Philosophie et spiritualité

"Si vous pouviez voir toute votre vie du début à la fin, est-ce que vous changeriez quelque chose ?"

  1. Accueil
  2. Forums
  3. loisirs, passions et hobbies : Philosophie et spiritualité
  4. "si vous pouviez voir toute votre vie du début à la fin, est-ce que vous changeriez quelque chose ?"
"Si vous pouviez voir toute votre vie du début à la fin, est-ce que vous changeriez quelque chose ?"
Pacaloule 22 septembre 2019 à 23:04

Tout est dans le titre...

Fropople 22 septembre 2019 à 23:50   •  

Très probablement pour moi et pour beaucoup de personne je pense.
On a tous fait des "erreurs" et des "mauvais choix" mais ces envies de changement sont du à la maturité et les leçon que nous en avons tirée, nous n'avions pas le recul nécessaire au moment de ces choix pour prendre la "bonne" décision.
à mon avis il est normal et saint de se dire qu'on aurait pu faire mieux (d'autant avec notre conscience exacerbé sur nos lacunes et défauts 😉) c'est même ainsi qu'on tire des leçons et et ne cessons d'évoluer et de croitre.
Néanmoins il ne faut pas que ce regards critique du passé soit fort au point d'être un fardeau qui nous empêche d'agir au présent et à l'avenir (notamment dans le cas d'une dépression par exemple...)

Fropople 22 septembre 2019 à 23:55   •  

ça me fait penser à une réplique de Levi dans Attack on Titan :
"I don't know which option you should choose. I could never advise you on that... No matter what kind of wisdom dictates you the option you pick, no one will be able to tell if it's right or wrong until you arrive to some sort of outcome from your choice." - Levi Ackerman

Fropople 22 septembre 2019 à 23:55   •  

ça me fait penser à une réplique de Levi dans Attack on Titan :
"I don't know which option you should choose. I could never advise you on that... No matter what kind of wisdom dictates you the option you pick, no one will be able to tell if it's right or wrong until you arrive to some sort of outcome from your choice." - Levi Ackerman

Juliette...le 23 septembre 2019 à 07:03   •  

Fropop, là tes messages, tu les as donc assumés deux fois? C'est courageux!😉
Moi Pacalou, ou j'assume tout ou je change énormément de choses. Mais à partir du moment où je me sens aller de plus en plus vers du bon, je ne veux rien changer, puisqu'aujourd'hui me plaît plus qu'hier et que je goûte une certaine joie de vivre (j'ai envie de dire quand-même et aussi il était temps!), ce serait bien trop risqué...

Juliette...le 23 septembre 2019 à 07:06   •  

La question, ça serait plus: si on le pouvait, est-ce qu'on s'inoculerait le super pouvoir de ne jamais déconner? Parce-qu'enfin, des conneries, on en fait encore, non? Balayer celles d'hier, et recommencer?

Juliette...le 23 septembre 2019 à 07:07   •  

Ou alors il y a peut-être UN truc qui te reste en travers et qui affecte énormément ton bien-être?

Pacaloule 23 septembre 2019 à 08:16   •  

Non non Juliette je ne crois pas...Les conneries que j'ai faites et les trucs difficiles que j'ai traversés font partie de moi. De mon destin (sans notion de prédestination, sans rentrer dans les questions de libre arbitre et de déterminisme qui pour moi sont un faux problème).
La question ce serait plus: est-ce qu'on voit que chaque jour participe, en expérience agréable ou difficile, à la construction de qui nous sommes aujourd'hui et nous rapproche de qui nous voudrions être ?

