. Si ce boulot se termine mal, je pourrai aussi dire que j'aurai tout fait pour que ca fonctionne, et que c'est juste que je n'etais pas adaptee a ce type d'emploi. Mais bon pour l'instant mes boss preferent avoir une fille etrange comme collegue que deux filles tout a fait normales qui bossent comme des escargots, passent leur temps a se plaindre, et attendent que le temps passe quand elles n'ont plus de travail. Puis meme si ma boss ne comprend pas la difference, elle n'aime pas mettre des gens a l'ecart donc elle fait tout pour que tout le monde soit integre.

NabouNaboule 16 avril 2019 à 21:21

Ben moi je ne me gène pas pour manger une tortillas au poulet en Open Space a 11h du mat en travaillant on ne m'a jamais rien dit et si par malheur on me dit quelque chose je recommence le lendemain avec un Grec et je fais naturellement du bruit quand je mache

Fanny-146le 16 avril 2019 à 21:42

Merci @Gwenouille d'avoir développé, je comprends mieux le lien avec ce que tu avais pu raconter dans d'autres topics sur ton fonctionnement.

Gwenouillele 16 avril 2019 à 23:55

NabouNabou ben tu as bien de la chance, nous on a pas le droit a la bouffe T.T
@Fanny-146 oui je suis un peu a cote de la plaque mais je le vis bien 😄 Et toi ? Tu fonctionnes un peu pareil non ? Pourquoi tu fais une distinction ?

Fanny-146le 17 avril 2019 à 04:42

Je ne suis pas la même personne dans le boulot et dans le perso, mais les causes sont différentes. J'ai longtemps cru que j'étais juste timide. J'ai appris à m'imposer dans le domaine professionnel, je n'ai plus peur de prendre la parole en réunion, par exemple, et face à mes élèves ou leurs parents, je suis globalement à l'aise, avec quelques limites.
Ce qui me pose souci quand il s'agit de passer sur un plan plus personnel, c'est que rien ne m'indique quelle est ma place. Et comme je n'arrive pas à décrypter les signaux non-verbaux, je ne sais jamais si les gens apprécient ma présence, voire ont envie de me voir en dehors du boulot, je ne perçois pas trop non plus les limites de leur pudeur, donc je n'ose pas poser de questions par peur de les gêner, et je me rends compte depuis peu qu'il m'arrive sans doute de les mettre mal à l'aise en en disant trop sur moi, ce qui est aussi une façon d'aller à l'encontre de leur pudeur. Et comme je n'aime pas m'imposer ou mettre les gens mal à l'aise mais que je n'ai pas l'intelligence sociale qui me permettrait de savoir quand je suis importune, je me mets très souvent, voire de plus en plus souvent en retrait.

Gwenouillele 17 avril 2019 à 09:08

Si ca peut te rassurer, j'agis un peu comme toi. Quand j'ai le sentiment d'etre de trop (que je l'ai bien interprete ou non) je me retire et je n'essaie plus d'alelr vers les autres. C'est ce qui fait notamment qu'avant j'allais en pause avec mes collegues puis que mtn ce n'est plus le cas. Et je comprends ton soucis de place, j'ai un peu la meme chose. Par contre meme si je me mets en retrait, y'a d'autres fois ou je vais me dire "eh tant pis". Et je vais completement ignorer ce sentiment meme si ca me demande bcp d'energie et que j'ai vraiment trop la honte. Je me dis que peut etre que ca ne vient que de moi et que les autres n'y verront que du feu. Mais ca c'est assez rescent. C'est depuis que j'ai eu l'occasion de reparler avec des personnes aue je connaissais avant, et ou je me suis rendue compte que j'avais totalement mal interprete la facon dont ils me percevaient. Pour moi, ne pas etre invitee en soiree etc = les gens ne m'aiment pas. Alors que visiblement c'est plus complexe. Y'a des gens qui m'aimaient bien mais qui sous l'effet du groupe ont suivi l'opinion du leader, tout simplement.
C'est aussi ce dernier type de contexte que j'ai du mal a comprendre. Si je prends mes deux collegues en exemple : Quand C n'est pas au bureau, L me demande si je veux aller en pause, et L ne sort jamais quand il fait trop froid. Mais si C revient, et meme si on est deux a pas vouloir sortir, on sortira quand meme car L suit C, et que du coup je suis obligee de sortir si je ne veux pas me retrouver ecartee XD
Je n'ai pas encore compris pourquoi quand une majorite veut faire qqch, on va suivre l'avis de la minorite... :/ Et je crois que je ne comprendrai jamais, ca depasse ma logique XD

