Amour et amitié

En amour, lecteurs et lectrices de SF et fantasy seraient plus compréhensifs

  1. Accueil
  2. Forums
  3. discussions libres : Amour et amitié
  4. En amour, lecteurs et lectrices de sf et fantasy seraient plus compréhensifs
En amour, lecteurs et lectrices de SF et fantasy seraient plus compréhensifs
Aurelle 03 décembre 2018 à 13:03

"Une équipe de chercheurs et chercheuses, sous les ordres de Stephanie C. Stern de l'université de l'Oklahoma, [s'est lancée] dans une étude portant sur la psychologie de lecteurs et de lectrices pour évaluer l'impact de la lecture sur les relations amoureuses. Les résultats, publiés dans la revue Psychology of Aesthetics, Creativity, and the Arts, suggèrent que fantasy et science-fiction sont deux genres susceptibles de rendre plus sensibles et compréhensifs, dans le cadre d'une relation."

La suite est à lire ici : https://www.actualitte.com/article/monde-edition/en-amour-lecteurs-et-lectrices-de-sf-et-fantasy-sont-plus-comprehensifs/90291

Et vous, qu'en pensez-vous ? 😉

Aluminele 04 décembre 2018 à 16:07

Il reste à savoir si la lecture de SF et de fantasy rend vraiment plus compréhensif, ou si les personnes plus compréhensives que les autres apprécient juste davantage ces genres de littérature...

Aurelle 05 décembre 2018 à 12:43

Très juste, Alumine !
Post hoc ergo propter hoc...
C'est hélas, j'ai l'impression, de plus en plus fréquent dans les publications scientifiques (tout au moins celles dont je prends connaissance). Un dommage de la course à la publication ?

Aluminele 05 décembre 2018 à 22:00

Je fais la même observation ! Pour moi la presse choisit ses titres de façon à toujours avoir quelque chose de sensationnel à dire. Sans doute est-ce moins fréquent dans les revues scientifiques sans vulgarisation ?

Mais sinon, en tant que lectrice de fantasy et de SF, je trouve effectivement les personnes partageant ce goût avec moi plus abordables

Aurelle 14 décembre 2018 à 20:26

On y trouve moins de sensationnel, certes, mais la course à la publication fait hélas pas mal de dégâts : erreurs, biais, auto-censure, échantillons peu représentatifs, voire résultats parfois purement et simplement inventés ou "arrangés".
Il faut publier - régulièrement - pour être reconnu et, par conséquent, obtenir des crédits, avec les effets pervers que cela comporte.
Les citations et références fournies dans les publications jouent aussi beaucoup...
Un court article qui en parle, pour celles et ceux que le sujet intéresserait : https://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/edition-scientifique-plus-d-articles-moins-de-serieux-1.html

Siryackle 10 octobre 2019 à 20:59

😄
Je partage complètement ce que vous dîtes !! @Alumine.
(ah oui ! J'ai "remonté dans le passé" des fils de discussion, juste par curiosité et hasard... 😜 ). Ma curiosité inhérente qui sort "des normes" actuelles. 😜

Maintenant, les publications scientifiques cherchent à faire le "buzz". Serait-ce simplement pour avoir une visibilité plus importante pour pouvoir bénéficier de financements ?! Le fait est que la "science" n'est pas/plus sans rapport avec un certain environnement : économique, politique, médiatique...

Chose que j'ai posé en question durant une "fête de la science" il y a de ça quelques décennies, lors d'une conférence sur la méthode scientifique à Nantes... (évidemment on ne m'a pas répondu, je "sortais" du cadre posé... Je dérangeais. -et en plus je n'étais pas scientifique ! 😄 ).

L'environnement de la science, qui ne peut être "déconnecté" en aucune manière de ce qui l'entoure : économique (le financement), politique (les pressions), médiatique (ce qui est "à la mode", fait le buz) ... et j'en oublie.

