Histoire et sciences humaines

Peut-être vraiment avoir la double étiquette "Hpi" et "asperger"?

  1. Accueil
  2. Forums
  3. loisirs, passions et hobbies : Histoire et sciences humaines
  4. Peut-être vraiment avoir la double étiquette "hpi" et "asperger"?
Peut-être vraiment avoir la double étiquette "Hpi" et "asperger"?
Repierle 12 novembre 2021 à 08:26

Bonjour,
Voila mon tout premier post.
Je me posais cette question : peut on être à la fois HPI et Asperger ?
Apparemment on peut l'être et dans ce cas là peut on parler d'un continuum entre HPI et Asperger ?
Car pour moi la grande différence entre HPI et Asperger est les rapports aux émotions. Une personne qualifiée de HPI a souvent une sensibilité accrue svec une grande empathie à la différence d'une personne qualifiée d'asperger qui elle peut paraître "froide", sans empathie etc...d'où avoir une autre rapport à ses émotions
Bien sûr je suis au début de cette réflexion et avoir votre point de vue sans doute plus réfléchis que le mien m'intéresse.

Clivele 12 novembre 2021 à 08:47   •  

Il y a bien évidemment des liens entre HPI et Asperger. Ce n'est ni le cas de TOUS les HPI ET TOUS les ASPERGER. Mais c'est et, tout à fait possible, et, assez fréquent.

Pour ce qui est de HPI et hypersensibilité, là aussi ça peut être fréquent mais pas automatique.
Certains HPI ne sont pas "câblés" côté émotionnel. D'autres étouffent l'émotionnel sous une couche de rationnalité rassurante.

Repierle 12 novembre 2021 à 08:54   •  

Merci Clive pour ton éclaircissement.

Anticale 12 novembre 2021 à 10:29   •  

@Repier
On a longtemps pensé que les Asperger étaient dénués d'empathie, ce qui est faux, l'empathie est quelque chose qui peut s'apprendre et se travailler. Les Aspergers sont parfaitement capables d'une sensibilité extrême.
J'ai rencontré que HPI d'une froideur terrifiante, et ou la notion même d'empathie ne les avaient jamais frôlé.

On peut paraître froid tout simplement parce qu'on s'est forgé une carapace, cependant lorsque tu creuses un peu c'est tout autre chose 🙂

Opicinole 12 novembre 2021 à 12:02   •  

Les tests indiquent déjà cette co-présence.

Après, si on déduit les HPI a leur seule hypersensibilité il est également possible de l'´appliquer aux TSA qui éprouvent des sensations démultipliées parfois sur des choses anodines qui les font vriller autant qu'une personne sensible, voire davantage. Parfois les TSA ressentent des émotions en décalé. Pour mon cas (je suis TSA), une scène dramatique dans un film ne me mettra pas immédiatement en PLS, ce sera plus tard. J'ai l'émotion lente par rapport aux autres, je pleure sur la scène là où les autres rigolent déjà sur la suivante. Idem avec les blagues. Je les comprends bien bien longtemps après les avoir entendues. Sauf que pour elles je m'efforce de les comprendre alors que pour la scène, l'émotion me gagne naturellement. Donc non pas de froidure ou de froideur, une chaleur intense qu'il me faut protéger sinon quoi ? Sinon quoi c'est l'explosion.

Repierle 12 novembre 2021 à 12:10   •  

Ok très intéressant merci pour les réponses. J'accorde beaucoup d'importance aux émotions en ce moment. Je commence à lire les différentes discussions sur le forum et c'est un puit de savoir !

Clivele 12 novembre 2021 à 14:00   •  

@Repier,
Si tu réfléchis aux émotions, je ne sais pas si cela peut aider, mais c'est intéressant :
- de connaître les émotions de base (joie, colère, tristesse, dégoût, peur, honte),
- d'essayer de repérer, quand tu ressens une émotion, laquelle est-ce,
- d'essayer de ressentir, ce que l'émotion provoque en toi, physiquement, dans ton corps (picotements aux mains, souffle coupé, douleur à tel endroit...).

Si tu cherches à mieux les maîtriser et sortir de ta bulle, il y a des disciplines qui aident (comme le théâtre d'impro). S'il s'agit de les modérer, de bosser l'ancrage, des disciplines qui conjuguent le rapport au corps et au mental sont pas mal (yoga, tai chi chuan, certains arts martiaux...).

(les "symptômes" sont donnés à titre indicatif)

Bagheerale 12 novembre 2021 à 15:24   •  

citation :
Je me posais cette question : peut on être à la fois HPI et Asperger ?

Oui
citation :
Apparemment on peut l'être et dans ce cas là peut on parler d'un continuum entre HPI et Asperger ?

Dans ce cas là. la personne EST HPI ET Asperger, il n'est pas question de continuum, mais de simultanéité.
citation :
Car pour moi la grande différence entre HPI et Asperger est les rapports aux émotions.

Non. Il suffit par exemple de voir la référence au QI.
Asperger > 100
HPI > 130

Tout ce qui est dit n'est pas absolument exact, mais cela donne des pistes à explorer.

voir la vidéo

Repierle 12 novembre 2021 à 15:37   •  

Merci pour tous ces compléments. Effectivement les émotions m'intéressent, j'ai déjà fait un peu de sophro pour bosser l'ancrage et ça m'a permis de reconnaître lorsque que j'étais stressé mais pourquoi pas essayer le yoga.
J'ai l'occasion de jouer avec mes émotions grâce au théâtre, c'est vrai que c'est un bon moyen d'expression.
Après cette réflexion est assez recente et ton explication m'aide ! Je vais m'y pencher !

Repierle 12 novembre 2021 à 15:39   •  

Ca marche je vais regarder la vidéo !

Repierle 20 novembre 2021 à 14:56   •  

Bonjour,
Je vous tiens au courant de mon investigation ici mais je vais également voir dans les autres forums si je ne trouve pas des réponses.
Merci encore pour vos précédents messages ça fait plaisir d'arriver dans un endroit où on se sent un minimum compris dans son questionnement. J'ai regardé la vidéo egalement.
Le côté décalage me "hante" depuis bien longtemps. Je me sens différent.
Les seuls vrais amis qui me correspondent sont à tendance hpe, hpi, asperger. Du coup c'est ce qui m'a fait venir ici. Je ne pense pas avoir un QI très supérieur à la normal (j'avais fait un test une fois et j'avais eu 130) mais éventuellement avoir un QE un peu plus élevé.
Ma piste va se diriger vers la connaissance du fonctionnement des HPE. Je suis assez curieux dans savoir plus à ce sujet.
Ca peut paraît contradictoire avec la question que j'ai posé avant sur la compréhension de ses émotions. Mais grâce à la vidéo j'ai vu qu'il existait une compréhension "cognitive" des émotions. Et je me reconnais un peu dans cet aspect vis à vis des autres.
Écouter ce que la personne dit mais aussi ce qu'elle dit, véhicule, sans en avoir forcément conscience et du coup, au fil des rencontres, commencer à apprivoiser son fonctionnement.
J'ai fait psy à la base, mais je me suis réorienté après car j'ai réalisé que rencontrer tous les jours des personnes qui n'allaient pas bien aller trop me peser sur le moral à la longue. J'ai accepté ma limite mais accepter sa différence et arrêter de se forcer à rentrer dans le moule ça met davantage de temps.


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?