Enfants, école et parentalité

Doit on élever des enfants comme des adultes ?

  1. Accueil
  2. Forums
  3. discussions libres : Enfants, école et parentalité
  4. Doit on élever des enfants comme des adultes ?
Doit on élever des enfants comme des adultes ?
Id41le 11 novembre 2019 à 15:26

Tout est dans le titre.

Non, car ils n'ont pas la même sensibilité.

D'accord ?

Et pourtant, c'est en étant pris comme un adulte qu'on devient un bon adulte (opposé à celui qui fait mal/du mal)...

Id41le 11 novembre 2019 à 15:35   •  

"Les bons adultes doivent élever de bons adultes."
"Les mauvais adultes doivent élever des enfants."

Comment savoir le moment où on est un bon adulte ?

Merlinle 11 novembre 2019 à 16:44   •  

Pas d'accord ! :)

Bon, je n'ai aucune expérience dans l'élevage d'enfants et je ne l'ai jamais souhaité. Mais en tant qu'ex-enfant (en théorie) je me suis senti adulte dans un corps enfantin aussi loin que mes souvenirs remontent. Et je suis toujours reconnaissant à ma mère et à ma grand'mère de m'avoir toujours traité comme un adulte.

Anecdote, je ne sais plus quel âge j'avais mais je n'étais pas encore en maternelle. Chez ma tante, avec ma mère et une amie de ma tante. Cette dernière se précipite vers moi et commence à me parler "petit bébé". Je la regarde interloqué, et je demande à ma mère "Dis, pourquoi elle parle comme ça, la dame ?".

Bref, pour moi, traiter un enfant surdoué comme un adulte, ça va de soi.

Gottheimle 11 novembre 2019 à 17:28   •  

Je n'ai ni enfants, ni l'intention d'en avoir donc mon opinion vaut ce qu'elle vaut, mais les petits sont voués à grandir.

Je serais donc partisan du fait de ne pas les traiter comme des adultes, ce qu'ils ne sont clairement pas, mais dans l'optique d'en faire des adultes.

Un peu d'argent de poche chaque semaine, c'est potentiellement une façon d'enseigner le sens des responsabilités, par exemple.

L'idée c'est de savoir ramener les choses à leur échelle, et leur permettre d'aller à leur rythme.

slyxxle 11 novembre 2019 à 17:51   •  

L'éducation, cela évolue aussi en fonction de l'âge et de la maturité de chaque enfant. Il n'y a pas de règle. Certains vont rester "bébé" plus longtemps, et auront besoin de plus de marternage, d'autres pas. Etre parent c'est s'adapter et surtout faire ce que l'on peut !

Je crois que le métier de parent est l'un des plus difficile et des plus ingrats, surtout de par le fait que tout le monde y va de son petit commentaire. (les grands parents, les amis, la boulangère, des zèbres sur un forum ;) )
On pense savoir, quoi dire, comment faire, quoi lire, quoi appliquer etc... mais je crois que tant qu'on y est pas on ne peut pas savoir.

Et puis tellement de choses entrent en compte : premier enfant ?, situation familiale, situation géographique, situation sociale, les deux parents sont ensembles? séparés? veufs? , les deux parents travaillent ?, présence de grands parents ? problèmes de santé? Enfant désiré? Cadre dans lequel l'enfant a été conçu ? Comment s'est passé la gestation ? complications ? les parents ont ils des relations compliqués avec leur propres parents ? Ont ils commencé à travailler sur eux même ou pas du tout ? etc etc tout un tas de choses qui font que déjà, l'enfant ne part pas "vierge" . S'ajoute à cela, la sensibilité et les problèmes/névroses de chacun des deux parents + le cadre de vie etc... Un casse tête émotionnel, matériel et j'en passe.

Bref, vouloir établir qu'il FAUT élever ses enfants comme des adultes (ou pas!) semble une idée aussi restrictive que de dire qu'il n'y a qu'une seule sorte de zèbre. 🤔

Id41le 11 novembre 2019 à 17:57   •  

@slyxx
Du sur mesure... parfait. Merci pour le futur conseil.



