Amour et amitié

Amour

  1. Accueil
  2. Forums
  3. discussions libres : Amour et amitié
  4. Amour
Amour
Kouignamanle 30 novembre 2018 à 18:06

Quequ'un vit il l'amour vrai. Sans fusion, sans dépendance affective? Je dois être le premier zèbre à poser cette question mais je sors de 23 ans de vie commune et il m'est difficile de me dire que l'on peut aimer sans souffrances. A qui veut poursuivre le débat. Merci

BlackSwanle 01 décembre 2018 à 18:39   •  

C'est intéressant et c'est une vraie question ! Je sors de 14 ans de vie de couple et aujourd'hui je questionne pas mal les relations amoureuses, l'idee Étant bien sûr de ne pas reproduire les mêmes erreurs. Du coup ces thèmes me parlent, avoir envie et non besoin d'etre Avec quelqu'un, partager sans s'oublier en tant qu'individu...

Aluminele 04 décembre 2018 à 16:15   •  

J'en suis à ma première relation, et je crois n'avoir jamais vécu cela. Cependant je pense que toutes les choses risquent de nous faire souffrir, et plus on s'y attache, plus on souffre lorsqu'il y a un problème. À mon avis l'amour vrai est indissociable de la souffrance puisque les problèmes sont souvent causés par des éléments extérieurs au couple

LibertEchEriele 05 décembre 2018 à 20:13   •  

Moi j'ai toujours été et suis encore une solitaire qui vit, HEUREUSEMENT, régulièrement des histoires d'amour. Et je me rends compte, en vous lisant, que, peut-être, finalement, je suis gâtée d'avoir, très tôt et régulièrement, vécu seule. Autrement dit, je suis une amoureuse absolue quand j'aime, mais je connais la valeur de ma liberté et donc la sacralité de celle de l'autre. Ceci étant, ça n'empêche pas la jalousie, la peur de perdre, et toutes ces jolies choses, de prime abord, inhérentes à la relation amoureuse. C'est bien l'acceptation de soi, et pourquoi pas l'amour de soi, soyons fous, bref, le sentiment acquis d'être à sa place, une bonne fois pour toutes, qui permet plus d'ouverture à l'autre, de don de tout ce qu'on veut puisqu'on ne peut le perdre, et de donner sans limite, pourvu que cela nourrisse encore tout l'environnement. Ne pas permettre que l'on veuille se saisir de ce qu'on ne voulait, pouvait pas donner. J'ai régulièrement très mal au coeur, autant dire à toutes mes cellules. En ce moment justement, encore attirée par un avec qui la passion fait rage mais avec qui je ne peux décemment pas envisager le partage de la vie. Bon, je dois être lourdingue, et pas forcément "aidante". Mais en résumé j'ai envie de dire: si on s'aime soi-même, on aime mieux, beaucoup mieux, l'autre.

PauloMalamokle 08 décembre 2018 à 10:12   •  

Je trouve que toutes les amours sont vraies, elles sont seulement différentes. On a l'impression qu'une amour est plus vraie quand on en ressent plus de bénéfice affectif. D'après moi, le mécanisme de base en amour est la projection : on projette inconsciemment sur l'autre des aspects de soi et des images qu'on aime beaucoup et c'est de cette projection qu'on peut tomber amoureux en une seconde, pas de la personne en face de soi, qu'on ne connais pas encore, et parfois jamais même après des années de vie commune... Ne vous méprenez pas sur moi, je crois à l'amour, j'ai déjà été amoureux et suis prêt à l'être de nouveau 😍

Aluminele 10 décembre 2018 à 22:39   •  

Alors on pourrait imaginer que c'est seulement quand on connaît vraiment la personne qu'on peut l'aimer pour de bon et pour elle même ?
Personnellement, vivant une relation à distance sur le déclin, je vois bien qu'à de nombreux moments c'était l'idée que j'avais de l'autre que j'aimais, pas l'autre en vrai... Quand on échange par message ou téléphone c'est effectivement moi même que je projette derrière les mots de l'autre, d'où un décalage avec les rencontres réelles...

