Loisirs, passions et hobbies • Philosophie et spiritualité

Le près aux loups
Gargarinele 07 mai 2019 à 21:14

...

Julienle 07 mai 2019 à 21:18

yup.

Gargarinele 07 mai 2019 à 21:26

J'ai posé une grosse pêche dans le désert. Battle Danse du mohican ! ou mieux ! la battle d'insultes à la table du "Retour du Cap'tain Hook" !

Moule à Gaufres ! Ta Tatie t'as quittée ? Tic Tac Tic Tac !

(normalement, y'a un public qui fait les bruitages, mais par manque de moyens, ce duel sera entièrement bruité à la bouche)

Tuketuk Tuketuk Tuketuk (noix de coco)
hiiiiiiii !!!i (cheval blanc immaculé, le cheval..)
Krrrr... (bruit de frein à main)
-Oyé Oyé les Anglois !


(Alors là, si tu ne trouves pas une réponse.... aye aye aye, tu auras affaire au Lapin Blanc, et il est pas commode) A+

Julienle 07 mai 2019 à 21:37

Vas-y é tsé koi ? Cass moi pa les ieucou ta vue ? Ici c Pari.

(humour - tentative)

Gargarinele 07 mai 2019 à 21:38

Gargarinele 07 mai 2019 à 21:39

Julienle 07 mai 2019 à 21:42

Balec j'tai dji. Kesta pa compri ? T'aime les mots, bah tiens, c kado.

Gargarinele 07 mai 2019 à 21:42

Gargarinele 07 mai 2019 à 21:45

Dame Carcasse va !

Gargarinele 07 mai 2019 à 21:48

Gargarinele 07 mai 2019 à 21:54

Gargarinele 07 mai 2019 à 21:58

Gargarinele 07 mai 2019 à 22:03

(sérieux c'est que des clips vidéo)

Julienle 07 mai 2019 à 22:05

désolé les gars mais j'peux pas consommer autant ! Déjà aujourd'hui j'ai écouté 3 fois Capdevielle "dans le désert"...

NabouNaboule 07 mai 2019 à 22:39

mdr a boire et aurevoir

Gargarinele 07 mai 2019 à 22:53

Gargarinele 07 mai 2019 à 22:57

Gargarinele 07 mai 2019 à 22:58



Gargarinele 07 mai 2019 à 23:15

La plupart des vestiges archéologiques découverts à Lascaux ont été recueillis par André Glory, lors de l'aménagement des sas d'entrée et des salles, ou lors de la seule vraie fouille effectuée dans la cavité, située dans le Puits. Ces vestiges comprennent de l'industrie lithique (403 pièces), de l'industrie osseuse (une soixantaine de pièces), de la parure (16 coquilles), de la faune (une centaine de restes), de nombreux charbons, des macrorestes végétaux et de nombreux fragments de colorants. Ces objets (un millier environ), réputés perdus en 1966 à la mort d'André Glory, ont été retrouvés en 1999 par Brigitte et Gilles Delluc et publiés en 2008.
Dans la Nef, la Vache se trouve sur un entablement où ont été découverts des lampes..., des colorants ainsi que des restes alimentaires. Dans l'Abside, un nombre important d'objets ont été abandonnés (pointes de sagaies, grattoirs, burins et lampes...). De nombreux vestiges ont également été découverts dans le Puits : pointes de sagaies, restes de colorants, coquillages percés et lampes..., dont un exemplaire en grès rose.... entièrement façonné et dont le manche est orné d'un signe barbelé.
L'étude au microscope électronique des colorants découverts lors des fouilles ou prélevés directement sur certaines oeuvres a montré leur grande diversité, sept pigments différents au moins ayant été utilisés : du dioxyde de manganèse, de l'oxyde de fer noir et du carbone (pour le noir), de l'hématite (pour le rouge), de la goethite et de l'argile (pour le jaune), de la calcite (pour le blanc). Tous ont été employés purs, sans adjonction de charge minérale et sans modification thermique.

Phosphoros ?



Le mercure a joué un rôle considérable lors de la genèse des sciences exactes, en particulier la physique et la chimie au XVIIe siècle. Il a servi à l'ancien élève de Galilée, Torricelli pour prouver l'existence du vide et de la pression atmosphérique menant à la mesure des pressions de vapeur. Ce liquide dense placé dans un appareil en verre a permis la conception des premiers baromètres, manomètres, tel que les jauges de Mac Leod(en) et autres thermomètres, des pompes à vides ainsi que de nombreux appareils de physique.
Encore à la fin du XVIIIe siècle, les manipulations de chimie pneumatique, ancêtre de la physico-chimie des gaz, marquent un net redressement de la chimie, permettant de quantifier fondamentalement l'approche de la matière par la loi de conservation. Lavoisier démontre avec l'oxyde rouge de mercure la composition de l'air.
Il a été utilisé pour l'étamage des glaces ou la réalisation des miroirs avec par exemple l'étain.

Le mercure métal admet une surtension d'hydrogène caractéristique, qui peut être réduite par complexation. Les techniques à l'électrode de mercure comptent parmi les plus précises mises au point en France, elles sont aujourd'hui en grande partie abandonnées.

Le mercure natif n'est qu'un minerai rare ou occasionnel. Le mercure est communément obtenu par grillage du cinabre ou sulfure de mercure et autres minerais sulfurés, soit directement soit indirectement comme produits de récupération secondaire avec la blende ou autrefois la pyrite. Notons que la réaction HgS solide rouge + O2 gaz -> SO2 gaz + Hg vapeur reste lente à 360 °C. Au delà de 400 °C, la production parasite de sulfate de mercure s'accroît. Très tôt, l'homme de l'art a réalisé une combustion doucement réductrice de minerai broyé finement (avec une aération ou phase air non négligeable) disposé en couches alternées de lits légers de charbon de bois autour de 600 °C. L'addition de chaux permettait en outre de piéger le soufre.

Le chaufournier pouvait obtenir du mercure liquide en chauffant le cinabre avec de la chaux vive, alors que le forgeron employait au lieu de chaux diverses rognures de fer. Une filtration de poussières, voire d'autres éliminations de restes indésirables, permettent d'obtenir une matière purifiable par distillation, opération par excellence pour les alchimistes.

Le mercure, quel que soit son origine, permet l'extraction de l'or et de l'argent très fins par amalgamation. Comme le corps simple mercure est assez volatil, l'amalgame est décomposable par la chaleur et il est facile par chauffage de l'ôter et de récupérer le ou les métaux précieux.
Il permet la fabrication de redresseur de courant de grande taille.

Il est utilisé en chimie par exemple les amorces en fulminate de mercure et en électrochimie, notamment encore certaines piles à boutons, les électrodes à gouttes de mercure (cathode liquide ou électrode à surtension d'hydrogène), les électrodes de référence au calomel.

Il a été utilisé en thérapeutique. Il est un des premiers médicaments contre la syphilis connus. Il existait des pommades mercurielles à base de mercure métal ou de mercure natif, comme l'onguent napolitain ou l'onguent gris à teneur plus faible, ou des préparations nommés emplâtre de Vigo. Certains onguents mercuriels pouvaient autrefois utilisés contre la gale, la plupart s'appliquait à tous les petits maux ou comme panacée. Le calomel était aussi considéré comme un médicament, drastique tel quel, désinfectant sous forme de sublimé.

Il a largement été utilisé en dentisterie, les plombages étant à l'origine des amalgames dentaire à base de mercure et d'étain, de cadmium et/ou d'argent.



Depuis la nuit des temps et au fil des âges, le magnétisme a toujours fasciné les esprits. Considéré comme un des grands miracles de la nature, il fut encore au XVIIe siècle appelé « le labyrinthe et abîme impénétrable des philosophes » par Athanasius Kircher dans son monumental traité sur l'aimant. Ce phénomène physique hors du commun est à l'origine de choses surprenantes comme l'attraction ou la répulsion d'objets, voire dans certains cas leur lévitation. Cependant, les conditions de la découverte du magnétisme restent encore à ce jour inconnues : impossible donc d'y associer une date précise.



En août 1819, Augustin Fresnel alors membre de la Commission des phares, une institution d'État chargée de la gestion et de l'amélioration des phares français, soumet pour la première fois une étude de système dioptrique pour l'éclairage des phares. Cette proposition fut alors remaniée et amenée plusieurs fois sur la table de la Commission. Le système, inspiré par les grandes lentilles utilisées dans le phare de Portland Bill (en), est proposé à nouveau le 31 octobre 1820, composé de huit lentilles carrées assemblées en plusieurs morceaux, le tout collé sur des glaces par de la térébenthine de Venise ou assemblé en collant les bords avec de la colle de poisson, formant alors un prisme octogonal tournant.


