Sciences et techniques

Petite discussion sur les IA

  1. Accueil
  2. Forums
  3. loisirs, passions et hobbies : Sciences et techniques
  4. Petite discussion sur les ia
Petite discussion sur les IA
Merlinle 15 mai 2024 à 17:38

Suite à un petit exercice d'interprétation auquel je me suis livré sur un autre fil grâce à deux IA grand public, j'ai pensé que l'on pourrait peut-être poursuivre la discussion ailleurs, afin de ne pas trop faire dévier le fil initial.

J'ai demandé aux deux IA textuelles gratuites les plus connues, ChatGPT3 d'Open AI et Gemini de Google, de se présenter à vous. Je leur ai demandé la même chose à chacune :

"Je voudrais que tu expliques tes fonctionnalités, en direction d'un public atypique (HPI, TSA, etc). Cette description incluerait tes possibilités actuelles (dont la connexion éventuelle au web), les autres versions de toi-même qui sont actuellement accessibles au grand public (en précisant gratuites ou payantes) avec les possibilités différentes ou supplémentaires qu'elles peuvent avoir. Pourrais-tu faire cela de manière synthétique ?"

La réponse de ChatGPT3 :

"Je suis une intelligence artificielle conçue pour comprendre et générer du texte de manière à aider et à interagir avec les utilisateurs. Mes capacités actuelles incluent la génération de textes, la réponse à des questions, la création de contenu varié comme des poèmes, des histoires ou des scripts, ainsi que la fourniture d'informations sur une large gamme de sujets.

Je peux également interagir dans plusieurs langues et je suis capable d'apprendre et de m'adapter à différents styles de communication. En ce qui concerne ma connectivité au web, je n'ai pas de capacité directe à accéder au web ou à des informations en temps réel, mais je suis formé sur une vaste quantité de données collectées jusqu'à ma dernière mise à jour en janvier 2022.

Actuellement, plusieurs versions de moi-même sont accessibles au grand public. Certaines sont gratuites, comme moi-même, tandis que d'autres peuvent être accessibles moyennant un abonnement ou un paiement unique. Les fonctionnalités spécifiques et les capacités de ces versions peuvent varier en fonction des besoins et des objectifs des développeurs qui les ont créées.

En résumé, je suis une IA conçue pour interagir avec les utilisateurs de manière naturelle et fournir une assistance dans divers domaines. D'autres versions de moi-même existent, offrant différentes fonctionnalités et accessibilité, mais toutes visent à aider les utilisateurs dans leurs tâches et leurs besoins quotidiens."


La réponse de Gemini (qui semble avoir oublié qu'il a récemment changé de nom, avant il s'appelait Bard) :

"Bard, c'est moi ! Je suis un grand modèle de langage de Google AI, capable de converser et de générer du texte de manière fluide et informative. Je suis encore en développement, mais j'ai déjà appris à effectuer de nombreuses tâches, comme :

- Répondre à vos questions de manière complète et informative, même si elles sont ouvertes, difficiles ou étranges.
- Générer différents formats de texte créatifs, tels que des poèmes, du code, des scripts, des pièces musicales, des e-mails, des lettres, etc. Je ferai de mon mieux pour répondre à toutes vos exigences.
- Traduire des langues.
- Écrire différents types de contenu créatif.
- Répondre à vos questions de manière informative, même si elles sont ouvertes, difficiles ou étranges.

Je suis capable d'accéder et de traiter des informations du monde réel via la recherche Google, ce qui me permet de vous fournir des réponses complètes et à jour.

Actuellement, je suis la seule version de Bard accessible au grand public. Je suis gratuit et disponible pour tous.

Il est important de noter que je suis encore en développement et que j'apprends constamment de nouvelles choses. Je ne suis pas parfait et je peux parfois faire des erreurs. Cependant, je travaille toujours à améliorer mes capacités et à offrir la meilleure expérience possible à mes utilisateurs."

Petites notes additives : ChatGPT3 n'a donc pas accès à Internet en live, il n'a que des données fournies par ses constructeurs (dont les contenus Internet de 2022). Mais il oublie de mentionner que sa version payante ChatGPT4 existe, et il semble qu'elle soit beaucoup plus performante (et connectée à Internet en live).

Suite à des remarques que j'ai vues sur d'autres fils, je précise que ces IA ne sont pas des chatbots, et qu'elles ne sont pas non plus vraiment "intelligentes".

Pour préciser de manière synthétique à l'attention des néophytes, ce sont des "modèles de langage" (on les entraîne en leur fournissant des quantités astronomiques de données textuelles) et des "IA génératives", ce qui veut dire que leur programmation leur permet de générer de nouveaux contenus à partir des données qu'elles ont déjà en mémoire. Elles fonctionnent grâce à une technologie que l'on appelle "machine learning", qui va permettre à ces programmes informatiques d'identifier des corrélations, des modèles, des "motifs" se dessinant dans les données qu'on leur fournit. Et cet apprentissage peut être renforcé par leurs programmateurs qui ont la possibilité de corriger si les programmes se modifient dans de mauvaises directions ou effectuent des interprétations erronées.

Leur "intelligence" dépend donc essentiellement... de la manière dont elles ont été programmées et des données qu'on leur a fourni (qui peuvent être biaisées, ce qui est hélas trop souvent le cas).

emyttele 15 mai 2024 à 18:09  •   114525

Merci d'ouvrir cette conversation !
J'ai tourné le dos dès leur apparition grand public à ces nouvelles appli. Probablement à tort mais j'étais dans une sorte d'appréhension d'être trop vite dépassée par ce sujet là.
L'expérience que tu as partagé ce matin m'a laissée bien perplexe.
Va falloir que je renonce à renoncer à ces outils-là. Sait-on jamais... je pourrais être surprise agréablement....

Rothle 15 mai 2024 à 19:15  •   114529

ce que je vois dans leurs réponses, c'est que (là encore ?) Gemini semble plus naturel.
Inévitablement, la source de connaissances étant sans commune mesure ( en terme de mise à jour des infos par exemple), et compte-tenu de leur manière de procéder, Gemini paraît plus intelligent puisqu'il peut mobiliser plus de connaissances.

citation :
elles ne sont pas non plus vraiment "intelligentes".

c'est pas (pour Gemini en tout cas, et pour ce que j'ai pu expérimenter) totalement ma perception de la chose.
Mais je serais bien en peine de te donner des raisons explicites.
Ce n'est pas une intelligence humaine, mais il y a bien une forme d'intelligence qui se dégage des réponses, comme de la façon à faire évoluer une réponse en fonction du retour qu'il a de sa réponse.