Merlinle 23 septembre 2019 à 08:22   •  

Oui mais là les amateurs d'uchronies vont tout de suite se dire "et si ?" La curiosité. Celle de savoir dans quelle direction une ligne de temps aurait prise si l'on avait changé tel ou tel élément-clé. Et si Hannibal avait foncé sur Rome ? Pour une existence personnelle, il y a des équivalents. Et si j'avais décidé tel truc à tel moment, où cela m'aurait-il mené? Cela ne veut pas dire qu'on est insatisfait de sa vie actuelle, mais la tentation de savoir ce qui aurait pu se passer autrement serait assez forte, je l'avoue ! :)

Berengerele 23 septembre 2019 à 08:39   •  

Je pense que tout ce que j'ai vécu, je l'ai vécu parce qu'il fallait que je le vive. Cela fait de moi celle que je suis aujourd'hui. Bonnes ou mauvaises, les expériences m'ont, en quelque sorte, forgée. Ma foi, je fais avec et ce n'est pas si mal.

ouestlebonheurle 23 septembre 2019 à 10:01   •  

moi j'aimerais tout recommencer avec mes enfants. Avoir vécu et compris des choses avant leur naissance. N'avoir pas cette impression permanente d'être nulle, de tout rater et de leur faire subir tout cela (j'ai encore passé mon we à crier, j'en peux plus de moi)
alors peut être que si un jour, je vois du mieux, j'aurais eu l'impression que ces épreuves m'auront fait grandir, mais en attendant, j'ai 2 loulous en dommage collatéral, et je ne me supporte plus (dans les jours positifs je me tolère)
et plus je fais de l'introspection pour changer, plus j'en ai marre de moi
c'est peut être cela qui fait la différence entre les personnes qui acceptent de vivre, et celles qui basculent de l'autre côté comme moi => est-ce que je changerais qqe chose à ma vie ?

Berengerele 23 septembre 2019 à 12:52   •  

Ouestlebonheur, c'est un travail sur soi et sur la confiance en soi que d'arrêter de se flageller. Même si je comprends, dans l'émotion, cette souffrance qui t'habite, j'ai envie de te dire que tu n'es certainement pas nulle, tu ne rates pas tout, tu n'es pas juste une pourvoyeuse du malheur d'autrui. Il y a certainement du positif, il faut aller rechercher ça, jusqu'au fond de tes tripes s'il le faut. Tu es dans un bouleversement intérieur, il me semble, et une introspection nécessaire, qui sont des premiers pas. Ta vie va changer parce que tu es déjà capable de les faire, même en boitant un peu. Et ça, c''est intelligent, courageux et le contraire de la nullité! Force et courage donc!

ouestlebonheurle 23 septembre 2019 à 14:31   •  

alors je pense que je me sentirais toujours "nulle" c'est ma nature profonde quand je m'en veux de quelque chose de généraliser et dramatiser. Quand je relève la tête en général je vois un peu de positif qui me fait avancer/continuer à y croire. là suite à ton message, j'ai essayé de voir ce que j'apportais à mes enfants. bon ce n'est pas forcément le portrait idéal de la maman mais c'est un début. il faut que je m'accroche aux moments où la pression est moindre et j'arrive à trouver un compromis entre ma nature, mon intention, et le résultat attendu :D
merci à toi pour ton message @berengere

Berengerele 23 septembre 2019 à 14:48   •  

Des pistes peut-être et sans prétention : écrire tes ressentis, faire la liste de tes positifs, puis de ce que tu voudrais voir s'améliorer. Réfléchir aux moyens pour y parvenir en lien avec tes valeurs. Agencer le tout par priorités. Te relire pour voir régulièrement si tu as avancé. Si pas, quels ont été les freins, les peurs? Bannir certains mots : espérer, tenter, peur, nulle, etc. Méditer, suivre une formation en gestion des émotions, te coller tes musiques préférées dans les oreilles, aller crier dans les bois, observer la nature, faire du sport, essayer le yoga, éviter les excitants alimentaires, ...pfff je peux continuer encore mais bon ! Voilà j'ai essayé.

