Littérature

Idées de lectures

  1. Accueil
  2. Forums
  3. loisirs, passions et hobbies : Littérature
  4. Idées de lectures
Idées de lectures
Pacaloule 29 août 2019 à 10:58

C'est une bonne idée ça @slyxx
En fait ça a été sûrement déjà fait, mais on peut le relancer.
Alors voilà, je te remercie @Strangerquark pour ton conseil de lecture d'une érudition et d'une complexité labyrinthiques, mais je crois que je vais plutôt partir avec des mots croisés niveau 1 ah ah (entre la Sibérie le 12ème siècle et Finnegans Wake, ça commence à faire beaucoup, peur de m"étourdir dans une faille spatio-temporelle)
Mais si tu t'intéresses à la vulgarisation scientifique, permets moi de te conseiller La Formule de Dieu de Dos Santos (je crois que j'en ai déjà parlé mais il parait que je radote 😄). C'est un roman d'espionnage très médiocre + histoire d'amour ... vraiment navrante. Mais il y a des pages de vulgarisation scientifiques qui convergent vers les grandes questions métaphysiques et philosophiques que je trouve personnellement très très intéressantes et abordables. Enjoy !

Strangerquarkle 29 août 2019 à 19:01

@Pacalou en vrai je n'ai pas lu Finnegan's wake (j'ai une vie quand même) mais de James Joyce je conseille "Portrait de l'artiste en jeune homme" autobiographie d'un jeune surdoué, plein de passages m'ont marquée.

Dos Santos j'ai bien aimé, mais dans le genre roman basé sur des théories scientifiques, j'ai adoré "La théorie des cordes" de Somoza, plus sombre et plus complexe.

En vulgarisation scientifique j'ai lu "Schrödinger à la plage" bien mais un peu pompeux, plein de références érudites inutiles, la bd "Quantix" qui est top, "Tout ce que nous ne savons pas encore" bien aussi et "La physique expliquée aux enfants et aux poètes" un peu ancien mais c'est le plus clair, le plus fluide et accessible.
Si quelqu'un en a d'autres, je suis preneuse 🙂

Ce serait bien d'arrêter de créer des sujets aussi intéressants parce qu'à la base j'avais quand même dit que je ne participerai pas beaucoup 🙂 😀 😉

ouestlebonheurle 29 août 2019 à 19:47

@Strangerquark 😄 😄

Pacaloule 29 août 2019 à 22:23

@Strangerquark dans la même veine je te conseille alors un autre roman dont j'ai parlé dans un autre post : A la recherche de Majorana d'Etienne Klein. L'histoire vraie d'un génie de la physique et des mathématiques méconnu et sicilien qui s'évanouit mystérieusement, dans des circonstances pour le moins quantiques...
Lire son histoire, ça relativise sa propre solitude c'est le moins que l'on puisse dire...
Merci pour la Théorie des Cordes parce que... sombre et complexe, il ne m'en faut pas plus mmmhh

Strangerquarkle 29 août 2019 à 22:45

Super merci @Pacalou j'adore les biographies ?

Si tu lis Somoza je suis curieuse d'avoir ton avis, c'est une ambiance étouffante, genre Guillermo del Toro. Je connais personne d'autre qui l'ait lu.

Siryackle 30 août 2019 à 09:33

Dans un tout autre domaine, un livre "phare" que je recommande à tout à chacun !!
Une oeuvre d'une vie, trèèès précieuse, d'une richesse incroyable !!
Renouer avec ses émotions, identifier les siennes et celles d'autrui, ainsi que les besoins...etc...

"Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) -Initiation à la Communication Non Violente" (CNV) , de Marshall B. Rosenberg.
😍 😍 😍

Merlinle 30 août 2019 à 09:41

Pour contribuer à cette section, deux livres qui m'ont aidé (de manière très différente) à des moments de ma vie :

- Eloge de la fuite, d'Henri Laborit. Un biologiste qui explique le côté animal des comportements humains. Ca m'a permis de relativiser certaines choses et de casser les moules de comportements que je trouvais étouffants.

- L'heure de s'enivrer de Hubert Reeves. Une résonance très personnelle, mais ça m'a sorti d'une phase dépressive quand je l'ai lu...

Pacaloule 30 août 2019 à 10:59

Ah oui @Merlin, Eloge de la fuite, très intéressant, mais ardu pour autant que je m'en souvienne. Ca fait partie de ces "classiques", comme par exemple Le Bouc émissaire de Girard, dont on entend parler de temps à autre, mais quand on s'y colle, on voit que la pente est plutôt raide !

