Loisirs, passions et hobbies • Philosophie et spiritualité

Le désert
Gargarinele 13 avril 2019 à 19:37

...

Gargarinele 14 avril 2019 à 15:48

...tousse...

Gargarinele 14 avril 2019 à 16:09

Pandore céda à la curiosité qu'Hermès lui avait donnée et ouvrit la boîte, libérant ainsi les maux qui y étaient contenus. Elle voulut refermer la boîte pour les retenir ; hélas, il était trop tard. Seule l'Espérance, plus lente à réagir, y resta enfermée... bonne sainte semaine à vous...tousse...

Gargarinele 15 avril 2019 à 23:55

...un silence assourdissant....

Gargarinele 16 avril 2019 à 12:48

Connaissez-vous cette belle histoire ?




Cette parabole nous raconte qu'un jardinier qui aimait beaucoup son travail vivait dans un royaume fort lointain. Un jour, il demanda au roi l'autorisation de planter et cultiver le plus beau jardin qui ait jamais existé sur Terre. Cela prendrait un peu de temps, mais le résultat en vaudrait la peine. Il en prendrait extrêmement soin et ferait en sorte que les plantes offrent un spectacle encore jamais vu. Le roi donna donc son accord, très enthousiaste.




Avec une patience infinie, le jardinier sema les graines une par une, en choisissant le meilleur endroit pour chacune d'elles. Il les arrosa ensuite tous les jours. Il savait que les plantes étaient des êtres nobles et qu'elles répondaient toujours favorablement à ceux qui les protégeaient.



Plusieurs mois passèrent et les premières tiges commencèrent à pousser, tout comme les premières feuilles. Le jardinier se sentait incroyablement heureux en voyant cette explosion de vie. Au bout d'un certain temps, les roses se mirent à fleurir. Le jardin s'emplit de couleurs. Les marguerites et les oeillets grandirent. Les pommiers commencèrent à donner leurs fruits et tout le jardin s'imprégna de leur arôme, à l'exception d'une plante qui ne fleurissait pas.




La petite plante poussait plus lentement que les autres. Elle pensait qu'elle mettrait un peu plus de temps que les autres à fleurir mais qu'elle finirait quand même par le faire. C'est pour cela qu'elle attendait, patiemment. Or, rien ne se produisait. La parabole raconte qu'une année passa et que la plante était presque la même qu'à ses débuts. Sa tige était de plus en plus robuste, elle avait des feuilles et des branches, mais aucune fleur ou fruit n'apparaissaient.




Le rosier, qui était très aimable, voulut lui donner un conseil. « Regarde directement le Soleil », lui dit-il. « C'est ce que j'ai fait et j'ai fleuri. Je crois que tu es un rosier et qu'il te manque juste un peu de lumière et de chaleur pour fleurir ». La plante l'écouta et, tous les matins, regarda le Soleil pendant un long moment. Elle essayait aussi de s'étirer pour que ses rayons l'atteignent davantage. Mais rien ne se passait. Aucune fleur ne sortait.




La parabole dit que le pommier intervint ensuite. « Le rosier n'a aucune idée de ce qu'il se passe », affirma-t-il. « En réalité, tu es comme moi, un pommier. Tu as seulement besoin d'absorber plus d'eau. Tu verras, après cela, tu fleuriras et verras apparaître des fruits très sucrés. Ecoute ce que je te dis, je sais de quoi je parle ».




La plante, qui était désormais un petit arbre, écouta attentivement le pommier. Elle se dit qu'il pouvait avoir raison. Par conséquent, chaque fois qu'on l'arrosait, elle absorbait la plus grande quantité d'eau possible. Elle faisait un grand effort mais cela lui importait peu. Tout ce qu'elle voulait, c'était donner des fruits. Et, plus que tout, savoir qui elle était. Être un pommier l'attirait beaucoup.




Selon cette parabole, un certain temps s'écoula et rien ne se passa. L'arbre qui ne savait pas qui il était ne donnait ni roses, ni pommes. Cela l'affligeait terriblement. Quelle sorte d'arbre pouvait-il être s'il n'était pas capable d'inonder ce jardin de beauté et de parfum? Quel était donc son problème? Pourquoi était-il incapable d'être ce qu'il était? Il se sentait inférieur à tous. Et se disait qu'un arbre qui ne produit rien, finalement, ne sert à rien.




Il sombra dans la tristesse, jusqu'au jour où un hibou, le plus sage des oiseaux, arriva dans le jardin. Il le vit si affligé qu'il se posa sur l'une de ses branches et essaya d'entamer une conversation. L'arbre qui ne savait pas qui il était lui conta les raisons de sa tristesse. Le hibou lui demanda alors l'autorisation de l'inspecter attentivement. L'arbre accepta et toutes les plantes se mirent à observer la scène avec curiosité.




Après l'avoir examiné de haut en bas, le hibou se replaça sur l'une de ses branches. « Je sais ce qu'il t'arrive », dit-il. « Tu n'es ni un rosier, ni un pommier, ni aucune chose de cette espèce. Tu es un chêne et tu n'as aucune raison de fleurir ou de donner des fruits, comme les autres. Ton destin est de grandir jusqu'au ciel et de devenir un arbre majestueux. Tu seras le nid des oiseaux, le refuge des voyageurs et la fierté de ce jardin ».




Toutes les plantes étaient stupéfaites. L'arbre qui ne savait pas qui il était comprit alors qu'il s'était trompé d'avoir voulu être comme les autres. Le rosier et le pommier avaient un peu honte. Ils voulaient l'aider mais ne pouvaient le faire car le rosier pensait comme un rosier et le pommier comme un pommier. Tous, cependant, retinrent la leçon. Et c'est ainsi que ce jardin devint le plus beau jardin de la Terre, avec un magnifique chêne comme élément fondamental.




https://nospensees.fr/la-parabole-de-larbre-qui-ne-savait-pas-qui-il-etait/

Etoilele 16 avril 2019 à 13:54

Magnifique histoire.
Merci pour le partage.
Comme quoi, nous sommes tous différents et nous avons tous une raison d'être ici et maintenant 🙂

Fanny-146le 16 avril 2019 à 14:11

Très belle parabole, merci Gargarine. Reste à chacun à trouver le hibou qui l'aidera à savoir qui il est !

Gargarinele 16 avril 2019 à 14:19

Morte de sécheresse

La fiancée de l'eau

A marié son sang

À celui du ruisseau

Prince range ton drap blanc

Prince range ton drap blanc

Il ne sera jamais

Le drapeau rougissant

De ta virginité

Regarde son honneur

Regarde son honneur

S'enfuir par la mort

Regarde triste voleur

L'absence dans son corps

Tu peux creuser la terre

Tu peux creuser la terre

Avec tous tes remords

Creuser jusqu'en enfer

Creuser, Creuser encore

Non tu n'auras rien d'elle

Non tu n'auras rien d'elle

Il n'y a plus rien à prendre

Elle s'est jetée au ciel

Tu commences à comprendre

Que tout n'est pas à vendre

Gargarinele 16 avril 2019 à 14:21

La Nuit ou le Jour, à toi de choisir mon Amour. Not for Many but for All. MAN.

LibertEchEriele 16 avril 2019 à 19:27

Etre soi-même est un des plus grands plaisirs je trouve. Et côtoyer ceux qui le sont, quel bonheur!
La vie prend toute sa saveur, et la vivre relève de plus en plus d'une partie de plaisir 🙂

Gargarinele 16 avril 2019 à 20:55

...Une voix, comme un souffle, perce le silence....


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?