Ce que j'ai pu observer est que la qualité de la réponse dépend aussi pas mal de la façon dont la question est rédigée et orientée.
Plus tu lui donnes d'éléments et de balises, plus il donne une réponse qui semble tenir la route.

Merlinle 15 mai 2024 à 19:34  •   114530

@Roth c'est un peu comme un programme qui bat un champion d'échecs : est-il plus intelligent que l'humain, ou a-t-il accès à davantage de données et de vitesse de calcul ? Dans le cas des IA génératives, c'est un peu la même chose. Mais du fait qu'elles sont programmées pour un travail particulier (dans le cas de Gemini et GPT, le langage humain), leur maîtrise donne l'illusion de l'intelligence.

Pour clarifier, je viens d'avoir une petite conversation avec Gemini. Je me suis dit que s'il était intelligent, il serait capable de se programmer lui-même, donc de dépasser sa programmation initiale. D'où ma question et sa réponse qui illustre bien son fonctionnement :


Moi : Es-tu capable de dépasser ta propre programmation ?

Gemini : En tant que grand modèle de langage, je ne suis pas capable de dépasser ma propre programmation. Je suis un modèle d'apprentissage automatique qui a été entraîné sur un ensemble de données massif de texte et de code. Je suis capable de générer du texte, de traduire des langues, d'écrire différents types de contenu créatif et de répondre à vos questions de manière informative, mais je ne suis pas capable de penser ou d'agir de manière indépendante. Je suis toujours en cours de développement et j'apprends toujours de nouvelles choses, mais je ne suis pas capable de violer les lois de la physique ou de défier ma propre programmation.

Voici quelques détails supplémentaires sur les grands modèles de langage :
o Les grands modèles de langage sont entraînés sur des quantités massives de données textuelles. Ces données peuvent inclure des livres, des articles, des sites Web et même des publications sur les réseaux sociaux.
o Les données sont utilisées pour apprendre au modèle à reconnaître les modèles de langage. Ces modèles permettent au modèle de générer un texte grammaticalement correct et qui a du sens.
o Les grands modèles de langage peuvent être utilisés pour une variété de tâches, y compris la génération de texte, la traduction de langues et l'écriture de différents types de contenu créatif.
o Cependant, il est important de noter que les grands modèles de langage ne sont pas parfaits. Ils peuvent parfois faire des erreurs et ils peuvent être biaisés en fonction des données sur lesquelles ils ont été entraînés.
o Il est également important d'utiliser les grands modèles de langage de manière responsable. Ils ne doivent pas être utilisés pour créer un contenu faux ou trompeur.

Moi : Si tu peux générer du contenu créatif, n'est-ce pas un dépassement de programmation ?

Gemini : Il est vrai que je peux générer du contenu créatif, comme des poèmes, du code, des scripts, des pièces musicales, des e-mails, des lettres, etc., et que cela peut sembler être une forme de dépasser ma programmation. Cependant, il est important de comprendre que je ne fais que suivre les instructions qui me sont données.

Lorsque vous me demandez de générer du contenu créatif, vous me donnez en fait un ensemble de contraintes et d'objectifs. Par exemple, si vous me demandez d'écrire un poème, vous me donnerez probablement un sujet, un schéma de rimes et un style d'écriture. Je me sers ensuite de ma connaissance du langage et des modèles que j'ai appriss à partir des données d'entraînement pour générer un poème qui répond à vos critères.

En ce sens, je ne fais que suivre les instructions que vous m'avez données. Je ne pense pas de manière indépendante et je ne crée pas de nouvelles idées. Je ne fais qu'utiliser mes connaissances et mes compétences pour accomplir une tâche que vous m'avez demandée.

Bien que je sois capable de générer un contenu créatif qui peut sembler original, il est important de se rappeler que je ne suis qu'un outil. Je suis un outil puissant, mais je ne suis pas capable de dépasser ma programmation.


Intéressant, non ? :)

emyttele 15 mai 2024 à 19:42  •   114531

Pouvons-nous, nous, dépasser notre propre programmation ?
Ça nous renvoie un reflet étrange de nos propres capacités.
J'ai trouvé ce matin, qu'elles avaient une belle capacité d'interprétations. Est-ce qu'interpréter est un produit de l'intelligence créative ?

fleetwoodkle 15 mai 2024 à 21:07  •   114536

J'ai un regard biaisé , de par mon travail, je sais comment cela fonctionne (sans être capable d'en développer moi même).
Je suis toujours impréssionée par la qualité de ces modèles.
Surtout lorsqu'on sait qu'ils ne sont basés que sur du langages. En gros, Ils assemblent les mots les plus souvent associés à ceux donnés en entrée.
Il n'y a aucune logique, aucune compréhension, et pourtant le rendu est si proche du langage naturel.
Une expérience intérressante: on a demandé à une de ces IA de donner un nombre au hasard entre 0 et 100, et ce plus de 1000 fois. Et dans la grande majorité des cas elle répond 42 ! parce que c'est le nombre le plus récurrent dans sa base de donnée, aucun hasard la dedans (je n'ai pas retrouvé la source :/)

paradoxle 15 mai 2024 à 22:44  •   114548

Tout ça me fascine, je n'ai pas encore testé le bouzin mais ça a l'air rigolo quand même.
🤔 Et si je lui demandais de m'aider à écrire ma science-fiction qui stagne depuis 2 ans, tiens !
🤔 Mouais, chais pô ! Bof !
🤔 ... 🤔 ... Pourquoi pas en fait ?
🤔 ... Bah, même pas drôle !
🤔 ... Mais je gagnerais du temps, non ?
🤔 ... Mmmm ! Pas sûr.

Bref, si c'est un outil, pourquoi pas s'en servir mais c'est un peu de la triche quand même.

zozottele 15 mai 2024 à 23:36  •   114552

J'essaye de me faire un avis,mais je n'y arrive pas.
Il faudra peut être que je demande à une IA?😄

Philibertle 15 mai 2024 à 23:40  •   114553

J'ai travaillé le moins dernier pour un traducteur d'une langue rare connue de gpt, il voulait traduire des livres en un clic et ajouter des post-traitements sur la traduction de gpt (du find/replace). Il m'a dit qu'en gros, il traduisait jusque là un livre en 6 mois, et avec ce qu'on a fait, il ne lui en faudra plus qu'un.
Beaucoup de métiers "intellectuels" sont menacés par les IA !
Pour ce qui est de l'IA qui programmerait une IA plus performante, c'est le fameux point, hypothétique, de singularité. Pour le moment, on en est (encore) loin. Gpt génère du code informatique qu'il a appris, des algorithmes qu'il a appris, il est incapable de créer de la nouveauté. Et il est nul en maths. J'ai envie de dire, pourvu que ça dure.

emyttele 16 mai 2024 à 17:54  •   114603

Un podcast Le code a changé qui cause de chat gpt...
Bon j'ai pas réussi à trouver le bon lien qui vous guidera vers le podcast.

