Discussions libres • Billets d'humeur(s)

Au Café Clochette
Julienle 31 mai 2019 à 13:43

Le Café de la Place du Marché a fermé : vive le Café Clochette !

Un lieu d'échanges sans prise de tête, légèretés, bienveillances, conneries douces, café émo-responsable et jus de fruits bio... On vient ici en quête d'un bruit de fond, d'un brouhaha amical, d'une ambiance, qui ressemblerait à ça :



Au menu : "Je servais donc la Soupe d'Amour à tous les clients qui souhaitaient trouver l'âme soeur, ou voir un voeu se réaliser. A chaque fois, les légumes et les proportions variaient, et chaque soupe avait une saveur différente, qui me surprenait moi-même.

De ce fait, un changement profond s'est opéré en moi, dans ma façon de considérer les légumes. Jusque là, je croyais que c'était moi, qui faisais toute la différence en cuisine, mais en réalité mon rôle se résume à savoir associer les aliments entre eux. Je l'ai enfin compris. Avant toute chose, il y a les agriculteurs qui cultivent les légumes et, en poussant le raisonnement plus loin, même s'ils cultivent les légumes, ils n'ont pas le pouvoir de créer la graine."

"Le Restaurant de l'Amour Retrouvé"
Agawa Ito



Bienvenue à tous !

Julienle 31 mai 2019 à 13:53

Aujourd'hui, c'est atelier poésie au Café Clochette !

Allez j'me lance :

Les bambous perdent
leurs écorces... que dois-je enlever
pour guérir ?

Les lèvres mouillées
du jus de pêche blanche,
je ris.

Toshiko Tonomura

Julienle 01 juin 2019 à 19:18

A celles et ceux, de là où ils sont, qui, malgré la solitude, souhaitent partager ce moment, ce même espace-temps, bien qu'éloignés par la distance... Allumons une bougie, un encens, ensemble, pour symboliser notre communion de présence...

Voilà, moi c'est fait ! Je suis avec vous...

JuLLyle 02 juin 2019 à 08:29

Merci @Julien, je trouve ça hyper beau, vous ne verrez pas la bougie sur le message mais le l'ai créée énergétiquement, il suffit de s'y connecter pour la voir ! Belle journée,

Julienle 03 juin 2019 à 17:57

Drôle de journée aujourd'hui...

Elle avait bien commencé, tout me semblait clair, chaque chose à sa place dans mon esprit. Puis au fur et à mesure de la journée, la puissance incroyable du lundi, son énergie presque irrésistible... Ajouté à cela, ce temps lourd, sans lumière, sans soleil... Les gens pressés, déterminés, à quoi ?

En moi, comme une dépression, dans le sens littéral de chute de pression, comme un avion qui d'un coup chute, tout en continuant à avancer...

L'absurdité du monde qui m'envahit... Je me sens vaciller, presque à en trembler... Que faire ? Que ne pas faire ?
Et si j'étais riche, si je possédais mon propre refuge physique, "ma" maison, "mon" jardin, avec une grande grille tout autour, qu'est-ce que cela changerait ? Me sentirais-je vraiment plus confiant dans ce monde ? Ce monde aurait-il vraiment plus de sens ?

Non.

Je lis quelques phrases de ce livre mais elles ne me sont d'aucun réconfort.

J'accepte.

J'accepte cet état, sans même essayer de le définir. Il ne durera pas, seul réconfort que ma pensée me chuchote.

Je rentre chez mes parents. Envie de faire plaisir. Je commence à cuisiner.

Ça passe, doucement.

Le pouvoir des noms, leur charge énergétique et émotionnelle... Lundi, Moonday, lunae, le jour de la lune.

Demain, mardi, jour de Mars.

Pourtant, je n'ai croisé personne qui a levé les yeux au ciel pour voir les planètes aujourd'hui. Quel dommage, qu'on ne s'intéresse plus guère aux origines des mots...

"Planète : Nom formé à partir du mot latin "planeta", qui vient lui-même du grec "planêtês" : "errant, vagabond".