En 1815, Fresnel, à vingt-sept ans, s'oppose à la théorie corpusculaire de la lumière de Newton en vigueur jusque-là, et par des expériences sur la diffraction de la lumière, pose les bases de sa théorie « vibratoire » de la lumière, à laquelle il apportera compléments et corrections en 1818.
Cette année-là, l'Académie des Sciences met au concours la question des propriétés paradoxales de la lumière. Fresnel, encouragé par Arago, prend part au concours et soumet un mémoire fondé sur la théorie ondulatoire de la lumière


www.spathfluor.com/_open/op_fr/op_fr-mines/fluorine-mine-france.htm



Win Ki Pet Dia

Gargarinele 07 mai 2019 à 23:25



La maladie de Crohn est influencée par un gène qui serait hérité de l'homme de Néandertal lorsque les deux espèces (Homo neanderthalensis et Homo sapiens) se seraient hybridées.


La fréquence de la maladie de Crohn semble avoir régulièrement augmenté durant la seconde moitié du XXe siècle dans les pays industriels, avec une incidence et une prévalence qui semblent commencer à se stabiliser dans les zones à forte incidence (Europe du Nord et Amérique du Nord).
À l'échelle planétaire, l'incidence de la maladie de Crohn était dans les années 1980 plus importante en Europe, et nettement plus faible en Asie et en Afrique, mais la fréquence de la maladie continue à croître dans les zones qui semblaient relativement épargnées ou à faible incidence (Europe du Sud, Asie et dans la plupart des pays en développement).
Les différences ethniques et géographiques qui étaient notées dans le passé quant à la fréquence de la maladie, s'estompent toutes.

Wikipédia (Grrrrr personnel)

Gargarinele 07 mai 2019 à 23:32




Beeeee (Cris du Mouton crédule)


Gargarinele 07 mai 2019 à 23:38







Je l'aime bien ce type.




Elle aussi.


Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre [...] - Voltaire
ou
J'ai faim ! (comme dirait l'autre sous son arbre, pas Newton)

That all folks ! Thanks a lot.

Gargarinele 08 mai 2019 à 01:52



Piqué sur la planète Nabou en guise d'épilogue.

TomPhallosle 12 mai 2019 à 09:26

TomPhallosle 12 mai 2019 à 09:34

TomPhallosle 15 mai 2019 à 01:53









TomPhallosle 15 mai 2019 à 10:13



A.S.A.(N).

TomPhallosle 15 mai 2019 à 11:11

TomPhallosle 15 mai 2019 à 11:25



Question : de quoi est composé le centre de la terre ?

TomPhallosle 15 mai 2019 à 14:05

Ix Sak K'uk'' (« Dame Quetzal blanc »), aussi connue sous le nom de Zac Kuk, est un personnage-clé de la cité-État maya de B'aakal (Palenque), au cours d'une période obscure de son histoire au début du VIIe siècle. On pensait jadis qu'elle avait régné en tant qu'ajaw entre 612 et 615 sous le nom de Muwaan Mat. ................................ Mu??wiya Ier (Muawiya) ou ?Ab? ?Abd Ar-Ra?m?n Mu??wiya ibn ?Ab? Sufy? né en 602 à La Mecque et mort en 680 à Damas, est le premier calife et roi omeyyade. Il est le fils de ?Ab? Sufy?n ibn ?arb, l'un des plus farouches adversaires du prophète de l'islam, Mahomet, devenu par la suite un de ses compagnons après sa conversion. Wiki.

TomPhallosle 15 mai 2019 à 14:09





























TomPhallosle 15 mai 2019 à 14:39



TomPhallosle 15 mai 2019 à 15:42







The Council of Twelve Men was a group of 12 men, chosen on 29 August 1641 by the residents of New Netherland to advise the Director of New Netherland, Willem Kieft, on relations with the Native Americans due to the murder of Claes Swits. Although the council was not permanent, it was the first representational form of democracy in the Dutch colony. The next two councils created were known as the Eight Men and the Nine Men

Whatever it is not just to punish the barbarous murder of Claes Swits committed by an Indian and, in case the Indians refuse to surrender the murderer at our request, whether it is not justifiable to ruin the entire village to which he belongs?
In what manner the same ought be put into effect and at what time?
By whom it may be undertaken?

They did not counsel war, as desired by Willem Kieft. They proposed a friendly request to be sent to the Indians to surrender the murderer. Displeased with the reply of the council of twelve, he disassembled the council on February 8, 1643.Kieft then ordered the Dutch West India Company soldiers to attack nearby Indian encampments at Pavonia and Corlears Hook. Escalating attacks and retaliations by the Indians and the Dutch West India Company soldiers during the next two years became known as Kieft's War and led to a near devastation of the New Netherland settlements on Staten Island, Long Island, and at Pavonia. Rensselaerswyck, a patroonship, outside the territory of the Lenape was unscathed, and profited from the conflict.

Wik y pet d'ya



Dans une tentative d'accroître sa popularité parmi le peuple français, Charles X chercha à renforcer le sentiment patriotique et détourna le regard de sa politique intérieure en « luttant contre le dey ». Cela a finalement conduit à la conquête française de l'Algérie.
Dans les années 1790, la France avait contracté l'achat de blé pour l'armée française auprès de deux marchands juifs d'Alger, M. Bacri et Boushnak, et était en retard pour les payer. Ces marchands avaient eux-mêmes des dettes envers le Dey et se prétendaient incapables de payer ces dettes jusqu'à ce que la France paye les siennes. Le dey avait négocié sans succès avec le consul de France, Pierre Deval, pour remédier à cette situation, et il soupçonna Deval de collaborer avec les marchands contre lui, surtout quand le gouvernement français ne fit aucune provision pour rembourser les marchands en 1820. Alexandre, le neveu de Deval, consul à Bône, a plus tard irrité le dey en fortifiant les entrepôts français à Bône et La Calle, contre les termes d'accords antérieurs.
Après une réunion contentieuse au cours de laquelle Deval refusa de donner des réponses satisfaisantes le 29 avril 1827, le Dey frappa Deval avec un chasse-mouches. Charles X usa de ce reproche contre son représentant diplomatique, pour exiger d'abord des excuses de la part du dey, et ensuite lancer un blocus contre le port d'Alger. Quand le Dey a répondu à la demande d'envoyer un ambassadeur en France pour résoudre l'incident, en tirant des canons vers l'un des navires de blocus, les Français ont déterminé que des mesures plus énergiques étaient nécessaires.

Oui oui qui ?

Autrefois le soc et l'épée
Se rencontrèrent dans les champs ;
De sa noblesse, elle, tout occupée.
Ne semblait pas apercevoir les gens.
Le soc donne un salut, sans que l'autre le rende.
Pourquoi, dit-il, cette fierté?
--
L'ignores-tu ? belle demande !
Tu n'es qu'un roturier; je suis de qualité.
--
Eh! d'où prends-tu, dit-il, ta gentilhommerie?
Tu ne fais que du mal ; je ne fais que du bien :
Mon travail et mon industrie
De l'homme entretiennent la vie ;
Toi, tu la lui ravis, bien souvent sur un rien.
--
Petit esprit, âme rampante,
Dit l'épée ; est-ce ainsi que pensent les grands coeurs ?
--
Oui, répondit le soc ; on a vu des vainqueurs
Remettre à la charrue une main triomphante :
Témoins les
Romains, nos seigneurs.
--
Mais sans moi, dit la demoiselle,
Ces
Romains eussent-ils subjugué l'univers?
Rome n'était qu'un bourg ; on n'eût point parlé d'elle,
Si mon pouvoir n'eût mis le monde dans ses fers.
--
Tant pis ; elle eût mieux fait de se tenir tranquille,
Répondit maître
Soc ; belle nécessité
Que l'univers devint l'esclave d'une ville!
Que de sa vaste cruauté
Elle effrayât l'Europe, et l'Afrique, et l'Asie !
Eh ! pourquoi, s'il vous plaît ? à quelle utilité ?
Pour une ambition que rien ne rassasie.
Trouves-tu donc cela digne d'être vanté ?
L'épée, au bout de sa logique,
Appelle enfin maître
Soc en duel.
Te voilà ; battons-nous.
C'est tout ton rituel.
Dit le soc ; quant à moi, ce n'est pas ma pratique :
Je travaille et ne me bats point.
Mais un tiers entre nous pourrait vider ce point :
Prenons la taupe pour arbitre ;
Comme
Thémis elle est sans yeux,
L'ait grave et robe noire ; on ne peut choisir mieux.
Chacun au juge expose alors son titre.
La nouvelle
Thémis les entend de son trou,
Et, le tout bien compris, prononce cet adage :
Qui forgea le soc était sage.
Et qui fit l'épée était fou.

https://www.poemes.co/le-soc-et-l039epee.html

« Le but n'est pas de courir après les Arabes, ce qui est fort inutile ; il est d'empêcher les Arabes de semer, de récolter, de pâturer, [...] de jouir de leurs champs [...]. Allez tous les ans leur brûler leurs récoltes [...], ou bien exterminez-les jusqu'au dernier. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Robert_Bugeaud

