Témoignages

Rêves ?

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Témoignages
  4. Rêves ?
Rêves ?
TomPhallosle 10 mai 2019 à 16:35

Au début, j'étais un géant. Mais un géant prisonnier. De tout petits êtres m'avaient jeté un filet de mailles tranchantes qui m'empêchaient de me relever. Ils dansaient autours de moi, fiers de ma capture, tournoyant tels des feux follets.

Quand leurs tambours cessèrent, ils m'élire pour roi. Mais je voyais bien leurs petits sourires sournois. Le bûcher étaient déjà dans leurs yeux. Mais que pouvais je y faire ?

Je travaillais pour eux de nombreuses années. Je ne le compte qu'à la couleur de mes épaules noircies par le soleil. Quand j'eu fini de bâtir un pont entre leurs deux citées, le ciel commença à s'obscurcir. La première goutte s'écrasa sur un sol poussiéreux. Puis une deuxième.

Je n'étais plus que la moitié de moi même, courbé, affaissé, lourd. Mais je devais me redresser. Encore. Aller à la rencontre des anciens. Eux que même le regard ne pouvaient percevoir. Par delà les lacs noirs ils sommeillent. Alors je posais mon regard vers les sommets et commençais à avancer, mes loques détrempées, glacées comme le boulet du condamné.

Plus j'avançais plus la pluie devenait torrent. La terre boue. Mes pas incertains.

Je glissais. Trébuchais. Vacillais, prêt à m'éteindre.

Au travers le rideau de la pluie je suivais leurs pas. Des empreintes qui devenaient de plus en plus grande. Jusqu'à devenir immenses, gigantesques. Telles des cratères sans fonds. J'étais au bord. Une attirance fugace. Et je glisse. Le froid de l'eau noire et croupissante envahit mon être, mes poumons.

Puis un feu ardent me dévore.




J'ai fais ce rêve trois fois. J'ai bien conscience du côté Gulliver en version tragique avec un soupçon de gréco-romain mais bon, je n'arrive pas à aller plus loin dans la compréhension de ce rêve. J'ai raccourci la fin, elle me laisse un souvenir assez prenant. Des interprétations ?

Gwenouillele 10 mai 2019 à 18:48   •  

Il donne l'impression que tu essais t'avancer, envers et contre tout, sans jamais vraiment y parvenir car tout te freine. Comme si tu te battais constamment contre le vent. Peut-etre as-tu le sentiment de devoir depenser beaucoup d'energie pour accomplir pas grand chose ?

TomPhallosle 10 mai 2019 à 21:06   •  

Ça doit être un truc comme ça. Merci gwenouille.

LibertEchEriele 10 mai 2019 à 23:08   •  

Moi je ne me sens pas du tout interprète de rêves ( je ne m'y connais qu'en rêves éveillés 😄), mais on sent bien le schéma dominant-dominé, le pouvoir (au sens large) et la neutralisation, le côté géant mais seul qui est annihilé par le nombre, même constitué de "plus petits". Ne te reste plus qu'à gravir leurs traces laissées, te désembourber de ces empreintes profondes mais fondantes... C'est pas l'tout d le dire 😄

TomPhallosle 10 mai 2019 à 23:16   •  

En fait je me noie à chaque fois presque au même moment. Quand je reconnais le rêve j'essaye de le pousser mais je n'y contrôle plus mon "corps" . C'est un peu comme l'inverse de la paralysie du sommeil. La conscience s'éveille avant le corps... c'est à la fois passionnant mais aussi flippant.

LibertEchEriele 10 mai 2019 à 23:27   •  

Moi je ne pense pas qu'on ait plus à apprendre de nos rêves que de nos douleurs physiques par exemple, ou nos ritournelles, nos échecs récurrents toujours exactement au même endroit du rapport humain qui se meurt, nos gueulantes face à tel ou tel fait, dire, comportement... Pour moi, nos rêves nous reflètent, point barre. Par là ils peuvent nous éclairer, mais ni plus ni moins que tout ce que l'on peut lire de nous en nous. Mais je suis sûre que mon avis sur la question va en in-satisfaire plus d'un(e)...

TomPhallosle 10 mai 2019 à 23:43   •  

Je pense aussi que mes rêves ne sont qu'un "réflexe" de mon corps et de mes ambitions de la journée. Je les considère comme de bons vieux films qu'on se passe et repasse pour s'endormir. C'est sûr que ça fait une drôle de madeleine de proust mais j'aime bien mes petits rêves chelou. En fait j'aimerai surtout ne pas me réveiller et voir la suite de l'histoire.

LibertEchEriele 10 mai 2019 à 23:53   •  

Mais justement, il n'y a pas d'autre suite de l'histoire que celle que tu en fais au réveil, non? Enfin, si?

TomPhallosle 10 mai 2019 à 23:55   •  

Oui mais pffff....voilà. ... quoi.

TomPhallosle 12 mai 2019 à 09:20   •  

Sinon

Dans son ouvrage paru en 2005, At Day's close : night in Times past, Roger Ekirch s'est intéressé à la littérature du Moyen-Âge (500 références, parmi lesquels des textes antiques, des livres médicaux, des journaux, des minutes de procès) au sujet du sommeil. Bilan de ces multiples sources : jadis, on ne dormait pas 8 heures d'affilée comme aujourd'hui, mais deux cycles de quatre heures. Au bout du premier cycle, vers minuit, on restait éveillé pendant deux heures, au cours desquelles on vaquait à quantité d'occupations : lire, prier, fumer, rendre visite à des voisins, faire l'amour, etc., avant de se rendormir pour quatre nouvelles heures.


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?