Fropople 23 septembre 2019 à 15:10   •  

@ouestlebonheur je me reconnais assez dans cette vision "nulle de moi-même", jamais satisfait de ce que j'accompli.
Ma psy m'avait donné pour exercice de trouver une chose positive par jour et de l'écrire, au début j'ai eu du mal, je ne trouvais qu'un ou 2 trucs sur 15 jours (en même temps j'écrivais pas, je faisais de tête et ma mémoire était focalisée sur mes échecs ^^"). Mais petit à petit cela m'a permis de réorienter ma pensé vers le positif ^^
Maintenant même si je suis toujours assez critiques vis à vis de mon travail, il m'est arrivé des petites sensations de joies et de réussites même si c'est pour des broutilles. Je ne me jette pas des fleurs mais quand je me dit que je suis nul, j'essaye de voir les choses positives pour contrebalancer mon jugement négatif

ouestlebonheurle 23 septembre 2019 à 15:33   •  

oui ce que est en cours : prendre conscience de moi mais ne pas me focaliser dessus (merci mes traits autistiques :p), suivre une thérapie, courir, me renseigner sur le yoga, ne pas oublier le positif, prendre du recul régulièrement

J'ai réglé pas mal de choses niveau boulot, j'espère avoir fait des progrès niveau couple, mais maintenant mon focus est sur cette rentrée en 6eme qui me stresse pas mal ... bref merci pour vos conseils. J'espère qu'ils aideront d'autre aussi à relativiser et ne pas regretter d'avoir vécu sa vie

Juliette...le 23 septembre 2019 à 19:06   •  

Alors, pour moi oui Pacalou, ce que je suis n'est dissociable de la moindre once de ce que je vis, pense, dis, fais, rêve, rumine, extrapole, refais, tente de faire mieux, fais toujours aussi mal, abandonne, apprend... Maintenant, puis-je être totalement assurée que tout cela concourt à la perfection de moi-même? J'en ai le sentiment, tout simplement parce-qu'avec mes moyens, et dans ma configuration, je donne le maximum. Etant entendu que je suis la seule à connaître ma grille de lecture et à en paramétrer tous les réglages à chaque instant, au fil de la route. Je ne sais pas si je suis claire. En bref, je dirais surtout que tant que je me sens avancer sur le fil de ma vie, que le rééquilibrage constant se fait de plus en plus naturellement, que le plaisir du cheminement prend de plus en plus le pas sur la crainte de tomber, je ne vois pas ce que je pourrais bien regretter. Et pourtant... 😄

Pacaloule 23 septembre 2019 à 20:44   •  

Juste d'abord je réponds à Merlin...
L'uchronie oui c'est intéressant mais j'aurais tendance à dire: si j'avais fait un choix différent du coup je...n'aurai pas été moi (non ?)
Par contre, oui si les circonstances historiques autour de nous avaient été différentes peut-être n'aurions nous pas
trouvé matière à devenir qui nous sommes. Comment devenir soi, résistant ou collabo, si la France n'est pas occupée ?
Autre question qui en découle j'y pense (sans vouloir manquer de respect à ses très nombreux protagonistes et figurants) : les circonstances de la grande « histoire » ne sont-elles pas les coulisses et les conditions des réalisations de l'Histoire, la seule qui compte au final, la nôtre ?
Bon, après ce léger accès de mégalomanie je vais aller prendre mon dessert !

Pacaloule 23 septembre 2019 à 21:01   •  

Choeurs grecs, ou de l'armée rouge, au choix, c'est comme voulez "Pacalou mange son dessert, Pacalou mange son dessert !"

Pacaloule 23 septembre 2019 à 21:08   •  

Bon, dans un registre, comment dire, plus sérieux : ouestlebonheur, c'est vrai qu'avoir l'impression de foirer les choses avec ses enfants, c'est un vrai crève coeur. Mais il me semble que ce qu'il y a de bien avec les enfants, c'est que chaque jour, ils vous laissent vraiment vraiment une nouvelle chance. Et même jusqu'à la fin de l'adolescence je crois. Ce qui n'est pas toujours le cas avec les adultes...
Et pour les recettes du bien-être, Fropop, Ouestlebonheur, des fois il faut aussi "faire du hors piste", essayer des choses originales...ça ne coûte rien d'essayer non ? même si ça parait un peu saugrenu...