TomPhallosle 15 mai 2019 à 16:14

TomPhallosle 15 mai 2019 à 16:16

























h

TomPhallosle 15 mai 2019 à 16:51













TomPhallosle 15 mai 2019 à 18:04

TomPhallosle 15 mai 2019 à 18:29









TomPhallosle 15 mai 2019 à 19:12

Du nord au sud, la Méridienne verte traverse 6 régions, 20 départements et 336 communes
(337 à sa création, la commune de Saint-Pol-sur-Mer s'étant associée à celle de Dunkerque entre-temps) :

Hauts-de-France :
Nord : 11 communes
Pas-de-Calais : 31 communes
Somme : 24 communes
Oise : 26 communes
Île-de-France :
Val-d'Oise : 14 communes
Seine-Saint-Denis : 5 communes
Hauts-de-Seine: 1 commune
Paris : 1 commune
Val-de-Marne : 7 communes
Essonne : 20 communes
Centre-Val de Loire :
Loiret : 24 communes
Cher : 28 communes
Auvergne-Rhône-Alpes :
Allier : 6 communes
Cantal : 23 communes
Nouvelle-Aquitaine :
Creuse : 21 communes
Corrèze : 11 communes 10
Occitanie :
Aveyron : 17 communes
Tarn : 25 communes
Aude : 30 communes
Pyrénées-Orientales : 11 communes

TomPhallosle 15 mai 2019 à 19:24

a Méridienne Verte a été conçue par l'architecte Paul Chemetov pour les cérémonies de l'An 2000 en France.
A cette occasion, il fut décidé de matérialiser le Méridien de Paris au moyen de bornes spécifiques et de milliers d'arbres plantés à travers la France de Dunkerque, au nord, à Prats-de-Mollo-la-Preste, au sud.


La Borne de Fiefs

La cache se situe à proximité de la borne implantée sur le territoire de la commune de Fiefs.
Sur le terrain voisin, vous remarquerez un double alignement de chênes (36 au total), matérialisant le tracé du Méridien vers le sud.

Bonne chasse !
Indices additionnels (Decrypt)
Yn Obear ibhf qbaar yr pnc znvf ar ibhf neeêgrm cnf nh cerzvre bofgnpyr !

Clé de déchiffrement
A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z
(Les lettres du haut correspondent à celles du bas, et vice versa)

https://www.geocaching.com/geocache/GC57WX2_meridienne-verte-0-30-4-la-borne-de-fiefs

TomPhallosle 15 mai 2019 à 19:43

Messieurs les Présidents du Conseil général, Madame la Vice-présidente du Conseil régional, Mesdames et Messieurs les Maires, Monsieur le directeur du patrimoine de la Généralité de Catalogne, Je tiens à vous remercier d'avoir - parfois de très loin - rejoint aujourd'hui la Méridienne Verte. Je salue tout particulièrement les représentants de la Généralité de Catalogne pour leur engagement si chaleureux, les enfants du Nord qui ont tenu avec leurs camarades de Saint-Martin du Tertre à assister à cette journée. Comme il y a deux cent ans au temps de DELAMBRE et MECHAIN, Dunkerque et Barcelone sont ainsi rassemblés une nouvelle fois.A quelques 400 jours avant l'an 2000, j'ai souhaité vous associer au lancement du projet de Méridienne, qui constitue l'une des principales manifestations marquant le passage à l'an 2000. Pour la première fois, les élus du nord et du sud sont réunis grâce à cette ligne imaginaire qui nous paraît déjà familière. Le projet de Paul CHEMETOV sera sans aucun doute l'un des plus emblématiques de la célébration de l'an 2000.Le 20 février dernier en présentant l'avant-projet du programme des manifestations relatives à l'an 2000, j'avais évoqué trois temps :
Le temps de la réflexion :
Réflexion qui a animé les réunions préparatoires depuis plus de 6 mois entre les élus, les propriétaires, les paysagistes et la Mission.
Le temps de la création :
qu'incarne ce monument végétal constitué par une ligne d'arbres traversant 8 régions, 20 départements, 337 communes et 3,3 millions d'habitants et l'éblouissement éphémère des fleurs de Jacques LECLERCQ K.
Le temps de la fête enfin :
C'est à la fois celle de la plantation pour les générations futures par des milliers d'enfants et habitants des communes traversées, le 25 novembre prochain. Celle de la randonnée de juin 2000. Celles des initiatives locales Celle, surtout, de tous les Français le 14 juillet 2000.Les pique-nique et banquets qui se tiendront autour de la Méridienne le 14 juillet 2000 seront des actes à la fois simples et forts. Avons nous envie de partager, d'être généreux, audacieux ? Rassembler plusieurs millions de Français n'est pas chose facile.Les images du 12 juillet dernier sont encore dans toutes les têtes. Je suis certaine que le 14 juillet 2000 saura à son tour soulever les enthousiasmes et faire rêver. La Méridienne Verte est porteuse de valeurs auxquelles nous sommes attachés. Elle nous convie à vivre ensemble et à tenir compte de notre environnement.Ce projet est un projet de liberté. L'une de ses grandes richesses réside dans le fait que c'est l'action volontaire des Français et de leurs représentants locaux qui lui donnera vie. La Méridienne Verte ne deviendra réalité que si nous la désirons, que si nous voulons la voir naître et vivre.Dès l'origine, ce projet a suscité adhésion et enthousiasme. Aujourd'hui déjà, l'immense majorité des communes ont fait connaître leur soutien, très vite rejointes par les Conseils généraux, ainsi que les Conseils régionaux du Nord / Pas-de-Calais, du Centre, du Limousin, de Midi-Pyrénées et de l'Ile-de-France.La participation de nos amis catalans nous est chère. La Méridienne sera un lien puissant, par delà les Pyrénées, entre nos deux nations. Je me réjouis aussi de parrainer dans quelques instants une convention de partenariat entre la Mission et l'Assemblée permanente des Chambres d'agriculture qui traduit l'adhésion du monde agricole à ce projet.La diversité des terroirs, l'authenticité des produits régionaux, la richesse de notre patrimoine vivant seront soulignés par cette ligne qui, d'imaginaire, deviendra réelle. La Méridienne sera aussi une formidable occasion de mettre en valeur chacune des collectivités traversées.De même l'appui de la Fédération Française de la Randonnée Pédestre et de son Président Monsieur Maurice BRUZEC doit inciter les associations à venir en nombre sur la Méridienne. Cette ligne doit scintiller, être vivante. Ce qui s'y passera doit rester dans les mémoires.La Méridienne Verte appartiendra à tous les Français. Elle constitue une invitation à nous rassembler pour affirmer notre volonté, par delà nos différences, de vivre ensemble. J'invite tous ceux qui le souhaitent à donner à ce projet toute son ampleur et toute sa force symbolique. Pour cela, il faut la mobilisation de tous, partenaires et élus locaux.

Discours de Madame Catherine Trautmann
le 25 novembre 1998
à Saint-Martin-du-Tertre


L'arc de méridien d'Europe-Afrique de l'ouest s'étendant des îles Shetland, en passant par la Grande-Bretagne, la France et l'Espagne jusqu'à El Aghuat en Algérie, dont les paramètres ont été calculés à partir de triangulations réalisées au milieu et à la fin du XIXe siècle. Il a donné une valeur pour le rayon équatorial de la Terre a = 6 377 935 mètres, l'ellipticité supposée étant de 1/299,15. Le rayon de courbure de cet arc n'est pas uniforme, étant en moyenne d'environ 600 mètres plus grand dans la partie nord que dans la partie sud. Le méridien de Greenwich est représenté plutôt que la Méridienne de France.

La méridienne est mesurée à nouveau entre Dunkerque et Barcelone de 1792 à 1798 par Jean-Baptiste Joseph Delambre et Pierre Méchain pour servir de base à la détermination de la longueur du mètre en 17993. François Arago et Jean-Baptiste Biot publient en 1821 un quatrième volume complétant l'oeuvre de Delambre et Méchain dans lequel ils déterminent la variation de la pesanteur et des degrés terrestres sur le prolongement du Méridien de Paris allant jusqu'aux îles Baléares au sud et aux îles Shetland au nord. Dans l'introduction de cet ouvrage, Arago projette le prolongement de la Méridienne de France jusqu'en Algérie par la triangulation géodésique de l'Espagne et de l'Algérie, puis par leur jonction par-dessus la Méditerranée.

À l'origine, les mires servent à orienter les instruments astronomiques de l'Observatoire de Paris dans le plan méridien. Elles sont donc placées sur le passage du méridien correspondant à l'emplacement des instruments astronomiques. Elles sont au nombre de deux. La mire du Nord à Montmartre et la mire du Sud dans le parc Montsouris.

La ligne méridienne de l'Observatoire de Paris
La salle Cassini située au second étage de l'Observatoire de Paris abrite une grande ligne méridienne. Jean-Dominique Cassini trace cette ligne. Elle sera achevée entre 1729 et 1733 par son fils Jacques Cassini. Il s'agit d'un instrument astronomique conçu pour étudier la variation de l'obliquité de l'écliptique. Les vingt-cinq années de mesures effectuées entre 1730 et 1755 sont longtemps restées inexploitées. La méridienne de l'Observatoire de Paris est le seul instrument de ce type construit dans un édifice laïc.

