Enfants, école et parentalité

Faire des enfants ou pas : pourquoi?

  1. Accueil
  2. Forums
  3. discussions libres : Enfants, école et parentalité
  4. Faire des enfants ou pas : pourquoi?
Faire des enfants ou pas : pourquoi?
Nevromonle 24 mars 2021 à 08:53

Même si votre réponse c'est "C'est évident", dans un sens ou dans un autre, si ça vous dit, expliquez-moi vos pensées et raisonnements derrière ! :)

eCRiSTaLiSle 24 mars 2021 à 09:34   •  

Bonjour, je suis père de trois enfants et beau-père de deux autres.
Non, ce n'est pas évident. L'important c'est si tu as envie de fonder ou non une famille, que tu es prêt(e) à devenir parent.
J'ai des personnes proche de moi qui ont fait le choix de ne pas avoir d'enfants et n'en sont pas malheureux... Si tu rêve de liberté, n'en fais pas !
Etre parent c'est donner la vie, leur donner une éducation, être exemplaire et partager son amour. C'est une expérience unique.

Prends ton temps pour bien choisir et fais ce que ton coeur t'indique.
Ne te fis pas à ce qu'il va advenir de l'avenir pour l'humanité, personne ne sait réelement ce qu'il adviendra de notre monde.

Merlinle 24 mars 2021 à 10:00   •  

Je n'ai jamais voulu d'enfants. Pour moi il y a plusieurs raisons. D'une, personnelle, je ne veux pas être père, je ne supporterais pas la présence permanente d'un enfant, et d'ailleurs je ne les tolère qu'à très petites doses. Seconde raison, depuis le collège je suis sensibilisé au problème de la surpopulation (par la lecture de la bombe P d'Ehrlich que j'avais trouvé chez un bouquiniste), et encore davantage maintenant qu'on vise les 11 milliards d'humains pour la fin du siècle. Enfin, il y a le problème climatique : un enfant d'un pays développé, c'est l'équivalent carbone de 36 aller-retours transatlantiques par an. Réduire la population, c'est aussi réduire les gaz à effet de serre, donc.

Je comprends que des gens veuillent des mômes, nombre de mes amis en ont. Mais je crois qu'il y a une très grande influence biologique là-derrière, surtout pour les femmes (hormones...) et aussi le poids de la culture, qui fait qu'il n'est pas considéré comme "naturel" de ne pas faire d'enfants, et que peu de gens se posent vraiment la question. Je me la suis posée, j'y ai répondu ;)

Bouhhle 24 mars 2021 à 14:31   •  

Moi non plus je n'en ai jamais voulu. Pour quoi faire ?
Le coup du CO2 et de la surpopulation, l'avenir tout pourri qui nous arrive, etc, c'est des bons arguments... mais ça reste (pour moi personnellement en tant que moi-même) une justification dont j'use facilement, des excuses pour un truc plus profond. Sur mes 5 frères et soeurs, une seule a fait un enfant, il se cache donc une belle merde familiale là-derrière.
Et puis j'ai habité (en collectif) avec plein d'enfants déjà, de tous âges, je dirais entre 15 et 20 en tout sur trente ans. J'ai même assisté à une naissance, c'était beau. Donc les mômes pour moi, c'est bon, j'ai donné.
N'empêche que ce truc a toujours été un conflit interne. Tous les êtres vivants sont programmés pour se reproduire (pas que les femmes @Merlin), et moi aussi, j'ai (j'avais) une boule d'envie planquée au creux du ventre.
Ça a même été l'une des causes premières de mes somatisations, ce conflit. Mes problèmes d'estomac et mes abcès récurrents, je les ai soignés en comprenant ça et en réussissant à en parler à ma copine du moment. Ce qui gonfle, en général, est lié à un désir d'enfantement, ne jamais oublier que notre inconscient ne sais pas si nous sommes un homme ou une femme.

Merlinle 24 mars 2021 à 15:12   •  

@Bouhh je ne parlais que du côté biologique. La chimie pousse le mâle à rechercher l'acte sexuel, et la femelle à enfanter et materner, du moins chez nous-autres primates. Ca ne veut pas dire que les mâles ne vont pas ensuite avoir l'instinct de protéger et prendre soin des rejetons, mais dans l'aspect le plus direct de la conception, la biologie ne va pas les pousser à enfanter, seulement à rechercher la copulation. Chez les humains, c'est beaucoup plus complexe parce que nous y réfléchissons, mais ces influences du corps ne sont tout de même pas à négliger, me semble-t-il.