J'ai lu "ton" article, @Aurel.
Je ne sais pas quoi en penser !
Genre de futilité -il me semble- dont la science s'occupe... C'est clair que ça fait avancer le shmilblick !! 😄 😄

J'ai aussi lu vite fait le lien que tu as posté dans ton dernier post, @Aurel.

Effectivement, j'avais déjà lu des articles sur ce sujet : la fréquence et la visibilité des articles scientifiques ne font pas nécessairement la pertinence et le sérieux de la méthode scientifique employée !

La science perçue comme nouvelle religion... (Oh ! Le sacrilège que je viens de nommer !! 😜 )
N'empêche ! J'ai rencontré quelques personnes scientifiques qui avaient la science comme nouvelle religion, avec ses dogmes, rituels, voire ses gourous...

Pour rappel : la science n'est qu'une démarche rationnelle -se voulant objective- visant à appréhender le réel. La science n'est en aucun cas une vérité ultime. Elle s'appuie sur des faits reproductibles dans le temps et l'espace. Ce qui fait comme résultat comme "hypothèses" les plus statiquement les plus probables.

Dixit certains scientifiques humbles : "si vous voulez avoir des certitudes, alors tournez vous plutôt vers les religions !" (dogmes en aucun cas à remettre en question).

La/les sciences ne sont en aucun cas des certitudes. Le propre de la méthode scientifique est bien de pouvoir de remettre en question les hypothèses, méthodologies, résultats, variable... etc...

La/les sciences n'est-ne sont pas un dogme. 😜

(mon intérêt pour l'épistémologie...)

Je ne dénigre pas la méthode scientifique, je la "recadre".

Quand je perçois certains scientifiques qui sont plein de certitudes... ça a tendance à m'agacer. 😈

Et je perçois la "foi" en la science, sociétalement...

Désolé, j'ai là vu l'occasion d'exprimer une certaine "opinion" épistémologique. 😶

franchle 08 avril 2020 à 21:33

@Aurel
À propos des publications scientifiques, une étude ne suffit jamais à se faire une idée de la réalité, il y a l'idée des méta-analyses qui décortiquent toutes les études faites sur un sujet précis comme le GIEC par exemple, le fait pour le climat par exemple), ce qui permet de s'approcher du certaine objectivité. Sinon, DirtyBiology résume parfaitement le gros problème des parutions:
[voir la vidéo],
et Hygiène mental est aussi très clair sur le sujet.

@Siryack
La science comme religion, et oui ça existe, mais c'est surtout le courant "scientiste" (la science c'est la vérité). Les courants scientifiques sont multiples et certains sont humbles.
"Prétendre que la science nous dit la vérité est aujourd'hui caduque" Edgar Morin, directeur de recherche au CNRS.
(c'est peut-être pas "dit" mais c'est l'idée.

Aurelle 09 avril 2020 à 01:26

Beaucoup de choses intéressantes sur lesquelles rebondir...

Bon, en guise de précaution liminaire, je tiens à préciser, même si c'est sans doute évident, que mon vieux post initial se voulait presque une plaisanterie. 😉
Cette... "étude"... m'avait amusé (en particulier pour avoir dévoré pas mal de SF et rester un afficionado du genre) . Et son plus gros biais - en tout cas dans la retranscription qu'en fait le site actualitté (je n'ai pas lu le papier original) - quand même plutôt flagrant. 😉

Pour le reste, il me vient une analogie.
Le rock n'est pas de la musique : c'est un état d'esprit.
Eh bien, la science c'est la même chose.

