Amour et amitié

Avez-vous déjà eu de vrais amis ?

  1. Accueil
  2. Forums
  3. discussions libres : Amour et amitié
  4. Avez-vous déjà eu de vrais amis ?
Avez-vous déjà eu de vrais amis ?
Jamesle 14 octobre 2019 à 10:11

Je pose cette question pour faire une sorte de sondage.
Ma définition d'un VRAI ami est quelqu'un sur qui à la fois : vous pouvez compter en cas de problème ou de besoin (comme un frère) , qui comprennent réellement comment vous réfléchissez et avec qui vous vous amusez vraiment sans avoir besoin de drogues ? (alcool et bedo compris)
Dans ma vie j'ai biensur connu des personnes réunissants un ou plusieurs de ces points mais jamais tous à la fois.
Pourtant je pense que c'est indispensable rien qu'à une base d'amitié épanouissante, pour ma part en tout cas.
Si je devais décrire mon meilleur ami selon ces critères alors mon meilleur ami est mon inconscient, sauf que mon inconscient c'est moi.
Sommes nous nos seuls véritables amis ?
J'aimerai vraiment que vous me fassiez part de vos expériences d'amitiés en cours, ou passées afin que je puisse avoir matière à réfléchir.

Même un oui, un non ou un pas vraiment suffisent à repondre à ma question, j'ai juste besoin d'avoir plus d'éléments que ma propre vie ne m'en donne pour faire des théories
N'hésitez pas à me dire si vous pensez que ma vision d'une vrai amitié est trop utopiste
Merci d'avance

Fropople 14 octobre 2019 à 10:47

@James, pourrais tu développer ta pensé sur ce qu'est un vrai ami pour toi ?
Tu donnes deux "caractéristiques" de ta définition de "VRAI ami" et en dessous dis que tu en as connu des personnes réunissant plusieurs de ces points mais jamais tous 🤔 , mathématiquement sur une liste de 2 éléments, plusieurs = tout 😜
Pourrais-tu essayer de mieux définir/ décomposer ce que tu cherches et attends d'une amitié idéale ?

Pour ma vision des chose, je te dirai que nous n'avons pas tous les même besoin en terme d'amitié, j'ai un petit groupe d'ami que je connais depuis la fin de primaire/début du collège, je m'entends très bien avec eux et pourtant j'ai l'impression qu'on pourrait être "d'avantage amis" par rapport à un idéal d'amitié.
C'est un "défaut" (je ne sais pas si inné, ou bien acquis par notre culture, probablement un mélange des 2) que de toujours vouloir plus et ne jamais réussir a se satisfaire de ce qu'on a. Est-véritablement un mal que d'avoir différents amis répondant à différentes attentes et besoins plutôt qu'un seul ami qui matcherai à 100% 🤔 ?

Merlinle 14 octobre 2019 à 10:50

Je crois que l'amitié c'est comme l'amour, c'est une forme d'alchimie dont tous les paramètres ne sont pas forcément rationnels. J'ai quelques amis proches, certains depuis de nombreuses années, et ce sont des gens sur qui je peux compter, oui, et dont je sais qu'ils ne me jugeront pas quoi qu'il arrive. Ca ne veut pas dire qu'ils comprennent forcément comment je réfléchis, mais qu'il y a une harmonie des échanges avec eux.

criquetle 14 octobre 2019 à 12:35

J'ai un ami qui rentre dans tes critères.

Cependant, j'ai toujours trouvé ca curieux de mettre des critères pour dire "un tel est mon ami".

J'ai des gens, que je considère comme amis, alors que je ne compte clairement pas sur eux pour m'aider en cas de besoin, parce qu'ils ne peuvent pas, ou parce qu'ils ne veulent pas. Pourtant, je ne les considère pas moins proche que mon "vrai ami"


Ami est un mot, mais pour moi, la définition doit etre vaste: nous sommes tous des humains, et au final chaque relation pourrait avoir son propre mot.

Ainsi je ne parle pas d'amitié, mais plutôt de "ma relation avec un tel"

Asacksle 14 octobre 2019 à 18:07

Je rejoins criquet et Merlin, je pense aussi que l'amitié est plutôt une alchimie dans la relation; j'ai par exemple, des amies datant du lycée avec lesquelles le lien n a jamais été coupé, l entente et l harmonie sont là dans les échanges depuis tout ce temps, je les vois régulièrement, pour autant aucune d'entre elles ne pourra me comprendre en totalité, (et heureusement moi je trouve).