Merlinle 17 avril 2019 à 09:31

Il y a également un autre phénomène. Lorsque je bossais encore dans un environnement "normal" (bureaux avec des collègues), je n'étais pas invité aux sorties et soirées alors que j'étais très bien intégré. Mais la raison venait...

... de moi ! Après avoir auparavant refusé quelques invitations, les gens avaient vite compris que je n'aimais pas particulièrement socialiser en dehors du boulot et que les fiestas entre collègues ce n'était pas ma tasse de thé. Ils ne m'invitaient donc plus ;)

Fanny-146le 17 avril 2019 à 10:13

@Merlin : merci pour ton retour ;) Il est clair que les gens ont compris aussi que pour certains types de soirées, c'était pas la peine de compter sur moi non plus. Mais ils n'ont pas compris que c'était pas un rejet total...

@Gwenouille : je suis totalement d'accord avec toi sur le fait qu'il y a en plus les interactions qui jouent. Il m'est déjà arrivé pas mal de fois de remarquer que certaines viennent me parler volontiers, même parfois de choses personnelles... mais à condition qu'il n'y ait personne d'autre ! Et de mon côté, je sais qu'il faut aussi que je lutte sur une tendance à aller vers les gens "populaires", et accepter d'être un peu avec les gens plus discrets voire marginaux, d'autant plus que j'ai souvent plus à partager avec eux. Mais moi aussi, je me laisse piéger par l'envie d'être entourée, appréciée par les gens les plus en vue...

Merlinle 17 avril 2019 à 10:17

Petit guide sur les phénomènes de groupe : soyez vous-mêmes. Brillez. Ne soyez pas à la traîne de qui que ce soit, ni membre d'aucune "cour", ne cherchez pas à plaire à tel ou tel, à être populaires. Appliquez le bon principe rendu célèbre par Casanova : "don't be the moth, be the flame !" (ne soyez pas le papillon de nuit, soyez la flamme). Et là, les autres viendront vers vous ;)

Fanny-146le 17 avril 2019 à 10:23

Conseil très pertinent, mais pas forcément facile à appliquer !

Gargarinele 17 avril 2019 à 13:49

:)

NabouNaboule 17 avril 2019 à 18:20

Tout à l'heure j'ai défendu une nana de mon équipe qui mange souvent seule et ne sais pas dire bonjour ni au-revoir ou lorsqu'elle le fait c'est réfléchi, suite a des critiques a son égard comme quoi elle mangeait aujaurdhui avec une inconnue fraîchement débarquée je n'ai jamais parlé avec elle qui m'a juste une fois demandée gentiement (alors qu'elle est sèche avec tout le monde ) tu ne mange pas?j'ai dis si aujaurdhui je préfère le sandwich seul devant le PC a la cantine. Je devine la tourmente dans laquelle elle se trouve et l'engrenage qui dure depuis plusieurs années se sentant incapable de s'en sortir avec ses collègues de longues date car pour elle c'est plié mort elle est catégorisée (ce qui est faux je pense )

J'ai donc dit en entendant les collègues la critiquer qu'il y avait certaines personnes avec des blocages,une non compréhension des codes et pour qui être autour d'une table avec des collègues de travail et parler était très épuisant,que j'étais encore moi même il y' a très peu asocial et que je l' assumai non pas par méchanceté mais pour me reposer de tout Contact social.