Le gnomon de l'église Saint-Sulpice
Contrairement à l'assertion de Dan Brown, la méridienne du gnomon de l'église Saint-Sulpice ne correspond pas au méridien de Paris. Le gnomon de Saint-Sulpice a été construit à l'initiative de Jean-Baptiste Languet de Gergy, curé de la paroisse de Saint-Sulpice de 1714 à 1748, qui en confie la réalisation à un horloger anglais, Henry Sully. Le projet sera mené à terme par Pierre Charles Le Monnier. L'utilisation initiale du commanditaire était de déterminer exactement l'instant de l'équinoxe de printemps pour calculer la date de célébration de la fête de Pâques. L'utilisation de Le Monnier concernait principalement les phénomènes liés au solstice d'été, observés en utilisant la lentille de 80 pieds de foyer : l'obliquité de l'écliptique, sa variation et l'étude de la nutation.

Le petit canon du Jardin du Palais-Royal
L'équation du temps : au-dessus de l'axe horizontal du graphique, le cadran solaire est en avance sur l'horloge, et en retard au-dessous.
Depuis 1786, l'heure de Paris est donnée par le canon solaire situé dans le jardin du Palais-Royal. Depuis 1816 ou 1826 et jusqu'en 1911, Paris vit au temps solaire moyen du méridien de Paris. Jusqu'en 1911, la comparaison entre l'heure du canon solaire et celle des horloges permet aux Parisiens d'apprécier la différence entre le temps solaire moyen (heure des horloges) et le temps solaire vrai (heure des cadrans solaires et du canon solaire) qui est définie par l'équation du temps

L'arc de Delambre et Méchain
Article détaillé : Figure de la Terre et méridienne de Delambre et Méchain.
Les mesures de l'arc méridien ont été confiées à Pierre Méchain et Jean-Baptiste Delambre, et ont pris plus de six ans (1792-1798)69. Le projet a été séparé en deux parties - une section nord de 742,7 km reliant le beffroi de Dunkerque à la cathédrale de Rodez menée par Delambre et une section sud de 333,0 km de Rodez au château de Montjuïc à Barcelone, assurée par Méchain

Le beffroi de Dunkerque
La tour haute de 58 mètres est construite en brique dans le style gothique. Elle est à l'origine rattachée à l'église Saint-Éloi et lui sert de clocher. En 1558, les français menés par le maréchal de Thermes envahissent la ville et brûlent l'église. Seule la tour subsiste. La reconstruction de l'église commence vers 1560 sous la direction du maître-d'oeuvre Jean de Renneville mais, faute de moyens, les travaux s'interrompent en 1585. L'ancienne tour, séparée de la nouvelle église par une partie des ruines de la première église, reste isolée et sert à la fois de clocher, de beffroi municipal, et d'amer. Le projet original ne sera jamais terminé. En 1782, le beffroi est définitivement séparé de l'église par une rue. Le beffroi de Dunkerque marque l'extrémité nord de l'arc méridien de Delambre et Méchain.

La cathédrale de Rodez
La cathédrale Notre-Dame de Rodez, construite entre le XIIIe et XVIe siècle, est une cathédrale catholique romaine située à Rodez dans le département de l'Aveyron. C'est la cathédrale du diocèse de Rodez et Vabres. Bien que les travaux de construction aient duré de 1277 jusqu'à la fin du XVIe siècle, la cathédrale bénéficie d'une remarquable unité tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. En effet, le parti général de l'édifice fut fixé dès l'origine. Ce type de plan est attribué à l'architecte Jean Deschamps, qui a mis en pratique dans le Midi les principes de l'architecture gothique définis dans la France du Nord. La cathédrale marque la séparation de la partie de l'arc méridien mesurée par Delambre de celle mesurée par Méchain.

Le Panthéon
La croix du Panthéon est le point fondamental de la nouvelle triangulation de la France. À la demande de Jean-Baptiste Delambre un observatoire provisoire est installé sur le sommet du dôme du Panthéon au début de l'année 1793. Depuis cet observatoire, Jean-Baptiste Delambre effectue ses observations pour la triangulation de la Méridienne de France à Paris. Ce point sera repris par François Perrier lors de la mesure de la Nouvelle Méridienne de France.

Le méridien de Paris en Espagne
Le méridien de Paris entre dans la mer Méditerranée dans les environs de Barcelone. Toutefois, la triangulation de l'Espagne des Pyrénées jusqu'à la Sierra Nevada a permis le prolongement de la Méridienne de France jusqu'en Algérie.

Le château de Montjuïc
Le château de Montjuïc est une forteresse militaire qui surplombe la ville de Barcelone depuis la colline de Montjuïc à 170 mètres d'altitude. Il a été transformé en musée militaire après la guerre civile espagnole. Le château est en cours de transformation en centre international pour la paix. Il marque l'extrémité sud de la méridienne de Delambre et Méchain. Sur une de ses tours on peut lire une inscription en catalan (voir plus bas) dont la traduction française est :
"De cette tour, l'astronome Pierre Méchain au cours des années 1792-1793 a établi les coordonnées de Barcelone et la triangulation pour la mesure de l'arc méridien qui a servi de base au système métrique décimal. Ville de Barcelone, année 1993, bicentenaire de la mesure du méridien de Dunkerque à Barcelone."

Le mont Mulhacén est le plus haut sommet de la péninsule Ibérique. Selon les sources il culmine entre 3 478 et 3 482 m. Il se trouve dans la province de Grenade, dans le Sud-Est de l'Espagne et fait partie de la sierra Nevada, elle-même rattachée aux cordillères Bétiques. Avec les monts Tetica en Espagne et Filhaoussen et M'Sabiha en Algérie, il est un des quatre massifs depuis lesquels la connexion géodésique de l'Espagne avec l'Algérie a été réalisée. Sur le refuge alpin du pic Mulhacén une plaque commémorative rappelle cette jonction qui a prolongé la Méridienne de France jusque sur le continent africain. A l'inverse des géographes qui donnent leur nom à des sommets de montagnes, Carlos Ibáñez e Ibáñez de Ibero reçoit le titre de marquis de Mulhacén en 1889.

Cassini est chargé de construire une méridienne dans la basilique San Petronio de Bologne ; elle est terminée en 1657.


En gnomonique, une méridienne est un instrument ou une construction permettant de repérer l'instant précis du midi solaire. Cette saisie s'effectue à partir de l'ombre de l'extrémité d'un style qui traverse une ligne méridienne, trace du méridien, sur un support le plus souvent vertical ou horizontal. C'est en quelque sorte un cadran solaire réduit à sa plus simple expression.

On peut distinguer ici deux types de méridiennes : Les méridiennes « d'usage » et les méridiennes « astronomiques » :

Les méridiennes « d'usage » qui donnent simplement l'heure de midi. L'âge d'or de ces instruments « grand public », se situe du XVIIe au XIXe siècle. À cette époque, elles permettent à tout un chacun de régler sa montre sur le Soleil. Elles sont, le plus souvent de type vertical ; on les trouve dans des lieux accessibles à tous, principalement en extérieur. La précision de lecture doit être bonne, mais sans plus, elles sont donc de dimensions humaines correspondant à une longueur de un à trois mètres à titre indicatif ;

Les méridiennes « astronomiques », qualifiées aussi de « grandes méridiennes », antérieures aux méridiennes d'usage, ont été créées pour des besoins astronomiques concernant le Soleil. Ces constructions horizontales étaient de longueur conséquente, de cinq à plusieurs dizaines de mètres, pour mettre en évidence les phénomènes à étudier. Instruments de grande précision, elles ont été construites généralement dans des lieux protégés ; on les trouve dans des observatoires ou des églises.

Aujourd'hui, tombées en désuétude, elles renaissent grâce à des passionnés de gnomonique, sous des formes ne dépendant que de l'imagination de leurs créateurs.


Le méridien de Paris, appelé également la méridienne de France, est le méridien passant par le centre de l'Observatoire de Paris.
Il est situé à 2° 20' 14,025" à l'est de celui de Greenwich.

Il traverse la France du nord au sud, à peu près de Dunkerque à Perpignan.
Le méridien de Paris a été défini le 21 juin 1667 par les mathématiciens de l'Académie Royale des Sciences, pour déterminer l'implantation exacte du futur observatoire de Paris. Il a servi à produire le mètre étalon (1799).
Arago et Biot ont défini ce méridien au-delà du territoire français, jusqu'aux Baléares.