C'est permis d'en faire des cons ? 😂

Ju-lienle 11 novembre 2019 à 18:17   •  

Je ne saisis pas vraiment l'enjeu de cette question Doit-on traiter l'enfant comme un adulte? De quels traitements est-il question? Celui de sa responsabilité où de son irresponsabilité ? Celui de ses droits? De ses devoirs?
Il me paraît nécessaire de "traiter" ou plutôt de s'occuper d'un enfant comme d'un enfant... qu'il est. Fut-il doué de capacités d'analyse, de reflexion, de compréhension et d'élaboration hors norme. Et d'ailleurs comment traite-t-on un adulte?
Ça donne envie de se questionner sur la question du traitement... mince je m'egare.
La question latente n'est-elle pas celle des modèles éducatifs.
L'enfant est-il "à sa place" ou non...
Peut-on lui laisser suffisamment de liberté, de possibilité d'auto-détermination, pour qu'il puisse peu à peu affirmé sa subjectivité et sa singularité sans pour autant cesser de le tutorer, le guider grâce à une expérience qui même insuffisante aide à appréhender l'existence. Cette expérience là, qui participe de former chaque adulte n'est offerte que par le temps. L'enfant est-il capable et doit-il déterminer librement le cadre de ses expériences?
Qu'en penses tu?
Suis-je entrain de traiter le bon sujet? ;)

Id41le 11 novembre 2019 à 18:28   •  

@Ju-lien
Libre de s'exprimer, tant que cela reste dans le thème (large sinon je préciserai).
Trop complexe pour que je puisse répondre aujourd'hui. J'apprends.

Asacksle 11 novembre 2019 à 18:37   •  

Je rejoins @Gottheim, sur le fait que l'enfant a un rythme et qu'il faut le respecter,lui donner des responsabilités à sa hauteur.

C'est selon moi ces outils qui le font grandir, c'est lui offrir pas à pas l'autonomie dont il aura besoin pour devenir un adulte.
A mon avis, en aucun cas un enfant ne doit être "traiter" comme un adulte tout simplement parce qu' il n' en ai pas un. Il n'est pas armé à agir en tant que tel, sa maturation cérébrale ne le lui permet pas, ses expériences de vie non plus. Et effectivement je suis d'accord avec @Ju-lien, cela prend du temps, et ce temps est nécessaire à son épanouissement.

Id41le 11 novembre 2019 à 18:40   •  

(Si un de mes enfants en aura la capacité, je souhaiterais l'élever comme un adulte.)

Mais est-ce bon ?

Tangle 11 novembre 2019 à 18:49   •  

Salut,

Je n'ai pas bien saisi non plus le sens exacte de la question mais bon...je réponds quand même...
"Surdoué" ou "non surdoué", un enfant est un enfant, son cerveau n'est pas mature, et il a besoin d'un entourage bienveillant et compréhensif pour pouvoir s'épanouir et développer son plein potentiel. Je pense justement que la personnalité hypersensible a au moins autant besoin d'être rassurée par ses parents que n'importe quel enfant. Je suis justement en train de lire le livre "Pour une enfance heureuse" qui nous explique bien que le cerveau des enfants est immature, et que celui-ci se construit tout au long de leur croissance physique.
Qu'on soit "surdoué" ou pas, un enfant nécessite donc une attention particulièrement importante et différente de celle d'un adulte, ce qui est un peu...du bon sens 🙂

Ju-lienle 11 novembre 2019 à 18:51   •  

Substituons considérer à "traiter".
Doit-on considérer l'enfant comme un adulte? Non, il n'en est pas un et à l'endroit de son développement psycho-affectif sûrement pas. Il me paraît nécessaire de lui laisser ce temps durant lequel il est considéré comme un enfant. A-t-il les mêmes besoins, désirs?
Devenir adulte, car on le devient, s'accompagne de modifications, corporelles, biologiques, psychiques,...
Devenir adulte s'est aussi (d'un point de vue social) comme je l'evoquais dans le précédent post un package comprenant droits et devoirs. Les enfants peuvent-ils avoir les mêmes?
Il est probablement préférable que ce ne soit pas le cas.
Enfin j'écris ce qui me passe par la tête de manière un peu décousue...