Pixle 15 janvier 2019 à 17:26   •  

Hum, y'a sûrement un peu de tout dans vos réponses, selon ce qu'on a vécu.

Je vis seule depuis mes 19 ans, ai connu des histoires fortes, pas forcément longues. J'ai fait du mal. J'ai souffert à la limite de la sensation de crever. Finalement je ne veux plus relation fixe sous le même toit.. Indépendante sûre, je tiens à le rester. Mais par contre ça n'empêche pas d'avoir des sentiments forts et sincères, cela dit j'ai mis un standby depuis quelques temps de peur de faire du mal car je tombe soit sur des hommes qui veulent le grand amour (mariage enfants etc) soit sur des plans Q. Je ne veux aucun des deux et un peu des deux.

L'amour j'ai du mal à y croire, et puis c'est quoi finalement?

LibertEchErie j'aime beaucoup ton petit laïus qui me parle beaucoup, même si je suis inactive mode bonne soeur, mais ma santé a aussi son rôle là dedans..

Quand je vois les couples qui se séparent (je bosse dans le social en plus donc j'ai des exemples quotidiens) et certains que je pensais.. magiques et indéestructibles ! Et les copains au bout d'un ou deux enfants... hop séparés ! Alors que certains étaient en couple depuis 15/20 ans..

Alors je me demande sincèrement si on peut être heureux, amoureux, passionés, enfiévrés, par une seule personne tout au long de sa vie.. pour moi la réponse est non. Les trompages le prouve. Attention aucun jugement là dessus. Pour le coup les couples libres peuvent parfois durer bien plus longtemps, tout en s'aimant sincèrement.

il faut que je file mais je reviendrais sur cette page qui a des réponses fortes intéressantes ;:)

Bonne soirée toute à tous, ^^

Merlinle 15 janvier 2019 à 17:46   •  

La souffrance, c'est un corollaire de la vie, hélas. Mais pour parler des souffrances dues exclusivement à la relation amoureuse, c'est aussi parce que deux êtres dans leur complexité peuvent avoir du mal à s'accorder. A l'époque du fast-food, on voudrait que tout soit tout bien et tout de suite, alors que les couples que je connais qui ont duré sont ceux qui ont appris aussi à vivre avec les défauts de l'autre, avec les quelques inévitables incompatibilités de caractère, tout en construisant leur couple en avançant.

Perso, je suis un "romantique désespéré". Je sais que je pourrais rencontrer une personne correspondant à mon idéal, le tout est de la dénicher. J'ai eu des relations qui se sont terminées parce que ça ne fonctionnait pas, soit parce que l'on avait changé, soit parce qu'en apprenant à se connaître, ben ça ne collait pas assez. La seule personne avec qui j'aurais pu tout envisager est passée de l'autre côté du voile... Depuis, je vogue de site en site à la recherche d'une autre forme d'idéal.

Abderianle 15 janvier 2019 à 22:57   •  

Tiens, la remarque de PauloMalamok m'a fait penser à une célèbre déclaration de Pascal :

"Qu'est-ce que le moi ?
Un homme qui se met à la fenêtre pour voir les passants, si je passe par là, puis-je dire qu'il s'est mis là pour me voir ? Non ; car il ne pense pas à moi en particulier. Mais celui qui aime quelqu'un à cause de sa beauté, l'aime-t-il ? Non; car la petite vérole, qui tuera la beauté sans tuer la personne, fera qu'il ne l'aimera plus.
Et si on m'aime pour mon jugement, pour ma mémoire, m'aime-t-on, moi ? Non ; car je puis perdre ces qualités sans me perdre moi-même. Où est donc ce moi, s'il n'est ni dans le corps, ni dans l'âme ? Et comment aimer le corps ou l'âme, sinon pour ces qualités qui ne sont point ce qui fait le moi, puisqu'elles sont périssables ? Car aimerait-on la substance de l'âme d'une personne abstraitement, et quelques qualités qui y fussent ? Cela ne se peut, et serait injuste. On n'aime donc jamais personne, mais seulement des qualités.
Qu'on ne se moque donc plus de ceux qui se font honorer pour des charges et des offices, car on n'aime personne que pour des qualités empruntées."

