Témoignages

Recherche Témoignage : La douance est-elle une souffrance pour vous ?

  1. Accueil
  2. Forums
  3. la communauté : Témoignages
  4. Recherche témoignage : la douance est-elle une souffrance pour vous ?
Recherche Témoignage : La douance est-elle une souffrance pour vous ?
ConscienceResponsablle 10 juin 2021 à 19:15

Bonjour à tous !

Je suis moi-même zèbre et je me suis passionnée pour ce domaine pour lequel j'ai en partie créé Conscience Reponsable le blog. Il y a peu j'ai créé une chaine Youtube ou chaque zèbre est libre de témoigner, mais aussi de poser des questions auxquelles j'essaie de répondre grâce à mon vécu.

Pour les besoins d'une prochaine vidéo cherchant à répondre à la fameuse question "La douance est-elle une souffrance ?", je recherche des personnes HP souhaitant me donner leur avis sur la question (anonymement si vous voulez il n'y a pas de soucis !).

Je trouve que pour ce genre de sujet, la réponse d'une seule personne ne suffit pas, il y a autant de réponse que de personne qui se pose la question et c'est toujours intéressant d'avoir plusieurs points de vue.

Donc si quelques-uns d'entres vous souhaitent témoigner, vous pouvez répondre soit dans ce forum, en privé ici ou sur Instagram (@conscienceresponsable) ou même par mail à l'adresse conscienceresponsable@gmail.com.

Voilààààà merci d'avance. ;)

Astile 10 juin 2021 à 20:46   •  

@ConscienceResponsabl Question sempiternelle, en effet. Pour ma part, je trouve qu'on se focalise trop sur la qualité de douance et on oublie l'histoire de vie comme tout un chacun : les blessures, les styles d'attachement, les éventuels trauma, les loyautés familiales et l'enfant intérieur...bien sûr l'atypisme peut être la cause d'une blessure, bien sûr l'hypersensibilité amplifie la souffrance éventuelle mais au final, c'est quand même les blessures (rejet, abandon, trahison...isolement...) qui peuvent être cause de souffrance.
Car que l'on soit neurotypique ou atypique nous connaissons la douleur, alors certe plus ou moins fortement mais justement si on la ressent plus fort, c'est peut être une chance de l'entendre et d'en faire quelque chose. Parcontre, la souffrance n'est pas une fatalité, si les émotions, les douleurs sont acceptées, exprimées et soignées...comme quand on soigne une blessure physique (ou qu'on a mal en se cognant par exemple).
La douance serait également une chance d'avoir plus conscience et donc de plus de discernement car les souffrances peuvent avoir pour origine l'enfant intérieur par exemple (vous savez l'enfant impatient, qui veut tout tout de suite, qui ne supporte pas la frustration, qui s'est peut être senti insécure... ce que peut vivre tout enfant qu'il soit neurotypique ou atypique) ou encore l'ego (et son cortège de peurs)...

ConscienceResponsablle 11 juin 2021 à 08:45   •  

Merci de ta réponse @Asti qui est très très juste et très intéressante ! 😍

Astile 11 juin 2021 à 21:43   •  

Tu peux lire aussi Trop sensible pour être heureux ? Savario TOMASELLA donne pas mal de témoignages. Pour certains l'hypersensibilité ne sera pas une souffrance. Pour ceux dont c'est le cas, si tu creuses un peu, tu peux faire des liens justement avec les peurs, les blessures, le style d'attachement...simplement la souffrance sera plus intense.
Et pourtant, dans tous les cas, la libération vient de vivre ses émotions. Pleurer ça fait du bien mais parfois on est dans une culture (la France), dans un milieu familial, où c'est pas bien !!! Alors attention, bien sûr, il faut aussi apprendre à réguler ses émotions et cela on l'apprends dès tout petit, si on la chance d'être accompagné par ses parents ou d'autres adultes. Du coup, j'ai envie de dire que la clé est là : accueillir les émotions et apprendre à les réguler.

Melissale 12 juin 2021 à 08:58   •  

Bonjour, réponse interessante d'@Asti !
Pour ma part oui c'est une souffrance. Une souffrance de se sentir étranger au monde, une souffrance de voir tant de gens se faire du mal sans vrai raison, une souffrance de constater tant d'injustice. Je commence à faire mon deuil du monde idéal, mais reste cette difficulté à créer des points d'attache stables. Je penses que si on trouve le moyen d'exprimer cette douance dune façon constructive et agréable la souffrance qui y est liée sera moindre.

elsbzhle 12 juin 2021 à 14:04   •  

Ce n'est pas ma douance qui me fait souffrir. Ce serait plutôt d'être à l'étroit dans la carcan des rôles sociaux dans lesquels je dois rentrer trop souvent.
"L'Enfer, c'est les autres"...

