Amour et amitié

Dépendance affective

  1. Accueil
  2. Forums
  3. discussions libres : Amour et amitié
  4. Dépendance affective
Dépendance affective
Lelunele 10 août 2020 à 00:37

Comment s'en sortir ?

Ce n'est plus vivable comme ça, j'ai besoin d'être seule mais qu'il soit avec moi, il a besoin que je le laisse respirer, ma famille veut me voir aussi mais comme je peux pas envisager d'être trop longtemps loins on se voit à peu prêt 4 jours par an...

En sept ans la plus longue séparation a durée 5 jours et, encore c'était pour le travail, je crois qu'il n'y a pas eu une seule journée où je ne sais pas d'une manière ou d'une autre ce qu'il fait (comprendre par là ça peut devenir violent, manipulateur etc pour avoir ce dont j'ai «besoin», besoin de savoir, d'être rassurée...).

Je ne sais pas vous mais le trouble borderline me parle tellement, à ça prêt que «sentiment de vide» je vois pas trop. Sinon j'ai tout, comportement impulsif, peur de l'abandon etc.

Alors, avez vous des conseils/tips ?

«Il faut lâcher prise, faire confiance»... je sais bien... pour le moment la situation ne fait qu'empirer je met moi même mon couple à mal alors que je veux tout sauf le perdre mais j'arrive pas à me contrôler je me sens complètement folle...

Amarle 10 août 2020 à 09:38   •  

ESt-ce que tu en as parlé à un() psy ?

Hatsale 10 août 2020 à 18:50   •  

Bonjour Lelune.

Quelques questions tout d'abord.
- Penses-tu être dans une co-dépendance affective ou bien tu es la seule des deux à être dépendante ?
- En avez-vous parlé ? Puisque tu sembles avoir déjà la lucidité de te rendre compte que c'est problématique peut-être avez-vous abordé le sujet. Qu'en pense-t-il ?
- Es-tu comme cela dans toutes tes relations ou juste la relation amoureuse.
- As-tu eu d'autres types de relations ou bien ont-elles toujours été vécues sur ce "mode" ?
- Comme @Amar, as-tu déjà consulté pour cela ? Ou avez-vous déjà consulté ensemble pour démêler les fils de ce corsage qui semble se resserrer sur ta poitrine ?
- Est-ce que tu penses que tu l'aimes ou bien aimes-tu seulement l'idée d'aimer et du coup de ne pas être seule ?
- Et donc, as-tu peur d'être seule et du coup tu pourrais rester même mal accompagnée ?
- Selon toi, subjectivement alors, qu'est-ce que l'amour ? L'attachement ?
- T'aimes- tu suffisamment pour trouver la ressource en toi pour aimer l'autre, en d'autres termes penses-tu pouvoir t'aimer suffisamment pour pouvoir (re)trouver confiance en toi et commencer à avoir confiance en lui ?

Parce que les conseils c'est mignon et le partage de tranches de vie est peut-être plus utile car le travail à faire est bel et bien personnel et il convient de regarder le maillage de son propre tricotage.

Bon courage.

Lelunele 16 août 2020 à 10:11   •  

Bonjour @Hatsa @Amar,

- Penses-tu être dans une co-dépendance affective ou bien tu es la seule des deux à être dépendante ? Si dépendance il y a de l'autre côté elle est en tout cas beaucoup moins forte 😉
- En avez-vous parlé ? Puisque tu sembles avoir déjà la lucidité de te rendre compte que c'est problématique peut-être avez-vous abordé le sujet. Qu'en pense-t-il ? Je crois qu'il y a beaucoup de choses qu'il ne comprend pas mais qu'il essai de me rendre le moins triste possible, savoir ce que lui penses est assez compliqué ^^
- Es-tu comme cela dans toutes tes relations ou juste la relation amoureuse ? Toute mais amoureuse c'est comme si je n'avais plus de limite alors que les autres je me retiens.
- As-tu eu d'autres types de relations ou bien ont-elles toujours été vécues sur ce "mode" ? Ma famille est un peu un autre monde.
- Comme @Amar, as-tu déjà consulté pour cela ? Ou avez-vous déjà consulté ensemble pour démêler les fils de ce corsage qui semble se resserrer sur ta poitrine ? Je consulte (pour cela et beaucoup d'autres choses) on ne consulte pas ensemble (il y a une question d'argent aussi).
- Est-ce que tu penses que tu l'aimes ou bien aimes-tu seulement l'idée d'aimer et du coup de ne pas être seule ? Je l'aime, aucun doute là dessus.
- Et donc, as-tu peur d'être seule et du coup tu pourrais rester même mal accompagnée ? Je n'ai pas peur d'être seule, j'aime la solitude, j'ai peur qu'il ne m'aime pas...
- Selon toi, subjectivement alors, qu'est-ce que l'amour ? L'attachement ? De penser à peu prêt tout le temps à l'autre, de vouloir tout partager avec lui que se soit positif ou négatif, de vouloir son bonheur plus que tout.
- T'aimes- tu suffisamment pour trouver la ressource en toi pour aimer l'autre, en d'autres termes penses-tu pouvoir t'aimer suffisamment pour pouvoir (re)trouver confiance en toi et commencer à avoir confiance en lui ? Je m'aime bien plus que beaucoup d'autres que je connais, mais il y a un "gros" soucis au niveau de ma valeur. J'ai plus confiance en lui qu'en n'importe qui (moi compris), ce qui est assez lourd pour lui à porter je pense.

