Amour et amitié

Seul ou mal accompagné ?

  1. Accueil
  2. Forums
  3. discussions libres : Amour et amitié
  4. Seul ou mal accompagné ?
Seul ou mal accompagné ?
Jamesle 22 mars 2020 à 04:50

Situation : tu es dans un bateau, pépère, quand TOUT À COUP une tornade surgit de nulpart et détruit le bateau. Toi et 100 personnes que tu ne connais pas vous échouez sur une île déserte. Certains savent pêcher, d'autres construire des abris, d'autres faire du feu etc. Des trucs que toi tu ne sait pas faire et qui t'aideront à survivre sur cette île terrifiante ( ouais maintenant elle est terrifiante)
Toi ce que tu sais faire c'est construire un bateau assez grand et solide pour tout le monde afin de quitter l'île et de retourner chez vous. si tout le monde t'aide à le construire, vient et compose un équipage, alors le voyage sera secure. Par contre si tu es seul dans ton petit bateau rien ne te garantit de ne pas te faire emporter par les vagues requin ou etc, ça sera potentiellement une énorme galère

Cependant personne ne veut t'aider à construire le bateaux qui pourrait tous vous sauver, personne ne veut partir avec toi

Choix :
1) rester sur l'île terrifiante et lugubre (et oui) dans des conditions précaires pour bénéficier de la sécurité du groupe ?
2) prendre le risque que ça parte totalement en couille et que tu meurs seul dans l'océan mais suivre la seule voie que tu sais cohérente par rapport à tes objectifs ?

Je pense que vous avez compris le parallèle

Que choisissez-vous ? Et pourquoi ?

Situation 2 : même scénario sauf que cette fois tu veux juste convaincre une seule personne de partir avec toi (car tu es un batard ou un constructeur de bateau totalement flingué )
Tu leur propose un par un
Les 30 premièrs ne sont pas intéressées / ont peur
Les 30 d'après se moquent de toi car ils trouvent ton idée stupide
Les 20 qui suivent trouvent ton idée dangereuse et s'en prennent à toi dans le but de te tuer, tu y échappe de justesse grâce à tes cours de taekwondo en 6e
Les 19 derniers ont tenté de voler ton bateau et de partir avec, ils l'ont bcp abîmé ce qui risque de mettre en péril ton plan
Choix :
1) proposer à la dernière personne restante, sachant qu'aucune avant elle n'a voulu t'accompagner et que beaucoup t'ont mit en danger, sachant que ton bateau est fragile et ne résisterait sûrement pas à une énième tentative de vol, garderais-tu un espoir assez solide que cette personne soit le 1% exceptionnel sachant que pour l'instant 100% des gens à qui tu l'as proposé ont refusé ou t'ont mit en danger ?
2) tu te casse en abandonnant potentiellement la seule personne qui voulait être sauvée et croyait à ton plan, de plus tu as toujours de gros risques de mourir seul dans l'océan alors qu'à 2 les risques sont minimes (c'est pas logique mais on s'en fout OK ?)

Tu choisi quoi ? Et pourquoi ?
J'attends vos réponses avec impatience, je sens que ça va être marrant 😉

Juliette...le 22 mars 2020 à 05:06   •  

🙂 @James, tu as l'art de pimenter (d'aggraver? 🤔 ) le non repos de l'insomniaque 😄
Je vais y réfléchir...

Jamesle 22 mars 2020 à 05:08   •  

Ahahah désolé je m'ennuyais ! 😂 peut-être qu'y réfléchir t'aideras à dormir qui sait 😉 j'attends ta réponse avec impatience

Berengerele 22 mars 2020 à 07:06   •  

@James 😂
Heu....si ce sont tous des hommes, je préfère me casser vite fait. Si ce sont toutes des femmes, on s'étripe dans les 24 heures !
Non, en fait, je reste, je construis quand même mon bateau histoire de voir s'ils changent d'avis, je navigue un peu, je pêche, et je continue d'essayer de les raisonner. Mais je sais que ça sera long !
La mer en solitaire, ça me fait trop peur 😱

Merlinle 22 mars 2020 à 08:01   •  

Hm... Je vois (aussi) le parallèle ;) Les scénarios sont bien imaginés, au passage !

Dans le premier cas, c'est la seconde solution sans réserves.

