Philosophie et spiritualité

Qu'y a-t-il de pire que la souffrance ?

  1. Accueil
  2. Forums
  3. loisirs, passions et hobbies : Philosophie et spiritualité
  4. Qu'y a-t-il de pire que la souffrance ?
Qu'y a-t-il de pire que la souffrance ?
Id41le 11 décembre 2019 à 00:31

Points à débattre...



Défendre :

La vérité (de la souffrance) n'existe pas.

L'infini (vrai de la souffrance) n'existe pas.

Nous ne vivons pas dans une relative dictature (archaïque).

La précipitation n'est pas moins salvatrice.

Le statu quo a été choisi.

La richesse est justifiée par la chance.

La mauvaise foi avocate est nécessaire.



...AU DETRIMENT DE LA SOUFFRANCE ACCRUE DES AUTRES ???

Fropople 12 décembre 2019 à 14:38

Pourrais-tu développés légèrement tes différents point @Id41, j'ai du mal à m'en représenter certains, notamment les deux premiers 🤔

Eiramle 12 décembre 2019 à 14:54

Je ne comprends pas...
Mais s'il s'agit de répondre à la question du titre : Qu'y a-t-il de pire que la souffrance ?
Je réponds : son déni.

Sebunkenle 12 décembre 2019 à 15:22

Le temps et la fréquence que cette souffrance dure. Et le fait que l'on ne trouve pas de solutions à celle là. Bref la fatalité et le désespoir.

Berengerele 12 décembre 2019 à 19:07

L'indifférence .

Juliette...le 12 décembre 2019 à 19:32

@Berengere, pas pour celui qui la ressent...
@Eiram, @Sebunken, oui, il est important de la reconnaître et de l'accepter sa souffrance et oui, ne pas être capable, ne serait-ce que d'envisager, qu' un jour, un sentiment de mieux-être puisse lui être substitué, c'est bien ça le pire à mon sens, lorsque l'on est dans le plein coeur de cette souffrance, c'est justement que l'on se croit à jamais perdu en elle, qu'on devient elle, qu'elle a pris toutes les commandes de notre être. Plus de plaisir bien sûr, mais surtout plus d'accès au moindre espoir quant à un relatif plaisir de vivre, la certitude de ne plus jamais entrevoir aucun pont susceptible de nous ramener dans un lieu-état différent. Mais je ne suis pas certaine que c'est ce dont tu voulais parler @Id41..

Vizualle 12 décembre 2019 à 20:10

Je dirai Le déni pour ma part.
La souffrance peut etre salvatrice des lors qu'elle fait partie d'un processus de guérison, ou tout autres processus qui tire vers le haut, auquel cas elle peut etre percu comme un état passager, un état de transition: "Apres la pluie le beau temps"

Id41le 12 décembre 2019 à 20:27

A part discuter de comment on ressent la souffrance et si celle des autres nous affecte (ce qui est le but aussi de la discussion), je souhaitais me poser la question si on peut défendre certaines positions :

Le relativisme absolu, le nihilisme, le capitalisme, etc. qui peuvent créer de l'indifférence (en se faisant l'avocat du diable) ?

Sentez vous libre d'écrire ce qui vous passe par la tête...

Id41le 12 décembre 2019 à 20:36

@Fropop
C'est une question de construction philosophique (un conséquentialisme négatif) :

La souffrance détermine le mal.
Le mal détermine les "vraies" positions (vérité). Donc une vérité (la moins létale) peut exister. (Je ne discute pas de l'intensité de la souffrance.)
A partir de ces postulats, on peut construire une morale infinie (un monde le moins mal)...

A moins que défendre d'autres positions est possible (comme la "mauvaise foi avocate" par exemple). D'où mon interrogation...



Merci à tous pour vos contributions, continuez.

HARLEYQUEENle 28 décembre 2019 à 07:30

ai je le droit de tenter de démontez vos arguments un à un?

e déni?!! pardon, al personne qui est en phase de déni quand elle déni sa souffrance elle ne souffre pas et de la même manière qu'une femme qui déni sa grossesse elle ne montre aucune forme durant de nombreux mois quand à une éventuelle grossesse ou non. donc le déni oui et non, car vous vous tenez compte de ce qui se passe une fois le déni accepter quand la souffrance apparait. le déni est donc une mauvaise réponse.


l'indifférence est pire que la souffrance?!!! essayons de vous apporter un peu mon foisonnement à vos humbles intellects si vous le permettez.
bien l'indifférence est aussi une mauvaise réponse car je m'explique tu parle de quand tu es victime d'indifférence et non pas de l'indifférence faite par ceux qui la font. tu te place en tant que victime, vos réponses sont toutes subjectives et non objectives. en philosophie oubliez jamais de vous montrez objectif et de tenir compte de tous les points de vues avant de juger de quoi que se soit, et donc par conséquent aucune n'est bonne. pour reprendre son poste en haut du topic, ce qu'il ya de pire que la souffrance se sont deux choses. mais avant de vous les énoncer il y a deux interprétations possibles pour cette question. la première en la prenant avec recul et de juger le mot en lui même et non le faite de le vivre et la deuxième en tant qu'individu sur le plan physique et émotionnelle sur quand on vit et ressent les choses donc de le vivre.