Id41le 11 novembre 2019 à 18:59   •  

(En général je ne réponds pas mais ; vous ne m'avez pas convaincu comparé à l'argument de @Merlin) 😉

Les enfants, des "adultes à QI < 100" ?

emanule 11 novembre 2019 à 19:03   •  

@slyxx,totalement d'accord !
Parents,le plus dur métier de tous les temps !
@Id41 c'est bien de vouloir apprendre.
Si il ne dois y avoir qu'une règle,se serait d'être en phase avec sois même,sa partenaire, et son enfant.
Le reste suivra,naturellement.

Ju-lienle 11 novembre 2019 à 19:03   •  

Je te rejoins @tang.
La maturation Psychique est un processus progressif. Non linéaire d'ailleurs au cours de l'existence.
Doit-on considérer les personnes âgées atteintes de démence et vivant des phases de régression psychique à des stades infantiles comme des adultes?
Je rigole là mais je crois que l'idée est bien de considérer les gens quel que soit leurs âges avec le plus d'humanité et de bienveillance possible et de s'adapter dans nos positionnements (d'adultes) aux capacités, possibilités, potentialités de chacun.
Petite question qui me vient, comment doit-on "traiter" ;) l'enfant qui bien que mué en adulte reste présent en nous?

Id41le 11 novembre 2019 à 19:16   •  

Posé différemment :

Un enfant est-il différent d'un adulte à "QI/QE, etc. < 100" et faut-il tendre à "200" ?

Tangle 11 novembre 2019 à 19:22   •  

Nous sommes d'accords @Ju-lien

Un enfant "surdoué" aura certes de l'avance et plus de compréhension sur certaines choses. Il pourra apprendre plus vite et je ne vois aucun problème à le soutenir dans ce développement.
En revanche sur le plan émotionnel, il est extrêmement dangereux de traiter un enfant comme un adulte. Car aussi "surdoué" qu'il soit, un enfant ne saura pas prendre le recul nécessaire dans certaines situations, et c'est là qu'un adulte bienveillant devra être là pour le comprendre et le soutenir.

Tangle 11 novembre 2019 à 19:29   •  

@Id41, de nouveau je ne comprends pas ta question...on ne peut pas comparer des êtres incomparables.

Id41le 11 novembre 2019 à 19:34   •  

@Tang
Dans ce cas, qu'est ce qui fait la spécificité d'un enfant comparé à un type d'adulte "dézèbré" correspondant ? (Attention, il ne s'agit pas de dire qu'un dézèbré doit être associé à un enfant, justement puisqu'il s'agit de les prendre comme des adultes.)

(A part le fait que je n'essaierais pas "d'élever" un adulte "dézèbré".)

Et autre question :
Laissez-faire complet ?

Tangle 11 novembre 2019 à 20:36   •  

@Id41
La principale spécificité d'un enfant serait la fragilité. A cause de son immaturité physique et cérébrale et de son manque d'expérience de la vie.

Id41le 11 novembre 2019 à 22:34   •  

Je comprends maintenant pourquoi les gens aiment les nouveaux-nés... (alors que c'est des monstres cachés). #porcelaine 🙂

Canhelele 11 novembre 2019 à 22:35   •  

Je dirais qu'il ne faut pas confondre 'adulte' et 'personne'.
Un enfant est une personne à part entière, à ce titre on l'écoute, on le respecte - or dans certains types d'éducation (plutôt "à l'ancienne"), cela n'est pas du tout de mise (on n'accorde aucune valeur à sa parole par exemple). Pour le reste, je suis plutôt d'accord avec @Tang, @slyxx et @Ju-lien

Siryackle 12 novembre 2019 à 00:55   •  

Oh ! Un élevage d'enfants !! On peut en adopter un aussi ? J'espère au moins qu'ils ont bien été sevré par leurs parents, hein ! 😜
Désolé, @Id41, mais ta "formulation" m'a bien fait rire et je n'ai pu m'empêcher d'y réagir avec humour... 😄 😉

Un enfant, certes n'est pas un adulte mais pas non plus un gros teubé, donc on lui parle normalement, et même en utilisant des mots que l'on dirait naturellement mais pas ou peu compris de lui. Alors on lui explique.

