Cinéma

L'heure de la sortie

  1. Accueil
  2. Forums
  3. loisirs, passions et hobbies : Cinéma
  4. L'heure de la sortie
L'heure de la sortie
Christophele 03 février 2019 à 22:18

Sorti il y a quelques semaines, J'aimerais bien avoir votre sentiment sur le film sus-nommé si, comme moi, certains d'entre vous l'ont vu. L'élément de la surdouance est un élément important de ce long-métrage.

Aurelle 05 février 2019 à 13:06   •  

Je n'avais pas entendu parler de ce film, qui n'est pas passé sur Lille.
Je ne sais que penser de la bande-annonce...
As-tu apprécié le film ?

Je constate qu'il passe au Duplexe (à Roubaix). Toute dernière séance ce soir à 19h... Je vais essayer d'aller le voir.
Tiens, à tout hasard, je vais même le proposer comme sortie si certains sont dispos et intéressés.

voir la vidéo

Christophele 05 février 2019 à 14:25   •  

Si si, il est passé sur Lille, Aurel, c'est là que je l'ai vu il y a une quinzaine de jours, je crois qu'il y avait même eu une avant-première avec l'équipe du film en décembre à Lille. C'est un film très étrange, difficile à définir, je crois qu'on aime ou qu'on déteste. Difficile à raconter, tu me diras ton sentiment si tu y vas finalement.

Aurelle 05 février 2019 à 15:19   •  

Au temps pour moi, je n'ai pas fait suffisamment attention au programme. 😶
Sauf imprévu, je prévois bien d'y aller ce soir !

D'autres parmi vous ont-ils eu l'occasion de le voir ?

Pixle 05 février 2019 à 18:12   •  

je vais essayer de le trouver, merci Pat, :)

Christophele 06 février 2019 à 20:31   •  

Tu y es allé finalement, Aurel? Si c'est le cas, quel est ton sentiment face au film?

Aurelle 07 février 2019 à 05:09   •  

Oui, j'y suis allé ! 🙂

Je vais tenter le difficile exercice consistant à donner mon sentiment sur le film, tout en essayant de ne trop le spoiler.
Je vais tout de même mettre l'avertissement d'usage... 😉

[EDIT :] En fait, si, j'ai beaucoup trop spoilé. Ne lisez pas. ^^

*************
************* ATTENTION : SPOILER ! NE PAS LIRE SI VOUS COMPTEZ LE VOIR PROCHAINEMENT... *************
*************


Je trouve que c'est un intéressant film dont les deux sujets principaux sont à la fois les HP/EIP et le mur dans lequel nous avons déjà commencé à entrer.

Mais il est malheureusement, à mon avis, très loin d'être exempt de défauts.

Les enfants par exemple, très stéréotypés et totalement interchangeables (même si je pense que c'est voulu pour les besoins de l'histoire et de l'ambiance). Avec l'habituel cliché sur les résultats scolaires hors normes, sur le contrôle des émotions (ou tout au moins de l'expression de celles-ci), etc...
Il y a aussi la tentative de lancer le spectateur sur une fausse piste, qui ne fonctionne (à mon sens) pas bien (voire pas du tout une fois la fausse piste dévoilée et reléguée aux oubliettes) et engendre deux gros défauts (et puis, qu'est-ce que c'est que ces variations de tension sur le réseau qui tombent toujours au bon moment ?).
Ou encore un "pré-dénouement" que l'on devine dès le début du visionnage du premier DVD (c'est de suite ce à quoi j'ai pensé, qui plus est quand on songe à ce qu'ils font à la... carrière).

Il y a de mémoire deux ou trois autres bricoles aussi, mais c'est là, une trentaine d'heures après, ce qui me reste surtout à l'esprit.

En revanche, le film réussit, certes maladroitement (mais la perfection n'existe pas), à aborder cette fameuse arrogance des EIP qui ne consiste généralement qu'en des questions ou remarques un peu franches mais de toute bonne foi et souvent pertinentes (*), le décalage, l'incompréhension mutuelle, et l'animosité subséquente qui peut exister entre les EIP et les "autres" (si je puis dire), ou encore la "dramatique" lucidité de beaucoup de ces gamins sur le monde qui les entoure.

Une lucidité et un décalage que j'ai trouvés assez finement mis en valeur par la séquence dans la boîte de nuit.