Pendant longtemps, c'est le méridien de Paris qui fut, pour tous les marins français, le méridien origine, comme il le fut pour les géographes et les voyageurs ; ce n'est qu'en 1884 que, sous l'influence de la domination britannique sur les mers du globe, une convention internationale adopta définitivement le méridien de Greenwich comme méridien origine

Arago et l'Observatoire de Paris
Arago enfant fut sans doute conquis à l'astronomie par la visite à Estagel de Méchain. Ce dernier avait été chargé en 1792, avec Delambre, de mesurer la méridienne de France (à Méchain le sud, à Delambre le nord...!). En 1806, encore élève de l'École Polytechnique, Arago obtient de se voir confier avec Biot l'achèvement des travaux de ses deux illustres devanciers. Il est chargé d'achever la prolongation de la "méridienne" de France jusqu'aux îles Baléares. L'opération géodésique est suivie d'aventures périlleuses, qui le font passer pour mort : fait prisonnier par des pirates, il était détenu dans les prisons du Bey d'Alger... Mais l'opération était terminée. À son retour en France, en 1809, il est élu à l'Académie des Sciences. Il a 23 ans. Il en deviendra le Secrétaire perpétuel, le Président... Il s'installe à l'Observatoire de Paris où il vit désormais et dont il devient vite la figure marquante. Il y devient directeur des observations en 1834 et directeur délégué du bureau des longitudes en 1843. Arago peut être considéré comme le père de la vulgarisation scientifique moderne.

Hommage à Arago
De 1893 à 1942 une statue en bronze de François Arago dominait la petite place de l'île de Sein, où le méridien de Paris coupe le boulevard Arago. Cette statue fut fondue pendant la Seconde Guerre mondiale. Il n'en reste que le socle.

En 1994, pour honorer la mémoire de François Arago, l'artiste néerlandais Jan Dibbets a conçu selon ses propres termes un "monument Imaginaire réalisé sur le tracé d'une ligne imaginaire, le méridien de Paris". Le projet se présente sous la forme d'un parcours ouvert à travers la ville, matérialisé par 135 médaillons en bronze de 12 cm de diamètre, fixés au sol le long du méridien de Paris, entre le périphérique nord et le périphérique sud.
Les médaillons sont marqués du nom d'Arago ainsi que d'un N indiquant le nord et d'un S indiquant le sud orientés dans l'axe du méridien.

Localisation des médaillons le long du méridien de Paris, du nord au sud
18e arrondissement
18 av. de la Porte de Montmartre, devant la bibliothèque municipale (1)
angle rue René Binet / av. de la Porte de Montmartre (1)
45/47 av. Junot (1)
15 rue S. Dereure (1)
3 et 10 av. Junot (2)
Mire du Nord, 1 av. Junot, dans cour privative, accès réglementé (1)
79 rue Lepic (1)
9e arrondissement
21 boulevard de Clichy, côté trottoir et sur le terre plein central (2)
5 rue Duperré (1)
69/71 rue Pigalle (2)
34 rue de Châteaudun, cour intérieur du ministère de l'Education nationale (2)
34 rue de Châteuadun (1)
18/16 et 9/11 boulevard Haussmann, devant le restaurant (2)
angle rue Taitbout, devant la brasserie et 24 boulevard des Italiens (2)
2e arrondissement
16 rue du 4 septembre (1)
15 rue saint Augustin
1er arrondissement
24 rue de Richelieu (1)
9 rue de Montpensier (1)
Palais Royal : péristyles de Montpensier et de Chartres, galerie de nemours, passage sous voûte côté place Colette et place Colette devant le café (7)
angle place Colette et Conseil d'État, rue saint Honoré (1)
place du Palais royal, côté rue de Rivoli (1)
rue de Rivoli, à l'entrée du passage sous voûte (1)
Louvre, aile Richelieu : salle des sculptures françaises et devant l'escalator (3)
Louvre, cour Napoléon, derrière la pyramide (5)
Louvre, aile Denon : salle des antiquités romaines, escalier et couloir (3)
Quai du Louvre, près de l'entrée du pavillon Daru (1)
port du Louvre, non loin du Pont des Arts (1)
6e arrondissement
port des Saints-Pères (1)
quai Conti, un à l'angle de la place de l'Institut (2)
place de l'institut, passage rue de Seine (1)
3 et 12 rue de Seine (4)
angle rue de Seine / rue des Beaux-Arts (1)
152 et 125-127 boulevard Saint-Germain (2)
28 rue de Vaugirard, côté Sénat (1)
Jardin de Luxembourg, sur espaces asphaltés ou cimentés (10)
rue Auguste Comte, à l'entrée du jardin (1)
av. de l'Observatoire sur trottoir côté jardin (2)
angle av. de l'Observatoire / rue Michelet (1)
jardin Marco Polo (3)
angle av. de l'Observatoire / rue d'Assas (1)
place Camille Jullian (2)
sur terre plein angle av. Denfert Rochereau / av. de l'Observatoire, côté Observatoire (1)
av. de l'Observatoire (2)
14e arrondissement
cour de l'Observatoire de Paris (2)
à l'intérieur de l'Observatoire (1)
terrasse et jardin haut, dans l'enceinte protégée de l'Observatoire (7)
boulevard Arago / place de l'Ile de Sein (6)
81 rue du faubourg Saint Jacques (1)
place Saint Jacques (1)
parc Montsouris (9)
boulevard Jourdan (2)
Cité universitaire, axe allant du pavillon Canadien au pavillon Cambodgien, le dernier se trouve derrière ce pavillon (10)

Où y kipedia

https://davincicoderevelations.blogspot.com/2007/08/lglise-st-sulpice-et-le-mridien-rose.html
https://www.pariszigzag.fr/histoire-insolite-paris/gnomon-saint-sulpice


TomPhallosle 15 mai 2019 à 20:51

Le matin du 11 mars 1911, les Français se réveillent en ayant profité de quelques minutes de sommeil en plus. À minuit, toutes les horloges officielles (dans les mairies, les gares, les églises, etc.) ont été arrêtées pour redémarrer 9 minutes et vingt-et-une secondes plus tard. La raison est simple : l'heure de Paris - et de la France - s'est alignée sur celle du méridien de Greenwich, référence internationale.
La raison est simple certes, mais avant d'en arriver là, la France a tergiversé pendant de longues décennies.
En 1871 déjà, le congrès des sciences géographiques d'Anvers, en Belgique, pose la question d'une référence horaire universelle, notamment pour des questions de navigation.









esprit critique toujours...



TomPhallosle 15 mai 2019 à 21:11

http://www.omiplace.com/blog-roulieta/?page_id=115

les métamorphoses d'Ovide

LibertEchEriele 15 mai 2019 à 21:28

Passionnant!

TomPhallosle 15 mai 2019 à 21:33

KouKou ! je lève un peu plus le voile. C'est plus clair maintenant ?

LibertEchEriele 15 mai 2019 à 21:39

Oh, j'irais pas encore jusque là 😄 mais il y a plein de choses passionnantes

TomPhallosle 15 mai 2019 à 21:43

Elle, c'est ma préférée !





TomPhallosle 15 mai 2019 à 22:13

TomPhallosle 15 mai 2019 à 22:35





TomPhallosle 16 mai 2019 à 01:08

"Il y a longtemps, quand le monde venait juste de naître, il y avait deux personnes, Nü Kua et son frère aîné. Ils vivaient sur le mont K'un-lun et il n'y avait pas encore de gens ordinaires dans le monde. Ils désiraient devenir mari et femme, mais ils avaient honte. Alors, le frère alla avec sa soeur monter le mont K'un-lun et fit une prière: "Ô Esprit du Ciel, si vous voulez bien nous envoyer deux êtres comme nous, et ainsi que dissiper toute la vapeur brumeuse." Les vapeurs brumeuses se dispersèrent. C'est alors que la vapeur brumeuse s'évapora. Quand la soeur s'unit à son frère, ils tressèrent un éventail avec des plantes pour cacher leur visage."
Et depuis, quand un homme s'unit à une femme, ils tiennent un éventail, le symbole de cette histoire ancestrale.

Les représentations graphiques de Nuwa la dépeignent en général moitié femme, moitié serpent. Elle est souvent accompagnée de Fuxi, tenant en main un compas alors qu'il tient une équerre.