Dans le second cas.. it's compicated. Cela va dépendre de la personne. Si j'ai un bon feeling (ce n'est pas logique, donc cela ne s'explique pas), ce sera la première solution. Sinon la deuxième.

"Mieux vaut être seul que mal accompagné" est une devise que j'applique depuis longtemps ;)

Fropople 22 mars 2020 à 08:12   •  

@James
citation :
tu es seul dans ton petit bateau rien ne te garantit de ne pas te faire emporter par les vagues requin ou etc, ça sera potentiellement une énorme galère

Faudrait savoir, c'est un petit bateau ou une énorme galère ? 😜 😄

Juliette...le 22 mars 2020 à 08:31   •  

Moi aussi je suis flippée, la mer, toute seule! Mais je suis bien obligée de choisir la 2ème solution pour le 1er cas. Cette île est lugubre, merde!
Pour le 2ème cas, 1ère solution. Et oui, j'ai appris que les apparences peuvent être bien trompeuses, et que mon feeling me portant vers telle personne n'est pas toujours très bien éclairé.
Et, je pense comme Merlin, tu es très fort en scénari, scénarios?

Juliette...le 22 mars 2020 à 08:44   •  

@Fropop, elle est bonne 😉

catiminile 22 mars 2020 à 10:13   •  

Je ne suis pas branchée astrologie, cependant, je suis balance ascendant vierge : air et terre. L'eau me terrifierait plus que l'île sinistre. D'autre part, faire confiance à une seule personne ? Impossible. L'humain est toujours à surprise. Je crois que je me ferais très bien à la vie de groupe à laquelle je n'adhérerais qu'en surface. Me démener sur l'île, me rendre disponible, attentive et aidante pour les autres mais conservant pour moi ma vision pessimiste de notre avenir face aux dissensions, à l'égoïsme de certains, à la vision étroite de la plupart. Cette lucidité, je l'ai toujours eu mais ne m'autorise pas à obliger ceux qui en sont dépourvus de la reconnaître. Ce que je répète toujours : nous n'avançons pas tous au même rythme alors attendre sans colère les prises de conscience. S'extraire du groupe donc supporter le rejet peut mettre notre vie en danger.

Jamesle 23 mars 2020 à 13:01   •  

Vos réponses sont géniales 😂 😂 merci @Merlin et @Juliette, j'en referais si j'ai l'inspiration ! Pour ma part j'aurais choisi la 2) pour le premier cas car j'estime que la liberté vaut plus que la sécurité liée au groupe et aussi qu'on sous estime souvent nos capacités individuelles par instinct
Pour le deuxième je choisirais encore la 2) à contre coeur mais j'estime que les chances sont trop faibles de plus c'est souvent quand on a le plus besoin de trouver un allié qu'on s'allie avec de mauvaises personnes (surtout dans ce cas là où mon bateau est abîmé etc je ne prendrais pas le risque !!)
Si vous avez d'autres petits dillemes ou truc du genre je suis preneur ?

Dreamerle 13 décembre 2020 à 13:31   •  

Situation 1- réponse 2... Situation 2, choix 1. Tout simplement :).
Je pense que dans certains cas, la sécurité offerte par le groupe est minime voire illusoire, surtout en situation de survie (les ressources alimentaires, les armes, les sources de feu seront l'apanage de ceux qui ont davantage de force physique, c'est foutu pour une femme menue sauf si... elle "se met en couple" avec un homme costaud etc, comme dans les films :), ou si elle a la chance d'être protégée par un homme/des hommes, en situation de conflit...de mon côté je préférerais me demerder seule dans cette situation, coûte que coûte).
Dans d'autres cas, par exemple dans le cas d' un groupe d'amis proches , la coopération et la survie ensemble peuvent être davantage envisagées...
En tout cas, je préfère me débrouiller seule et garder mon indépendance , et si dans un tel contexte je périrais dans les vagues ou morte de faim, je ne regretterais rien :).
Mieux vaut être seule que mal accompagnée.

Merci @James d'avoir posé ces questions et envisagé ces situations !

Elisabaitle 28 décembre 2020 à 04:31   •  

@James
Analyse de la situation 1 :

Bien que le scénario parle de choisir entre un groupe de personnes ou être seule, je pense que c'est transposable à une histoire d'amour, d'amitié ou de vie sociale.

Dans cette situation, tu dis que tu ne connais pas les 100 personnes, donc, c'est une relation naissante.