Il y a aussi cette chaleur très lourde, bien trop en tout cas pour une fin de printemps, omniprésente, et que j'ai pleinement ressentie.
Elle remplit parfaitement son rôle tant pour l'ambiance ("Nuit d'été" de Dan Simmons ?) que pour illustrer l'un des propos principaux du film. A ce sujet, je crois que le fait qu'il n'y soit absolument jamais fait allusion n'est pas innocent...

En rentrant hier soir, j'ai voulu me procurer le livre dont ce film est l'adaptation. Par plaisir de la lecture mais aussi, je l'avoue, pour pouvoir faire la comparaison.
Et là, surprise : il ne semble nulle part être question d'EIP dans le roman. Mais bien, en revanche, d'une classe d'enfants, je cite : "anormalement disciplinés, soudés, légèrement apathiques, [formant] un bloc impénétrable (...) [au] savoir-faire manipulateur (...) [et au] plan diabolique".

J'en déduis que les auteurs du film ont tenté un très difficile exercice d'équilibristes en prenant la trame du roman et en voulant absolument y greffer une classe d'EIP.
Ce qui les a sans doute contraints à sans cesse jongler entre le fil de l'adaptation classique et ce qu'ils voulaient y insérer.
Cela expliquerait à mon avis pas mal de choses quant aux défauts que je lui ai trouvés ?

Cela dit, j'ai conscience de me montrer très critique, mais, malgré tout, j'ai plutôt aimé. 😉
Si si (il est même très probable que je me procure le DVD lorsqu'il sortira, pour un second visionnage) ! ^^

Et puis, ce film a le mérite d'exister et de montrer certaines choses que l'on ne voit pas souvent.

La toute fin est bien vue aussi, même si je la trouve un peu grossière dans la manière dont elle est amenée : tous ces gens qui courent en tous sens inutilement, au summum de la surprise et de la panique, et ce groupe, immobile, résigné (et peut-être un peu fasciné), qui accepte le sort parce qu'il l'a envisagé depuis fort longtemps (**) et parce qu'il sait se trouver face à la définition même du drame : "cela ne pouvait pas ne pas arriver".

Finalement, si l'on prend le même film, avec des élèves de 3ème 1 moins lisses, et que l'on transforme la fausse piste en en faisant un simple élément d'un cirque humain au passage plus approfondi (et en oubliant la musique d'ambiance qui l'accompagne), ça pourrait, je crois, lui donner une autre dimension.

(*) le prof parle explicitement d'arrogance à son ami à la suite de sa première journée, mais il fait à mon sens référence à la question de l'élève sur son statut de suppléant et au fait qu'ils demandent à aller au-delà du programme, pas à ce que certains ont répondu dans le questionnaire.

(**) Cela a dû leur inspirer une remarque qu'il ne faut, semble-t-il, jamais faire : "Je vous l'avais bien dit."

*************
************* FIN DU SPOILER *************
*************

Et le prof n'a pas arrêté de me donner envie d'en fumer une (moi qui ai arrêté il y a quelque temps). Voilà, c'est dit ! 😄

Qu'en penses-tu, Christophe ?
Je comprends beaucoup mieux maintenant ce que tu écrivais plus haut, avec ce côté "difficile à définir".
En tout cas, merci d'avoir parlé de ce film. Je ne regrette pas la découverte !

Christophele 07 février 2019 à 18:49   •  

Je te rejoins sur une bonne partie de l'analyse, Aurel, mais je serais moins sévère que toi dans la critique. Ce film est fait pour le "grand public" (mais néanmoins un minimum exigeant je trouve), pas pour être diffusé à l'issue d'une conférence pour les hp 😉. Je pense que nous sommes sensibles à la représentation de ce que l'on est, mais j'imagine que lorsqu'on est concernés au premier chef par le sujet (un des sujets) d'une oeuvre, on la perçoit avec un esprit beaucoup plus critique, avec nos attentes (pointues) sur ledit thème. De plus, je ne l'ai pas trouvé si caricatural que cela: alors oui, on nous montre des surdoués en réussite scolaire, avec les meilleures notes de l'académie, mais les enfants de cette école sont scolarisés dans un collège PRIVE, une sorte de classe d'élite avec des parents conscients de la particularité de leur progéniture et qui paient pour ce lieu prestigieux et un peu en dehors du monde, on ne parle donc pas là des surdoués qui s'ignorent et qui s'ennuient dans des classes lambda mais bien d'une sorte d'élite désignée. Je me demande ce que des "normopensants" ressentent en voyant ce film, et dans quel manière le paramètre de la douance est importante pour eux en le regardant. Je ne trouve pas non plus les gamins aussi interchangeables que ça: certains sont même bien flippants (deux particulièrement) et ont déjà une vraie présence au niveau de l'actorat. Je retrouve surtout dans le film une dimension que je vois très fréquemment sur les forums de zèbres qui est cette notion "d'hyper conscientisation" ainsi que tous les sujets souvent abordés sur ces forums (ou pages facebook, ou discussion en live) et qui tournent autour de la "collapsologie". En revanche, je trouve très intéressant ce que tu dis sur le fait que la notion de "surdoués" n'était absolument pas présente dans le roman qui est à l'origine du film, je ne le savais pas. Je ne pense pas que l'on puisse accuser le metteur en scène de surfer sur la tendance actuelle autour de la douance puisque son film est loin d'être un blockbuster (je trouve). C'est un film "de genre" (mais je ne sais pas de quel genre 😄). J'en suis ressorti assez perturbé et j'ai, je pense, assez vite mis de côté le côté hpi des élèves. Quoi qu'il en soit, c'est vraiment enrichissant de pouvoir partager nos points de vue et nos sentiments sur des oeuvres 🙂

