Travail et vie professionnelle

La vie active et la multipotentialité ?

  1. Accueil
  2. Forums
  3. discussions libres : Travail et vie professionnelle
  4. La vie active et la multipotentialité ?
La vie active et la multipotentialité ?
Didier54le 17 janvier 2019 à 08:24

J'ouvre ce sujet sur la compatibilité du travail avec les multipotentiels. Si vous êtes dans ce cas, n'hésitez pas à mettre vos témoignage, ressentis, idées. Je suis moi-même multipotentiel et il est très compliqué pour moi de pérenniser une activité professionnelle dès lors où j'ai atteint mon but premier. Je ne peux pas supporter la routine, j'ai beaucoup trop d'idées que je souhaite exécuter. J'arrive à les réaliser, mais au détriment de la santé parfois. Depuis peu, je ne dormais que 3h par jour et 1 fois par mois je travaillais 36 heures de suite sans m'arrêter et sans manger, pour réaliser le maximum de tâches! Et tout cela depuis mon enfance...le burnout m'a rattrapé, mon corps a dit stop. Je deviens vieux... 😄
bon il faut dire qu'il y avait de la pression à l'extrême aussi. Plus souvent de la pression que je me mettais moi-même au final, par "conscience professionnelle". C'est surtout ce qui m'a fait craquer...
Je vis de mes passions et rien d'autre enfin jusqu'au burn-out où là j'aivais transformé mes passions en contraintes.
Enfin voilà, j'attends vos témoignages...

Kalimaliciale 17 janvier 2019 à 13:09

Ah comme je comprends... Je n'ai jamais réussi à tenir un travail, à me fixer sur une activité en particuliers. Je suis allée dans plusieurs branches; vendeuse en boulangerie, en parfumerie, en marroquinerie, conseillère, télémarketing, ménage, service à la personne (dont garde d'enfant, aide médico psychologique en HP), employée polyvalente en fast food, commerciale en porte à porte, secretariat. J'ai fais des stages en kinésithérapie, droit...
Et j'ai jamais tenu plus de deux mois un job (tout stage mis à part bien sur) pour la simple raison que vient le moment où je m'emmerde.
C'est à dire que une fois qu'on a fait le tour de la question, qu'on connait les tenants et aboutissants de ce que l'on fait, on tourne vite en rond et pis la démotivation arrive. Mais pas la petite démotivation du "lundi" quand tu trainouille la patte parce qu'il fait reprendre le travail et que mouais... T'as pas envie d'y aller.
La grosse démotivation qui va m'angoisser, me faire me bouffer les ongles, me prendre aux tripes parce que je sais que j'ai tellement pas envie de m'y rendre, de m'y faire chier que ça en devient viscérale et que ça me met en depression. Je vais avoir la sensation de perdre mon précieux temps de vie à ne rien accomplir, à ne pas évoluer.
Du coup j'ai décidé comme toi, de vivre de mes passions; la photographie, le chant, mes recherches sur le transhumanisme, la psychologie, mais surtout l'écriture.
L'écriture à en faire une succession de nuits blanches, à me faire des cernes de dix kilomètres, à vivre même tout ce que pouvait vivre mes personnages, dans un sens je suis parvenue à les rendre aussi vivants que je ne me sens vivante. Eeeeeeeeeeeeet comme toi; paf burn-out. Mon corps a dit stop et il me le dit depuis un petit moment. Pourtant malgré ça je n'ai jamais ressenti mes passions comme une contrainte; mais plutôt comme une main tendue et salvatrice, comme la raison même de mon existence sur cette planète, parce que je sais pertinemment que je ne sais rien faire d'autre et ne pourrais jamais avoir une vie "typique" métro, boulot, dodo. Au contaire, je n'en veux pas, rien que d'y penser ça me filerait un ulcère.
Mais le problème étant que pour les autres et ben je passe vite pour une grosse fainéante, qui n'a rien fait de sa vie, qui n'a pas de travail, qui n'a pas un crédit avec une maison, qui n'a pas son permis, qui n'a même pas d'enfant ! Holala ! Finalement le plus dur là dedans ce n'est pas comment je vis ma vie, mais les reproches à peines voilés de ceux qui estiment savoir mieux que moi comment je devrais la vivre. ^^'
Et c'est encore pire lorsque tu te rends à pole emploi pour essayer de rentrer dans le moule et qu'on te fait bien comprendre que tu as zéro chance de trouver un travail qui te plaise parce qu'il te faut soit des diplome que tu ne possèdes pas, soit de l'expérience que tu ne peux pas posséder parce qu'il faut avec déjà eu le pieds dedans. C'est malheureux parce que j'apprends vite et bien lorsque je suis passionnée et beaucoup de choses peuvent me passionner. Mais on ne vit pas dans une société où l'on offre une place au débutant quand bien même il puisse posséder ce qu'il faut pour devenir un bon élément de l'entreprise, on laisse la place aux autres, ceux qui ont suivit les clous. C'est dommage ^^ .
Bon après je suis d'accord que pour être médecin, il faut avoir fait médecine, et qu'on peut pas mettre n'importe quel venu en chirurgie, en exemple.
Mais dans un juste milieu, je pense que le sytème actuel est à revoir ou à mieux adapter pour les personnes qui "papillonnent".