Et en effet, comme le dit Fropop plus haut à propos des différents amis apportant différents besoins, je me situe plutôt dans ce genre de relation amicale. Je compose avec les qualités de chacunes et au final la relation est satisfaisante pour toutes ?

Peut-être que je me trompe totalement, mais je ne suis pas à l'aise avec les relations amicales exclusives, ça m'inspire une certaine dépendance selon comment on investit la relation d'amitié, et je ne trouve pas cela épanouissant au final...

Gottheimle 14 octobre 2019 à 19:37

@James
Je me reconnais pas mal dans ta définition du mot ami.

Malheureusement, je partage aussi le fait de n'avoir jamais vraiment connu quelqu'un qui y corresponde, au point de me demander si je suis capable d'avoir des amis.

@Fropop
Mon frère de pinaillage, permets-moi de chercher la petite bête dans ta remarque 😈 : si on décompose, James mentionne bien non pas deux mais trois critères. Fiabilité, compréhension mutuelle et complicité.

Quoique très similaires et étroitement imbriquées (la complicité est impossible sans la compréhension mutuelle) ce sont bien deux choses différentes. 😉

Tu peux très bien être à même de comprendre un collègue de boulot et vice versa, mais en dehors du boulot vous n'interagissez pas plus que ça et tu ne le trouves pas non plus particulièrement marrant. 😋

Fropople 14 octobre 2019 à 20:43

En effet @Gottheim, je suis allé un peu trop vite dans ma lecture et n'ai pas été assez subtil dans mon analyse 😵 , tu marques un point 😉

Juliette...le 14 octobre 2019 à 21:44

Très insatisfaite au niveau de l'amitié.
Et, je dois l'avouer, bien souvent "restée sur ma faim" aussi dans les relations amoureuses...
Les relations les plus poussées que j'aie eues, amicales ou amoureuses, pour me combler un moment, devaient se teindre de leurres.
Je ne veux plus de ça. Je m'efforce donc d'être la plus franche possible, avec moi-même et avec les autres, et jouis donc d'un maillage relationnel restreint et pour échanges occasionnels.
Certaines rencontres faites sur ce site me donnent l'impression que l'on peut vivre des relations plus complètes. A suivre... 🙂

ouestlebonheurle 14 octobre 2019 à 22:00

Je n'ai pas su garder d'amitié au fil des années. J'ai bcp de mal avec le concept de se voir souvent, et d'organiser des choses chez moi. Alors j'ai des gens (hommes) au boulot avec qui j'aime bien plaisanter de temps en temps, mais ça s'arrête là.
Sinon c'est un peu mon mari même si au fil des années je lui en dit de moins en moins sur mes pensées pour se préserver un peu d'espace

Intéressant de voir vos réponses 😄

Jamesle 15 octobre 2019 à 00:35

OK, déjà merci pour toutes vos réponses pertinentes ! Ça fait plaisir et je suis d'accord avec la plupart des choses que vous avez dites, je vais essayer de répondre à tout ce que je peux ce qui permettra en même temps de préciser ou je veux en venir par le terme " vrai ami" je pense ( @Fropop )

Pour moi une personne réunissant les 3 points que j'ai évoqué ne match pas nécessairement à 100%, c'est juste la base d'une amitié pour moi, et je dis bien juste pour moi. C'est de ce genre d'amitié que je parle