Didier54le 15 janvier 2019 à 23:35   •  

Pix, j'ai le même avis tranché que toi sur la question. J'aime mon indépendance. Je vis avec quelqu'un mais chacun sous son toit depuis 7 ans. J'ai déjà vécu de la manière traditionnelle, et ça ne me convient absolument pas.
Effectivement, qu'est-ce que l'amour... je vais encore me rabâcher pour certains, mais c'est une émotion purement individualiste! Pour moi il n'y a pas de partage dans l'amour ce n'est qu'une illusion... chacun en tire son intérêt en fonction de ses instincts primaires... ( reproduction, possession, positionnement social, plaisir...)
En gros je ne crois pas en l'amour "poétique" hormis la sensation de nos signaux chimiques et électrique dans notre corps!
Bien sûr j'aime faire plaisir à ma conjointe mais ça reste une sensation lié à un processus complexe d'individualisme!
Désolé si je vous fait déprimer! 😛

Le fait de vivre chacun sous son toit, me donne la sensation justement d'être moins individualiste et de laisser l'autre avec sa propre liberté, sans se posséder et n'avoir aucune notion de confiance, car ce mot ne devrait pas exister si on parle d'amour ! pour moi si il faut définir l'amour c'est ça! En fait pour moi l'amour, ce n'est pas une notion naturel c'est une notion "poétique" que l'homme essaie de se donner! C'est pour cela que personne ne le trouve finalement! En fait il suffit de ne pas le chercher pour être heureux 😉 c'est peut-être ça l'amour! Lol
Enfin, je ne sais pas si je me suis bien fait comprendre 😄

Abderianle 16 janvier 2019 à 09:20   •  

Avant, il y avait des relations de dépendances économiques qui permettaient à un "couple" de se maintenir. Avec les nouvelles libertés des agents démocratiques, l'amour devient finalement plus contractuel, et un peu à la manière de Proudhon, ce n'est qu'une association (bon, Proudhon et les femmes, hein... ^^), un pacte par conséquent révisable et souvent temporaire. Le problème, c'est aussi l'efficience du couple qui est généralement éconduite : pour des raisons passionnelles, ou pour un ennui existentiel et la revanche prise sur une routine, on peut aisément disqualifier de nombreuses années passées ensemble, ce qui place les foyers traditionnels sur une ligne de crête (un peu comme les religions aujourd'hui ^^) où d'un côté il y a la chute vers un chacun-chez-soi post-moderne et de l'autre un espoir ancestral de conserver une situation plus sécurisée et un peu plus "panopticon".
Tiens, avez-vous vu le film "Vicky Cristina Barcelona" ? Parce qu'au titre de la post-modernité, les ménages à 3, 4, 5 ou 6 seraient peut-être des options diablement plus stimulantes ! Le problème n'est peut-être pas d'avoir un conjoint sous le même toit, mais en fait de n'en avoir qu'un. Peut-être certaines passions et certains besoins ne sont pas solvables dans un seul être, et trop rares sont ceux à pouvoir endiguer seul l'impétuosité du conjoint. Une très intéressante problématique, donc, soulevée par Woody (à apercevoir ici : voir la vidéo).