Selon le Baihu tongyi de Ban Gu, tout au début, les êtres humains vivaient dans la société matrilinéaire, le rôle de père n'occupait pas une place importante, ils vivaient sans tenir en estime les règles et les consciences morales. Vêtus de peaux de bêtes, ils se nourrissaient à la façon des animaux, se mettant en chasse lorsqu'ils avaient faim, faisant usage de la peau, de la fourrure et du sang de leurs proies, et en abandonnaient le reste puisqu'ils étaient incapables de les conserver. Après avoir scruté le ciel et la terre, Fuxi et Nuwa ont établi le système de mariage, une femme et un homme s'unissent pour se multiplier. Il détermina les mutations des cinq éléments fondamentaux de la nature (métal, bois, eau, feu, terre), créa les règles morales et les huit trigrammes (le Bagua). Selon le Livre des mutations, un saint les déduisit de l'image du fleuve Jaune et du livre de la Luo (rivière). Ce saint est en général identifié à Fuxi, mais parfois à Yu le Grand. De l'image et du livre on ignore tout. Les légendes interprètent ce passage en faisant sortir de l'eau une tortue ou un cheval-dragon portant la marque des trigrammes.
Il enseigna aux hommes les méthodes de la cuisson, la chasse, la pêche, les armes de métal, le premier sacrifice au ciel. Il dispute à Huangdi deux inventions : la cithare guqin et le symbole du dragon composé des parties des animaux totems des tribus vaincues, car selon certains textes, il fut aussi un empereur.
Fuxi est le chef du peuple Huaxia, puisqu'il fait unir toutes les tribus et construire la capitale à Chen, il crée le symbole du peuple chinois, le dragon. Il prend le corps du serpent, la tête de crocodile, la corne de cerf, les yeux de tigre, les écailles de carpe rouge, les jambes de lézard, les griffes d'aigle, la queue de requin blanc, la barbe de baleine. Le totem de dragon signifie le peuple chinois, il représente l'honneur suprême, en ancienne Chine, on dit que les empereurs sont les dragons.

Ouiiii ki ped i haaa

TomPhallosle 16 mai 2019 à 11:14





















TomPhallosle 16 mai 2019 à 12:09











TomPhallosle 16 mai 2019 à 12:19

TomPhallosle 16 mai 2019 à 12:19











TomPhallosle 16 mai 2019 à 12:37












TomPhallosle 16 mai 2019 à 12:38







TomPhallosle 16 mai 2019 à 13:17







TomPhallosle 16 mai 2019 à 13:19

Hommage aux muses

TomPhallosle 16 mai 2019 à 14:40



TomPhallosle 16 mai 2019 à 16:44

Rollon (Rollo en latin Hrólfr en vieux norrois) est parfois appelé Robert Ier le Riche, Robert étant le nom qu'il reçut à son baptême. Les textes médiévaux le nomment volontiers Rhou ou Rou.
La forme Rou résulte de l'évolution phonétique régulière de Hrólfr en dialecte normand, selon le schéma suivant : Hrólfr > Rolf > Rouf (cf. les noms de famille normand en -ouf) > Rou (voir également Osouf, variante Auzou ou Ingouf, variante Ygout). En effet, atteint par la vocalisation du [l] antéconsonantique, Rolf est rapidement devenu Rouf (Roufs au cas sujet et Rouf au cas régime). D'où par chute du [f] comme dans boeufs (où f est rétabli artificiellement dans la graphie par la suite) : Rous (CS) et par analogie Rou (CR) comme on le constate dans la Chronique des ducs de Normandie de Benoît de Sainte-Maure, Wace par contre, n'utilise que la forme Rou. Selon Adigard des Gautries, Hrólfr résulte de la combinaison et de la contraction de hróð et ulfr, signifiant respectivement « renommée, gloire » et « loup », les formes *Hróðolfr et *Hróolfr étant reconstruites. Une autre option fait de Rolf une forme contractée de Rollef, version modernisée de HróðlæifR, forme reprise par un historien suédois à propos de Rollon.
On trouve aussi une variante à partir du nom équivalent issu du germanique continental latinisé Rodulfus (Rodolphe), et une autre variante latinisée Radulfus (Ralf, Ralph), d'où son autre nom de Raoul, généralement prononcé [ro] en Normandie.
En outre, Rollon est affublé d'un sobriquet, à savoir Göngu-Hrólfr dans le Livre de la colonisation écrit entre 1100 et 1125 en Islande et Gongurolfr « Rolf le marcheur » dans l'Histoire de Norvège rédigée vers 1200 en Norvège, car la légende raconte qu'aucune monture n'a jamais été capable de porter son imposante stature de plus de deux mètres pour plus de cent quarante kilogrammes. Pour d'autres, la légende devait montrer Rollon comme un géant puisqu'il était puissant et redoutable. De son côté, Régis Boyer avance que ce surnom fait référence à ses multiples voyages, à son extraordinaire périple (göngu représenterait en fait göngumaðr, à savoir « le vagabond »). Cependant, ce sobriquet de « göngu » n'a laissé aucune trace dans l'historiographie normande et française souvent antérieure aux écrits islandais et norvégiens, aussi bien chez Dudon de Saint-Quentin et Benoît de Saint-Maure que chez Ordéric Vital et Wace.
Battu par le roi breton Alain le Grand, il se serait replié pour hiverner à Noyon
Après 886/890, Rollon quitte la Neustrie probablement pour l'Angleterre. C'est outremer que naît son fils Guillaume. Il revient vers 898 (ou en 90517) et conclut avec l'archevêque de Rouen le « pacte de Jumièges » afin d'épargner la ville de Rouen18. À l'été 911, il attaque Paris mais échoue. L'armée de Rollon assiège alors Chartres mais elle est défaite le 20 juillet 91118; la légende prétend que Gancelme, évêque de la ville, aurait fait partir Rollon en brandissant le voile de la Vierge Marie
Il se fait baptiser en 912 en la cathédrale de Rouen sous le nom de Robert, du nom du duc Robert, son parrain de baptême et ancêtre des futurs rois capétiens
Considéré par les historiens comme le premier duc de Normandie et le fondateur du duché normand, il ne porte pourtant pas le titre de duc de Normandie mais seulement celui de jarl des Normands, l'équivalent du français Comte. Aussi les textes latins le qualifient-ils très souvent de princeps, autrement dit de prince. Il hérite aussi de la charge carolingienne de comes Rothomagensis, comte de Rouen ou de marchiones, marquis, titre de celui qui défendait la Seine contre les incursions vikings.
La date et les circonstances du décès du premier jarl des Normands restent incertaines. D'après Richer de Reims, Rollon le Marcheur meurt en 925, lors du siège du château d'Eu, conduit par Herbert II de Vermandois et Arnoul, comte de Flandre
« IN.SINU.TEMPLI.ROLLO.QUIESCIT
A.SE.VASTATAE.CONDITAE.NORMANNIAE.PATER.AC.PRIMUS.DUX
LABORE.QUI.FRACTUS.OCCUBUIT.OCTOGENARIO.MAIOR.AN.CM.XXXIII »
(Traduction : Au sein de ce temple, repose Rollon,
père et premier duc de la Normandie, dévastée et relevée par lui.
À bout de force de ce labeur, il succomba en 933, âgé de plus de 80 ans.)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_Ier_de_Normandie

Née sous le nom scandinave de Gerloc (Vieux Norrois : Geirlaug), elle prend le nom d'Adèle lors de son mariage à Guillaume Tête d'Étoupe, futur comte de Poitiers et futur duc d'Aquitaine, alors âgé de dix ans.
Alors que son frère rétablit l'abbaye de Jumièges, elle lui envoie douze moines de l'abbaye Saint-Cyprien de Poitiers, alors sous la direction de l'abbé Martin.
Elle meurt le 14 octobre 962.
Elle a deux enfants :
le duc Guillaume Fierabrace (vers 935 - 993) ;
Adélaïde d'Aquitaine, épouse du premier roi capétien Hugues Capet.

Robert II, surnommé « le Pieux », est né à Orléans vers 972n 1 et mort au château de Melun le 20 juillet 1031. Fils d'Hugues Capet et de son épouse Adélaïde d'Aquitaine, il est le deuxième roi franc de la dynastie capétienne. Régnant de 996 à 1031, il est ainsi l'un des souverains de l'an mil.

Sa solide instruction, assurée par Gerbert d'Aurillac (le futur pape Sylvestre II) à Reims, lui permet de s'occuper des questions religieuses dont il devient rapidement le garant (il dirige le concile de Saint-Basle de Verzy en 991 et celui de Chelles en 994).

Sa vie est alors présentée comme un modèle à suivre, faite d'innombrables donations pieuses à divers établissements religieux, de charité envers les pauvres et surtout de gestes considérés comme sacrés, telle que la guérison de certains lépreux : Robert est le premier souverain considéré comme thaumaturge. La fin de son règne révèle la relative faiblesse du souverain qui doit faire face à la révolte de son épouse Constance puis de ses propres fils (Henri et Robert) entre 1025 et 1031.

Constance est la fille de Guillaume Ier (+993) comte de Provence et de sa seconde épouse Adélaïde d'Anjou (+1026).
Selon une pratique commune à l'époque qui consiste à attribuer à une fille le nom de sa mère ou de sa grand-mère, Constance reçoit le prénom de sa grand-mère paternelle, la comtesse Constance, épouse du comte de Provence Boson
Constance donne néanmoins des enfants au roi, dont le futur Henri Ier, et Robert. Elle préfère Robert et veut qu'il règne, mais son époux choisit Henri pour lui succéder. À la mort du roi, elle va jusqu'à tenter de tuer Henri, mais la tentative échoue et il monte sur le trône. Robert devient quant à lui duc de Bourgogne.
Selon Glaber, en effet, la reine « avait la main haute sur son mari ». Fleury lui dépeint les accès de colères de Constance où il joue sur son nom « Constante et forte, Constance qui ne plaisante pas ». Même son mari Robert qui n'aime pas son comportement met en garde un de ses amis en lui disant : "Ami Ogier, va-t'en d'ici, pour que Constance l'inconstante, mon épouse, ne te dévore pas."
Postérieurs
« Constance est certainement l'une de ces femmes noires, comme le XIe s. en connu [sic] quelques-unes » (Jan Dhondt, historien belge, 1964).