@Merlin je suis d'accord avec toi, seulement pour moi l'harmonie entre moi et mes amis est souvent insuffisante au pont que je me demande ce que je fous là parfois et est-ce que je reviens seulement par peur d'être seul ? Je ne m'amuse vraiment que quand je m'abruti à l'alcool et que du coup tout ça n'a plus la moindre sorte d'importance vu que je me sens hilare et enthousiaste pour tout sans raison, pas besoin d'amis donc.
@criquet
Pour avoir eu une fois quelqu'un que j'ai considéré comme premier et seul vrai jusqu'à ce jour (mais je me suis trompé ce n'était qu'un égoïste très malin qui avait senti que j'étais fidèle et dévoué en amitié ) je pense que le fait d'avoir un " vrai ami" (selon mes critères encore) rend les autres relations plus faciles car vous ne leur demandez pas ce qu'il ne peuvent pas vous donner car quelqu'un vous le donne déjà, comme quand tu as trouvé la femme de tes rêves, après tu t'en fous de l'indifférence des autres alors que peut-être ça t'aurais touché si tu avais été seul tu vois ce que je veux dire ?
@Asacks
Je sais pas trop quoi répondre je pense que j'ai déjà répondu ducoup, et je suis d'accord avec toi sur les relations exclusives, seulement ce n'est pas ce que je veux dire, je parle seulement d'une seule relation épanouissante (autrement que par le fait de ne pas se sentir seul et de rigoler de temps en temps) sur toutes les autres relations qui biensur gardent leur importance, bien que moindre, pour mon bien-être.
@Gottheim
Je pense que tu as très bien compris où je voulais en venir malgré le fait que je n'ai pas beaucoup détaillé, c'est la question que je me pose, pouvons nous avoir des amis comme beaucoup en ont ? Leur compréhension mutuelle les poussent à être complices puis à se faire confiance et à être digne de confiance car ils tiennent l'un à l'autre pour ces raisons + leur qualités mutuelles en dehors de ça
Mais quand la compréhension ne va que dans un sens les choses deviennent vite complexes non ? C'est mon avis
@Juliette...
"Les relations les plus poussées que j'aie eues, amicales ou amoureuses, pour me combler un moment, devaient se teindre de leurres." c'est exactement ce que je ressens, que ce soit d'un côté ou de l'autre trop de leurres maintiennent l'amitié solide jusqu'à ce qu'ils apparaissent au grand jour et la c fini car tu vois le vrai visage de la personne, la vrai "couleur" de son âme, sa vraie nature, et ce n'est pas du tout la personne que tu pensais et que tu affectionnait... Ou alors tu joue la personne qui n'en donne pas trop afin de ne pas attirer de profiteur et des que tu en donne un peu tu te rend compte que la personne profite et ne te rend rien ou ce genre de trucs. Mais à quoi bon être faux, je préfère être vrai et naturel autant que possible, tant qu'à se sentir seul, autant l'être pour de vrai mais en restant fidèle à ce que nous sommes.
@ouestlebonheur
J'ai du mal avec le fait de garder des amitiés dans le temps aussi, je me lasse assez vite des faux semblants des mensonges des gens ou même du fait qu'on évolue dans des directions opposés malgrés le fait que je les affectionne toujours pour ce qu'ils sont, je n'ai pas spécialement envie de les voir... Ca serait ennuyant et ça entacherait la belle relation qu'on a eu car elle a duré le temps parfait avant que je me lasse, ou alors je devrais être faux ce que je refuse.
Si ce n'est pas indiscret que veux-tu dire par " pour se garder de l'espace"?

Jamesle 15 octobre 2019 à 00:38

Dsl pour les fautes et oublis de mots !

Jamesle 15 octobre 2019 à 01:28

Et au fait @Fropop je pense qu'en vouloir toujours plus est inné ( et accentué par la société) c'est ce qui nous permet d'avancer dans notre vie en tant qu'être vivant, si un chien chasse tous les jours de petits animaux avec difficulté et qu'un jour il se rend compte qu'il peut en avoir un gros, meilleur et sans se fatiguer, il choisira sûrement le gros, lent et succulent, car guidé par ses sentiments et sensations de bien-être ! parfois les mauvais sentiments sont injustifiés, mais quand ils le sont, ils nous aident à savoir de quoi nous avons besoin c'est leur but premier, je pense qu'on doit les apprivoiser en tant qu'humain en société et en tirer le meilleur mais ce n'est que mon avis !

ouestlebonheurle 15 octobre 2019 à 11:27

Espace pour soi. Un couple n'est pas une fusion mais je le vois maintenant comme 1+1=3 alors donner "tout" à son conjoint c'est se donner le risque de se perdre dans le noyau formé

Fropople 15 octobre 2019 à 13:40

@James, je te rejoins sur le fait qu'il faut écouter nos sentiments en particulier les "mauvais" qui sont des alerte de choses nous dérangeant qu'il faudrait changer, améliorer. En revanche je pense qu'on s'attache trop à toujours chercher "mieux", chose que nous enseigne la société et notre culture occidentale trop individucentrique à mon goût.

