Vos réalisations, vos oeuvres, vos galeries

Textes écrits par nous

  1. Accueil
  2. Forums
  3. vos galeries, réalisations et projets : Vos réalisations, vos oeuvres, vos galeries
  4. Textes écrits par nous
Textes écrits par nous
Benjaminle 21 août 2020 à 18:37

Bonjour

Je vous propose ce lieu où vous pourrez poster VOS textes.
Sans critique.
Juste partager.
Cet espace est juste destiné à faire le lien entre ceux qui veulent partager leurs textes et ceux (parfois les mêmes) qui veulent les recevoir.
Je commence.
Il y a quelques années j ai extrêmement mal vécu une séparation.
Un soir, n arrivant pas à dormir ( oui un soir habituel quoi), des mots se heurtaient dans ma tête.
Il fallait que je les sorte.
Comme si je les vomissais.
Je me suis levé et j ai écrit. Ou plutôt mon inconscient a écrit.
J ai écrit juste trois petits textes.
Comme ils sont sortis de ma tête.
Il fallait que ça sorte.
Je suis retombé dessus par hasard pensant les avoir perdus.


Voici le premier.



"Mon coeur est embourbé dans une vase immonde.
Et mon âme engluée, que la tristesse innonde.

Ma flamme s est ternie, ma bougie s est éteinte.
Mon esprit erre sans but dans ce grand labyrinthe.

Me voilà solitaire, asphyxié, ettoufant,
Gisant six pieds sous terre, jadis dans le vent,
Ex amour solidaire, ephémère finalement."



Les autres arriveront bientôt.

Juliette...le 21 août 2020 à 19:39   •  

Je trouve ça bien d'avoir osé @Benjamin 🙂

Benjaminle 21 août 2020 à 19:51   •  

Oui c est mon nouveau moi. Je me mets à jour de temps en temps 😄

Juliette...le 21 août 2020 à 19:54   •  

C'est certainement ce que l'on a de mieux à faire 😉

Benjaminle 21 août 2020 à 20:50   •  

Je suis régulièrement un homme neuf. C est pratique :)

Benjaminle 21 août 2020 à 20:52   •  

Bon ben je suis là je poste le deuxième.
Je rappelle que ça date quasiment d une quinzaine d années hein.
Il y en a eu des mises à jour depuis 😄

"Je suis le capitaine d' un navire échoué.
Mon phare, ma lumiere, mon étoile du nord,
Décide de partir pour d' obscures desseins
Agissant comme mes forces
Elle m a abandonné.

Mon esprit et mon coeur sont eux si embrumés
Et hurlent à la mort ce désir éprouvé
De pouvoir un beau jour se blotir sur ses seins
Et revoir son bijou
Luire dans son écrin..."

Benjaminle 22 août 2020 à 19:02   •  

Manque. Horrible sentiment qui vient ronger mon âme.
Tu viens hanter mes nuits, tu aiguises ta lame.

La torture est ton art, lentement tu me brûles
Tu enfonces ton dard, silencieusement je hurle,

Ma douleur est ton vin, tu ries de mon destin,
De mon atroce souffrance, ne pouvoir enlacer,
celle qui fût délivrance et que j ai tant aimé.

Bien dur est le chemin de la compréhension.
Et bien inaccessible la résignation.

Pour toujours mon amour, t ai je vraiment perdu
Pour toujours mon coeur est celui d' un pendu.

Varitonele 01 septembre 2020 à 00:38   •  

Très beaux j'adore, 👍
c'est mon tour

je sonde le monde, perdu dans toutes ces vus
mon air hagard te cherche du regard
tu fuit, avec minutie tu cherche un raccourcit
moi incrédule je capitule, brule le pendule
tourne sur ce pivot toujours en porte-a-faux
isolé tiraillé emprisonné sans fin a tourbillonner
en attendant un coup du sort ou que tu vienne me chercher
pour échapper a cette mort précipité

Benjaminle 01 septembre 2020 à 00:43   •  

Bien content que tu aies suivi :)
Merci pour cet écrit.

Varitonele 01 septembre 2020 à 01:14   •  

J'en ai plus de 30 😉

Chtite_Minele 01 septembre 2020 à 20:51   •  

c'est cool, on va pouvoir faire un recueil à ce rythme 🙂 Aller zou, un petit texte aussi :


Son regard, saisissant
Connecté sur l'instant
Rencontre imprévue
On ne s'était pas vus

Regards absorbés
Regards débordés
Instant millimétré
Instant d'éternité

Son regard, seule humanité
Entre Chevelure bouclée
et bouche dissimulée
toute une vie résumée

Le temps s'étire
La seconde en paraît mille
Nos corps s'activent
Mais nos regards sont figés

Attraction engagée
Force de la gravité
Impossible d'arrêter
Le destin tracé

Signe d'étonnement
Questionnement vital
Interrogation futile
Nuances subtiles

Peur ?
Haine ?
Vie qui défile ?
Regret ?

