Discussions diverses

L'art de surmonter l'embarras

  1. Accueil
  2. Forums
  3. discussions libres : Discussions diverses
  4. L'art de surmonter l'embarras
L'art de surmonter l'embarras
paradoxle 27 septembre 2021 à 12:23

Une petite vidéo du prof en rhétorique sur la gêne et l'embarras. D'un vidéaste humouristique, il tire des leçons en passant par Shakespear et Irvin Goffman (sociologue spécialiste du "la vie est un théâtre", qui a une place importante dans La nouvelle communication, un livre que je trouve indispensable) et aussi André Breton sur la disponibilité. Utiliser le malaise pour saisir des opportunités. Car la peur de perdre la face est la pire ennemi de l'audace. Histoire d'accuellir les choses étranges et belles que la vie peut vous offrir.
voir la vidéo

(ce mec nous pousse à parler, ce qui est bien ironique en ce moment pour moi qui reste bien taiseux ici).

Naweez_Heerle 27 septembre 2021 à 12:53  •   66626

Namasté @paradox. Cette vidéo m'a fait un cadeau précieux, la citation d'André Breton sur la disponibilité. Elle va me nourrir pendant quelques temps.

"Aujourd'hui encore je n'attends rien que de ma seule disponibilité, que de cette soif d'errer à la rencontre de tout, dont je m'assure qu'elle me maintient en communication mystérieuse avec les autres êtres disponibles, comme si nous étions appelés à nous réunir soudain. J'aimerais que ma vie ne laissât après elle d'autre murmure que celui d'une chanson de guetteur, d'une chanson pour tromper l'attente. Indépendamment de ce qui arrive, n'arrive pas, c'est l'attente qui est magnifique."

Naweez_Heerle 27 septembre 2021 à 13:27  •   66630

Cela étant dit, l'argumentation de ce professeur en rhétorique me gêne. Il nous laisse à croire que cette capacité, de devenir des êtres totalement libres, sans plus aucune gêne sociale, des improvisateurs exaltés, est à la portée de tous, et là, j'ai la conviction qu'il se trompe lourdement : Loris fait ce qu'il fait, parce qu'il est Loris, ie un individu avec un talent social énorme, une facilité de lien déconcertante, une faculté de jeu mondain supérieure - personne d'autre que Loris ne peut faire du Loris. Il joue un personnage de coincé, mais c'est une performance d'acteur formidable ! Derrière ce masque de coincé, il navigue socialement comme un poisson dans l'eau. Nous ne pouvons pas tous devenir des Loris. Il a une répartie de folie, une capacité d'improvisation rare, fruits d'une aptitude naturelle mais aussi et surement, d'un looooong travail, comme un jeu, depuis l'enfance. Et du coup : faire croire qu'on peut tous avoir ces talents, ces parcours, me semble être un discours irréaliste, voire trompeur. Surtout : Loris n'accueille pas ce que les autres ont à lui offrir, cela est faux. Loris provoque, et c'est là, la grande différence ! Loris est un provocateur, de situations, de paradoxes, de malaises. Devrions nous tous devenir des provocateurs ? La société pourrait-elle rester viable si nous adoptons tous une attitude de provocation ?

Ca me fait penser à cette mode du coaching : vous pouvez devenir qui vous voulez être ! Il n'y a aucune limite ! Provoquez votre destin, provoquez vos chances, libérerez vous de toutes vos peurs et de toutes vos limites ! Alors certes ces méthodes marchent, pour oser briser la glace et aborder l'autre ; mais qu'offre-t-on à l'autre ? Un rôle de composition. Une méthode mise en pratique. Un masque. Je trouve cette conception de la vie profondément triste, parce que déterministe : des gens, qui ignorent totalement qui ils sont. Des gens, qui, pour combler leur vide intérieur, se choissent un personnage qu'ils s'inventent eux même. Des avatars d'eux memes. Des gens, incapables d'être spontanés.

