Discussions diverses

La vie d'un être millénaire.

  1. Accueil
  2. Forums
  3. discussions libres : Discussions diverses
  4. La vie d'un être millénaire.
La vie d'un être millénaire.
Sebunkenle 25 janvier 2020 à 17:50

Yo

Je me suis posé une question complétement absurde. Et j'en avait d'ailleur déjà fait un topic sur mon deuxième forum. Je me demandais comment serait la psychologie d'un être humain qui aurait par exemple plus de 200, 500, voir même 1000 ans. Voirait il le monde de notre façon. Serait il ultra érudite plein de connaissance. Ou aurait il oublié énormément de choses. Sans oublier que le développement physique serait beaucoup plus long aussi.Du coup ça entraînerait peut être un décalage entre l'âge physique et mental. Et puis il y à l'entrée dans l'adolescence aussi avec les hormones le corp et le cerveau qui sont en pleine mutation. Car il y à d'un côté les capacités cognitive lié au temps,au vécu, et au l'expériences de la vie. Et de l'autre côté celles d'un cerveau adulte et mûr. Car il faut savoir que le cerveau d'un ados n'est pas tout à fait fini. Je parle de la maturité émotionnelle, de la capacité à prendre des décisions approprier aux bonnes situatons, de la capacité à peser le pour et le contre, de la gestion des émotions et de l'impuslivivté, Bon aprés pour ce qui est de la maturité je pense que cela s'acquiere tout seul avec le temps et l'expérience. Du coup une personne qui aurait physiquement et biologiquement 14 ans mais qui aurait en age 1000 ans. Aurait il par exemple beaucoup de connaissances et de maturité mais encore un fonctionnement neurologique imature à la fois. Alors oui je sait c'est complétement WTF comme question. En faite je me rend compte que ces questions sont un vrai casse tête. ? Je m'excuse d'avance si je vous ai provoquer une rupture d'anévrisme ou un AVC avec ma questions chelous.

Melinashkale 25 janvier 2020 à 18:21

Ton sujet est intéressant ! Peut être un bon sujet pour écrire une histoire, ta propre histoire à ce sujet. C'est une question qui tient de la science fiction en quelque sorte, donc tu ne peux qu'inventer tes propres réponses à cette problématique.
Tu peux t'inspirer du ressenti des personnages existants dans la littérature, comme les vampires par exemple qui font face à l'immortalité, avec tous ses avantages mais surtout ses difficultés. La douleur de voir les gens partir avant soi, la connaissance du monde à travers les différentes époques, les liens qu'ils peuvent donc faire dans ses évolutions tout en étant conscients que finalement, les choses restent assez identiques. Tu as un bon sujet de roman, à toi de voir si l'évolution physique et psychique de ces personnes « atypiques » se fera sur le même principe que l'humain, ou si leur « maturité » est acquise plus tôt.

Sebunkenle 25 janvier 2020 à 18:36

@Melinashka

Ha ca oui. Il y a des trucs cool à éxploiter avec ce concept c'est pas faux. D'ailleurs c'était une idée les créer un perso dans ce genre.

HUNAMle 25 janvier 2020 à 19:00

Je te conseille le film "The man from Earth", qui traite d'un homme vivant depuis la préhistoire jusqu'à aujourd'hui (enfin jusqu'à l'époque du film, soit il y a un peu plus de dix ans). Au début du film, il est sur le point de déménager car il déménage toujours au bout d'un temps pour que les gens ne se rendent pas compte qu'il ne vieillit pas, c'est une sorte de huis-clos, quasiment que du dialogue mais très intéressant car il se met à expliquer tout ce qu'il a vécu et comment il l'a expérimenté (enfin ça reste une fiction évidemment). La mise en scène fait un peu téléfilm mais ça vaut le coup. Il y a de l'exagération sur certains aspects, tu le verras, mais après tout, il faut bien un peu de sensationnel.

Sinon je citerai un personnage de l'animé Code Geass: "Lorsqu'on est immortel, la vie finit par n'être plus rien d'autre qu'une expérience".

Sebunkenle 25 janvier 2020 à 20:05

@HUNAM

The man from Darty 😍 Je veut bien voir ça

Je compte bien le voire en streaming en tout cas

Merlinle 25 janvier 2020 à 20:19

Concernant le développement, il ne serait pas forcément ralenti parce que l'être vivrait plus vieux. Le temps écoulé entre la gestation et le passage à l'âge adulte ne dépend pas de la durée de vie mais plutôt de la complexité de l'organisme. Or l'immortalité (toujours théorique) pourrait simplement vouloir dire des cellules qui continuent à se régénérer sans s'épuiser, sans aller jusqu'aux capacités extraordinaires du tardigrade.