Ambre31le 26 mars 2021 à 21:30   •  

D'abord @Merlin, j'avoue ne pas partager ta vision chimique du genre. Je la trouve très catégorisante et je n'y adhère pas, mais je n'ai pas les arguments scientifiques pour étayer mon propos.

Pour ma part, j'avais envie de faire des enfants. A ce moment-là, je n'étais pas préoccupée par les questions de climat, écologie, etc. c'est venu plus tard. Et c'est justement pour eux que je me bouge tant, que j'ai fait une reconversion et que je fais une thèse sur une économie circulaire et solidaire autoorganisée, pour faire ce que je peux pour assumer ma responsabilité de les avoir fait naîttre dans ce monde là.

Je voulais faire des enfants, certainement avec l'idée que c'est une chose à vivre en temps que femme, et en tant que couple, donc une forme de plaisir égoïste, mais j'avais envie de donner la vie. Il faut quand même dire que ma foi à moi, c'est d'être émerveillée par la vie justement, donc, je pensais que je leur faisais un cadeau en leur donnant la vie. Cette possibilité m'était donnée de faire des enfants qui seraient le fruit de celui que j'aimais et de moi-même et je voulais vivre ça. Dès avant la conception, et depuis j'ai toujours été, et je suis encore très curieuse de voir qui ils sont et qui ils vont devenir. Je n'ai jamais projeté quoi que ce soit, sur eux, je ne les ai jamais imaginés ainsi ou autrement, juste ce plaisir de les voir être et devenir.

Après, oui j'ai souvent répété en rigolant jaune " faites des enfants qu'y disaient !" et c'est dur, à chaque période, c'est dur, quand ils pleurent le jour, la nuit, qu'ils cherchent tes limites tout le temps, quand ils sont pré-ado, quand ils sont ado ( et la suite je peux pas encore dire). Les prises de tête de couple pour l'éducation, aussi, pas facile. Une HP et un normal chez les parents et pareil chez les enfants, pas facile non plus. Mais ils apportent aussi beaucoup d'amour et de bonheur à les regarder vivre leur vie, c'est assez génial en fait ! Et quand des dicussions de fond émergent c'est trop bon ! Et aussi, j'avoue que la complicité entre mère et fille HP, après avoir été une relation très très dure (et l'est parfois encore), ca fait beaucoup de bien.Et que mon fils qui nous connaît bien, sait aussi nous apaiser et nous faire rigoler et c'est trop bon aussi.

Après @Nevromon, je suis sûre qu'il n'y a de réponse adaptée à ta question, autre que celle que toi et la personne avec qui tu l'envisagerais, pourriez répondre, ce jour-là, entre vous.

Nevromonle 27 mars 2021 à 14:33   •  

Oui, je comprends, mais ce sont vos réponses à vous qui m'intéressent, parce que pour ma part, prendre une décision en général est déjà suffisamment compliqué, tant j'ai l'impression d'explorer de paramètres et de chemins possibles (et pas tous optimistes ! ).

Merlinle 27 mars 2021 à 16:25   •  

En toute légèreté...

zozottele 27 mars 2021 à 17:31   •  

😄
Bon je ne sais pas si mon témoignage pourra apporter quelque chose ou pas,mais moi,je suis un papa qui voulait être papa.
Avec ma femme,on voulait un ou deux enfants.
Nous en auront qu'un,car il a été long a venir,et tout n'a pas été très rose.
Mais un enfant,ça apporte,beaucoup.
C'est fatiguant,stressant,énervant,intense.
Mais c'est beau,intelligent,plein d'amour et d'innocence.
On lui apporte tout,on lui explique la vie.
Et en retour,il nous regarde avec ses yeux pleins de compassion et d'admiration pour nous.Il n'y a rien d'autre au monde qui puisse nous apporter ça je crois.
Etre parents c'est un contrat,que l'on signe pour la vie,et c'est bien de réfléchir avant ,c'est sur,parce qu'après,c'est trop tard.
Mais les effets carbonne et sur population,ben c'est pas de la faute de mon p'tit homme,et je compte bien l'éduquer a aimer et respecter sa planète.
D'ailleurs je crois qu'à presque 5 ans,il a déjà compris plus que beaucoup d'adultes.
Donc pour faire simple,être parent sa doit être un choix réfléchi.
Et ensuite,il faut s'accrocher,parce que quand on est lancé,ca ne rigole plus.
Mais je crois que ca en vaut la peine.
Mais après bien sur,je respecte chacun et chacune qui ne veut pas d'enfants.
C'est un choix personnel,et il faut le faire en toute connaissance de cause.