On peut je pense très probablement se passer de beaucoup de chose que l'on considère comme nécessaire à notre époque. (cf le message de @Merlin à 10:59 dans ce sujet-ci : https://www.apie-people.com/forum/loisirs-passions-et-hobbies/philosophie-et-spiritualite/indecidables-absolus-20810 )

Pour le bien de tous et la pérennisation de la vie sur Terre, il faut m'est avis qu'il faut arrêter cette obsession de croissance, d'en vouloir toujours plus

Juliette...le 15 octobre 2019 à 19:02

Alors là, je ne suis pas du tout d'accord avec ta comparaison Fropop.
Je ne vois pas du tout le rapport entre -réclamer plus de qualité dans les rapports humains et -accumuler toujours plus, y compris de faux amis...
Une copine qui sort sa parade nuptiale à chaque fois que tu as un compagnon, une autre qui profite toujours qu'il y ait du monde pour essayer de te casser devant les autres, un copain qui finit par te sauter dessus après des années d'amitié, une nuit où tu demandes à pouvoir dormir chez lui... Bon, c'est vrai, l'amitié homme-femme, entre célibataires en tous cas, c'est souvent voué à l'échec, ou à une histoire d'amour...
Enfin, sans avoir envie de m'épancher encore une fois sur mon vécu, toutes les amiEs que je croyais avoir ont fini par m'apparaître comme des filles, puis des femmes, boursoufflées par la jalousie et l'esprit de compétition et, merde, il faut bien le dire, asséchées par une carence assez fatale en valeurs humaines. Mais je précise que, dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres, mes espoirs n'ont pas complètement tari 🙂

Fropople 15 octobre 2019 à 20:07

@Juliette... Ma comparaison faisait suite à celle de James sur le chien qui chasse des proie, mon cerveau à dériver vers la consommation abusive de l'être humain envers les ressources. désolé pour le HS ^^"
Pour revenir au sujet de la qualité d'une amitié, en effet, il me semble normal de chercher une relation qui nous satisfasse le plus possible. Mon interrogation porte d'avantage sur cet envie intarissable du toujours plus, toujours mieux qui me semble excessive. Revoir un peu à la baisse nos attentes permet à mon sens de bien mieux supporter les petits défauts inévitables qu'il y aura, et donc d'apprécier d'avantages ces amitiés imparfaites.

Fropople 15 octobre 2019 à 20:07

(doublons 😒 )

katian_le 15 octobre 2019 à 20:31

et si j'essayais de devenir mon meilleur ami ? 😉

Jamesle 15 octobre 2019 à 21:53

@ouestlebonheur
D'accord, merci de ta réponse ! D'ailleurs je vais essayer d'avoir ça en tête pour mes prochaines relations, merci encore.
@Fropop
Je n'estime pas avoir une envie interissable de toujours plus en espérant un jour trouver quelqu'un qui me comprenne, qui soit loyal et avec qui je m'amuse... Enfin bref je pense que je vois où tu veux en venir seulement j'ai déjà revu mes attentes à la baisse dans ce domaine, en faire plus serait m'oublier pour les autres, ce qui est malsain et ne m'aiderai pas à avancer vers plus de bonheur (je dis ça d'expérience) je ne parle pas d'acheter une ps4, les amis c'est important pour le bien être, c'est dans notre nature d'animaux sociaux. Peut-etre pas pour absolument tout le monde, mais pour moi oui.
@katian_
Tu parles pour moi ? Si oui je pense déjà être mon meilleur pote par défaut ahah mais c'est différent d'un vrai ami quand même

Du coup ce que je retiens c'est que pour l'instant dans vos messages aucun n'a rencontré de vrai ami comme je le décris... C'est fou quand même, mais comme l'a dit Juliette je garde espoir moi aussi, on verra bien

Julienle 16 octobre 2019 à 08:26

Salut James, salut à tous,

Tu pars de la définition d'un mot, et tu cherches à retrouver exactement le contenu de ce mot, dans la réalité. Si tes relations ne correspondent pas exactement au mot dont tu recherches l'incarnation, alors tu es deçu. Tu en viens même, peut être, à reprocher å certaines personnes, d'avoir echoué à correspondre à ta définition personnelle d'un mot, et tu les as alors sortis de ton dictionnaire intime.