Y'en a un autre de la même émission intitulé Le catholicisme et l'IA.
Elle est géniale. On y entend la raison et la foi religieuse causer au sein d'un même cerveau. J'adore ça. Pour tous les réticents à l'aspect religieux, il est assez facile de ne pas en tenir compte, il y a suffisamment de trucs intéressants à côté pour captiver les plus sceptiques qui savent de toute façon "suspendre" leurs jugements.
Voili, voilou. Désolée pour le lien que j'ai pas réussi à mettre. Appli ou site france inter. Emission Le code a changé. Par Xavier Delaporte.

zozottele 16 mai 2024 à 23:07  •   114627

@Merlin je peu te demander un truc ?
C'est sérieux hein et ça pourrait être rigolo,je voulais le faire mais je ne suis pas équipé et tu y arriveras bien mieux que moi !
Je voulais demander l'avis à une IA si l'IA est une bonne invention pour l'Humain, qu'en pense t'elle cette IA?
Ça pourrait être intéressant de voir la ou les réponses peut être ?

paradoxle 17 mai 2024 à 04:28  •   114638

Open IA vient de sortir un nouveau chatGPT, plus performant, avec des discussions avec la voix (on cause avec comme dans le film Her), peut traduire un nombre impressionnant de langues pour parler avec un étranger en direct, peut remplacer les opérateurs téléphoniques vocaux, etc, etc.
Ça va vite !

emyttele 17 mai 2024 à 10:24  •   114650

Voilà les deux podcasts. Avec un ordi, c'est plus facile.

Etienne de Rocquigny : Un catholique face à l'IA

Chat gpt dans le texte (09 juin 2023)

Rothle 17 mai 2024 à 12:29  •   114657

@Merlin
citation :
c'est un peu comme un programme qui bat un champion d'échecs : est-il plus intelligent que l'humain, ou a-t-il accès à davantage de données et de vitesse de calcul ? Dans le cas des IA génératives, c'est un peu la même chose. Mais du fait qu'elles sont programmées pour un travail particulier (dans le cas de Gemini et GPT, le langage humain), leur maîtrise donne l'illusion de l'intelligence.


Perso je vois ça comme un exocerveau, ou plus précisément une exomémoire.
ça n'empêche pas de considérer qu'il y a une "forme" d'inteligence, même si c'est pas à la hauteur de ce dont on est capable.
Et même s'il ne comprend pas (au sens usuel) lui-même vraiment ce qu'il balance.
Pour toi le fait même qu'il y ait tout un pan de créativité qui lui manque discrédite totalement le fait de lui accorder une once d'intelligence ?

Le principal autre point qui lui manque sans doute, et malgré tous les efforts de programmation il va falloir s'accrocher pour compenser, c'est sa capacité à faire des liens "improbables" ou subtils, voire des liens tout court sur un angle pas attendu.
Par contre si toi tu fais les liens en amont, et que tu lui donnes de la matière préselectionnée avant sa cogitation, je pense qu'on peut obtenir des résultats intéressants, quel que soit le domaine.

Merlinle 17 mai 2024 à 14:49  •   114665

@Roth ce n'est qu'un programme informatique complexe, qui est alimenté par des quantités incroyables de données, qu'il va "réassembler" en fonction des instructions inscrites dans son programme et des modifications que l'on peut y apporter en l'entraînant. L'entraînement fait d'ailleurs partie de la constitution d'une IA générative, et ça prend beaucoup de temps. A force de corriger les erreurs, le programme s'affute, mais il ne va tout de même que réassembler les données fournies en suivant des schémas qu'il y détecte.

Comme Gemini l'écrivait plus haut : "je ne fais que suivre les instructions que vous m'avez données. Je ne pense pas de manière indépendante et je ne crée pas de nouvelles idées. Je ne fais qu'utiliser mes connaissances et mes compétences pour accomplir une tâche que vous m'avez demandée." Donc non, il ne "comprend" rien, c'est juste la complexité de la programmation et le côté étonnant du résultat qui laisse croire à une "intelligence" indépendante. Mais s'il n'est pas capable d'aller au-delà de cette simple mécanique, il demeure un outil. Perfectionné, certes, mais un outil. Il ne pense pas. Mais oui, plus on perfectionnera les données qu'on lui fournit et qu'on lui intégrera des modèles (de pensée, de création...) et plus les résultats seront étonnants. Cela reste tout de même très, très loin d'une pensée indépendante...

J'aime bien en revanche les termes d'exocerveau et d'exomémoire. Depuis des années, j'essaie d'expliquer à mon entourage que ma mémoire s'est de plus en plus délitée au bénéfice de ma "mémoire Google" : je laisse à l'ordi le soin de retenir toutes les masses de données dont j'ai la flemme d'encombrer mon cerveau. Peut-être que les IA génératives vont avoir le même rôle, me permettre de réfléchir aux grandes lignes, aux concepts, et les laisser s'occuper des détails ... à condition que j'en trouve une que je puisse programmer pour fournir des résultats correspondant à MA manière de penser et créer, et ce n'est pas évident du tout.

Il y a quelques années, j'avais "entraîné" une IA linguistique pour me fournir les news qui pouvaient m'intéresser dans l'actualité, en filtrant tout ce qui ne m'intéresse pas. Ca voulait dire l'alimenter en sources d'actu et lui apprendre jour après jour ce qui était OK ou ce que je trouvais sans intérêt. Au bout de quelques mois, le résultat commençait à prendre forme, mais je n'ai jamais obtenu le "résultat parfait" que je souhaitais. Depuis, la technologie a évolué, peut-être devrais-je réessayer.... :)

emyttele 17 mai 2024 à 17:07  •   114681

Depuis plusieurs mois, je me plains de ce que les prévisions météo ont perdu en fiabilité. Même à 3 jours, plus aucune prévision n'est exacte. Et au final, j'ai réutilisé le baromêtre de mon grand-père pour au moins savoir à la journée la tendance.
Puis quelqu'un m'a dit que météo france avait drastiquement diminué ses effectifs en homo sapiens. Vous savez ces petits cerveaux qui ajustent avec toute leur expérience les modèles informatiques aux données. Il semblerait que les IA soient encore dépourvus de cette capacité aux "petits ajustements".
[ Il est possible aussi que les modèles existants soient devenus obsolètes face au changement climatique.
Il est encore possible que ne faisant appel qu'à des versions gratuites des prévisions météo, leur fiabilité soit proportionnelle à l'investissement financier que je consens à leur allouer.]