Oui, les considérations cosmologiques ont ceci de rassérénant qu'elles rendent notre propre existence très relative non ? C'est un peu comme l'idée de la mort, moi ça a tendance à me rendre zen, notre vie n'est que poussière et retournera à la poussière ce genre de choses. Hermann Hesse parle du rire des dieux dans le Loup des Steppes, là il s'agirait plutôt du rire du cosmos
😉

Berengerele 03 septembre 2019 à 19:27

"Comment pouvais-je le savoir si la vie ne me le disait pas? Comment pouvais-je savoir que le bonheur le plus grand était caché dans les années apparemment les plus sombres de mon existence? S'abandonner à la vie sans peur, toujours...Et maintenant encore, entre sifflements de trains et portes claquées, la vie m'appelle et je dois y aller"...Goliarda Sapienza, "L'art de la joie", voilà un livre que je lis lentement mais en savourant chaque chapitre. Une grande dame, farouche, insoumise, qui nous raconte, dans une grosse "brique" de presque 800 pages, son chemin vers la liberté dans une Sicile pauvre et enfermée dans les traditions !

Strangerquarkle 03 septembre 2019 à 20:45

@Berengere 100 mercis de parler de Goliarda Sapienza ! Un chef d'oeuvre de liberté et d'anarchie, tellement libérateur ! Modesta est un personnage littéraire à côté duquel il ne faut pas passer (malgré la couverture Viviane Hamy qui peut rebuter), sans concession et complètement affranchie de la morale. Je l'ai lu il y a quelques années mais je me souviens encore de la scène du début. Et si je me souviens bien, il y a de superbes passages sur son amour des mots ... Et une écriture pointue, une langue cryptée parfois ... Une claque littéraire !

Pacaloule 03 septembre 2019 à 20:58

Oui, si tout est de la même veine que ces quelques lignes, ça doit valoir le détour..
Une autre Sicilienne qui est morte dans le quasi anonymat, et qui a été réhabilitée plus tard...
Et qui porte un nom si doux...
Et bien vos commentaires donnent envie...

Strangerquarkle 03 septembre 2019 à 21:48

@Pacalou "En cherchant Majorana" est sur ma table de chevet 🙂

Pacaloule 03 septembre 2019 à 22:32

@Strangerquark même chose pour la Théorie des cordes. Et sur le haut de la pile 🙂 !
J'espère que ça te plaira

Siryackle 04 septembre 2019 à 13:20

@Berengere, j'avais déjà entendu parlé de cette oeuvre...
Mise sur ma liste. :) (elle commence à être longue !! :OoO 😄 )

Hatsale 09 septembre 2019 à 00:10

@Berengere, merci ce petit pavé sera également bientôt sur ma table de chevet.

Quant à Rosenberg, Siryack on ne peut que conseiller d'appliquer  😉

Autre style
Le Messie récalcitrant de Richard Bach

Encore autre style Soufi mon amour de Shafak.

Je m'arrête là pour aujourd'hui.

Merci pour ce fil...

Pacaloule 14 septembre 2019 à 21:18

Hello @Strangerquark il ne me reste que vingt pages à lire de Somoza alors je me crois autorisé à te donner mon avis des maintenant. (Attention je vais spoiler...)
Malgré qq longueurs j'ai vraiment beaucoup aimé merci !
En fait c'est un thriller, sur fond de théories physiques à la pointe, non ?
J'aime bien le thème de la boite de Pandore, de l'Hubris, alors là on y est en plein de dedans....c'est aussi le tableau « chronos dévorant ses enfants « 
Après j'aime bien (désolé) l'atmosphère vaguement érotique, même si elle est assez perverse, qui traverse le roman. Je préfère ça à une très médiocre histoire d'amour tricotée lourdement dans la maille.
Bon ensuite je suis rassuré : donc, le Mal n'existe pas ... ce qui m'amène à me poser la question suivante : notre inconscient ne serait-il pas un peu PN sur les bords ???
Plus sérieusement il parait que cette théorie des cordes est moins en vogue non ?
As tu lu d'autres livres de Somoza ?
Voilà au plaisir de te lire, a ce sujet et au sujet de ce cher Majorana...

Strangerquarkle 15 septembre 2019 à 21:47

Salut @Pacalou ! Je suis contente que ça t'ai plu 🙂 Je l'ai lu il y a longtemps et je me souviens surtout du côté scientifique et de l'ambiance angoissante, mais de Somoza, j'ai aussi lu "L'appât" et là on est vraiment dans un délire érotique dark avec plein de références à Shakespeare que j'adore. Un peu trop barré pour moi mais tu pourrais apprécier 😉

Majorana je l'ai fini depuis plusieurs jours mais j'ai pris plein de notes et je veux pas écrire un commentaire sur un coin de table (comme là 😉 Je prendrai le temps de te donner mon avis, demain je serai plus tranquille 🙂

Sinon je poursuis mes lectures sur la physique, en l'occurrence "L'ordre du temps" de Carlo Rovelli, j'ai du mal à réellement saisir le concept d'entropie mais j'adore retenir des chiffres comme les constantes de Planck.