Maele 28 mars 2021 à 04:08   •  

Vous n'évoquez que le postulat "ne pas avoir ou faire d'enfant par choix" ... il y en a qui n'ont pas ce choix 😭 et impossibilité totale pour l'un et l'autre

Et entre "avoir" et " faire " il y a encore une sacrée différence.... 😶

Nevromonle 28 mars 2021 à 08:51   •  

Alors n'hésite pas, si tu veux détailler ces points, @Mae.

Maele 28 mars 2021 à 21:35   •  

Sûrement pas🙁

zozottele 28 mars 2021 à 22:55   •  

En tout cas je suis d'accord avec toi @Mae.
vouloir des enfants c'est une chose,y parvenir en est une toute autre.
Que l'on veuille des enfants ou non,c'est simple,c'est juste une décision qui nous appartient.
Mais les épreuves et les parcours de combattants que doivent parcourir celles et ceux qui n'arrivent pas a en avoir,c'est tout autre chose.
Et j'admire le courage des hommes et des femmes qui se lancent dedans.

Maele 29 mars 2021 à 00:16   •  

Donc " faire des enfants ou pas pourquoi?"

En faire parcequ'on y est arrivé peut-être? Ne pas en faire parcequ'on n'y est pas arrivé?

Nevromonle 29 mars 2021 à 03:40   •  

Pour ma part, si je n'en ai pas eu, c'est surtout par peur des implications et de ne pas être à la hauteur. Un peu aussi par croyance (surpopulation selon le mode de répartition des denrées et richesses actuel). Et enfin parce que j'ai pas trouvé de personne que je voyais comme partenaire pour le truc.

zozottele 29 mars 2021 à 06:51   •  

Oui trouver le bon.partenaire c'est pas toujours facile non plus!
Après la peur de ne pas être a la hauteur je l'avais aussi.Enfin pour un homme c'est peut être pas pareil,mais quand même.
J'ai toujours été nul avec les enfants,et je le suis toujours,avec ceux des autres!
Je ne sais pas quoi leur dire!
mais avec le mien,c'est différent,je suis son père,et je ne réfléchi pas,tout se fait naturellement.
Être parents ce ne s'apprend pas en fait.
Il y a des cours de préparation a l'accouchement,mais il y n'y a pas de cours "parents".
On saute dans le grand bain,et on apprend a nager.
Et puis finalement ca se fait,naturellement et doucement.
On s'apprivoise mutuellement,et on devient "capable" par la force des choses.
Si je suis a la hauteur,tout le monde peut l'être !😄

Nevromonle 29 mars 2021 à 09:38   •  

"Je ne réfléchis pas, tout se fait naturellement" : bonjour, être venu d'une autre planète que moi ! 😋

zozottele 29 mars 2021 à 13:07   •  

😄 @Nevromon moi aussi je réfléchis beaucoup,tout le temps,dans tous les sens.
Mais des fois,quand je suis au pied du mur,je me dis "bon,ben c'est parti on verra bien !"
Et sa passe ou sa casse(en général ça passe🙂)

Nevromonle 29 mars 2021 à 13:42   •  

Ouais, mais imagine le côté abyssal du : et si ça passe pas? Que tu ne peux, veux, supportes pas ou plus cette situation? :/
Il s'agit pas, après avoir eu le gamin, je crois, de dire : "Non en fait, j'en veux plus : je le mets sur Leboncoin". Y'a pas moyen de faire machine arrière, et ce niveau d'engagement est vraiment flippant, pour moi, du coup.