Didier54le 17 janvier 2019 à 14:11

Je me retrouve dans tout ce que tu dis!! Mais contrairement à toi, j'ai accepté très très tard mes hauts potentiels. Genre il y a quelques mois seulement. Et donc toute ma vie je me suis forcée à essayer de rentrer dans un moule qui m'est inaccessible... j'ai monté des sociétés, j'ai vécu richement, mais tristement, car j'ai essayé d'atteindre un but qui ne m'était pas naturel... j'ai vécu aussi dans la pauvreté plusieurs fois, et curieusement j'étais plus heureux car je faisais ce que je voulais sans aucune contrainte. Mais à chaque fois mon envie de coller à la société me rattrapait, car je n'arrivais pas à accepter qui j'étais... je voulais faire comme tout le monde, je savais que j'avais des capacités, donc je voulais les mettre à l'épreuve de la société capitaliste! Je voulais réussir pour qu'on m'accepte. J'ai réussi mais le moule ne m'a jamais accepté car même moi je ne m'acceptais pas, donc finalement ça a été un échec... maintenant que je sais qui je suis, je vais réorganiser ma vie par rapport à ce que je suis. Je me fous maintenant de mon image extérieure! Je veux profiter de mon potentiel pour vivre pleinement et de manière heureuse! La tune et une p***** de drogue, non compatible pour moi finalement! Je me dis que j'ai de la chance d'avoir ses capacités malgré le fardeau que ça peut procurer d'un autre côté! Je veux me servir de cette faiblesse comme une force!

Merlinle 17 janvier 2019 à 17:43

Kalimalicia, tu soulèves deux problèmes : les choix personnels et le regard des autres. Pour le second, je m'en suis toujours complètement foutu. Que des gens me traitent de fainéant parce que je bosse moins qu'eux (en fait, plus vite), ou qu'ils critiquent mes choix de vie, c'est leur problème, pas le mien.

Concernant les choix personnels, je pense qu'il faut décider quelle vie on souhaite avoir. Si cette vie passe par des activités qui peuvent être rémunératrices, tant mieux, mais cela ne devrait pas être un critère de choix principal. Si l'on peut vivre heureux avec un petit revenu mais en faisant des choses que l'on aime et en vivant là ou on le souhaite, quelle importance peut bien avoir la "réussite professionnelle" ?

Quand mon métier m'a lassé, j'ai laissé de côté la "réussite" pour aller vivre là où je le souhaitais, écrire, faire pousser des légumes et ne pas m'encombrer de l'humanité lorsque je n'en ai pas envie. Le corollaire, c'est de faibles revenus... mais le tout est alors de redéfinir ses vrais besoins. Quand on ne se laisse pas diriger par le regard des autres, je crois qu'on peut très bien vivre différemment l'activité professionnelle et laisser libre cours aux activités qui passionnent !

Abderianle 17 janvier 2019 à 21:43

Quand j'étais jeune, je ne comprenais pas pourquoi il fallait arrêter ses études et rester dans une filière. Quand j'ai dû commencer à envisager de travailler, j'étais motivé pour essayer beaucoup de choses, mais grâce à mes très nombreux handicaps, dont, vous l'aurez déjà constaté, la parole (hé ouais, j'ai l'air pédant comme ça, mais j'écris en fait plus comme je parle que l'inverse, donc imaginez !), j'ai été chaque fois évincé avec une défaite absolue et systématique. Du coup, je n'ai jamais pu essayer différents trucs professionnels.
Sur le tard, je comprends mal pourquoi toute notre énergie se gaspille en effet dans toutes ces catégories professionnelles. J'imaginais dans ma grande crédulité que si l'on faisait une société de touche-à-tout, une sorte de Factory créative, à discussions variables, avec vous tous, par exemple, on atteindrait enfin l'état de grâce, mais faute de connaître une expérience réussie (beaucoup d'ouvriers, pour des motifs différents, ont tenté des utopies), je me dis que le problème est moins nous-même que le rapport que l'on a avec soi ET avec les autres. Est-ce vraiment parce que nous ne supportons pas l'altérité que nous choisissons là l'écriture, ici le potager, et ailleurs encore le dégoût des apparences ? Voilà ma question : une société de multipotentiels serait-elle réellement plus harmonieuse, et nos talents y seraient-ils mieux conjugués ?