Le repas du midi s'est du coup plutôt bien passé car j'étais plus détendu de m' être livré un peu sans le faire exprès et je pense que je vais prochainement essayer de discuter progressivement avec la sauvage un midi quand les autres seront partis manger. J'aimerai l'intégrer plus que de réussir ma nouvelle mission en informatique qui me fait déjà chier

Est ce de l'empathie ou simplement le reflet de mon image que j'ai reconnu égoïstement dans le but peux être de m'aider en voulant aider cette personne ?

Gwenouillele 17 avril 2019 à 18:31

@Merlin je suis tout a fait d'accord, mais pour ca il faut deja une premiere invitation <.<
@Fanny-146 C'est fou ca ! Moi aussi on vient me parler de trucs tres perso, alors que je ne suis aps la fille justement avec qui on a envie d'etre proche :/ Incomprehensible XD En revanche moi j'ai toujours tendance a finir avec les boulets... :s Donc bien souvent je me dis que je prefere encore etre seule XD En revanche vis a vis de ce que tu dis, moi il faut que je me mefie de ne pas me confier trop vite. Souvent ca se retourne contre moi...

Sinon pour les phenomenes de groupes c'est un beau conseil mais je rejoins Fanny. Comme j'ai tendance a changer de traits de caractere en fonction de avec qui je me trouve, quand je suis en groupe, c'est en mode "surchauffe System". Comme si j'etais un robot fou et que je cours circuite. Pour etre soi-meme il faut deja savoir qui on est :s et j'en parlais justement avec une copine rencontree sur le forum y'a qq jours (<3), me suis vite rendue compte en ecrivant par ex que je n'arrive pas a m'identifier a mon personnage principal car j'ai l'impression moi-meme d'etre une coquille vide. Comme si je n'existais que par la relation a autrui, et pas pour moi. Ces derniers temps j'essaie de changer ca, mais malgre ma passion pour la musique que je ne peux pas evoquer dans ce genre de groupe car bon, aller parler d'opera dans ce type de cercle c'est complique, je ne suis juste... personne :/
Dit comme ca ca fait un peu pathetique, je sais je sais XD Rassurez-vous je ne le vis pas mal la plupart du temps haha j'ai juste bcp de mal et besoin de bcp de temps pour analyser ce que je ressens.

Et l'autre point non evoque @Merlin , c'est qu'en dehors de cette coquille vide qui est mon propre ressenti, on ne va pas etre percu du tout de la meme facon exterieurement parlant. Depuis des annees, je me mets enormement de monde a dos pour cause de jalousie XD J'essaie de comprendre pk on est jaloux de ma vie car franchement sur ce coup la, vu les galeres que j'ai rencontrees , vraiment, je ne comprends pas. Mais ca a ete ca au lycee, a la fac de geologie, a la fac de musique, au conservatoire, dans mon ancien boulot, et maintenant dans ce boulot la. Alors je ne m'en suis pas apercue moi-meme car c'est un sentiment que j'ai bcp de mal a identifier. Je l'ai compris car on me l'a clairement dit en face 3 ou 4 fois. Et au boulot actuellement c'est ma boss qui me fait ce retour. Et au CNR c'est mon prof qui dit que je ne me rends pas compte mais que je suis "ecrasante". C'est pas comme si je faisais le choix de l'etre en meme temps, donc j'aimerais bien qu'on me donne le mode d'emploi pour etre moi sans etre moi en fait...

LibertEchEriele 17 avril 2019 à 18:56

Peu importe Nabou, pourquoi tu aimerais aider cette collègue! Des fois il faut arrêter de se triturer comme ça, évidemment qu'on se fait du bien quand on fait du bien, quand on est quelqu'un de bien, et c'est très bien. Tenter de venir en aide à quelqu'un, souhaiter que les autres ne vivent pas le même enfer que celui dans lequel on a pu moisir trop longtemps, ça pourrait être sujet à caution? Mon empathie m'apporte énormément, ça c'est une belle trace qu'on laisse derrière nous 🙂, tendre la main, ne pas fermer les yeux devant quelque-chose qui nous blesse, réagir quand il y a injustice... Il n'est pas toujours aisé de le faire mais, put..., quand on s'en sent la force, et qu'on n'a pas trop à perdre, c'est beau Nabou! Et pas de quoi se masturber l'ego non plus, action, réaction, et la vie suit son plus beau cours, point barre. Ce n'est qu'un message d'encouragement destiné à nous tous, piqûre de rappel pour moi aussi, et à toi Nabou, qui m'as l'air d'être quelqu'un de bien et plein d'humour, sur lui-même notamment.. 😉

NabouNaboule 17 avril 2019 à 19:15

😡

LibertEchEriele 17 avril 2019 à 19:29

Sérieux? Ça t'inspire de la colère?