D'où l'intérêt d'apprendre à se connaître, et de trouver un mode de vie en accord avec ses besoins et envies ! J'ai la chance d'avoir ça, et ça change tout.

Astile 12 juin 2021 à 20:59   •  

@Melissa Ce que tu décris me fait penser à la blessure d'injustice, au syndrôme du sauveur. Comme je le disais, je pense qu'utiliser sa douance de manière constructive, c'est justement d'utiliser sa sensibilité, sa conscience pour mieux se connaître, pour discerner ce qui se passe au fond de soi (qui parle ? l'ego, l'inconscient, les blessures...) et faire la part des choses, prendre de la hauteur...Pour moi, c'est ça notre chance.
@elsbzh je ne crois pas dutout à cette phrase "L'Enfer, c'est les autres". L'enfer en réalité c'est soi, enfin une part de soi qui nous entraine dans les conflits internes, dans la peur, dans des fausses croyances. Parceque si tout ceci est né dans l'interaction avec les autres (mais pas que, c'est aussi notre interprétation parfois fausse d'enfant), aujourd'hui nous sommes adulte et nous avons les capacités et la responsabilité de nous prendre en charge. Et on peut avoir besoin d'aide. Et c'est donc grâce à de "bons" autres que nous irons mieux. Nous avons la chance de vivre une époque où le développement personnel n'a jamais été aussi avancé. Et avec internet, les bibliothèques beaucoup de bonnes choses sont accessibles pour apprendre, réfléchir sur soi...faire du yoga, de l'auto-hypnose...

Astile 12 juin 2021 à 21:02   •  

Au final, je trouve que le plus dur à vivre et à rompre, c'est l'isolement. Mais, il existe ces forums comme ici mais aussi des associations... Il faut s'armer de courage et dépasser ses peurs :)

elsbzhle 13 juin 2021 à 00:10   •  

@Asti
Crois en ce que tu veux. J'ai cité cette conclusion de Sartre, une bonne partie en clin d'oeil dérisoire à moi-même, une autre bonne partie en résonnance avec ce que je voulais exprimer de mon fonctionnement. Le mien, pas le tien ou celui de quelqu'un d'autre, et surtout pas une vérité générale (d'où le côté dérision, par contraste avec ce que Sartre pouvait avoir de très moralisateur).
Oui de "bons autres" peuvent être une grande aide. Cependant je ne me reconnais pas dans ce que tu décris. J'ai l'impression qu'à force d'avancer pour aller mieux... Je finis par aller bien !

ConscienceResponsablle 13 juin 2021 à 12:40   •  

Je suis 100% d'accord avec vous ! Pour ma part la douance a été à quelques moments de ma vie considérée comme une souffrance mais surtout dans mes interactions avec les autres. Quand on ne se fait pas comprendre par sa famille, qu'on sent qu'il y a un fossé entre soi et l'autre. Ça a été surtout flagrant quand je cherchais éperduement à faire ce que tout le monde arrivait à faire naturellement : se conformer à la norme.

Je comprends @elsbzh dans cette citation de Sartre et je la trouve en partie vrai dans le sens où quand on cherche à être soi mais que des personnes chères ne comprennent ou qu'on se sent seul malgré l'entourage, c'est parfois pas simple à vivre.

Totalement d'accord aussi avec le point de vue de @Melissa. Quelques temps après avoir été diagnostiqué, quand je me posais de moins en moins de question sur moi-même, j'ai eu une période où j'étais sans cesse révoltée de ce qui se passait dans le monde, de l'injustice. Et plus j'y pensais, plus ça me faisait mal ! Et j'apprends maintenant à déconstruire cette idélisation de la société en me disant que je ferais du mieux que je peux de mon côté pour aider le plus de personnes possible.

@Asti tu touches un point très juste par rapport aux émotions. Et c'est la première fois que je vois quelqu'un en parler, je me sens tout à coup moins seule ! J'ai effectivement un problème avec mes émotions où pleurer était pour moi un signe de faiblesse, comme si je me montrais à nue. Et c'est dans ces moments-là que ma conscience s'auto persuade que cava, un peu comme si mon cerveau ne me montrait pas la réelle tristesse qui se cache derrière !

Concernant les forums et associations, je me suis récemment inscrite sur Atypikoo et pour le moment je ne suis pas convaincue, tout comme le groupe facebook sur lequel je participe de temps à autres : les gens sont tendus du slip et ne respecte pas les avis des autres. Comme s'il n'y avait qu'une seule et unique vérité...


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?