Sport et santé

Qi Gong

  1. Accueil
  2. Forums
  3. discussions libres : Sport et santé
  4. Qi gong
Qi Gong
maddyle 14 mai 2019 à 12:42

Qi Gong

Je viens de débuter comme autodidacte. J'aimerais bien échanger avec quelqu'un sur le sujet.
Pour ma part j'ai commencé avec:
- les sons thérapeutiques
- le qi qong des animaux (mon préféré le serpent, la tortue le plus difficile)
- les massages

https://fr.wikipedia.org/wiki/Qi_gong

Julienle 14 mai 2019 à 13:38   •  

Salut @maddy !

Mon expérience de pratique du Chi Gong est la suivante : j'ai eu un "maître" qui nous faisait répéter les 8 mouvements fondamentaux, sans rien d'original dans la méthode ; l'intérêt pour moi résidait dans la vitesse d'exécution : nous procédions le plus lentement possible. J'ai ensuite pratiqué le Chi Gong avec d'autres "maîtres" mais ceux-là procédaient de manière bien plus rapide, et je n'y voyais aucun intérêt.

Pour moi, la pratique du Chi Gong est bénéfique lorsqu'elle impose de pratiquer le plus lentement possible : au moment où tu penses que tu ne peux pas te mouvoir plus lentement, alors le "maître" te fait découvrir que tu peux être encore plus lent, dans la répétition des mouvements fondamentaux. C'est cette quête de la lenteur maximale qui a selon moi des vertus curatives de détente indéniables.

C'est pour cela que la pratique en groupe a du bon : je n'ai jamais réussi à atteindre ce niveau de lenteur d'exécution, en pratiquant seul, je vais toujours beaucoup trop vite. Il convient de trouver le bon "maître", qui ne pratique pas de manière mécanique, mais qui force chacun à aller explorer les vertus de la lenteur, révélant à chacun son niveau réel de stress corporel.

ceci est une vision tout à fait personnelle.

maddyle 14 mai 2019 à 14:42   •  

@julien Merci pour ta contribution.
Je suis plutôt anxieuse voir nerveuse je vois cette pratique comme une forme pour faire circuler les énergies. Au début mes mouvement étaient très mécaniques, j'ai commencé en cherchant d'accompagner la respiration, je suis bien loin de la lenteur, je cherche encore une certaine fluidité des mouvements. J'ai commencé par les animaux car j'étais et je suis encore enchantée par le facteur ludique d'imiter des animaux et l'imagination qui va avec. 🙂

@ julien Mon expérience de pratique du Chi Gong est la suivante : j'ai eu un "maître" qui nous faisait répéter les 8 mouvements fondamentaux, sans rien d'original dans la méthode ; l'intérêt pour moi résidait dans la vitesse d'exécution. (citation)

c'est ça les 8 mouvements fondamentaux? http://www.blogdexiaolong.com/tag/8%20mouvements/

Avant de commencer la séance de Qi Gong je commence toujours par les sons: shu, kha, khou, si, shui, shi. J'ai la sensation que ça aide la respiration et la prise de conscience de ton corps (le fait de sentir le souffle se répartir en différentes façon dans ton corps), il me semble d'avoir compris que chaque son corresponde à une visualisation d'une émotion et à un organe spécifique de notre corps.
Fais-tu du même? ou enchaines-tu directement avec les 8 mouvements?

@julien C'est pour cela que la pratique en groupe a du bon.
oui je pense que pratiquer en groupe surtout dans des parcs devrait être génial. 😉

Julienle 14 mai 2019 à 15:07   •  

@maddy

http://www.vivre-qigong.fr/qi-gong/les-8-pieces-de-brocart/

Je ne peux que te recommander d'aller chercher tes réponses auprès de pratiquants expérimentés, moi je n'ai pratiqué le Qi Gong que de manière épisodique.

@maddy Je me permets de te recopier ici un paragraphe d'un ouvrage, synthèse la plus éclairante que j'ai pu lire, des sagesses orientales, fruit d'un travail d'enquête de 25 ans de la part de son auteur, un livre rare, et précieux :

"Le monde de la recherche spirituelle est un monde dangereux. D'abord parce que s'engouffrent là beaucoup d'individus aux destins précaires, parfois même brisés. En soi il n'y a rien à redire, excepté lorsque ce déséquilibre périphérique se double d'un dérangement mental. A cela vient s'ajouter la pratique qui, par la recherche d'extraordinaire, jette de l'huile sur le feu, au lieu de l'apaiser et de participer à le dissiper.
Puis il y a l'enseignement lui même. Nous ne nous appesantirons pas sur les légions de pseudo-maîtres et autres instructeurs en mal d'adeptes et de glorification, mais souhaitons plutôt alerter nos lecteurs sur certains enseignants de qualité qui ont consacré leur vie à cette recherche. Touchés par des réalisations certaines, ils n'ont pas pu, pourtant, franchir le pas déterminant. Des compensations, souvent très visibles, s'expriment lorsqu'on les cotoie de temps en temps, comme s'il leur fallait tenter de restituer les aperçus mystiques par des subterfuges : alcool ou drogues diverses, sexualité débridée, pouvoir et manipulation. De nouveau, tout cela ne serait pas si grave, si, en parallèle des libérations enseignées, leur pendant d'ombre n'était lui aussi transmis.