Tu es comme la plupart de nous tous ici, tu t'inventes une réalité imaginaire, par l'intermédiaire d'un mot, d'un concept, d'une idée, d'un idéal, d'un mythe, d'une fiction, d'un rêve, et tu cherches ensuite à conformer, façonner la vie selon cet idéal imaginaire et théorique. Maladie des mots, de la pensée, de l'imaginaire, qui détruisent la vie !

Combien d'entre nous fonctionnent de même avec les concepts amour, courage, vérité, confiance, honnêtete, justice, entraide, soin, générosité, français, intelligent, surdoué, etc ?

Au lieu de s'entêter å vouloir façonner le réel selon l'idee que l'on s'en fait, pourquoi ne pas accueillir la vie telle qu'elle est, les gens tels qu'ils sont dans le moment, sans essayer de savoir qi l'on pourra bientôt en faire un "ami" ou un "pote" ou un "frère" ou une "âme soeur" ou quelque autre mot auquel on va essayer de le faire corresppndre ? Accepter l'imperfection chez l'autre, et le caractère changeant, instable, de sa "personnalité", de ses valeurs, de ses croyances ? Ne pas coller un mot au front de l'autre, pour se l'approprier ? Ne pas l'idéaliser, pour ne pas en être deçu ? Ne pas imposer un cahier des charges, un contrat, avec des droits et des devoirs, à celui pour qui l'on ressent des affinités ?

Moi je n'ai aucun ami, juste des êtres humains dont les lignes de vie se mêlent à la mienne, pour une intensite et une duree de moi inconnues.

Julien

Merlinle 16 octobre 2019 à 08:27

@James je n'ai jamais dit que je n'avais jamais rencontré de vrais amis. Au contraire. Mais ma définition d'un véritable ami ne correspond apparemment pas à la tienne, c'est tout :)

ouestlebonheurle 16 octobre 2019 à 10:44

@julien
<<Tu es comme la plupart de nous tous ici, tu t'inventes une réalité imaginaire, par l'intermédiaire d'un mot, d'un concept, d'une idée, d'un idéal, d'un mythe, d'une fiction, d'un rêve, et tu cherches ensuite à conformer, façonner la vie selon cet idéal imaginaire et théorique. Maladie des mots, de la pensée, de l'imaginaire, qui détruisent la vie !>> 🤔
C'est bien mon problème dans mon couple et l'éducation de mes enfants.
A force de vouloir atteindre un idéal que j'ai façonné dans ma tête on ne sait comment, je n'ai jamais fait attention à eux et aux choses importantes.
Merci de montrer que je ne suis pas seule à fabriquer une réalité imaginaire inatteignable 🙂

Mirobellele 16 octobre 2019 à 11:15

Bonjour à toutes et à tous,
Oh comme je te comprends parfaitement @Juliette. J'ai vécu (et vis encore) ce que tu décris si bien. Tu as choisi le verbe qui correspond le mieux : sauter. Et du côté de mes "amies", tant qu'elles me considèrent comme l'handicapée, tout va bien. Lorsqu'un homme s'intéresse à moi, là rien ne va plus, faites vos jeux. Euh je m'égare.
C'est difficile à expliquer mais j'ai constaté que les femmes supportent encore moins qu'on préfère une personne comme moi. Leur égo en prend un sacré coup car dans leur petite tête, je ne vaux pas grand chose.
Ce n'est pas pour la ramener avec mes handicaps, ils font partie de moi et jouent un rôle important dans les relations amicales, amoureuses ou encore professionnelles.
Je peux me tromper mais j'ai l'impression que l'amitié entre hommes est moins compliquée qu'entre femmes. Je suis encore d'accord avec toi @Juliette quand tu parles d'esprit de compétition entre femmes. C'est sûr qu'il existe aussi chez les hommes avec une différence dans certains cas. Par exemple, si deux amis sont intéressés par la même femme, celui qui parviendra à la séduire sera considéré comme un tombeur, un héros. Une femme sera considérée comme une...
Qu'en pensez-vous ?
Et pour te répondre @James, je ne crois pas et cela me rend triste.