LibertEchEriele 17 janvier 2019 à 21:58

A mon avis, on retrouverait les mêmes travers. Mais, une des belles capacités de cette société pourrait, déjà, être un nombre de garde-fous 😉 plus conséquent. Ou, en tous cas, certains garde-fous plus doués ou, et sans que ce soit par zèle, plus susceptibles de tout remettre à zéro en cas d'abus. Et c'est déjà pas mal. L'harmonie et la bonne conjugaison des talents???

Abderianle 17 janvier 2019 à 22:47

Mais qui aurait l'autorité pour marquer ces garde-fous ?

patrickle 18 janvier 2019 à 10:53

je pense qu'il faut les deux : il faut des personnes qui se concentrent sur une tâche pour en devenir des spécialistes et des personnes qui connaissent plusieurs domaines pour faire le lien et la cohérence entre les spécialistes. les personnes qui décident de changer de domaine sont intéressant aussi car il apporte une expertise et un regard différent dans le domaine où ils arrivent.
pour les gens qui changent souvent de travail : j'ai toujours dit : les employeurs ont voulu la flexibilité, ils l'ont. mais ca marche dans les deux sens...

Didier54le 18 janvier 2019 à 14:26

Je suis d'accord avec toi Patrick, je pense que c'est la meilleure solution, le problème, c'est cette méconnaissance dans les entreprises de cette notion de multipotentialiste...

Abderianle 18 janvier 2019 à 16:58

Croyez-vous que nous soyons assez souples d'esprit pour accepter les remises en cause incessantes ? Le travail n'est-il pas le lieu de la mécanisation des tâches ? Car enfin, toute personne motivée peut rejeter un ordre établi pour améliorer l'ensemble, mais toute personne démotivée préfère user du plus faible niveau de concentration possible, et je ne sais pas si, variables et variants que nous sommes, nous soyons toujours si possiblement motivés dans notre travail... Serait-ce là une incompatibilité essentielle propre à l'ensemble de l'espèce ?! 😮

Merlinle 18 janvier 2019 à 17:35

Tout dépend des domaines, je crois. Dans la high-tech, les métiers du web, de l'informatique... il y a des méthodes qui peuvent très bien convenir aux surdoués multitâches. Un ami forme les entreprises aux méthodes agiles, par exemple : https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thode_agile

Dans une autre vie, j'ai aussi beaucoup travaillé en m'inspirant de ce magnifique texte de Guy Kawazaki, "l'art de l'innovation", ça montre aussi comment travailler de manière différente dans certains secteurs de pointe : https://guykawasaki.com/the_art_of_inno/

Didier54le 23 janvier 2019 à 01:35

J'avais testé la méthode agile avec ma boite, mais franchement ce n'est absolument pas la solution miracle comme on nous le fait croire... c'est la grosse mode en ce moment...

patrickle 12 février 2019 à 10:30

la méthode agile, c'est surtout pour les projets informatiques si je ne me trompe. personnellement, au travail quand les dossiers se multiplient et les tâches dans ceux-ci se multiplie, j'utilise un programme mind manager pour noter ce que j'ai fait, ce que je dois encore fait et les points importants. ca prend un peu de temps mais c'est efficace

Zebra3le 12 février 2019 à 10:47

J'ai testé le Scrum Agile, et franchement ça correspond vraiment à mon mode de fonctionnement intrinsèque. Je fais toujours l'analogie avec les Légo, quand j'étais petit (ou grand) je construisais des vaisseaux spatiaux. Petits et simples au départ, ils devenaient des énormes vaisseaux amiraux au fur et à mesure des itérations, sans pour autant avoir défini un "modèle" au départ.
Pour certains l'approche Scrum, c'est compliqué. Ils ne sont pas "câblés" pour ça. C'est à dire à la fois d'arriver à imaginer le produit dans sa "globalité", de façon très nette dans les "sprint" proches et plus floue à partir du backlog. Il est clair que c'est très différent d'un fonctionnement par cycle en V et pas du tout adapté à certains domaines très "normés" et "sécuritaires" où il y a moins de place à la créativité. Je pense notamment au milieu aéronautique.

Zebra3le 12 février 2019 à 10:53

Select m.creativity From Me_tbl m
inner join project_tbl p on p.satisfaction = m.satisfaction
Where p.Fun like "True"

😋

Carolle 08 mai 2019 à 15:30

Personnellement, j'ai décidé de me lancer dans une acticité co-indépendante avec d'autres HP, car pour moi travailler avec des NP avec des buts inintéressants et purement matérialistes, mettre ma créativité de côté, c'est un suicide psychologique. En plus, je n'ai pas de diplômes car j'étais inscolarisable, je suis autodidacte. J'ai comme formations herboriste, facteur d'orgues, Guide-Nature, musicienne, relieuse, j'ai étudié en autodidacte la moitié de la bibliothèque universitaire des sciences antiques, bref rien qui puisse intéresser des boîtes NP. En plus comme je n'ai pas de diplome officiel, dans ma région, je peux juste être femme de ménage et j'ai horreur de nettoyer, en tout cas de façon intensive. De plus, j'ai besoin, chaque jour d'avoir des échanges profonds avec autrui.