Tu précises que ces personnes ont des compétences et des qualités diverses là où je suis déficitaire, donc elles me complètent.

Tu indiques en outre qu'elles ne sont pas hostiles et qu'au contraire elles ont la volonté de m'aider, donc de construire quelque chose avec moi.

En conséquence, tu décris une relation naissante avec une/des personne(s) que je ne connais pas encore, qui a/ont du potentiel et qui est/sont bienveillante(s).

Dans le choix entre, d'une part, essayer une histoire naissante prometteuse, permettant de construire quelque chose et, d'autre part, aller seule à la dérive pour suivre une décision inconséquente au prix de ma vie, je choisis la tentative avec le groupe, parce que je ne considère pas, ici, être « mal accompagnée » : même si l'île est hostile, les gens, eux, ne le sont pas.

L'île inhospitalière représenterait la vie et ses aléas. Ce n'est pas parce qu'on traverse des vissicitudes que l'on doit plaquer les gens au début d'une relation.

Dans ton histoire, tu dis aussi que tout le monde contribue à aider les autres en mettant leur compétences au service du groupe, mais toi, tu décides de ce qui est le mieux pour eux, que c'est le bateau qui les sauvera, et puisqu'ils ne veulent pas faire ce que tu leur demandes, tu préfères les quitter, même si cela signifie une mort certaine pour toi.

Pour moi, une relation, ce n'est pas sauver l'autre, ni partir parce que l'autre ne s'est pas soumis à mes desiderata. Une relation c'est une co-construction, un partage.

Une chose qui m'a paru intéressante dans ton histoire, c'est que ton personnage comprend qu'être avec les autres c'est plus sécure, que ce soit sur le bateau ou sur l'île, mais il considère comme possible l'option de risquer sa vie en partant seul sans donner une chance aux autres, sans construire la relation. Je trouve que c'est caractéristique de notre société individualiste : on veut la sécurité, on veut le couple, on veut l'amitié, mais sans faire de compromis, avec l'idée que l'on peut tout s'octroyer sans se soucier des conséquences.

Toutefois, si la situation avait été celle de choisir métaphoriquement entre partir ou rester avec des personnes avec lesquelles ça se passe mal, j'aurais choisi de quitter l'île, parce qu'en effet, mieux vaut alors être seule que mal accompagnée.

Réponse à la situation 2 :

Je rejoins ce que d'autres ont dit : ce n'est pas parce qu'il y a eu des histoires malheureuses qu'il ne faut plus prendre le risque de rencontrer l'autre. En effet, vivre, c'est déjà en soi une aventure risquée et tu ne sais pas à l'avance sur quel « chocolat » tu vas tomber, comme disait l'autre 😂

De plus, ton risque reste contrôlé puisque tu précises dans ton histoire que ta compétence particulière c'est justement de construire des bateaux. Donc si ton bateau venait à pâtir de cette dernière rencontre, tu en construiras un autre, c'est ainsi que dans la vie, on se prend des coups qui meurtrissent notre petit coeur, mais comme le phénix, on peux renaître de nos cendres et reconstruire une meilleure version de nous-mêmes, forts des leçons apprises, pour continuer à avancer.

Donc je choisis de donner sa chance à la dernière personne, c'est peut être une personne exceptionnelle.

Merci pour ces scénarios, c'était vraiment cool ;)

Justmele 30 décembre 2020 à 11:45   •  

Dans les deux scénarios je choisis la 2 eme solution. Pour le premier tout simplement parce que si personne n'a souhaité m'apporter un minimum d'aide c'est que je n'ai strictement aucun interet pour eux, de ce fait pas ma place et du coup rester "juste" pour la "sécurité" du groupe je dis niet ( trop desctructeur selon moi) et je préfère prendre le risque de partir seule sachant que ,quand meme , vu le bateau que je suis capable de construire y a forcément des capacités à tenir tête à l'océan! La nature est cache si elle veut me bouffer elle le fera de manière franche, nette , l'être humain quant à lui.....
Et pour le 2eme scénario bah en fait le premier m'a tellement "absorbé" et me suis tellement mise dedans (mdr) que bah.....je me casse , ils m'ont saoulé et pour moi du coup même le dernier il faut s'en méfier!!!!
Merci pour ces deux scénarios!
je suis nouvelle et franchement je ne pensais pas du tout réussir à entrer dans le "jeu". Merci James