Ambre31le 29 mars 2021 à 14:09   •  

En fait, pour ma part, je ressens parfois une énergie plus forte que tous mes questionnements et mes peurs. Et ce n'est qu'en situation que cela arrive. Tu ne peux pas y répondre me semble-t-il @Nevromon tant que tu n'es pas dedans. Ce qui ne t'empêche pas de t'y préparer, bien sûr 🙂.

Cela m'évoque en tout cas une interview vue hier sur Arte-replay de Philippe Garel, à propos de son film " L'amant d'un jour", (https://www.arte.tv/fr/videos/075443-010-A/l-amant-d-un-jour-rencontre-avec-philippe-garrel/). Il y parle de l'insconscient féminin, en se demandant s'il se distingue de l'inconscient masculin, et aborde justement la question, notamment pour un homme, du choix de vouloir ou non faire des enfants (avant la 5eme minute de la vidéo). Et il dit " pour moi, faire un enfant, c'est sauter par la fenêtre, mais du bon côté. C'est à dire, quand on n'a plus rien à perdre, on fait ça, et puis on se retrouve dans la vie, quoi, au lieu de se retrouver... ou enfin, de ne pas se retrouver, comme dirait l'autre, 6 pieds sous terre".

Oui, quand on fait des choix, il y a des conséquences qu'on doit assumer, toujours en fait, mais ce qu'il y a de merveilleux avec un enfant, quand on a la chance de vouloir et de pouvoir le faire ( ou l'adopter), c'est de qu'il est un être existant lui aussi, c'est avec lui que tu apprends à être parent. Ca n'a rien de facile, mais c'est extrêmement enrichissant.

zozottele 29 mars 2021 à 23:00   •  

Oui @Nevromon,tu ne sauras jamais a 100% si tu es "apte" ou non.
Tu peux t'y préparer,tu peux te demander quels seront tes sentiments,tes capacités,si tu seras assez forte,si tu "voudras" toujours.
Mais en fait,toutes tes questions volent en éclats quand tu te retrouve parent.
On apprend,sur le tas,ça ne se fait pas en un.jour.
Mais il se passe un truc,un lien se créer,invisible,puissant.
Et tu ne te demande plus si tu peux/veux/doit...
Tu sais,et le reste suit,et peu importe de quelle planète tu viens,ton enfant viendra de la même,et vous vous comprendrez.
Et c'est tout ce qui compte.

Quidamle 01 avril 2021 à 00:20   •  

Si tu veux mon expérience personnelle :
- je ne supporte que très peu d'enfant (encore aujourd'hui, pourtant j'en ai supporté...),
- j'en ai trois (je n'en voulais pas spécialement mais j'ai eu les chances d'avoir quelqu'un qui en voulait avec moi et de ne pas avoir de problème à les avoir),
- je les éduque malheureusement seul depuis un an,
- les enfants reflètent l'éducation qu'ils ont reçu (vous n'imaginez pas ce que l'on apprend des enfants des autres),
- j'adore mes enfants, ils illuminent ma perception du monde et je n'imagine pas ma vie sans eux.

Pour être franc : les enfants c'est pas évident (surtout le premier) voire galère, mais si tu peux te le permettre (il ne faut pas grand chose pour être heureux) c'est un pied d'enfer !

Sakurale 14 avril 2021 à 12:55   •  

Oh la la.... quelle question sensible pour moi....

Alors j'ai une fille ... que j'aime plus que tout , mais ça a été un chemin très difficile pour moi.

