Discussions libres • Billets d'humeur(s)

Gratitude
Zebra3le 08 février 2019 à 08:54

Il est bon pour soi d'exprimer sa gratitude envers une personne qui a fait beaucoup pour vous. Alors pourquoi ne pas l'exprimer ici, sur un mur de gratitude ?

Il y vraiment des chouettes choses qui se passent encore dans ce monde.

Je commence:

Je voudrais remercier ce chirurgien qui a sauvé ma jambe et m'a permis de remarcher. Je ne n'oublierai jamais tout ce qu'il à fait pour moi, alors qu'à cette époque son pays d'origine était en guerre (et l'est toujours) et sa famille menacée. Merci toubib, merci infiniment.

Abderianle 08 février 2019 à 23:05

L'heure est moins solennelle pour moi-même mais j'aimerais remercier le premier phénomène d'explosion de notre univers, et, pour aller assez vite, moi-même, pour être... moi-même. Car sans moi-même je m'ennuierais, et si je devais m'ennuyer, je mourrais.
Donc je vis par ma propre grâce, et de cela je me rends grâce.
Et pour la suite, lisez Whitman.
T_T

NonoBZHle 08 février 2019 à 23:47

"Donc je vis par ma propre grâce, et de cela je me rends grâce." J'adore !

Merlinle 09 février 2019 à 07:56

Je croyais que la gratitude c'était l'art de se gratter selon Ségolène Royal.... ;)

Zebra3le 09 février 2019 à 09:15

Ce matin je voudrais remercier une personne qui m'a ouvert les yeux hier, sur moi et sur mes attentes. Alors voilà je lui dit un grand merci.

Pacaloule 09 février 2019 à 10:21

Tu as bien raison Zebra3 de faire preuve de gratitude et de savoir l'exprimer auprès des personnes dont la rencontre te fait progresser, évoluer et grandir. Elles sont d'autant plus précieuses qu'elles sont (très) rares ces personnes là. Et en les remerciant, c'est toi même que tu remercies...
Bon voilà maintenant je troque ma soutane contre mon sweat à capuche noire qui me permet de marcher incognito dans la jungle urbaine 😉
bonne journée

Zebra3le 09 février 2019 à 11:04

Oui @Pacalou ça me fait du bien.
Cette personne est incroyable, sa façon d'exprimer son besoin de croquer la vie ça m'a vraiment touché. Je la remercie de m'avoir aidé à comprendre mon ancrage, ma sale habitude de fonctionnement...

Abderianle 09 février 2019 à 14:43

C'est vrai qu'on a souvent des "dettes" morales, intellectuelles, humaines ou existentielles à l'endroit de certaines personnes, même furtivement croisées. Les relations de gratitude entre une victime et ses sauveteurs est par exemple absolument incroyable.
Tiens, pour une illustration récente :
https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/frissons-66-rescapees

patrickle 09 février 2019 à 18:08

la notion de gratitude et de 'dette morale' est à mon niveau différent. quand j'ai de la gratitude pour quelqu'un, je me sens pas endetté, quand quelqu'un fait quelque chose pour moi avec une attente de retour (et ca peut être sans manipulation, le principe d'échange, je te donne un coup de main, en échange tu me donne un coup de main), la il y a échange.