Attraction redoutée
Trajectoire toute tracée
Juste frôlée
Ou tôle froissée ?

Son avenir, vital
Le mien, pénal
Gomme sur le bitume
Contre vie dégommée

2 secondes avant, nos regards séparés
Un mur, chacun dissimulés
Mon feu au vert, moi lancé
Son feu au rouge, cycliste trop pressé

Réflexe inné
Son avenir entre mes mains
Son avenir entre mes freins
Cycliste tétanisé

Nos regards figés
Stupeur, peur, peur de renverser, verser des larmes
Voiture devenue arme,
Vélo pas devenu bouclier

Distance si courte
Trajet si long
Instant tané
Instant damné
Ether nité

Qui a mis nos vies sur pause ?
Avance lente
Pourtant tout va trop vite
Quel dénouement ?

Choc tant redouté
Choc pas arrivé
Cycliste pressé passé
Cycliste pas trépassé

Cycliste à l'arrêt, Regards toujours connectés
Ne pas rester au milieu de la chaussée
Partir chacun de son côté
Parenthèse fermée

Samsonle 02 septembre 2020 à 01:44   •  

J'étais au fond de l'opus ;

Déjà, le fond de la gouttière

Sur la vague du cimetière

Déferlait telle une bière

"Kronenbourg à la poste, Chronopost à la bourre !" (Anne Roumanoff - B. Mabille)





Le défunt arrivait

Le public l'acclamait,

De leurs fausses dents contre lui

Rayonnaient les rabougris.


Ah, ce gris !

Si monstrueux qu'à l'écaille

Le poisson y bâille ;

On se serait endormis

S'il n'avait point été fini




Et lui dans tout ça ?

Il en avait ras les bras.


Voir tant d'hurluberlus assister à ses funérailles

L'aurait mis en rage contre ces âmes perdues !

Perdues pour toujours dans l'Ailleurs..

Et c'est bien ça qui fait peur.


« Ah, Malheur ! » s'écria grand-mère

Qui suivait la scène auprès du Seigneur.

C'est qu'elle avait raison

De tant d'exclamations !


De la rancune des puînés

s'échappe la triste voie lactée.

L' actait-il ?

Désolé.


Une de ses confidences :

Ce n'est point dans ses compétences

Que d'approuver l' impénitence

Des gens en cadence.


Et ce n'est pas fini, Ronnie !

Mais tu ne le croiras jamais :

C'est pour toi! qu' il s' est sauvé.

Edole 02 septembre 2020 à 10:18   •  

@Samson,j'adore ! 😄

Samsonle 03 septembre 2020 à 04:39   •  

@Edo 😇
merci pour ton retour! 👍

Janele 08 septembre 2020 à 10:15   •  

La boîte et l'âne.

Boîte à malice
Boîte à jeux
Boîte à idées
Boîte à bêtises.
Boîte à boîtes,
esprit fractal, elle se répète.
Rêveuse enjouée, elle persiste
Sur des chemins inconfortables
Pense que l'autre verra son cable.

Cable lumière
Cable d'amour
Cable d'humour
Cable d'ego
Et qui ne pense être capable
D'etre sans l'autre, et prend perpète
À ne penser que sans ce câble
Trop peu existe, c'est bête.

Bête à bon dieu
Ou bête noire
Bête à pleurer
Bête de sexe 
Dans cette boîte, avec ce câble, mélangez,
Les dieux, le sexe, et les couleurs,
Soupçon de pluie, bien arroser.
Laissez pousser, joussifs jongleurs.

Toutes ces boîtes, elles sont nous,
Branchées par câbles, et par la peau,
juste Amour.
Ouvrons les boîtes.

Approchons l'âne que nous sommes.
Caressons le, amusons nous.
je suis un âne.
C est doux, un âne.
Un peu espiègle,
Et pas si sot.

Juliette...le 08 septembre 2020 à 18:07   •  

🙂 Ca me plaît bien, @Jane. Je trouve que ça me (nous?) va bien

Abderianle 09 septembre 2020 à 14:06   •  

Bravo @Jane, humour, légèreté, sérieux, rythme, prosodie, critique perspectiviste et emboîtements autotéliques. Une bonne (dé)mise en boîte ! 🙂

Fropople 11 septembre 2020 à 01:45   •  

Tic, tac, tic, tac...
Le temps bat la mesure, implacable, inarrêtable.
Tic-tac, tic-tac...
Il devient pesant à l'approche d'une échéance.
Tou-ti-toum, tou-toum, tou-toum-tou-ti-toum...
Et soudain frappé d'anxiété, le coeur défie la mesure.
Pour se recalibrer, son corps se met à osciller.
D'un mouvement répétitif, régulier chassant par là incertitude et désordre.
Lentement... il se ralenti... et trouve enfin une position d'équilibre.
Immobile un instant.
Avant de se mouvoir à nouveau le temps d'une vie.