patrickle 16 janvier 2019 à 09:40   •  

j'ai trouvé une vidéo, certes un peu mielleuse, mais qui apporte une définition de ce qu'est l'amour. je la trouve intéressante car elle permet de comprendre et de légitimer toutes les façon de vivre concrètement l'amour. cela explique aussi pourquoi on peut de temps en temps vivre des moments de grandes passions (sans qu'il y ait attirance physique ou quelques chose du sorte) avec une personne. (c'est pas facile à expliquer et pour quelqu'un de rationnel, ce que je suis normalement, c'est très frustrant)

voir la vidéo

voir la vidéo

Evaderhaindile 01 octobre 2019 à 23:53   •  

Je ne voudrais pas mettre la pagaille dans vos cogitations qui semblent aboutir à une vraie fausse réalité...J'ai rencontré l'amour de ma vie il y a 32 ans.Suis restée fidèle car comblée d'attentions,de tendresse,de passions.J'aimais tout en lui..sa bonté,son regard sur la vie,son empathie,sa force ,son courage,ses baisers,sa peau,nos connexions du regard des mots. des corps....Un miracle sur terre.Un homme avec lequel j'ai fait 3 enfants.A la veille de faire le tour du monde il m'a été repris,achevé par un cancer du pancréas en 6 mois...Réapprendre à vivre avec un autre ,avec un tel souvenir.ce sera toujours compliqué...Mais non...L'amour existe...je l'ai rencontré!
Continuez d'esperer...
Faites vous confiance.Parfois on donne sans rien attendre en retour..C'est ainsi que je vois la vie en temps que maman.Alors quand de telles rencontres se passent...Quel miracle!
En même temps j'ai 62 ans ,les hommes d'Avant,c'était Avant...Mes enfants ..2 garçons ,une fille ne pensent pas du tout comme pensait leur père!
C'était peut être un autre temps?
Les hommes ont changé....dernière enquête!
Juste pour info,
Tout ce blabla.
EVA

emanule 02 octobre 2019 à 17:57   •  

Mince J'ai 37 ans et je suis de la vieille école!
Je crois en l'amour,qu'un couple pourrais durer toute une vie.
Partager ses points forts et ses points faibles avec l'autre, les bons et les mauvais moments.
Savoir se soutenir et se supporter.
Arriver à trouver un terrain d'entente quand on croit qu'il n'y en a plus.
Communiquer, se comprendre se connaître s'aimer.
J'y crois et je le vis avec ma femme depuis 20 ans.
On a connu de très bons moments. Aussi de très mauvais.
Le mot divorce à fait partie de notre vocabulaire a des périodes.
Mais on a su,après les tempêtes,se parler.L'empathie l'un envers l'autre a sauvé notre couple.
Nous sommes toujours ensemble et nous nous connaissons par coeur.
Y'en a à qui ça ferait peur.Nous c'est notre force.
Oui y'a pas à dire je suis de la vieille école. Mais je pense et j'espère ne pas être le seul.

Siryackle 02 octobre 2019 à 19:15   •  

@Evaderhaindi, ce que tu as vécu, il me semble que c'est assez rare... 😶
Je le souhaite à tout être humain ! De vivre l'amour tel que tu la ressentie... :)

@emanu, je me souviens d'une étude scientifique sur les couples qui tenaient sur le long terme...
Elle était à propos autant sur les couples hétéro que homo. Il en ressort que la COMMUNICATION faisait le ciment du couple.
En fait, il apparaissait que les couples homo femmes semblaient tenir le plus possible sur le long terme...
(attention ! C'est juste une étude, avec toutes les interrogations que l'on peut avoir sur les généralités hein !)

Je me demande si la fonction empathique à l'écoute "naturelle" de la femme n'y est pas pour quelque chose ?! 😉

emanule 02 octobre 2019 à 20:59   •  

Je crois que tu as raison @Siryack.
Je reconnais que c'est ma femme qui a plus poussé au dialogue que moi!
On ne serai sans doute plus ensemble aujourd'hui sinon.
La communication oui,il n'y a que ça qui marche.
Mais pour ca il faut etre deux.
Deux a écouter,et deux a parler.
Sinon les problèmes nous rattrape.