Au moment de se confier à autrui, il nous est donc recommandé d'être, non pas soupçonneux, mais suffisamment vigilants."

La Voie du Bambou
Bouddhisme Chan et Taoisme
Yen Chan

maddyle 14 mai 2019 à 15:11   •  

merci je vais voir pour l'intégrer demain matin. 🙂

C'est illuminant ton ouvrage!
Ce passage m' a touchée:

" tout cela ne serait pas si grave, si, en parallèle des libérations enseignées, leur pendant d'ombre n'était lui aussi transmis."


et ce passage vient de conséquence:

"Au moment de se confier à autrui, il nous est donc recommandé d'être, non pas soupçonneux, mais suffisamment vigilants."

merci 🙂

Julienle 14 mai 2019 à 16:25   •  

@maddy
namasté :)

Je sens le besoin de préciser une phrase de la citation ci-dessus, qui pourrait prêter à confusion : " En soi il n'y a rien à redire, excepté lorsque ce déséquilibre périphérique se double d'un dérangement mental."

J'ai lu et étudié l'ouvrage de Yen Chan, ainsi je m'autorise à préciser sa pensée avec mes mots à moi : les différentes pratiques de bien-être orientales rassemblent beaucoup de gens souffrant de "dérangements mentaux" selon l'expression de l'auteur ; cela n'est en soi évidemment pas un mal, mais il convient juste de rester vigilant, car lorsque l'on est soi-même dans une phase difficile, alors la fréquentation de personnes dépressives, bipolaires, etc... peut rendre la guérison plus longue, voire aggraver son état.

C'est cet équilibre précaire entre empathie pour la souffrance de l'autre, et volonté de guérison pour soi, que l'on doit essayer d'avoir à l'esprit, lorsque l'on commence à fréquenter une communauté dite "spirituelle".

J'ai moi-même commencé à pratiquer Qi Gong, Tai Chi, méditation, Zen, Yoga, etc... alors que j'étais en dépression. Ces pratiques m'ont été salutaires, cependant j'ai peut-être sur-estimé la bienveillance de beaucoup de gens, par excès d'enthousiasme, lorsque j'ai découvert ces pratiques.

maddyle 14 mai 2019 à 16:38   •  

@julien
namasté 🙂

c'est vrai moi aussi j'ai remarqué quand on est en état de basse énergétique notre instinct/intuition dévient moins intense. c'est bien ton passage sur la vigilance. je crois il est important rester ancrés sur soi-même.

@julien C'est cet équilibre précaire entre empathie pour la souffrance de l'autre, et volonté de guérison pour soi, que l'on doit essayer d'avoir à l'esprit

on a un peu la nature des éponges
l'important est ne pas devenir des éponges à essuyer

POUR SOI
combien il peut être difficile avoir un réflexe si naturel!

Julienle 14 mai 2019 à 17:00   •  

oui, l'autre peut si facilement nous mettre six pieds sous terre, et pourtant, on ne peut vivre sans l'autre !

maddyle 14 mai 2019 à 17:06   •  

c'est compliqué! je crois pour ce motif j'aime les sons thérapeutiques du Qi Gong: on arrive à percevoir la distance entre "moi" et "l'extérieur".

TomPhallosle 14 mai 2019 à 17:15   •  

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=2434547173224364&set=a.105788902766881&type=3&eid=ARDYM0owc-oMlT7AFBi8-LLyZ1RbYdUgDHNYfRgH1QG3XaxIX7j2NmDCsSkOKblH0vmrr3GttId3r8RG

en version védico-indou

maddyle 17 mai 2019 à 12:56   •  

Merci. Je n'ai pas encore franchi le grand pas, je suis restée encore à l'age de la pierre et Facebook est resté un inconnu. Enfin j'ai longuement pensé qu'il s'agissait d'un truc pour étudiants universitaires, grand max on aurait pu l'élargir aux collégiens les plus doués. J'ai compris que ce n'était pas ça après quelques années. En même temps je me suis persuadée que c'était un "effet mode" et que Facebook allait mourir tout seul. Peut être que j'arriverai ici à peu à comprendre qu'il faut s'adapter à ce truc.

maddyle 17 mai 2019 à 12:56   •  

;


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?