si on part du principe du mot souffrance pire que la souffrance est l'inexistance, la disparition, l'extermination, en vrai il n'y a pas qu'une seule bonne réponse.

maintenant en tant que vivant sur le plan affectif et émotionnel pire que la souffrance dans ce qu'on pourrait ressentir? c'est la phobie. alors là attention, c'est une peur insurmontable c'est donc le summum de la souffrance mais il y a également encore plus fort la mort. mais la encore il y a plus fort que la mort. si parce que si vous faites attention je monte d'un cran sur la capacité à ressentir les choses en les jugeant de manières objectives afin de vous permettre de voir, d'entrevoir ce que vous ne vouliez pas accepter parce que vous avez juste répondu trop vite en oubliant le caractère objectif. alors dans les faits il n'y a pas plus fort que la mort mais la subtilité tiens dans la manière de mourir car le principe de mort c'est de ressentir une douleur si forte si atroce que le corps s'éteint. donc si vous acceptez cet état métaphysique et ce coté abstrait vous pourrez ainsi trouvez plus fort que la mort, dans ce cas la torture et il y a en a d'autre la privation d'eau et de nourriture, la pauvreté, vous voyez ou pas? surtout si ça dure des années mon grand. et il y a au dessus de ça encore, l'emprisonnement avec la suppression de toutes les libertés possible durant disons le 40 ans, nelson mandela à fait longtemps lui je crois. hm, c'est ce qui rends son parcours si incroyable, je serai le seul capitaine de mon âme ce qui prouve qu'on l'a torturé et qu'on a voulu le détruire, lui imposer des choses qu'il ne voulait pas, vous comprenez ou pas? voulez vous son poème?
Invictus

Dans les ténèbres qui m'enserrent
Noires comme un puits où l'on se noie
Je rends grâce aux dieux, quels qu'ils soient
Pour mon âme invincible et fière.
Dans de cruelles circonstances
Je n'ai ni gémi ni pleuré
Meurtri par cette existence
Je suis debout, bien que blessé.
En ce lieu de colère et de pleurs
Se profile l'ombre de la Mort
Je ne sais ce que me réserve le sort
Mais je suis, et je resterai sans peur.
Aussi étroit soit le chemin
Nombreux, les châtiments infâmes
Je suis le maître de mon destin
Je suis le capitaine de mon âme.

William Ernest Henley (1843-1903)

Out of the night that covers me,
Black as the pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be
For my unconquerable soul.

In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud.
Under the bludgeonings of fate
My head is bloody, but unbowed.

Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.

It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

Vizualle 28 décembre 2019 à 14:40

Puisque tu te permet, je me permet un retour à mon tour @HARLEYQUEEN; ce qu'on apel communement l'effet miroir.
Pour le coup il n y a rien à demonter puisque la vérité d'un ressenti est évidement et heuresement pleinement subjectif.
Cette volonté de vouloir te montrer superieur et vouloir faire croire que tu detient la vérité dénote d'un comportement emprisoné dans un petit ego orgeuilleux je trouve: preuve d'un manque de hauteur manifeste, ainsi que d'un manque d'ouverture, de tolérance et d'empathie envers les autres.
Merci de respecter les ressentis des uns et des autres si tu veut etre respecter en retour :)
Bien à toi

HARLEYQUEENle 28 décembre 2019 à 23:11

@Vizual oh non je ne me place pas comme détenant la vérité absolue l'ami, j'essaie juste par mes observation de vous prouver qu'il y a d'autre moyens de penser que de façon plate. j'essaie de vous amener à vous dépasser de voir au delà des apparences mais à part dire que je me place en supérieur tu n'as pas nié la véracité de ma réponse tu avoues donc quelles sont juste si c'est donc bel et bien le cas que mes réponses pour toi sont cohérentes et vraies alors ce qui t'agace c'est plus cette arrogance qui me caractérise tu as donc un vrai problème pour te modérer parce que ici le seul à avoir un soucis avec moi c'est toi les autres ont eu la politesse de placer le doute sur leurs compréhension et de noter ce manque d'aboutissement donc ce qui te pose problème ce n'est pas ce que je dis mais comment je le dis or ni vois vraiment aucune offense et apprends à avoir du recul. le manque de politesse pour une forme de sauvagerie barbare déplacée consiste juste à m'amener dans une situation qui serait susceptible de me mettre en défaut sur le site et de me voir éjecté bel attitude très puérile ceci dit j'ai pas besoin de toi pour me remttre en question mon grand, j'assume ce que je dis moi, en toute circonstance mais sans doute ne comprends tu pas les innovateur en profil MBTI tu viens donc arme au poing mais je sais me défendre et j'ai de la répartie tiens ceci est pour toi
viens viens au creux de mes reins
te glisser à mon bassin
le long de tes hanches
comme on s'accroche à une branche

viens viens me donner un baiser
ou c'est moi qui vient le voler
un doux humide chaud et sucré
au parfum de miel cendrée

viens viens ou ferme les volets
te souviens tu de ce qu'on faisait?
on partait trouver les bolets
on faisait l'amour près des cyprès

viens viens on chanter toute la vie
on va danser sur la musique de la nuit
au rythme frénétique de l'harmonie
d'un déhanchement endiablée aboutie

viens viens nous ce n'est pas platonique
nous c'est éternelle ma princesse ironique
pris dans une tourmente diabolique
la dualité du classique et de l'unique

viens viens nous sommes comme la dialectique
la rivalité du yin yang est assez angélique
et entre toi et moi c'est toujours romantique
avec une dose de passion pas très catholique

viens viens pour une dernière valse
il faudra bien que tu viennes ou je passe!
mais n'oublie pas le maquillage et le strass
à 3 on y va pour de bon et je t'embrasse

viens viens jusque dans mon lit
et je te laisserai pas repartir je te le dis
je vais te donner toute les raisons de rester ici
je ne suis pas prêt à ce que tu m'oublie

viens viens on va jusqu'à l'hôtel
et je conterai fleurette mon hirondelle
ou tu préfère aller devant l'autel
une fois marié, m'aimeras tu ma belle?