Julienle 08 mai 2019 à 19:45

Bonjour,

Mon ressenti : une société hyper-technologique, hyper-complexe, dans laquelle chaque métier requiert un bagage informationnel avancé, met la multipotentialité au banc. Même pour aider, bénévolement : il faut maîtriser certains fondamentaux techniques, technologiques, organisationnels, comptables, relationnels. Pour aider des gens dans le besoin, il faut un diplôme d'état, la générosité ne suffit plus. Même le don de soi, l'entraide, sont professionnalisés. Les collaborations d'entraide spontanées, improvisées, sont de plus en plus difficilement réalisables : il faut laisser faire les "pros". Travailler avec des enfants : attention, cela ne s'improvise pas ! Tout un tas de théories relationnelles et psychologiques soi-disant fondamentales, vitales, qu'il faut connaître, pour accompagner des gamins à la salle de sport par exemple...

Il faut donc choisir une voie, et se spécialiser. D'ailleurs, l'euphémisme bien connu "technicien de surface" va dans ce sens :)

Du coup, pour que les touche à tout aient davantage d'espace d'expression, tout personnellement, j'aimerais vivre dans une communauté humaine qui accepte l'idée de faire une "pause" au niveau innovations "de tous les jours" : ce que je veux dire par là, c'est que personnellement, j'aimerais bien vivre dans une société sans téléphone portable, par exemple. Je suis né en 1979, j'ai vécu sans portable jusqu'à 19 ans : mes 19 premières années ne souffraient d'aucune carence technologique je crois. Pareil pour la douche : je n'ai pas besoin d'une douche hyper-tech, avec différents types de projection de l'eau, un système de variation de température si précis. Je n'ai pas besoin de plaques à induction. Il existe des systèmes de diffusion d'odeurs pour salon, qui envoient un pshitt par infra rouge à chaque mouvement dans la zone définie : n'est-ce pas ridicule ? Je trouve que notre niveau de confort est devenu absurdement élevé à tout niveau, mais surtout : tout est devenu extrêmement complexe.

L'augmentation du niveau de confort de nos sociétés a entrainé une augmentation du minimum de connaissances techniques requises pour s'intégrer à cette société, à tous niveaux, diminuant d'autant l'espace toléré aux "non-spécialistes".

J'aimerais un juste milieu : ne pas avoir forcément à aller "élever des chèvres dans le Larzac", comme on me répond souvent, quand je pose simplement la question d'un ralentissement, dune pause technologique. J'aimerais qu'on puisse librement discuter de cela dans notre société, mais ce n'est pas le cas : suggérer une "pause d"innovation technologique", pour nos politiques, économistes, théoriciens de la finance, revient à s'opposer à la croissance continue, et donc au Progrès : cette position serait considérée comme une position séditieuse, révolutionnaire, nihiliste pourquoi pas : une "menace pour la Démocratie", je les entends déjà...

Je ne cherche aucune polémique ici : Internet est une innovation extraordinaire, j'en conviens. Mais je suggère juste qu'en simplifiant nos sociétés, on laisserait du terrain, de l'espace, pour l'improvisation, la multipotentialité, les caractères curieux, pluriels, superficiels même. On a le droit d'être superficiel. On a le droit de ne pas vouloir devenir un expert, un spécialiste en quoi que ce soit. On a le droit d'être un poète. On a le droit de refuser d'atteindre un statut de maîtrise dans un domaine, qui nous procure un pouvoir social, une statut de domination par rapport aux non-initiés ; on a le droit, de refuser le pouvoir.

J'ai conscience que ce message manque de rigueur, plusieurs thématiques s'y emmêlent. Juste des thématiques de réflexion proposées ici, merci de votre attention :)

Merlinle 08 mai 2019 à 20:04

Je crois que le problème avec la technologie c'est que l'on mélange technologie et usage de la technologie. Selon moi, ce n'est pas en se passant de technologie ou en la ralentissant qu'on changera la société, mais en changeant la société que l'on orientera la technologie vers des usages qui libèrent l'humain au lieu de l'asservir.
Just my 2 € cents ;)

NabouNaboule 08 mai 2019 à 20:15

@Merlin oui c'est ce que je dis souvent que les technos sont faites pour rendre service a l'homme et non pas pour l'asservir mais mise entre de mauvaises mains nous allons droit dans le mur et comme je ne crois pas qu'un jour les grandes multinationales comme Facebook Google etc qui seront entre de bonnes mains il m'arrive de vouloir revenir a l'âge de pierre


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?