Abderianle 11 septembre 2020 à 18:06   •  

🙂
De quoi...finir toc-toc ?!

Fropople 12 septembre 2020 à 13:32   •  

😄

Benjaminle 17 septembre 2020 à 22:11   •  

Écrit ce matin.
Chacun peut voir en la fleur ce qu il veut.




Ma fleur

Elle est fragile. Un papillon.
Pourtant elle est un chêne.
Elle lutte contre le vent.
La vie l a piétinée.
Si souvent mise à terre.
Elle se bat pour survivre.
Ma fleur tu es si forte.

Tu as la beauté de ces êtres,
Si sensibles et si forts.
Malgré la peur,
Malgré la guerre.
Malgré les peines et les chagrins.
Ma fleur, tu es si belle.

Malgré la vie,
Malgré ses torts,
Malgré ces êtres qui te dévorent.
Ma fleur, tu restes digne.

Sur un lit d amertume,
Tu restes flamboyante.
Malgré les supplices,
Tu gardes ton sourire.

Ma fleur, ma jolie fleur,
Offre moi ton parfum.
Ouvre toi petite fleur.
Exprime tes couleurs.

Benjaminle 17 septembre 2020 à 22:54   •  

Je viens juste de l écrire




Tel Orphée en son temps,
Me voici revenu,
Horrible catabase
Du monde souterrain.

Hier prisonnier,
J ai longuement combattu
Ce monstre de chaire
Aux odeurs de purin.

Prisonnier de ce corps,
Esclave d une machine,
Me voici libéré,
Ma quête se termine.

Mais voici qu Eurydice,
Ma chère âme plaintive,
Disparaît dans mes pas,
Me lançant un adieu.

Ma lyre tu ne peux rien.
Tu es pure et charmante
Mais trop souvent demeure
Le poète captif.

Benjaminle 19 septembre 2020 à 00:50   •  

Je marche sans but
Dans ce désert sans âme.
Le monde n a plus de vie.
Inaudible vacarme.

Autours de moi le vide,
Des zombies, des fantômes,
des poupées de chiffon
Qui mangent et qui consomment.

Tenter le premier pas.
Comprendre ce qu ils pensent.
Ils ont mais ne sont pas.
Leurs vies n ont pas de sens.

Pantins sans idéal,
Marionnettes inutiles,
Qui parlent sans mot dire
Et avancent immobiles.

-Ô victimes consentantes
D un Gargantua avide,
Que vos vies vous contentent !
Elles sont pourtant si vides !

Abderianle 19 septembre 2020 à 08:19   •  

Nice shot!

Benjaminle 19 septembre 2020 à 10:31   •  

Merci @Abderian

Benjaminle 19 septembre 2020 à 12:45   •  

La fin


C est la fin.
Il faut quitter la scène.
La pièce jusqu'à présent
a été bien trop dure.

Mes forces m abandonnent.
Tout cela n est que torture.
Et qu espérer de plus.
Pourquoi persévérer ?

Pour affronter un mur ?
La douleur est si forte.
La vie ne se limite-t-elle
qu à des espoirs déçus ?

A quoi bon faire le bien
Si tout ce qu on récolte,
Malgré tous nos efforts,
N est que la solitude.

On me dit homme de bien.
Quelle est la récompense.
Abandon et rejet.
Qui faut-il être vraiment ?

À quoi bon essayer.
Tout ceci n est qu'une farce.
Une fois terminée
Il n en restera rien.

Abderianle 19 septembre 2020 à 15:05   •  

<Erratum : message déplacé, avec mes excuses ^^>

Abderianle 19 septembre 2020 à 15:14   •  

<Message déplacé ; ne faites pas deux choses à la fois ^^>

Bettinale 22 novembre 2020 à 12:29   •  

Parce que jécris
nouveau fil infernal se délie
te disant étranger à l'horreur
toi qui as pourtant si peur

Principe de pérennité
tout un s'est ajouté
et à mesure qu'il défile
le temps rembobine ses fils

qu'est-ce que?... J'oublie...
Dans un élan de mélancolie
trouve dans l'aveugle rage
de revivre un peu le courage

Si nul ne sait rien n'est secret
juste un peu en retrait
la ligne est grande et l'horizon fier
Laisses ici et fais taire souvenir d'hier


🙂


Il te faut t'enregistrer sur le site pour participer aux forums.

Rejoins-nous vite !

Alerter les modérateurs

Peux-tu préciser ci-dessous le motif de ton alerte ?