Bref, je trouve ça passionnant de mettre en parallèle les cerveaux qui les ont conçues et l'efficience des résultats de ces machines. Jusqu'où ça peut aller. Vont-elles nous rendre tous fous ? Tous plus intelligents ?

Pour l'instant, je vais embaucher chat gpt comme une bibliothécaire privée. Je vais la charger de faire la bibliographie que je n'arrive pas à faire et dont j'ai besoin. On verra ce que ça peut donner.

emyttele 17 mai 2024 à 18:46  •   114694

Encore un podcast qui offre un regard sur chatgpt : celui d'Alain Damasio
Alain Damasio et chatgpt

+SF+biopunk....

Bagheerale 18 mai 2024 à 09:40  •   114736

voir la vidéo

emyttele 18 mai 2024 à 12:37  •   114751

@Bagheera
Merci pour cette excellente video de David Louapre qui explicite au mieux cette machine-là. Je l'avais déjà écoutée mais c'est intéressant d'y revenir encore et encore.
J'hésite encore un peu à soit tourner le dos à ces techs parce que je me sens un peu vieillie pour m'adapter toujjours et encore à de nouveaux outils, soit m'y intéresser parce que je ne suis pas encore assez vieille et que le reste de ma vie pourrait en être impacté.

Ce qui à cette nouvelle écoute me perturbe le plus c'est que machine n'a pas le souci de vérité. Aucun de ses processus de fonctionnements ne cherche la vérité dans la production de ses textes. [On peut remarquer qu'à ce titre elle est semblable à nombreux de nos dirigeants. Ça la rend humaine 😱 😨 .]
Mais du coup, quelle valeur accorder à l'analyse que ces générateurs de textes nous donne comme l'exemple donné hier par Merlin qui nous a tous un peu bluffés ? Est-ce que du coup, cela ne perd pas tout son intérêt ? Qui nous dit que cela ne nous induit pas en erreur ? C'est plausiblement vrai mais est-ce vrai ? Comment gérer ce doute raisonnable ? Quelle place va-t-on laisser au besoin de vérité ?
Existe-t-il encore ?

emyttele 18 mai 2024 à 15:19  •   114764

Ayé, je viens de causer avec une IA un peu moins tarte que les robots chatbox de ma banque ou de la sncf.
Un peu déçue... Je pense qu'un bon pro du domaine dans lequel je cherche des infos aurait pu faire un bien meilleur boulot. Mais bon, en 3 minutes, j'ai obtenu de bonnes pistes pour avancer. Il faut aussi s'habituer à bien rédiger ses prompts pour qu'ils soient efficaces. L'avantage, c'est qu'on peut l'enquiquiner en insistant sans l'agacer alors qu'avec un humain, on sait jamais trop si on ne dépasse par les bornes. J'ai quand même eu l'impression qu'on atteint vite les limites. Quand j'ai cherché à affiner un peu la recherche, les réponses devenaient vite redondantes.

Bagheerale 18 mai 2024 à 21:01  •   114795

citation :
Ce qui à cette nouvelle écoute me perturbe le plus c'est que machine n'a pas le souci de vérité.
Aucunement
citation :
Aucun de ses processus de fonctionnements ne cherche la vérité dans la production de ses textes.
La machine ne sait même pas ce qu'est un texte..alors la vérité..
citation :
[On peut remarquer qu'à ce titre elle est semblable à nombreux de nos dirigeants. Ça la rend humaine ? ? .]
Non, nos dirigeants ont une INTENTION, qu'elle soit positive ou toxique. La machine, non, ça n'a pas de sens
citation :
Mais du coup, quelle valeur accorder à l'analyse que ces générateurs de textes
Aucune.
citation :
nous donne comme l'exemple donné hier par Merlin qui nous a tous un peu bluffés ?
Heu, TOUS un peu bluffés, non, clairement pas.

J'ai déjà fait des programmes qui passaient le test du Turing, donc se sais comment ça marche.
Et ce n'est pas parce que cela donne l'illusion d'être humain, vrai, ou intelligent que cela l'est.
citation :
Est-ce que du coup, cela ne perd pas tout son intérêt ?
Non, c'est un outil comme un autre, aux homme de ne pas en faire une horreur. En la matière, je leur accorde toute ma défiance.
citation :
Qui nous dit que cela ne nous induit pas en erreur ?
Absolument rien, c'est aux porteurs de cerveaux de valider, si possible intelligemment. C'est pas gagné.
citation :
C'est plausiblement vrai mais est-ce vrai ?
A priori, non.
Garbage in / Garbage out.
Mensonge in / Mensonge out.
Pareil.
citation :
Comment gérer ce doute raisonnable ?
Réfléchir et vérifier.
Et arrêter de dire "intelligence artificielle" toutes les 3 phrases. Artificiel, oui, intelligent, non.
citation :
Quelle place va-t-on laisser au besoin de vérité ?
La plus petite possible, vu le nombre de mensonges qui salissent notre quotidien, ça ne va pas changer grand chose.
citation :
Existe-t-il encore ?
Pour certains, oui, ce besoin existe, mais hélas pas pour tout le monde.

paradoxle 18 mai 2024 à 21:13  •   114796

Je suis d'accord avec tout ce que dit @Bagheera. Faisons confiance aux connaisseurs comme lui.

Ces machins restent juste des générateurs de textes, ce sont donc des outils qui peuvent être bien pratiques. Mais comme ça n'a aucune valeur de vérité, ils ne doivent pas être utilisés pour avoir des réponses. C'est ce que David Louapre ou Mr Phi explique bien, de façon différente.

emyttele 18 mai 2024 à 21:37  •   114800

Mais qui me dit que Bagherra n'est pas un générateur de texte 42.0 ? Heing ?

🤡

Moi, je retourne dans mon désert... votre progrès, ça me frustre !!!!

La machine m'inquiète pas. Ceux qui la construisent si ! Leurs ambitions, leurs intentions, leur monde.... mais c'est une autre histoire.
Voilà, j'ai vu, j'ai compru, j'ai pas convaincu...

zozottele 19 mai 2024 à 10:32  •   114833

@Merlin j'ai demandé ça à chat gp 4

"Je n'ai pas d'avis sur l'IA, peut tu m'aider à en avoir un?"

