Billets d'humeur(s)

Triste étincelle, dans le Néant

  1. Accueil
  2. Forums
  3. discussions libres : Billets d'humeur(s)
  4. Triste étincelle, dans le néant
Triste étincelle, dans le Néant
Floflole 17 mai 2021 à 18:03

Voici quelques paragraphes de litanies profondes, forgées de mots durs, pour exorciser ma peine, ma frustration d'être né et d'errer comme un spectre, quelque-part, dans ce quelque-part absurde et interminable... Attention aux écorchés.

Mais oui l'Amour m'a empoigné, me serrant les tripes si puissamment qu'au plus profond de moi je ne rêve toujours que de vivre cette aventure ultime, dévouée, de tendresse sans limite, de bienveillance irrévocable. Je VEUX construire cet autel, jusqu'aux cieux, y décrocher les étoiles pour chérir du mieux celle qui marcherait avec moi.
Certes.

Je ne me raconte plus d'histoires, pourquoi l'Univers se soucierait-il des petits doigts d'honneur crispés que je lui tends avec rage ? Pour quelles raisons s'attribuerait-il son propre rôle d'arbitre pour juger nos propres vécus et infliger des supplices physiques et psychiques aux êtres sentients pour les punir (?) d'actes qui... qu'il n'aime pas ? Par le rasoir d'Ockham, je préfère retenir l'hypothèse plus réservée et plus probable du Déterminisme, et je vous épargnerai ainsi l'emploi d'autres termes injurieux pour qualifier le jardinier, car quand un fruit est pourri, s'il est dû au seul hasard, et non à celui d'une volonté, je ne peux blâmer personne.

L'Amour est une fuite en avant, une duperie de nous à nous pour ne pas regarder la mort en face, ou pire encore, pour ne pas prêter attention que plus encore que l'Amour, ce qui tort vraiment les boyaux, au sens 1er, c'est la souffrance : Celle d'avoir vécu dans le monde d'hier, toutes celles d'aujourd'hui et bien-entendu, les horreurs qu'ils vivront de demain.

Alors contre l'Adversité, je m'insurge et m'érige en sympathisant de l'anéantissement de la vie terrestre. Nous étions poussière, donnez-moi de quoi épandre nos cendres dans l'univers et je m'y atèle sans vous faire prier davantage !!!

Adieu ! Non ... plutôt : À jamais, à jamais nos dieux capricieux et pernicieux, que justice soit faite en nos vies, aux noms des libertés que nous nous souhaitons à chacun. Nous n'avons pas été consultés quand est venu le temps de nous condamner à l'expérience consciente éphémère de devoir nourrir de la terre par nos déjections. Quel est ce contrat abusif que je n'aurais su signer ! Vous voulez de la lumière ? Avez-vous seulement lu les conditions attachées !?! Cette rédemption est promise pour les vertueux, mais pauvres pêcheurs, c'est pour les morts qu'elle est promise... quelle ironie. La vie elle est un combat perpétuel pour la survie, une arène à échelle 1:1, entre la fausse aux lions et l'issue de secours. Mais se débattre est vain, notre destin est déjà scellé : nous allons tous y crever car c'est ça nous avoir offert de vivre, le comble (comment appelle-t-on un cadeau que nous n'avons pas la liberté de refuser déjà ?).

Je balance ces fantasmes idéalistes et/ou utopistes d'un spectre du néant qui en a gros, comme ça, dans l'univers, mais je me doute bien qu'il n'y ait d'écho possible que je ne puisse recevoir... 😭

Ambre31le 17 mai 2021 à 18:15   •  

Heu, le déterminisme, moi, je n'y crois pas... Ca supposerait que quelqu'un, quelque chose détermine. Et moi je crois en la magie de la vie, faite de relations entre les êtres. Alors, j'ai envie de te dire (expression empruntée à la génération de mes enfants, mais là, elle me va bien 🙂) surfe sur le début de ton texte, il est puissant 🙂!

Juliette...le 17 mai 2021 à 18:56   •  

Et même la suite est puissante.

Clivele 18 mai 2021 à 13:07   •  

"Rien n'est jamais fermé, sinon tes propres yeux."

proverbe persan

paradoxle 18 mai 2021 à 19:10   •  

Putain, y a de quoi faire un texte de chanson. Ça fait deux fois en pas longtemps que je me dis ça en lisant des bouses de tête déversées sur ce forum. Je les mets de côté pour quand je trouve quelqu'un pour les chanter. Bientôt le livret (avec un nom de genre "Haches, pets et déjections). . Merci à vous.

Sinon, pour rebondir sur l'inconvénient dêtre né, un film franco-libanais où un môme fait un procès à ses parents pour l'avoir mis au monde. La pauvreté à Beyrouth, la rue, la débrouille. Bien trash, tendre et drôle. "Capharnaum".


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?