On pourrait prendre l'exemple des tortues, dont les organes ne vieillissent pas et qui pourraient théoriquement vivre indéfiniment si elles n'étaient pas victimes de maladies, d'accidents ou des humains.

Mirobellele 25 janvier 2020 à 20:31

Et pourtant, la tortue luth @Merlin

Lounale 25 janvier 2020 à 22:30

J'adore ton sujet !
Tu as aussi le film Mr Nobody qui reprend plus ou moins les questions que tu te poses..

Je pense que @Merlin a raison, il faudrait voir comment tu envisages la physiologie du personnage. S'il se développe exactement comme un humain avec une espérance de vie bien plus grande, peut-être qu'on peut penser que l'enfance dure jusqu'à par exemple 25 ans (de vie je veux dire) et ainsi de suite.. ou alors on part sur une hypothèse complètement différente et alors est ce que le corps vieillit jusqu'à par exemple 70 ans et seul le cerveau, l'esprit continue de se développer ?

Sinon en parlant de psychologie "seule" il faudrait se demander si ce personnage est le seul de son "espèce" et donc comment il envisage la vie et la mort de ceux qui l'entourent.
Pour les vempires, comme dit @Melinashka on peut se rendre compte de l'ambivalence entre le pouvoir que peut apporter l'immortalité et le fardeau qu'elle impose. La solitude, si elle est forcée, peut finir par ronger l'âme.

@Mirobelle j'ai ri 😄

Sebunkenle 26 janvier 2020 à 12:40

@Merlin.

Ha oui c'est vrai que la croissance n'est pas le vieillissement. Après en en général chez les animaux la durée de vie d'un animal est souvent à peut prés proportionnelle à la durée de sa croissance. Donc ouais j'aime bien l'idée que les processus de croissances et de vieillissement soient synchro et étiré comme un chewing gum. Mais fatalement oui pas besoin d'une croissance plus lente forcément. J'aime bien le fait que le temps semble complétement en décalage par rapport aux autres. Du coup il serait complétement en décalage par rapport aux autres membres de son espéce et incompris par les autres. @Louna Et bien sûr il serai ( ou penserai ) être le seul dans son cas. Sinon c'est pas drôle bien sûr . Au passage il pourrait devenir célèbre et gagner sa vie comme ca. Car son age mental ne serait pas en adéquation avec son âge physique. Mais en même temps ça pourrait lui attirer des problèmes aussi. Des gens mal intentionnés pourraient vouloire l'éxploiter. Après sa célébrité dépendrait aussi du pays et de la culture aussi. Si il vie dans un pays avec des moeurs trés archaïques et superstitieuses je ne suis pas sur que son "don" soit trés bien vue. Ou alors il ferait comme John du film cité par @HUNAM. Il déménagerai tout les 10 ans pour éffacer les soupçons.

Sebunkenle 26 janvier 2020 à 13:34

@Louna

Dans quel sens vois tu que l'immortalité apporte la solitude ?

Car tout ton entourage meurt à chaque fois ?

Lounale 26 janvier 2020 à 14:09

@Sebunken pour moi fatalement l'immortalité apporte la solitude. Tu vois d'abord partir tes proches.. puis tous ceux avec qui tu tisses des liens de près ou de loin.. je pense que la souffrance qu'engendre le deuil finit par te rendre solitaire. En tout cas personnellement si j'étais immortelle, j'aurais beaucoup de mal à ne pas devenir solitaire, pour me préserver un peu..

Dans la série Penny Dreadful, Dorian Grey est un être qui finit par être désabusé.. il est seul, et surtout, il s'ennuie. La redondance des comportements humains ne lui permet pas de profiter pleinement de son immortalité..

Mais c'est un sujet passionnant et puis c'est le champs des possibles.

Sebunkenle 26 janvier 2020 à 15:22

@Louna Hmmm d'accord. Au début j'avais du mal à voire cela comme une condomnation à la solitude. Car certe tu vois touts tes proches mourire mais tu en rencontre des nouveaux. Et puis les gens ne meurent pas tous en même temps. Mais oui je peut comprendre qu'aprés tu la souffrance du deuil puisse rendre solitaire pour ce préserver de cette souffrance. Ainsi que la redondance des comportements humains.

catiminile 26 janvier 2020 à 15:36

@Sebunken ... Les cités de séniors, sorte de résidence pour personnes âgées aisées, ont beaucoup de qualités puisque tout est conçu pour simplifier la vie et la rendre agréable. C'est en général très beau, convivial, sécurisé. Un seul problème de taille mais auquel on ne peut rien : s'y faire des amis est source de souffrance parce que les plus résistants n'osent plus se lier à qui que ce soit de peur de s'attacher et voir cet énième ami disparaître. Ainsi la grande vieillesse est source d'une solitude très difficile à supporter.