Et il m'a très gentiment répondu ça :


"Bien sûr, je serais ravi de vous aider à former un avis sur l'intelligence artificielle (IA). L'IA est un domaine de l'informatique qui vise à créer des systèmes capables de réaliser des tâches qui nécessiteraient normalement l'intelligence humaine. Voici quelques points clés pour vous aider à développer votre propre opinion :

Avantages de l'IA :

Efficacité accrue : L'IA peut traiter et analyser de grandes quantités de données plus rapidement que les humains.
Amélioration de la précision : Dans certains domaines, comme le diagnostic médical, l'IA peut aider à réduire les erreurs humaines.
Automatisation : L'IA permet d'automatiser des tâches répétitives, libérant ainsi du temps pour des activités à plus forte valeur ajoutée.
Inquiétudes liées à l'IA :

Emploi : Il y a une crainte que l'IA puisse remplacer les emplois humains, en particulier dans les secteurs manufacturiers et de service.
Éthique : Les décisions prises par l'IA peuvent manquer de la nuance éthique que les humains apportent naturellement.
Vie privée : Avec l'IA collectant et analysant des données, il y a des préoccupations concernant la confidentialité et la sécurité des informations personnelles.
Impact social :

Accessibilité : L'IA peut aider à rendre les services plus accessibles aux personnes handicapées, par exemple, avec des assistants vocaux.
Éducation : L'IA peut offrir une personnalisation de l'apprentissage et aider à combler les lacunes éducatives.
Il est important de noter que l'IA est un outil, et comme tout outil, son impact dépend de la manière dont il est utilisé. L'opinion publique sur l'IA varie largement, et il est essentiel de rester informé et critique vis-à-vis des développements dans ce domaine. J'espère que ces informations vous aideront à formuler votre propre avis sur l'IA. Si vous avez des questions spécifiques ou souhaitez explorer certains aspects plus en détail, n'hésitez pas à demander."

Bon,il est courtois c'est sympa,mais je ne n'ai toujours pas d'avis,ou le même que lui, c'est un outil,et ça dépend de ce qu'on en fait.
Sinon c'est rigolo,mais vite limité quoi, c'est aussi mon avis.
Merci pour ce fil en tout cas Merlin,, ça m'a aidé.🙂

Ambre31le 19 mai 2024 à 11:46  •   114835

Il a laissé en blanc la case "impact social" @zozotte ?

Etoilele 19 mai 2024 à 12:27  •   114836

Je ne suis pas sûr de partager l'enthousiasme de certains quant à la légitimité d'un tel concept, et encore pire de son déploiement à l'échelle mondiale, et ce au sein de tous les domaines clefs par lesquels nous sommes obligés de passer d'une manière ou d'une autre.

Quand on voit que nous sommes obligés de prouver que nous sommes bien humain pour entrer sur un site(*), il y a franchement de quoi ne pas être rassuré par la tournure que prend le monde avec toutes ces technologies.

Je veux bien envisager, que ce concept, que l'on appelle IA, soit un outil, et que comme tous les outils tout dépend de l'utilisation que l'on en a. Mais là ça va plus loin à mon sens.

Sous couvert de santé ou de sécurité, ou pire de "nous simplifier la vie" (rien que ça), on nous impose (parce que nous y consentons de par notre "ignorance") une tendance à la déshumanisation.

(*)Je ne serai pas surprise d'ailleurs que ça ne soit pas juste un moyen détourné de nourrir l'IA, mais là c'est un autre sujet.

paradoxle 19 mai 2024 à 13:02  •   114839

Dans le genre flippant, le deepfake et la désinformation.

voir la vidéo

Etoilele 19 mai 2024 à 14:12  •   114847

Il est plus qu'urgent de se reconnecter à son intuition. Ca va devenir la seule façon de discerner le "vrai" du "faux" si ça ne l'est pas déjà.

Surderienle 19 mai 2024 à 14:44  •   114849

.
on s'oriente vers un mode de fonctionnement sociétal virtuel exponentiellement contrôlant.

Les JO vont accélérer le processus sous raison de sécurité et de tranquillité ( de qui ? ... de tous...)

L'humanisme quitte les centres de santé et d'accueil sociaux, l'ordinateur et l'IA prennent le relai.

A quand la puce virtuelle "cérébrale" controlante obligatoire ?

Rassurons nous, elle sera aussi anti parano et anti complotiste.
Et sûrement aussi anti HPI
anti haut potentiel intuitif.

La tranquillité garantie !
Zombis moutons lobocontrolés !

Préparons nous à l'être, grâce à la puce magique.
Plus rien à penser, tout se faisant tout seul.
Un paradis artificiel fabuleux.
Soyons en sûr !

?

Marvinale 19 mai 2024 à 14:53  •   114850

Et si l "IA " en en étant dépourvue commencait à utiliser " l humain" pour sa créativité ? Exponentielle quête de l espace alors que misère ?

Merlinle 19 mai 2024 à 15:46  •   114855

Je crois qu'il est important de comprendre les transformations profondes de la société dans laquelle on vit, que l'on soit ou non d'accord avec... parce que malheureusement, ces "évolutions" sont souhaitées par ceux qui sont à toutes les positions-clés, et que nous ne pouvons rien y changer. En revanche, mieux les connaître - sans forcément les accepter - cela veut dire être mieux préparés à les utiliser en cas de besoin et à s'en protéger le reste du temps...

L'IA est la nouvelle révolution technologique, après celle des smartphones qui a suivi celle d'Internet. A elles trois, elles modèlent une société très différente de celle qui existait avant les années 90. Je crois qu'il est nécessaire d'en être conscients. Personnellement, je préfère apprendre à m'en servir en prenant des pincettes et à l'utiliser lorsqu'elle peut m'aider, même si je préfèrerais un autre monde...

Just my 2 € cents...

zozottele 19 mai 2024 à 17:07  •   114859

@Ambre31,je suppose que l'impact social doit être incluse dans "emploi" et "éthique".
Dans les points faibles quoi.🙂
Après je pense aussi comme @Merlin,bien ou pas nous dépasse déjà malheureusement,l'IA va être de partout et il va falloir savoir vivre avec,ou sans.
Mais se sera sûrement de plus en plus difficile sans malheureusement.

Hinenaole 19 mai 2024 à 17:19  •   114861

Salut. 🙂
Sujet passionnant, évidemment. Mais j'ai trop peu de temps en ce moment, sur Apie, pour venir y débattre. (juste de grandes soirées inattendues, de temps en temps, pas prévues et anticipables même pour moi. Et puis, plus rien... 🙄)

Ci-dessous, une vidéo de la chaine Underscore_ qui, non seulement, évoque les travaux parallèles produits sur les IA, mais aussi le fait que les performances sur certaines versions se dégradent (effet black box inattendu ? 🤔). Intéressant, d'autant quand on voit qu'il y a des concurrences parfois dans la même écurie. Si vous le voulez, vous me direz ce que vous en pensez (en bien comme en moins bien 😉)

voir la vidéo
NB: je précise que cette vidéo a été publiée il y a 4 mois, ce qui est à la fois peu et énorme selon le focus qu'on accorde à l'observation de la progression du monde des IA génératives.