Zebra3le 09 février 2019 à 18:35

Je te rejoins Patrick

Et à ce propos ça me rappelle une expérience extraordinaire que j'ai vécue avec ce même toubib (voir au début de ce post) lors de la première opération. Je voulais ''assister'' à la ''réparation'' de mon corps et donc rester éveillé. Ce qui s'est passé a été pour moi une expérience vraiment extraordinaire. J'ai donné mon corps et ma vie à toute l'équipe médicale qui était là pour moi, j'ai eu cette sensation d'être complètement en confiance, dans un lâcher prise incroyable. J'étais bien, je chantonais, j'étais au chaud sous une couverture de survie et un pulseur envoyait de l'air chaud qui s'enroulait tout autour de mon corps. J'avais confiance en eux comme jamais je n'ai eu confiance en personne. Je voyais le reflet de ma jambe ouverte dans le projecteur opératoire, je sentais les vibrations du bistouri, les chocs des outils dans les os, le bruit de la visseuse électrique comme lorsqu'on monte un meuble Ikea...
Je les écoutais, je les entendais, je ressentais parfois leurs inquiétudes quand ils découvraient les dégâts.
Et pourtant, je n'étais pas inquiet. Une petite voix en moi leur disait '' Aller les gars, on réfléchit et on s'y met ''.
Vous allez me trouver taré mais j'ai pris conscience de mon corps à ce moment là, mon corps dissocié de mon esprit. C'est expérience pour moi à été l'une des plus belles de ma vie.
Après avoir ''deshooté'' le toubib est venu et il m'a dit franco '' bon, j'ai réparé ce que j'ai pu et tout le reste j'ai mis à la poubelle ''
Et avec tout ça, j'ai eu très peu mal ensuite et aujourd'hui je marche.

Zebra3le 09 février 2019 à 18:37

Toute ma vie je serai reconnaissant à ce toubib et son équipe.

NonoBZHle 09 février 2019 à 19:50

J'ai vécu la même chose "dissociation corps -esprit" lorsque je me suis retrouvée aux urgences en octobre dernier suite à mon accident de bécane.
C'est assez fou le pouvoir du mental.
Allez remercions les gens qui taffent dans le médical ouais. Pas évident du tout.
Pensée aussi pour les pompiers qui m'ont récupérée, les motards parmi les pompiers, les urgentistes motards aussi. "Mais les mecs, quand vous me tutoyez quand on n'est qu'à deux, pourquoi repasser au "vous" lorsque tout le monde est là ? On s'en fout des protocoles ! C'est top le "Tu"
D'ailleurs on devrait tous se tutoyer tout le temps. Plus de hiérarchie, plus rien !

patrickle 09 février 2019 à 22:15

cette notion de dissocation corps-esprit est une sensation assez courante. pour ma part, je pense qu'il s'agit surtout de l'ensembles substances, naturelles ou injectées, qui fait qu'on plane.

pour le 'tu', je ne suis pas tout à fait d'accord, certaines personnes emploie le 'tu' et t'appelles par ton prénom mais n'hésite pas à t'enfoncer. dans ce cas-là le 'vous' et le 'monsieur/madame' permet de remettre les personnes une distance nécessaire à gérer la sitation.. enfin au boulot, je n'impose rien, on me tutoye, on me vouvoye, on m'appelle monsieur ou Patrick (j'aimais bien à l'époque la formule 'Monsieur Patrick'), qu'importe, l'important est qu'on utilise la façon avec laquelle on est la plus à l'aise pour discuter avec moi.

NonoBZHle 09 février 2019 à 22:56

Pour moi le "Tu" n'empêche pas le respect.
Je me suis déjà vu dire "Bernard, je suis désolée, mais pour moi, vous n'êtes vraiment qu'un gros con."
Le tutoiement et le vouvoiement servent selon moi, plus une notion de hiérarchie que de respect (en tous les cas, en l'espèce) mais encore une fois, ce n'est que mon point de vue et j'entends le tien Monsieur @patrick 😉

patrickle 09 février 2019 à 23:11

pour dire à Bernard que c'est un gros con, il faut mettre un peu de distance, d'où le vouvoyement 🙂.
il est vrai que les néerlandophone tutoient et emploient le prénom beaucoup plus vite que les francophones. je me souviens d'interview ou le recruteur me tutoyait et m'appelait par mon prénom. cela vient probablement du monde anglo-saxon ou ils n'ont que le 'you'. j'aime bien le 'tu' au boulot quand il montre qu'on a franchi la barrière de l'inconnaissance l'un de l'autre et qu'on va bosser ensemble mais je n'aime pas le tu que l'on emploie justement pour montrer une différence de hierarchie ou d'importance et donc avec un tu et un vous unidirectionnel.