Je l'ai eu trop tôt....je savais que je voulais des enfants mais ce n'était pas le moment, je faisais mes études, mon ex travaillait loin donc rentrait que le week-end ... mais il insistait ...tous les jours ... et a 23 ans j'ai cédé. Tout allait trop vite avec lui ...je n'avais jamais le temps de me poser et de réfléchir, sinon ça voulait dire que je doutais de notre relation , de mon amour.... (pervers narcissique). Je suis tombée enceinte, et il m'a forcée a lâcher mes études parceque financièrement c'est lui qui avait un boulot . J'ai cédé. Et une fois que j'ai déménagé pour le rejoindre , il m'a appris que le magasin ou il bossait fermait pour cause économique..... et il a trouvé du boulot, là où j'étudiais .... voilà, grossesse teintée d'amertume , de regret (pour les études, pas pour ma fille ), de colère... puis a commencé une vie ou je gérais tout toute seule , les nuits , les biberons , les pleurs...sur le moment on gère, on aime tellement ce petit être que ça semble normal de tout faire pour son bien être. On gère, on ne se pose pas de questions.... puis vient le moment où on ouvre les yeux et on divorce , elle avait 3 ans . Et là, rendre heureux son enfant devient un combat de tous les jours. Quand on est soi même menacée, insultée, rabaissée... il faut paraître forte. Il faut continuer a gérer. Donner le bon exemple . Rassurer . Supporter les absences avec la crainte dans le ventre a chaque fois que son enfant doit aller chez cet être malsain.... pendant des années. Vouloir la protéger mais se retrouver devant un mur , avec aucune aide de la justice , aucune aide de nulle part a part ma propre volonté qu 'elle grandisse le mieux possible ... rester patiente a chaque fois qu'elle explosait, qu'elle était dure avec moi ...et elle l'était ... je retrouvais et retrouve encore des traits de caractère de son père en elle ... la faire grandir a donc été un combat , très peu de répi... jusqu'a ce qu'elle décide à 13 ans de ne plus le voir . Depuis, je souffle un peu , notre relation s'est améliorée, aussi parceque j'ai lâché du leste ... mais je ne peux pas dire qu'on aie eu une relation fusionnelle elle et moi ....elle a une sacré carapace... probablement HP , mais n'est pas hypersensible, pas très empathique... on a des passions communes qui nous rapprochent , heureusement.

Je n'ai pas eu une vie de maman simple... mais je ne regrette pas d'avoir eu ma fille . Quand on a un enfant , on développe un amour dont on ne connaissait même pas l'étendue avant cela ... c'est la seule personne au monde pour laquelle on pourrait mourir. Littéralement.

Aujourd'hui j'ai 40 ans, je voulais un autre enfant... mais ça ne s'est pas fait . J'aurai voulu connaître une vie de maman épanouie , simple...évidemment ce n'est jamais simple, mais disons avec les soucis "normaux" liés aux enfants. Avec mon expérience, ma "sagesse "😂 ... avoir une relation plus tendre , et pas le vivre dans la peur, dans la gestion de l'urgence .... pouvoir mettre mon énergie plus dans le fait de le rendre heureux, épanoui, et non dans un soucis de protection ...

Je me dis tous les jours que je dois désormais accepter le fait que ça n'arrivera pas, et j'essaie de me convaincre que c'est sûrement mieux ainsi...pour toutes les raisons que vous avez évoqué plus haut... mais malgré tout l'envie reste là...c'est irrationnelle peut être... sûrement... mais c'est là. C'est aussi un acte égoïste... peut etre le seul acte égoïste que je pourrais faire sans remord . Je sais que beaucoup de vous ne comprendront pas ... mais je pense que décider d'avoir un enfant est en effet irrationnel. Sinon, qui en aurait ? Si on réfléchi 2 minutes a l'état de notre planète, de notre société... il est évident qu'on ne peut que décider de ne pas en faire. Mais ça vient d'ailleurs cette envie ... des hormones ? Peut être a la base ...mais pas seulement .

Je peux juste te dire @Nevromon que le choix t'appartient. Que tu sois préparée ou pas, si ça arrive, tu l'aimeras et tu trouveras en toi une force que tu n'imagines même pas. Je ne te dis pas que ce sera facile. Mais tu géreras. Et il aura beaucoup de moments magnifiques de toute façon. Qui valent bien tous les obstacles.

Nevromonle 14 avril 2021 à 19:12   •  

C'est beau, merci d'avoir partagé cela.
@Sakura : Tu peux avoir un enfant, je pense (adopté ou non)?
Je pense que mon point de vue sur les choses pourrait beaucoup changer si je me sens sécure et en sécurité moi-même. C'est pas pareil, mais cet après-midi, j'étais avec des chats, et je me suis observée déployer naturellement pas mal de douceur, d'amour et de patience, à encourager le plus craintif (et probablement déprimé) des deux à s'ouvrir. Résultat? Il est monté sur moi pendant que je travaillais après m'avoir tournée autour ! J'étais juste <3


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?