Au sujet de la théorie des cordes, il semble qu'elle se trouve être une des facettes d'une toute nouvelle théorie du tout, la "théorie M" qui allie cordes et supersymétrie dans exactement 11 dimensions. Tout cela reste de la physique théorique que l'expérimentation sembler encore loin de pouvoir affirmer ou infirmer ... En attendant, j'adore poursuivre mon petit voyage personnel entre les atomes et les distorsions du temps 😄

Strangerquarkle 16 septembre 2019 à 18:58

Et me revoilà @Pacalou pour mon avis sur "En attendant Majorana" 🙂

J'ai trouvé l'écriture sensible mais par moment étrangement froide, à l'image du personnage.

J'ai relevé de nombreux passages qui le présentent effectivement comme un HPI, j'en recopie juste deux parmi de très nombreux :

"Pourtant il ne fréquente personne et n'a pas le moindre début de vie sociale. Toujours cette dissonance, cette incapacité à s'arrimer à la vie quotidienne".

"La société assignant à chacun un rôle qui l'empêche d'exprimer ce qu'il a de plus intime, il n'y a que deux façons d'y échapper : assumer la clandestinité de son intériorité ou déserter le monde des hommes, la comédie humaine".

Mais ce n'est pas Majorana qui s'exprime, c'est Etienne Klein ! Les traces que Majorana a laissées au monde sont suffisamment floues et elliptiques pour permettre à un auteur de combler les manques avec sa propre interprétation. D'où Etienne Klein sort-il des émotions, des sentiments aussi précis ? Pas de son enquête en tout cas. J'aurai tendance à penser qu'il projette sur un personnage qui le fascine et avec lequel il a des points communs, des états d'esprit qui lui sont propres.

Je n'ai pas été accrochée par le destin de Majorana, (et d'ailleurs n'était-ce pas son désir ? Ne pas se faire remarquer ? Se faire oublier ?) par contre j'ai découvert Etienne Klein, j'ai aimé ses voyages intimes à la poursuite d'un désir un peu contre nature de vouloir accéder à une connaissance enfouie dans les replis du temps et de l'espace, à une époque et un lieu à jamais insaisissables. Peut-être une déformation professionnelle d'un scientifique habitué à manipuler l'espace temps 🙂 Je pense que les biographes cherchent à donner un sens à certaines vies achevées pour prolonger leur présence et faire mentir, un moment, l'inéluctable marche de l'oubli qui nous attend tous.

Voilà 🙂

Pacaloule 17 septembre 2019 à 21:25

Hello @Strangerquark
Merci pour les suggestions plus haut, je vais regarder. Je subis moi aussi la gravité de Shakespeare, entre autre planètes.
La théorie M, en 11 dimensions alors, ok je m'incline... j'espère qu'il y aura un bon livre de dark fiction autour...
Quant à moi, je relis cette citation qui te rappellera sans doute quelque chose "La Nature cache son secret à cause de son essence majestueuse, jamais par malice".
Ah oui, tu as fait connaissance à travers "Majorana" d'Etienne Klein ? Comme j'ai eu la chance de voir plusieurs de ses videos sur youtube, dont une sur Majorana, j'ai eu le plaisir déjà de faire sa connaissance, enfin façon de parler et sa voix est à peine moins maitrisée que sa plume...D'ailleurs, il est très très drôle par moments je trouve..
Majorana a donc raté son coup, il voulait verser dans l'espace sidéral, cet inéluctable oubli que tu évoques en nous faisant frissonner, et voilà qu'il va être réhabilité et passer à la postérité avec quelques décennies de retard. Tout ça à cause d'Etienne Klein, on dirait. Moralité: il aurait du rentrer en Sicile, tout le monde aurait fini par l'oublier, il aurait économisé un timbre et un télégramme...
Oui, n'est-ce pas toute l'habilité des biographes après tout à donner une direction et un sens à des trajectoires qui n'en ont pas toujours ?

Sinon, pour rester dans la SF, un petit recueil de nouvelles, "La Tour de Babylone" de Ted Chiang dont une, magistrale, dont a été tirée le film "Premier Contact" : imaginez-que vous passiez d'une vision linéaire du temps à une vision disons, plus panoramique ? (un doute m'effleure, je crois que je radote encore)


Et sinon, pour finir dans un registre très différent, "Article 353 du Code Pénal", de Tanguy Vieil. En plus c'est un Breton
😉

Strangerquarkle 17 septembre 2019 à 22:22

"La gravité de Shakespeare" j'aime bien l'expression @Pacalou 😄 Heureusement sa gravité s'accompagne toujours d'une forme de légèreté, c'est tout son génie ! Je connaissais Etienne Klein des podcasts de France culture, où ne transparait pas tellement sa sensibilité intérieure ... Ou alors je suis passée à côté, je dois dire que je me concentre plus sur le sens de ce que racontent ses invités que sur leurs personnalités (c'est comme ça que j'ai découvert Carlo Rovelli).