Ca me fait aussi penser à cette émission : Nus et Culottés. j'adore le concept de cette émission, et pourtant, je ne peux pas la regarder. Pourquoi ? Parce que Nans et Mout nous font croire que ce qu'ils font - créer du lien, faire confiance, s'ouvrir aux possibilités de l'improvisation, faire des rencontres formidables chaque jour - est accessible à tous. Et c'est un mensonge. Ils ont des capacités sociales, intellectuelles, hors du commun. Surtout ils sont animés d'un esprit de défi, qui les pousse constamment à se fixer de nouveaux objectifs toujours plus fous. Ils sont hyperactifs, cherchent le risque, l'adrénaline, et ils nous font croire que l'on est tous comme eux, ou qu'on peut le devenir. On peut difficilement le devenir, mais la vraie question est : est-ce même souhaitable ?

Aussi ce qui me gêne dans l'approche de ce professeur, c'est sa vision du : nous jouons toujours un rôle, donc autant travailler ce rôle pour le maîtriser, et l'utiliser pour se créer des opportunités. Cette vision de la vie m'effraie. C'est la société américaine, dans toute sa superficialité, son politiquement correct. C'est l'actor's studio. Les américains sont des robots, portent constamment le masque social. Ils vivent comme si une caméra était braquée sur eux 24/24. Pour moi, c'est un cauchemar. J'ai personnellement évolué dans une exploration des philosophies orientales, pour échapper à cette vision de la vie comme d'un grand théatre total, qui me condamnerait à constamment porter un masque. Au contraire, j'ai fréquenté des lieux dans lesquels on travaille à rester en silence, à réduire le langage momentanément, pour découvrir le tronc commun entre tout individu, et composer une relation, une communication à partir de là, en ne jouant plus aucun rôle. Se trouver soi-même. Ne plus porter de masque. Ne plus avoir à être quelqu'un d'autre, que qui l'on est maintenant, dans le moment présent : l'esprit calme, le corps détendu. Silence, dialogue, marche, arrêt, contemplation, action : trouver ce qui est constant, dans mon être, et en faire le socle de mon être, ce que je donne aux autres.

Je crois qu'en répétant un rôle assez ardument, on peut arriver à en faire une seconde nature, et même, à faire croire que l'on est spontané et "soi-même". Mais je crois que c'est l'extrême inverse du spontané. Le spontané, c'est ne plus jouer aucun rôle. Se laisser être. Se découvrir, à mesure que l'on se laisse être. c'est un risque énorme, car on ne sait pas ce que l'on va découvrir, ce qui va sortir de soi. On le découvre en même temps que les autres. C'est ce qui rend la spontanéité magique, aussi.

Je livre ici mon ressenti, pas pour saborder ton initiative, @paradox ! au contraire je suis très content que tu aies partagé ce lien aujourd'hui, car c'est un sujet qui me semble être au coeur de la question de l'équilibre mental. La paix du mental, une pensée calme, débarrassée des questions en boucle du type : qui dois-je être maintenant ? Qui suis-je ? Comment me comporter, afin d'être accepté ? Quelle est la meilleure version de moi-même, et comment la conserver, et la proposer aux autres ? Ces questions incessantes nous rendent malades. Hors, jouer constamment un rôle, permet de ne plus se poser ces questions, et au contraire, ne plus jouer aucun rôle, permet aussi d'atteindre à ce résultat. Mais je crois que, à jouer constamment un rôle, on passe à coté de sa vie. Oscar Wilde disait : soyez vous memes, les autres sont deja pris :)

J'espère que mon message donnera envie de compléter, argumenter, ajouter, démentir, exprimer, confesser, et pas au contraire, d'en rester là :)

paradoxle 27 septembre 2021 à 19:16  •   66654

@Naweez_Heer je remets dans le contexte. Ce prof est surtout prof de rhétorique pour militant, je le trouve la plupart du temps extrêmement pertinent et efficace dans ce qu'il fait.
Mais je me suis permis de partager cela justement pour aider ceux qui ont du mal, qui manque de confiance, etc. Je ne connaissais pas ce Lori et je n'irais pas voir ses vidéos, je m'en fous un peu. Mais c'est un prétexte pour donner des ficelles.
Irvin Goffman est vraiment terrible avec son histoire de la vie comme théâtre où l'on joue un rôle. Parce qu'on le fait tous. Et on peut tous apprendre à faire mieux, c'est ça le message.
Bien sûr que tout le monde n'a pas les capacités de ce guignol (au sens noble du terme) mais la confiance en soi, ça s'apprend. Watzlawick écrivait une ordonnance à ses patients dans ses cas-là : entrer dans une boulangerie et demander du pâté (par exemple), c'était un exercice qu'il imposait à ses patients. Et je retrouve le même genre de proposition dans celle de Victor Ferry. Ses vidéos sont des cours, pas des injonctions.