Aurelle 08 février 2019 à 04:44   •  

Effectivement, tu as raison, l'environnement (collège privé, classe "d'élite") explique totalement le côté résultats hors normes.
D'ailleurs, le proviseur se fiche manifestement du bien-être de ces élèves, pourvu qu'ils continuent d'auréoler son établissement avec leurs résultats.

Je le regarderai de nouveau lorsque ce sera possible, mais je suis vraiment resté avec l'impression que l'on aurait presque pu mettre des masques de cire à la plupart d'entre eux (cela ne relevant pas à mon avis du jeu d'acteur, mais des besoins du scénario : je pense qu'ils ont voulu mélanger trop de choses, d'ambiances, et de pistes différentes pour un simple film d'1h30, d'où mon sentiment final, et mon hypothèse quant à l'ajout d'éléments par rapport au livre).

Je dirais que ce que je soulève concernant les enfants est secondaire, parmi mes critiques, même si je les ai mis en premier ci-dessus, dans le sens où c'est justement parce qu'ils sont "précoces" qu'ils ont cette lucidité particulière (*).
Et comme c'est de cette lucidité que découle le reste...

Pour le coup, comme tu soulèves ce point, je ne pense pas pour ma part que cette caractéristique se révèle marquante pour les spectateurs n'étant pas concernés par la douance (sinon que ces élèves ont l'air diablement froids et bizarres... Oui, je sais, mais c'était vraiment mon impression, et je l'ai ressenti comme nécessaire au scénario ! ^^).

Je ne pense pas non plus, comme toi, que les auteurs aient voulu surfer sur quoi que ce soit. Simplement, cela sert à merveille le propos du film (et, en supposant que la douance soit un élément propre à ce dernier, je ne serais pas étonné que ses auteurs ou les enfants de ceux-ci soient concernés).

J'ignore si la notion de douance est réellement absente du roman : c'est simplement que je n'ai pas trouvé d'allusion à cela dans les recherches que j'ai faites (assez rapidement, j'avoue). En tout cas, la quatrième de couverture n'en fait pas mention, et les quelques commentaires que j'ai lus non plus.
Le cas échéant, je ne serais pas étonné que la fin du roman soit toute autre.

Bref, pour bien faire, il faudrait que je le lise. ^^

En tout cas, je tiens à préciser de nouveau que je l'ai tout de même bien aimé, ce film. 🙂
Et je te remercie beaucoup d'en avoir parlé !

C'est enrichissant (et j'ajouterais très agréable), je suis bien d'accord, mais tu ajoutes un livre à mon immense pile de lectures en attente... C'est malin. 😜


(*) Ce qui ne signifie pas pour autant que la précocité soit un préalable sine qua non à la lucidité, heureusement, mais ça aide.

[EDIT :] J'ai de nouveau jeté un oeil rapide, et la quatrième de couverture de la dernière édition du roman parle de : "leur destinée autiste"... 😶

Christophele 08 février 2019 à 16:41   •  

Je comprends ton point de vue. Il faudra probablement que je le revoie aussi, c'est moins "frais" que pour toi, je l'ai vu il y a quelques semaines. En revanche, j'ai pensé la même chose que toi: il est fort probable que les auteurs (ou leurs enfants) soient d'une manière ou d'une autre concernés par la douance.


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?