Berengerele 04 octobre 2019 à 21:00   •  

J'y crois, j'y crois, j'y crois, j'y crois !!!!!!!!
Mélange subtil et délicat d'acceptation de l'autre dans ses différences, d'écoute, d'échanges bienveillants, et de liberté de rester soi-même.....saupoudré de douceur, de rires, de sourires, de musiques, de corps à corps, de tendresse, de regards entendus, de silences, d'activités parfois communes agréables ....comme suspendus, à deux, dans l'air !!!!!

Asacksle 19 octobre 2019 à 11:36   •  

J'y crois également, même si il est évident que sur le long terme, il y a des moments où la souffrance est là, et demande un remaniement de la relation, une écoute, du calme et du temps pour comprendre et analyser ce qui se passe. Dire ses besoins et écouter ceux de l'autre. Bref, oui tout à fait vrai @emanu et @Siryack : de la communication.

Je trouve que dans la vie quotidienne et moderne que l 'on vit aujourd'hui, on a trés peu l'occasion de prendre le temps pour chaque chose. Il est parfois difficile d'avoir l'esprit disponible à 100%. Mais, pour les domaines importants tels que l'amour, c'est un temps qu 'il faut investir je pense, même s'il faut gérer ses émotions, son vécu ses contrariétés et ressentir en plus, fortement, ceux de l'autre.

Mais c'est tellement beau et tellement essentiel à une vie. J'ai la chance d'avancer avec quelqu'un qui m'aime depuis quatorze ans, et qui est prêt à faire ce qu'il faut pour continuer, je me sens privilégiée et donne beaucoup à mon tour, avec comme carburant tous les beaux moments ensemble. Les partages de regards, de projets, le fait de se comprendre aussi bien, prendre le temps de voir notre fils nous étonner, nous surprendre, et nous rendre fiers...(bon et au passage nous exaspérer du haut de ses 11ans et de son nouveau statut de collégien 😂 ) .
Se sourire sans se parler.....se disputer et ne pas réussir à faire la tête trop longtemps, trop contents de se retrouver......

Et enfin, se laisser de la liberté et avoir hâte de venir partager avec sa moitié, les expériences vécues en son absence.

Alors, oui j'y crois vraiment vraiment aussi 🙂

katian_le 19 octobre 2019 à 12:13   •  

« Il faut aimer de telle sorte que la personne aimée se sente libre, non seulement autour d'elle mais aussi à l'intérieur.»

Thich Nhat Hanh

cyclistele 25 octobre 2019 à 04:11   •  

bérangère, bien trouvé pour résumer ton opinion. Je rajouterai: murir grâce à son ame soeur

djnetle 25 octobre 2019 à 08:27   •  

Aimer, oui ... Mais pourquoi aimer ?
Ou plutôt : aimer pourquoi ?
Parce que ça fait du bien ... oui, mais ça peut faire mal aussi
Aimer pour rentrer dans le modèle de la société. ... ouais bof, très peu pour les zèbres
Aimer pour partager sa vie entière avec une seule personne ... ça risque d'être long, elle a intérêt à être très drôle, et d avoir les mêmes envies que vous a chaque étape de la vie (ou alors d accepter les vôtres .... mais la relation ne sera pas symétrique )
Aimer pour vibrer ... à court terme ça fait très envie, et après on fait quoi, la vibration peut elle durer ?
Aimer à 20 ans, a 30, 40, 50 ans; chaque étape de la vie est différente ; les raisons d aimer aussi, les êtres aimés aussi ...
Et vous : vous aimez pourquoi ?

Merlinle 25 octobre 2019 à 09:17   •  

@djnet on pourrait renverser la question. Pourquoi ne pas aimer ? C'est quoi, une vie sans amour ? Aurait-elle un intérêt ? :)

Carolle 25 octobre 2019 à 09:51   •  

@Merlin,@cycliste, @katian-,@Siryack,@Asacks,@Emanu, @Berangère, @Evaderhaindi , @PauloMalamok et d'autres sur ce fil....je partage toutes vos opinions, et je suis heureuse que ce fil prenne un chemin plus positif.

L'Amour existe, à la base de tout ce qui existe,ce qu'il manque, c'est notre capacité à l'accueillir...