Strangerquarkle 23 septembre 2019 à 21:50   •  

@ouestlebonheur perso je vois ma vie comme une histoire qui se raconte, souvent les évènements dramatiques prennent un sens sous une forme ou une autre parfois des années après. Alors quand je repense aux erreurs commises avec mon fils quand il est né, je trouve que ça rend encore plus précieux tout ce que je partage avec lui aujourd'hui. Ca donne une profondeur à notre lien, et un jour je lui raconterai son histoire.

Quand je repense à tous les moments où je me suis trompée, aux moments où j'ai manqué de courage ou de lucidité, je me remémore celle que j'étais et je sais que j'ai fait de mon mieux, je sais que la maturité ne se force pas et vient en son temps.

Les "et si ..." n'ont pas de sens pour moi, la causalité n'existe pas en dehors de la réalité. Je trouve distrayant (c'est d'ailleurs tout le sel de ma vie) de jouer avec l'imaginaire pour créer des mondes et des histoires, mais la réalité est la réalité, elle est passionnante avec ses aspérités et ses imperfections (qui ne sont qu'une vue de l'esprit).

Donc @Pacalou, moi je ne change rien, et si je pouvais juste apporter ma petite contribution aux lois fondamentales de l'univers, je choisirai de vivre plusieurs vies les unes après les autres, et peut-être même un jour, me rappeler de toutes.

Pacaloule 23 septembre 2019 à 22:30   •  

Et peut-être @Strangerquark, est-ce déjà ce que tu es en train de faire, et ton voeu sera-t-il exaucé ?

Sur le réel et le thème du "retour"
Il y a un livre, "Replay", je l'ai lu il y a longtemps, mais j'avais adoré. D'ailleurs, je l'avais re-lu. Très romantique, à sa manière.

Sur l'imaginaire.
Il y a une nouvelle de Hermann Hesse. Un homme est enfermé dans une prison. Sur les murs de sa cellule il dessine à la craie un paysage de campagne, avec des près, une forêt, une route. Il dessine, il dessine. Et à la fin de la nouvelle, il prend un beau matin le chemin qu'il a dessiné et quitte ainsi la cellule.

Berengerele 24 septembre 2019 à 08:10   •  

😄 Whaou!

emanule 24 septembre 2019 à 08:20   •  

Merci pour ton topic pacalou c'est vraiment intéressant.
Pour moi, je pense que j'aurai répondu différemment il y'a un mois de ça. Avant de découvrir la douance.
Je n'arrivais pas à me connaitre, à comprendre mes émotions.
Alors des "et si" j'en avais plein la tête.
Mais aujourd'hui,c'est bête, mais je me comprends.
Je comprends mes émotions ma sensibilité mon empathie. Ma curiosité,ma compréhension différente des autres.
Je n'en ai plus honte, et je partage mieux avec les autres.
Je n'étais pas à l'aise dès qu'il y'avait plus de 3 personnes dans une discussion.
Aujourd'hui pas de problèmes.
Alors comme je suis heureux aujourd'hui, je ne regrette rien.
Bien qu'il y'a quand même à "et si" me chiffonne.
Et si j'avais découvert la douance en CP,quand je commençais a me sentir différent ?
J'aurais surement eu plus confiance en moi des le départ,eu peut-être un meilleur parcours scolaire,un métier plus enrichissant qu'aujourd'hui ?
Mais je n'aurais peut être pas non plus mon ptit bonhomme que j'adore.
Alors je ne veux pas laisser de place a ce" et si" qui me reste.
Je vais mieux c'est tout ce qui compte.
@ouestlebonheur ce sont les premiers pas qui sont le plus difficiles je pense.
Les diriger dans la bonne direction,c'est ce que tu es en train de faire on dirais;)
Après tout se débloque.
Y'a aussi un autre truc qui m'a aidé,c'est la kinésiologie.
Ca aide a comprendre ces émotions.
La découverte de la douance a fini le travail,ca m'a apporté ce qui me manquait,du concret.
Mais je n'y serais peut être pas arrivé sans la kinésiologie en complément. 😉