Finalement : je me suis perdu aujourd'hui... Mais n'est-ce pas le propre de l'errant, que de se perdre ?

Je respire enfin...

Et vous, c'était comment, cette journée ?

Carolle 03 juin 2019 à 18:51

Une nouvelle semaine commence. Je plante des graines pour l'avenir. Je m'affirme, c'est la première graine que j'ai plantée. Ne plus se laisser embarquer dans les rêves des autres mais vivre, au présent.
Il me semble que le rêve serait là pour combler l'incapacité de vivre le réel. Mais le réel, ce n'est pas, biensur, cette mascarade, ce qu'on nous a appris à nommer la réalité.

Ben @Julien la lune, c'est aussi l'argent , un miroir, alors, évidemment c'est un peu perturbant le lundi, car on est face à une certaine vérité, un reflet sur soi. Et on nous a pas appris à nous connaître...

Miroir, miroir, dis-moi quel mon reflet d'aujourd'hui ?

Julienle 03 juin 2019 à 19:12

Pichet de vin, au milieu des fleurs
Seul à boire, sans un compagnon,
Levant ma coupe, je salue la lune :
Avec mon ombre, nous sommes trois.
La lune pourtant ne sait point boire.
C'est en vain que l'ombre me suit.
Honorons cependant ombre et lune :
La joie ne dure qu'un printemps !
Je chante et la lune musarde,
Je chante et mon ombre s'ébat.
Éveillés, nous jouissons l'un de l'autre.
Ivres, chacun va son chemin...
Retrouvailles sur la voie lactée :
A jamais randonnée sans attaches !

Li Po

Julienle 03 juin 2019 à 19:53

@Carol ton message est si limpide, on dirait la surface d'un lac amical

Merlinle 03 juin 2019 à 20:09

@Julien c'est bien la première fois que je "rencontre" quelqu'un qui connaît Li Po !

Mon préféré :

"Singes blancs en automne,
dansants, légers comme neige :
Monter d'un bond dans l'arbre
Et boire dans l'eau la Lune"

Julienle 03 juin 2019 à 20:50

@Merlin et pourquoi pas Han Shan, "le clodo du dharma" ? :)

Ma vraie demeure est sise aux terrasses du Ciel,
Dont les brumeux sentiers bloquent les visiteurs.
Cent mille pieds abrupts protègent ma retraite :
Le palais des rochers que baignent mille courants.
je longe les torrents, affublé de branchages,
je traîne autour des pics dans ma vieille pelisse.
Depuis que j'ai compris que la vie est magie,
Je jouis de flâner ; comme c'est merveilleux !

Julienle 04 juin 2019 à 09:11

Paris 09h11, la météo :

&t=1174s

Julienle 04 juin 2019 à 12:32

J'ai dit à Rico que je n'irai plus au café,
c'est trop cher.
Au lieu de ça, je serai au parc d'à coté,
Face à Notre Dame,
buvant un thé
de ma confection.

Je lui sers un tasse sucrée,
lui, commence à se lamenter :
"mes frères, tous m'ont abandonné.
Où sont tous ceux que j'ai aidés ?
La plupart m'ont surement oublié !
Pas même un "merci"...
Qui voudra d'un homme de 54 ans sans aucune dent ?
Rescapé d'une attaque et d'un AVC ?"

Je lui dis qu'il a de beaux cheveux,
qu'il devrait se soigner ; aller chez le kiné.
Peut-être tombera-t-il de nouveau amoureux ?
Face à nous, de jeunes japonaises,
porcelaines en fleurs confondantes.
Entre elles et lui, je me tiens,
entre deux rives,
l'entre-deux âges,
mon passé et mon avenir
presque palpables...
Il me dit qu'il parle souvent à Dieu,
mais qu'il refuse son aide : "il y a tant de gens
qui en ont plus besoin que moi !
J'attendrai va ! J'attendrai..."
Il pue le tabac froid, le renfermé, et l'amitié.
Il est plutôt fou,
mais aussi plutôt sage,
Rico, le Bouddha de mon quartier.