ouestlebonheurle 16 octobre 2019 à 11:58

Pour revenir au sujet amitiés, en fait je crois que je n'aime pas les amitiés fille.
Du plus loin que je me souvienne c'était hyper compliqué d'être sur la même longueur d'ondes, et de savoir faire durer l'amitié. En plus à la faculté n'ayant pas vraiment d'inhibition et mon besoin de reconnaissance, j'ai été la menace des filles autour des garçons ... Ça a fait baisse mon estime de moi. Ce qui me semblait normal n'était apparemment que drague et sal#*pe ...
Et après les études et mon déménagement pas rencontrée de filles je bosse dans un environnement de mecs. C'est quand même plus sain. Sauf quand ça tourne autour de blagues ou commentaires sexistes en ma présence. Ce qui m'a empêché d'être féminine les 1eres années de carrière ayant peur du regard de 1000 mecs sur site ...
La dernière amitié fille que j'ai eu et qui m'a donné espoir il y a 4 ans est décédée il y a 2 ans. Paix à son âme.

Depuis je fais qqes sorties avec un ou 2 potes mecs sans le mari. Mais ça ce compte sur les doigts de la main sur l'année.

C'est quand même plus facile une amitié entre mec. Je ne sais pas expliquer mais en amitié on discute on rigole. Faut pas chercher de sous entendu parce que je suis une fille.

Juliette...le 16 octobre 2019 à 12:26

Je ne comprends pas bien, en quoi prétendre à des relations plus vraies, plus profondes, plus "classe", peut valoir qu'on nous assène, une fois de plus, ce genre de morale culpabilisante qui consiste à nous dire qu'on cherche à faire des autres ce qu'ils ne sont pas, à se palucher les neurones sur des concepts abstraits et non avenus...
Je ne suis pas parfaite, je suis faillible, je merde régulièrement. Mais, merde, je crois pouvoir dire que je consacre une partie majeure de mon énergie vitale à ce que tout le monde aille pour le mieux. Et, oui, je travaille sans cesse à mon amélioration dans les rapports humains. Donc, tout comme @James, @Mirobelle, par exemple, ben je suis juste régulièrement déçue, dégoûtée (pourvu que ce ne soit jamais blasée) par le peu de cas que font certains du respect de l'autre, a fortiori quand on fait genre on est amis. @Julien, je ne suis même pas sûre que l'on parle de la même chose...

Mirobellele 16 octobre 2019 à 14:59

Ok @ouestlebonheur, malgré mes différentes expériences, je reste ouverte car chaque personne est unique, par contre, je ne me lancerai plus dans une amitié aveuglément.
Ma question est peut-être stupide mais avez-vous, eu, toi et @Juliette, des amies HP ?

Fropople 16 octobre 2019 à 15:31

@Juliette Je comprends ton dégoût et ta déception de ne pas trouver suffisamment de respect même avec des "amis", cependant, bien que j'aimerai également trouver plus de respect et d'écoutes chez tout un chacun, ma position de ne pas trop en attendre des autres est ce qui me sert de protection, pour ne pas sombrer seul dans des sentiments désagréable. Je ne peux pas changer les autres et les forcer à m'écouter ou me respecter donc, je garde
une certaine distance qui m'évite cette déception. Je ne dit absolument pas que c'est LA solution, c'est uniquement ma réponse à ce manque de connexions sincères entre les individus.
J'espère que tu n'avais pas pris mes propos comme si j'assénais une moralité, ce n'était qu'une évocation de ma vision de la chose, vision très subjective de mon expérience personnelle 😉
Je ne pense pas non plus que @Julien cherchais à t'asséner un discours moralisateur, c'est je pense (corrige moi si je me trompe ;)) sa déception et son dégoût du coté "insatisfait perpétuel" des Français ^^