Un dernier mot sur Majorana et après on le laisse reposer en paix : s'il était vraiment HPI peut-être aurait-il été heureux de savoir que certains ont trouvé un sens à son existence ... Et puis au pire, la postérité, ça ne dure qu'un temps 🙂

Pour finir, je te laisse Tanguy Viel qui ne m'a jamais vraiment convaincu, mais je retiens la nouvelle de SF !

Pacaloule 17 septembre 2019 à 22:45

parfait, puisque la SF a tes faveurs, restons alors entre l'atome et l'étoile......................................................
"Le problème à trois corps" de Lu Cixin
Le premier tome est vraiment extraordinaire, enjoy @Strangerquark j'espère bien qu'il te plaira et merci encore pour tes suggestions

Juliette...le 04 octobre 2019 à 21:50

Un beau coup de coeur: "La part du héros" de Andrea Marcolongo.
Mon résumé: En suivant les argonautes et Jason dans leur quête de la toison d'or, l'auteure, en faisant le parallèle avec la misère de ce que nous sommes devenus, sur le plan humain, culturel, nous exhorte au choix du courage de Vivre. La 1ère partie du livre est déjà passionnante, mais lorsqu'elle nous livre une part de son vécu, de son intimité, le voyage qu'elle nous décrit, la quête de notre responsabilisation (la condition à notre seule réelle liberté) prend encore plus de sens. Pour couronner le tout, par la racine des mots, elle redessine pour nous les valeurs ancestrales et la beauté d'un humain qui tend à se dépasser.
A moi, ce livre n'aura pas appris grand-chose (un peu quand même sur le mythe de l'argô), mais il aura mis des mots sur ce sentiment de gâchis que l'on peut ressentir face à "l'évolution" de l'Homme.

Juliette...le 04 octobre 2019 à 22:28

Et comme je me rends compte que j'ai terminé sur du négatif, j'ajouterais que ce livre a aussi mis des mots sur ce besoin de chercher plus loin, cet amour de dingue que l'on peut ressentir pour la vie rêvée qui nous empêche d'abandonner et même nous pousse dans des contrées aux dehors pouvant paraître plus hostiles parce-que moins fréquentées ou même semblant mal fréquentées. Mais une part de notre émancipation vient aussi du fait d'avoir osé tenter la douleur, la déception, le chagrin (en laissant couler les larmes; l'auteure parle très bien de l'invalidité de cette honte de pleurer par exemple)... Mais ne jamais se laisser croire qu'il vaut mieux se recroqueviller dans un confort à double tranchant.

Pacaloule 05 octobre 2019 à 00:26

J'achète ! merci @Juliette...

Juliette...le 16 octobre 2019 à 12:43

Me reste plus qu'une trentaine de pages à lire de "article 353 du code pénal" de Tanguy Viel 🙁
Je suis tombée amoureuse de cet écrivain!
Merci Pacalou!

Juliette...le 16 octobre 2019 à 12:47

Oui je sais, je suis bizarre, je tombe directement amoureuse de l'artiste quand j'adore son oeuvre 😄

Juliette...le 02 novembre 2019 à 09:48

Je lis actuellement "l'heure de s'enivrer" d'Hubert Reeves proposé par Merlin, c'est un voyage dans l'espace et la matière aussi instructif qu'agréable. Mini résumé à ma sauce pour rigoler: Grâce aux déséquilibres, l'entropie, forte d'information se propage (indéfiniment?) dans l'univers pour servir la diversité toujours plus complexe... Hmmmmm, que c'est bon! 😉

HARLEYQUEENle 28 décembre 2019 à 04:30

je suis dans une phase ou je lie les percy jackson car je suis fan de mythologie grecques enfin de mythologie en générale, et j'allais pas mettre dans mon profil tous ce qui me passionne je trouvais que 3 sujet c'était pas mal, mais j'en ai brièvement parlé dans culture à l'histoire, donc si, je suis fan, mais bon, là on parle de mythologie, après le cas classique de percy jackson il y a les héros de l'olympe là aussi 5 tomes, et ensuite les travaux d'appollon là aussi 5 tomes mais le tome 5 est pas encore paru. le 4 sortie en décembre ou novembre me souviens plus donc bah voilà je suis dessus et ma moyenne de lecture est d'environ 7 heures pour 700 pages quand je suis motivés mais pour la saga percy jackson on tourne à 5h par livre environ je peux aller jusque 9 heures mais ça c'est quand j'ai mal au crâne. par exemple le dernier volet de la saga de eragon je l'ai lu le héritage en 13 heures, mais j'avais très mal au crâne il fait dans les 900 pages environ.


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?