Je rejoins l'avis de Emanu et siryack, il est vrai, de mon vécu, que la communication m'a semblée moins évidente chez l'homme. Cela n'est en soi pas vraiment un problème si l'homme et la femme ont la possibilité de le voir malgré le moule patriarcal qui nous a tous conditionnés, hommes comme femmes. L'empathie nous aide justement à ne pas rester bloqués au niveau primaire du conflit.

Je crois qu'on s'autorise trop difficilement a laisser exprimer cet élan naturel d'Amour qui existe en nous, par peur d'être jugés, ou exploité, je ne sais pas.

On peut aussi être trop marqués par des expériences passées, et au lieu d'aller vèrs une autre réalité on reste enchaînés sur ces rails.

Pour ma part après une vie entière d'exploitation , depuis l'enfance, par des pervers narcissiques, et après un énorme travail en moi-même , avec toute la souffrance salvatrice qui va avec, j'ai rencontré aujourd'hui l'Amour. Malgré certains doutes et une certaine méfiance, j'arrive enfin à rester ouverte, empathique, mais en n'étant plus duppe.

Il y a je crois un certain respect de soi , de sa sphère, de l'autre et celle de l'autre, pour cela.

Pour ma part, j'ai l'impression aussi que c'est important de respecter une certaine pudeur, en quelque sorte le respect des limites, émotionnelles, intimes, et
spirituelles de l'autre pour vivre une belle relation.

Tout ne doit pas toujours être partagé, nous sommes au fond seuls avec nous-même et il y a une certaine beauté à prendre en considération dans cette solitude. Celui qui aime être en relation avec lui-même, aime être en relation avec l'autre.

Et ce qui est subtil je trouve c'est que lorsque cette pudeur, cette solitude est respectée, naît une sorte de confiance et un contact particulier...

Nous sommes faits pour nous aimer les uns et les autres, comme dirait @Merlin "pourquoi ne pas aimer ?"

Evaderhaindile 25 octobre 2019 à 10:56   •  

J'ai envie de répondre comme disait kouignaman au tout début de la discussion ....Parce que on n'est pas toujours prêt à souffrir.On prend parfois le chemin qui nous conduira sur la bonne route avec le petit village tel qu'on le voulait et puis parfois zut la route nous mène sur une voir ferrée avec nettement moins d'attraits!Alors il faut partir de la relation si la déception est grande entre ses rêves et la réalité et cette réalité est très souffrante.Elle s'accompagne de noirceur,de frustrations de déceptions,de deuil à faire,de sensation d'echec,de perte d'estime de soi...C'est un sacré risque à prendre...Mais ne pas le prendre c'est éviter le risque d'être un jour heureux(se)....
Eva

Carolle 25 octobre 2019 à 11:21   •  

😉

cyclistele 17 novembre 2019 à 14:32   •  

Carol tu t'es bien reconstruit vu ce que tu as écrit. Repartir de 0 n'est pas chose facile mais le chemin que tu as fait en dit long.

Julienle 17 novembre 2019 à 21:40   •  

"Aimer c'est délivrer l'autre de mes bonnes intentions - et de moi-même."
Christiane Singer

:)

Carolle 18 novembre 2019 à 10:33   •  

@cycliste je pédale encore !!! se reconstruire prends du temps....mais c'est vrai que du très lourd est derrière moi. Ne reste plus que...moi.
Et ça c'est une autre paire de manche !
@Julien c'est vrai qu'en croyant faire le "bien", on produit souvent le "mal", et "moi"s'interpose dans la relation, alors que ce n'est pas le conducteur.
Mais il est quand même avec et l'on doit bien avoir beaucoup de compréhension , d'observation et compassion pour lui...

cyclistele 29 novembre 2019 à 16:18   •  

carol, continue à pédaler à ton rythme pour remonter la pente 😉
Tu es sur le bon chemin et l'équilibre reviendra comme il pourra.


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?