citation :
je perçois la "foi" en la science, sociétalement

Nonobstant le fait qu'utiliser les mots "foi" (et/ou "croire") et "science" dans une même phrase soit régulièrement susceptible chez moi de déclencher une sévère crise d'urticaire ( 😉 ), ce que tu dis Siryack est - à mon sens en tout cas - l'illustration de ce que la science n'est pas comprise par beaucoup (trop) de nos contemporains. C'est en tout cas comme cela que je le comprends, et que je peux l'observer.
Un exemple parmi tant d'autres : "Bah, on trouvera bien une solution". Eh bien, non, pas nécessairement. On peut ne pas avoir les compétences. On peut ne pas avoir les connaissances suffisantes pour aborder le problème. On peut même ne pas avoir de quoi réellement comprendre ce dernier. On peut ne pas (ou plus) avoir ce qu'il faut (réactifs, ressources, ...) pour mettre en place une solution potentiellement trouvée. Et le problème peut très bien, tout simplement, ne pas avoir a priori de solution.
Sans compter que la solution, s'il y en a a priori une, peut très bien finalement ne pas fonctionner ou elle-même poser de nouveaux problèmes.
Je trouve en tout cas un tel état d'esprit hautement dangereux...

(pour l'aparté : avec la crise de défiance et la remise en cause de toute forme habituelle d'autorité que nos sociétés connaissent, je me demande comment cela va évoluer à l'avenir)

citation :
le courant "scientiste" (la science c'est la vérité)

citation :
Prétendre que la science nous dit la vérité est aujourd'hui caduque

Il faudrait déjà définir ce que l'on entend par "vérité"... A mon sens, il n'y a pas de "vérité" dans la nature, pas plus qu'il n'y a de mensonge.
Il y a des faits, il y a des mécanismes, il y a des réactions, il y a des interactions, il y a beaucoup de choses, mais pas de "vérité".
La "vérité", c'est quelque-chose que je laisse volontiers aux religions (tant qu'elles ne viennent pas m'embêter 😉).

Aussi, je ne comprends pas la citation de M. Morin.

La science a notamment pour objet de décrire le monde, de le comprendre.
Pour ma part en tout cas, c'est à ce seul domaine que je fais confiance pour ce faire (en dehors de toute considération, s'entend, sur le dévoiement possible de la méthode et des process, sur les publications surabondantes (*) - parfois basées sur des cohortes ou des échantillons ridiculement faibles, parfois bidonnées, parfois orientées (sur le sujet de l'effondrement des populations d'insectes, par exemple), mais c'est - à mon sens - un tout autre sujet qui ne relève pas de la science elle-même).

(*) "Publier ou périr" : quelle idiotie, et quel gâchis.

Merlinle 09 avril 2020 à 08:38

Le rôle de la science, c'est d'expliquer des faits. Cela n'a donc rien à voir avec les religions, les croyances ou même les opinions. Exemple : le réchauffement climatique n'est pas une opinion, c'est un fait. Que certains le contestent ne le rendent pas moins réel.

Il est vrai que les scientifiques sont humains. En tant qu'humains, ils peuvent se tromper, tricher, être paresseux, ambitieux... et dévoyer leur travail pour parvenir à leurs objectifs personnels. Mais l'avantage de la science, c'est que lorsque des études dévoyées sont publiées, elle permet de le démontrer. Encore une fois parce que la science se préoccupe de faits. Quand les industries du tabac faisaient réaliser des études pour tenter de démontrer que fumer n'était pas nocif, d'autres scientifiques ont pu prouver le contraire et montrer du doigt les failles des études de complaisance. Pas avec des opinions ou de la dialectique, mais avec.. des faits !

Le hic c'est effectivement, comme le souligne @Aurel, l'absence quasi-totale de culture scientifique y compris chez un public cultivé. J'ai parfois été effaré de voir que certaines de mes connaissances (pourtant loin d'être bêtes ou ignares) n'avaient aucune notion de la manière dont fonctionnent certains phénomènes pourtant élémentaires. Et cette inculture scientifique sert de terrau à des tas de "théories alternatives," de manipulations politiques et religieuses, aux conspirationnistes... Comme les gens en général n'ont pas de connaissances scientifiques, ils traitent les faits comme des opinions et rejettent ceux qui ne leur conviennent pas. On se retrouve alors face aux deux dangers que renforce l'utilisation des réseaux sociaux :