Piotreck56le 06 janvier 2021 à 09:43   •  

Sympathique choix légèrement cornélien !!
Je tente avec les aleas de faire confiance au dernier bonhomme et ainsi de fuir de cette ile terrifiante... car seul on est en proie a ses propres folies, a ses demons... et meme si mon cerveau turbine, l'avis dun tiers peut etre bénéfique fave a un doute sur la route a suivre. Nous sommes des etre de nature sociale, ayant besoin de contacts.... on peut passer pour un fou en ayant une idee non logique, mais si elle s'avert bonne et bénéfique, on passe de fou a heros!
Le depart en mer ne se fera pas sans heurt, sans commentaires... mais sil y a une chance de sen sortir il faut la tenter plutot que de risquer de mourrir sur une ile peu accueillante !!!

Jamesle 16 janvier 2021 à 11:01   •  

Merci à tous pour vos réponses ! C'était très intéressant à lire. @Elisabait merci de ta réponse, j'aimerai te répondre à mon tour
Situation 1
tout d'abord je tiens à préciser que pour moi l'île ne représente pas la vie, seulement un choix de vie, si tu la quitte ce n'est pas pour mourir mais juste pour retrouver la civilisation et une vie normale. En effet cela peut se rapporter à des relations amoureuses ou non, c'était ça l'idée.
Je tiens aussi à dire que ne pas vouloir de mal à quelqu'un de prime abord ne veut pas dire être bienveillant, c'est juste neutre, tu n'as pas de raison d'être malveillant donc tu ne l'es pas mais ça ne fait pas de la personne quelqu'un de forcément bienveillant.
En effet les personnes peuvent te compléter si tu décide de rester dans ce cadre pas ouf duquel tu sais pouvoir t'échapper et revenir à la normal ( ce que concrètement les gens veulent aussi (retrouver leur famille, leur vie etc)) ce qui les bloque ce n'est pas l'envie en soit, c'est la peur et le manque de confiance en mon projet de bateau. Moi j'ai confiance en mes capacité de fabriquer ce bateau et si ils refusent je ne les force pas je prend la mer en solo c'est tout, je n'essaie pas de les forcer à faire ce que j'ai envie, j'ai une solution à un problème commun qui nécessite de l'aide, si ils refusent tant pis !
Même si ils ne sont pas hostiles ça ne les rend pas sain pour moi dans ma vie ! Et de la même manière que je n'ai pas à diriger leur vie eux non plus n'ont pas me dire comment vivre la mienne.
Je n'estime pas les plaquer au début d'une relation, je les connais assez pour voir que nous avons des visions de vie trop différente pour avoir un projet commun qui me satisferait. De plus ma seule compétence est de construire un bateau, donc ils n'ont absolument pas besoin de moi pour s'en sortir.
Je ne pense pas non plus comme tu le dis qu'une relation ce soit sauver l'autre, ce n'est pas ce que j'essayais de dire, par contre j'estime, à un certain degré biensur, que c'est une raison de quitter l'autre si il ne se " soumet pas à mes désir" même si je n'aime pas trop cette formulation c'est une réalité, les gens qui n'ont pas les mêmes désirs, pas les même vision de vies vont moins s'entendre entre eux. Imaginons que j'ai des amis et que ce que je désire d'eux c'est que ce soit des personnes de confiance si ils ne se "soumettent pas à mes désirs" biensur que je vais les sortir de ma vie, ça ne veut pas dire que je veux les contrôler selon moi, ça veut juste dire que je veux contrôler MA vie qui M'APPARTIENT.

En effet on peut dire que je suis individualiste même si je trouve que ça ne me correspond pas totalement. par contre j'assume les conséquences de mes choix : je veux ci je veux ça et pour l'avoir je suis justement prêt à payer les conséquences de ce que j'estime être le meilleur choix pour moi.