viens viens je vais te filer du pain
tu iras sortir mon chien
été comme hiver la laisse à la main
et moi je ne rentre que demain

viens viens promis on aura des enfants
et après je me casserai en courant
tu verras avec moi c'est passionnant
et je ne suis pas le prince charmant

viens viens j'ai un vrai sens de l'humour
si tu viens tu resteras pour toujours
sinon je te tue mon amour
et tu iras me prendre des clopes au bourg

ptdr ce que je suis con mdr celle là est pas mal
tu iras me chercher des clopes au bourg

viens viens tu veux du pain?

pourquoi est ce pour toi? car tu souffres d'un manque flagrant d'amour et de reconnaissance alors courage !!

Evaderhaindile 29 décembre 2019 à 13:04

T'as fumé la moquette en vrai?
Eva

Vizualle 29 décembre 2019 à 14:41

"pourquoi est ce pour toi? car tu souffres d'un manque flagrant d'amour et de reconnaissance alors courage !!"

Mecanisme basic en psychologie, on projette chez l'autre, c'est a dire vers l'exterieur, ce qu'il nous fait defaut à l'interieur:
sans animosité @HARLEYQUEEN, j'ai de la compassion pour toi, je te souhaite de t'aimer un jour :)

Mirobellele 30 décembre 2019 à 21:20

Salut @Id41
Tu disais : "Sentez vous libre d'écrire ce qui vous passe par la tête... "

Comme ce topic a refait surface...
Alors j'y vais.
Je ne sais pas ce qu'il y a de pire que la souffrance ou s'il y a vraiment quelque chose de pire.
Hier soir, je suis allée aux urgences pour la ènième fois. Je n'y vais pas à chaque fois que je fais un malaise sinon je devrais y passer ma vie.
Comme la crise d'hier ne passait pas au bout de 2 heures, je n'ai pas trop eu le choix. Douleurs atroces diverses, difficultés respiratoires, impression que mon corps va lâcher et que je vais y rester. Aujourd'hui, je suis complètement vidée et toujours en malaise avec comme d'habitude aucune solution. Le super médecin urgentiste a même eu un petit rire bref quand je lui ai parlé des odeurs qui me rendent malade. C'est vrai, c'est hilarant. Il ne s'imagine pas ce que cela représente dans la vie de tous les jours. Ne plus pouvoir aller où je veux, ne plus pouvoir rencontrer qui je veux, ne plus pouvoir embrasser mes proches...
Et les rares fois où je me permets une petite fantaisie, je le paie bien les jours qui suivent.
Alors je préfère être en contact avec les gens quand il fait beau, dans mon jardin. Toujours dans le jardin, c'est pénible aussi mais c'est mieux que rien.

Tous ces symptômes sont dus au contact avec les ondes, les appareils électriques (EHS), les produits chimiques (MCS) qu'on retrouve dans les parfums, lessive, produits de nettoyage, déo, shampoing, etc. Ces hypersensibilités ne sont pas les causes premières, elles-mêmes sont issues d'autres causes. C'est une chaine sans fin.
Ce médecin ne connaissait pas non plus l'électro-hypersensibilité. Pourtant on en parle de plus en plus mais c'est trop compliqué à comprendre.
On ne cherche pas plus loin et on use toujours des mêmes raccourcis, c'est psychologique évidemment. Donc, il m'écoutait à peine et ne répondait qu'à ma soeur car je suis sûrement débile comme l'a si bien dit @Odio.