Ou y kipé dia

TomPhallosle 16 mai 2019 à 16:48

Certain considère LE MAT pour être la première lame du Tarot en tant que « 0 », d'autres affirment qu'elle est la 22ème lame du jeu, les kabbalistes quant à eux, estiment qu'elle est la 21ème lame, parce que le "shin" est la 21ème lettre de l'alphabet hébreux...

Selon moi, « LE MAT » est une « Lame sans Chiffre », au même titre que la 13ème lame est la « Lame sans Nom ». (cf : LE FOU - arcane sans nombre)

Au début de la Rota, LE MAT m'apparaît comme étant un FOU, un insouciant qui avance vers l'inconnu...

À la fin de la Rota LE FOU devient LE MAT... LE FOU revient pour signifier que l'initiation l'a transformé et qu'il est désormais un individu accompli, prêt à prendre les sentiers de la liberté... Mais en cas d'échec, l'initié est « MAT », c'est-à-dire « échec et Mat »! (on peut alors considérer qu'elle se trouve ici à la position « 22 »). Le terme "MAT" signifie "échec imparable mettant fin à la partie". En tant qu'adjectif, "mat" se dit d'un joueur qui a perdu la partie. "MAT" est un terme qui peut aussi vouloir dire que l'initié est "MORT". Effectivement, "Mat" est un mot d'origine arabe qui signifie "mort". Et, quoiqu'il en soit on ne sort pas indemne d'une initiation au Tarot. Il s'agit de se prêter à une mort symbolique de nous même... D'une mort de notre "ego"... Et c'est cet ego-roi, qu'il faut parvenir à "matter"! Alors, le Mat est le Fou qui est mort...Et, LE MAT meurt obligatoirement à son passé un fois qu'il a pris conscience de son ignorance comme de son insignifiance...


Le Mat désigne peut-être un mort, au sens symbolique du terme, c'est-à-dire quelqu'un qui a perdu quelque chose. En effet, on peut mourir de diverses façons, sur divers plans d'existence. Par exemple, on peut être devenu complètement froid sur le plan sentimental, comme mort, c'est-à-dire réticent à se laisser aller à éprouver un attachement affectif pour quelqu'un ; on peut être mort intellectuellement dans le sens d'une incapacité à apprendre une matière.

Le Mat peut désigner un être ayant subi une perte ou un échec qui le rendent fou, c'est-à-dire qu'il éprouve une souffrance intérieure à en perdre la raison.

En italien, « il matto » signifie « le fou ». Dans certains jeux de Tarot, cet arcane est nommé donc nommé "le fou".

À la différence du BATELEUR, le MAT marche, ce qui indique sans doute que LE MAT est un artiste errant, un voyageur, quelqu'un sans domicile fixe... quelqu'un qui ne se charge que du strict nécessaire, qui n'a comme seul bagage qu'une sorte de besace. Le MAT s'adapte et agit en fonction du survenu et des phénomènes naturels. Il avance en étant léger.

Affectivement, il reste détaché (l'animal lui grattant la fesse). Il va de l'avant, mais vers l'inconnu. À mon avis, cet individu incarne le courage de suivre son chemin, sa vérité, sa destinée, ainsi que le courage d'aller vers l'inconnu ; et ce, sans se laisser retenir par des aspects affectifs ou teintés de sentimentalité, et par ses besoins instinctifs comme la sexualité.

Le MAT « est » tout simplement et naturellement. Il est en mouvement, il avance vers l'inconnu en se contentant du minimum vital, en ne se chargeant que de l'essentiel. Il est un être libre.

Arrivée en position de 22ème lame, cette image représente, pour moi, le désir ou élan de vie intelligent, sublimé.

LE MAT évolue en étant indépendant et en se tenant en marge du système social, des us et coutumes (pas de nombre sur cet arcane). Cet arcane semble symboliser la liberté d'être et de penser, ainsi que la sagesse ou la folie.

Sagesse et folie sont les deux faces d'une même pièce de monnaie. LE MAT peut également désigner un être préférant délibérément passer pour un fou aux yeux de la communauté, afin de ne pas s'y conformer.

Élémentairement, au quotidien, un individu est traité de fou aussitôt qu'il se comporte autrement que ce qui a été défini comme étant normal par la communauté.


https://secretsdutarot.blogspot.com/2012/08/le-mat-le-fou.html

TomPhallosle 16 mai 2019 à 16:57

Idrîss Ier contesta le droit des Abbassides à exercer le pouvoir sur la terre de l'islam et entra en conflit avec eux. Mais il fut battu à la bataille de Fakh près de La Mecque en 786. Il réussit à s'échapper avec son compagnon Rachid, gagna La Mecque puis s'enfuit au Maroc en 786 pour éviter que les Abbassides massacrent sa famille.
Au Maroc, il est appelé « Moulay Idriss al-Akbar », fils de Mawlâna `abd Allah al-Kâmil « le Parfait », fils d'al-Hassan « al-Mothana », fils d'al-Hassan « es-Sabt », fils de Ali ibn Abi Talib et de Fatima Zahra, fille de Mahomet. Il fait partie des Ahlul Beyt (la maison du Prophète).

Rachid était un esclave affranchi d'Idrîss qui l'avait protégé et accompagné dans son exil depuis Bagdad jusqu'au Maroc. Il a exercé une sorte de régence avec Abû Khalil al-`Abdîy. Deux mois après la mort d'Idriss Ier, son épouse, Kenza al-Awrabiya, mit au monde un garçon qui reçut le nom d'Idrîss en 791. Il grandit sous la protection de Rachid, de sa mère et des Berbères qui voyaient en lui le porteur de la baraka du prophète. Les Abbassides propagèrent la rumeur qu'Idriss II était en réalité le fils de Rachid, né quinze mois après la mort de son père. Rachid prit le pouvoir après la mort d'Idrîss Ier en attendant la majorité d'Idriss II, qui est le successeur de la dynastie idrisside. Rachid frappa même des pièces de monnaie en son nom dans la ville de Volubilis.

w i k i p e......... d i a

TomPhallosle 16 mai 2019 à 17:27

La ville est fondée en 1783, après l'annexion de la Crimée par la Russie, et devient une importante base navale et un port de commerce florissant. Ce choix s'explique par sa topographie, selon Jean-François Gamba, qui en fait la description à l'occasion de son second voyage dans la partie méridionale de l'Empire russe dans les années 18201 :
« La baie de Sébastopol est l'une des plus belles et des plus sûres du monde ; elle se compose de plusieurs bras et bassins où l'eau est également profonde. »

En grec (Sebastos) signifie « vénéré », et fut choisi comme traduction du titre romain Auguste décerné aux empereurs (d'où le nom de ville Sébastopol, qui veut dire « la ville du tsar » et non pas « la ville de Saint-Sébastien »).
Dans l'Empire byzantin, il existait également le titre de (sébastokrator), accordé à certains frères et fils de l'empereur.

Le prince de Galles, qui devint ultérieurement le roi Édouard VII, se délecta de sébaste en 1883, lors de l'importante Exposition internationale des pêches. Voici le commentaire publié dans le Times de Londres au sujet du repas offert au pavillon royal :
... C'est un impromptu bien apprêté qui ne figurait pas à la carte qui a remporté le plus franc succès. Au marché aux poissons, il s'est trouvé un arrivage de "bergylt" norvégien en provenance de Hull ; le comte de Ducie, qui est une autorité en matière de pêche norvégienne, a vite fait d'identifier ce poisson peu connu à Londres... Après avoir mariné pendant trois heures dans une huile fine, ce poisson norvégien a été apprêté de main de maître avec des jaunes d'oeufs et de la crème ; après l'avoir enrobé de pâte, on l'a fait frire et servi juste à point. Il suffit de dire que rien n'est resté du poisson.
Si ce poisson de la famille des Scorpaenidae était à toutes fins utiles inconnu en Angleterre en 1883, il n'était guère plus connu au Canada à cette époque. Pourtant, au XXe siècle, le sébaste devait devenir la pierre angulaire d'une importante pêche de la côte atlantique canadienne. Signalons d'ailleurs que les États-Unis sont actuellement le plus important consommateur de produits canadiens du sébaste.