Jamesle 16 janvier 2021 à 11:16   •  

@Elisabait
Situation 2
Donc si j'ai bien compris pour toi ça ne pause aucun problème de faire des projets qui se verront potentiellement ruinés par les autres indéfiniment ? Personnellement ce n'est pas à ça que j'ai envie de passer MA vie qui M'APPARTIENT encore une fois, je sais que j'insiste la dessus 🙂 mais pour moi c'est quelque chose d'important qu'il ne faut pas oublier. La vie pour moi ce n'est pas seulement faire des projets, c'est aussi les mener à bien sinon à quoi bon ? Si ton seul projet pour te sortir d'une merde est ruiné sans arrêt par les autres à quoi bon continuer à leur proposer ? À quoi bon même continuer le projet ? Pour garder une sorte d'espoir ? Je veux bien mais j'ai déjà eu pas mal d'espoir en proposant à 99 personnes !! J'estime qu'à un moment il faut privilégier le fait d'être rationnel et de prendre en compte la situation dans son ensemble 🤔 non ?

Elisabaitle 23 janvier 2021 à 03:33   •  

@James
Pour la situation 1 : je te remercie de m'indiquer ton point de vue. Le mien reste différent du tien mais il est naturel que mon propos soit inévitablement sujectif puisqu'interprété.

Pour la situation 2 : tout d'abord, permets-moi de te dire que je ne te rejoins pas du tout. Tu me dis "Donc si j'ai bien compris pour toi ça ne pause aucun problème de faire des projets qui se verront potentiellement ruinés par les autres indéfiniment ?" : ce jugement que tu formes à mon sujet n'est ni ce que j'ai dit, ni ne correspond à ce que tu exposais dans ta situation. Ton propos était de demander si après avoir essuyé 99 échecs on souhaitait tenter avec une 100ème personne ou pas. Tu dis "Si ton seul projet pour te sortir d'une merde est ruiné sans arrêt par les autres à quoi bon continuer à leur proposer ?" Il ne s'agissait pourtant pas, dans ce que tu suggérais, de continuer de proposer aux mêmes personnes mais bien, d'après ce que tu as exposé, de proposer à une personne différente que tu ne connais pas et dont tu as bien indiqué "garderais-tu un espoir assez solide que cette personne soit le 1% exceptionnel" tu dis aussi dans ta situation "tu te casse en abandonnant potentiellement la seule personne qui voulait être sauvée et croyait à ton plan". Tu as donc bien indiqué qu'on ne sait pas qui elle est, si elle ruinerait tes projets ou pas car il pourrait bien s'agir de la bonne personne.
En conséquence, qu'est-ce qui te fait dire qu'elle sera comme les autres ? Chaque personne est différente. Je ne mets jamais les gens dans le même panier et je ne présume pas de ce qu'ils sont en fonction d'expériences vécues avec d'autres personnes. Si j'avais vécu des difficultés avec 99 personnes âgées de 23 ans, je n'estimerais pas que parce que tu as 23 ans j'aurai des problèmes avec toi. Je trouverais d'ailleurs déplorable qu'une personne me juge sur des critères basées sur l'expérience vécue avec d'autres personnes. C'est ce genre d'attitude qui fait ensuite dire aux femmes "les hommes sont tous les mêmmes" (par exemple). Ma philosophie est toujours d'accorder un crédit pour favoriser la relation. Si toutefois la personne est décevante, je ne lui permets pas de ruiner mes projets.
Tu dis enfin "J'estime qu'à un moment il faut privilégier le fait d'être rationnel et de prendre en compte la situation dans son ensemble ? non ?" : Je ne vois pas en quoi ce serait être rationnel que de considérer que parce que 99 personnes sont ceci ou cela, alors la 100ème personne sera identique. Je rappelle que les gens ne sont pas des clones, mais des individus avec un contexte socioculturel différent, un vécu et une personnalité singuliers. J'entends bien que tu préfères renoncer à rencontrer l'autre quand tu as eu 99 échecs et que tu prérères alors continuer ton chemin seul. Ce n'est pas mon cas, pourtant, même si je trouve que c'est bien dommage, tu as parfaitement le droit de le concevoir ainsi, et je comprends d'ailleurs ta position de personne échaudée.
Toutefois, je tiens à préciser que lorsque l'on pose une question à des interlocuteurs différents et que l'on sollicite de leur part une réponse sur la base d'une alternative donnée, il faut accepter que les personnes sondées ne répondent pas ce que tu aurais répondu. Ma réponse ne fait pas de moi une personne pour qui cela "ne pose aucun problème de faire des projets qui se verront potentiellement ruinés par les autres indéfiniment" ni une personne qui n'est pas rationnelle, même si je suis la seule à avoir choisi cette solution que tu proposais. Tout au plus peux tu me taxer de personne optimiste avec une propension à juger plus faible que la moyenne. Mais j'ai eu probablement la naïveté de croire que ton "sondage" n'était qu'un partage anodin permettant une richesse de pensées et non un QCM vrai/faux. No offense.