Pour vous donner des exemples plus concrets, chaque élément perturbateur m'attaque de façon différente : j'étouffe, je n'ai plus d'air du tout, c'est le cas avec les pots d'échappements, la fumée de cigarette, les déchets verts qu'on brûle; des palpitations et des douleurs thoraciques à cause des produits de vaisselle ou du vinaigre; plus aucune énergie, ni force musculaire (ce qui entraîne aussi des problèmes respiratoires), brouillard dans le cerveau; impossibilité de parler, de me concentrer, de retenir des choses qui viennent d'être dites; des picotements dans les membres quand ils ne se mettent pas à bouger seuls; un froid immense que j'ai beaucoup de mal à combattre; les extrémités toutes blanches; de la névralgie; des intolérances alimentaires et réactions régulières; des hypoglycémies quotidiennes; nervosité, déprime, douleurs au niveau du dos et des membres quand je suis près d'une vitro-céramique; de l'hyperacousie par rapport à certains sons; mauvaise absorption de certains éléments comme le fer, la vitamine D, la vitamine A, le sélénium, etc. Leur manque apporte une série de symptômes dont certains déjà décrits plus haut et tant d'autres encore. Ces éléments sont essentiels et interviennent entre autre dans le bon fonctionnement de la thyroïde. Résultat, j'ai une hypothyroïdie et donc tout ce que cela implique; et j'en oublie.
Pour ne pas faire les choses à moitié, je ne supporte pas les médicaments, l'homéopathie, certaines plantes et certains compléments alimentaires. C'est vraiment horrible, j'ai l'impression que je ne vais jamais m'en sortir car on ne me croit pas. Les raisons sont simples : d'abord, on ne connait pas les problèmes. Ensuite, c'est beaucoup trop pour une seule femme. Et enfin, le fait de rire malgré tout ça.
Pourtant tout ce qu'il m'arrive est lié.
Ajoutez à cela mon hypersensibilité émotionnelle, mon empathie, ...
Alors dans mon cas, qu'est ce qui est pire ? Souffrir tous les jours ou ne pas être crue par les autres ?
Pourtant dans d'autres pays comme la Suède, par exemple, un village, dans une zone blanche, est habité par des électro-hypersensibles. Ou encore, en Suisse, un building a été construit de manière à protéger des ondes.
Comme vous êtes curieux, vous avez peut-être des infos qui peuvent m'aider. Merci.

Juliette...le 30 décembre 2019 à 23:10

Oui, qu'on relativise, d'une manière ou d'une autre, ta souffrance. C'est donc la nier. Et ça peut provoquer solitude, culpabilité, voire impression d'être fou. A ce sujet, c'est "marrant" comme certaines personnes s'octroient le droit, en niant la souffrance d'un autre, de le considérer donc comme un mytho, ou une mauviette... D'où peut venir cette incapacité à voir la réalité en face? Peut-être du simple fait de leur sentiment d'impuissance? Ou de la peur d'aborder certains sujets de front? Bon courage @Mirobelle!

Fropople 30 décembre 2019 à 23:52

Touchant témoignage @Mirobelle,
Je te souhaite bien du courage, mais je n'ai pas d'idée ou solution à tes hypersensibilités...
Je me demandais à ce sujet (si tu veux bien en parler) si cette électro-hypersensibilité était présente depuis toujours ? La multiplication des appareils électriques émettant des ondes a du fortement évoluer au cours des 3 dernières décennie. Tu as du, je pense, constaté une amplification et une augmentation de fréquence de tes symptômes en réponse aux ondes ?

emanule 31 décembre 2019 à 08:55

Oui touchant Témoignage.
Tu dégage une force et une envie de te battre,c'est intense.
Petite hirondelle,c'est ce médecin qui est debile,pas toi.
Parce qu'il s'appelle docteur,parce qu'il a fait des études,parce qu'il crois,et peut-être des fois a raison,que les patients savent mieux que lui ce qu'ils ont.
Pour tous ca je crois,il ne t'écoutais pas.
Tu as assez d'ennuis comme ca @Mirobelle,ne te tracasse pas pour lui.
Je ne connais pas les problèmes d'ondes,si il existe des choses similaires qu'en suisse ou en suède.
Mais il doit surement y avtdes associations en france non?
Peut-être que tu en connais déjà,sinon on peu chercher ce n'est pas un soucis.
En tout cas tiens bon mirobelle,tu es pleine de qualités et tu mérite le meilleur.

Mirobellele 31 décembre 2019 à 12:14

😍
Merci @Juliette... 🙂
Tu as fait un bon résumé, c'est tout à fait ça.

En général, je ne suis pas fan de citations mais celle-ci me parle :
«Toute vérité passe à travers trois étapes : Elle est d'abord ridiculisée; Elle est ensuite violemment contestée; Finalement elle est acceptée comme évidente. » Arthur Schopenhauer.

Mais combien de temps faut-il ? Le MCS a été découvert par un américain dans les années 50.


Merci @Fropop 🙂
Ce n'est pas grave, déjà ton soutien ainsi que celui des autres me fait un bien fou. Je pense que si on en parle de plus en plus, cela pourrait aboutir à des réactions positives et aussi, peut-être que cela pourrait aider d'autres personnes qui vivent des choses similaires et qui n'ont pas encore mis un nom sur leur problème.
Oui, c'est vrai Fropop, j'ai remarqué une évolution. C'est d'abord le MCS qui a commencé quand j'étais ado mais sans gravité, juste un odorat plus développé (j'ai perdu la vue plus tard, je le précise car on me disait que c'était normal de développer ses autres sens quand on perd la vue, encore un raccourci). Après quelques années, un parfum me donnait des migraines, il était à la mode donc on le sentait partout. Puis c'était un autre, puis un autre genre de produits, etc. En ce qui concerne l'EHS, je ne sais pas trop quand il a débuté mais je me souviens, par exemple, que j'avais des douleurs au dos quand je passais l'aspirateur. Je mettais ça sur le dos, c'est le cas de le dire, de la mauvaise position, mais aujourd'hui je sais que ce n'était pas ça.
Il y a quelques années, avant même de savoir, instinctivement, j'utilisais de moins en moins souvent mon smartphone. Au début de la communication, j'étais enjouée, tranquille et au fur et à mesure, je devenais épuisée, démoralisée, énervée, irritable. Du coup, mon interlocuteur devait me trouver bien désagréable. Ce qui est pénible aussi, c'est qu'on devient quelqu'un d'autre, quelqu'un qu'on ne reconnait pas et qu'on n'aime pas.
Evidemment, aujourd'hui, je n'en utilise plus et franchement, ça ne me manque pas. J'ai retrouvé une certaine liberté.