Le biais de confirmation : on privilégie les informations qui vont dans le sens de ses propres opinions. Cela veut (aussi) dire que l'on va privilégier les prises de positions spectaculaires d'un gourou par rapport à celles d'un scientifique parce qu'on baigne dans un milieu qui ne parle que de religion (par exemple).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_de_confirmation

Le "cherry picking" : là, on va ignorer superbement les faits qui nous donneraient tort pour ne choisir soigneusement que ceux qui sembleraient nous donner raison.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cherry_picking

J'ajouterai à cela le fait que ceux qui écrivent des pamphlets ou réalisent des vidéos Youtube qui critiquent ou ignorent des faits scientifiques donnent l'impression d'être plus compétents que les vrais spécialistes scientifiques du domaine. On a une manifestation flagrante de l'effet Dunning-Kruger : en gros, moins on est compétent sur un sujet, plus on pense qu'on l'est.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Dunning-Kruger

Une des grandes causes de ces dérives est l'honnêteté des scientifiques. La grande majorité d'entre eux (les bons) vont vous parler de "théorie" pour tout ce qu'ils avancent. Parce que la science fonctionne comme ça : on examine les faits et on bâtit une théorie qui les explique. La théorie peut toujours être remise en question... mais par d'autres faits qui devront alors rester en cohérence avec les premiers, et toute nouvelle théorie devra les expliquer tous ! Mais pour le grand public, s'ils disent "théorie" et "nous pensons que," c'est que la science est une opinion... et on se retrouve dans les problèmes précédents.

Pour avoir un côté spirituel marqué et me plonger souvent dans des domaines touchant à l'irrationnel, je ne remets pas pour autant en cause la science. Même en "spiritualité," on peut éviter d'ignorer les faits ;)


Oh, au fait... ce dont parlait @Aurel, le "cum hoc ergo propter hoc" est en relation directe avec le sujet du post, mais pour ceux qui n'en auraient pas entendu parler, il s'agit simplement de dire que corrélation ne signifie pas causation. On peut aligner des graphiques qui se superposent presque entièrement sans que l'un provoque l'autre. Les zététiciens appellent ça "l'effet Cigogne". Ca vient d'une époque où on avait cartographié les lieux fréquentés par les cigognes en Alsace et qu'on avait remarqué que c'était (aussi) les lieux où la natalité était la plus forte. Cela veut-il dire que les cigognes ont un rôle dans la fécondité humaine ? ;) (réponse : quand l'étude a été réalisée, la fécondité était plus forte en zones rurales qu'en zones urbaines. Et les cigognes nichaient principalement en zones rurales). C'est le même genre de "rapprochement" qui fait dire à certains illuminés que la 5g est responsable de la propagation du Covid-19.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cum_hoc_ergo_propter_hoc

Amarle 09 avril 2020 à 23:27

@Merlin : tylervigen.com
Je te conseille ce site qui recense des corrélations...folkloriques 😄
Exemple : corrélation parfaite des dépenses US pour la science et le nombre de suicides par pendaison aux US également.

Aurelle 10 avril 2020 à 03:09

Ce qui est certain en tout cas, c'est que chaque fois que je m'endors avec mes pompes, je me réveille avec un sacré mal de crâne... 🤔

Merci pour le lien, Amar. 🙂

Maverickle 10 avril 2020 à 04:28

@Aurel, j'adore comment ce fil dérive ... 😄

@Merlin, j'adore ton intervention, comme la plupart de tes autres interventions d'ailleurs

@Amar, j'adore le site tylervigen.com que tu suggères, et en particulier la "corrélation" entre l'âge de Miss America 😍 et les meurtres par vapeur, gaz chauds et objets brûlants 😈 (consécutifs à l'application par certaines épouses de leur fer à repasser sur la face lubrique 😜 de leur mari regardant la finale de Miss America à la télévision, sûrement 😉 et apparemment une prime à la maturité des lauréates 😋 )

Amarle 10 avril 2020 à 11:44

@Maverick
😂
Finalement tout s'explique 😈 😇

Merlinle 10 avril 2020 à 12:07

@Amar thanks for the link :)


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?