ouestlebonheurle 24 septembre 2019 à 09:07   •  

Aujourd'hui c'est un jour "avec". Je suis contente de moi. Même si je dois concilier avec des choses que je ne maîtrise pas, je ne regarde que ce que je maîtrise ... Et depuis hier matin ça va.
Je pense lancer bientôt un fil mais en tant que nana et hpi et autre chose, mes hormones me jouent des tours ... Alors bon 3 semaines de stress, de pression, de fatigue, des hormones en vrac tu lâches les vannes en criant pour le moindre détail :(

Merci @emanu pour ton retour.
Je confirme pour en revenir au sujet du post que quand ça va dans nos têtes, on accepte le passé et on est prêt à accueillir le futur. De toute façon on ne peut plus rien changer. Je reste malgré tout persuadée que j'ai fait bcp trop d'erreurs dans mon passe qui font honte et culpabiliser mais (il me faut du temps) je travaille sur le côté "ce qui compte c'est maintenant et la réaction que tu vas avoir" une nouvelle chance de recommencer à chaque fois...

[Hors sujet : Bref vous me verrez souvent dramatiser dans les moments "sans" et rationaliser dans les moments "avec" hihihi]

Merci à tout ceux qui prennent le temps d'échanger et de partager leur point de vue et expériences sans aucun jugement, c'est tellement enrichissant et reposant 😍

emanule 24 septembre 2019 à 13:13   •  

@ouestlebonheur chaque erreurs du passé te fait comprendre quelque chose sur toi même.
Quand tu auras trouvé l'apaisement que tu souhaites,tu sera blindée et plus rien ne pourra t'arrêter
😉
Je me joind aussi a toi pour remercier tous ceux qui participent a ce forum,qui devrait être reconnu d'utilité publique 😄

Loisele 01 octobre 2019 à 23:52   •  

Oui, je souhaite repartir en arrière pour changer de chemin. Tous les jours j'y pense. Et le matin je me réveille au même endroit. Dans le même espace temps.

emanule 02 octobre 2019 à 07:20   •  

Et essayer de positiver sur ton chemin actuel?
Facile a dire je sais.
Mais c'est malheureusement souvent la chose qu'on ai.

Carolle 02 octobre 2019 à 20:30   •  

hello, ce qui me dérange dans l'idée de changer ce qui est à chaque instant, ( n'est-ce pas ça l'éternel présent, la paix tant recherchée?), implique un conflit entre ce qui était, sera et a été tout au long de la vie. Vie qui est mouvement et éternel changement.

Je me demande même si notre existence terrestre aurait encore un sens.

Maintenant, le fait naturel( l'état de survie psychologique) de se remettre en question pousse à la compréhension totale des choses, et je crois que la recherche de compréhension est le premier pas vers la paix intérieure.

En fait, les choses ne sont pas opposées comme on pourrait le croire, elles expriment plusieurs choses faisant partie du réel. Si nous pouvons les prendre pour ce qu'elles sont sans les interpréter, peut-être jaillira-t-il quelque chose. Nous avons tous tendance je crois à faire de nos idées passagères des vérités, des dogmes...

Mais avec la conscience que j'ai aujourd'hui, je n'aurais jamais eu des enfants avec un PN. Mais la perversion narcissique découle de la souffrance inhérente au monde du moi, de l'humain.


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?