Merci à toi aussi @emanu 🙂
Ah ! Tu vois que j'avais raison, tu as toujours un mot gentil pour les autres. Et quand c'est pour moi, j'en profite encore plus.
Oui, tu as raison, des anecdotes avec des médecins, j'en ai une tonne. C'est sur le moment que ça m'agace, après j'essaie de modifier ces ressentis.

Oui, il y a des associations pour les deux hypersensibilités en France. Je suis en Belgique, il en existe une qui tente de faire reconnaitre l'EHS. Je n'en ai pas trouvé concernant le MCS.
Il y a évidemment des médecins qui sortent du lot comme le Professeur Belpomme à Paris ou encore le regretté Docteur Melet qui avait eu l'intelligence d'écouter une patiente et de la prendre au sérieux. Elle lui avait dit qu'après la dépose de ses amalgames dentaires, elle se sentait mieux. Alors, il s'est intéressé de près à leur composition et particulièrement au mercure qui est la cause de nombreuses maladies et des hypersensibilités aussi.
Merci encore.

emanule 31 décembre 2019 à 21:25

En tout cas @Mirobelle tu as l'air sacrement calée sur tout tes symptômes.
J'aurais du mal pour t'aider la dessus !
Mais je te réitère tout mon soutient et ma sympathie!

Mirobellele 31 décembre 2019 à 23:29

Et c'est déjà énorme, merci @emanu
Je te fais un gros bisou !

Juliette...le 01 janvier 2020 à 00:06

Bonne année mes frères!

Globulonle 01 janvier 2020 à 00:07

Je suis pas ton frère 😄

emanule 01 janvier 2020 à 00:15

😄
Bonne année @Mirobelle et mes APIES!!!

Etoilele 01 janvier 2020 à 13:53

Pour rejoindre un peu (il me semble) @Mirobelle et @Juliette, déjà souffrir c'est très dur mais le déni de cette souffrance, l'ignorance, la moquerie et autres humiliations que ça peut engendrer de la part des gens est INSUPPORTABLE !!
Sous prétexte que ça ne se voit pas et que ça ne soit pas écrit dans les magasines ou passé à la TV c'est du "mythonage".
Je le vis tous les jours (moins depuis que je m'isole totalement et sans doute à un degré moindre que toi belle Mirobelle), cette manière qu'on les gens avec leur sourire à peine masqué et leur regard de "elle exagère", "qu'est ce qu'elle a encore trouvé pour se rendre intéressante"...
Quand je lis ton témoignage @Mirobelle, j'ai la colère qui monte lié à ce sentiment d'injustice, à l'ignorance naïve et du manque certain d'empathie de la plupart des gens.
Mais je garde espoir quant à un avenir meilleur qui nous permettra à tous d'avoir le droit d'Etre, tout simplement.
En attendant, je t'envoi un gros câlin (virtuel) de compréhension et de soutien (pour info, je ne mets aucun produit chimique sur ma peau, ni même de parfum de synthèse, je n'utilise pas de lessive, bref odeur corporelle naturelle -enfin sauf mes pieds au Maroilles 😂 cf En vers et avec tous).

Et un grand merci à @Vizual (car non il n'y a pas de mauvaise réponse) je n'aurai pas pu faire preuve d'autant de diplomatie face à un tel commentaire hautain et déplacé.

Mirobellele 01 janvier 2020 à 21:15

Je te remercie chère @Etoile 🙂

Tu dis :
déjà souffrir c'est très dur mais le déni de cette souffrance, l'ignorance, la moquerie et autres humiliations que ça peut engendrer de la part des gens est INSUPPORTABLE !!

Je dis :
C'est sûr et de plus, c'est de la souffrance supplémentaire dont on se passerait bien.

Tu dis :
Je le vis tous les jours (moins depuis que je m'isole totalement

Je dis :
J'en suis désolée et je te souhaite bien du courage. C'est moche de devoir s'isoler. Heureusement qu'il y a des endroits comme celui-ci. Au risque de me répéter, je suis heureuse d'être parmi vous.

Tu dis :
Quand je lis ton témoignage @Mirobelle, j'ai la colère qui monte lié à ce sentiment d'injustice, à l'ignorance naïve et du manque certain d'empathie de la plupart des gens.

Je dis :
Je comprends ta réaction Etoile. Cependant, je ne veux surtout pas que tu te sentes mal et encore moins à cause de moi. Et si nous pouvons nous aider mutuellement, c'est une chance à saisir.

Tu dis :
En attendant, je t'envoie un gros câlin (virtuel) de compréhension et de soutien (pour info, je ne mets aucun produit chimique sur ma peau, ni même de parfum de synthèse, je n'utilise pas de lessive, bref odeur corporelle naturelle -enfin sauf mes pieds au Maroilles ? cf En vers et avec tous).

