Philosophie et spiritualité

Definitely maybe.

  1. Accueil
  2. Forums
  3. loisirs, passions et hobbies : Philosophie et spiritualité
  4. Definitely maybe.
Definitely maybe.
Julienle 26 septembre 2019 à 13:35

De quoi suis-je absolument certain ?
Rien...
Sauf peut-être...
Ma souffrance, ça oui, elle existe, la douleur, la mienne.
Quoi d'autre ? Ma joie. Ces états de bonheurs, fugaces, insaisissables. Mes plaisirs, mes extases, mes amours. Ma colère, ma haine, mon dégoût, ma tristesse, mes peurs, mon effroi.
Mes émotions. Je les ressens, elle prennent possession de moi.
La vie existe, oui, cela est certain.
La fin de la vie ? Je n'en suis pas certain. J'y crois volontiers, car j'en ressens la peur panique, à sa simple pensée.
Et puis, ce sentiment qu'on appelle "empathie", ces larmes, de joie, de peine, devant la souffrance ou la joie de l'autre ; une soudaine chaleur à l'endroit du coeur, un estomac noué... Ce lien, invisible, entre les êtres, qui nous autorise à croire en l'insensé.
Un sourire, un rire franc, un fou rire, à la vue d'un bébé, de ses enivrantes incapacités, sa si provocante insouciance, son irrésistible maladresse. Cette indignation, ce sentiment sacré de révolte, à la vue d'un chien, tabassé par un humain, là, devant moi. Violence, devant moi, et en moi. Injustice.
Un Mohican pouvait donner sa vie pour son cheval.
L'état amoureux, ça oui il existe.
Le vent, est-ce qu'il existe ? La sensation du vent sur mes joues... Peu importe, c'est si bon... La caresse d'un soleil de fin d'après-midi de septembre... Délices.
J'accompagne ma mère chez Lidl.
Nous marchons en silence.
Un moment banal, et fou, en même temps.
C'est quand je ne pourrai plus jamais le vivre, que j'en réaliserai toute la folle magie. Choisir le plus belles de ces tomates, au rayon fruits et légumes de chez Lidl, en compagnie de ma mère.

Tout pourrait s'arrêter si vite.
Une glissade, sur un sol humide, et la tête qui bute sur le trottoir, et plus rien. Un corps inanimé.
Une émotion trop forte, pour un coeur qui lâche.
Un moment d'inattention, et la matière, dont la force, décuplée par la vitesse, brise l'objet avec lequel elle entre en collision... Lois physiques dans la chair...
L'infini existe, car on peut mourir d'une infinité de façons, dirait-on.

La fragilité...
La Nature se cache à peine, elle a cette digne pudeur, de ne pas exhiber ses secrets, mais à peine son voile soulevé, qu'elle s'offre entièrement, matière et principes, lois et produits.
Ce n'est pas parce qu'un être donne tout, qu'on doit tout lui prendre.
L'humain est en train d'apprendre la mesure, dans ses désirs, sa convoitise.
Remettre le voile, pour avoir de nouveau le plaisir de le voir flotter, gracieusement, au vent, et flouer nos certitudes.

Fragilités...
On est en vie, bordel.
On est vivants.
Ça, c'est sûr.

Je voudrais crier, pleurer ma joie, d'être, à ce moment, vivant, et ma joie, et ma peine, de devoir sûrement l'abandonner, la vie... Dire "adieu", au revoir à jamais... Abandonner ces centaines de petits bonheurs quotidiens, reflets, sons, caresses, picotements, acidités, accélérations, sourires, surprises, doutes, partages...
Un miraculé, un miraculant, un miraculeur.
Le résultat de millions d'interactions prodigieuses.
Où crier, où danser la vie ?
Où s'effarer, de la fragilité de la vie en et hors de moi ?
Où est ce lieu de l'émerveillement du monde ?
Ce lieu, devant lequel on dépose les armes et armures, on se montre honnête, ignorant et peureux, comme un vase brisé, vidé de toutes nos arrogantes certitudes ?

On est vivants, bordel !
Qu'est c'qu'on en fait, de ce miracle de chaque seconde ?

Fropople 26 septembre 2019 à 13:44   •  

@Julien, très belle écriture, une fois commencé je n'ai pu m'empêcher d'aller jusqu'au bout

emanule 26 septembre 2019 à 17:50   •  

Oui,très belle écriture.
Qu'est qu'on en fait?
On le partage,on le vie,on le savoure.

FlowMayle 26 septembre 2019 à 20:54   •  

@Julien Tres beau texte.


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?