Juliette...le 16 octobre 2019 à 15:52

Je n'ai relevé absolument rien qui m'ait gêné dans tes propos @Fropop. Et même ceux de Julien. De toutes façons, pour ma part, je vogue, y'a pas de souci. Je ne me plains même pas forcément d'avoir peu d'amis. Je parlais de profondeur dans les rapports humains. Moi aussi je suis ma meilleure amie. J'aime les gens. J'aime partager. Je ne peux pas m'en empêcher. Je m'enflamme parfois et ai envie de sauter en plein dans le coeur des choses, mais je n'agresse jamais personne et repars la plupart du temps avec ma mine un peu tristounette et mes doux rêves, voguer ailleurs. Mais rien ni personne ne peut empêcher les gens comme moi de ressentir les choses ainsi. Quand @James me parle de ses attentes (mais en fait il n'attend pas hein, il est sûrement tout le temps à essayer de provoquer le meilleur pour tous), ben je me reconnais, voilà tout, et je lui dis que je connais cet état. Et je pourrais en parler des heures mais ça ne changerait rien.
Ca ne m'empêche pas d'être bienveillante, ouverte à toutes les rencontres, et toujours en joie de partager quelques expériences, voire quelques instants, avec plein de gens que je respecte.
Mais, et pour répondre à @Mirobelle, j'ai beaucoup de plaisir à rencontrer des gens d'APIE. Non, je ne pense pas avoir eu d'amiEs HP, des amis, oui, pas mal. Enfin, à mon sens, étant donné d'ailleurs que je ne suis pas moi-même testée. 🙂

Julienle 16 octobre 2019 à 16:21

On pourrait déplacer un peu le terrain de discussion en creusant la définition du mot "ami" : Personne qui de la part d'une autre est l'objet d'un attachement privilégié; celui, celle qu'on aime et/ou qui aime.
A.- [L'attachement est de nature affective]
1. [Il exclut la relation amoureuse]
a) [L'attachement est de nature princ. affective, mais distinct des affections familiales et de la passion amoureuse. Subst. corresp. amitié]

Où le mot "attachement" fait son apparition !

Alors voilà, on s'attache à quelqu'un. L'autre s'attache à nous.

Mais il me semble que, bien souvent, on s'attache à l'image, que l'on se fait de ce quelqu'un : on l'a rencontré(e) une dizaine de fois, on sent des affinités immédiates, des points communs dans le parcours, la sensibilité, la vision du monde... On pense qu'on "connaît" cet autre, sur la base de ces quelques rencontres. On devient "ami" avec cette synthèse partielle d'un vécu entier, qui se présente devant nous, et qu'on appelle "ami".

Et puis, quelques temps après, on découvre une partie de la personnalité de cet ami, un pan de son passé, une tendance jusqu'ici non-manifestée, une peur qu'on croit nouvelle, mais qui avait toujours été là, en latence... et qui nous déplaît, avec lequel on se sent en désaccord. Et alors on est déçu. L'osmose parfaite, la fusion idéale, sont brisées.

On était certain de connaître l'autre, et on s'est trompé.

Combien de temps faut-il, pour pouvoir être en mesure d'affirmer avec certitude, que l'on connait quelqu'un ? Une personne avec derrière elle, vingt, trente, quarante, cinquante années de vie sur cette terre ? Cinquante fois 365 jours d'expériences, de sensations, de blessures, de sentiments, de croyances, de combats, d'accumulation de connaissances...

ouestlebonheurle 16 octobre 2019 à 17:50

Pas d'amiEs HP à ma connaissance. Je ne sais que depuis 4 ans. Et en regardant mon parcours je ne pense pas en avoir croisé.

De toute façon ça m'épuise cette scénographie de faire attention à ce qu'on dit ou fait. Je pense que mes angoisses de nouveautés sociales viennent de là. Et même les gens que j'apprécie je ne sais pas ce qu'ils pensent réellement de moi et je ne le saurais jamais vu le peu d'intimité qu'on a en commun

Jamesle 17 octobre 2019 à 01:20

@julien

Je ne me sens pas du tout concerné par ce que tu décris, je ne suis pas du tout dans ce mode de pensée, tu interprète très mal ce que je dis, si tu as un problème avec le mot amis je peux définir ma question par : avez déjà rencontré une personne répondant à ces critères, c'est tout. je sais même pas quoi dire de plus. je veux juste apprendre de l'expérience d'autres gens qui, je pense, me ressemble afin d'avoir une vue plus complète des choses comme je l'ai dis. Tu ne me connais pas, ne me dis pas des "tu es comme si, tu fais comme ça" je ne suis pas toi, on fonctionne différemment donc parle pour toi ou pour les gens que tu connais mais pas pour moi en tout cas, merci
@Juliette
C'est exactement ça