Je dis :
Cool j'adore les câlins, même virtuels. Et puisque tu es "non-chimique", je te serre dans mes bras poilus avec grand plaisir.
Ah oui, dernière petite chose, maintenant je sais d'où venait cette odeur de Maroilles... N'oublie pas que j'ai un super odorat ! 😜

Etoilele 01 janvier 2020 à 21:34

😄

DysSur10le 24 février 2020 à 18:34

Désoler, je regardais les sujets de cette section , et j'ai vu ce sujet et je l'ai pris comme une petite énigme .Donc j'ai envie de répondre même si le sujet est ancien.

La souffrance c'est terrible , mais on peut s'en débarrasser, la plupart du temps en mettant fin à ces jours.De plus la souffrance nous apprend plein de chose , et parfois nous donne le bon coup de pied au cul qu'il nous faut , la souffrance peu être une bonne conseillère pour trouver le bonheur parfois(et vous êtes dure avec elle !).

La souffrance, c'est comme du feu ,ça peu être utile comme nuisible.

Se réchauffer à un feu de camp. C'est bien, les bûchers ce n'est pas bien ^^.

La réponse est donc dans ce qui nous attache au feu / a la souffrance.Ici la chaine c'est l'espoir.Plus exactement un faux espoir .c'est parce qu'on a de l'espoir qu'on est attacher à la vie et parfois aux terribles souffrances qui vont avec.Et quand l'espoir est vain alors la souffrance l'est aussi.

Ce qui fonde l'espoir, c'est l'ignorance, donc l'ignorance est pire que la souffrance parce qu'elle peu transformer un de tes meilleurs conseillers en bourreau.
Il faut donc plus craindre la chaîne que le feu .
CQFD .J'ai trouvé quelque chose de pire 😀 ! C'est par où la médaille ?

Id41le 25 février 2020 à 14:37

@DysSur10
Salut,
Je ne trouve pas que mettre fin à la souffrance par le suicide soit une bonne façon de faire... bien que la souffrance y pousse parfois. 🤔

Une souffrance temporaire, OK. Mais celle qui dure... ?

(J'ai plutôt ouvert la discussion pour comprendre ceux qui en provoquaient et essayer de justifier leur point de vue, mais on peut également se poser la question de comment encaisser... et si la souffrance est-elle vraiment centrale dans notre monde ?)

DysSur10le 25 février 2020 à 16:47

Pas de médaille du coup 🙁 Pas grave , mais vas pour le comment "comment encaisser... et si la souffrance est-elle vraiment centrale dans notre monde " hé hé 😋 ! Et bien comme on peu le déduire de ce que j'ai dit précédemment,le meilleur moyen de faire pour moi d'encaisser la souffrance et de diminuer son importance dans son existence.C'est une alliance avec la mort (où peut être plus précisément la violence.).En effet c'est en considèrent cette option(le suicide) que l'on peu faire un choix. On ne subit plus la souffrance, on la choisit.Et la souffrance choisie on fait ça tout les jour(le travail ) et c'est bien plus acceptable . Alors ce n'est pas très politiquement correct, mais ,de faire de la mort une sortie de secours accessible a chaque instant est la chose la plus rassurante que j'ai fait de ma vie .


La mort nous aime comme une mère, mieux encore elle nous assure qu'elle répondra toujours à nos appels et nos cris de douleur pour nous prendre dans ses bras jusqu'à être endormi , paisible pour l'éternité.Elle est cette voie rassurante qui nous promet que toute souffrance a une fin.
Et elle tien toujours parole ELLE ! 🙂

Ma capacité de violence envers ma vie est ma plus grande garanti de ne jamais souffrir plus que je ne l'aurais voulu.

Ainsi la mort est pour moi le socle de toutes les libertés individuelles, et ce n'est pas pour rien que les religions essai de voler cette idée ! Car en faisant croire au sujet à la vie éternel , voir à l'enfer ,c'est de ça liberté de conceptualisation de la mort qu'on le prive .Remetant la souffrance et la peur au centre de la vie.
Être capable de mètre sa vie sur le tapis, c'est pouvoir se réaliser en tant qu'individu dans le monde .D'ou le fameux slogan révolutionnaire "vivre libre ou mourir"

Ainsi cette idée permet de nous responsabiliser face à la souffrance . Car nous somme responsable de TOUTES les souffrances que nous subissons à partir du moment ou on choisi la vie . Cette vision permet de sortir du rôle de victime et des avantages secondaire que cela procure et ainsi évoluer dans ça vie pour au final parfois ne plus souffrir.

Voilà ce qui pour moi est le fondement du courage et d'amélioration individuelle. Et pourquoi les révolutionnaires font une fixette sur cela.Ce n'est donc pas le suicide que je prône mais la responsabilisation par le sentiment de liberté(Croyez-le ou non mais je ne crois pas au libre arbitre XDDDDDD?D'où le fait que je parle de "sentiment de liberté").

La mort est mon allié pour ma vie.Et j'ai un respect quasi-mystique pour celle-ci.Vu tout ce qu'elle m'apporte.

J'ai envie de faire un sujet la dessus parce que je trouve que notre société est vraiment coincée sur ce point(Ce que je dis peu choqué, j'ai perdu des gens aussi, je parle plus de l'idée de sa propre finitude que du deuil quand je parle de la mort de manière si positive. Bien qu'il y aurait à dire sur le deuil).

Id41le 25 février 2020 à 16:55

@DysSur10
Je te suis absolument. #Socrate #mortnietzschéenne

C'est très beau d'avoir cette option de sortie (qui malheureusement parfois n'existe pas #torture).