Lounale 17 août 2020 à 13:32   •  

Bonjour @Lelune, j'étais très dépendante affectivement lors de mes anciennes relations.. et ça c'est toujours très mal fini. J'ai pas la recette miracle, ça fait pas longtemps que je suis sortie de ça, et je bataille encore un peu. Contrairement à toi je détestais tous les aspects de moi-même, alors bon tu imagines bien que j'avais l'impression de n'avoir aucune valeur, d'être encore moins que rien.. j'avais besoin d'être en couple pour avoir l'impression d'être utile. Je me suis séparée un peu avant le confinement, et ce dernier m'a été très bénéfique. J'ai travaillé sur ma perception de moi-même, j'apprends à m'aimer et à reconnaître ma valeur, c'est pas simple mais bon c'est important pour moi et aussi pour ma relation aux autres. En reconnaissant ma valeur, ou du moins en essayant ça a débloqué plein de chose dans mon petit cerveau. Par exemple, je ne ressens plus le besoin d'être en couple, et avec mon ex on se redonne une chance parce que j'en ai envie et non besoin .. et il m'a déjà dit que c'était plus simple pour lui aujourd'hui, parce que je suis moins étouffante, et même pour moi c'est beaucoup plus simple. Je n'ai plus ce besoin d'être rassurée qui était excessif à l'extrême, je suis moins angoissée pour tout et n'importe quoi. J'ai moins peur de l'abandon aussi, alors que rien ne m'a jamais fait plus peur.. à en faire des cauchemars et des crises d'angoisse.

Il y a encore énormément de moments ou j'aimerais qu'il me rassure, mais j'essaie de gérer. Je me dis aussi qu'il me rassure à SA manière, que je dois accepter que, même si c'est différent de ce que j'attends, c'est quand même là, c'est quand même fait. Peut-être que l'une des clefs pour diminuer ce besoin viscéral c'est de comprendre le langage verbal et non verbal de l'autre et de le prendre pour ce qu'il est. C'est pas évident, mais ça libère. Je suis pas sure d'avoir été très claire ou dans le sujet.. si jamais tu veux en discuter, on peut en MP avec plaisir.

catyle 17 août 2020 à 16:14   •  

Quand on est pas bien, faut juste imaginer une situation pire pour nous mais qui ne se produit pas dans le moment et du coup tout va mieux. J'ai mis du temps à comprendre cela mais c'est efficace.

Sebunkenle 18 août 2020 à 09:40   •  

Hello @Lelune.

Connais tu les événements et conséquences antérieures qui t'ont poussés à avoir cette dépendance affective ?
Si tu pouvais peut être plonger dans ton passé pour que l'on puisse mieux saisir le pourquoi du comment et tout ces mécanismes qui t'on rendu comme ça. Ca pourrai peut être nous donner des pistes.

Lelunele 18 août 2020 à 11:07   •  

@caty je vais y songer merci ^^
@Sebunken simplement que ma mère s'est pas assez occupée de moi à mon goût quand j'étais petite 😉

Juliette...le 18 août 2020 à 11:34   •  

@Lelune, nous sommes très très nombreux, si pas tous, à passer par des dépendances. On peut en connaître une, la dépasser, pour retomber dans une autre, et ainsi de suite. Ou pas, peut-être. En parler à un psy, ça peut permettre, déjà, de se délester d'un peu de sa culpabilité. Personne ne se retrouve "addict" par bêtise, facilité, ou que sais-je encore... Et puis, si tu es comme moi, tu as peut-être un regard trop sévère sur tes comportements, ou en tous cas tendance à plutôt relever tes comportements négatifs. Il faut trouver des moyens pour, de plus en plus souvent, s'abreuver de ses côtés réjouissants. L'amour de soi est la base, bien sûr, mais il peut aussi y avoir "incompatibilité" avec l'environnement. Dans ce cas, plus on se rapproche d'un environnement qui nous convient mieux, plus la dépendance se distend, ou mieux on peut l'accepter et dans ce cas elle se distend aussi. Bon, sans partir dans des monologues interminables, je dirais qu'en premier lieu, moi aussi, je pense qu'un psy pourrait déjà t'aider à dédramatiser un peu. Dans un premier temps bien sûr. Bon courage à toi!


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?