Effectivement, comme le dit @Canhele : un enfant est une personne à part entière. On écoute sa parole et on la prend en considération.

Juliette...le 12 novembre 2019 à 06:53   •  

😄 @Siryack

Carolle 12 novembre 2019 à 10:07   •  

Bon, moi j'élève trois enfants et ils sont tous les trois différents. Je dirais donc qu'il est important d'être attentif et de s'adapter aux demandes et besoins personnels de chaque enfant.

Concernant les côtés affectif, sécurité et émotionnel des enfants je dirais il est plutôt dangereux de considérer les enfants comme des adultes. Ce sont des êtres en plein développement, et de plus complètement dépendants des adultes. Donc apprenons à les aimer et leur donner de la tendresse sans les enfermer dans une bulle affective coupée du reste du monde. J'observe que certaines familles à ce niveau se comportent comme de véritables sectes. Attention aussi à ne pas confondre tendresse et sexualité, une fois de plus certaines familles semblent confondre ce point, et projeter leurs envies charnelles sur leurs enfants. L'enfant a toujours envie de plaire à ses parents parce qu'il en est dépendant, et n'est donc pas armé, n'a pas la maturité pour placer les limites. Il est important d'être tendre et disponible pour ses enfants, mais il faut veiller à ce que cette demande vienne de l'enfant.

Concernant les côtés intellectuel, spirituel encore une fois je dirais que la majorité des familles se comportent comme des dogmes voire des sectes, en apprenant à leurs enfants ce qu'il faut croire et penser et non pas à penser par eux-même. Pour moi un enfant, et surtout un surdoué a une démarche indépendante dans sa façon d'aller explorer des sujets qui l'intéressent, il est important que les parents puissent apporter toutes les matières que l'enfant souhaite explorer et non pas lui imposer leurs passions intellectuelles et leurs visions des choses. Maintenant j'insiste sur le fait, qu'une fois encore l'enfant a besoin de structure et de limites dans ses investigations. Il va de soi qu'il existe des sujets à mon sens immoraux et traumatisants qu'on ne laisse pas explorer à l'enfant. Ou d'autres dangereux mais reflétant une certaine réalité effrayante de notre société, qu'on investiguera si nécessaire avec lui. Une fois encore, c'est aux parents d'être attentifs à la maturité et demandes réelles de son enfant.

Un troisième point que je voudrais aborder est le mode d'éducation PN, que je connais bien puisque le père de mes enfants en est un et que j'ai moi-même eu un beau-père PN: Les enfants sont considérés comme des adultes autant sur le plan émotionnels, moral, que physique. Les enfants prennent en charge les adultes ou complètent les tâches de ceux-ci, voire les assument entièrement. Physiquement, les enfants de PN sont amenés à supporter des tâches trop lourdes pour eux, ils peuvent aussi servir d'objet ( sexuel) aux parents, le PN croit que l'enfant est une prolongation de lui même ( corporelle, mentale, ...)
Les enfants de PN, sont placés devant des films et livres inappropriés ( violence, horreur, voir pornographie).Il n'ont aucun droit à l'enfance, au plus grand risque de se comporter comme des enfants ( obsessionnels et capricieux) plus tard. Si vous avez des enfants avec un ou une PN je vous conseille de donner un maximum le droit à l'enfance, à l'innocence à votre enfant, pour commencer,....

Il est important, à mon sens même primordial de

NE PAS CONSIDERER L'ENFANT COMME UN ADULTE

Il a le droit de grandir, tomber, apprendre, pleurer, aimer , être aimé, le droit à l'INNOCENCE

Id41le 23 novembre 2019 à 04:23   •  

Merci @Carol, je retiendrai : "l'enfant a toujours envie de plaire à ses parents". Ce n'est pas négligeable pour considérer les enfants...


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?