Mais une fois qu'on a fait ce constat, comment et est-ce nécessaire de diminuer la souffrance/(ou même violence) de la vie ? Peut-on justifier parfois le fait de faire souffrir les autres ?

("Oeuil pour oeuil, dent pour dent" = intelligent ? vs capacité de pardon/souffrance ?)

=> jusqu'à quelles libertés ? Nécessité de trouver une justification/raison, ou pas ? La souffrance, vraiment centrale ou pas ? (#morale)

DysSur10le 25 février 2020 à 17:15

@Id41
Je pensais aussi au grand paralyser qui eux ne peuvent pas avoir le choix et pourtant (ce qui rend la chose d'autant plus horrible). leurs vies manquent de fun c'est peu dire. #milliondollarbaby


Pour ce qui est de la nécessité, mes connaissances en neuroscience me laisse penser que les émotions "négatives" ont" une priorité" sur les émotions "positives" passé une certaine intensité . Donc je dirais que s'en préoccupé est un bon angle .


Sur le comment , pour moi, la connaissance(relativisation , préparation ,solution) , la responsabilisation fonctionne bien comme je l'ai développé plus tot . Mais aussi la sortie de l'ego , car c'est notre ego qui souffre et si on se coupe de celui-ci, on souffre moins voir mon poste du 21 février 2020 à 23:21 du sujet 'Le plus gros problème de la méditation' .Ou j'énonce une de mes techniques pour travailler cet état d'esprit. Ou en mettant de coter l'ego on remet notre système en état par défaut qui est une certaine forme de plenitude/joie. Donc DU TRAVAILLE ENCORE DU TRAVAILLE ! XD

Aprés je vais être un peu court en solution .Toutes mes solutions font que ma vie est très agréable et douce aujourd'hui.Ma souffrance n'était pas assez grande pour développer de meilleur adaptation désolé XD .On reprend la conversation quand je suis atteint d'une grave maladie si tu veux . Se sera le coté positif.^^

Id41le 25 février 2020 à 17:18

Et t'es tu posé la question si tu faisais du mal à autrui ? Indirectement ? (Ce n'est pas ciblé sur toi.)
🙂

(La vie ne fait-elle pas que nous avons constamment une arme pointée sur l'autre ?)

=> Jusqu'où s'autoriser un brin de domination conscient ?

DysSur10le 25 février 2020 à 18:42

On peut considérer qu'on fait souffrir plein de gens .Moi en tous cas je me sens responsable de beaucoup de souffrance dans le monde. Mais je pense que la violence / cruauté est un muscle qu'il faut exercer pour être capable d'écraser l'autre sans rien ressentir. C'est un long apprentissage et faut pratiquer régulièrement pour ne pas perdre la main.Par exemple moi je ne mange presque jamais de viande pour des raisons écologique.Mais quand j'aurais mon terrain j'aurais un potager + des lapin qui mangerons mes détritus et je les tuerai pour les manger.C'est une pratique régulière et saine qui nous apprend à fermer les yeux de l'empathie.

Ne pas être capable de fermer les yeux c'est ne pas pouvoir les protégés et a la fin les perdes.Musclons les paupière 😉.

D'un point de vu plus pratique un jour les gens qui exercent de la violence a ma place pour garantir ma sécurité et mon confort voir ma sruvie(l'état par exemple) ne seront peu être plus la il faut donc que je puisse être violent pour protégé les gens que j'aime et ma personne.Question d'autonomie et de responsabilité.

Donc la violence indirecte, il faut s'en foutre !La violence directe sur les autres si tu en es capable sans contrecoup c'est tant mieux( si non le bossé un peu ça fait pas de mal, a si en fait XD).

M'intéresser et faire des choses pour les autres et leur bonheur me rend heureux c'est donc cela qui me pousse a les aider et a les protégés . En plus être dans l'amour de l'autre est bien plus efficace que le fait de ce préservé soi de la souffrance d'autrui. car Au fond de toi tu as plus envie de l'achever que de lui faire vivre de bel choses si c'est ça souffrance qui te dérange.

Pour finir sur le plan educatif/managerial parfois il faut être dure pour le bien à long terme ou le bien commun.

Aimer les gens , ou les ignoré pour les manger.C'est pour cela qu'on appel l'ennemie le "boche" , le "barbare" ,le "terroriste" on les déshumanise pour mieux les bouffé quand on en a besoin / envi .On ne tue presque jamais d'être humain mais des objets déshumanisé.La puissance de la paupière.


"=> Jusqu'où s'autoriser un brin de domination conscient ?"
selon mon bon vouloir et mes capacité donc.

Id41le 25 février 2020 à 18:58

La vache ! Je te comprends...
Faut que je fuie et me cache en attendant une mutinerie... Dis moi quand vous aurez fini. 😉 😄 #peace

Cela ne m'empêcherais pas de passer certains à la guillotine avant, car je pense qu'on a les ressources suffisantes pour éviter cela.

DysSur10le 25 février 2020 à 19:00

j'avoue j'ai forcer un peu le trait , mais j'aime bien faire ça pour faire mieux ressortir mes idées. 😋

En tout cas j'aime bien tes petites questions merci de me lancer la babale ^^

Id41le 25 février 2020 à 21:30

Diminuer la souffrance/violence dans le monde (par un maximum de réflexion et d'actes évitant les pièges), un impératif catégorique ?