JuLLyle 04 juin 2019 à 21:42

@Julien, c'est marrant ce texte est en résonance avec ce que je vis en ce moment, je rencontre pas mal de personne de ce type avec qui les conversations sont de suite dans la profondeur et qui me touchent beaucoup.
Et ce jour c'est plutôt un morceau qui a illustré tout ça, sur un vieux CD de Pat Metheny, tout simplement intitulée YOU. You, pour moi ça évoque toutes les rencontres, tous ces échanges si puissant que l'on peut avoir avec l'autre. Tout ce qui nous relie en tant qu'humains avec nos forces et nos fragilités, notre lumière et notre part d'ombre et qui me fait me sentir si vivante.
Lorsque j'écoute ce morceau je me sens traversée par tellement de frissons, d'émotions, parfois même des pleurs que j'avais envie de la partager.

Julienle 04 juin 2019 à 21:48

@JuLLy J'ai cherché les paroles mais j'ai rien trouvé, normal, il ne "dit" rien, et c'est si puissant comme ça ! Merci du partage...

Carolle 04 juin 2019 à 21:59

@JuLLy, moi aussi ça me plaît Pat Metheny, mes parents m'ont emmenée les voir en concert quand j'étais enfant, j'avais adoré !

JuLLyle 04 juin 2019 à 22:00

@Julien eh oui ! Parfois il n'y a pas besoin...

JuLLyle 04 juin 2019 à 22:01

@Carol, je suis ravie que ça te plaise, quelle chance de l'avoir vu en live ! C'était avec Richard Bona ?

Carolle 04 juin 2019 à 22:09

@JuLLy alors là ????? j'avais 13 ans c'était en 1994....
Moi j'adore ses ses solos guitare.
Là je vous laisse, il y a de l'orage, je vais couper mon ordi et profiter de ce moment exceptionnel 😍

C'était cet album là que j'ai vu en concert

Julienle 04 juin 2019 à 22:11

C ya @Carol :)

JuLLyle 04 juin 2019 à 22:22

@Carol je suis en train d'écouter et j'adore merci ! Profites bien de l'orage !

Julienle 05 juin 2019 à 15:49

@Zeund2

Nous avons la chance d'avoir un visiteur d'une terre lointaine ! Sois le bienvenu, Zeund2 !

Julienle 05 juin 2019 à 17:39

J'ai vu Rico ce matin
face à Notre Dame.
Je lui ai dit que je ne viendrai plus,
même plus au parc à coté du café
où nous avions nos habitudes
depuis trois mois
tous les matins.

Je lui ai dit de m'appeler,
s'il se décide à se soigner,
s'il a besoin d'aide,
des papiers, une course, une visite...

Je lui ai dit que je repasserai,
à l'occasion.

Puis, je lui ai dit au revoir.

J'en ai les larmes aux yeux,
il est si gentil, si doux, si touchant.
Si sale, si triste, si désespéré.

L'impression
d'abandonner un frère.

Sans m'en rendre compte, j'étais rentré
dans son univers.
J'ai lutté, ai tenté de le tirer
sur la rive, hors du courant furieux
de son passé,
mais rien à faire, c'est à croire qu'il l'aime,
sa mélancolie destructrice.
A-t-il seulement jamais connu
autre chose ?
"On vit seul, on meurt seul,
les gens ne changent pas,
j'ai tant donné,
pas un "merci"
qu'il répète.

Je te laisse là, Rico,
je dois traverser le fleuve,
et rejoindre l'autre rive.
Je ne peux te porter
sur mon dos,
juste,
te pointer la direction.

Tu vas m'manquer, Rico le fou.
Et si j'me noies,
j't'entends déjà
marmonner que je l'ai bien cherché !

Carolle 06 juin 2019 à 09:26

on veut aider, mais est-ce que l'autre a envie d'être aidé ? C'est difficile de porter la terre entière quand elle ne demande qu'à s'immobiliser. Personnellement, je crois qu'on aide par l'exemple. 🙂

Julienle 06 juin 2019 à 12:43

Oui, c'est ce que je lui ai dit : j'ai besoin de changer mes habitudes, pour initier un changement, donc plus de café-clope, plus de Shakesepare Café. Il m'a dit : "tu viendras me voir quand même", ça m'a fait mal, j'lui ai dit oui, à l'occasion, mais comme tu dis, j'ai essayé de lui montrer une voie, en appliquant pour moi-même d'abord.