Bouhhle 23 janvier 2021 à 09:11   •  

Jai mis du temps à répondre parce que ça dépend de tellement trucs.

Scénar n°1 :
je suis sur une île terrifiante avec plein de gens compétents et complémentaires. Personne ne veut m'aider pour partir parce que c'est la mort presque assurée. Je reste. Et on construit ensemble une île moins terrifiante. Ça parait tellement rationnel.
Mais ça dépend de la taille de l'île, est-ce qu'elle me permettra d'avoir mes moments de solitude ? Est-ce que l'île renferme suffisament de ressources pour construire et survivre ? Nous et l'éventuelle descendance ? Est-ce que les gens, aussi compétents soient-il matériellement, se sentent (ou est-ce que je les sens) capables de vivre loin du monde sans répéter les conneries du genre humain, ou sans effort pour passer outre ? Est-ce qu'ils sont prêts à participer collectivement au bien-être des autres ? Tout cela est à discuter en groupe ou un par un. Beaucoup de travail de communication avant de prendre une décision.
Et puis si c'est pour retourner vers la civilisation destructrice alors qu'on a potentiellement un petit paradis à construire... Il y a certes du boulot mais c'est une aventure qui vaut le coup.

Scénar n°2 :
Ce n'est pas vraiment un choix. Tu commences déjà par en parler à la dernière personne, on sait jamais. 99 % de la planète est con, mais il reste toujours 1% potentiellement encline à envisager ta proposition, si tu n'essaies pas tu sais pas. Ne pas lui demander serait baisser les bras avant la ligne d'arrivée (ne serait-ce pas une de tes faiblesses, @James ? ).
Tu t'es déjà coltiné 30 frileux de la vie, 30 rationnels moqueurs, 20 pauv' types dangereux et 19 bras cassés (abîmer un bâteau à 19, faut pas être malin ou alors les conditions sont difficiles et tu n'y arriveras pas tout seul), donc pourquoi pas un centième ? Si ça le fait pas, ben...
C'est clair que rester avec 39 personnes avec qui ça s'est pas bien passé ne donne pas tellement envie. J'ai bien l'impression que la connerie humaine a voyagé avec eux jusque là. Merde !
Je recommence le travail de communication comme au scénar n°1 pour savoir si rester est une bonne idée, faisant mon humble et testant l'autre proposition, celle de rester. Si je sens que ça peut éventuellement le faire, même avec difficulté, je reste. Si je sens une bonne partie des gens trop instable ou trop conne, je me casse sans réfléchir, c'est un réflexe de fuite à mes risques et périls.
Ça dépend de tellement de choses à connaître.

Bouhhle 23 janvier 2021 à 09:24   •  

Je vais faire un peu mon relou @James.
"faire des projets qui se verront potentiellement ruinés par les autres indéfiniment".
Est-ce du vécu ? Est-que ce que tu dis-là reflète une réalité trop souvent rencontrée ? Ou est-ce toi qui laisses les autres ruiner indifiniment tes projets ? Ou, pour rejoindre mon "ne serait-ce pas une de tes faiblesses ?", c'est toi qui t'auto-sabote (sans doute inconsciemment) et t'en prends aux autres ?
J'extrapole peut-être un peu trop mais prends le temps d'y réflechir. Si finalement, à ma dernière question tu réponds : "ah ouais, pas bête", je te conseille "Réussir à échouer" et "Faites-vous même votre malheur" de Paul Watzlawick.