Merlinle 17 avril 2019 à 19:38

Je crois que le côté "écrasant" vient en fait de l'enthousiasme (ou de la conviction). Je sais que lorsqu'un sujet me passionne, j'ai tendance à m'exprimer de manière en apparence péremptoire, comme si j'étais certain de tout ce que je dis, comme si j'avais la vérité absolue alors qu'il suffit que quelqu'un m'avance un argument pour que je le prenne en compte, et que je doute moi-même beaucoup.

Mais cet enthousiasme est pris à l'extérieur comme une trop grande assurance. On m'imagine beaucoup plus sûr de moi que je ne le suis. Ca, ça peut causer des jalousies et même des inimitiés féroces, j'en ai fait l'expérience (mais dans ce cas, le côté "écrasant" peut servir... ;) )

NabouNaboule 17 avril 2019 à 19:45

Oui je suis furieux j'ai des envies de meurtre lol non ça m'occasionne de la gêne je n'ai pas l'habitude des compliments. Pourquoi suis je obligé de parler pour être bien vu ? Et les muets alors ?

LibertEchEriele 17 avril 2019 à 19:49

Les muets ne sont pas mal vus par moi en tous cas, j'ai même parfois une sorte d'admiration pour les gens qui savent se taire, ce que j'ai plus de mal à faire 🙂 Enfin, quand je me sens en bonne compagnie, ça va sans dire

LibertEchEriele 17 avril 2019 à 19:53

Peut-être, sûrement parce-que, par le passé, je me suis muselée, ficelée, mise en boîte, pendant beaucoup trop longtemps...

LibertEchEriele 17 avril 2019 à 19:58

Et, en fait, je pense qu'il y a beaucoup plus de gens qu'on ne pourrait le croire, qui ne sont pas dupes, du "tapage", y compris du leur.. J'ai rencontré pas mal de gens qui, (ben par exemple en voyant ma tête après une salve de feintes un peu cons) disaient "chuis con hein?!?"....

LibertEchEriele 17 avril 2019 à 20:05

Mais bon, y'a aussi tous ceux qui, après avoir sorti la même salve à la c..., te regardent et disent "y faut rire hein!" 😄 😄 😄

NabouNaboule 17 avril 2019 à 20:24

Je porte des lunettes pour l'instant suite a la greffe de quelqu'un sur mon oeil et j'anticipe le jour prochain ou je vais être obligé de porter mes lentilles qui ne me permettront plus de jouer avec la monture qui permet parfois de faire semblant de regarder dans les yeux mon interlocuteur en cachant les siens. Ou alors je continue de me flinguer la vue et développer une ouïe encore plus sensible aux critiques et chuchotements d'autrui

Gwenouillele 17 avril 2019 à 22:42

Nabou pourquoi changer pour des lentilles si tu aimes les lunettes ? Je ne comprends pas :s

@Merlin c'est un peu ca en partie, je suis aussi du genre a tout faire a 300 pourcent et je pense que parfois ca fait peur aux gens. Puis forcement quand on est passionne on connait un peu son sujet. La par contre j'avais pas trop parle. C'etait une discussion autour du fait que j'avais le sentiment de ne pas trop trouver ma place au conservatoire car on me lancait des regards bizars apres que je sois passee en atelier de chant. J'avoue qu'apres m'etre fait ecraser dans mon ancien conservatoire ou mon prof etait completement pervers narcissique et ou j'en ai fait les frais, ca me faisait un peu etrange pour une fois que mon prof me soutienne.