Carolle 06 juin 2019 à 12:52

tout est en nous et en tout et tous, on en revient toujours à la même chose, cette dure leçon de la vie qui nous fait toujours reconsidérer à la fois l'importance de la relation et de la solitude. Toujours cette même chose apparemment contradictoire mais qui ne fait qu'un...

JuLLyle 07 juin 2019 à 08:32

Ce matin je vous propose un petit réveil en douceur, cette chanson s'est présentée à moi ce matin comme une invitation à regarder ses erreurs, ses doutes avec plus de douceur comme une autorisation à être parfaitement imparfait et à se regarder dans cette globalité et se sourire à soi même.
Belle journée à vous,

TomPhallosle 07 juin 2019 à 09:47


Moins doux c'est sûr. Ah ce café...

Julienle 07 juin 2019 à 10:16

@JuLLy merci de ce partage, un message qui fait du bien.

Ce matin moi je suis dans mon arbre, "in my tree" :

Up here in my tree yeah... Là haut dans mon arbre
Newspapers matter not to me yeah...no... Les journaux ne m'importent plus
No more crowbars to my head yeah... Plus rien qui s'infiltre dans ma tête
I'm trading stories with the leaves instead yeah... J'échange des histoires avec les feuilles plutôt...
Wave to all my friends yeah... Un signe à mes amis
They don't seem to notice me no... On dirait qu'ils ne me voient pas
All their eyes trained on the street yo oh... Obnubilés par la rue
Sidewalk cigarettes and scenes yeah...yeah... les scènes de vie du trottoir
Up here so high I start to escape Ici, si haut, je m'évade enfin
Up here so high the sky I scrape Ici, si haut je touche le ciel
I'm so high I hold just one breath here within my chest J'suis si haut qu'une seule inspiration suffit à remplir mes poumons
Just like innocence... tout comme l'innocence
I remember when, yeah... Je me souviens quand
I swore I knew everything, oh yeah... J'étais sûr de tout savoir
They say knowledge is a tree, yeah... ils disent que le savoir est un arbre
He's growing up just like me, yeah... qui pousse, tout comme moi
Up here so high, the bars they break... Ici, si haut que les verrous sautent,
Up here so high, the sky I scrape... Ici, si haut que je gratte le ciel
Had my eyes peeled both wide open, and I got a glimpse... On m'a épluché les yeux, à présent je vois
Of my innocence...got back my innocence... toute mon innocence, j'ai récupéré mon innocence
Baby, got it...still got it... Oui je l'ai, maintenant

LibertEchEriele 07 juin 2019 à 19:21

Tant qu'on se sent victime, on ne PEUT PAS avancer. La vie n'étant pas, à la base, une croisière 5* sur le Nil, celui qui n'a pas, d'une manière ou d'une autre, comblé le trou béant du manque d'amour dans l'enfance ou plus exactement qui a pâti d'un environnement qui n'a su le préserver, puis qui n'a pas reçu ou su recevoir la quantité nécessaire de remblai d'amour de qualité supérieure susceptible de combler les cicatrices... Il est encore une victime. A tel point même qu'on pourrait avoir le plus beau des comportements à son égard, qu'on risquerait encore d'être traité de bourreau.
Vive la parole, vive le temps qui passe, et vive l'amour! 😄

TomPhallosle 08 juin 2019 à 04:53

J'aime bien les petites phrases toutes faites. Ma préférée "nul n'est en prison s'il ne voit pas les barreaux".

://youtu.be/QFLBIamw7SE relax

JuLLyle 08 juin 2019 à 08:48

Euh comment dire... il y a des matins plus difficiles que d'autres 😂 😂 😂

Julienle 08 juin 2019 à 09:21

Good morning me,
Did you sleep well ?
Did you wake up feeling good ?