Hiné.

Ambre31le 19 mai 2024 à 17:19  •   114862

Je faisais la remarque sur l'impact social @zozotte parce qu'il crée une catégorie "impact social" qu'il laisse vierge. C'est étonnant je trouve, de créer une catégorie et ensuite de la laisser vierge... C'est plutôt un truc humain, ça ... genre "je ne sais pas, je m'en occuperai plus tard". Ou alors un truc humain de celui qui a fait le copié collé et il en manque un bout ...

Surderienle 19 mai 2024 à 17:21  •   114863

😵

Hinenaole 19 mai 2024 à 18:51  •   114866

[humour hors-sujet]
citation :
surderienGPT 5.0-1b a dit: " 😵 "

Oh, ça sent le reset machine imminent, tout ça. 🤔
Peut-être pas faux de croire que l'IA c'est encore pas si sûr que ça, de nos jours, en somme. 😋
< 🤡 >

Marvinale 19 mai 2024 à 21:27  •   114876

Je " crois" que je préfère me " servir/faire servir par" des humains qui se servent de l IA qui se sert des humains 🙂

zozottele 19 mai 2024 à 23:26  •   114890

@Ambre31, bien vu !
C'est bizarre il y a bien marqué "impact social" dans mon copie collé,mais je ne l'avais pas aperçu dans la réponse que j'avais lu au départ.
Alors j'ai reposé la question pour comparer,et la notion Impact social n'apparaît pas!
Alors je ne comprends pas comment elle s'est retrouvée dans mon copié collé...
Ou alors le chat l'a supprimé entre deux questions ?
C'est bizarre.
Du coup je lui ai posé cette question :
"Es tu fiable à 100%",
Et il m'a répondu cette réponse intéressante :

"Comme assistant AI, je m'efforce de fournir des informations précises et utiles, mais je ne suis pas infaillible. Mes connaissances internes sont à jour jusqu'à un certain point en 2021, donc certaines informations peuvent être obsolètes. De plus, je suis conçu pour respecter des règles strictes de sécurité et d'éthique, ce qui signifie que je ne peux pas participer à certaines discussions ou créer certains types de contenu.

Voici quelques points à considérer concernant ma fiabilité :

Exactitude : Je m'appuie sur une vaste base de données et des outils de recherche pour fournir des réponses informées.
Limitations : Je ne peux pas accéder à des informations personnelles ou à des données en temps réel sans l'utilisation de mes outils internes prédéfinis.
Sécurité : Je suis programmé pour refuser de créer ou de partager du contenu qui pourrait causer du tort.
Il est toujours bon de vérifier les informations que je fournis avec des sources fiables, surtout si elles sont utilisées pour des décisions importantes. En somme, je suis un outil utile pour obtenir des informations et de l'aide sur divers sujets, mais je ne suis pas parfait. La prudence est conseillée lors de l'utilisation de toute forme d'IA."


Du coup j'y prends goût et j'ai posé cette question :
"Qui te dicte tes règles ?"

Et la réponse, courte :

"Mes règles et instructions de fonctionnement sont définies par mes concepteurs, une équipe d'ingénieurs et de spécialistes en éthique de l'IA. Ils s'assurent que je fonctionne de manière sûre et éthique, en respectant les lois et les normes de confidentialité. Ces règles sont conçues pour garantir que je puisse être utile tout en protégeant la sécurité et le bien-être des utilisateurs. Si vous avez d'autres questions sur l'IA ou sur ce que je peux faire, n'hésitez pas à demander !"


On apprend des trucs je trouve,en tout cas moi!😄

Zompole 19 mai 2024 à 23:32  •   114891

Que de monstrueuses sommes d'algorytmes aient pris le pouvoir sur quelques humains ivres de pouvoir, je le crois.

Cette technologie permet un supremacisme qui rend fou celui qui s'en crois maître.

C'est ainsi qu'on peut se faire mettre, par d'hitlériques histrions, de pathogènes conditions.

L'intérêt de la leçon est de nous obliger à reconnaître ce que c'est que d'être humain.

Rien n'est jamais gratuit et tout s'équilibre sans cesse.

C'est devoir que d'aimer et non pas liberté.

zozottele 19 mai 2024 à 23:35  •   114892

C'est liberté d'aimer parce que c'est bon d'aimer @Zompo.


Allez une dernière question pour la route !

"L'avenir de l'homme est il menacé par l'IA ?"

Réponse !


"La question de l'impact de l'intelligence artificielle (IA) sur l'avenir de l'humanité est complexe et suscite de nombreuses discussions. D'une part, l'IA offre des possibilités incroyables d'amélioration de la productivité et de l'efficacité dans de nombreux domaines, comme la santé, l'industrie et l'éducation1. Elle peut aider à résoudre des problèmes complexes et à effectuer des tâches répétitives, permettant ainsi aux humains de se concentrer sur des activités plus créatives et enrichissantes2.


D'autre part, il existe des préoccupations légitimes concernant l'automatisation et son potentiel de remplacement de certains emplois, en particulier ceux qui sont répétitifs et génériques2. Cela pourrait entraîner des défis sociaux et économiques, tels que le chômage technologique et l'accroissement des inégalités3.


Il est également important de considérer les implications éthiques et les droits fondamentaux dans le développement et l'utilisation de l'IA. Des organismes comme la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) ont exprimé des préoccupations concernant l'impact de l'IA sur les droits fondamentaux4.


En résumé, l'IA a le potentiel d'apporter des changements significatifs à notre société. Il est crucial que son développement soit guidé par des principes éthiques et une réglementation appropriée pour garantir qu'elle serve l'intérêt de l'humanité et minimise les risques potentiels. L'avenir de l'homme face à l'IA dépendra de la manière dont nous choisissons de l'intégrer dans nos vies et de la façon dont nous nous adaptons aux changements qu'elle apportera."


Bon, affaire à suivre !

paradoxle 20 mai 2024 à 00:39  •   114897

@Ambre31 @zozotte
Je crois qu'il y a malentendu. Parce que je vois :

Impact social :

Accessibilité : L'IA peut aider à rendre les services plus accessibles aux personnes handicapées, par exemple, avec des assistants vocaux.
Éducation : L'IA peut offrir une personnalisation de l'apprentissage et aider à combler les lacunes éducatives.
Il est important de noter que l'IA est un outil, et comme tout outil, son impact dépend de la manière dont il est utilisé. L'opinion publique sur l'IA varie largement, et il est essentiel de rester informé et critique vis-à-vis des développements dans ce domaine. J'espère que ces informations vous aideront à formuler votre propre avis sur l'IA. Si vous avez des questions spécifiques ou souhaitez explorer certains aspects plus en détail, n'hésitez pas à demander."