@LibertEchErie ah oui ca c'est pas drole. Quand on te demande de rire genre c'est une blague a la c** meme pas drole et degradante...
Et j'espere que quand ils t'ont demande s'ils etaient con, t'as repondu oui XD

LibertEchEriele 17 avril 2019 à 22:51

Ben, en fait, face à ceux qui, quelque-part, reconnaissent que leurs blagues sont pourries, je suis indulgente, surtout s'ils me laissent la liberté de ne pas accompagner leurs rires gras. Ceux qui te prennent pour un trou du c.., ou essaient de te faire passer pour une rabat-joie parce-que tu pouffes pas comme les autres à leurs conneries, là, je dois dire que j'ai eu ma dose et qu'avec certains, je suis des fois limite prête à sortir une grosse vacherie. Maintenant, par rapport à avant, il m'arrive de sortir un truc qui casse mais si on le comprend.. Du coup, ça peut jeter un blanc, un froid, suspendre la rigolade, juste le temps que je me barre en savourant ma "ptite vengeance" 😄

Gwenouillele 17 avril 2019 à 22:53

Le pire ce sont les blagues sexistes... Celles la elles ne me font pas rire du tout...

LibertEchEriele 17 avril 2019 à 22:53

C'est ça le problème, c'est qu'on est pris pour des nuls dans certaines ambiances. Et ça, ça commence vraiment à me plaire 😡
Mais je suis quelqu'un de gentil et je pense qu'un petit mot bien placé suffit 😉

NabouNaboule 17 avril 2019 à 23:05

Grenouille j'ai eu une greffe de cornée car j'ai un keratoncone que j'ai agravé a cause de mon allergie aux chats en me frottant les yeux de fou. La question n'ai pas d'aimer ou non les lunettes mais de vraiment mieux voir avec mes lentilles je galère avec les écrans j'ai la gueule collée dessus tu me diras c'est cool pour se taper des moches ..
😂

LibertEchEriele 17 avril 2019 à 23:07

Oui, enfin ceci dit Gwenouille, ce que j'appelle feintes à la con, ça se fait toujours au détriment d'une catégorie de personnes... Et il faut vraiment que ce soit drôle (dans le respect, l'intelligence, l'amour) pour que ce soit vraiment drôle

Gwenouillele 17 avril 2019 à 23:14

vu comme ca... XD Mais bon j'ai pour idee qu'il vaut mieux qqn de moins tape a l'oeil mais de brillant intellectuellement parlant ;) Surtout si tu veux que sa dure car une belle fille c'est bien, mais c'est tout quoi. Si elle a un pois chiche dans le cerveau t'es bien avance...

LibertEchErie j'aimerais bien etre a ta place. Moi j'ose meme pas repondre. J'ai une collegue qui joue aux petits chefs et chaque fois qu'elle peut trouver qqch que je n'aurai pas bien fait, elle ne manquera pas de me faire une remarque haut et fort. La derniere fois c'etait "Ah oui et faudra que je te reforme car chaque fois que tu reprends cette partie, tu fais n'importe quoi."
J'aurais tellement aime lui retorquer que quand on est pas foutu de faire une adition dans le bon sens pour refacturer un colis reclame apres s'etre vantee d'etre trop forte en compta et en plus d'avoir fait une formation a ce sujet, elle ferait mieux de ne pas me courir sur le haricot parce que j'ai pas mis le "ok" sur la feuille la ou elle aimerait qu'il soit pour que ca corresponde a ses petites habitudes -_- Y'a quand meme pas les meme retombees enttre un souci de facturation et un ok pas mis. D'autant que je viens de reprendre cette partie de son boulot derriere elle et apres 1 an et demi, elle n'a tjr pas compris la difference entre un ramassage informatique (theorique) et un ramassage reel.
Ben j'aimerais bien une de tes phrases magique qui lui ferme son caquet car du coup je ne dis rien a chaque fois...