Une utopie, non ?

Donc s'armer de protections dans la mesure de soi (et de ses proches surtout, quoique quelle différence entre un humain et un humain ?)... jusqu'où ?

catiminile 27 février 2020 à 20:52

@DysSur10 .. je te suis un peu dans ton raisonnement quant à poursuivre son chemin ou y mettre fin mais tout n'est pas si simple.

J'avais 21 ans quand je suis tombée enceinte de mon premier enfant et je n'étais absolument pas prête. Ma première réaction a été la panique : je me condamnais pour près de 25 ans à rester en vie. Je n'avais pas pris la pilule par négligence. Mon mari rêvait d'une famille. J'ai laissé faire la nature donc j'ai fait un choix "inconscient" peut-être mais j'ai fait un choix et en vertu de mon éthique de vie : tout acte choisi doit être un acte assumé. Alors j'ai assumé et j'ai adoré mes enfants.

Papa malade avec une maladie de Parkinson à la suite d'une pneumonie a dû aller dans un centre de rééducation. Au début il était attaché dans son lit avec des perfusions partout. Je pensais à cet homme dont l'existence était un calvaire et se trouvait prisonnier de cette vie qu'il ne voulait peut-être plus. Il pouvait bouger à certains heures de la journée aussi suis-je venue le voir et j'ai glissé dans le tiroir de sa table de nuit un couteau, une lame de rasoir, des ciseaux mais je n'ai rien dit. S'il tombait dessus et décidait de s'en servir cela ne regardait que lui. Je trouve tellement horrible cette absence de liberté.

Je suis comme toi. C'est cette chance de pouvoir mettre fin à mes jours qui m'a permis de me battre pour rester en vie. J'aurais tellement mal vécu le fait de me battre sans certitude de résultat sachant que je n'avais aucune échappatoire.

DysSur10le 27 février 2020 à 21:12

Ce que tu dis me touche profondément @catimini .Je te trouve très humble et honnête

"j'ai fait un choix "inconscient" peut-être mais j'ai fait un choix et en vertu de mon éthique de vie : tout acte choisi doit être un acte assumé. Alors j'ai assumé et j'ai adoré mes enfants."


Je tien à te témoigner un profond respect.Selon les valeurs que j'ai développées, tu as fait est un geste profondément altruiste. J'ai dit plus haut qu'il était très difficile de "nuire" à l'autre sans le déshumaniser , sans fermer les yeux. Et c'est une tache surhumaine que de pouvoir faire ce qui émotionnellement est le mal en gardant les yeux grand ouvert et de voire en face la personne qu'on aime. .Avec sur nos pupilles se reflétant toutes les choses que cette personne nous a apportées de bien . Sans colère , sans haine la chose est si difficile. C'est pourtant cette voie-là qu'il faut emprunter pour offrir de la dignité aux gens que l'on aime.

J'espère avoir autant de force que toi dans ma vie.Avec tout mon respect et une profonde admiration.


Tom

Pollockle 01 mars 2020 à 21:01

vou m'excuserez je suis incapable de lire l'ensemble du post
j'ai pu que lire en diagonale pourtan ce questionnement sur la souffrance m'a scotché litteralemen
dans le sens ou çà fait taire toute mentalisation trop poussée pour le ressenti
et cette question keskil ya de pire que la souffrance m'a semblé quasi un piège mental dans le sens
ou çà pousserait a regarder ailleurs ke la souffrance même alors même kil y aurait à la regarder en face et ne pas la vivre
comme sensation présente auquelle on serait en cet instant soumis, ce ki m'a paru pire que la souffrance elle même ce sont ses propres paramètres pour la rendre
plus atroce a elle même
comme sa durée, son intensité, sa solitude, son incompréhension, son degré d'inutilité parfois, son non sens quand elle n'amene a rien d'autre qu'elle même ka son propre état
aussi cette question m'évoque un pire de la souffrance dans son eternel retour a elle même à savoir son éternité,
car y a des souffrances qui ne s'acclimate jamais d'elle même, c'est tjs pire, elle ne serve rien d'autre, elles sont devenues inutiles, elle devient toujours pire qu'elle même car elle a perdu son aspect évolutif, c'est quasi un aspect d'elle même que d'être pire qu'elle même quand elle s'auto alimente pour n'apporter rien d'autre que sa propre réalité
j'ai l'impression que tout cela ne se comprend pas, ne peut se comprendre, c'est aussi un de ses aspects les pires, on peut l'expliquer, on peut lui donner un but, lui offrir une utilité, un sens mais qd elle se reproduit toujours elle n'est que comparable à un non sens existentiel des plus infernaux, elle s'apparente à un enfer mental et corporelle, bien sur dans son aspect regulatif la douleur et la souffrance sont utiles, mais qd ses paramètres s'étirent sans aucun but de sauvegarde ou d'émancipation d'elle même, je crois qu'il y a rien de pire que l'éternité de la souffrance, son aspect éternel, elle n'a de sens que pour s'arrêter et permettre un échappatoire, s'il n'y en a aucun, il ne reste qu'elle et surement rien de pire kelle car au delà se serait rompre avec elle et ses paramètres et facteurs intrinsèques


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?