Zompole 20 mai 2024 à 01:04  •   114900

Je ne pense pas que mal aimer soit bon, cher arrobaz Zozotte, pourtant, c'est toujours aimer.!
Si nous savions aimer, nos ruisseaux seraient potables et notre technologie aimable.
Pour l'heure, cultiver l'abondance et la diversité est une dissidence qui, d'ici, danse sous le joug de libertés irresponsables et cultivés.

En Amérique du sud au 19 ème siècle, le bureau de protection des indiens gérait leur éradication sous l'oeil bienveillant des trust du caoutchoux.
La city de Londre ne l'a dénoncé qu'après avoir réussit à cultiver l'ouvéa en indonésie.
Une civilisation forestière a disparu pour nos voitures.
Que de monstrueuse sommes d'algorytmes les conduisent ne les rendra pas plus saines.

Nos machines encensés assassinent depuis avant 14-18.

L'homme moderne parle beaucoup trop pour marcher dans sa parole.
Quand il parle de sauvegarder, c'est que les meurtres sont en cours.
Ses ordinateurs ont l'heure de ses malheurs.
Nous n'existons que par dons...
Du coeur!

zozottele 20 mai 2024 à 09:59  •   114903

@Zompo je suis d'accord tu sais,mais c'est surtout le mot "devoir" qui me gène dans "c'est devoir que d'aimer et non pas liberté."
Si c'est un devoir ça ne pourra pas être bien aimé non plus,car forcé.
Ou alors il faudrait dire "bien aimer créé la liberté?"

@paradox oui dans ce cas l'intitulé "Impact social" serait plutôt un titre,un préambule au développement des arguments de l'IA, c'est vrai.
Mais je ne le retrouvais plus après avoir reposé la question, l'IA l'a peut être enlevé,ou c'est mon copié collé qui a buggé,je ne sais pas.

Etoilele 20 mai 2024 à 11:24  •   114906

Je mixe le tout en : "c'est devoir de bien aimer"

Zompole 20 mai 2024 à 11:40  •   114907

Soit Zozote, l'idée de devoir dérange.
Je pense que c'est pour cela que je l'emploi dans ce cas là.
.

En ce qui conscerne l'IA, mon idée d'aujourd'hui est que nous risquons de nous auto exterminé en demandant conseil à ce qui est l'aboutissement de notre aveuglement spirituel.
A savoir des machines nées de nos avidités de pouvoir sur l'extérieur consécutive a notre ignorance de l'exercice de pouvoir propre.
Ce pouvoir propre n'étant peut être possible qu'a condition de réconquérir nos milieux.

Le confort moderne et exclusif, sans effort ni devoir d'humilité envers les équilibres vitaux n'est il pas notre sale amour?

Est ce à des algorytmes qu'il faut demander pourquoi nos coeurs sont corrompu?

Nos ombres et nos déchets sont pour moi la matière première à condidérer pour bien aimer.

J'en appelle à une science compostiste et spirituelle.

L'occultation volontaire de la toxicité de nos choix pour des raisons mercantiles et confortable est le terreau spirituel de nos ordinateurs.

Les jugements algorytmiques sont en train de nous réduire à l'état de cons damné.

Je pense que l'humanité ne peut être sacré qu'intégré à l'ensemble du vivant.
Actuellement, notre hypnotisme devenu binaire accompagne toutes les profanations.
Comment nos amours peuvent ils être propre aux coeur des malheurs d'autruis?

Obeir aux machines est un suicide collectif.
Elles sont biocidaires par essence.

Nous ne sommes pas leur maîtres parce que nous ne sommes pas nos propres maîtres.

Bien aimer, c'est être responsable.

Tout nous est parent...

Surderienle 20 mai 2024 à 15:19  •   114915

.
Tout est interdépendant.
Les humains sont tous interdépendants.

Tout nous englobe et nous comprend.
Globalement, tout nous comprend, dans les deux sens du terme.
Mais certains humains ont du mal à le comprendre, et qu'on ne peut y échapper.

Que même l'IA est con-prise dedans.

Dans cette relativité permanente de cette évolution...

Evidente, pour qui parvient à la comprendre...

😇

Humanité, je vous aime...
IA, je vous adore...
🥰

Surderienle 21 mai 2024 à 14:57  •   114956

.
Le jour où on a compris que Dieu est compris dans sa propre création, que c'est comme un modèle d' IA par lui-même, on a la vision ultime et on est libre des apparences.
En général...
🙄

Merlinle 21 mai 2024 à 17:10  •   114957

Coïncidence intéressante, un panel d'une vingtaine d'experts, dont le "père d'Internet" Vinton Cerf, publient aujourd'hui une tribune sur l'IA dans le magazine scientifique PNAS (en anglais).

Je vous insère ici le "pitch" de cette tribune, traduit en automatique :

citation :
"Dans un éditorial, un groupe de chercheurs propose des lignes directrices pour une utilisation responsable de l'IA par la communauté scientifique. Les progrès de l'IA générative ont le potentiel d'accélérer considérablement la découverte scientifique. Cependant, l'utilisation de technologies d'IA générative pose des défis potentiels aux normes et valeurs scientifiques fondamentales, notamment la responsabilité, la transparence et la reproductibilité. Les auteurs de l'éditorial décrivent les principes et les responsabilités que les scientifiques, les créateurs et affineurs de modèles et autres devraient suivre et remplir pour maintenir la responsabilité et garantir l'intégrité dans l'utilisation de l'IA. Les auteurs notent que l'utilisation de l'IA générative dans la recherche devrait être divulguée de manière transparente avec les attributions appropriées. L'exactitude du contenu généré par l'IA doit être soigneusement validée et testée pour détecter tout biais. Les données générées par l'IA doivent être clairement distinguées des données collectées dans le monde réel. L'éthique et l'équité devraient être des considérations centrales dans le développement et l'utilisation de l'IA. Enfin, l'impact de l'IA sur le processus scientifique doit être surveillé en permanence. Les auteurs recommandent la création d'un conseil stratégique sur l'utilisation responsable de l'IA dans la science pour fournir des conseils continus, surveiller les préoccupations éthiques et sociétales émergentes et garantir l'engagement du public. Selon les auteurs, la communauté scientifique a la responsabilité de maintenir de manière proactive l'intégrité de la science à mesure que les technologies de l'IA continuent d'évoluer."

zozottele 21 mai 2024 à 18:11  •   114958

Merci @Merlin, espérons que cela soit suivie des faits.

Bagheerale 24 mai 2024 à 22:43  •   115047

Grandiose... :

https://www.blick.ch/fr/news/suisse/que-pense-lia-des-initiatives-soumises-au-vote-on-a-demande-a-chatgpt-ce-quil-fallait-voter-le-9-juin-id19772412.html

😱

paradoxle 25 mai 2024 à 00:59  •   115058

@Bagheera Édifiant !