LibertEchEriele 17 avril 2019 à 23:22

Attends, j'ai pas dit que j'y arrivais systématiquement, oh que je serais tranquille! Non, mais ça vient. J'ai l'impression qu'à force de les avoir pensées, mâchées puis couardement ravalées ces répliques, j'en ai une liste toute faite et une pour chaque occasion 😄

LibertEchEriele 17 avril 2019 à 23:31

Je crois que mon seuil de tolérance par rapport aux gens qui prennent les autres pour des cons (comme ça c'est pas eux) a fini par exploser. Je ne peux plus encadrer gentiment ce genre de comportement. Autrefois, de temps en temps, après avoir encaissé un max pendant trop longtemps, je pétais un plomb, y'en avait un au mauvais moment au mauvais endroit, ça tombait sur lui. C'était trop, bien sûr. Souvent disproportionné, immérité et parfois rédhibitoire.. Maintenant, ça sort plus souvent, c'est mieux à propos, ça reste tout à fait correct. Enfin, sur le coup. Je pense qu'après réflexion de l'intéressé... Mais, ça l'aura peut-être aidé à moins prendre les gens pour des cons 😉

Gwenouillele 18 avril 2019 à 00:14

J'ai une liste aussi mais ca ne sort jamais de ma bouche, alors que y'a tant de choses qui sortent que je prefererais garder 😬
Je ne suis pas encore a ton niveau de maitrise 😭 😱 Ma boss a tellement pitie de moi qu'elle me dit meme : "mais tu sais, tu peux repondre hein". Elle m'a meme conseille des phrases toutes faites XD Genre "Merci, c'est trop gentille de ta part, qu'est ce que je ferais si tu n'etais pas la pour ramasser ce qui vient de tomber"
Mais bon je ne peux pas repondre ca, sinon je vais declarer la guerre. Deja que je suis certaine qu'elles parlent dans mon dos... J'essaie de trouver le moyen de recadrer GENTIMENT une personne qui est fiere comme pas deux, avec l'ego assez mal place. 😵

patrickle 18 avril 2019 à 08:26

salut Gwenouille (je m'incruste dans votre discussion, je joue un peu des coudes, pousse un peu libertéchérie sur la droite, gwenouille sur la gauche et fait comprendre à NabouNabou d'un regard que maintenant, c'est moi qui parle 😄 )

si je peux donner un conseil avec ta collègue, rentre pas dans son jeu, elle n'attend que ça. tant que tu répondra gentiment, elle continuera. et a un moment c'est toi qui risque de craquer et de dire un truc déplacé qui se retournera contre toi. quand elle vient te faire une remarque, tu lui réponds simplement (fermement et calmement) que c'est pas ta cheffe et que si ton travail la gêne dans le sien, qu'elle aille voir sa cheffe. elle le prendra mal deux ou trois fois mais normalement elle devrait se calmer (ou tomber sur quelqu'un d'autre). les jolies phrases rhétoriques, c'est fait pour épater la galerie, ca marche sur le court terme. sur le long terme, c'est le factuel et le concret. (et si les gens sont pas gentils, on a le droit de ne pas être gentil avec eux (dans le fond mais pas dans la forme))

Ne fait pas non plus son boulot ou corriger ses erreurs, tu rends en réalité un très mauvais service à ton entreprise qui ne peut pas se rendre compte qu'il y a un mauvais élément dans l'équipe. la piètre qualité d'un collègue n'est pas ton problème, c'est celui du collègue et de son chef. en plus, pendant que tu fais son boulot, tu risque de pas faire le tien et on te le reprochera. si elle fait des erreurs qui te gêne dans ton boulot, tu lui signale (factuellement et concrètement, pas d'humour ou de sous-entendu). si cela commence à devenir récurrent, tu en parles à ta cheffe.

pour les remarques bien placées, c'est comme tout, c'est en les faisant que tu t'amélioras progressivement. ne perds cependant pas de vue que ce genre de personnes seront toujours meilleurs que toi à ce jeu, c'est leur façon de fonctionner. il ne faut pas non plus rentrer dans un jeu où l'unique but est de répondre à l'autre. d'une part, c'est ce qu'il cherche puisqu'ils y sont fort et d'autre part, cela va t'épuiser et le boulot avancera pas. bref, un problème, une remarque factuelle, dès que la discussion devient stérile, on arrête.

je dis ça juste parce qu'on est tous passer par là et que je sais que ca peut être fatigant.