"Devrions nous tous devenir des provocateurs ? La société pourrait-elle rester viable si nous adoptons tous une attitude de provocation ?"
Là je dis oui avec force et conviction !
Bien sûr qu'on est pas tous à ce niveau d'audace mais c'est une façon d'apprendre à se mettre en condition pour accueillir ce que peut nous offrir la vie. Au lieu de rester dans sa routine et de rater ce que les circonstances et les coïncidences peuvent nous apporter.

Je crois que tu te trompes dans "nous jouons toujours un rôle, donc autant travailler ce rôle pour le maîtriser, et l'utiliser pour se créer des opportunités. C'est la société américaine, dans toute sa superficialité, son politiquement correct".
Car oui, nous jouons tous des rôles, tout le temps. Nous ne sommes pas la même personne entre amis, en famille, au boulot, ou seul. Ça n'a rien à voir avec l'amérique. Et surtout pas avec le politiquement correct (d'ailleurs Ferry à une très belle vidéo sur ça, sur le danger du politiquement correct, je vais essayer de la retrouver).

Bien sûr c'est important d'apprendre à ne plus porter de masque et de se trouver, mais c'est l'histoire de toute une vie. "Deviens qui tu es", qui disait l'autre. Mais je ne parle pas de faux-self en parlant de rôle, le faux-self, c'est quand tu prends ton rôle pour ce que tu es. Non, je parle de jouer le jeu de la vie. C'est justement quand on est conscient du rôle que l'on endosse que l'on peut s'en débarrasser, si besoin est. C'est justement une histoire de conscience de soi qui est en jeu ici.

Naweez_Heerle 27 septembre 2021 à 19:52  •   66660

@paradox je te rejoins, cette vidéo a une énergie "motivationnelle" forte, et positive, assurément, il y a beaucoup de choses qui peuvent inspirer des gens en quête d'audace sociale, de renouveau, de courage. Et c'est probablement le plus important. Peut-être que mes interrogations n'avaient pas leur place ici, car elles pourraient décourager certains lecteurs, de voir la vidéo, ce qui serait dommage. Cependant le débat qui se trame derrière, est passionnant je trouve. Personnellement, je refuse de dire que je joue des rôles. J'ai l'impression honnête, d'être moi-même, peu importe la personne qui se trouve en face de moi. Peut-être est-ce pour cela, que cette vidéo m'a tant fait réagir.

Peace, bonne soirée à toi

Julien

paradoxle 27 septembre 2021 à 20:05  •   66661

voir la vidéo

Ambre31le 27 septembre 2021 à 22:46  •   66675

Merci @paradox, c'est sympa, ça m'a permis de découvrir un des youtubers qu'affectionne particulièrement mon ado de fils !

Il me semble comme le fait remarquer @Naweez_Heer que ce Loris n'accueille pas l'autre. Mais ce qui est intéressant et que je ne suis pas sûre que tu mentionnes dans ton post @Naweez_Heer, c'est qu'il est tout de même en relation à l'autre en permanence. Il improvise à chaque instant, à partir de cette relation. Et bien sûr, si on sort du personnage de Loris, qui justement joue à perfection son rôle. Cela va plus loin que "Se laisser être", c'est se laisser être en relation avec l'autre. Cette vidéo est une invitation à partir non pas seulement, à l'aventure de soi, mais à l'aventure de soi dans la relation à l'autre.

Pour ma part, je crois avoir vécu et vivre si souvent ce sentiment de gêne, que j'ai beau en avoir peur et l'éviter quand je peux, cette peur n'est aucunement une limite pour moi. Si quelque chose me paraît important ou que j'en ai envie, ce risque d'être ridicule ne fait pas le poids. Je prends ce risque très souvent sur Apie notamment, et effectivement bien plus comme une occasion de voir ce qui va sortir de moi, d'être en relation et par curiosité des retours, que comme une exhibition ( en tout cas, c'est mon impression d'aujourd'hui).


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?