Julienle 11 juin 2019 à 12:54

Un peu d'humeur Shiva en ce moment...

"Couvert de cendres
Drapé en peaux de bête
Il est assis au sommet de la montagne enneigée
Crâne en main
Retiré, avec les chiens pour toute compagnie
Détruisant le monde par son indifférence
Il est ce Dieu que la Déesse saura éveiller
Son nom est Shiva"


TomPhallosle 11 juin 2019 à 13:10

Qui sait ? ;)

JuLLyle 11 juin 2019 à 13:48

Moi je me sens d'humeur joueuse, mais comme assez souvent d'ailleurs....

<iframe src="https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=1a542f93-a100-4c28-8572-2a4e68e740a6" width="481" frameborder="0" scrolling="no" height="137"></iframe>

TomPhallosle 11 juin 2019 à 18:10

Le lien que tu proposes est bien celui de la rediffusion France Culture du dimanche 18 juin ? de la sculpteuse de papier à l'ange blanc ? de la belle Circé et de l'herbe « moly » ? du rêve à la réalité ? du mot et du silence par nazar ?
Car si je devais rester proche des égrégores de cette belle âme à la voie de crécelle, cela me ferait penser à :

JuLLyle 11 juin 2019 à 19:13

Ah mince ! non, je voulais vous faire partager une série de podcasts appelé "la préhistoire du futur" ! je vais rééssayer !

JuLLyle 11 juin 2019 à 19:16

https://www.franceculture.fr/emissions/fictions-la-vie-moderne/la-prehistoire-du-futur-de-benjamin-abitan-saison-2-25-le-forfait

voilà qui devrait être mieux ! qui est la belle âme à la voix de crécelle ?

TomPhallosle 11 juin 2019 à 20:31

https://www.franceculture.fr/emissions/ecouter-reecouter/ecouter-reecouter-dimanche-18-juin-2017

"Il y a bien longtemps, en 2017, on légalisa enfin toutes les drogues." En effet, ce n'est pas totalement la même chose :)

Carolle 14 juin 2019 à 15:01

JuLLyle 14 juin 2019 à 17:52

😍

Julienle 14 juin 2019 à 21:10

Coucou !



What's pleasing to the eye - ce qui est agréable à l'oeil
In the delusion of my sight - dans mes visions illusoires
Is not what I find when I reach into the light - n'est pas ce que je trouve quand j'atteinds la lumière
I have lost my mind - j'ai perdu l'esprit
I'm walking through time - je traverse le temps
Deluded as the next guy - aussi perdu que mon voisin
Pretending and hoping to find - prétendant, espérant trouver
That distant peace of mind - cette distante paix de l'esprit
I don't know - je sais pas
Who does know? - qui sait ?
There is no - il n'y a nulle part
Where to go - où aller

NabouNaboule 14 juin 2019 à 21:41

&list=RD5k49YYXwu-Y&start_radio=1&t=179

JuLLyle 30 juillet 2019 à 14:32

Siryackle 30 juillet 2019 à 16:13

:) :) :)

NabouNaboule 30 juillet 2019 à 16:40

Tout ça ne me dit rien qui vaille..

JuLLyle 30 juillet 2019 à 19:29

" Le soleil est en toi "

NabouNaboule 30 juillet 2019 à 19:38

pour l'instant y'a que des mouches qui tournent autours de moi lol

JuLLyle 30 juillet 2019 à 19:40

Moi aussi, mais ça c'est le jeu de l'été !! 😜

NabouNaboule 30 juillet 2019 à 19:44

https://www.primfx.com/jeu-vie-avec-programme-depot-github-507/

JuLLyle 30 juillet 2019 à 20:01

Jeu de la vie ou histoire de la vie ?



Bon, trève de plaisanterie, je trouve le concept de ce jeu très intéressant, en tout cas il va vraiment dans le sens de ma croyance dans la puissance de l'intention.

NabouNaboule 30 juillet 2019 à 20:06

j'aime pas trop les lions :)

NabouNaboule 30 juillet 2019 à 20:14

NabouNaboule 30 juillet 2019 à 20:40


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?