(je vous laisse reprendre votre discussion et je vais m'incruster dans une autre discussion... non je vais plutôt aller au bar)

LibertEchEriele 18 avril 2019 à 08:49

Hé, Pat, y sont marrants tes horaires de bar!
Bon, tu as tout à fait raison. Répondre au boulot à ce genre de réflexions, ça peut vite dégénérer. Effectivement, j'ai 43 ans donc un peu de recul, et je ne réponds pas à tort et à travers à toutes les conneries que je pourrais entendre. Ce n'est pas mon travail officiel non plus 🙂
Non, c'était juste une invitation à commencer, tout doucement, à songer à une façon raisonnable, possible, d'obtenir le respect de tout un chacun, merde! Mais oui, ça doit être réfléchi, calme et pertinent pour ton avenir dans l'entreprise
En attendant, je vous souhaite une belle journée!

Gwenouillele 18 avril 2019 à 09:01

Merci patrick pour ton intervention et y'a pas de soucis, tu peux t'incruster, bien au contraire :)

Je crois que tes solutions correspondent davantage a mon caractere et du coup je vais essayer. C'es une bonne idee. Eh oui, ma boss a deja fait un point avec moi pour me dire d'arreter de recuperer les merdes de mes deux collegues et de les laisser se planter, meme si je sais qu'elles se plantent, pour qu'elles en assument les consequences. C'est pas facile car je suis ultra perfectionniste et surtout j'aime eviter les pb et les conflits quand c'est possible. Du coup je suis super frustree de savoir qu'il y a un pb et de ne surtout rien faire :s

LibertEchErie je pense que ce n'est pas ce qu'il a voulu dire, mais plutot que quand on repend ce type de reonse, il faut avoir compris le dosage a mettre. Or pour qqn aussi delicat que moi, ca risque de ne pas marcher XD

En tout cas la prochaine fois que ca arrivera -car ca arrivera encore - je vais essayer de ne pas me decontenancer et repondre.

Bien belle journee a vous aussi, ici grand ciel bleu, soleil et oiseaux qui chantent, de quoi mettre de bonne humeur le matin 😍

LibertEchEriele 18 avril 2019 à 09:27

Avec moi, il faut savoir que j'emploie l'humour mais que je souffre encore beaucoup des relations de travail. Le message que j'aimerais faire passer ici, c'est, d'abord, vieillir un peu ne fait pas de mal s'agissant de l'estime de soi, et puis, simplement, oui, garder en tête qu'on peut avoir un minimum de répondant. Mais, encore une fois, il faut être sûr de soi. Pourquoi pas travailler un peu les réponses (pour qu'elles restent acceptables sans qu'on foute la merde dans son boulot) à des questions ou réflexions dont on sait qu'elles arriveront... Voire même peut-être prendre l'avis de quelqu'un de confiance avant de les sortir.. Ou en parler ici... On sera plusieurs à pouvoir évaluer 😉

NabouNaboule 18 avril 2019 à 10:10

Ta bien de la chance de pouvoir aller au bar a cette heure ci

Gargarinele 18 avril 2019 à 12:31

Tu es la Sagesse qu'il me manquait Liberté Chérie. Merci. Je suis réveillé d'un long sommeil. Tiens, cela me donne envie de chanter....

Le petit lapin,
s'est sauvé dans le Jardin.
"Cherche moi, coucou Coucou,
je suis caché sous un choux"
Tirant ses Moustaches,
le fermier Passe et Repasse.
Mais il ne voit rien du Tout
et le lapin mange le Choux. Fleurs !!!

La Nuit va être Belle.
ASA

Gwenouillele 18 avril 2019 à 18:41

Il a des chocolats avec lui ton lapin ? Nan parce que s'il a 4 jours d'avance, il peut passer chez moi, haha ! :D


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?