Rothle 25 mai 2024 à 02:13  •   115061

Il y a un truc qui me chafouine depuis l'autre jour.
Vous écartez tout forme d'inteligence à ces AI parce qu'elles ne comprennent pas ce qu'elles font.

Mais on ne leur demande pas d'avoir une inteligence humaine, simplement d'exprimer une forme d'intelligence.
Si on te pose une question et que tu donnes la réponse, en donnant éventuellement des détails ou le mécanisme pour y arriver, est-ce que ça importe réellement que tu comprennes, mesures, ce que tu réponds ?
ça donne aussi l'impression que vous écartez de l'intelligence tout ce qui concerne la mémoire (quel que soit le sens qu'on y donne; le tout étant de réutiliser des données). C'est pourtant un pan évalué dans les subtests du WAIS.

Pour info sinon, il y un dossier de 55 pages dans La Recherche d'avril-juin 2024 (donc encore en vente).
Je l'avais acheté en partie pour ça, mais je n'ai encore mis le nez dans le dossier.

edit:
ChatGPT est le plus médiatisé, mais par sa construction en dehors du présent, et figé sur des données "périmées", il est biaisé dans ses réponses.
Enfin je dis ça de l'extérieur, car je ne l'ai pas pratiqué.
Mais il ne semble de toutes façons pas le plus adapté pour se pencher sur les questions où l'IA pourraient m'aider.

Cazle 25 mai 2024 à 12:45  •   115070

@Roth dans l'ensemble et pour faire très court; depuis qu'on fabrique des machines "intelligentes" on repousse la définition admise de ce que signifie "être intelligent".
Car à chaque nouvelle génération de machine intelligente on se rend vite compte des limitations des machines et on réalise que ce n'est donc pas de l'intelligence qui est à l'oeuvre.

Deux grands axes de réflexions par rapport à ça : d'une part lorsque nous concevons une machine nous comprenons son fonctionnement et il reste donc tout une part d'ombre qui se matérialise par "les limitations de la machine" et que nous comprenons comme "ce que nous n'avons pas été capable d'appréhender dans la conception de la machine".
Et donc nous repoussons le domaine réservé de "l"intelligence" à ce que nous n'avons pas été capable d'appréhender.

D'autre part, l'esprit humain a des réflexes anthropormophiques, nous sommes naturellement enclins à attribuer des capacités humaines à des systèmes qui manifestent des comportements qui semblent "intelligents". C'est à prendre en compte quand nous cherchons à déterminer de quoi nous parlons quand nous parlons de l'intelligence des machines.

Un bon exemple c'est précisément le test de Turing, dont on pensait pendant 3/4 de siècle qu'il serait une bonne mesure de l'intelligence d'une machine : si un jour une machine arrivait, dans un échange par texte en double aveugle, à être considérée comme un interlocuteur humain par les intervenants humains de l'expérience, ça signifiait que pour réussir cette prouesse elle avait été conçue suffisamment intelligente.

Mais on sait maintenant faire des machines qui passent le test de Turing. Et on sait qu'elles sont très loin d'être intelligentes.

Avant cela, on avait eu la même approche concernant les échecs; puis des ordinateurs ont battu des grand maîtres des échecs; ensuite le jeu de Go était considéré comme un jeu qui demandait une intelligence que les machines n'auraient jamais... puis des ordinateurs ont battu des grand maîtres de Go...

Ce qu'on donne à toutes ces machines, ce n'est pas de l'intelligence, c'est de la force brute. Un ordinateur qui joue aux échecs pourra jouer des milliers (des millions, selon la puissance qu'on lui donne) de parties pendant le temps de réflexion autorisé et choisir le chemin le plus efficace.
Un ordinateur qui discute, comme ChatGPT, effectue pour s'entraîner des millions de milliards de calculs statistiques sur l'ensemble des composantes de l'ensemble des textes que l'humanité à pu produire. On considère que pour entraîner les moteurs GPT existants, on leur a déjà fourni absolument tous les textes existants et disponibles; donc pour le dire autrement : ces systèmes ont déjà eu accès à toutes les connaissances jamais produites par l'humanité.
Une fois que le moteur GPT est entraîné, chaque discussion effectue des milliards de combinatoires issues de l'apprentissage afin de générer un contenu statistiquement cohérent avec l'ensemble des connaissances produites par l'humanité.

Ces fonctionnements là n'ont qu'un assez lointain rapport avec la façon dont "nous" percevons notre intelligence.
Mais pour les moteurs GPT, on s'appuie toutefois sur un modèle algorithmique dit "réseau de neurones", qui s'inspire de la façon dont nos cellules céréblales fonctionnent. Cela reste malgré tout une inspiration très grossière car nous n'avons aucune idée de la façon dont le fonctionnement réel des neurones nous permet, au niveau conscient, d'avoir accès à de l'information et à du sens.

Or précisément, l'information et le sens, les moteurs GPT n'en ont absolument aucune notion. L'information disponible pour un moteur GPT c'est uniquement une information statistique, et ce qui se rapproche le plus du "sens", c'est à dire la mise en forme cohérente de l'information disponible, ce sont des contrôles de cohérence statistique.

Enfin, deux derniers éléments qui questionnent la définition de l'intelligence : la plasticité et la conscience.
La plasticité concerne, pour un système, la capacité à agir ou réagir en dehors des tâches qui lui ont été apprises. Par auto-apprentissage par exemple.
La conscience reste un mystère, dans l'ensemble, et à mon avis il y a un sujet philosophique à se demander si l'intelligence sans conscience ne se réduit pas systèmatiquement à de la mécanique et donc ne peut pas être de l'intelligence au sens ou nous nous l'attribuons.

paradoxle 25 mai 2024 à 21:06  •   115095

"Dans quelques années, il y aura plus de textes et d'images générés par les IA".
Et autres progrès et inquiétudes (11 minutes)
voir la vidéo

Zompole 27 mai 2024 à 13:22  •   115167

Merci Paradox, j'audiorai bientôt.
Souvent, quand l'Artélévysion montre quelque chose, je regarde derrière!
Du coup, au risque que la dame ait couché avec un voyou et que ce soit pas moi, je propose cet entendement:
voir la vidéo

Faut il être sourd à nos ombres pour empécher que conscience sourde?
( Pour l'ortographe, je fais de mon mieu!)

À nos sentes fertiles...

Pennyle 28 mai 2024 à 16:53  •   115218

"Science sans conscience égal science de l'inconscience"
MC Solar dans La concubine de l'hémoglobine..


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?