Cet homme dont tu parles, il sait qu'il a encore des dizaines d'années devant lui ou subit-il ce prolongement avec étonnement ?

Si cet homme devine qu'il en a encore pour des dizaines d'années, il peut faire des excentricités puisque cette mort est si lointaine. Excentricités que font souvent les adolescents du monde réel parce qu'ils se sentent immortels avec les risques que cela comporte.

Si sa santé est bonne mais que la mécanique se rouille et qu'il perd un peu plus tous les jours, vue, souplesse, audition, résistance .. il risque de s'ennuyer car son existence sera réduite et il sera freiner dans plein de trucs.

Néanmoins, s'il reste à 150 ans le même qu'il était à 60 mais ignore les raisons de ce prolongement anormal, il sera sûrement repéré par les scientifiques et considéré comme une bête de foire.

Avec un déménagement discret tous les dix ans, c'est passer son temps à faire des deuils. Quitter, toujours quitter. Tel un fugitif en fuite.

J'ai une tante qui a un cerveau intact à 104 ans et elle dit :" j'aimerais que ça se termine parce que je n'ai plus personne autour de moi, personne pour échanger des souvenirs communs d'il y a quatre vingt dix ans, marre des ces générations de "gamins" qui n'ont rien vu, rien connu. Je crois que cette vie j'en ai fais le tour".

Arriver à un âge aussi important que celui que tu cites, ça veut dire avoir vu mourir ses enfants, ses petits-enfants. Quelle horreur !

Quant à la psychologie de cet être, (ce qui correspond à ta question initiale) il aura tellement vu, tellement supporté qu'il aura vu sa sensibilité s'émousser pour survivre à tant de drames. Il sera tolérant, fataliste, peut-être un peu indifférent. On ne peut se passionner pour des causes humaines éternellement déçues sans regarder s'agiter ces petites fourmis qui nous entourent et penser : "faut bien que jeunesse se passe ! ".

Sebunkenle 26 janvier 2020 à 15:46

Cet homme subit ce prolongement avec étonnement. Et au bout d'un moment fini par comprendre qu'il vie beaucoups pnus longtemps que les autres. Donc oui quelque part le dicton " vivons heureux vivons caché" s'applique un peut à ce problème. Surtout avec les scientifique qui voudraient ce service de lui.

@catimini

"Avec un déménagement discret tous les dix ans, c'est passer son temps à faire des deuils. Quitter, toujours quitter. Tel un fugitif en fuite.

J'ai une tante qui a un cerveau intact à 104 ans et elle dit :" j'aimerais que ça se termine parce que je n'ai plus personne autour de moi, personne pour échanger des souvenirs communs d'il y a quatre vingt dix ans, marre des ces générations de "gamins" qui n'ont rien vu, rien connu. Je crois que cette vie j'en ai fais le tour".

Arriver à un âge aussi important que celui que tu cites, ça veut dire avoir vu mourir ses enfants, ses petits-enfants. Quelle horreur !

Quant à la psychologie de cet être, (ce qui correspond à ta question initiale) il aura tellement vu, tellement supporté qu'il aura vu sa sensibilité s'émousser pour survivre à tant de drames. Il sera tolérant, fataliste, peut-être un peu indifférent. On ne peut se passionner pour des causes humaines éternellement déçues sans regarder s'agiter ces petites fourmis qui nous entourent et penser : "faut bien que jeunesse se passe ! ".

Ha oui. Pas faux



.

Merlinle 26 janvier 2020 à 15:56

Un autre effet secondaire d'une vie très longue pourrait être la peur de mourir, paradoxalement. Ne pas avoir la mort en ligne de mire au bout de quelques décennies pourrait la rendre plus distante et encore plus terrifiante, poussant un éventuel "immortel" à éviter ou même à fuir les dangers. Y compris les dangers imaginaires. Fuir les maladies auxquels ils serait éventuellement vulnérable, fuir les situations potentiellement violentes ou accidentogènes... et en arriver à se réfugier dans une citadelle avec de plus en plus de moyens de sécurité autour de lui, l'isolant encore davantage du reste de la population.

Merlinle 26 janvier 2020 à 23:19

Pour ceux qui rechercheraient des lectures sur le sujet, Alfred Bester a pris une approche assez amusante de l'immortalité dans "les clowns de l'Eden" ...

Lounale 27 janvier 2020 à 17:47

Merci @Merlin !


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?