Elisabaitle 23 janvier 2021 à 12:02   •  

@Bouhh
Beaux commentaires réfléchis et pesés. 👍

Jamesle 24 janvier 2021 à 16:09   •  

@elisabait Tout d'abord si je t'ai répondu c'est justement parce que ton avis diverge du mien. J'essaie donc de savoir pourquoi en étant plus précis dans ce que je voulais dire de base. Si j'ai demandé si ça ne te posait aucun problème de faire des projets ruinés par les autres indéfiniment c'est juste parce que tu as dis que genre c'était pas grave si la 100e personne ruinait le bateau pcq je pouvait en construire un autre. Et je ne voulais pas dire que tu étais une personne irrationnelle en règle générale j'ai juste dis que pour moi dans cette situation faire confiance à la 100e personne était irrationnelle encore une fois SELON MOI et DANS CETTE SITUATION, j'exprime juste mon avis je ne prétend pas donner de vérité générale et encore moins dire que tu es quelqu'un d'irrationnel !! Je trouve ton point de vue intéressant et je ne comprend très moyennement pourquoi tu le prend aussi mal et commence à me faire la morale

Jamesle 24 janvier 2021 à 17:17   •  

@Bouhh
Scenario 1
J'ai du mal à te répondre, je pense que je n'ai pas bien exprimé mon scénario, l'idée de tout ça c'était juste est ce que tu abandonnerai un projet qui te semble bon et nécessaire contre la sécurité et l'approbation du groupe (et le potentiel bien être qui en découle) j'aurai peut-être du mettre plus de détails.. en tout cas merci de m'avoir répondu !
Scenario 2
C'est quand même un choix, c'est justement le choix que je voulais analyser. Mais je comprend très bien ta réponse.

Non en effet si je n'essaie pas de proposer à la dernière personne je ne saurais pas sa réponse mais est ce que le risque de lui proposer vaut le coup c'était justement là où je voulais en venir.
Pour répondre à ta question si c'est une de mes faiblesses : oui et non, pour certaines choses j'abandonne avant d'être sûr que je ne pouvais pas réussir mais si tu parle de relations alors non, j'ai tendance à laisser leur chance aux gens même si je vois des choses louches(justement parce que j'ai fait des erreurs de jugement dans le passé) jusqu'à être totalement sure de savoir si je veux les garder dans ma vie ou non.

Pour répondre à ton deuxième message non ce n'est pas du vécu en tout cas pas au sens où tu semble le dire et en quoi je m'en prend aux autres je comprend pas ?? Et non je n'autosabote pas mes projets en disant " c'est la faute des autres" je comprend pas comment c'est ça qui peut ressortir de ce que j'ai dit. Bref je pense voir à quel genre de personne tu pense parler mais tu te trompe, merci quand même pour les conseils

Bouhhle 24 janvier 2021 à 19:17   •  

@James
Je sais parfois c'est moi qui bloque sur une phrase et tente de l'analyser parce qu'elle me rappelle un truc pas cool. Alors je demande, on sait jamais.

Clivele 26 janvier 2021 à 09:28   •  

MOI JE DIS LA QUESTION ELLE EST VITE R2PONDUE !

1. Je me barre en bâteau. La noyade étant vraiment une mort dégueulasse, je croiserais plutôt les doigts pour une pluie de manchots, une maladie, ou un autre truc, en cas de non-réussite du trajet, qui viendrait me finir.

2. Je vais voir la dernière personne. Je ne crois pas en la chance. Comme disait, mieux que moi, St-Exupery, ce n'est pas parce qu'une rose t'a piqué qu'il faut maudire toutes les fleurs pour le reste de ta vie.

Bon en même temps, je suis pas objectif. Je suis déjà sur le bateau. Et seul, pour le coup.

Juliette...le 26 janvier 2021 à 11:10   •  

J'ai l'impression qu'on est pas mal à être déjà sur ce bateau... 😄

Clivele 26 janvier 2021 à 11:12   •  

@Juliette... C'est le Vendée Globe Karmique ! 😜

Juliette...le 26 janvier 2021 à 11:16   •  

😄

La pluie de manchots aussi 😂

Isis75le 28 janvier 2021 à 16:32   •  

Bonjour, je prefere etre seule que mal accompagnée, meme si, des fois, j'ai besoin d'un coup de main physique...

Jamesle 07 février 2021 à 12:04   •  

J'ai trouvé une vidéo très intéressante d'hygiène mentale qui colle bien avec ces scénarios je trouve : privilégier la théorie ou l'expérience ?
Si ce fil vous a intéressé, ça devrait vous intéresser.

voir la vidéo

Bouhhle 07 février 2021 à 13:25   •  

James, c'est cool de partager les vidéos d'Hygiène Mentale, je les recommande toutes à tous le monde. Elle devrait être obligatiore à l'école.

Jamesle 12 février 2021 à 04:43   •  

Je suis d'accord !


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?