Dès sa majorité en 1569, Sébastien prend en main le pouvoir. "Roi vierge" et "roi chevalier", dom Sébastien s'intéresse moins au gouvernement qu'aux plans de conquêtes visant l'Afrique du Nord, afin de propager la foi chrétienne. Pour De Oliveira Marques, il est « malade de corps et d'esprit» ; pour d'Antas, il est « en proie à une continuelle surexcitation de corps et d'esprit ». Religieux, austère, chaste, il est d'un caractère violent, emporté, voire despotique ; passionné par tous les exercices du corps, tels la chasse ou la joute, il est également fort belliqueux, trait dans lequel le confortèrent ses courtisans. S'il laisse encore au début de son règne des bribes de pouvoir à sa grand-mère, il finit par se passer de ses conseils, et se lance avec ses favoris dans la construction d'un Empire. Pour ce faire, il exige de l'Église les fonds nécessaires, et lève des impôts supplémentaires pour prélever sur la population ce que le clergé ne peut débourser. Le financement n'étant toujours pas suffisant, Sébastien est obligé de faire des emprunts, et doit en échange accorder certains bénéfices, comme le monopole de la vente d'épices pour une durée limitée. Le roi échange également des fonds aux nouveaux convertis contre la promesse papale de ne pas confisquer les biens des condamnés de l'Inquisition. Il s'arma chevalier à Sagres en soulevant l'énorme épée d'Alphonse Ier de Portugal.

...malgré les promesses de Mulay Muhammad, ce dernier n'a aucun territoire sous son autorité alors qu'Abd al-Malik peut proposer, en échange de la paix, de donner certains territoires et villes mineurs au protégé du Portugal30. Sébastien voit cette missive comme une preuve de la terreur que ses troupes susciteraient chez l'ennemi, et convoque aussitôt un conseil de guerre pour décider de la conduite à tenir.
Trois options sont examinées lors de ce conseil : transporter par bateau la troupe et débarquer à Larache pour prendre la ville, conduire la troupe le long de la côte sans perdre de vue la flotte, passer par l'intérieur des terres afin d'abréger le trajet et de rencontrer l'ennemi directement.


Les contradictions entre les récits sur la mort de Sébastien, ainsi que l'absence apparente de cadavre (qui ne reviendra au Portugal qu'après la conquête du pays par Philippe II), firent que beaucoup de Portugais estimèrent que le roi avait juste disparu, et qu'il avait échappé à la mort en compagnie de son favori Christovam de Tavora et de George de Lancastre, duc d'Aveiro. Dès le retour de la flotte de Tanger en août 1578, une rumeur se répandit prétendant que le roi était en fait à son bord. On se référa alors au « roi dormant » qui reviendrait au Portugal en cas de difficulté pour sauver le royaume.

Au XIXe siècle encore, des paysans « sébastianistes » du Brésil croyaient que le roi Sébastien viendrait les libérer de l'« athée » république du Brésil


Sébastien est un saint martyr romain ayant vécu, selon la tradition, au IIIe siècle. Il est fêté le 20 janvier en Occident et le 18 décembre en Orient.
Né à Narbo, en Gaule (aujourd'hui Narbonne), Sébastien est citoyen de Milan, en Italie. Militaire de carrière, il est pris d'affection par les empereurs Dioclétien et Maximien Hercule, qui le nomment centurion. Durant la persécution de Dioclétien, il est pourtant exécuté sur ordre des souverains pour avoir soutenu ses coreligionnaires dans leur foi et accompli plusieurs miracles. D'abord attaché à un poteau et transpercé de flèches, il est finalement tué à coups de verges après avoir miraculeusement guéri la première fois.
Patron des archers, des fantassins et des policiers mais aussi troisième patron de Rome (avec Pierre et Paul), saint Sébastien est surtout invoqué pour lutter contre la peste et les épidémies en général. Souvent représenté dans les arts, il est devenu un symbole homoérotique à la Renaissance avant d'être considéré comme une icône homosexuelle à partir du XIXe siècle.

Dans les Actes de saint Sébastien (Ve siècle), également attribués à Ambroise de Milan, et La Légende dorée de Jacques de Voragine (rédigée vers 1265), saint Sébastien est présenté comme un Gaulois. À Narbonne, une église, construite sur le lieu présumé de sa maison natale, lui est dédiée.

Pendant ce temps, la persécution contre les chrétiens s'intensifie et Sébastien est dénoncé par le préfet Fabien à l'empereur Dioclétien. Se sentant trahi, le souverain condamne Sébastien à être attaché à un poteau au milieu du Champ de Mars avant d'être percé de flèches par ses archers. « Couvert de pointes comme un hérisson », Sébastien est ensuite laissé pour mort et abandonné. Guéri de ses blessures, Sébastien retourne au palais impérial quelques jours plus tard. Il reproche alors à Dioclétien et à Maximien Hercule leur attitude vis-à-vis des chrétiens. Mais, loin de se repentir, les deux souverains le font battre à coup de verges, jusqu'à ce que mort s'ensuive. Son corps est ensuite jeté aux égouts pour empêcher les chrétiens de le vénérer. Dès la nuit suivante, cependant, saint Sébastien apparaît à sainte Lucine, pour révéler où se trouve son corps. Sa dépouille est alors enterrée à Rome, auprès des apôtres Pierre et Paul

Protecteur contre la peste, saint Sébastien est parfois compté comme l'un des quatorze saints auxiliaires (intercesseurs). La connexion du martyre par « sagittation » (frappé de flèches) avec la peste n'est pas due au hasard : au début de l'Iliade, Apollon, le dieu-archer en colère, par ses flèches, envoie une pestilence contre les Achéens : « L'arc d'argent lâcha son sifflement formidable. Le Dieu visa d'abord les mules, les chiens pieds-agiles, mais bientôt son trait tranchant dirigé vers les hommes vola, sans trêve brûlaient aux buchers, par milliers, les cadavres». (L'Iliade, chant 1, 49-52). » Mais dans la mythologie gréco-romaine, chaque pouvoir redoutable appelle le pouvoir inverse, le Dieu qui frappe peut être aussi celui qui guérit.

Saint Sébastien est le patron de plusieurs villes dans le monde, dont Bratislava (capitale de la Slovaquie), Qormi (à Malte), et Caserta, Avella, Mistretta et Assolo (en Italie), ainsi que Melilli (en Sicile). Il est même le troisième saint patron de Rome après saint Pierre et saint Paul. Il patronne également les villes de Palma de Majorque et de Saint-Sébastien (en Espagne). Dans cette dernière, le 20 janvier est ainsi l'occasion de festivités et de célébrations appelées Tamborrada. Saint Sébastien est aussi le patron de Rio de Janeiro (au Brésil), qui a été fondée le 20 janvier 1502, et qui s'appelait à l'origine « São Sebastião de Rio de Janeiro ».
Selon les pays, saint Sébastien est considéré comme le saint patron des soldats en général et des fantassins (armée de terre) en particulier, des gardes suisses, des conquistadores, mais aussi des athlètes et, en France, des archers en particulier, et par extension des officiers de police.
En Provence, saint Sébastien est un saint de bravade (avec saint Pancrace, saint Jean, Saint Georges...), jeu de combat rituel accompagnant la fin des processions (luttes, courses et poursuites, batailles à coups de mottes de terre, de fruits, de fleurs, pétards et décharges de mousquets...).
Saint Sébastien est le patron de nombreuses confréries médiévales dont encore quelques-unes subsistent encore, notamment la Confrérie Saint-Sébastien de Bligny-sur-Ouche en Côte-d'Or, l'ordre des chevaliers de Saint Sébastien de Soissons (depuis l'an 825)

Les cultes afro-brésiliens, syncrétisme de religions chrétiennes et païennes, associent saint Sébastien à Ogoun, en particulier dans l'État de Bahia, ou à Oxossi. De la même manière, saint Sébastien est associé à Grand Bois dans le vaudou haïtien.


Woui kip et dit Ah !







TomPhallosle 16 mai 2019 à 17:53

TomPhallosle 16 mai 2019 à 17:53

TomPhallosle 16 mai 2019 à 17:54

😈

TomPhallosle 18 mai 2019 à 17:55

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Pectoral_du_grand_pr%C3%AAtre

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Grenat

TomPhallosle 18 mai 2019 à 18:52

« Les enfants d'Israël firent en secret contre l'Éternel leur Dieu, des choses qui ne sont pas bien. Ils se bâtirent des hauts lieux[8] [...]. Ils se dressèrent des statues et des idoles sur toute colline élevée [...]. Ils fabriquèrent des idoles d'Astarté, ils se prosternèrent devant toute l'armée des cieux, et ils servirent Baal. Ils firent passer par le feu[9] leurs fils et leurs filles[10]. »

TomPhallosle 18 mai 2019 à 18:52

« Les enfants d'Israël firent en secret contre l'Éternel leur Dieu, des choses qui ne sont pas bien. Ils se bâtirent des hauts lieux[8] [...]. Ils se dressèrent des statues et des idoles sur toute colline élevée [...]. Ils fabriquèrent des idoles d'Astarté, ils se prosternèrent devant toute l'armée des cieux, et ils servirent Baal. Ils firent passer par le feu[9] leurs fils et leurs filles[10]. »


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?