Julienle 17 octobre 2019 à 06:17

Alright, James

Chounoursle 03 juillet 2020 à 15:08

J'ai la chance d'avoir exactement 3 amis qui sont présents depuis près de 30 ans pour 2 d'entre eux et ils ont une importance capitale pour mon équilibre. On se connaît par coeur et on est conscients de nos défauts respectifs, on a des parcours de vie différents et on n'est pas toujours d'accord sur tous les sujets mais l'amitié qui nous lie nous permet d'aborder tous les sujets sans avoir peur d'être jugé. Il n'y a pas de tabous et la tolérance est naturellement présente. On peut parler librement de ses problèmes les plus intimes et c'est pour moi une source de soulagement énorme. En plus, il me semble inconcevable que ces amitiés puissent avoir une fin et c'est une pensée rassurante.
J'ai toujours envie de rencontrer des nouvelles personnes mais j'ai déjà le principal avec ces amitiés là.

Hatsale 04 juillet 2020 à 11:02

S'aimer soi-même est le début d'une histoire d'amour qui durera toute la vie. Oscar Wilde.

L'amitié m'a souvent déçue... Est-ce que ça venait des autres ? De moi ? De moments "manqués"?... Je ne sais pas. Je ne jugerai pas. Ça m'a enseigné.

Ma meilleure amie ? La vie et tout ce qu'elle m'enseigne me montre m'offre à vivre à être à déployer...

Aujourd'hui j'ai un bel entourage, quelques personnes, très peu finalement puisque assez sauvage et solitaire mais sociale par la force de ma nature, mais j'ai la sensation qu'on continuera de s'accompagner encore longtemps. Des personnes bien différentes de moi et qui ne me comprennent pas forcément dans tout ce que je suis mais avec qui je peux parler de certaines choses, partager certaines choses, pas tout bien sûr mais de l'amour, un amour sain, beau car il y a écoute, attention, entraide, non jugement, attachement sain. Des confidences aussi. Et avoir leur regard permet aussi à mon prisme de s'enrichir.
Quant à l'amitié homme- femme, elle est effectivement compliquée entre célibataires mais faisable, je pense.
L'essentiel étant l'amour la communication le partage l'acceptation, je pense.
Mais c'est pas possible avec tout le monde.

Aussi, je pense que trop d'exigences ne permet pas non plus d'aimer simplement car cela nous fait glisser dans le jugement ( et je suis qqun d'exigeant avec moi-même et donc fatalement avec les autres... piège ? illusion du mental ?....Mais on peut faire un travail sur soi n'est-ce-pas...).
Ainsi, le jugement empêche la liberté et l'amour de se déployer.
L'attention est une jolie clé et lorsque l'on se sent bien avec quelqu'un, partager, approfondir, devient naturel. Peu importe si ce sont des personnes neurotypiques ou atypiques ou autre... Il y a simplement des personnes que l'on reconnaît et qui nous reconnaissent...

L'essentiel est invisible pour les yeux.

Être son propre ami est donc un bon début.

Abderianle 11 juillet 2020 à 22:28

Un propos intéressant que celui d'@Hatsa. En plein ego-trip, oui, il faut bien s'aduler et s'aimer, mais le critère "s'amuser sans recourir à certaines drogues pourtant reconnues pour leur efficacité sociale" rend la chose difficile, car un bon Narcisse ne saurait se passer de lui-même. Le problème d'un ami qui ne vous met pas en contradiction avec vous-même, qui ne vous tance ou ne vous critique jamais aux moments ad hoc, c'est qu'il devient un peu comme un roman moderne : vous perdez votre temps à le parcourir. Une relation n'est-elle pas profitable lorsqu'il y a une certaine relation agonistique ? L'ami doit-il toujours être le complice ? N'est-ce il pas aussi l'adversaire de vos défauts et de vos facilités de pensées ? L'ami doit-il toujours être auréolé de bienveillance, ou n'est-ce pas celui à la chaussure bien dure et à la jambe bien dressée ?

Oui, un psy pourrait noter sur sa feuille : "Amitiés : tendance BDSM. A suivre. Médication ?" Mais à ce titre-là, la vie vous le rend déjà bien.


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?