NonoBZHle 09 février 2019 à 23:39

Ah oui je vois tout à fait ce que tu veux dire ! Et je partage ce point de vue aussi 🙂

Pixle 10 février 2019 à 12:16

J'ai aussi vécu ça pendant une opération d'urgence qui m'a sauvée la vie.. mais ce fut atroce. Je ressentais tout ce qu'ils coupaient.. une douleur atroce.. j'entendais tout mais ne pouvais serrer la main de l'anesthésiste pour lui dire aïe..

Sinon je remercie Éric celui qui m'a vue et compris et m'a poussé à m'accepter et lire "trop intelligent pour être heureux" ilm'a réveillé il m'a fait reprendre confiance en moi que je pensais être une merde loupée de la nature .
Et merci à vous bien chure ?

Zebra3le 10 février 2019 à 12:25

Cool j'adore 😮

Zebra3le 10 février 2019 à 12:58

1086
A toi, seule personne qui sait ce que cela veut dire, je te dis merci. De 1 à 200, de 300 à 800, de 900 à 1000.... tout ne fut que regards croisés, coups de griffes, ruades et bière renversée. Rien ne pouvais présager où cela nous a menés. 😮

LibertEchEriele 10 février 2019 à 13:09

Ben dis-lui Zebra3, que tu l'aimes! Non?

Zebra3le 10 février 2019 à 13:14

Oui, je dis au temps que j'ai aimé cet instant où la bière s'est renversée.

Zebra3le 11 février 2019 à 07:57

Je vous souhaite à toutes et à tous une très bonne semaine.

NonoBZHle 11 février 2019 à 07:58

@patrick. Je reviens sur ce que tu dis :

"notion de dissocation corps-esprit est une sensation assez courante. pour ma part, je pense qu'il s'agit surtout de l'ensembles substances, naturelles ou injectées, qui fait qu'on plane."

Je ne t'ai pas répondu à ce sujet et je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi.

Ce jour-là, j'avais demandé à l'équipe médicale de ne rien m'injecter dans le corps et j'ai refusé les médicaments par voie orale lorsque je suis entrée au service des urgences.
Je les faisais chier d'ailleurs parce que je passais ma vie à leur demander ce qu'ils faisaient et pourquoi il me mettaient des cathéters tout ça.
J'étais consciente et je leur ai dit que je pouvais me faire de la sophro et que ça allait marcher.
Et puis il y avait une super ambiance dans l'équipe alors j'ai tripé un peu avec eux aussi et le rire m'a vraiment bien accompagnée. Ça d'ailleurs, le rire, c'est vraiment hyper thérapeutique, magique !
J'avais plus de mal à gérer la douleur et mes tremblements lorsqu'il y avait du monde ou du bruit mais une fois seule, isolée, j'arrivais vraiment à me rendre indolore et immobile, calme... La respi ça joue énormément ! 😉

patrickle 12 février 2019 à 09:56

je ne vais pas critiquer parce que c'est un domaine que je ne connais pas bien. il ne faut pas oublier que lorsqu'on a une grosse douleur, le corps génère une quantité d'endorphine qui est l'équivalent d'un shoot. (certaines personnes se pendent en s'accrochant des crochets dans la peau pour avoir cet effet de planage avec la douleur, ou alors les personnes qui pratique le sport à l'excès pour aller chercher cette douleur qui génère l'endorphine, certains sont d'ailleurs accroc et tombe dans les vraies drogues quand ils arrête le sport). la sophrologie, la méditation ou le contrôle de la respiration sont des techniques proches de l'hypnose et peut créer aussi un espèce d'état second. (certains médecins remplace les anesthésiants par de l'hypnose, au début j'y croyais pas mais il y a des résultats intéressants). plus amusant, les jeux sur les smartphones marchent bien aussi pour les petites opérations, ca détourne l'attention

NonoBZHle 12 février 2019 à 12:47

J'ai été opérée sous hypnose. En effet ça fonctionne. Mais c'est possible qu'il y ait l'effet de l'endorphine qui a joué aussi.

Zebra3le 12 février 2019 à 12:52

J'ai passé une super soirée hier, Merci la vie !

Pixle 14 février 2019 à 18:43

L'humour est une très très bonne thérapie ! Je suis on ne peut plus d'accord !


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?